Séminaire virtuel Rabelais et la botanique

Vendredi 5 février 15h-18h – La botanique érudite

Vendredi 19 mars 15h-18h – Plantes et fiction

Vendredi 2 avril 14h-18h – Culture des plantes, savante ou vernaculaire

Participants : Dominique Brancher (Université de Bâle), Marie Cronier (IRHT-CNRS), Raphaële Garrod (Université d’Oxford), Claude La Charité (Université du Québec à Rimouski), Nicolas Le Cadet (Université Paris-Est Créteil), Adrien Mangili (Université de Genève), Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers), Romain Menini (Université Gustave Eiffel), Caroline Petit (Université de Warwick), Philippe Selosse (Université Lumière-Lyon II), Paul J. Smith (Université de Leyde)

Organisation : Nicolas Le Cadet (Université Paris-Est Créteil), Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers) Romain Menini (Université Gustave Eiffel)

Contact pour obtenir les liens Zoom : nicolas.lecadet@u-pec.fr

Sixteenth Century Society and Conference (SCSC), San Diego, octobre 2021

Appel à communications,

Sixteenth Century Society and Conference (SCSC), San Diego,

28-31 octobre 2021.

 

 

Date limite pour les propositions : 19 avril 2021

La SCSC est une association professionnelle américaine mondialement reconnue dans le domaine de la littérature et des études prémodernes françaises. Comme toujours, les langues de travail des sessions qui portent sur la littérature française seront l’anglais et le français.

Nous nous sommes félicités d’une forte participation francophone lors de nos dernières réunions (Vancouver, Bruges, Milwaukee, Albuquerque, St. Louis), et nous espérons que vous serez nombreux à venir cette année : notre conférence aura lieu du 28 au 31 octobre au Hilton San Diego Bayfront à San Diego.

La conférence aura lieu cette année à coup sûr. Nous espérons pouvoir nous réunir en personne, mais selon les circonstances, il faudra peut-être opter pour une conférence à distance ou hybride. Quel que soit le cas, la conférence ne sera pas annulée.

Nous vous invitons à soumettre des communications de 20 minutes sur le sujet de votre choix portant sur la littérature ou l’histoire culturelle françaises du seizième siècle pour une présentation individuelle ou bien une session collective de trois intervenants.

La SCSC propose également quatre types d’ateliers :

– Tables rondes assurées par des sociétés associées.

– Atelier A : Discussion entre intervenants dont les communications seront distribuées et lues à l’avance (4 intervenants maximum).

– Atelier B : Analyse de questions délicates relatives à la traduction ou la paléographie, sans distribution préalable des communications (3 intervenants maximum).

– Atelier C : Discussion d’une question majeure avec de brefs commentaires des intervenants et une participation active du public ; semblable aux tables rondes, mais avec plus de participation (4 intervenants maximum).

Puisque la conférence prévue pour octobre 2020 à Baltimore a été annulée, toutes les sessions qui ont été proposées et acceptées pour Baltimore seront acceptées pour San Diego pourvu que les organisateurs les resoumettent. Si c’est le cas pour votre session, veuillez indiquer sous la rubrique « Comments » qu’elle a été accepté en 2020 lorsque vous la soumettez.

Notez bien que la date limite pour les propositions a été fixée au lundi 19 avril.

Vous pouvez vous renseigner, soumettre votre session ou communication, vous enregistrer, et réserver une chambre d’hôtel en consultant le site web de la conférence : www.sixteenthcentury.org/conference. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser ou à envoyer un courriel à conference@sixteenthcentury.org.

Au plaisir de vous revoir en octobre,

Scott Francis

____________________________________________

Scott Francis

Associate Professor of French and Francophone Studies

Department of Romance Languages

University of Pennsylvania

Stargates. The Magic of Images from Heka to the Monas Hieroglyphica

Stargates – The Magic of Images from Heka to the Monas Hieroglyphica

 

Giuseppe ARCIMBOLDO, « Astrologie », 1585, Florence, Galerie des Offices (source : WGA).

