Motion de la SFDES

La S.F.D.E.S s’alarme des mesures consécutives à l’adoption de la Loi de Programmation de la Recherche, notamment de la suppression de la qualification par le Conseil National des Universités aux fonctions de professeur pour les maîtres de conférences HDR déjà en poste. Elle appelle en outre les collègues à ne pas prendre part à l’expérimentation de la dispense de qualification pour le recrutement des maîtres de conférences.

Elle dénonce une attaque contre le statut national des enseignants-chercheurs, soutient l’appel de la Commission Permanente du CNU demandant à la communauté universitaire de ne plus siéger dans les comités HCERES, et attend du Ministère qu’il entame rapidement des négociations sincères avec la CP-CNU.

Motion votée par le CA de la SFDES, le 12 mars 2021

La science prise aux mots

Violaine Giacomotto-Charra et Myriam Marrache-Gouraud (dir.), La Science prise aux mots. Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 2021, 460 p.

 

Fruit de quatre journées d’études organisées de 2014 à 2016, le présent volume réunit vingt contributions, précédées d’une introduction générale. Le livre se divise en trois parties, chacune d’entre elles s’ouvrant utilement sur un cadrage théorique proposé par les directrices de l’ouvrage. L’objectif de Violaine Giacomotto-Charra et de Myriam Marrache-Gouraud est d’étudier le lexique scientifique de la Renaissance afin d’en saisir les évolutions mais aussi les influences pratiques et conceptuelles dans le domaine savant. Soucieuses d’historiciser les savoirs, toutes deux entendent « examiner un moment de la vie de la terminologie scientifique dans la diversité de ses supports, en tenant compte de la variété des disciplines et des emplois, en mesurant le décalage avec lequel les mots passent du latin au vernaculaire et les effets que ce phénomène induit, en [s’]attachant à mettre en évidence les lieux où se formalise une réflexion sur la langue scientifique » (p. 13-14).

Une première partie, intitulée « Noms et images de la science », examine les mots qui désignent la démarche savante et la soif de savoir à la Renaissance. Tentant de dénouer l’écheveau du lexique scientifique renaissant, V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud montrent comment il est possible de saisir les choix épistémiques opérés par un savant à partir des mots qu’il emploie. Elles explorent en outre la dimension équivoque de la « curiosité », cette soif de connaissances observée avec suspicion voire condamnée pour son outrecuidance.

Les contributions de Guylaine Pineau (sur Ambroise Paré) et de Nicolas Corréard (sur la métaphore viatique et le désir savant) examinent plus avant les ambiguïtés de la libido sciendi. G. Pineau met au jour le paradoxe en vertu duquel le chirurgien, pourtant animé d’un puissant désir d’apprendre, recourt très peu à la notion de curiosité, sans doute à cause de la saisie négative qu’on pouvait en faire. De son côté, N. Corréard montre que, dans les satires d’inspiration lucianesque, le lexique viatique (comme le terme « pérégrinité », présent chez Rabelais) a massivement été employé pour décrire ou décrier le désir jamais assouvi de savoir.

Enfin, Noémie Castagné étudie la traduction en langue vulgaire réalisée par Filippo Pigafetta du Mechanicorum liber (1577), traité de mécanique signé Guidobaldo dal Monte. En arpentant la correspondance entre le traducteur et l’auteur, N. Castagné scrute les difficultés rencontrées par Pigafetta lorsqu’il cherche à rendre compréhensibles des termes techniques latins, peu voire jamais usités en langue italienne.

Sous le titre « Les leçons de l’expérience », la deuxième partie de l’ouvrage s’ouvre sur un article introductif dans lequel V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud soulignent que, dès la fin du Moyen Âge, l’expérience apparaît comme une composante centrale de la démarche savante. La Renaissance se distinguerait alors par son goût de plus en plus marqué pour l’autopsie, c’est-à-dire la vue par soi-même, mais aussi pour l’expérimentation, conçue comme « moment, organisé et volontaire, du raisonnement savant » (p. 113).

