Bourse postdoctorale en philosophie : l’indignation en tant que passion « philosophique »

Alberto Frigo signale un appel d’offres pour une bourse postdoctorale de 12 mois à l’Université de Milan. Il s’agit d’une bourse de recherche, dans le cadre d’un projet qu’il codirige avec des collègues de Turin et de Rome, sur le thème de l’indignation en tant que passion « philosophique » à l’époque moderne. L’unité de Milan s’occupe en particulier de la période XVIe-premier XVIIe siècle. 

Lien vers l’appel d’offres qui vient d’être publié :  https://www.unimi.it/it/ricerca/ricerca-lastatale/fare-ricerca-da-noi/assegni-e-borse/bandi-assegni-di-ricerca/bando-di-tipo-b-pnrr-prof-frigo-id-6518

Une prise de service avant l’été est envisagée.

Version pdf de l’appel d’offres (en anglais et en italien) :

Les femmes dans la vie et l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné

Appel à contribution pour Albineana 37 (2025),
dirigé par Mathilde Bernard, Nadine Kuperty-Tsur et Alicia Viaud

Le rapport d’Agrippa d’Aubigné aux femmes n’est pas simple ; l’enfant aegre partus ne doit sa vie qu’à la mort de l’une d’entre elles, ce qui peut expliquer une tendance à la mise à distance. De nombreuses femmes sont ainsi présentées comme des incarnations d’une altérité radicale : la mère, cette figure qui, pour absente qu’elle soit, hante l’entièreté de l’œuvre, sous des dehors la plupart du temps peu rassurants, mais néanmoins ambivalents[1] ; l’amante, qui revêt des habits pétrarquistes aux chatoiements inquiétants et qui, jeunesse éclatante a son double dans les vieilles repoussantes du Printemps[2]; les femmes « détestées », qui sont présentées comme des symboles de débauche[3] ; les reines qui deviennent sorcières sous sa plume[4] ; les parangons bibliques de l’impiété – Jézabel[5] et autres Athalie – ; ou les femmes mythiques venues du monde gréco‑romain pour faire du poète une proie, Diane la chasseresse[6], qui bien sûr se cache dans la belle Salviati, autre menace de mort.

À côté de ces femmes si diverses en possibilité d’anéantissement du corps et de l’âme de l’écrivain – car ces figures sont avant tout littéraires –, Agrippa d’Aubigné offre aux lecteurs de nombreux exemples de femmes admirables, qui dans leur grandeur n’en sont pas moins pour la plupart également mises à distance. Au rang de ces femmes viennent en premier lieu les martyres : les sœurs Foucaude – des enfants –, Jane Grey, jeune, reine, vertueuse et pieuse[7]… Puis les reines protestantes qui ont su gouverner en homme, éloge équivoque s’il en est : Elizabeth, Jeanne d’Albret[8], figurant de nouvelles Deborah.

Enfin viennent d’autres femmes, plus accessibles sans doute, celles qui se sacrifient pour leur parti, comme Catherine de Bourbon[9], nouvelle Esther, des femmes poètes et salonnières comme les dames des Roches[10] ou, plus proches encore du peuple, ces figures de la dévotion, jeune fille allaitant le vieillard et à l’inverse femme âgée (aux mamelles taries) allaitant un nourrisson. Quelques‑unes enfin, bien réelles celles‑là, tissées à la vie d’Agrippa d’Aubigné et présentes en ses écrits : ses femmes, ses filles.

Comment dès lors concilier ce mélange d’attirance et de répulsion dont le Printemps se fait l’écho, d’admiration pour des femmes qui sont le lieu et la preuve de la grâce suprême de Dieu, n’agissant jamais tant que lorsqu’elle élève la faiblesse, et de mépris horrifié pour la putain et la sorcière, de connivence[11] et de hiérarchisation des rapports[12] ? Comment comprendre que la femme soit le plus souvent tenue à distance respectable : faut‑il en chercher les raisons dans les structures patriarcales d’une société qui n’assigne pas aux femmes un rôle de même importance qu’aux hommes, dans la vie d’un enfant à qui a manqué une présence féminine, d’un amant éconduit, d’un veuf éploré, d’un sujet méfiant d’une souveraine aux finesses italiennes ? Quel est le sens de la parole ou du silence des femmes dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné ? Comment les voix féminines et les voix de l’énonciateur se mêlent‑elles et dans quelle optique[13] ? Quelle possibilité les femmes protestantes ont‑elles de se faire entendre[14] ? Peut‑on, avec Catharina Randall Coats[15], penser un « parler mystique » de la femme albinéenne, qui l’élèverait à un statut équivalent à celui de l’énonciateur de la fin des Tragiques, « extatique », « au giron de son Dieu » ?

Les articles s’intéresseront aux différents aspects de la présence des femmes dans la vie et dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné. Ils pourront adopter un angle biographique, interrogeant le rôle des amants, des épouses et des filles dans l’existence de l’écrivain, et croiser cette approche avec une analyse des représentations des figures féminines dans l’œuvre. On pourra également axer sa réflexion sur la dimension symbolique et mythique de la représentation des femmes admirées ou honnies, sur la trace, l’inflexion féminine de l’écriture ; considérer la question politique, la résistance, le zèle des femmes ; voir comment en elles réside paradoxalement la plus grande fiance d’Agrippa (les plus zélés sont pour beaucoup des femmes) et son plus grand effroi (les plus machiavéliques sont sans doute des femmes). Les articles se demanderont comment concilier les rapports de l’homme avec les personnes et les rapports de l’écrivain avec les êtres de papier, afin de rendre compte d’une vision des femmes plus riche que les passages canoniques offrant à les voir victimes ou démons nous laissent augurer. Le volume s’ouvrira à des articles présentant la place particulière de la femme protestante à cette époque, ainsi qu’à des réflexions plus larges sur la représentation des femmes à la Renaissance.


Les propositions de contribution, de quelques lignes, sont à rendre avant le 31 mai 2024 aux adresses suivantes :
bernardm@parisnanterre.fr, alicia.viaud@umontreal.ca, kuperty@tauex.tau.ac.il.