  • Start date:
    23/03/2021, 17:00

Stargates – The Magic of Images from Heka to the Monas Hieroglyphica

A lecture series dedicated to the material aspects of making magical images

Organised by Luisa Capodieci (Frances A. Yates Long Term Fellow, Warburg Institute)

Stargates – The Magic of Images from Heka to the Monas Hieroglyphica is a lecture series dedicated to the material aspects of making magical images, including the arsenal of objects and media which allow the maker to manipulate the flow of stellar influences. The roots of the question are Egyptian; they lie buried in a passage of the hermetic text, Asclepius, which explains how Egyptian priests “make gods” by shaping images able to attract the souls of the stars. Herbs, stones and aromas “which have an occult virtue of divine efficacity”, words, sounds and fumigations are the other ingredients of this magic panoply, which has been discussed and enriched from Antiquity to the Renaissance and beyond.

Considering small portable talismans and large artworks, this lecture series features five leading scholars who offer a broad historical perspective. Combining a wide range of disciplines including archaeology, history, art history, anthropology, philosophy and cultural history, they will discuss both the “making” and the “mechanism” of these stargates, capable of bringing the stars down to earth.

Following a chronological sequence in order to underline the transformations, continuities, and discontinuities from ancient to “modern” practices, this lecture series builds on the legacy of the Warburg Institute scholars D.P. Walker and Frances Yates.

Programme

‘The Magic of Images and Images for Magic in Ancient Egypt’

23 March 2021, 5:30 – 7pm | Presented by Marc Etienne (musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes)

BOOK YOUR PLACE

‘The Theory and Practice of Talismans’

20 April 2021, 5:30 – 7pm | Presented by Charles Burnett (Warburg Institute)

BOOK YOUR PLACE

‘Scientific Utopia versus Magic in the Thirteenth Century: two Ways for endowing Artificial figurae with Celestial Powers’

19 May 2021, 5:30 – 7pm | Presented by Nicolas Weill-Parot (EPHE – Ecole Pratique des Hautes Etudes)

BOOK YOUR PLACE

‘Ficino and the Stars’

26 May 2021, 5:30 – 7pm | Presented by Stéphane Toussaint (CNRS, Centre André Chastel)

BOOK YOUR PLACE

‘Hieroglyph, Anatomy and Cosmos: John Dee’s Monas Hieroglyphica

22 June 2021, 5:30 – 7pm | Presented by Stephen Clucas (Birkbeck College)

BOOK YOUR PLACE

Nostradamus

MIREILLE HUCHON

Nostradamus

Femme et folie sous l’Ancien Régime. Colloque de la SIÉFAR

Femme et folie sous l’Ancien Régime

Colloque de la SIÉFAR 

25-26 mars 2021 (en ligne)

 

 

Comité d’organisation :
Marianne Closson (Université d’Artois/SIEFAR)
Nathalie Grande (Université de Nantes/SIEFAR)
Claudine Nédelec (Université d’Artois/SIEFAR)
Ghislain Tranié (Centre Roland Mousnier/SIEFAR)

 

Inscriptions : colloque.siefar@gmail.com
Session 1 : Les folles de Dieu / jeudi 25 mars 9h15-12h30
Session 2 : Les folles en littérature / de littérature jeudi 25 mars 14h-17h
Session 3 : La chasse aux folles / vendredi 26 mars 9h-12h30
Assemblée générale de la SIÉFAR vendredi 26 mars 13h30-14h30
Session 4 : De la satire à la répression / vendredi 26 mars 14h30-17h30
Programme détaillé: Femme et folie, SIEFAR 2021

La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue

Myriam Marrache-Gouraud, La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue (Europe, XVIe-XVIIe siècles), Genève, Droz, coll. « Les seuils de la modernité », vol. 23, 2020, 631 p.

 

Dans son nouvel ouvrage consacré aux cabinets de curiosité, Myriam Marrache-Gouraud livre une riche enquête sur les catalogues de ces cabinets qu’elle envisage dans leur matérialité, ainsi que dans leurs dimensions linguistique et rhétorique. Après avoir situé le cabinet de curiosité dans le cadre épistémologique de la Renaissance, elle se demande comment nommer et définir les objets inconnus, notamment des pays étrangers. L’auteure propose ainsi une étude des catalogues de curiosité, non pas en tant que documents historiques témoins d’un phénomène sociologique et culturel mais comme des lieux privilégiés des stratégies éditoriales et discursives de ces ouvrages. En raison de l’amplitude du phénomène des cabinets de curiosité en Europe, sont étudiés ici les catalogues dans les frontières européennes larges, en langues vernaculaires et en latin.

Continuer la lecture de La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue

Les territoires de l’âge d’or

Monique Mund-Dopchie, Les territoires de l’âge d’or, de l’Antiquité à l’ère du tourisme planétaire, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 2020, 394 p. 

