Archives par mot-clé : mis-en-avant

La maison Changenet. Une famille de peintres vers 1500

 

Adam, Elliot – Caron, Sophie : La maison Changenet. Une famille de peintres entre Provence et Bourgogne vers 1500. 180 p., 108 ill.
(Musée du Louvre – In Fine éditions d’art, Paris 2021)

 

Ce livre est le résultat d’une enquête d’histoire de l’art, un véritable travail de limier qui permet de faire revivre l’univers pictural foisonnant dans lequel évoluent, entre Dijon et Avignon, les plus grands artistes du xve siècle.

Cette effervescence picturale a pour point de départ Avignon et un atelier, celui de de Jean Changenet, peintre favori d’une l’élite locale exigeante. Bientôt sa boutique devient un creuset européen dans lequel gravitent des artistes venus d’Espagne, d’Italie ou de Flandres.

Les auteurs se livrent à un véritable jeu de piste pour reconstituer la trajectoire des peintres de cette constellation artistique.

Plus d’informations vers le site Louvre Éditions.

Séminaire du groupe Mouseion

Dans le cadre de l’équipe de recherche CELLAM à l’Université de Rennes 2, la prochaine séance du séminaire Dialogue des temps, animé par le groupe Mouseion, aura lieu le jeudi 17 mars, de 14h à 16h.

Lors de cette première séance autour de la thématique “Vérité, mythe et fiction”, interviendront :

– 14h-15h : Fabienne Pomel et Sophie Van der Meeren, “Philosophie et fiction de l’Antiquité tardive à la Renaissance”
– 15h-16 : Franck Collin, “L’Invention de l’Arcadie”

Le séminaire aura lieu en hybride, en présentiel dans la salle recherche du Bâtiment B (Campus Villejean), et à distance sur zoom (écrire à l’organisatrice, Anne Rolet, pour obtenir le lien).

Image mise en avant : Hubert Robert, Paysage avec les bergers d’Arcadie. Crédit : Musée de Valence, photo Eric Caillet.

Dire le silence à la Renaissance, 12 mars 2022

Dire le silence à la Renaissance

 

samedi 12 mars 2022

Organisation : Pascale Mounier

Table ronde de l’association RHR

 

Le silence se définit par un arrêt de la parole ou du bruit. Un tel phénomène a quelque chose de rare en collectivité humaine. Il semble intéressant de voir comment les lettres et les arts s’emparent de la suspension du discours à la Renaissance. Le projet est bien sûr une gageure : comment exprimer, montrer ou, pour pousser le paradoxe, dire ce qui évite voire refuse la communication verbale ?

L’association RHR organise une table ronde à caractère interdisciplinaire sur la question. Les interventions programmées prendront la forme d’un exposé apportant et présentant des documents (textes, images) susceptibles de nourrir la réflexion. Il s’agira de prendre en compte la représentation de la suspension du dire dans ses aspects les plus concrets, ce qui suppose de s’appuyer sur des signaux ou des indices d’apparition du phénomène. L’idée est de proposer par ce biais des méthodes pour identifier les cas d’interruption du discours en s’appuyant sur les signaux d’apparition du silence, de mobiliser des concepts et de dégager les éléments qui méritent exploration. Le public et les autres intervenants sont encouragés à participer pour étayer les pistes proposées ou pour ouvrir d’autres voies permettant d’appréhender le champ du silence.

 

9 h 15-9 h 30 : Présentation

Pascale Mounier.

 

9 h 30-10 h 45 : Le lieu ou le personnage du silence

Interventions de Gilles Polizzi, Romain Menini et Géraldine Cazals.

 

11 h-12 h 15 : Se taire en société : un accident de la communication

Interventions de Sophie Astier et Véronique Duché.

 

13 h 30-14 h 30 : Arrêt du bruit ou du son

Interventions d’Isabelle Fabre et Jean Duchamp.

 

14 h 45-16 h : Se taire en société : une qualité de comportement

Interventions de Massimo Lucarelli et Antonin Godet.

 

La manifestation se tiendra en présence (entrée libre) et à distance (contact : mounier.pascale@wanadoo.fr).

Lyon, Maison des Sciences de l’Homme (MSH), 14 avenue Berthelot 69007 LYON, salle Elise Rivet

Voir en ligne : https://www.rhr16.fr/manifestations

Pré-histoires de l’anthropologie

Pré-histoires de l’anthropologie

 

Directeurs d’ouvrage : Michèle Clément, Pierre Girard

 

L’objet des études réunies dans ce volume consiste à aller au-delà de la perspective classique qui fait naître l’anthropologie au XVIIIe siècle, comme le propre des Lumières. Il s’agit d’aller en amont de cette périodisation classique et d’interroger les pré-histoires de cette discipline.

 

TABLE DES MATIÈRES

Michèle Clément et Pierre Girard : Introduction     7

Frédéric Tinguely : Dispositifs de relativisation. Le socle hérodotéen de l’anthropologie prémoderne    19

Michèle Clément : Penser ou figurer l’homme à la Renaissance ?Vitruve, Vésale, Dürer : prémisses de l’anthropologie    41

Nicole Gengoux : L’anthropologie du Theophrastus redivivus. Entre philosophie et science humaine    57

Stéphan Vaquero : La culture du goût chez Baltasar Gracián. Genèse d’une anthropologie sociale universelle    87

Tristan Vigliano : Dans quelle mesure peut-on parler
d’une anthropologie vivésienne ?   107

Arnaud Milanese : La connaissance de nous-mêmes selon Bacon. De l’homme matériel à l’histoire civile   127

Susanna Gambino Longo : Un paradigme primitiviste au xvie siècle. Récits italiens de peuples des îles   149

Ariane Bayle : Du nouveau sur l’homme malade ? Le cas des textes sur la syphilis au xvie siècle   171

Dominique Brancher : Anthropologie(s) sous condition. Montaigne et les régimes de vie   189

Index nominum   227

Résumés   233

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

Rencontre – lecture autour de Clément Marot, 7 mars 2022

Les rencontres de Poésie/Gallimard à la Sorbonne
à l’invitation de la revue de poésie contemporaine Place de la Sorbonne

 

Rencontre #3

Rencontre – lecture autour de Clément Marot

Lundi 7 mars 2022 à 18h30 Salle des Actes

17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

La Direction des Affaires Culturelles et la revue internationale de poésie contemporaine Place de la Sorbonne invitent Poésie/Gallimard pour une série de rencontres autour de ses dernières publications.