            Dans son article, Juliette Ferdinand étudie le lexique de Bernard Palissy, chez qui le terme d’« expérience » est peu employé alors que ses écrits de céramiste et de naturaliste constituent une apologie de l’expérience et des savoirs pratiques contre les raisonnements théoriques et les sources livresques. Moins radicale est la position du médecin Antoine Mizauld dont Laurent Paya étudie l’ouvrage d’agronomie (Le Jardinage, 1578). Dans ce traité où abondent les phénomènes merveilleux, l’expérience permet de confirmer les savoirs horticoles des Anciens grâce aux observations de terrain faites par les jardiniers et les érudits contemporains de Mizauld, sans que ce dernier ait besoin d’expliquer la logique causale des prodiges qu’il décrit.

            Les deux contributions suivantes réfléchissent à la place de l’expérience en médecine. Valérie Worth-Stylianou scrute les préfaces des traductions françaises de traités médicaux grecs ou latins afin de voir comment les traducteurs conçoivent l’expérience. Les anatomistes d’une part et les paracelsistes de l’autre apparaissent comme des chantres de cette notion avant que le genre épistémique de l’observation ne permette à une femme telle que Louise Bourgeois de fonder la légitimité de son entreprise d’écriture sur son expérience de sage-femme. Hervé Baudry, quant à lui, s’intéresse au médecin galéniste orthodoxe Antoine Martin, critique sévère du malade sceptique et « misiâtre » (p. 173) que serait Montaigne. L’opposition entre les deux hommes se greffe sur une compréhension radicalement différente de l’expérience : soumise à la raison dans le discours institutionnel du médecin, l’expérience est, chez l’auteur sceptique, un mode de connaissance intime permettant de questionner les prétentions hégémoniques de la raison.

            Les deux dernières études de cette partie abordent la littérature militaire et les privilèges d’invention. Michel Pretalli s’intéresse à l’essor des publications d’art militaire généré par les guerres d’Italie. L’expérience y joue un rôle crucial parce qu’elle est mise au service d’une démarche promotionnelle. Bien des auteurs cherchent à se construire une expertise à partir de leur savoir-faire pratique qu’ils ont acquis sur le terrain. Quant aux lettrés qui n’ont pas été sur le champ de bataille, la latitude sémantique du terme « expérience » leur permet de fonder leur crédibilité sur un savoir indirect acquis par les livres. De son côté, Aurélien Ruellet étudie les privilèges attribués à des inventeurs français et anglais du xviie siècle. Les pratiques de démonstrations publiques que suscitent les inventions croisent deux usages de l’expérience : s’il est question d’administrer des preuves par l’expérimentation, la démonstration a aussi une valeur publicitaire au sein d’un dispositif qui relève de « la science-spectacle » (p. 227).

Une dernière moisson d’articles, regroupés sous le titre « Une science du regard », étudie l’autonomisation progressive et la promotion de l’observation conçue comme un geste épistémique qui « engage le sujet » (p. 236) et modifie les pratiques scientifiques.

            En étudiant les récits de voyage, corpus bâti sur une tension entre l’autopsie et le savoir livresque, Grégoire Holtz analyse comment s’élabore la validité des observations faites lors des premières circumnavigations. L’auteur remarque que les récits géographiques sont sous-tendus par un « idéal de transitivité » de l’expérience viatique (p. 268) autant que par une interrogation sur la pertinence épistémologique de l’observation, nécessairement circonscrite à l’œil du cosmographe. Cette question de la prééminence de l’œil observateur se retrouve chez Bernard Palissy, dont les écrits sont analysés dans un second article de J. Ferdinand. L’autrice montre à quel point l’observation directe conditionne l’acquisition de connaissances chez le céramiste, au point d’être davantage valorisée que la lecture des autorités.

            Les deux contributions suivantes s’attachent aux traités d’histoire naturelle. Dans un article sur les images présentes dans ces textes, Philippe Glardon remet en question le préjugé selon lequel ces imprimés seraient composés d’illustrations réalistes et de commentaires obsolètes. Soucieux de redéfinir les « liens heuristiques qui unissent texte et image » (p. 293) dans les écrits des naturalistes, l’auteur rappelle que l’image est subordonnée aux descriptions textuelles et qu’elle en forme même une concrétisation matérielle. De son côté, Claude La Charité étudie L’Histoire entiere des poissons de Guillaume Rondelet afin d’en mettre au jour les fondements épistémologiques. Bien que la vue joue un rôle crucial dans le discours de l’ichtyologue, notamment par l’intermédiaire des gravures, son traité, mu par un désir d’exhaustivité, dépasse cette prééminence du visible pour tantôt explorer la nature multisensorielle de l’observation scientifique tantôt offrir une place à l’invisible, c’est-à-dire à des espèces évoquées par les Anciens mais jamais vues par l’historien naturel.