Après acceptation de la proposition de contribution, les articles d’environ 30 000 signes, en français ou en anglais, seront à rendre pour le 1er mars 2025.


[1] Voir Jean‑Raymond Fanlo, Tracés, ruptures. La composition instable des Tragiques, Paris, Champion, 1990, chap. I, 3.2, « Les figures ambivalentes de la mère », p. 83‑87.

[2] Voir Véronique Ferrer, L’Amoureuse rage. Agrippa d’Aubigné poète profane, Genève, Droz, 2022 et Le Printemps,Julien Goeury (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2023.

[3] Voir Éliane Viennot, « Agrippa d’Aubigné, Marguerite de Valois et le Divorce satyrique », Albineana, 7, 1996, p. 87-111.

[4] Voir Jean‑Raymond Fanlo, « Catherine de Médicis, monstre femelle. Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, livre I », dans Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Le « Monstre » humain : Imaginaire et société [en ligne], Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2005.

[5] Voir Gisèle Matthieu‑Castellani, Agrippa d’Aubigné. Le Corps de Jézabel, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

[6] Voir Jean‑Raymond Fanlo et Marie‑Dominique Legrand (dir.), Le Mythe de Diane en France au xvie siècle, Albineana, 14, 2002.

[7] Voir Antoinette Gimaret, « “Ses gants et son livret pour faire testament”. Le récit de la mort de Jane Grey dans l’Histoire des Martyrs de Jean Crespin et les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné », dans Line Cottegnies, Anne‑Marie Miller‑Blaise et Christine Sukic (dir.), Objets et anatomie du corps héroïque dans l’Europe de la première modernité, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 25‑45.

[8] Voir Marie‑Madeleine Fragonard, « L’éloge d’Elisabeth », dans François Charpentier (dir.), Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné. Actes de la journée d’étude Agrippa d’Aubigné, 9 nov. 1990, Cahiers Textuel, 9, 19 1, p. 39-52 ; Cécile Huchard, « Jeanne d’Albret, Élisabeth d’Angleterre, reines, et héroïnes protestantes ? », dans Gilbert Schrenck, Anne-Elisabeth Spica, Pascale Thouvenin (dir.), Héroïsme féminin et femmes illustres (xvie‑xviie siècles). Une représentation sans fiction, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 91‑105.

[9] Voir le Traitté des douceurs de l’affliction, Gilbert Schrenck (éd), dans Œuvres, t. III, Paris, Garnier, 2014.

[10] Voir Madeleine Lazard, « Deux féministes poitevines au xvie siècle : Les dames des Roches », Albineana, 3, 1990, p. 143‑153.

[11] Cette connivence et cette proximité confiante furent semblent‑ils au fondement des liens conjugaux qui unissait Agrippa d’Aubigné tant à Suzanne de Lezay qu’à Renée Burlamacchi (voir Gilbert Schrenck, notices en ligne sur les femmes d’Agrippa d’Aubigné dans le Grand Dictionnaire des Femmes de l’Ancien Régime, 2005 : Aubigné (Michèle), Burlamacchi (Renée), L’Estang (Catherine de), Lezay (Suzanne de), Limur (Anne de), Salviati (Diane)). Elle marque aussi la couleur de la relation qu’il a entretenue avec Catherine de Bourbon, mélange de respect, d’admiration et d’amitié (outre son introduction de l’édition du Traitté des douceurs de l’affliction, on pourra consulter l’article suivant de Gilbert Schrenck : « Rhétorique de l’affliction : Catherine de Bourbon, Agrippa d’Aubigné et la Conférence de Nancy (1600) », dans Claude La Charité et Roxanne Roy (dir.), Femmes, rhétorique et éloquence sous l’Ancien Régime, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2012, p. 299‑310).

[12] Rare sont les femmes qui peuvent gouverner et il semble clair par ailleurs qu’Agrippa d’Aubigné n’assigne pas le même rôle aux femmes qu’aux hommes, comme en témoigne la Lettre à ses filles.

[13] Voir Samuel Junod, « Voix féminines dans l’œuvre d’Aubigné », Women in French Studies, 11, 2003, p. 25‑37.

[14] Catharina Randall Coats, « Shouting Down Abraham: How Sixteenth Century Huguenot Women Found Their Voice », Renaissance Quarterly, vol. 50, 2, 1997, p. 411‑442?

[15] Catharina Randall Coats, « La femme : un prétexte silencieux dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné », Albineana,7, 1996, p. 76.

Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

 

La tragique disparition de Gaylord Brouhot à l’âge de 42 ans laisse un vide considérable. Je l’ai personnellement connu lorsqu’il suivait un des Travaux Dirigés que je donnais alors à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Néanmoins, la rencontre amicale n’eut pas véritablement lieu à cette époque mais au moment où il choisit de s’inscrire en thèse d’histoire de l’art et de se spécialiser sur la Renaissance italienne. Loin de suivre une méthodologie tracée d’avance, Gaylord va alors profondément enrichir notre discipline car il n’arrive pas seulement avec son bagage académique très conséquent. En effet, s’il décide de consacrer sa thèse aux costumes dans les portraits des Médicis, c’est en apportant à ce sujet son expertise unique dans les industries du luxe et, en particulier, sa connaissance de l’histoire des tissus et de la mode. On lui doit ainsi la notion si stimulante de « portrait du costume ».

Gaylord a travaillé avec et sur les grands groupes de mode contemporains, et a longtemps enseigné dans le cadre de la formation à ces métiers, tout en assumant également des charges de cours portant sur une histoire de l’art plus classique. Attaché Temporaire de Recherche à l’université Paris 1 puis à l’université Rennes 2, il était très apprécié par les étudiants auxquels il savait transmettre sa passion, son savoir et la finesse d’observation qui le caractérisait. Son expertise lui avait valu d’être consulté lors de la rénovation des tentures du Studiolo de Ferdinand de Médicis à la Villa Médicis – qui l’a accueilli plus tard comme pensionnaire. Personne mieux que lui ne savait parler avec précision, enthousiasme et chaleur de la trame des tissus, des techniques de teinture propres à la Renaissance, de l’origine des effets moirés ou des circulations de goût entre cours, comme des variations de terminologie qui rendent la compréhension des archives si délicates. Sa générosité faisait de lui un passeur entre deux mondes qui se parlent difficilement.