La professeure émérite de l’université de Louvain propose une vaste enquête dans les territoires de l’âge d’or et s’interroge sur la manière dont ceux-ci sont envisagés dans les textes de l’Antiquité à nos jours. Les quatre parties de l’ouvrage suivent l’ordre chronologique du mythe, depuis les textes antiques, sur lesquels l’Occident a construit ses représentations, jusqu’à la découverte des « nouveaux mondes » (l’Amérique au XVIe siècle et l’Océanie au XVIIIe). Enfin, le voyage se termine au XXe siècle, lorsque l’âge d’or fait explicitement référence au bonheur d’autrefois, notamment dans les guides touristiques.

Continuer la lecture de Les territoires de l’âge d’or

Pierre de L’Estoile, Journal du règne de Henri IV. Tome 4, 1599-1603

Pierre de L’ESTOILE

Journal du règne de Henri IV.

Tome 4, 1599-1603

 

 

 

Pierre de L’ESTOILE, Journal du règne de Henri IV. Tome 4, 1599-1603, édité par Marie-Madeleine Fragonard et Nancy Oddo, sous la direction de Gilbert Schrenck, accompagné d’un glossaire de Volker Mecking.Genève, Droz, 2020, 624p. (coll. « Textes littéraires français »).

            Marie-Madeleine Fragonard et Nancy Oddo offrent dans la collection des textes littéraires français le tome IV des mémoires-journaux du règne d’Henri IV rédigés par Pierre de l’Estoile. Le texte retranscrit la seconde partie du manuscrit 13720 de la BNF et le début du manuscrit 1117 de la bibliothèque de Troyes. Les années 1599-1603 sont une période qui voit arriver la conclusion de la guerre avec l’Espagne (1598), la signature d’un nouvel édit réglant la coexistence entre huguenots et catholiques (1598), le mariage entre Henri IV et Marie de Médicis (1600) et Paix avec la Savoie (1601). La politique extérieure s’estompe quelque peu, laissant à Pierre de L’Estoile l’occasion de s’attarder sur les intrigues de la Cour : naissances, mariages mais aussi morts étranges ou prodiges. Ces quatre années qui voient revenir des moments de paix et une naissance royale sont tout de même encadrées par la religion. Ainsi, l’année 1599 s’ouvre sur le moment où l’édit de Nantes est porté au Parlement (le 2 janvier 1599) et se termine par des remontrances faites par le Roi aux Parlementaires, au sujet des Jésuites. La chronique proposée ici inclut des documents historiques précieux, comme par exemple, des rapports royaux ou une lettre du Plessis-Mornay.
            L’édition procurée par Marie-Madeleine Fragonard et Nancy Oddo apporte également de nombreux documents inédits, des mises à jour bibliographiques et biographiques. L’ouvrage est accompagné d’un index nominum, d’un riche lexique, précisant les premières occurrences des termes apparus dans la langue de Pierre de l’Estoile ainsi que les emprunts lexicaux aux autres langues européennes, enfin d’un glossaire très complet (p. 439-567) rédigé par Volker Mecking.
Rebecca Legrand

Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois

 

Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois

 

 

 

Guy-Michel Leproux, Audrey Nassieu Maupas et Élisabeth Pillet, Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois, Paris, 2020, 432 pages, XVI planches en couleurs et 34 illustrations en noir et blanc.

Surtout connu aujourd’hui pour l’exécution d’armes exceptionnelles, Marin Le Bourgeois fut un personnage hors du commun. En tant que peintre, il resta pendant quarante ans au service des rois Henri IV et Louis XIII ; il fut aussi ingénieur et inventeur, et correspondit avec Nicolas Fabri de Peiresc. Il mourut en 1634 à Lisieux, sa ville natale, où il résida habituellement tout en bénéficiant d’un atelier dans la Grande Galerie du Louvre.

On connaissait son Petit traité de l’analème vertical dédié au secrétaire d’État Martin Ruzé de Beaulieu. On peut désormais lui attribuer un ouvrage plus conséquent, rédigé dans les dernières années de sa vie. Ces Cinq Livres décrivent de façon très concrète les procédés qu’il a mis au point et employés pour peindre, sculpter, mouler et décorer toutes sortes de matériaux et d’objets. Ils justifient l’éloge que fit de lui le mathématicien David Rivault de Flurance, qui le tenait pour un « homme du plus rare jugement en toutes sortes d’inventions, de la plus artificieuse imagination et de la plus subtile main à manier un outil de quelque art que ce soit qui se trouve aujourd’huy en Europe ».