C’est à l’anatomie et à ses rapports avec l’observation que sont consacrées les deux études suivantes. Emmanuelle Lacore-Martin s’intéresse au travail du médecin André Du Laurens et met au jour chez ce dernier un idéal de la transparence tant dans la communication scientifique, où le visible et le vrai se confondent, que dans sa description anatomique de l’œil, où la clarté du cristallin joue un rôle prépondérant. Pour sa part, Benoît Jeanjean étudie la publication entreprise en 1714 par Giovanni-Maria Lancisi de planches réalisées au xvie siècle par le célèbre anatomiste Bartholomée Eustache. La distance temporelle qui sépare la création des planches et la parution de l’ouvrage rend d’autant plus féconde l’analyse du travail de commentaire entrepris par le savant italien. Façonnant au gré de ses annotations un portrait élogieux d’Eustache en anatomiste d’une modernité étonnante, Lancisi établit une continuité entre la Renaissance et son temps, en dépit des changements qu’a connus le monde scientifique en un siècle et demi.

Enfin, les deux dernières contributions abordent la question de l’observation à travers la presse savante (David Banks) et la cartographie (B. Jeanjean). Dans son article, D. Banks compare la manière dont a été employée la notion de perception dans Le Journal des Sçavans et The Philosophical Transactions, deux revues savantes de la fin du xviie siècle. L’auteur montre que la fréquence plus grande avec laquelle la perception est convoquée dans la revue londonienne s’explique par des projets éditoriaux et idéologiques différents : nourri de la pensée empiriste, le journal anglais s’adresse à un lectorat féru de sciences et de techniques tandis que la revue parisienne, influencée par les thèses cartésiennes, couvre une grande variété de disciplines et participe à la célébration monarchique de la culture française. Dans son second article, B. Jeanjean étudie les fonctions des textes liminaires qui accompagnent les différentes éditions du premier atlas mondial que constitue le Theatrum Orbis Terrarum (1570) d’Ortelius. Extrêmement variés au fil des éditions, ces seuils péritextuels visent à instruire, séduire et émouvoir le lecteur, découvrant, émerveillé, la terre entière condensée en un seul livre.

            Étoffée d’une riche bibliographie et d’un index des noms anciens, l’enquête menée dans cet ouvrage s’avère aussi passionnante qu’accessible pour ceux et celles qui souhaitent approfondir leur connaissance des savoirs renaissants. Offrant la possibilité aux lecteurs et lectrices de repenser l’épaisseur historique des mots et des concepts scientifiques, ce recueil d’articles se lit aussi comme une invitation à mesurer l’étrangeté d’une langue qui nous semble pourtant familière tant les termes qu’elle mobilise ont perduré jusqu’à nos jours. Par la variété des disciplines abordées autant que par la multiplicité des questions soulevées au fil des contributions, le volume stimule notre curiosité moderne et assure une expérience de lecture d’autant plus réjouissante que la science renaissante est rendue à son incroyable foisonnement.

Jérôme Laubner

Réunion SFDES consacrée au programme des agrégations de Lettres 2022 , 19 juin

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier le samedi 19 juin à 14h à sa réunion de juin consacrée au programme des agrégations de lettres 2022 : Joachim Du Bellay, Les Regrets, Le Songe, Les Antiquités de Rome.
Au programme :
– Présentation de la bibliographie par Claire Sicard (CESR)
– Intervention d’Olivier Millet, récent éditeur des Regrets aux Classiques Garnier (2020) et responsable de la publication des Œuvres complètes de Du Bellay, et de François Roudaut, auteur de l’édition au programme (sous réserve)
– Discussion autour des titres qui seront proposés à la commission de choix des programmes pour les agrégations de lettres 2023. Toutes les propositions de titres sont les bienvenues : merci d’envoyer vos propositions à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com) et Jean-Charles Monferran (jcharles.monferran@free.fr) pour les soumettre à la discussion.
Pour assister à cette rencontre, deux possibilités :
– en présentiel, en Sorbonne, amphi Cauchy (entrée par le 17 rue de la Sorbonne, accès à l’amphi Cauchy par l’escalier F à partir de la galerie Richelieu)
Les personnes extérieures à la Sorbonne qui souhaitent assister en présentiel doivent impérativement s’inscrire auprès d’Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com) avant mercredi 16 juin à 14h pour avoir accès au bâtiment.
– à distance, via Zoom :
ID de réunion : 811 6162 3494
Code secret : 8RiU99
Au plaisir de vous retrouver le 19 juin,