La même expertise lui a fait jouer un rôle cardinal dans la reconstruction de la rencontre du Camp du Drap d’Or ou dans l’investigation des contacts entre la cour de François Ier et l’Italie. Elle lui a encore permis de développer une histoire stimulante de la braguette à la Renaissance. En parallèle du travail colossal qui a abouti à sa thèse de doctorat méticuleuse et foisonnante, Gaylord n’a jamais hésité à sortir de son champ propre pour devenir un compagnon de pensée précieux à de nombreux interlocuteurs, comme lors du colloque sur la sculpture dans le Nord de l’Europe à l’époque moderne.

Se situant avec une grande délicatesse au-delà des luttes intestines propres au milieu académique, Gaylord a ainsi su tracer un itinéraire fidèle à ses amitiés. Il est bien difficile de dire adieu à sa douceur et à sa joie radieuse sous le soleil provençal de Vaugines, terre de son cœur.

Joana Barreto

université Lumière Lyon 2

Atelier franco-américain, University of Chicago/ Newberry Library

Le prochain atelier franco-américain se tiendra le mercredi 20 mars 2024 à l’Université de Chicago et à la Newberry Library.

Matinée : University of Chicago – Special Collections Research Center
– Organisatrices : Véronique Montagne (Université Côte d’Azur), Pauline Goul (University of Chicago)
– Sponsors : Harvard University (merci Tom Conley) et, à l’Université de Chicago, le département de Romance Languages and Literatures, le France Chicago Center, et la doyenne de la Humanities Division, Deborah Nelson

9h00 : Session 1 : Nouveaux regards sur Ronsard
– Emma Fayard (ATER à l’Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée), “Copia ou brevitas ? Scaliger, Ronsard et la proprietas
– Therese Banks (Middlebury College), “La généalogie et la géographie de la croisade au sein des Guerres de religion : le Discours des misères de ce temps (1562) de Pierre de Ronsard.”

10h45 – 11h45 : Trésors des Special Collections, UChicago : présentation des livres rares du XVIe siècle dans les collections de UChicago par Catherine Uecker.

11h45 : Uber to Newberry for lunch

Après-midi : Newberry Library – Conference Room B-91
12h15-13h30 : déjeuner à la Newberry

13h30-14h30 : Les trésors de la Newberry avec Lia Markey : présentation des livres rares du XVIe siècle dans les collections de la bibliothèque [seulement pour les participants à l’Atelier]

14h30-15h : Pause café

15h00-17h30 : Session 2 : Travaux récents
– Ariane Bayle (Université Jean Moulin Lyon 3), “Le chirurgien assommé. Analyse kinésique d’un extrait des Voyages d’Ambroise Paré”
– Bob Hudson (Bringham Young University), “Les épîtres marotiques comme biographie critique (Clément Marot’s Epistles, ACMRS, 2022)”

Pause 16h-16h15

– Claude La Charité (Université du Québec à Rimouski), “Les imprimés du XVIe siècle dans l’Enfer de la bibliothèque du Séminaire de Québec”
– Ullrich Langer (University of Wisconson-Madison) “La règle d’or, la vertu, le dispositif rhétorique de l’empathie : le cas de Montaigne”

> Les personnes souhaitant participer sont invitées à s’inscrire auprès de Pauline Goul (pgoul@uchicago.edu) et Véronique Montagne (Veronique.Montagne@unice.fr).

Atelier XVIe siècle, 16 mars 2024

La prochaine séance de l’Atelier XVIe siècle se tiendra le samedi 16 mars à la Sorbonne (salle F368).

Matinée (10h) :
– Eva Simon : « Raconter et se raconter : l’exemple des récits de deuil dans les Essais de Montaigne »
– Adèle Payen de La Garanderie : « L’atelier de la Pléiade. Style mignard et stratégies collectives – Ronsard, Baïf, Belleau, Du Bellay et les autres »

Après-midi (14h)
sorcellerie et chasse aux sorcières de part et d’autre des Pyrénées
– Roland Béhar : « La sorcière et le philosophe : quelques éléments pour une histoire espagnole de la magie à la Renaissance » 
– Pierre Darnis : « Le cas Zugarramurdi (1610) entre temps long et dynamiques ponctuelles : un essai de psycho-, ethno- et géohistoire sur la démonomanie »
– Nicole Jacques-Lefèvre : « Lectures du Tableau de l’inconstance et des mauvais anges […] de Pierre de Lancre (1612). Un juge démonologue au Pays basque »

> Rencontre avec le réalisateur et scénariste argentin Pablo Agüero (Les Sorcières d’Akelarre, 2020).

Pour des raisons de sécurité, les personnes extérieures à la Sorbonne sont invitées à signaler leur présence, avant le mercredi 13 mars, à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com). 

Projet ANR Melponum

MELPONUM – Mélpomène à l’ère numérique

Melponum (Melpomène à l’ère numérique) est un projet visant à élargir la réception des œuvres théâtrales de la Renaissance dans toute leur diversité (genres à l’antique, formes dites médiévales, théâtre néo-latin…). Dans le but de faciliter l’accès à ces pièces et leur rendre la place qui leur revient dans le patrimoine français, nous réalisons des éditions numériques savantes qui visent trois publics : le public des chercheur.ses, celui des enseignant.es, celui des metteur.ses en scène et comédien.nes. Pour accompagner et valoriser ces éditions, nous mettons en place un programme de médiation scientifique et culturelle à l’université et ailleurs.


Présentation du projet par Nina Hugot, Maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine en littérature et langue françaises du XVIe et porteuse du projet :

Partant du constat que le théâtre est très peu présent dans l’enseignement(secondaire mais aussi supérieur) et sur la scène théâtrale, et que le renouveau des études critiques peine à prendre toute son amplitude, le projet vise à rendre ces textes plus accessibles en en proposant des éditions numériques et en organisant un ensemble d’évènements scientifiques et culturels, journées d’études, colloques, lectures théâtralisées, spectacles, dont les programmes vous parviendront au fil du temps.