Table des matières :

Première partie – Marin Le Bourgeois peintre et ingénieur du Roi

Chapitre I. Un artiste polyvalent

– Lexovei corpus, Gallia nomen habet

– Les œuvres. Le chartrier Le Gentil. – Les tableaux. – Les cadrans. – Les armes.

– Le correspondant de Fabri de Peiresc. Les antiquités de Lisieux. – Bourgeois le neveu.

– Un traité inédit : les Cinq Livres. Les deux manuscrits de la BnF. – Identification de l’auteur.

Chapitre II. Les enseignements des Cinq Livres

– Le travail du métal. Le décor des armes. – Les objets en cuivre, en argent et en étain.

– Sculpture, moulage et décor. Le modelage de la terre et le décor du bois. – La fonte. – Les procédés de moulage Les matériaux. – Gomme adragante, pastiglia et pâte anglaise. – Le papier marbré.

– La peinture d’étoffe. Peinture et décor. – Dorure et argenture. – Sgraffito, brocard appliqué et autres décors colorés sur métal. – Peinture au bismuth, poudres à bronzer et autres substituts à l’or et à l’argent. – Les pigments. – Peinture à la détrempe et peinture à l’huile. – Les couleurs sur or et argent.

– Dessin et Perspective. Les traités de perspective. – La caisse de perspective et les châssis. – Les mannequins. – La pratique du dessin et l’invention. – Les peintures silhouettées ou « tableaux de perspective ».

– Silences, archaïsmes et originalité du traité

– Fortune des Cinq Livres

Deuxième partie – Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois

[Premier livre] ; [Deuxième livre] ; [Troisième livre] ; [Quatrième livre] ; [Cinquième livre]

Glossaire

Troisième partie – Annexes

Annexe I. Traité de l’Analème vertical

Annexe II. Lettres de Nicolas Claude Fabri de Peiresc à Marin Le Bourgeois, à un neveu de celui-ci et à l’abbesse de Maubuisson, 1618-1622

Bibliographie

Index

Diffusion : Éditions de Boccard
4, rue de Lanneau 75005 Paris
+33 (0)1 43 26 00 37 – info@deboccard.com

Paganisme et humanisme

Grégoire Holtz, Paganisme et Humanisme. La Renaissance française au miroir de la Vie d’Apollonius de Tyane, Genève, Droz, coll. Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2021.

Résumé : Roman grec composé par Philostrate au IIIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane suscite chez les humanistes une réaction ambivalente de fascination (pour un sage pythagoricien) et de répulsion (pour un supposé rival du Christ). L’étude de la réception de ce texte, à travers les médiateurs éditoriaux (traducteurs, commentateurs, libraires…) qui le rendent accessible, est l’occasion de scruter un autre visage de la Renaissance : celui de la confrontation de l’humanisme et du paganisme. Pour certains lettrés du XVIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane n’entre pas dans le cadre commun, qui voit dans les écrits philosophiques de l’Antiquité une propédeutique à la lecture des lettres sacrées (comme pour le platonisme et l’aristotélisme). Condamnée pour son affabulation romanesque comme pour sa nature païenne, la Vie d’Apollonius de Tyane est bien une œuvre sous tension qui amène à s’interroger sur les présupposés et les attentes de l’humanisme.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Global Montaigne Mélanges en l’honneur de Philippe Desan

Global Montaigne. Mélanges en l’honneur de Philippe Desan, dir. Jean Balsamo et Amy Graves, Paris, Classiques Garnier, 2021.

  • Résumé : En hommage au professeur Philippe Desan, ce volume réunit quarante-neuf contributions, consacrées à Montaigne et à son œuvre, en français et en anglais. Dans une perspective transdisciplinaire, elles constituent l’approche la plus complète et la plus novatrice pour la connaissance d’un Montaigne global.
  • Parution : 03/03/2021
  • Éditeur : Classiques Garnier
  • Collection : Rencontres, n° 485
  • Mots-clés: Montaigne, littérature, philosophie, sociologie, histoire, histoire du livre, philologie

Consulter la table des matières sur le site de l’éditeur

Autour de la quantité syllabique (16e-18e siècles)

Colloque 18-19 mars 2021, Université Grenoble-Alpes

 