Des mots de la peinture en France, 11 juin

Des mots de la peinture en France

entre XVIe et XVIIe siècles

 

VENDREDI 11 JUIN 2021

 

Collège Sainte Barbe, 4 rue Vallette, 75005 Paris Journée d’études en présence et en streaming

meet.google.com/cst-xydn-fka

L’organisation de cette journée d’étude fait partie du projet La terminologie artistique (XIVe-XVIIe siècle), France-Italie. Celui-ci est soutenu par un financement « Impulsion » de l’EFR dans le cadre de l’axe de recherche « Corpus, éditions de sources, humanités numériques ». Il bénéficie également d’un financement à « Projet innovant » de l’Université Sorbonne nouvelle.

Responsables scientifiques et organisation :

Sorbonne nouvelle : Anna Sconza et Julia Castiglione

Università di Torino : Margherita Quaglino

Voir le programme ici.

 

Pontus de Tyard et la varietas, 11-12 octobre 2021

Pontus de Tyard et la varietas

 

11-12 octobre 2021

Château de Bissy-sur-sur-Fley

L’intitulé de ces rencontres illustre la curiosité intellectuelle de Tyard et les moyens par lesquels il s’est efforcé d’imprimer sa marque dans l’histoire. Intellectuel associé à la rénovation poétique vers 1550, humaniste vulgarisant l’héritage de la philosophie naturelle et morale, prédicateur produisant une œuvre homilitique, Tyard représente l’honnête homme du XVIe siècle tenté par l’aventure encyclopédique. La richesse du corpus de ses œuvres reflète l’intention de l’auteur d’expliquer et de restituer par le texte la varietas des passions, de l’être humain, de l’univers et de Dieu.

Organisateurs:

Association Renaissance du Château Pontus de Tyard de Bissy-sur- Fley et François Rouget (Queen’s University, Canada)

Ces rencontres réuniront des chercheurs de plusieurs disciplines (historiens, littéraires, philosophes, musicologues …) qui s’attacheront à souligner la diversité des champs d’investigations de Tyard et la richesse des explorations qu’il avait menées dans ses œuvres. Curieux de tout, à l’image de l’un des personnages de ses dialogues, Tyard s’est impliqué dans les affaires de son temps, s’attachant à prôner la modération et la prudence.

Programme ici.

Le livre et ses secrets, études en souvenir de Jean-François Gilmont

Le livre et ses secrets

Études en souvenir de Jean-François Gilmont (1934-2020)

 

Lien vers le programme ici.

 

Organisation :

Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours

Chiara Lastraioli et Alexandre Vanautgaerden

 

En collaboration avec Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan

(resp. Edoardo Barbieri et Luca Rivali)

Académie royale de Belgique

(resp. Alexandre Vanautgaerden)

FNRS, Groupe « Documents rares et précieux »

(resp. Wouter Bracke)

 

Mardi 15 juin 14h

En ligne.

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

La Science prise aux mots

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

 

Sous la direction de Violaine Giacomotto-Charra et

Myriam Marrache-Gouraud

 

 

Interroger le lexique scientifique par ses termes les plus usuels comme curiosité, observation ou expérience, tant en médecine, zoologie que géographie, permet d’ouvrir une réflexion de fond sur la conception des savoirs à la Renaissance, en prenant au mot la science telle qu’elle s’écrit.

This book analyzes the most usual terms of the scientific lexicon, such as curiosity, obser- vation or experience, in medicine, zoology or geography. These studies make possible a fundamental reflection on the conception of knowledge in the Renaissance, by taking science at its word.

