L’Antéchrist au XVIe siècle

L’Antéchrist au XVIe siècle

Seizième siècle (19), automne 2021

Sous la direction scientifique de Sylviane BOKDAM, Véronique FERRER

Sommaire  : S. BOKDAM, « Quelques remarques d’introduction sur l’Antéchrist au xvie siècle » ; G. L. POTETSTÀ, « Eschatologie en fresque. L’Antichrist selon Luca Signorelli » ; T. VIGLIANO « “La première bête est déjà venue” : Lefèvre d’Étaples commentateur de 2 Th 2 » ; P.-V. DESARBRES, « Postel et les quatre Antéchrists : “La destruction du fauls Empire romain…” et le Thresor des propheties » ; O. MILLET, « L’Antichrist dans la Christianismi restitutio de Michel Servet » ; C. POSTH, « Entre tradition et transformation : l’Antéchrist dans le théâtre catholique du xvie siècle » ; A. BOUREAU, « Les labeurs ambitieux d’un polémiste : Florimond de Raemond et l’Antéchrist » ; J.-R. ARMOGATHE, « Une géographie de l’anti-monde : le De Antichristo de Thomas Malvenda » ; M. CLOSSON, « L’Antéchrist révélé par les diables » ; M.-M. FRAGONARD, « Une si sainte famille : l’Antéchrist selon Marie de Sains » ; C. BOURGEOIS, « L’Antéchrist à la lettre : histoire et anagogie dans le Théâtre de l’Antéchrist de Nicolas Vignier » ; T. VICTORIA, « Muse théologienne et Muse de la tragédie : l’Antéchrist dans Le Grand Tombeau du monde de Jude Serclier ».

Lien vers le site de l’éditeur, Librairie Droz.

 

« Le Mariage de l’estude du droict avec les lettres humaines ». L’œuvre de Louis Le Caron Charondas

Stéphan Geonget, « Le Mariage de l’estude du droict avec les lettres humaines ». L’œuvre de Louis Le Caron Charondas, « Travaux d’Humanisme et Renaissance » n° 617, Genève, Droz, 2021, 557 p.

Louis Le Caron, alias Charondas (il prit ce surnom en référence à l’antique législateur de Sicile) est né entre 1534 et 1536, et mort en 1613. Les occasions de le croiser sont nombreuses pour les seiziémistes, qu’ils s’intéressent à la littérature, au droit, au dialogue philosophique, ou encore à la poésie. Mais il manquait jusqu’ici une étude globale qui fasse le point sur les différentes dimensions de cette œuvre abondante et diverse, et qui en révèle la cohérence profonde. C’est chose faite avec le livre très riche de Stéphan Geonget, dont le titre (une formule empruntée à Estienne Pasquier, qui fut son ami) indique le projet : montrer que Le Caron ne fut pas un simple polygraphe qui se serait contenté d’accumuler les ouvrages, mais bien un humaniste original dont la pensée est cohérente. Louis Le Caron a voulu en effet réaliser le « mariage » intime du droit et de la littérature, dans une œuvre aux multiples facettes. Sa connaissance du droit irrigue ainsi sa création littéraire et sa philosophie, et elle étaye aussi son engagement politique, aux côtés des catholiques royalistes et gallicans. Chez Le Caron se rejoignent l’ambition encyclopédique d’un Budé ou d’un Rabelais, et le désir d’illustrer la langue française professé par un Du Bellay. Le Caron participe en outre du zèle antiquaire et patriotique d’un Fauchet ou d’un Pasquier en s’attachant à mieux faire connaître le patrimoine immatériel de la France, à travers la recension de sa jurisprudence et de ses coutumes.

On connaissait déjà le talent de Stéphan Geonget pour rendre accessibles les écrivains-juristes de la Renaissance, de Jean de Coras à Jean Papon ou André Tiraqueau. Ces qualités se retrouvent dans ce livre imposant, qui malgré son érudition n’a rien de rébarbatif tant son écriture est vivante et ses angles d’attaques variés. La composition du livre est dynamique et attrayante. La première partie expose d’abord les choix esthétiques et idéologiques de Louis Le Caron, et elle s’attache à dégager ce qui fait la spécificité de son humanisme : un certain féminisme, des préoccupations sociales, le choix de l’engagement civique, un souci de la pédagogie et de la diffusion des disciplines, tout autant que l’adhésion au mouvement plus général de l’humanisme juridique et littéraire en faveur de la restitution des disciplines et des textes antiques dans leur pureté. Après cette ouverture programmatique, nous sommes conduits vers les positions plus techniques adoptées par Le Caron juriste, dont l’auteur nous expose les subtilités avec pédagogie. Influencé par François Le Douaren et François Baudouin, Le Caron se rattache à l’école de Bourges, où le mos gallicus se distinguait par un souci de clarté, de méthode, par l’ouverture aux lettres humaines tout autant qu’aux sources proprement juridiques, et par la croyance à la raison et au progrès. Au cours de sa vie, Le Caron participe à tous les mouvements intellectuels ou artistiques de la France du XVIe siècle, que l’on a plaisir à revivre en suivant son itinéraire : le néo-platonisme des années 1550, lancé par l’Olive de Du Bellay, s’exprime dans sa Poésie (1554), alors qu’il s’inscrit pleinement dans la poétique de la jeune Pléiade. Après cette redécouverte de l’Antiquité païenne viendra toutefois le retour vers le christianisme, sous le règne d’Henri III. C’est alors aussi que Le Caron se place à l’avant-garde du stoïcisme chrétien, à l’unisson d’un Du Vair ou d’un Lipse (plusieurs éditions récentes des œuvres de ces philosophes pourraient d’ailleurs permettre de préciser les influences croisées qui s’établissent alors entre les œuvres de ces différents « néostoïciens »). Le Caron participe enfin à l’essor de la chasse aux sorcières qui s’intensifie à la fin du siècle, se révélant, malheureusement, plus proche des magistrats inquisiteurs jadis étudiés par Robert Mandrou, que des positions plus modernes d’un Jean Wier ou d’un Montaigne (que le Caron prend un malin plaisir à ne jamais citer, même s’il est probable qu’il l’ait lu).