Concernant le premier volet, celui des éditions numériques, vous pouvez en voir les premiers résultats ici : https://cenhtor-msh-lorraine.cnrs.fr/s/melponum/page/home

Ce lien vous permettra également de voir la liste des membres de l’équipe, les prochains événements prévus, et la liste des textes qui seront prochainement mis en ligne. Bien sûr, le projet ANR ayant officiellement démarré en janvier 2024, le site est encore en construction, les éditions en cours de réalisation et de relecture (c’est notamment le cas de Panthée), je demande donc toute votre indulgence !

Si cette présentation a vocation à vous donner connaissance du projet, il est aussi un appel à bonnes volontés : puisque nous avons décidé de nous concentrer sur l’ensemble du corpus théâtral français de la Renaissance, tous genres confondus, le corpus à éditer est immense. Dans ce cadre, nous cherchons des personnes pour transcrire les textes, en proposer une version modernisée (vous le verrez, l’objectif du site est de laisser le choix entre la version originale, ou presque, et la version modernisée), voire en réaliser une édition scientifique. Si vous avez des transcriptions dormantes, des masterants et masterantes qui cherchent des textes à éditer, ou si vous avez vous-même envie de vous lancer dans l’une de ses tâches, surtout, contactez-moi, nous aurons besoin de bras ! L’idée est de mettre en ligne le maximum de textes, y compris s’ils ne sont pas entièrement édités dans un premier temps, pour permettre les recherches plein texte ainsi que l’intégration du corpus dans le cadre de travaux scientifiques ou pédagogiques.

Enfin, si vous souhaitez signaler des ressources et liens vers d’autres projets, vous impliquer plus avant dans le projet, et/ou participer aux prochains évènements scientifiques, là aussi, vous pouvez tout à fait m’écrire : Nina Hugot (nina.hugot@univ-lorraine.fr).

[AAC] Sixteenth Century Society and Conference (SCSC)

Toronto, 31 octobre – 2 novembre 2024

Date limite pour les propositions : 22 avril 2024

Si vous souhaitez proposer une communication ou une session qui porte sur Marguerite de Navarre, son cercle, ou son milieu culturel, et solliciter un parrainage de la SFDES, veuillez contacter Scott Francis (franciss@sas.upenn.edu) pour lui indiquer avant le 15 avril les informations suivantes :

  • Titre
  • Résumé (250 mots maximum)
  • Brève bio-bibliographie (150 mots maximum)
  • Précisions pour le conseil administratif (votre disponibilité du 31 octobre au 2 novembre, limitations de mobilité, etc.)
  • Besoins audiovisuels
  • Est-ce que c’est la première fois que vous donnez une communication à la SCSC ?
  • La communication sera-t-elle donnée autre part avant la SCSC ?
  • Est-ce que l’auteur/l’un des auteurs promet de s’enregistrer afin de participer à la conférence et donner la communication ?
  • Voulez-vous que votre communication soit considérée pour le Meyer Award (réservé aux doctorant.e.s et aux professeurs débutants) ?
  • Avez-vous besoin d’une lettre d’invitation afin de procurer un visa ou un financement ?

——————————————

La SCSC est une association professionnelle américaine mondialement reconnue dans le domaine de la littérature et des études prémodernes françaises. Comme toujours, les langues de travail des sessions qui portent sur la littérature française seront l’anglais et le français. Nous nous sommes félicités d’une forte participation francophone lors de notre dernière réunion à Baltimore, et nous espérons que vous serez nombreux à venir cette année. Le congrès aura lieu du 31 octobre au 2 novembre à Toronto au Sheraton Centre Toronto Hotel. Nous vous invitons à soumettre des communications de 20 minutes sur le sujet de votre choix portant sur la littérature ou l’histoire culturelle françaises du seizième siècle pour une communication individuelle ou bien une session collective de trois intervenants.

La SCSC propose également :

– Des tables rondes assurées par des sociétés associées.

– Des tables rondes et des ateliers généraux.
Atelier A : Discussion entre intervenants dont les communications seront distribuées et lues à l’avance (4 intervenants maximum).
Atelier B : Analyse de questions délicates relatives à la traduction ou la paléographie, sans distribution préalable des communications (3 intervenants maximum).
Atelier C : Discussion d’une question majeure avec de brefs commentaires des intervenants et une participation active du public; semblable aux tables rondes, mais avec plus de participation (4 intervenants maximum).

– Des « lightning talks » : communications brèves (5-7 minutes) accompagnées d’une affiche ou d’un support numérique.

La date limite pour les propositions a été fixée au lundi 22 avril. Afin de soumettre une proposition, veuillez vous reporter à la page suivante : https://scsc.confex.com/scsc/2024/cfp.cgi.

Notez bien qu’il faut être sociétaire de la SCSC pour pouvoir participer : http://www.journals.uchicago.edu/journals/scj/member-sub.

Vous pouvez vous renseigner en consultant le site web de l’association : www.sixteenthcentury.org/conference. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à envoyer un courriel à conference@sixteenthcentury.org.

Séminaire doctoral «Lectures textuelles» : L’œuvre de Guillaume Des Autels

Du 15/03/2024 au 03/05/2024

Réunissant doctorantes et doctorants en littérature française du XVIe siècle de la Sorbonne nouvelle et de Sorbonne Université, Emmanuel Buron, Julien Goeury et Jean-Charles Monferran ont voulu, avec la collaboration d’autres collègues intéressé(e)s par la démarche, se retrouver autour d’un corpus d’étude à lire en commun, de façon à confronter sur pièces points de vue et méthodes d’approche des textes, tout en essayant de faire progresser, par étapes, la connaissance d’un auteur et d’une œuvre certes connus des spécialistes, demeurés cependant en retrait du point de vue scientifique (monographies anciennes, éditions critiques absentes, partielles et/ou datées, etc.).