Éditeur: Classiques Garnier, 2021

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Représentations et usages de la Saint-Barthélemy

APPEL À COMMUNICATION

Colloque International
Université Sorbonne Nouvelle & Sorbonne Université Paris, 19-21 mai 2022

 

« Cet horrible massacre si renommé
par toute l’Europe »

Représentations et usages de la Saint-Barthélemy
en Europe et dans le Monde (1572-2022)

 

Voir le détail de l’appel ici.

Modalités et calendrier : Les propositions de communication de 300 mots environ, accompagnées d’une notice bio-bibliographique (1 page maximum) sont à envoyer pour le 1er septembre 2021 à l’adresse suivante : SaintBarthelemy2022@gmail.com

Comité organisateur: Tatiana Debbagi Baranova (Sorbonne Université, UMR 8596-CRM), Julien Goeury (Sorbonne Université, UMR 8599-CELLF), Anne-Marie Miller-Blaise (Université Sorbonne Nouvelle, EA 4398-PRISMES), Rory Loughnane (University of Kent), Christine Sukic (Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 4299-CIRLEP).

Comité Scientifique : Hubert Bost (EPHE PSL), Denis Crouzet (Sorbonne Université), Nathalie Dauvois (Université Sorbonne Nouvelle), Daniele Maira (université de Göttingen), Kirk Melnikoff (University of North Carolina at Charlotte), Lucy Munro (King’s College London), Catherine Richardson (University of Kent).

 

France 1600, 25-26 mai [en ligne]

[En ligne] France 1600. Actualité de la recherche et nouvelles perspectives en histoire de l’art.

 

 

25 et 26 mai

Institut National d’Histoire de l’Art

 

 

Ces journées d’étude, organisées dans le cadre du « recensement de la peinture française du XVIe siècle » mené par l’Institut national d’histoire de l’art et versé sur la base AGORHA, en collaboration avec le musée du Louvre, ont pour objectif d’offrir une synthèse des savoirs et de communiquer sur les nouvelles pistes de la recherche récente. Elles exploreront, sur la période charnière des années 1580-1620, entre Renaissance et Grand Siècle, les modalités de la création artistique dans le milieu de cour, mais aussi dans les foyers régionaux aujourd’hui en pleine redécouverte. Ces journées seront l’occasion d’évoquer la condition sociale des artistes, les modalités de la commande, la diffusion des modèles et des motifs en France et les questions liées à la restauration et à la conservation des œuvres de cette époque, à travers plusieurs études de cas.

Soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine
___

 

Comité scientifque

Geneviève Bresc-Bautier (musée du Louvre)
Thierry Crépin-Leblond (musée national de la Renaissance, Écouen)
Isabelle Dubois-Brinkmann (INHA)
Guy-Michel Leproux (EPHE)
Emmanuel Lurin (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel),
Audrey Nassieu Maupas (EPHE)
Vladimir Nestorov (INHA)
Cécile Scailliérez (musée du Louvre)
Vanessa Selbach (BnF)
___

 

Intervenants

Oriane Beaufils (musée national du château de Fontainebleau)
Camille Charbonnier (université Bordeaux-Montaigne)
Dominique Cordellier (musée du Louvre)
Romain Courrier (université Franche-Comté)
Cécile Dupré (musée d’Art Roger-Quilliot, Clermont-Ferrand)
Étienne Faisant (université Paris-Nanterre)
Virginie Guffroy (École du Louvre)
Jessy Jouan (université de Nantes)
Guillaume Kazerouni (musée des Beaux-Arts de Rennes)
Camille Larraz (université de Genève)
Blanche Llaurens (université de Poitiers)
Hélène Lebedel-Carbonnel (Drac Centre-Val de Loire)
Estelle Leutrat (université Rennes 2)
Antonin Liatard (INHA)
Emmanuel Lurin (Sorbonne Université, centre André-Chastel)
Jane MacAvock (chercheur indépendant)
Xavier Pagazani (université Bordeaux-Montaigne)
Jacopo Ranzani (INHA)
Nicolas Sainte Fare Garnot (ancien conservateur du musée Jacquemart-André)
Vanessa Selbach (BnF)
Camille Serchuk (université de Connecticut Sud)
Juliette Souperbie (université Toulouse-Jean Jaurès)
Guennola Thivolle (CAOA, Allier)
Nicolas Trotin (EPHE)
Yann Vaxelaire (Ville de Nancy)
Alexandra Zvereva (musée municipal de Saint-Germain-en-Laye)

Programme

 

25 et 26 mai 2021

Institut national d’histoire de l’art (INHA)

 

 

Le rire des épistoliers XVIe-XVIIIe siècle

Le rire des épistoliers

XVIe-XVIIIe siècle

 

Marianne Charrier-Vozel (dir.)