La deuxième partie envisage Le Caron dans ses rapports avec la littérature. L’histoire de son nom de plume (« Charondas ») est lié à une légende familiale (l’un de ses ancêtres serait venu de Grèce avec Bessarion, lors de l’arrivée décisive des hellénistes de la première Renaissance).  Mais la création d’un nom de plume symbolique exprimerait aussi la volonté d’effacer par la célébrité une origine roturière que sa carrière de magistrat ne parvenait pas assez à rendre assez illustre. Le Caron met donc un point d’honneur à se faire connaître par une abondance production, à la fois dans la jurisprudence et dans la littérature, dans la prose et dans la poésie. Il multiplie les œuvres et son ambition outrepasse même de beaucoup les livres effectivement retrouvés, comme l’auteur nous le montre avec humour dans un merveilleux catalogue des « livres perdus ou références fictives ». Le Caron, au même titre que Pasquier, fait assurément partie des grands auteurs de dialogues du XVIe siècle français. Sa tentative la plus originale pour marier droit et lettres s’exprime dans un dialogue étonnant, La Claire ou de la prudence de droit (1554). Contemporain de Ramus, de Bodin et de Du Vair, Le Caron est comme eux l’un des pionniers de la philosophie en langue française. La Philosophie (1555), les Dialogues (1556) et les Questions diverses et discours (1583) sont ici envisagés sous le signe de la recherche d’une littérature vertueuse et exemplaire, dans la veine d’un Pibrac. C’est ensuite au cœur même du corpus juridique, en particulier dans les arrêts mémorables, que Stéphan Geonget nous fait goûter le plaisir de la narration qui emporte souvent la plume de Le Caron.

La troisième partie du livre revient à la chronologie avec les années de la Ligue, où Le Caron embrasse résolument la cause des « Politiques », défendant un pouvoir royal fort, le respect de la loi salique, mais aussi le rôle du Parlement de Paris, et les libertés de l’Église gallicane, à l’instar de son ami Pasquier, dont il partage la défiance envers les jésuites. La défense et illustration de la langue nationale, notamment par la création de nombreux néologismes, s’inscrit dans ce projet patriote, et Le Caron marche jusqu’à la fin de sa vie dans les pas de Tory, Rabelais et Du Bellay.

Cette vaste étude redonne vie à l’œuvre foisonnante de Louis Charondas Le Caron, dont elle donne à lire de nombreux extraits en les contextualisant et en les expliquant. La lecture en est instructive, claire, et souvent facilitée par un humour bienvenu dans ces matières érudites, et que n’aurait sans doute pas renié ce digne représentant de la basoche. La bibliographie recense pour la première fois une centaine d’éditions de ses différentes œuvres, entre 1553 et 1638, ainsi que les études critiques qui lui ont été consacrées.

Alexandre Tarrête

Montaigne, penser en temps de guerres de Religion

Montaigne,
penser en temps de guerres de Religion

 

 

 

  • Directeurs d’ouvrage: Ferrari (Emiliano), Gontier (Thierry), Panichi (Nicola)
  • Résumé: Comment penser dans une période de conflits religieux     ? Plus qu’un témoignage sur les guerres de Religion, les Essais de Montaigne ouvrent une réflexion sur le nouvel ordre social, en redéfinissant les couples liberté privée et devoir public, tolérance et ordre social, honnêteté et utilité.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Emiliano Ferrari, Thierry Gontier, Nicola Panichi Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

Première Partie
GIBELIN AU GUELFE, GUELFE AU GIBELIN MONTAIGNE FACE AUX PARTIS EN PRÉSENCE

Jean Balsamo
Le discours anti-protestant de Montaigne
dans les dernières rédactions des Essais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Frank Lestringant
Montaigne anti-protestant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Nicola Panichi
« Aux guerres qui pressent à ceste heure nostre estat » .
Montaigne au miroir de la première censure . . . . . . . . . . . . . . . 59

Alain Legros
Montaigne, son Éphéméride et la Saint-Barthélemy .
Réflexions autour d’un silence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Gaia Anselmo
«Les mestis qui troublent le monde» .
Montaigne e il doppio volto della nouveauté . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Arlette Jouanna
Avoir des amis chez l’ennemi intérieur.
Montaigne au risque de la trahison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Alexandre Tarrête
Penser la neutralité en temps de guerre civile.
Bodin, Lipse, Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

deuxième partie

DES « MALHEURS »
AUX « UTILES INCONVENIENTS »