Une séance inaugurale a permis de choisir collectivement comme corpus l’œuvre de Guillaume des Autels, à laquelle seront consacrées deux premières séances au cours du second semestre 2023-2024. Nous nous retrouverons le vendredi 15 mars (de 14h à 17h) à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle, 4 rue des Irlandais (75005), en salle Claude Simon. En dépit de sa date précoce dans l’année, cette séance sera consacrée à la lecture du Moys de Mai, le premier recueil poétique de Des Autels, publié vers 1545, et dont il n’existe aujourd’hui qu’un seul exemplaire connu. Toute personne intéressée est la bienvenue et peut contacter l’un ou l’autre des organisateurs pour avoir accès à divers documents (saisie du texte, articles, bibliographie, etc.).

Organisation :

Emmanuel Buron, Julien Goeury, Jean-Charles Monferran

Si vous voulez des précisions sur le contenu des séances ou avoir accès aux documents distribués en vue de la séance du 15 mars, écrire à julien.goeury@sorbonne-universite.fr

Lieu :

Sorbonne Nouvelle
Maison de la Recherche de Sorbonne Nouvelle (4 rue des Irlandais 75005)
– Le vendredi 15 mars (14h-17h), salle Claude Simon
– Le vendredi 3 mai (14h-17h), salle du Conseil

Laboratoire :

Cellf 16-18

Rencontre Érasme et le livre – Hommage au Professeur Franz Bierlaire

Jeudi 11 avril 2024 à la Maison d’Érasme (Bruxelles)
14:00 > 17:00 + drink

Intervenants.es :
Renaud Adam, Christine Bénévent, Annick Delfosse, Hélène Rabaey, Alexandre Vanautgaerden

Le Professeur Franz Bierlaire (ULiège) nous a quittés en novembre 2023. Avec lui, nous perdons un grand spécialiste de la Renaissance et un grand pédagogue qui a su donner la passion de l’histoire à des générations d’étudiants et d’étudiantes. Il a dédié sa carrière à l’étude de la figure d’Érasme, mais aussi à la question du livre scolaire et à l’éducation au cours de la Renaissance.

En guise d’hommage, la Maison d’Érasme, le groupe de contact FNRS « Documents rares et précieux » et l’unité de recherches Transitions (ULiège) organisent la rencontre Érasme et le livre en mémoire du grand intérêt que portait Franz Bierlaire au rapport qu’entretenait Érasme au(x) livre(s).
Des chercheurs passionnés par Érasme partagent leurs dernières recherches, pour un public d’amateurs et de curieux.

Programme :

14h Introduction par Annick Delfosse (Université de Liège)

14h30 Christine Bénévent (École nationale des chartes) : Érasme et ses ‘contrefacteurs’

15h Renaud Adam (Université de Liège) : Érasme censuré

15h30 Hélène Rabaey (Université Le Havre Normandie) : La traduction d’Érasme en Europe au XVIe siècle

16h Alexandre Vanautgaerden (C.S.R., Université de Warwick / Réseau des médiathèques, Charleville-Mézières, Ardenne Métropole) : Écrire au milieu des presses

16h30 discussion

17h drink

Organisation :

Rencontre organisée en collaboration avec le groupe de contact FNRS «Documents rares et précieux» et l’unité de recherches Transitions (ULiège).

Renaud Adam – Hommage à Franz Bierlaire (1944-2023)

In memoriam Franz Bierlaire (1944-2023)

Franz Bierlaire, professeur émérite de l’université de Liège, s’en est allé le 12 novembre 2023. Avec lui, la communauté des seiziémistes perd un spécialiste renommé de la Renaissance et un grand pédagogue qui sut donner la passion de l’histoire à des générations d’étudiants et d’étudiantes. Sa carrière fut dédiée à l’étude de la figure d’Érasme, mais aussi à la question du livre scolaire et à l’éducation au cours de la Renaissance.

Né le 8 juillet 1944, Franz Bierlaire passa sa jeunesse dans le pays d’Entre-Sambre-et-Meuse, dans la région de Charleroi. Il s’inscrivit à l’université de Liège en octobre 1963. Au cours de ce mois d’automne, il fit deux rencontres déterminantes pour le reste de sa vie. Tout d’abord, celle du professeur Léon-Ernest Halkin qui lui inculqua les premiers rudiments de la critique historique et les premières notions d’histoire moderne, ainsi que le souci pour l’élégance du style. Léon-Ernest Halkin, son futur maître, lui fit également découvrir une personnalité qui allait devenir son compagnon de route pendant plus de soixante ans : Érasme de Rotterdam. Son mémoire de fin d’études, consacré à la familia d’Érasme, constitua son travail d’approche du prince de l’humanisme et de sa galaxie (publié en 1968). Son intronisation dans la « corporation érasmienne » (sodalitas erasmiana), comme il aimait à dire, se fit à l’occasion d’un colloque organisé à Mons en 1967 en marge des célébrations du cinquième centenaire de l’anniversaire de la naissance de l’humaniste de Rotterdam. Le jeune diplômé y présenta, avec assurance, les résultats de ses premiers travaux devant un parterre de choix : Marie Delcourt, Marcel Bataillon ou encore Jean-Claude Margolin, personnalités avec qui il noua des liens profonds d’amitié. Il confirma son statut de grand érasmien avec sa thèse de doctorat dédiée aux Colloquia, ce manuel, maintes fois revus par son auteur, destiné à l’apprentissage du latin, mais aussi à la réforme des mœurs et de la religion (1977, 1978). Franz Bierlaire se fit également éditeur des textes d’Érasme. Il participa à l’édition des Colloquia en collaboration avec Léon-Ernest Halkin et René Hoven, qui parut dans la prestigieuse collection des Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami (1972), et nous donna, quarante ans plus tard, toujours dans la même collection, celle du De Civilitate morum puerilium (2013), dont il avait proposé une traduction intégrale quelques années plus tôt (1999).