 

Étudier le rire des épistoliers du XVIe au XVIIIe siècle participe de l’écriture de l’histoire des émotions qui connaît actuellement un grand essor. Mais la tâche est ardue pour le chercheur qui s’intéresse au rire car les manuels épistolographiques de l’Âge classique se méfient du rire et de ses usages. Le rire met la lettre sous tension, entre proximité et distance, entre respect des convenances et choix du ton, entre travail, naturel et familiarité. Le rire de l’épistolier relève bel et bien d’une poétique de l’effet que le concept d’écho épistolaire permet de saisir pleinement.

Rennes, PUR, 2021, 348 p.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Ann Blair, Tant de choses à savoir (2020) et L’entour du texte (2021)

 

Ann BLAIR, Tant de choses à savoir. Comment maîtriser l’information à l’époque moderne, Préface de Roger Chartier, traduction de l’anglais par Bernard Krespine, revue par Ann Blair, Paris, Seuil, 2020, 491 p.

 

L’historienne Ann Blair, professeur à Harvard, propose en français une version mise à jour et entièrement revue de l’ouvrage qui était paru en 2010, chez Yale University Press, sous le titre Too Much to Know : Managing Scholarly Informatin Before the Modern Age. L’ouvrage est le fruit d’une vaste enquête sur les modes de gestion de l’information qui se développent à l’époque moderne, sous la forme de « livres de référence » qui rassemblent et organisent des extraits de textes en vue de leur consultation ; le corpus d’étude est constitué des principaux livres de référence généraux en latin publiés entre 1500 et 1700. Des comparaisons ponctuelles avec des périodes anciennes (l’Antiquité) ou d’autres territoires (Byzance, le monde islamique, la Chine) permettent d’élargir d’emblée la perspective, de mettre à jour des points communs en même temps que la spécificité de l’Europe moderne. Les recherches d’Ann Blair nous éclairent à la fois sur les pratiques des compilateurs eux-mêmes (sont privilégiés dans l’étude le Dictionarium de Calepino, la Polyanthea en ses multiples éditions, la Bibliotheca universalis de Gessner ou le Theatrum humanae vitae de Theodor Zwinger) et, de manière tout aussi passionnante, sur celles de ceux qui lisaient et faisaient usage de leurs ouvrages, autrement dit la grande masse des lettrés des XVIe et XVIIe siècles. Un tel usage est souvent tu par les auteurs eux-mêmes – l’on pense à Montaigne affichant son dédain pour ceux qui écrivent à partir de « pastissages de lieux communs » ou qui sourit du goût de son père pour les Epîtres dorées de Guevara. Parmi les méthodes de travail et de lecture sont étudiées de près les prises de notes, une production que l’historienne replace dans le vaste phénomène de thésaurisation qui se déploie dans l’Europe moderne et dont elle montre la diversité : prises de notes individuelles fonctionnant comme aide à la mémoire et comme aide à l’écriture (favorisées par l’existence de marges dans les ouvrages imprimés), prises de notes collaboratives, loin de l’image stéréotypée, véhiculée par les gravures, de l’auteur seul à sa table de travail, jusqu’à l’extraordinaire armoire à notes inventée en 1640 par l’Anglais Thomas Harrison. L’ouvrage met clairement en évidence les phénomènes de continuité et de nouveauté : Ann Blair identifie d’emblée « les quatre S » de la gestion de l’information (stocker, sérier – ou classer -, sélectionner, synthétiser – ou résumer), valables dès les premières compilations jusqu’à aujourd’hui, dans les pratiques numériques ; à l’inverse du dictionnaire, « genre remarquablement stable depuis ses origines médiévales jusqu’à aujourd’hui » (p. 164), les miscellanées sont une particularité de la Renaissance, empruntant l’ordo fortuitus à des sources antiques (Les Nuits Attiques d’Aulu Gelle) ; au XVIIe siècle, se développent les livres sur les livres, catalogues de bibliothèques et de ventes, bibliographies, comptes rendus et histoires littéraires, tandis que la « première » encyclopédie moderne, qui équivaudrait à notre catégorie d’aujourd’hui, n’existe pas avant le XVIIIe siècle.  À chaque étape est mis en valeur le rôle de l’imprimerie, la publication des ouvrages de référence constituant une sorte de laboratoire où des innovations permettent de faciliter la consultation : liste des auteurs, des rubriques, index alphabétiques. Cette circulation d’une information, sauvegardée et accumulée, repose selon Ann Blair sur une angoisse de la perte : les humanistes de la Renaissance ont pris conscience de la fragilité de la transmission du savoir, si souvent marquée de dégradations et de pertes.