LES LEÇONS DES GUERRES DE RELIGION

Celso Azar
La notion de réformation chez Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

Véronique Ferrer
«Sainement et gaiement vivre» au temps des guerres de Religion.
La leçon humaniste de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Federico Baglivo
The case against violence during the Wars of Religion.
Nature and education in Montaigne’s Essays . . . . . . . . . . . . . . . . 177

Douglas I. Thompson
Construire un avenir commun en période de conflit.
Les conseils politiques de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

Thierry Gontier
Apprendre des guerres de Religion.
La leçon libérale de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

Renzo Ragghianti
Il pensiero giuridico di Montaigne.
Tramositalicusemosgallicus ……………………… 235

troisième partie

MONTAIGNE ET SES INTERLOCUTEURS PERSPECTIVES COMPARÉES

Michele Ciliberto
Machiavelli e l’arte della guerra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 253

Philippe Desan
Penser la loi au temps des guerres de Religion.
La Boétie et Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 267

Olivier Millet
La génération des guerres de Religion
et son catholicisme moderne.
À propos de la lettre de Montaigne sur la mort de La Boétie … 283

Marco Sgattoni
« […] Nous estimons heretiques tous ceux
qui ne s’accordent avec nous en notre opinion ».
Lectures et lecteurs de Sébastien Castellion . . . . . . . . . . . . . … 301

Rosanna Gorris Camos
«J’essaye de soubstraire ce coing à la tempeste publique, comme je fay un autre coing en mon ame» (II, 15, 617).
Montaigne e le guerre di religione, frammenti di una riflessione . 323

Simonetta Bassi
Fanatismo e intolleranza negli scritti francesi
di Giordano Bruno . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 361

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

 

Illustration : Hans Speeckaert, Combat d’hommes nus, vers 1570, Amsterdam, Rijksmuseum (WGA).

L’art de régner. Les souverains de Navarre à la Renaissance

L’art de régner

Les souverains de Navarre à la Renaissance

Du 27 novembre 2021 au 27 février 2022

CHÂTEAU DE PAU

Dans la salle des Cent couverts qui accueillit la signature du rattachement de la Navarre à la France en 1620 sous le règne de Louis XIII, le Musée national et domaine du château de Pau présente l’exposition L’Art de régner. Les souverains de Navarre à la Renaissance qui se tiendra du 27 novembre 2021 au 27 février 2022.

Un voyage dans le temps qui détaille l’histoire du règne des Foix-Albret et la façon dont ceux-ci ont géré leur royaume avant et après 1512, date du repli de ces rois de Navarre sur leurs possessions souveraines au Nord des Pyrénées : l’actuelle Basse-Navarre et la vicomté de Béarn.

UNE EXPOSITION SUR L’HISTOIRE DU TERRITOIRE ET LA MODERNITÉ DE SA GESTION

Avec l’avènement de Catherine de Foix et Jean d’Albret au trône de Navarre en 1483-1484, un grand ensemble territorial transpyrénéen était en cours de constitution. Mais son développement s’est heurté aux intérêts divergents de ses deux grands voisins, la France et l’Espagne. En 1512, la monarchie espagnole prend possession de l’essentiel de la Navarre, ne laissant à ses maîtres légitimes qu’un mince lambeau de terre montagneuse au Nord de la ligne de crête.

Dès lors, de part et d’autre des Pyrénées, la réorganisation de ces territoires se poursuit selon des modèles différents, soumis à des influences contrastées. Tandis que la Haute-Navarre devient une vice-royauté espagnole, la Basse-Navarre constitue avec la vicomté souveraine de Béarn la nouvelle assise du pouvoir des Albret, préservant une certaine forme d’indépendance vis-à-vis de la couronne de France jusqu’en 1620. Au cours de cette période mouvementée, les souverains s’attachent à moderniser les structures et les pratiques administratives, dans l’esprit de la Renaissance.

Catherine de Foix et Jean d’Albret, puis Henri d’Albret et Marguerite d’Angoulême, leur fille Jeanne d’Albret, qui épouse en 1548 Antoine de Bourbon, enfin, à partir de 1572, Henri III de Navarre, le futur et fameux Henri IV de France, sous l’œil attentif des Valois, se montrent actifs dans le gouvernement de leurs états.

UNE EXPOSITION QUI FAIT LA PART BELLE AUX ARCHIVES

Cet effort a laissé des traces dans les arts, dont ces princes ont été de fins amateurs et de sûrs protecteurs, comme le montrent les portraits peints, médailles et sculptures réunis qui figurent dans l’exposition. Mais il s’exprime surtout à travers les archives de la «maison de Navarre», témoin de première main d’une telle dynamique. Les actes choisis (ils sont une
vingtaine, dressés sur papier ou sur parchemin au XVIe siècle) offrent un éclairage direct sur la perte de la Navarre (1512), la mise en défense des possessions au nord des Pyrénées, la reconstruction des institutions, l’exercice du pouvoir en matière de justice, de finances, de religion et d’éducation. La présentation de ces documents originaux reflète une pratique de l’écrit dont il convient aujourd’hui de retrouver les clés, invitant à une réflexion tant patrimoniale que culturelle ou politique, à placer sous le signe de l’authenticité.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux des souverains de Navarre) soutenu par l’Agence nationale de la Recherche (2016-2022) ; elle a été réalisée par le Musée national et domaine du château de Pau, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ANR AcRoNavarre et le Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales, en collaboration avec la Casa de Velázquez.