Franz Bierlaire s’intéressa non seulement à la pensée du prince de l’humanisme, mais également aux modes de diffusion de celle-ci ainsi qu’à sa réception au cœur de l’Europe du xvie siècle. Sous sa plume se découvrent ainsi la richesse et la complexité de l’œuvre d’Érasme, les conditions matérielles de sa fabrication, la relation de l’humaniste à l’objet-livre ou encore la virulence des polémiques religieuses de cette époque. Digne héritier de l’école liégeoise des études sur l’humanisme et la Renaissance, il n’eut de cesse, tout au long de sa carrière, de lire et de relire l’œuvre d’Érasme, que ce soit en historien, désireux de rendre intelligible une époque charnière de notre histoire, ou en latiniste accompli, soucieux du sens précis de chaque mot. Si l’Érasme pédagogue retint particulièrement son attention, c’est bel et bien l’étude du projet humaniste d’émancipation des hommes par une pédagogie renouvelée et par le retour aux sources de l’Antiquité qui traverse l’œuvre de Franz Bierlaire. Cet intérêt le porta tout naturellement à étudier, plus largement, les pratiques d’enseignement au travers des livres scolaires et à questionner l’éducation des enfants au xvie siècle. Le titre du volume d’hommages publié à l’occasion de son accès à l’éméritat résume parfaitement l’amplitude de sa curiosité scientifique : Lire, écrire et éduquer à la Renaissance, paru en 2013.

Franz Bierlaire fut également un professeur habité qui avait une capacité rare à vous embarquer avec lui dans sa passion pour l’époque moderne. Il entama sa carrière à l’université de Liège en 1969 en qualité d’assistant de Léon-Ernest Halkin. Il fut nommé chargé de cours associé en 1979, avant de devenir professeur associé en 1990, puis professeur à la tête de la chaire d’Histoire moderne en 1998. Il eut également une charge de cours à l’université libre de Bruxelles à partir de 1988 en « Histoire des Églises chrétiennes ». La transmission, l’enseignement et l’encadrement étaient au cœur de ses préoccupations académiques. Son cours d’histoire de l’humanisme était magistral et témoignait d’une excellente maîtrise de ce mouvement ainsi que d’un don unique pour captiver son auditoire. Ses séminaires en histoire moderne étaient pour lui l’occasion d’inculquer à ses étudiants et étudiantes une méthode historique rigoureuse, basée sur une analyse fine des sources ainsi qu’un souci de la perfection et un refus de l’à-peu-près. Très attentif aux questions de philologie textuelle, il insistait sans relâche sur la nécessité de peser chaque mot et de recourir à un vocabulaire choisi avec justesse. Érasme, évidemment, était au centre de ses enseignements. Des générations entières d’apprentis historiens et d’apprenties historiennes se plongèrent dans l’abondante correspondance de l’humaniste. À ceux qui renâclaient, lassés par le caractère parfois acariâtre d’Érasme, il rappelait avec malice qu’ils avaient l’opportunité de travailler à partir d’une traduction française, ce qui ne fut pas son cas lorsqu’il était étudiant, tout en insistant sur la nécessité impérieuse de revenir systématiquement au texte latin. Il fut également un maître exigeant, attentif et toujours disponible, qui conserva tout au long de sa vie un regard bienveillant sur les différents parcours de ses élèves. Il aimait particulièrement voir l’un ou l’autre « s’aventurer en terres érasmiennes ». Même s’il observait avec une certaine forme d’amertume l’état des études humanistes en Belgique, son souhait le plus cher aurait été de voir paraître un Érasme et les Pays-Bas, « une synthèse comparable, par l’ampleur sinon par la qualité, à l’Érasme et l’Espagne de Marcel Bataillon ».

Impossible de terminer cet hommage sans recommander la lecture de son dernier opus sur « son » Érasme, Érasme au fil du temps, ouvrage publié en octobre 2021. Ce passionnant essai, rempli d’une grande érudition et écrit d’une très belle plume, condense soixante années de fréquentation de l’humaniste hollandais. Il dépasse le cadre strict de la biographie. Il s’attache non seulement à revenir sur les grandes étapes de la vie d’Érasme, mais aussi à décortiquer son œuvre tout en mettant en garde les jeunes pousses d’aujourd’hui : « Celui qui découvre la pensée d’Érasme devra se garder du danger d’en soutenir à l’excès la modernité. » (p. 110). L’ouvrage, dans sa dernière partie, se concentre sur l’évolution de la perception de cet humaniste au fil des siècles, lui qui est parfois vu aujourd’hui comme la figure emblématique de la citoyenneté européenne. Nul doute que Franz Bierlaire aurait assurément pu faire sien cet extrait d’une lettre d’Érasme qu’il mit en exergue de ce livre : « J’ai une telle passion pour la littérature la plus parfaite que je considérais comme étant de ma plus proche famille tous ceux qui s’y adonneraient. » (lettre à Francis Vergara, 13 octobre 1527).

Véritable homo litteratus, parfois espiègle, tantôt taquin, mais toujours heureux de pouvoir partager ses dernières lectures ou ses réflexions sur les pratiques historiennes d’hier et d’aujourd’hui, Franz Bierlaire laisse derrière lui une œuvre riche et le souvenir d’un homme d’une rare modestie, toujours attentif aux uns et aux autres.

Renaud Adam

université de Liège

Références citées

Fr. Bierlaire, La Familia d’Érasme. Contribution à l’histoire de l’humanisme, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1968.

Érasme, Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, vol. I, 3: Colloquia, éd. Léon-Ernest Halkin, Franz Bielaire, René Hoven, Amsterdam, North-Holland Publishing Co., 1972.

Fr. Bierlaire, Érasme et ses Colloques : le livre d’une vie, Genève, Droz, 1977.

Fr. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme. Réforme des études, réforme des mœurs et réforme de l’Église au xvie siècle, Liège, Presses Universitaires de Liège – Paris, Les Belles Lettres, 1978.

Érasme, La civilité puérile d’Érasme. Petit manuel de savoir-vivre à l’usage des enfants, traduction, édition et introduction par Fr. Bierlaire, Bruxelles, La Lettre volée à la Maison d’Érasme, 1999.

Fr. Bierlaire, « La recherche érasmienne en Belgique : Histoire et perspectives », in Éditions, impressions et traductions des textes humanistes, éd. Alexandre Vanautgaerden et Jean-François Gilmont, Turnhout, Brepols, 2000, p. 43-59.