Cette troisième rencontre est consacrée à Clément Marot
avec les deux éditeurs du livre Les Epîtres,
Guillaume Berthon, maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’université de Toulon et Jean-Charles Monferran, professeur des universités à Sorbonne Université

La rencontre est animée par Alice Nez (éditrice assistante pour la collection Poésie/Gallimard)

Les lectures seront assurées par La Sorbonne Sonore. Partenariat Poésie/Gallimard et revue Place de la Sorbonne

Gratuit sur réservation obligatoire

https://www.billetweb.fr/jean-charles-monferran-et-guillaume-berthon-rencontres-de-poesie-gallimard-a-la-sorbonne

Passe vaccinal obligatoire

 

Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec, du XIVe au XVIe siècle

Séminaire du projet ERC Advanced Grant AGRELITA 2021-2022

“Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec, du XIVe au XVIe siècle”

organisé par Catherine Gaullier-Bougassas

 

22 novembre 2021 (14-16 h, Université de Lille, Campus Pont de Bois : salle A2.703)

Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille) : « L’espace grec dans la Bouquechardière de Jean de Courcy (1416-1422) : centralité et expansion »

14 décembre 2021 (14-17 h, Université de Lille, Campus Pont de Bois : salle A2.705) :

Ilaria Molteni (Université de Lille) : « Représenter les grecs et l’espace grec entre France et Italie : le laboratoire de l’Histoire ancienne jusqu’à César »

Cléo Rager (Université de Lille) : « Des lieux communs aux lieux de mémoire : les représentations de l’espace grec au prisme de l’Antiquité dans les récits de voyage et de pèlerinage en langue française de la fin du Moyen Âge »

31 janvier 2022 (14-17 h, Université de Lille, Campus Pont de Bois : salle A2.703) :

Clarisse Évrard-Guilbert (Université de Lille) : « L’espace grec dans l’Histoire de Jason et le Recueil des histoires de Troie de Raoul Lefèvre : choix textuels et traductions visuelles »

Valeria Russo (Université de Lille) : « La Grèce mythologique et la Grèce historique dans la Fleur des Histoires de Jean Mansel : encyclopédisme et fiction des représentations géographiques »

25 avril 2022 (14h-17h30, MESHS, 2 Rue des Canonniers, Lille : salle 2) :

Gilles Grivaud (Université de Rouen) : « La Chorografia d’Etienne de Lusignan : sources et propositions »

Alice Colantuoni (Université de Florence) : « Imaginaires, toponymies : l’espace grec dans l’historiographie française de la quatrième croisade »

2 mai 2022 (14h-17h30, Sciences Po Lille, 9 Rue Auguste Angellier, Lille : salle 244) :

Marie Jacob-Yapi (Université Rennes 2) : « “Ces Grecs, en 1500 ans voire plus, n’ont jamais changé leur manière de s’habiller” : le regard des Occidentaux sur le vêtement des Grecs anciens et modernes au XVe siècle »

Michele Campopiano (Université d’York) : « Un intermédiaire peu connu du monde antique : l’espace grec dans le Liber Guidonis et quelques observations sur sa fortune »

Clarisse Évrard-Guilbert (Université de Lille) : « Représenter la Grèce et les Grecs par le prisme flamand : le cas des enluminures des manuscrits français de la cour de Bourgogne »

9 mai 2022 (14h-17h30, MESHS, 2 Rue des Canonniers, Lille : salle 2) :

Daisy Delogu (Université de Chicago) : « Paysages palimpsestes : les espaces imaginaires grecs dans l’églogue du XIVesiècle »

Constantin Bobas (Université de Lille) : « En voyageant à Rhodes aux XVe et XVIe siècles. Imagination occidentale et réalité orientale d’un espace grec »

Valeria Russo (Université de Lille) : « Retrouver la Grèce dans le temps et dans l’espace : la Mer des histoires face à la création d’un passé antique »

13 juin 2022 (14h-17h30, MESHS, 2 Rue des Canonniers, Lille : salle 2) :

Corinne Jouanno (Université de Caen Normandie) : « Quelle place pour la Grèce dans la littérature romanesque byzantine (XIIe-XVe s.) ? »

Ilaria Molteni (Université de Lille) : « L’espace grec à la cour de France (1364-1422): genres littéraires, projets d’édition, programmes d’illustration »

Cléo Rager (Université de Lille) : « L’espace grec dans les récits des voyageurs du XVIe siècle »

 

Plus d’informations ici.

Programme à télécharger.

L’humanisme juridique

L’humanisme juridique

Aspects d’un phénomène intellectuel européen

 

Directeurs d’ouvrage: Prévost (Xavier), Sanchi (Luigi-Alberto)

 

Les spécialistes que réunit ce volume illustrent des aspects essentiels de la naissance et du développement de l’humanisme juridique. Ce courant européen où la philologie s’allie à l’histoire a été particulièrement vital et fécond dans la France de la Renaissance.