 

COMMISSAIRES D’EXPOSITION :

Isabelle Pébay-Clottes
Conservatrice générale au Musée national et domaine du château de Pau
Claude Menges-Mironneau
Conservatrice des Antiquités et Objets d’art des Pyrénées-Atlantiques, chargée de mission au Musée national et domaine du château de Pau
Philippe Chareyre
Professeur d’histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
Jacques Pons
Directeur des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
Paul Mironneau
Directeur du Musée national et domaine du château de Pau

CONSEILLERS SCIENTIFIQUES :

Álvaro Adot Lerga, Casa de Velázquez et Université de Pau et des Pays de l’Adour/ITEM EA 3002

Denès Harai, Université de Pau et des Pays de l’Adour/ITEM EA 3002

 

Renseignements sur le site du musée.

Atelier XVIe siècle, 29 janvier 2022

La prochaine séance de l’Atelier XVIe siècle se tiendra le samedi 29 janvier à la Sorbonne (salle des Actes) et par visioconférence.

Matinée (à partir de 10h)

  • Estelle Doudet, Natalia Wawrzyniak et Bededetta Salvati : « Présentation du projet FNS Médialittérature » 

 

Après-midi (à partir de 14h) 

  • 14h : Louise Dehondt, présentation de thèse : « Le Poète, la rose et le sablier. Représentations de la vieillesse féminine dans la poésie en langue romane de la Renaissance et de l’âge baroque »
  • 15h30 : Rencontre par visioconférence avec l’historien Jérémie Foa et le dessinateur Pochep autour de la bande dessinée Sacrées Guerres et du livre Tous ceux qui tombent. Nouveaux visages de la Saint-Barthélemy : « Ecrire l’histoire des guerres de Religion aujourd’hui »
 

Pour assister en présentiel : merci de bien vouloir signaler votre présence d’ici le 15 janvier à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com). 

 
Pour assister à distance : https://us02web.zoom.us/j/89624070403 / ID de réunion : 896 2407 0403

Créer une mémoire des passés antiques

Appel à communication

Journées d’études

Créer une mémoire des passés antiques

Choix, constructions et transmissions du IXe au XVIIIe siècle

13-14 octobre 2022

 

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Paris les 13 et 14 octobre 2022 des journées d’études intitulées « Créer une mémoire des passés antiques ».

Mnémosyne, mère des Muses, incarne le rapport indéfectible entre la mémoire, les arts et les sciences. Ce mythe invite à un questionnement couvrant une large période, dès lors qu’on étudie la mémoire des passés antiques – égyptiens, grecs, romains, bibliques… – dans les textes et les images. En portant un regard transdisciplinaire sur la mémoire, de l’anthropologie aux visual studies en passant par l’histoire, la sociologie, la littérature et les sciences cognitives, il s’agira d’explorer les stratégies de la création d’une mémoire des passés antiques, et d’éclairer les processus contribuant à la constitution de passés lointains comme héritage, alors que cette appropriation ne va pas de soi : un rapport d’altérité existe en effet, sous des formes et à des degrés divers, entre le présent et ces/ses passés antiques en raison de discontinuités non seulement temporelles mais aussi spatiales, documentaires ou religieuses et culturelles.

De fait, depuis plusieurs décennies, les recherches sur la mémoire ont connu un essor exceptionnel au sein de multiples disciplines. Les concepts et les approches, tels que la mémoire individuelle et la mémoire collective, la mémoire culturelle, la mémoire sociale, les lieux de mémoire, les liens entre mémoire matérielle et immatérielle, les échanges entre mémoire et imagination, les mécanismes cognitifs à l’œuvre dans la mémoire, ont fourni de nouvelles clés de lecture pour comprendre les formes et les usages de la (des) mémoire(s) au sein des communautés.

Notre objectif est ainsi de poursuivre la réflexion sur ces notions en analysant les modalités de création d’une mémoire des passés antiques, selon une chronologie allant du IXe siècle, période d’intense activité créatrice et de redécouverte de textes anciens en Europe occidentale mais aussi de densification de la mémoire écrite, jusqu’au XVIIIe siècle, où l’Antiquité est particulièrement mobilisée, autant dans les arts, avec la naissance de l’archéologie et le néoclassicisme, que dans les discours politiques. Par les contributions réunies, les journées d’étude visent à s’interroger sur les constantes et les mutations des stratégies que les auteurs et les artistes déploient pour l’élaboration de cette (ces) mémoire(s) des passés antiques, avec la sélection et de hiérarchisation qui privilégient certains éléments du passé au détriment des autres, et tout un travail de recomposition.