Autour de la quantité syllabique

(16e-18e siècles)

 

 

Jeudi 18 mars

14h, Mot d’accueil par Stéphane Macé, directeur du centre RARE (UMR Litt&Arts) Introduction par Sophie Hache, organisatrice du colloque

PROSODIE ET MUSIQUE

Président de séance, Jean Vignes (Université de Paris)

14h15, Olivier Bettens (Cossonay, Suisse)
« Prosodie du français aux 16e et 17e siècles : le point de vue du grammairien contre celui du musicien-poète. »

14h45, Isabelle His (Université de Poitiers)
« La prosodie de l’air strophique et le problème de la première strophe (fin 16e et début 17e siècles). »

15h15, Discussion et pause

INSPIRATIONS LINGUISTIQUES

Président de séance, Francis Goyet (Université Grenobles-Alpes)

15h45, Jean Duron (Centre de Musique Baroque de Versailles)
«La quantité syllabique dans les paroles de musique de Perrin (1620-1675): inspirations française, latine, et hébraïque. »

16h15, Carole Boidin (Université Paris-Nanterre)
« “L’invention de la vraye quantité de nos Syllabes” chez les Arabes : la tentative de Pierre Vattier, 1660. »

 

Vendredi 19 mars

ENSEIGNEMENT, MANUELS ET DICTIONNAIRES

Président de séance, Stéphane Macé (Université Grenobles-Alpes)

9h, Claire Fourquet-Gracieux (Université Paris-Est Créteil) «

9h30, Aline Smeesters (Université catholique de Louvain, Belgique)
« L’enseignement de la prosodie latine dans les collèges jésuites du 17e siècle. »

10h, Claudia Schweitzer (Université Montpellier 3)
«La prosodie de l’abbé d’Olivet: nouveau ou ancien regard sur la quantité syllabique au 18e siècle ? »

10h30, Discussion et pause

LE SENTIMENT DE LA LANGUE

Présidente de séance, Agnès Steuckardt (Université Montpellier 3)

11h, Juliette Lormier (Université de Lille)
« La langue appesantie : une question de perception ? Le sentiment de la quantité dans l’analyse des vers mesurés français (1549-1602).»

11h30, Sophie Hache (Université de Lille / Université Grenoble-Alpes)
« Comment concevoir la langue française sans les quantités syllabiques ? Oreille et parti pris, aux 17e et 18e siècles. »

12h Discussion et fin du colloque

Le colloque aura lieu en visioconférence, le lien sera transmis, à la demande, par Sophie Hache.

Contact : sophie.hache@univ-lille.fr

Les Idées du théâtre. Paratextes français, italiens et espagnols des XVIe et XVIIe siècles

Les Idées du théâtre. Paratextes français, italiens et espagnols des XVIe et XVIIe siècles

 

 

Ouvrage dirigé par Marc Vuillermoz et coordonné par Sandrine Blondet

Genève, Droz, 2020, 1384 p.

 

En 2011, le projet ANR « IdT – Les Idées du théâtre », dirigé par Marc Vuillermoz, se fixait comme objectif d’étudier la construction et la circulation des « idées du théâtre » dans la France, l’Italie et l’Espagne des xvie et xviiesiècles à partir de l’analyse des textes placés en tête des pièces (préfaces, dédicaces, arguments, etc.). Dix ans plus tard, force est de constater que l’entreprise a porté ses fruits. Ont été consacrés à ces questions un numéro spécial de la revue Littératures classiques (Préface et critique. Le paratexte théâtral en France, en Italie et en Espagne (xvie et xviie siècles), n° 83, 2014), ainsi que deux ouvrages publiés chez Droz : Les Mots et les choses du théâtre. France, Italie, Espagne, xvie-xviie siècles (2017), actes du colloque terminal du projet, et Le Théâtre au miroir des langues.France, Italie, Espagne, xvie-xviie siècles (2018), dans lequel les grandes notions théâtrales font l’objet d’une vaste étude lexicologique trilingue. Ce corpus tri-national se signale par une grande cohérence culturelle, justifiant l’exclusion d’une nation comme l’Angleterre, dont la production dramatique est pourtant d’une très grande richesse.