TABLE DES MATIÈRES

Bruno Méniel, Xavier Prévost et Luigi-Alberto Sanchi
Introduction     7

† Jean-Louis Ferrary
Ouverture. Les collections de textes juridiques
antérieurs au corpus de Justinien, de Sichard
à Schulting (xvie-xviiie siècles)    15

 

PREMIÈRE PARTIE
LES INITIATEURS ITALIENS

Diego Quaglioni
L’Epistola contra Bartolum de Laurent Valla (1433), fondation de l’humanisme juridique ?    47

Dario Mantovani
L’éloge des juristes romains dans le prologue du livre III des Elegantiae de Laurent Valla    67

Xavier Prévost
L’Encomium historiae (1517) d’André Alciat.
De l’éloge de l’histoire à l’étude historique du droit   141

Annalisa Belloni
De l’interprétation des épigraphes milanaises anciennesà la reconstitution des bureaux municipaux à Milan à l’époque romaine   159

DEUXIÈME PARTIE
LA RENAISSANCE JURIDIQUE FRANÇAISE

Géraldine Cazals
Avignon, mos Italicus, mos Gallicus ou mos Tholosanus ?Un lieu majeur du développement et de la diffusion de l’humanisme juridique (premier tiers du xvie siècle) ?   181

Luigi-Alberto Sanchi
À l’origine du Mos Gallicus. Les Annotations aux Pandectes de Guillaume Budé   213

Giovanni Rossi
Un manifeste de l’humanisme juridique naissant. L’épître Studiosis (1524) en préface du De legibus connubialibus et iure maritali d’André Tiraqueau   227

Bruno Méniel
L’humanisme juridique est-il un humanisme ? Le cas du Catalogus gloriae mundi de Barthélemy de Chasseneuz   257

Raffaele Ruggiero
François Baudouin, la « iurisprudentia muciana » et l’édit provincial de Cicéron   275

Stéphan Geonget
Prolégomènes à l’édition critique de l’Antitribonian de François Hotman   295 Marco Penzi Le schisme des parlements « royalistes » en 1591. Théorie et application des thèses gallicanes   317

TROISIÈME PARTIE
REGARDS SUR L’EUROPE

Mathias Schmoeckel
L’Humanisme juridique en Allemagne. Depuis la Réforme jusqu’à l’« Usus modernus Pandectarum »   343

Gaëlle Demelemestre
L’humanisme rationaliste de Diego de Covarrubias   363

Bibliographie sélective
Choix de références citées dans l’ouvrage   393
Index des noms   407
Résumés des contributions   421

Informations sur le site de l’éditeur: Classiques Garnier.

Revue Le Verger : Joachim du Bellay

Revue Le Verger

Bouquet XXII – Les Regrets, Les Antiquités de Rome et Le Songe de Du Bellay.

 

Numéro dirigé par Gautier Amiel, Adeline Lionetto, Pierre-Elie Pichot et Alicia Viaud

 

Sommaire du numéro

Introduction d’Adeline Lionetto : Du Bellay ou la grandeur du petit.

Du Bellay et les arts

Corinne Noirot : Janet contre Michel-Ange : l’art du portrait d’après nature selon le sonnet XXI  des Regrets de Du Bellay.

Jean Balsamo : Poésie et architecture françaises à l’antique : un programme royal. (Du Bellay, Les Regrets, sonnets 157-159).

Du Bellay et la satire

Mylène Prélat : “Il fait bon voir” : lexique de la vue et coup d’œil satirique chez Du Bellay et ses émules (Jacques Grévin, Jean de Gessée).

Agnès Rees : Représentations du féminin dans Les Regrets de Du Bellay : étude des sonnets 89-100.

Du Bellay et les autres

Marie-Bénédicte Le Hir : Du Bellay sur les pas d’Hésiode : Les Regrets ou la “doulce poësie” de la vertu.

Claire Sicard : “Si quelque malin obliquement te pince”. De l’iceberg Saint-Gelais dans Les Regrets de Du Bellay. (à venir)

Stylistique bellayenne

Daniele Speziari : Plan embrayé et plan non embrayé dans Les Regrets de Du Bellay.

Compte rendu

Charles-Yvan Elissèche : compte rendu de l’ouvrage Cérémonial politique et cérémonial religieux dans l’Europe moderne. Echanges et métissages.

Plus d’informations sur le site Cornucopia.

Hommage à Arlette Jouanna (1936-2022)

Hommage à Arlette Jouanna (1936-2022)

 

Arlette Jouanna nous a quittés le 29 janvier 2022, avec une discrétion tout à son image qui contraste de manière saisissante avec la place éminente qu’elle occupait au sein de la communauté des historiens modernistes, dans le souvenir des générations d’étudiants qu’elle a formés et avec la trace indélébile que son œuvre laissera dans l’historiographie.

A l’issue d’études brillantes, Arlette Jouanna s’était d’abord destinée à une carrière d’angliciste avant de se consacrer à l’histoire. Normalienne et agrégée, elle avait alors entrepris la préparation d’une thèse d’Etat à la Sorbonne sous la direction de Roland Mousnier, où toute une génération d’historiens modernistes était alors en formation. Elle y avait rapidement acquis une place et une autorité si singulières qu’Yves-Marie Bercé, alors son condisciple, devait rappeler bien des années plus tard, dans une allocution prononcée à l’occasion d’une cérémonie organisée pour son départ en retraite, qu’elles lui avaient valu le surnom de « petite déesse » au sein d’un séminaire aux débats forts relevés.

Suivant son mari Paul, c’est à Montpellier qu’elle avait exercé dès 1968, à l’Université Paul Valéry, où elle gravissait rapidement tous les échelons pour devenir professeur d’histoire moderne en 1978, trois années après la soutenance de sa thèse consacrée à l’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIesiècle. Soucieuse d’accorder tout le temps nécessaire à l’éducation de ses enfants, elle avait attendu 1989 pour publier son premier ouvrage majeur, Le devoir de révolte, unanimement salué pour l’approche novatrice qu’il développait sur les motivations politiques des prises d’armes nobiliaires de la première modernité. Et tout au long de ces deux décennies, elle délivrait à ses étudiants un enseignement passionnant et passionné, suscitant chaque année de multiples vocations traduites dans un nombre considérable de mémoires de maîtrise annuellement soutenus sous sa direction.