Les propositions pourront porter sur des réflexions théoriques ou des études de cas, et s’inscrire dans un ou plusieurs des thèmes suivants, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

– Épistémologie et taxinomie de la mémoire : une réflexion transversale sur la mémoire des passés lointains, son fonctionnement, les notions et les concepts qu’elle mobilise.

– Les « entrepreneurs de mémoire » : tous ceux qui participent à la création de la mémoire des passés antiques par leurs rôles et leurs activités comme les écrivains, humanistes, commanditaires, lecteurs, antiquaires, artistes, traducteurs, éditeurs-libraires, collectionneurs, archéologues, etc.

– Les modalités d’élaboration de cette mémoire et leurs interactions : mises en récit et en intrigue, mises en image, recomposition et invention, réemplois, réécritures / palimpsestes, citations, imitations, émulations, images mentales et visuelles, imagines agentes, etc.

– Les modalités de transmission de cette mémoire et leurs interactions : les communications orale, écrite, visuelle, matérielle et symbolique, les enjeux de chacun de ces modes de transmission et leurs effets sur la représentation des passés antiques, leurs liens avec l’« ars memoriae », les fonctions et les usages des émotions.

– Les éléments composant cette mémoire des passés antiques : les civilisations, les périodes, les événements, les traditions, les récits, les mythes, les figures, les œuvres et les concepts résultant de processus de sélection, transmission et réélaboration, etc.

– Les enjeux et les visées de cette création d’une mémoire des passés antiques : les contextes et les discours dans lesquels elle est formée et représentée, les objectifs poursuivis (didactiques, éthiques, esthétiques, linguistiques, politiques, économiques, religieux, patrimoniaux, etc.).

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » :

http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille. Contact : Catherine Gaullier-Bougassas

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

Les propositions sont à adresser (titre et quelques lignes de présentation) avant le 15 février 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas à l’adresse suivante :  catherine.bougassas@univ-lille.fr

 

 Illustration : Hubert Robert, Découverte du Laocoon (détail), Richmond, Virginia Museum of Fine Arts (WGA).

 

Formes, emplois et évolution du livret de ballet de la Renaissance à nos jours

Formes, emplois et évolution du livret de ballet de la Renaissance à nos jours

Sous la direction de Marie Cléren, Caroline Mounier-Vehier, Laura Soudy-Quazuguel et Céline Torrent.

Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres n° 521, octobre 2021, 268 pages.

Après une élégante préface de J. Guizérix, l’ouvrage aborde l’évolution du livret de ballet dans le contexte culturel et politique où il s’insère et dans son rapport à la création chorégraphique. Cinq parties sont censées en déployer les avatars chronologiques.

Le balletomane averti pourra aisément se dispenser de lire la première. Non seulement elle aboutit à une aporie de la définition du livret mais elle fait fi de ses origines. Les textes versifiés de la Renaissance ne font l’objet d’aucune étude spécifique, pas même les plus exceptionnels d’entre eux : le livret de Magnificentissimi spectaculi composé par Dorat où le latin joue un rôle diplomatique, ni celui que Marcellin Allard rédige en patois forézien, soucieux d’en fixer l’orthographe pour l’élever au rang de langue poétique. Par ailleurs, si les auteurs s’accordent à reconnaître aux livrets une valeur esthétique, aucun ne leur applique les techniques d’analyse littéraire. S’agissant notamment de Don Juan, nulle comparaison n’est établie entre la tragi-comédie de Molière, le livret d’opéra signé Da Ponte, le livret de ballet conçu par Angiolini et sa réécriture par M.-G. Massé.

Au contraire, la deuxième partie vaut qu’on lui prête attention, qui traite des XVIIe et XVIIIe siècles. À elle seule, elle pourrait justifier l’achat de cet ouvrage. M.-C. Canova-Green envisage l’impact du livret de ballet dans et hors de l’espace curial comme support de la propagande monarchique. C. Nédelec interroge les registres d’écriture qui donnent au livret des tonalités tour à tour grotesques ou burlesques. M. Demeilliez évoque la mutation des livrets en programmes présentant les ballets dansés dans les collèges jésuites. M.-Th. Mourey, spécialiste de l’espace germanique, étudie les formes et les fonctions que revêtent les livrets comme traces écrites de performances éphémères. Si ces articles offrent toute la rigueur d’une recherche universitaire, précise et documentée, on regrette toutefois qu’une place plus importante n’ait été faite à Bensérade dont les textes ont servi de trame aux ballets commandités par Louis xiv pendant vingt-cinq ans.

La troisième partie retrace les tribulations du livret au XIXe siècle et au début du XXe. Après un article fort intéressant de V. Olivesi consacré à Pierre Gardel, concepteur du programme de Psyché en 1790 (est-on déjà au XIXe siècle ?), le travail d’É. Fissier sur les livrets de ballets du Théâtre Impérial soulève plus de questions qu’il n’en résout : ainsi l’auteur qui s’interroge sur leur genre littéraire oublie de vérifier si leur vocabulaire appartient au champ lexical du théâtre ou à celui de la danse. Quant à S. Jacq-Mioche, elle s’évertue à démontrer que les ballets blancs de Fokine, Lifar et Balanchine ne correspondent à aucun livret, ce que tout le monde savait depuis longtemps. En revanche, personne ne se penche sur les livrets de ballets symphoniques, comme celui de la Belle au Bois Dormant dans lequel Petipa, à l’adresse de Tchaïkovski, précise (en français) le nombre de mesures à prévoir pour chaque variation et développe une maquette du spectacle en gestation…

Originales sont les courtes monographies qui composent la quatrième partie. Elles retracent la manière dont les chorégraphes contemporaines Pina Bausch et Maguy Marin introduisent le livret dans leur processus de création artistique. La plus surprenante est signée de M. Cléren qui fait découvrir au lecteur les livrets dessinés par André Hellé.