Érasme, Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, vol. I, 8 : Iulius Exclusus, éd. Silvana Seidel Menchi, De civilitate morum puerilium, éd. Franz Bierlaire, Conflictus Thaliae et Barbariei, éd. René Hoven, Leyde-Boston, Brill, 2013.

Lire, écrire et éduquer à la Renaissance. Mélanges en l’honneur de Franz Bierlaire, éd. Annick Delfosse et Thomas Glesener, Bruxelles, Archives et bibliothèques de Belgique, 2013.

Fr. Bierlaire, Érasme au fil du temps, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2021.

Hommage à Françoise Argod-Dutard (1940-2023)

Françoise Argod-Dutard (1940-2023)

 

Notre collègue Françoise Argod-Dutard s’est éteinte au début du mois de décembre 2023. Entrée à l’UFR des Lettres de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 en 1991 en qualité de maîtresse de conférences, elle y était devenue, après son habilitation à diriger des recherches, professeure des Universités en 2003 et avait fait valoir ses droits à la retraite en 2010. Spécialiste de la langue française, elle enseignait parmi nous la linguistique synchronique et diachronique du français, et particulièrement la langue française du XVIe siècle. Tentée par l’orthophonie avant de passer l’agrégation des Lettres, elle dispensait aussi régulièrement, avec conviction, des cours de phonétique et de linguistique appliquées au département d’orthophonie de l’université Victor Segalen-Bordeaux 2.

Auteure de manuels pour les étudiants (Éléments de phonétique appliquée, et La linguistique littéraire, 1996 et 1998), elle publie chez Droz en 2002 L’Écriture de Joachim du Bellay, le discours poétique dans Les Regrets :l’orthographe et la syntaxe dans les lettres de l’auteur. Elle organise, à l’occasion des programmes de nos agrégations, des journées d’étude, y collabore et en assure la publication (sur Jean de Léry en 2000 ; sur Montaigne en 2003) ; et, par exemple écrit avec J.-Y. Pouilloux, Essais Livre III Montaigne (2002). Et elle rassemble en 2001 pour les Mélanges offerts à notre collègue Claude-Gilbert Dubois, Histoire et littérature au siècle de Montaigne, les articles d’une trentaine de collègues.

Partisane convaincue et activiste de la « défense et illustration de la langue française », elle participe à Liré en 1999 à la création des « Lyriades de la langue française » (association loi 1901) dont elle deviendra en 2006 la cheville ouvrière, et dont elle organise et publie de 2003 à 2017 les communications faites lors de sept journées d’études sur des sujets variés : vitalité du français en Europe ou dans le concert international, langue des poètes en France et dans la francophonie, chanson française, langue de la table…

Car Françoise Argod-Dutard, née dans les Borderies région du Cognac, était issue d’une famille de viticulteurs dont, à la retraite, elle avait repris le flambeau et peut-être le fardeau, publiant par exemple dans Sud-Ouest un article fort savant et documenté sur la sécheresse, « 2020, un été brûlant pour le Cognac », sous sa signature de « Françoise Argod-Dutard viticultrice et auteure ». Nos collègues et moi avions déjà pu juger de son implication lorsqu’elle nous avait réunis, avec la complicité de Pascal Charvet et Sandrine Lavaud, pour contribuer au Voyage au pays du vin des origines à nos jours : histoire, anthologie, dictionnaire (R. Laffont, 2007). Et c’est logiquement cette veine, cette inspiration venue de son terroir qu’elle a travaillées lors de ses dernières publications : Le Cognac, petits secrets et grandes histoires (Éditions Sud-Ouest, 2017) ; avec Patrick Voisin, Les Mille & un mots des mets et des vins, histoire culturelle, dictionnaire français et francophone (Féret, 2019). On le constate, avec Françoise Argod-Dutard disparaît une universitaire beaucoup plus originale que sa discrétion ne le laissait supposer.

Catherine Magnien-Simonin

Université Bordeaux Montaigne

 

Ouvrages cités

Fr. Argod-Dutard, Éléments de phonétique appliquée, Paris, A. Colin, 1996.

Fr. Argod-Dutard, La Linguistique littéraire, Paris, A. Colin, 1998.

Fr. Argod-Dutard, L’Écriture de Joachim du Bellay. Le discours poétique dans Les Regrets ; l’orthographe et la syntaxe dans les lettres de l’auteur, Genève, Librairie Droz, 2002.

Fr. Argod-Dutard (dir.), Histoire d’un voyage en la terre du Brésil de Jean de Léry, journées de Bordeaux (10 et 11 déc. 1999), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2000.

Fr. Argod-Dutard et J.-Y. Pouilloux, Essais Livre III Montaigne. Analyse littéraire et étude de la langue, Paris, A. Colin, 2002.

Fr. Argod-Dutard (dir.), Des signes au sens, lectures du livre III des Essais, Paris, H. Champion, 2003 ; rééd. Paris, Classiques Garnier, 2023.

Histoire et littérature au siècle de Montaigne, mélanges offerts à Claude-Gilbert Dubois, réunis et édités par Fr. Argod-Dutard, Genève, Librairie Droz, 2001.

Fr. Argod-Dutard, Pascal Charvet et Sandrine Lavaud (dir.), Voyage au pays du vin des origines à nos jours : histoire, anthologie, dictionnaire, Paris, R. Laffont, 2007.

Fr. Argod-Dutard, Le Cognac, petits secrets et grande histoire. Guide de l’amateur curieux, [Bordeaux], Éditions Sud-Ouest, 2017.

Patrick Voisin, Les Mille & un mots des mets et des vins, histoire culturelle, dictionnaire français et francophone, Bordeaux, Féret, 2019.

[AAC] Colloque international – Poésie et prophétie : conversation inspirée ?

Poésie et prophétie : conversation inspirée ?