Celles et ceux qui ont eu la chance de bénéficier de ses conseils ont tous été marqués par sa profonde gentillesse, son réel dévouement, son souci permanent et prononcé de transmettre à la fois sa passion pour le XVIe siècle, son exigence sur le plan méthodologique et sa détermination à inculquer à ses élèves le goût de la rigueur et de la clarté. Il n’était pas rare, avec elle, de pouvoir bénéficier d’un rendez-vous de trois heures pour échanger sur les travaux en cours. Elle ne comptait pas son temps et ses doctorants, en particulier, ont pu ainsi bénéficier de sa grande générosité intellectuelle qui se doublait à leur égard d’une bienveillance quasi-maternelle.

De manière fort prématurée, en 1993, elle avait décidé de faire valoir ses droits à la retraite, en vertu du bénéfice que lui procurait son entrée précoce dans la carrière, associé à l’éducation de ses quatre enfants. Elle était, disait-elle, épuisée par l’augmentation galopante des responsabilités administratives dévolues aux professeurs des universités qui l’éloignaient de plus de plus de sa passion pour la recherche. Et de manière paradoxale, c’est en effet après l’obtention de son éméritat qu’a pu se déployer, avec une ampleur encore plus considérable qu’auparavant, tout son talent d’historienne.

De sa monumentale Histoire et dictionnaire des guerres de religion (1998), qui fait toujours autorité, en passant par sa France de la Renaissance (2001) et son magnifique ouvrage sur la Saint-Barthélemy, qui est venu clore de manière convaincante, en 2007, des siècles de débats incertains sur le rôle joué par le roi dans cet événement majeur des guerres civiles françaises, jusqu’à ses plus récents opus consacrés au pouvoir et au prince absolus (2013 et 2014), sans parler de sa biographie de Montaigne parue en 2017, Arlette Jouanna a alors pu laisser s’exprimer toute sa maîtrise de l’histoire politique, sociale et religieuse des XVIe et XVIIe siècles, déployant avec une clarté sans égal, sur des sujets pourtant des plus complexes, une réflexion souvent neuve et toujours convaincante, nourrie au plus près des sources et fondée sur une maîtrise bibliographique exceptionnelle. Quand la pandémie l’avait contrainte au confinement, l’un de ses plus grands désespoirs était de ne plus pouvoir se rendre, comme elle le faisait toujours plusieurs fois par semaine, à la bibliothèque universitaire.

Ces ouvrages très largement salués par la critique lui ont valu de nombreuses récompenses, et en particulier, parmi d’autres, le prix Chateaubriand 2013 pour son livre sur le pouvoir absolu. Alors qu’elle avait repoussé à maintes reprises certains honneurs et propositions académiques qui lui avaient été offerts, elle avait alors dû accepter d’être dans la lumière, qu’elle n’avait jamais recherchée, préférant s’adonner à l’écriture dans son refuge de Montferrier-sur-Lez, avec pour seule satisfaction de pouvoir communiquer, à travers ses livres, sa passion pour le XVIe siècle. La reconnaissance dont elle bénéficiait auprès de ses collègues était telle qu’à un âge peu ordinaire elle avait encore participé à une soutenance d’habilitation à diriger des recherches en septembre 2020 ! Et c’est avec surprise et non sans gêne qu’elle avait appris, le 1er janvier de cette même année, son élévation au grade de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur. Sous la pression, elle avait fini par accepter de la recevoir des mains de sa complice de toujours, Anne-Marie Cocula, presque en catimini et seulement entourée de quelques élèves, amis et membres de sa famille, dans une toute petite salle de l’Université Paul Valéry en octobre 2020. Ce fut, pour certains d’entre nous, la dernière occasion de la revoir.

Abandonnée par ses forces, mais l’esprit toujours agile, Arlette Jouanna a eu le temps d’achever un dernier ouvrage, Le Sang des princes, qui paraîtra chez Gallimard à l’automne prochain. Ce sera pour nous tous une ultime chance de bénéficier de sa connaissance si fine d’un siècle sur lequel elle avait encore tant à nous apprendre. Elle repose désormais dans les Pyrénées, aux côtés de son mari disparu en 2013. Nous n’aurons plus la joie de la voir et de l’entendre, mais nous continuerons à la lire et à perpétuer son souvenir.

Hugues Daussy

Professeur d’histoire moderne

Vice-président de l’Université de Franche-Comté

Rabelais et le théâtre

Nicolas Le Cadet, Rabelais et le théâtre, Paris, Classiques Garnier, 2020, 467 p.

Autant le titre de l’ouvrage, Rabelais et le théâtre, peut déconcerter à première vue, autant son objet s’impose rapidement comme une évidence. Non, pas de scoop à attendre, Nicolas Le Cadet n’exhume pas une pièce de théâtre de Rabelais jusqu’alors inconnue. Il démontre en revanche, avec la rigueur et la précision qui caractérisent ses travaux, à quel point le théâtre infuse l’œuvre de Rabelais, en particulier fictionnelle. Les chroniques pantagruélines doivent beaucoup au théâtre qui en est à la fois une source textuelle, un objet et un mode de représentation. Il suffit de penser au personnage de Triboulet dans le Tiers livre, aux moutons de Panurge du Quart livre, ou encore à tel dialogue fortement dramatisé de Pantagruel ou de Gargantua, si bien qu’on s’étonne a posteriori qu’une telle étude systématique n’ait pas été menée auparavant. Rabelais et le théâtre : la conjonction invite le chercheur, et avec lui son lecteur, à s’interroger sur les différents liens que Rabelais a pu entretenir avec l’art dramatique. Rien n’est exclu du champ d’étude de Nicolas Le Cadet : Rabelais dramaturge, Rabelais comédien, Rabelais lecteur de pièces de théâtre, Rabelais mis en scène. Deux lieux du théâtre s’imposent comme étant les plus féconds : les sources théâtrales du texte rabelaisien d’une part, et l’esthétique dramatique de l’autre. Ils forment les deux parties de l’ouvrage.