La cinquième partie est un pêle-mêle. S’y trouvent consignés des entretiens avec des danseurs-chorégraphes reconnus pour leur compétence, Jean Guizérix, Nicolas Le Riche et Ingrid Thobois. Pour intéressants que soient leurs témoignages, ils auraient dû figurer en annexes afin de préserver l’unité du propos. Car s’ils étoffent la thématique, ils se dérobent à la problématique au point que l’épilogue qui tient lieu de conclusion n’en fait même pas état.

Alors que l’empan chronologique tel qu’annoncé dans le titre n’a pas toujours été respecté par les auteurs, que dire de l’espace géographique ? C’est juste avant le point final qu’apparaît le mot « France » sans que l’on sache s’il renvoie à des limites territoriales ou linguistiques. Dans un cas comme dans l’autre, il invalide les incursions italiennes d’A. Fabbricatore et disqualifie de facto l’article de M.-Th. Mourey en le plaçant hors sujet. Quel dommage !

Marie-Joëlle Louison-Lassablière

Tancrède en scène

Tancrède en scène

De la nouvelle de Boccace aux tragédies italiennes des XVe-XVIIe siècles

 

Danielle BOILLET
Tancrède, Ghismonde, Guiscard : un prince qui fait porter à sa fille le cœur de son amant dans une coupe, une princesse qui s’empoisonne et meurt. La nouvelle IV, 1 du Décaméron trouva sa réception théâtrale sinon en France, du moins dans l’Angleterre élisabéthaine, mais le filon bien plus abondant qu’elle alimenta en Italie traverse la Renaissance et l’Âge Baroque. Boccace est ainsi revisité, déminé et lissé au fil de révisions qui métamorphosent la figure de Ghismonde et qui font basculer l’équilibre entre les protagonistes au profit du recentrage sur Tancrède. Les contextes culturels respectifs de ces pièces font de leur étude un révélateur des évolutions significatives de l’histoire du genre tragique en Italie à cette époque. Leur rapport au texte source permet aussi de conduire une réflexion de fond sur les problématiques relatives à l’appropriation des patrimoines littéraires, à la Renaissance et au-delà.

 

Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 2021.
Sommaire sur le site de l’éditeur.

Revolts and Political Violence in Early Modern Imagery

 

Revolts and Political Violence in Early Modern Imagery

 

 

Editors: Malte Griesse, Monika Barget, and David de Boer

In the early modern period, images of revolts and violence became increasingly important tools to legitimize or contest political structures. This volume offers the first in-depth analysis of how early modern people produced and consumed violent imagery, and assesses its role in memory practices, political mobilization, and the negotiation of cruelty and justice.

Critically evaluating the traditional focus on Western European imagery, the case studies in this book draw on evidence from Russia, China, Hungary, Portugal, Germany, North America, and other regions. The contributors highlight the distinctions among visual cultures of violence, as well as their entanglements in networks of intensive transregional communication, early globalization, and European colonization.

Contributors: Monika Barget, David de Boer, Nóra G. Etényi, Fabian Fechner, Joana Fraga, Malte Griesse, Alain Hugon, Gleb Kazakov, Nancy Kollmann, Ya-Chen Ma, Galina Tirnanić, and Ramon Voges.

Brill’s Studies on Art, Art History, and Intellectual History, Volume: 54

Sommaire sur le site de l’éditeur.

Noëls musicaux de la renaissance, 15 décembre 2021

Noëls musicaux de la Renaissance

Chansons profanes et parodies spirituelles polyphoniques

Organisation : Christophe Dupraz
Mercredi 15 décembre 2021, 20h
Ecole Normale Supérieure de Paris,
salle Henri-Cartan,
45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Entrée libre avec inscription obligatoire à : christophe.dupraz@ens.psl.eu
Conformément aux consignes gouvernementales, accès à l’événement sur présentation d’un passe sanitaire.