Marie-Claire Thomine

 

 

 

Ann BLAIR, L’entour du texte. La publication du livre savant à la Renaissance, Conférences Léopold Delisle, Paris, BNF Éditions, 105 p.

En écho aux deux conférences prononcées à la BNF, dans le cadre des conférences Léopold Delisle, Ann Blair invite dans cet ouvrage à un parcours richement illustré des paratextes des ouvrages savants de la Renaissance. Sont examinés successivement, dans leur présentation et leur fonctionnement, la page de titre, la permission et le privilège, la dédicace, la préface ou avis au lecteur, la liste d’errata, le poème liminaire, à partir de nombreux exemples (notamment Juan Caramuel y Lobkowitz, Copernic, Érasme ou Gessner). Selon l’historienne, l’imprimerie a favorisé l’usage des paratextes pour trois raisons principales : la diminution du coût de production permet un allongement des ouvrages, qui peuvent inclure des paratextes plus fournis ; la publication est soumise à des visées commerciales qui impliquent de séduire le public, acquéreurs et éventuels mécènes ; la diffusion plus large et plus rapide des textes génère enfin, chez les auteurs, une anxiété particulière : le souci de rencontrer des lecteurs bienveillants se lit dans les diverses stratégies adoptées dans les paratextes. Les deux conférences intitulées « Formes et rôle de l’entour des livres érudits à la Renaissance », données par Ann Blair les 17 et 18 mars 2021, sont disponibles en ligne sur le site de la BNF.

https://www.bnf.fr/fr/agenda/formes-et-role-de-lentour-des-livres-erudits-la-renaissance

Marie-Claire Thomine

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

Letres des ysles et terres nouvellement trouvées par les Portugalois

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

 

Édité par Guillaume BERTHON, Raphaël CAPPELLEN

 

Vers 1537 paraît à Toulouse un intrigant recueil d’épîtres en vers relatant un voyage à Sumatra effectué par trois Français. Parfaitement fictifs, les récits mêlent l’imaginaire des grandes découvertes à celui du mythique pays de Cocagne. En s’embarquant en rêve pour ce véritable Éden, les trois aventuriers font de la description des usages insulaires l’image inversée d’une Europe déclinante, qui s’en va à vau-l’eau. D’inspiration marotique, cette subversive fantaisie poétique est restée inconnue des spécialistes des récits de voyage et de la poésie du XVIe siècle, faute d’avoir été rééditée depuis 1537. L’édition qui en est proposée la redécouvre dans toute sa verve simple et efficace, en l’accompagnant d’une introduction et d’une dense annotation, qui en restituent le contexte culturel, éditorial et littéraire.

Genève, Droz, 2021.

Sommaire

La métamorphose du livre français (1543-1547) entre Paris et Lyon

CENTRE D’ÉTUDES SUPÉRIEURES

DE LA RENAISSANCE

 

 

9h30 Accueil. Introduction

10h Martine Furno – IHRIM, ENS Lyon. 1543-1547 dans l’atelier de Robert Estienne: un tournant?