Encore faut-il savoir de quel « théâtre » on parle. Dans la première partie de l’ouvrage, Nicolas Le Cadet s’attelle à un patient travail de reconstitution et de distinction des sources dramatiques : théâtre antique, mystères, farces, sotties, monologues et sermons joyeux. On savait Rabelais influencé par l’humanisme, les textes antiques, la Bible, les chroniques médiévales ; Nicolas Le Cadet démontre avec sa pédagogie et sa clarté habituelles tout ce que les romans rabelaisiens doivent au théâtre antique, et surtout médiéval et contemporain. L’influence du théâtre passe par l’allusion à certaines pièces, en premier lieu la Farce de maître Pathelin, mentionnée dans les cinq livres, dont Rabelais pourrait avoir possédé un exemplaire imprimé. Elle passe aussi, implicitement, par la reprise de certains thèmes, de certaines intrigues, voire par un certain esprit commun. Prenons comme seul exemple celui des diableries des mystères, dont s’inspire le récit des aventures de Panurge en Turquie, et de nombreux autres épisodes, même si on peut se demander par endroits si le diable fait toujours la diablerie. Au gré de cette première partie, le lecteur se promène d’une forme théâtrale à l’autre, et d’un livre rabelaisien à l’autre. L’itinéraire met en évidence la contamination des sources, voire des « mélanges esthétiques surprenants » (p. 233) qu’il reste encore à expliquer.

Nicolas Le Cadet s’attache à cette question de l’esthétique dans la seconde partie de l’ouvrage : fiction narrative, chronique, dialogue, récit de voyage, la geste pantagruéline est aussi, d’une certaine manière, théâtre. Les différents chapitres prennent le théâtre tantôt comme objet, tantôt comme forme esthétique. D’un côté, Nicolas Le Cadet s’intéresse aux passages qui présentent une dimension spectaculaire, lorsque Rabelais introduit dans son récit déclamateur et public, ou détaille les costumes de ses personnages. De tels épisodes sont nombreux, à l’image de la harangue de Janotus : la représentation de cette scène, qui renvoie aussi au discours scolastique universitaire, apparaît ainsi médiée par le théâtre, au sens de spectacle. D’un autre côté, Nicolas Le Cadet étudie la forme même prise par le texte, et en particulier la prédilection de Rabelais pour les discours directs et les dialogues, dont la présentation typographique rappelle, par endroits, celle des pièces imprimées. Le narrateur s’efface derrière la voix de ses personnages, comme le roman derrière le théâtre.

Comment faut-il comprendre cette place du théâtre ? La conclusion ouvre à ce sujet plusieurs pistes qu’on aimerait suivre plus longtemps avec l’auteur. Il y a d’une part, chez Rabelais, un art consommé de la contamination, qui invite à s’interroger sur l’articulation du dramatique et du narratif, sur la place d’autres modèles accordant une place à l’oralité (dialogues, discours), et plus généralement sur le rôle relatif de chacun des genres dans l’élaboration de la fiction rabelaisienne. La place du théâtre, d’autre part, invite à réévaluer les modes de réception du texte rabelaisien, et en particulier les modes de lecture oraux dont se sont emparés certains metteurs en scène contemporains. L’omniprésence de la référence théâtrale s’explique-t-elle par la destination orale première de l’œuvre ?

Ce pourrait être là la matière d’un autre livre. Celui-ci a déjà amplement atteint ses objectifs : éclairer sous un autre jour de nombreux épisodes des cinq livres dans autant de précises et minutieuses explications de texte, redonner au théâtre sa juste place aux côtés des autres genres contaminant la geste pantagruéline, et enfin documenter les relations entre œuvre dramatique et œuvre narrative, entre Moyen Âge et Renaissance, au-delà des ruptures traditionnelles. Saluons, pour terminer, la qualité des index (des noms, des notions, et des chapitres analysés) qui font de Rabelais et le théâtre un ouvrage aussi commode qu’utile.

Adeline Desbois-Ientile

Botticelli à Ecouen

 

 

Présentée dans le cadre de l’exposition « Botticelli. Artiste & Designer » au musée Jacquemart-André jusqu’en janvier 2022, La Vierge et l’Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste est déposée au musée national de la Renaissance pour une période d’un an.

Ce tableau de l’atelier du grand peintre florentin Sandro Botticelli provient de l’église Saint-Félix de Champigny-en-Beauce, où il a longtemps été considéré comme une simple copie du XIXe siècle. C’est grâce à Matteo Gianeselli, conservateur du patrimoine, et à son travail au sein du Répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaises que l’œuvre est redécouverte et retrouve sa prestigieuse attribution à l’un des artistes les plus emblématiques de la Renaissance.

La scène figure la Vierge tenant l’Enfant, accompagnée du petit saint Jean, le cousin de Jésus. Cette iconographie a connu un très grand succès à Florence, puisque le Baptiste était l’un des saints patrons les plus vénérés de la ville.

Les artistes florentins ont multiplié les représentations de la Sainte Famille, notamment destinées au cadre domestique et familial pour lequel elles incarnaient un idéal de vertu et de tendresse. Les maîtres profitaient alors largement de cette popularité : de Botticelli et son atelier, on connaît au moins deux autres versions de la composition (Florence, Palazzo Pitti et Birmingham, Museum and Art Gallery).

La DRAC Centre-Val de Loire a pris en charge l’intégralité de la restauration de ce tableau, réalisée par le Centre de recherche et de restauration des musées de France. Le tableau est par ailleurs classé au titre des monuments historiques par arrêté du 30 juin 2021.

Il est visible dans la chapelle du musée national de la Renaissance du château d’Ecouen.

 

Diane en son paradis d’Anet – 17 février 2022, INHA

Vous êtes cordialement invités à découvrir l’ouvrage

Diane en son paradis d’Anet

Dessins et programme des tapisseries et des vitraux d’Anet

Jeudi 17 Février

Salle Vasari

18h30

 

Interviendront : Luisa Capodieci (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Dominique Cordellier (Musée du Louvre), Paul-Victor Desarbres (Université Paris-Sorbonne), Françoise Gatouillat (Centre André Chastel), Cécile Scailliérez (Musée du Louvre).