Assemblée générale, Bibliothèques Virtuelles Humanistes, 15 décembre 2021

Assemblée Générale

Bibliothèques Virtuelles Humanistes

 

 

Mercredi 15 décembre 2021

CESR, Tours – Salle Rapin

Ouvert au public sous réserve d’inscription préalable : en ligne, jusqu’au 13 décembre 2021

 

Cette assemblée générale annuelle, malheureusement annulée en 2020 en raison de la crise sanitaire, sera d’autant plus importante que 2021 s’avère être une année charnière sur bien des plans. Outre la clôture de l’EquipEx Biblissima après huit années de travaux et de collaborations fructueuses, la poursuite des activités s’organise dans le cadre de l’EquipEx Biblissima+ dont les BVH restent parties prenantes pour l’étude et la valorisation du Patrimoine Écrit de la Renaissance. À ce titre, une cinquantaine de documents issus du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Tours ont été numérisés et mis en ligne (projet CollEx-Persée « Bibliothèque de Raymond Marcel ») ; en parallèle, les mises en ligne des fonds du Mans et d’Angers (projet « Bibliothèques humanistes ligériennes ») se poursuivent, ainsi que la numérisation d’exemplaires exceptionnels tel le Térence annoté par Montaigne (collection privée). Le corpus Epistemon s’enrichit de dix éditions TEI de textes d’auteurs de référence, tels que Boccace, Calvin, Commynes, Des Périers, Du Bellay, Fauchet, Platon. De plus, l’indexation des Bibliotheques françoises se poursuit avec de nouvelles fonctionnalités pour l’analyse.
Outre l’accroissement des corpus numériques, l’équipe d’ingénieurs du programme BVH s’est étoffée en 2021 pour appuyer la refonte globale de l’architecture informatique de sa bibliothèque. Cela passe notamment par l’établissement d’un modèle de données aussi complexe qu’exigeant au vu de la diversité des sources patrimoniales décrites, exploitées et diffusées dans un contexte toujours attentif à la science ouverte et au partage des communs. Ces principes, qui ont présidé au programme BVH depuis sa création en 2003, se traduiront bientôt par la mise en place de nouveaux protocoles d’échanges, tel que IIIF pour l’interopérabilité des images.

La présentation et l’ordre du jour de l’assemblée générale sont disponibles ci-dessous et en ligne, sur le blog : https://bvh.hypotheses.org/6872

Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions (du fait du nombre limité de places dans la salle, ainsi que des consignes sanitaires en vigueur), nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre présence avant le 13 décembre, par le biais du formulaire d’inscription suivant. Selon l’évolution des consignes sanitaires, un accès en visio-conférence sera éventuellement proposé aux participants.

 

9h30 | Accueil
10h-12h30 | Assemblée générale 2021
– Bilan & perspectives
– Avancement de la production & évènements
– Architecture de la bibliothèque numérique

 

14h30-17h | Présentations de projets & publications 2021
– « Les Bibliotheques françoises »
– Nouveautés de la base de données & poursuite de l’indexation
– Scripta Manent
Une nouvelle base de données : les relations sociales par les textes poétiques et leur diffusion imprimée (1530-1560)
– Rabelais – Les documents de Berne et l’almanach d’Alessandria > « Bibliothèque de Raymond Marcel » (CollEx-Persée)
– L’exemplaire de Térence annoté par Montaigne

Responsable scientifique : Chiara Lastraioli

 

Inscriptions jusqu’au 13 décembre 2021 : en ligne, via le formulaire

Informations & contact : bvh@univ-tours.fr | 02 47 36 77 80

www.bvh.univ-tours.fr | bvh.hypotheses.org

Nouvelle rubrique : actualités musicales

 

                            Trois musiciennes, Flandre, c.1530 LACMA

 

Cette rubrique est consacrée aux comptes rendus de livres et aux recensions d’enregistrements de musique du XVIe siècle, et, plus largement, de la Renaissance, parus dans le monde entier et dans toutes les langues. Elle publie également l’annonce de concerts portant sur la même période en France.

Vous pouvez soumettre un compte rendu, une recension ou l’annonce d’un concert à l’adresse suivante : jorge.morales@orange.fr

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Carlo Gesualdo, Secondo libro di madrigali a cinque voci

Carlo Gesualdo (1566-1613)

Secondo libro di madrigali a cinque voci (1594)

La Compagnia del Madrigale

Glossa GCD922809. 2019, 1h07

La Compagnia del Madrigale, Carlo Gesualdo, __ - Secondo Libro Di Madrigali  - Amazon.com Music
 

La Compagnia del Madrigale nous livre un enregistrement éblouissant du Deuxième livre de madrigaux de Gesualdo, publié lorsque le compositeur arrive à la cour de Ferrare pour épouser Leonora d’Este, quatre ans après le double homicide de Naples.

Les madrigaux de ce recueil sont composés dans ce qu’il convient d’appeler « le premier style du maître », pour reprendre les mots de Marco Bizzarini, encore éloigné des harmonies tortueuses et des atmosphères de sombre stupeur qui caractérisent ses derniers livres.

Un modèle du genre est le madrigal Da l’odorate spoglie, sur un poème d’Orsina Cavaletta. La simplicité raffinée et du texte et du contrepoint montre que Ferrare était alors une des cours les plus sophistiquées d’Europe.

L’interprétation du madrigal Se così dolce è il duolo fait parfaitement entendre l’expression des sentiments contrastés de la poesia per musica du Tasse, ce qui est également le cas du madrigal O com’è gran martire, sur un poème de Guarini, dont la douceur inquiète montre une autre facette de la personnalité du compositeur.

Les chanteurs de La Compagnia restituent avec brio toute la richesse de l’orfèvrerie musico-poétique des pièces (les madrigaux Caro amoroso neo, sur un poème du Tasse, et Sento che nel partire valent le détour) et font goûter à l’auditeur tous les ingrédients dramatiques des madrigaux de ce livre, finement choisis par le compositeur et magnifiquement interprétés. En dévoilant des aspects peu connus de sa production madrigalesque, La Compagnia del Madrigale brosse un portrait plus complet de ce prince musicien.