Le présent volume, édition scientifique annotée de plus de deux cents textes liminaires, constitue le couronnement de cette entreprise. Marc Vuillermoz a rassemblé une équipe de quatre-vingt-neuf éditeurs, spécialistes des domaines français, espagnols et italiens. Les textes, classés dans l’ordre chronologique de leur publication, sont parfois très connus – par exemple les préfaces de Corneille, Molière et Racine –, parfois beaucoup plus confidentiels. Les textes italiens et espagnols, dont la langue pose souvent de grandes difficultés de compréhension, sont traduits en français – ce qui représente une innovation importante par rapport à l’édition électronique de ces paratextes proposée par le site web du projet « IdT » (http://idt.huma-num.fr).

La très large majorité des textes de l’anthologie appartient au xviie siècle. En ce qui concerne le xvie siècle, on dénombre trente-cinq paratextes, dont dix-neuf en français, écrits par des traducteurs (Lazare de Baïf, Charles Estienne, Guillaume Bochetel, Thomas Sébillet), un éditeur (Gilles Corrozet, qui rédige un bref avis au lecteur pour la Sophonisbade Mellin de Saint-Gelais) et des dramaturges (Théodore de Bèze, Henri de Barran, Jacques Grévin, Louis des Masures, André de Rivaudeau, Jean de la Taille, Gérard de Vivre, Robert Garnier, Roland Brisset). Les paratextes italiens du xviesiècle sont signés Pietro Aretino, Francesco Belo, Giovanbattista Giraldi Cinzio, Lodovico Dolce, l’Arioste, le cardinal Bibbiena, Luigi Groto, Annibal Caro, Valerio Fuligni, Giovan Battista della Porta et Francesco Contarini. Enfin, les paratextes espagnols du xvie siècle – étonnamment peu nombreux au regard de la profusion des textes de théâtre joués et publiés durant le Siècle d’or – ont pour auteurs Bartolomé de Torres Naharro, Lorenzo de Sepúlveda, Fernando de Rojas et Lupercio Leonardo de Argensola.

Cette anthologie d’une épaisseur impressionnante (1384 pages !) offre un outil de travail précieux pour les spécialistes de chacun des trois domaines nationaux. Mais elle invite également, dans une perspective résolument comparatiste, à mieux observer la circulation des « idées du théâtre » dans l’Europe latine des xvie et xviie siècles.

Nicolas Le Cadet

Redonner voix à l’Heptaméron de Marguerite de Navarre

Redonner voix à L’Heptaméron de Marguerite de Navarre
Réédition des Cahiers Textuel n°10 & 29

 

 

 

DIRECTEURS D’OUVRAGE : PERRIER SIMONE, LIAROUTZOS CHANTAL

Présentation

Après 1992 et 2006, L’Heptaméron est remis au programme des agrégations de lettres. Par la force des circonstances, les agrégatifs et agrégatives d’aujourd’hui ont bien des raisons d’aborder avec un regard neuf l’entreprise des reclus de l’abbaye de Serrance, qui échangent des récits pour « adoulcir l’ennuy » et passer le temps aussi utilement que joyeusement en période de confinement. Pour les accompagner dans leur lecture, il a semblé utile de redonner voix aux deux numéros des Cahiers Textuel parus à l’occasion des sessions antérieures et qui étaient devenus inaccessibles. Bien que la connaissance du recueil de Marguerite de Navarre et son approche aient évolué ces quinze dernières années, les différents articles réunis – pour certains des « classiques » des études sur L’Heptaméron – pourront continuer à donner matière à de nouveaux devis critiques fructueux.

Réédition des Cahiers Textuel :

No 10, sous la direction de Simone Perrier
No 29, sous la direction de Chantal Liaroutzos

Bon de commande   Heptaméron

La chanson d’actualité de Louis XII à Henri IV

 

Plus d’un siècle après les travaux pionniers d’Auguste Le Roux de Lincy et d’Émile Picot sur les « chants historiques », au moment où les sources premières deviennent plus accessibles, les études littéraires, historiques et musicologiques joignent, dans ce volume, leurs forces pour renouveler le regard sur la chanson dite d’actualité. Dès le début du XVIe siècle, à travers de minces plaquettes gothiques, des soldats, des aventuriers, des clercs, de simples bourgeois témoignent par des chansons des conflits qui les divisent. Textes aux airs bien souvent perdus, inscrits en profondeur dans l’histoire de leur temps, leurs chansons participent à l’œuvre de propagande des parti(e)s en présence au fil des conflits qui agitent le siècle. Elles rassemblent aussi des communautés, notamment dans la commémoration des événements et des figures qu’elles illustrent.