Diane de Poitiers (1500-1566), veuve de Louis de Brézé et favorite du roi Henri II, fait bâtir avec l’appui de ce dernier et le concours des artistes de Fontainebleau le château d’Anet, chef-d’œuvre de l’architecture de la Renaissance française.

Mais c’est cette autre Diane, la chasseresse des Anciens, vive et farouche, dont la superbe figure coïncide si bien avec celle de la maîtresse des lieux, qui apparaît dans les deux principaux cycles narratifs du château : celui d’une célèbre tenture de tapisseries, et celui des vitraux en émail blanc qui occupaient les fenêtres du premier étage, notamment celles de l’appartement du roi.

Ce livre, qui conjugue et accorde les recherches de cinq historiens (de la littérature, du dessin, de la peinture et du vitrail), s’attache à ces deux ensembles, les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée.

L’examen de toutes ces œuvres signale que, dans les vitraux, comme dans les tapisseries, l’histoire et le mythe prenaient place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permettait à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

INHA, 2, rue Vivienne, Galerie Colbert, 1er étage

Les figures féminines merveilleuses de l’Antiquité et leur réception

Colloque international

Appel à communication

Les figures féminines merveilleuses de l’Antiquité et leur réception des origines à nos jours : reconductions, reconfigurations, subversions.

 

Université de Poitiers (FoReLLIS)

17-18 novembre 2022

Organisé par Anne Debrosse, Isabelle Jouteur et Marie Saint Martin

 

date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2022

 

Le merveilleux et le féminin ont fait l’objet de nombreuses recherches propres à en définir les contours et à en montrer les failles et les limites. En revanche, les zones d’interaction entre ces deux notions, loin d’être univoques et simples, ont été moins explorées et demandent un travail de cadrage. Il s’agira dans ce colloque d’étudier ce que le merveilleux fait au genre à travers le prisme du féminin, et ce que le féminin apporte au concept de merveilleux, grâce à un examen résolument diachronique des figures féminines antiques merveilleuses, de leur création à leurs réceptions les plus contemporaines en passant par le Moyen Âge et la première modernité, en France et ailleurs, à travers des corpus littéraires.

Argumentaire :

Le féminin entretient avec le merveilleux une intimité exceptionnelle, mais complexe et mouvante selon les définitions et les extensions qu’on en donne – définitions que nous souhaiterions garder très souples et ouvertes. Pandore, la première femme, est une créature artéfactuelle, fabriquée à partir d’éléments composites agencés par les dieux pour punir les hommes : elle exprime un merveilleux subversif, en concurrence avec d’autres figures plus normatives. Circé, Médée, les sirènes représentent de leur côté un merveilleux irrigué par le magique et l’envoûtement, plus conforme à l’actualisation de la notion donnée par les contes de fées. Dès que l’on pense aux grandes figures mythiques ou semi-mythiques féminines de l’Antiquité, on imagine des personnages à mi-chemin entre le quotidien et un autre monde, celui des dieux, de la magie, d’un ailleurs géographique et d’un autre radical. Or, cet entre-deux qu’occupent les personnages mythiques féminins participe d’une esthétique du merveilleux au sens où la définit Todorov[1], dans la mesure où les textes qui les mettent en scène intègrent un surnaturel naturalisé, abolissant de la sorte la ligne de séparation entre monde ordinaire et monde extraordinaire, à la différence du fantastique qui joue de la bascule inquiétante entre le quotidien le plus prosaïque et la survenue d’événements inacceptables pour la rationalité humaine. Pourtant, une certaine étrangeté, qui pour Todorov ressortit à la dimension fantastique, n’en est pas moins l’une des constantes qui caractérisent la représentation du féminin : en ce sens, la femme merveilleuse semble capable de faire bouger les lignes de la définition de Todorov. Car à la croisée du féminin et du merveilleux, on trouve rapidement l’altérité, la défamiliarisation et la transgression, qui permettent de se poser la question de ce que nous appellerons l’« emmerveillement » : qu’est-ce qui fait que l’on nimbe un personnage féminin de merveilleux, et dans quel but ?

*

*    *

Le θαῦμα grec, dont Laurie-Nuria André a bien montré le rapport intrinsèque qu’il impliquait à une subjectivité[2], se construit sur le constat d’un écart relativement à un horizon d’attente : qu’il oriente la perception en direction d’un versant heureux ou dysphorique, son rapport aux concepts de beau, de naturel et de réel travaille à partir d’une normativité intégrée par le sujet[3]. La notion de genre et les attentes qui lui sont attachées sont donc partie prenante de la définition de ce merveilleux grec. De même, on pourra se demander si le σέβας dont Ulysse prétend être saisi devant Nausicaa serait envisageable dans une autre configuration de genre : l’émerveillement a-t-il un genre, et si oui, implique-t-il nécessairement l’unilatéralité d’un regard masculin sur un objet féminin ? Il faudra également s’interroger sur le genre grammatical de la merveille : comment, à quel moment et avec quelles conséquences le terme neutre pluriel de mirabilia est-il devenu féminin[4] ? Il est peut-être d’autant plus délicat de répondre à ces questions que l’interaction quotidienne entre hommes et dieux qui caractérise l’Antiquité, du fait d’un cadre métaphysique différent du nôtre, implique une normalisation du merveilleux dont il faut tenir compte.