En complément de ce remarquable enregistrement, sont proposés huit madrigaux de plusieurs compositeurs influencés par les techniques de composition gesualdiennes dont le plus impressionnant est le madrigal Ecco morirò dunque ! de Sigismondo D’India. Les interprètes donnent à entendre toute la vertigineuse audace harmonique de ce bijou de la production romaine du musicien.

Cet enregistrement est l’un des plus fins témoignages de la fécondité de la musique de Gesualdo ainsi qu’un vibrant hommage au musicologue Anthony Newcomb, spécialiste de renom du madrigal ferrarais, disparu en 2018, à qui ce disque est dédié.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance

LE XVIE S. DANS LES PROGRAMMES : LETTRES

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

Année 2021-2022

LETTRES

Version PDF à télécharger ici.

Agrégations de Lettres 2022

Joachim Du Bellay, Les Regrets, suivi des Antiquités de Rome et du songe, LGF, Le Livre de Poche classique, 2002.

CAPES de Lettres 2022

Corpus de quatre œuvres pour le nouveau concours, session 2022

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Classes préparatoires concours 2022

• A/L 2022
Corpus de quatre œuvres littéraires pour l’épreuve de tronc commun

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Corpus de trois œuvres littéraires pour l’épreuve d’option

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

• CPGE scientifiques
Corpus de trois œuvres littéraires et philosophiques

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Lycée (filière générale)

• Seconde
Le programme de français comprend quatre objets d’étude en français, dont un inclut le XVIe siècle :

–  La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle

–  La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

–  Le roman et le récit du XVIIIe siècle au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

• Première
Le programme de français est renouvelé par quart tous les ans, autour de quatre objets d’étude, dont deux incluent le XVIe siècle :

–  La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

–  La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

–  Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Une œuvre du XVIe siècle figure dans le programme 2022, pour quatre ans :

Rabelais, Gargantua (axe : La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle ; parcours : Rire et savoir)

• Option Humanités, littérature et philosophie (HPL)
Le programme ne comporte pas d’œuvres imposées, mais un parcours d’histoire littéraire. Le XVIe siècle figure en première, au second semestre, autour du thème «Les représentations du monde ». Un large choix d’œuvres est proposé aux enseignants :

Extrait des programmes :

Les représentations du monde

Période de référence : Renaissance, Âge classique, Lumières

– Découverte du monde et pluralité des cultures

Bartolomé de las Casas, Brève relation de la destruction des Indes (1552). Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Giordano Bruno, De l’infini, de l’univers et des mondes (1584). Montaigne, Essais, I.31 [Des Cannibales] (1588).

– Décrire, figurer, imaginer

Alberti, De la Peinture (1441). Dürer, Traité des proportions (1528). Thomas More, Utopia (1516). Rabelais, Le Quart-Livre (1552). André Thévet, Les singularitez de la France antarctique (1557). Benvenuto Cellini, Vie de Benvenuto Cellini par lui-même (1567). Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes [Discours préliminaire, De l’origine des arts du dessin] (1568). Montaigne, Essais, III.6 [Des coches] (1588).

– L’homme et l’animal

Montaigne, Essais, II.12 [Apologie de Raymond Sebond] (1580-1588). A. Paré, Des monstres et prodiges (1573).

Collège

Le XVIe siècle est peu présent dans les programmes de français du collège. Ci-dessous, quelques parties du programme dans lesquels il peut trouver sa place.

Extraits des programmes :

5e. Thème : Se chercher, se construire

Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

On peut étudier :
–en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 3 : « Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles »), des extraits d’œuvres évoquant les grandes découvertes (récits contemporains ou postérieurs à cette époque, non fictifs ou fictifs) On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des poèmes évoquant les voyages et la séduction de l’ailleurs ou un roman d’aventures.

L’être humain est-il maître de la nature ?

On peut étudier ou exploiter :
−en lien avec la programmation annuelle en histoire et en géographie, des descriptions réalistes ou poétiques, des enluminures, des œuvres gravées ou peintes témoignant de l’art de discipliner la nature du Moyen Âge à l’époque classique, ou d’en rêver les beautés réelles ou imaginaires ;

−des récits d’anticipation, des témoignages photographiques sur l’évolution des paysages et des modes de vie.

4e. Thème : Se chercher, se construire

Dire l’amour

On étudie :
−un ensemble de poèmes d’amour, de l’Antiquité à nos jours.
On peut aussi étudier une tragédie du XVIIe siècle, une comédie du XVIIIe siècle ou un drame du XIXe siècle, ou encore des extraits de nouvelles, de romans et de films présentant l’analyse du sentiment amoureux.

3e. Thème : Vivre en société, participer à la société

Dénoncer les travers de la société
On étudie :
−des œuvres ou textes de l’Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet) et

−des dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinée.
On peut aussi exploiter des extraits de spectacles, d’émissions radiophoniques ou télévisées, ou de créations numériques à caractère satirique.

Dernière actualisation : octobre 2021

Société Française d'Etude du Seizième Siècle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search