Les contributions de ce volume se consacrent aux supports et aux sources qui nous donnent accès à ces airs et à ces textes (chansonniers, paroliers, placards, minutes de procès, etc.), et elles en montrent toute la diversité générique et formelle : chansons historiques, chansons spirituelles, chansons à boire…  Elles visent à définir la poétique du genre (si genre il y a), sans oublier ce que ces textes nous disent de leur réception et de leur diffusion. L’investigation porte aussi sur le statut de la vérité, sur l’utilisation de la rumeur et d’une rhétorique propagandiste, car les nouvelles véhiculées dans ces chansons, comme dans d’autres textes d’actualité, sont le fait d’auteurs, parfois anonymes, qui peuvent prendre fait et cause pour un parti ou une idée, notamment dans le cadre des guerres de Religion. Le dialogue des différentes disciplines sollicitées aide à cerner les codes qui régissent ces chansons, à dégager leurs spécificités textuelles et musicales, mais aussi à les réinscrire au plus près de leur contexte historique et à saisir leur influence et leurs modalités d’action.

Table des matières :

Frank Lestringant, Chansons de toujours (en guise de prélude)

Marion Pouspin, Les chansons d’actualité mises en livrets gothiques. Formes, matérialité, enjeux

Adeline Lionetto, « Des nouvelles de delà les monts ». Les chansons d’actualité des plaquettes et recueils gothiques de l’officine À l’Écu de France (atelier des Trepperel et d’Alain Lotrian)

Robert Bouthillier et Eva Guillorel, La prise de Rome de 1527 dans la chanson populaire (16e-21e siècle)

Sophie Astier, Chansons et récits de bataille dans quelques occasionnels de la fin du règne de François Ier

Laurent Vissière, La chanson d’aventurier

Tatiana Debbagi Baranova, Chansons : lieux de mémoire et enjeux d’actualité pendant la première décennie du règne d’Henri III (1574-1584)

Jelle Koopmans, Merck Toch Hoe Sterck : les « chansons des gueux » aux Pays-Bas

Pierre Tenne, Les Cantiques dechantees de Pierre Doré : un recueil pionnier dans l’histoire du chant catholique ?

Gilbert Schrenck, Le chant de l’actualité dans le Recueil poétique (Ms. français 22565 de la BnF) de François Rasse des Neux

Stéphane Partiot, L’éloge de la paix dans les recueils de chansons sans musique publiés par les libraires-imprimeurs Rigaud et Bonfons (1548-1601)

Isabelle His, Henri IV et le duc de Parme: un air pour le siège de 1592?

Melinda Latour, Chanter les assassinats d’Henri III et d’Henri IV : commémorer ou moraliser ?

Anne-Gaëlle Leterrier-Gagliano, Pleurer l’assassinat des Guises : la poétique des chansons comparée à celles des autres poèmes funéraires de circonstance

Julien Goeury, La réception de l’« Ode sur les misères des Églises françoises » d’Antoine de Chandieu : construction imaginaire et réalités historiques

Jean Vignes, Conclusions

Nahéma Khattabi, Alice Tacaille et Jean Vignes

Les premiers imprimés français et la littérature de bourgogne (1470-1550)

Les Premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550).

 

Textes édités par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou

Actes du colloque international organisé à l’Université Littoral – Côte d’Opale, Dunkerque.

372 pages. Broché.

50 €

EAN13 : 9782745354617.

 

PRÉSENTATION

Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l’Université Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 22 et 23 octobre 2015, le présent ouvrage se voudrait un espace de réflexion sur la place occupée par la littérature française de Bourgogne dans l’activité éditoriale des premiers imprimeurs (1470-1550). Il vise à appréhender le rôle joué par l’imprimerie naissante dans le rayonnement de la vaste production littéraire élaborée sous l’impulsion des Grands Ducs de Bourgogne et à apprécier dans quelle mesure les libraires-éditeurs des grandes villes du Nord contribuèrent, au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance, à la connaissance et au rayonnement de la culture française.

Jean Devaux et Alexandra Velissariou sont respectivement professeur et maître de conférences à l’Université Littoral – Côte d’Opale.

Matthieu Marchal est maître de conférences à l’Université de Lille. Leurs recherches portent sur la littérature française du Moyen Âge tardif, plus particulièrement à la cour des ducs Valois de la maison de Bourgogne.

Voir ici la Table_des_matieres

Société Française d'Etude du Seizième Siècle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search