Les aspects historiques, culturels, institutionnels susceptibles de créer du merveilleux au féminin pourraient se circonscrire ainsi, par hypothèse : la fonction économique des femmes, renvoyant à une organisation de la société et à une répartition des pouvoirs décrites par Dumézil, permet d’imaginer le merveilleux féminin comme une figuration de la femme anti-sociale, qui s’échappe ainsi des fonctions naturalisées qui lui sont assignées, dans les fantasmes masculins comme dans les aspirations des femmes à une vie affranchie des contraintes du foyer. L’anthropologie a également des réponses à donner sur l’intervention du merveilleux dans les pouvoirs extraordinaires assignés à la femme réglée, vieillissante, gestative, etc.[5] ; on s’attachera ainsi à sonder en quoi les femmes ont été dotées par la fiction ou la littérature voire l’iconographie de capacités hors norme (rayonnement, intuition, empathie, mnémonie, longévité, liaison avec l’au-delà, monde d’entités spéciales, divination), et à discriminer alors si le merveilleux vient d’un statut divin ou non, afin de désengager la femme antique du schéma moderne de la binarité pour s’intéresser aux attributs ou propriétés féminins tels qu’ils sont soulignés dans leurs aspects merveilleux (chevelure, ventre, yeux, teint, poitrine, sexe, hanches, lien avec l’eau, les humeurs, etc.). Toutefois, ces différentes réponses de l’anthropologie et de la mythologie comparée sont renégociées avec une grande inventivité par le déplacement des frontières des genres, et il semble que les derniers acquis en termes de fluidité des genres permettent d’élaborer de nouveaux espaces de merveilleux en des lieux moins attendus.

En outre, la question d’une construction d’un merveilleux féminin par les hommes constitue un autre champ d’étude possible de nature à en affiner les contours : on se propose de questionner en quoi l’apparente intimité entre la femme et le merveilleux reflèterait les projections et fantasmes d’hommes sur la surface du corps des femmes comme sur leurs caractéristiques psychiques. La fascination érotique exercée par ces figures, dès leur réception ovidienne, est une manière de borner leur pouvoir par le regard masculin qui les contemple, et de le circonscrire à la sphère des relations amoureuses (comme le souligne d’ailleurs l’issue inéluctable : la magicienne domptée par un homme auquel elle se soumet). Par ailleurs, le personnage féminin, au théâtre, est joué par des hommes, devant des hommes, au sein d’un rituel défini pour souder la cité : les femmes ne concourent ni à son élaboration, ni à sa réception. La merveille, quand elle rejoint le monstre ou le subversif, devient objet de la frayeur ou de la fascination d’un instant, celui de la représentation : là encore, les figures féminines œuvrent à reconfigurer la définition d’un merveilleux qui intègre désormais la frayeur et l’étrangeté. Les notions de merveilleux, de prodigieux et de monstrueux semblent poreuses pour l’Antiquité, ce que démontre le portrait des sorcières démoniaques d’Apulée. Les modalités multiples du merveilleux imposent d’ailleurs de s’interroger sur les effets d’un émerveillement devant le féminin pour la définition de l’objet regardé. Il faudra à ce sujet analyser l’effet du merveilleux féminin sur le lecteur, dans le cadre d’une étude des formes littéraires susceptibles de porter un discours de l’émerveillement.

Pourtant, il faudrait se garder de plaquer nos grilles de lecture et d’analyse sur les écrits du passé, tout en testant leur validité lorsque nous les utilisons.

La première d’entre elles, c’est peut-être le binarisme, pourtant de plus en plus sapé par la pensée queer. Les figures antiques sont parfois troubles : elles peuvent être au féminin, au masculin ou au neutre, comme Charybde et Scylla, créatures merveilleuses mises en scène dans l’Odyssée qui se voient attribuer des adjectifs indéterminés, voire masculins ou neutres. Leur genre, chez Homère, semble en partie détaché de toute implication sexuée, mais elles seront dotées par la suite d’une histoire qui les féminise tout en les réduisant, chez Ovide notamment. Et c’est bien la réflexion alexandrine et ovidienne sur la féminité de Scylla qui a trouvé plus d’échos dans la littérature ultérieure que le monstre homérique symbolisant les dangers de l’inconnu maritime. Bien plus, les personnages qui changent de sexe, qui ont deux sexes à la fois ou qui n’en ont pas du tout sont bien présents dans la littérature antique, de même que les redistributions de rôles biologiques. Chaos, l’élément originel chez Hésiode, au genre neutre, est capable d’engendrement. Si ces phénomènes frappants interrogent et ont incité à des récritures fictionnelles ou à des choix de traduction tranchés, les réponses des autrices ou traductrices et des auteurs ou traducteurs peuvent varier selon les approches – essentialiste, anti-naturaliste, constructiviste et queer – qui proposent des reconfigurations différentes des figures merveilleuses antiques. La dimension normative ou au contraire subversive dont ces figures sont porteuses peut se trouver déplacée voire inversée selon la conception du genre utilisée. Peut-être faudra-t-il réviser certains clichés et notre regard sur la nature de ces figures parfois trop célèbres pour qu’on cherche à les retrouver pleinement : la force subversive de ces figures, quand elles en sont manifestement dotées, vient-elle uniquement des relectures constructiviste et queer ? Une figure féminine antique est-elle moins merveilleuse selon la conception du genre utilisée ? Les relectures constructiviste et queer n’ont-elles fait que prolonger une instabilité déjà fortement présente dans l’élaboration littéraire de ces personnages ? La réflexion pourrait à ce titre confirmer ou infirmer la « queeritude » de ces figures dans leur contexte d’élaboration originel.

La seconde grille de pensée propre au présent, c’est l’avènement et l’expansion d’un courant féministe qui fait des femmes des individus inspirants et empouvoirés souvent envisagés au prisme de la merveille. Dans l’Iliade des femmesde Mesguisch et Lascoux, la femme, déesse mortelle, est transformée en merveille, dans un geste anachronique induit par ces effets de réception.