10h30 Ilaria Andreoli – CNRS. La genèse (italienne) et la fortune des illustrations de la Chirurgie du Vidius parisien (1544)

11h Pause

11h15 Louise Amazan – BnF, Réserve des livres rares.  De la commande princière au projet éditorial : la publication de la nouvelle traduction française du Décaméron par Antoine Le Maçon chez Etienne Roffet (1545)

11h45 Paul-Victor Desarbres Université Paris-Sorbonne. Sur quelques traductions « fin de règne »

Discussion

14h Soersha Dyon – EPHE – Université Rennes 2.  L’ornement moresque et le livre en France, 1543-1547

14h30 Maud Lejeune
IHRIM, Lyon 2 – Centre Gabriel Naudé. L’Epitomé des gestes des rois de France (Lyon, par Balthazar Arnoullet, 1546) : une étape dans l’histoire de l’illustration du livre imprimé à
la Renaissance

15h Pause

15h15 Claire Sicard – CESR, Tours. Dans la fabrique des Œuvres de Saint-Gelais (Pierre de Tours, Lyon, 1547)

15h45 Romain Menini – Université Paris Est. Dans l’atelier de Pierre de Tours, 1542-1548

16h15 Discussion

17h Fin prévisionnelle

 

INSCRIPTION gratuite sur

https://metamorphose.sciencesconf.org/

L’inscription est nécessaire pour recevoir le lien de connexion.

 

ORGANISATION

Anna Baydova

BnF, Département des Estampes et de la photographie – EPHE, SAPRAT

Rémi Jimenes

Centre d’études supérieures de la Renaissance, Université de Tours

 

Pour une autre poétique. Horace renaissant

Nathalie DAUVOIS, Pour une autre poétique. Horace renaissant, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance], 2021, 248 p.

La théorie de la littérature a valorisé une généalogie et un modèle conceptuel unique, celui de la Poétique d’Aristote. L’objet de ce bref ouvrage est de suggérer que d’autres modèles théoriques ont compté, notamment à la Renaissance. Centré non plus sur la construction d’une intrigue, d’une histoire, mais sur le personnage, l’art poétique d’Horace place la voix, le discours, la « fiction de personne » au cœur de la création et de l’invention poétiques. Mais Horace est aussi un poète qui offre à la fois la théorie et la pratique d’une langue spécifiquement poétique. Enfin cette œuvre, entièrement à la première personne, permet de repenser la relation du poétique à l’éthique, de penser la littérature, et singulièrement la poésie, comme expérience.

Table des matières sur le site de l’éditeur.

Séminaire de la FISIER : les humanités numériques

Séminaire de la FISIER

Les humanités numériques

28 juin 2021

 

La FISIER organise à partir de juin 2021 un séminaire virtuel international sur les nouvelles voies de la recherche sur la Renaissance : humanités numériques, transferts culturels, continuités historiques, études sur les femmes, nouveaux outils et nouveaux regards sur les objets, transmission et vulgarisation, dominations culturelles, etc. Vous en trouverez l’annonce plus détaillée en PJ. Ces manifestations prendront la forme de sessions thématiques bimestrielles ou trimestrielles autour de deux invité(e)s de référence, animées par des répondant(e)s issu(e)s de sociétés et instituts à la pointe sur ces questions. Les échanges se feront en anglais et/ou en français, aidés par des traductions et résumés ponctuels, et les séances pourront être ultérieurement mises en ligne sous forme audiovisuelle ou écrite, si nos invité(e)s en sont d’accord. Le programme de ces séances vous sera communiqué au fur et à mesure et sera également disponible sur le site de la FISIER.

La première séance du séminaire aura lieu le 28 juin. Elle proposera une réflexion sur les Humanités numériques, leurs avancées, leurs apports, leurs difficultés et leurs apories. Nous aurons le plaisir d’écouter Marie-Luce Demonet (CESR, Tours) et Anthony Grafton (Princeton). L’horaire vous en sera précisé ultérieurement.

Cette annonce s’adresse au plus grand nombre. Nous espérons en effet que les conditions de communication virtuelle, subies par la force des circonstances, se renverseront par ce moyen en occasions d’échanges, et que vous serez nombreux à souhaiter participer à ces sessions. Elles ont pour vocation de stimuler d’autres échanges. Nous serons en tout cas à l’écoute de vos propositions, si vous souhaitez en faire. Lorsque les circonstances le permettront, il est prévu que ce premier cycle de séminaires débouche sur un colloque, suivi d’une publication.

FISIER_Séminaire

Société Française d'Etude du Seizième Siècle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search