*

*    *

Ainsi, il nous semble que lire autrement les personnages merveilleux féminins hérités de la mythologie gréco-romaine permettrait d’offrir un paradigme en partie affranchi de ces bipartitions structurelles, et d’inventer un être au monde libéré des contraintes de genre, ou du moins jouant plus librement avec elles. Cette ouverture des représentations est peut-être plus intéressante que le féminisme de convention que l’on peut trouver dans certaines reprises contemporaines de personnages antiques, où l’aspect corrosif des figures féminines merveilleuses de l’Antiquité est bridé pour en faire des personnages entièrement positifs : le merveilleux n’impose pas nécessairement des relectures qui érodent le côté plus sombre des personnages féminins antiques, et pourtant la littérature se fait la chambre d’écho d’un besoin de lisser, de résorber la violence des personnages féminins, qui résonne comme une mise au pas de leur pouvoir subversif.

S’interroger sur le merveilleux féminin sur le temps long, c’est engager une réflexion qui met à contribution anthropologie, épistémologie, esthétique, ontologie, histoire, au croisement de champs disciplinaires qui interrogent tous le rapport aux normes. Il s’agira en somme de se demander ce qui stimule ou limite l’imaginaire lorsqu’il s’agit du merveilleux féminin, mais aussi de définir les conditions de possibilité d’un merveilleux féminin affranchi des contraintes de la psychologisation hétéro-normative.

Les périodes d’études iront de l’Antiquité à nos jours, qu’importe la période (Moyen Âge, période moderne, période contemporaine, ou comparaison entre deux périodes). En effet, chaque époque a apporté son lot de clichés et de subversions sur la question. Notre époque est le fruit d’une lente décantation. Il s’agira d’explorer les points suivants :

  • A quelles périodes va-t-il de soi de rapprocher “femmes” et “merveille” ? Il faudra garder à l’esprit que ces deux catégories sont de toute façon mouvantes.
  • Quelles figures féminines sont l’objet de ce qu’on pourrait appeler un “emmerveillement” ? Si la chose paraît évidente pour les déesses, qu’en est-il pour les savantes, les penseuses, les combattantes, les prêtresses… et même les femmes en général ? Quelles sont les variations dans le temps ?
  • Les termes du merveilleux sont-ils les mêmes lorsqu’ils sont appliqués à des figures féminines, masculines ou neutres ?
  • La nature du merveilleux et de l’“emmerveillement” est à questionner également. L’émerveillement provoque-t-il l’admiration, la peur, le rejet, la tentation ? Est-il à considérer comme un ailleurs parallèle à notre réalité ? Doit-il au contraire faire l’objet d’un réinvestissement par le quotidien et le banal ?

Le colloque aura lieu les 17-18 novembre 2022. Il se tiendra à l’université de Poitiers. Les frais de logement et de restauration seront pris en charge. Nous invitons les participants à se rapprocher de leur laboratoire pour envisager un remboursement de leurs frais de déplacement. Il bénéficie du soutien du CÉRÉdI et de la SIÉFAR.

Les propositions, d’une demi-page maximum, sont à retourner, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, avant le 31 mars 2022 aux trois adresses suivantes :

anne.debrosse@univ-poitiers.fr

isabelle.jouteur@univ-poitiers.fr

saintmartin.marie@orange.fr

Comité scientifique :

Michel Briand (université de Poitiers)

Ariane Eissen (université de Poitiers)

Sophie Gällnö (université de Genève)

Philippe Hardie (université de Cambridge)

Jacqueline Leclercq-Marx (Université Libre de Bruxelles)

Myriam Marrache-Gouraud (université de Poitiers)

Emilie Pézard (université de Poitiers)

Sandra Provini (université de Rouen)

Patrick Snyder (université de Sherbrooke)

[1] Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Editions du Seuil, 1970, coll. « Points Seuil ».

[2] Laurie-Nuria André, « Regard et représentation du paysage dans l’épopée grecque d’époque impériale : le cas des mirabilia », Pallas, 92 | 2013, 183-202.

[3] Voir également Christine Hunzinger, « Entre séduction et déception : l’ambiguïté de la beauté du merveilleux dans l’épopée grecque archaïque », dans Aurélia Gaillard et Jean-René. Valette (éd.), La Beauté du merveilleux, Pessac, 2011.

[4] Jacques Le Goff, Héros et merveilles du Moyen Âge, Paris, Editions du Seuil, 2005.

[5] Françoise Héritier, Masculin/Féminin I, La Pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 2012.

Séminaire Marguerite de Navarre

Séminaire Marguerite de Navarre – perspectives croisées

Dédié à la mémoire de Robert D. Cottrell

Le Séminaire Marguerite de Navarre, lancé à l’occasion du 530e anniversaire de la naissance de la sœur de François Ier a pour but de croiser différentes perspectives de recherche sur la reine et son œuvre. L’intérêt pour ces questions ne diminue pas, ce que prouvent les colloques, les publications et même la nouvelle biographie de Marguerite de Navarre parue en 2021. Heureusement, il n’est plus nécessaire d’adopter une démarche apologétique et remettre en question son statut d’auteur prétendument « mineur », puisque les précédentes générations de seiziémistes ont mis en évidence son rôle crucial dans le monde des lettres durant le règne de François Ier. En même temps il reste beaucoup à dire sur la langue et le style, la poétique et la rhétorique, la pensée religieuse et la spiritualité, l’influence et le rayonnement, sans perdre de vue la dimension historique et culturelle de l’action de celle qui était en son temps appelée la « perle des Valois ».

Nous avons imaginé un séminaire qui rassemblerait des chercheurs de différents pays et différents fuseaux horaires et qui deviendrait, autant que possible, une sorte d’atelier collaboratif. Ce séminaire donnera l’occasion de rencontres et de débats en invitant historiens et littéraires à se pencher sur Marguerite de Navarre et son œuvre pour en apporter de nouveaux éclairages.

La nouvelle de la mort de Robert D. Cottrell auquel les études margaritiques doivent tant nous a surpris lors des préparatifs de ce séminaire. Nous avons décidé de rendre hommage à sa mémoire en lui dédiant nos réflexions et nos travaux.

Télécharger les informations pratiques et le calendrier des séances ici : Seminaire_Marguerite de Navarre_2022_Annonce.