Reims, 11-12 décembre 2024

org. Xavier Lafontaine (CRIMEL, U. Reims Champagne-Ardenne)
et Anne Morvan (LAMO, U. de Nantes)

En partant de l’affinité observée dans les sources anciennes entre poésie et prophétie, nous interrogerons la continuité entre l’inspiration poétique et prophétique, pour explorer les implications du motif de la commune nature divine de la poésie et de la prophétie et ses manifestations formelles et théoriques.
Nous espérons ainsi contribuer à mettre en valeur les permanences et les évolutions du modèle Poète-Prophète sur un temps long, de l’Antiquité à la Renaissance.

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril 2024 (200-250 mots) et seront évaluées par un comité scientifique. Nous attendons des communications d’une durée de 25 minutes. Les
communications en anglais, italien, allemand ou espagnol sont
bienvenues, accompagnées d’un support en français ou en anglais.

Contact :

Offre de poste Ingénieur d’études

Offre de poste d’ingénieur d’études (IGE en production, traitement et analyse de données), dans le cadre du projet PALINUM-DATA (co-financé par le DIM-PAMIR, le laboratoire DYPAC de l’UVSQ/Paris-Saclay, le Musée du Louvre, le Musée national de la Renaissance, l’INHA et le LRMH) qui vise à la numérisation 3D et à la création d’une base de données des fragments des grottes de Bernard Palissy.
Il s’agit d’un poste à temps plein pour une durée de 8 mois (avril-novembre 2024) pour lequel sont fortement encouragées  les candidatures d’un ou une diplômé.e d’histoire, d’histoire de l’art ou d’archéologie, avec une forte appétence pour le numérique.
Les candidatures sont à envoyer avant le 28/02/2024.
Fiche de poste détaillée :

Les Remèdes à l’amour de l’Antiquité au XVIIIe siècle

Gautier Amiel, Adeline Lionetto et Dimitri Mézière (dir.), Les Remèdes à l’amour de l’Antiquité au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Parmi la riche production des éditions Classiques Garnier, il est un ouvrage qui ne doit pas passer inaperçu : Les Remèdes à l’amour de l’Antiquité au xviiie siècle. Coordonné par Gautier Amiel, Adeline Lionetto et Dimitri Mézière, il constitue les actes du colloque international « Discite sanari. Les remèdes à la passion amoureuse de l’Antiquité au xviiiie siècle », qui s’est tenu à Paris du 4 au 6 juin 2021. Le premier mérite de ce volume découle de son ambition : parcourir un motif canonique de la littérature ayant pourtant donné lieu à peu d’études d’ensemble. Les quinze contributions qu’il propose sont partagées en trois parties qui reposent chacune sur une organisation chronologique. Ces contributions, résumées en fin d’ouvrage, sont suivies d’un index et précédées d’une copieuse introduction (p. 7-43).

Cette introduction vise à rappeler les grands enjeux de la thématique de l’amour, de sa médicalisation et de ses remèdes. Après un panorama des différentes conceptions de l’amour (p. 13-22), depuis l’amour courtois jusqu’au libertinage, les auteurs et l’autrice dessinent les contours du processus de médicalisation de ce sentiment. S’il n’est pas nécessairement un mal en soi, l’amour, quand il est excessif – et il l’est souvent –, devient nocif (p. 29). Il faut alors y porter remède. Mais qu’est-ce que remédier à l’amour ? Les quelques éléments de réponse proposés – rationnaliser, supprimer, contrôler (p. 10) – seront discutés et étayés tout au long du livre. Au seuil de ces réflexions, un nom : Ovide. Le diptyque des Remedia amoris et de l’Ars amatoria est en effet à l’origine « d’une dialectique, sinon d’une ambiguïté » entre deux attitudes : dépassionner l’amour, ou le supprimer complètement (p. 31). La tradition ovidienne, qui s’étend jusqu’au xviiie siècle, explique aussi l’empan chronologique retenu pour ce volume, justifié en introduction : avant le xixe siècle, « la spécialisation des disciplines qui […] rend étanche la séparation entre les lettres et les sciences, reste relative » (p. 8). Or, le dialogue entre littérature et médecine est au cœur de nombre des contributions. C’est que la littérature, par la force thérapeutique (quoique paradoxale et parfois infructueuse) de l’épanchement par exemple (p. 36-37), participe des remèdes à l’amour.

« L’œuvre ovidienne constitue ainsi le point de départ d’une riche tradition littéraire et médicale que chaque période, chaque auteur et autrice reprend, adapte et enrichit. » (p. 39) Si Ovide constitue bel et bien le point de départ de cette tradition, il est aussi au fondement de la première partie de l’ouvrage, « Les Remedia amoris d’Ovide, sources et postérités ». Les cinq contributions qui composent cette partie, qui s’intéresse à la fortune des Remedia amoris (et des autres œuvres du poète latin, notamment l’Ars amatoria), se font écho par les références aux auteurs antiques (Cicéron, Lucrèce, etc.) qu’elles offrent de concert, et soulèvent la question de l’adaptation de la matière ovidienne à une époque donnée et à ses codes. Dimitri Mézière, qui commence par rappeler la filiation qui unit Ovide à un excursus du troisième chant des Géorgiques, souligne l’ambiguïté du concept de discidium, entendu comme séparation ou éloignement des amants. S’il ne fait que redoubler la passion, chez Virgile, il devient dans l’Ars et les Remedia un moyen de guérir l’amour. C’est que le discidium, pour être efficace, doit être maîtrisé. Dimitri Mézière montre comment, chez Ovide, l’approche didactique permet de rationaliser cet outil thérapeutique et, ce faisant, en « neutralise ainsi la dimension élégiaque » (p. 67). La contribution d’Amandine Mussou étudie deux des quatre traductions connues des Remedia amoris d’Ovide en français à la fin du Moyen Âge, et part du constat que les Remedia ne sont plus de simples « support[s] linguistique[s] » (p. 72). Si les deux traductions ne présentent pas un traitement similaire de la figure d’auteur d’Ovide et de son Ars amatoria, les « voix des traducteurs se font entendre » (p. 81). L’étude se conclut sur le fait que les clercs, à l’initiative de ces traductions, ont su s’emparer de l’« instabilité du texte d’Ovide » (p. 84). Charles Senard, à travers l’étude du Secretum, montre que les remèdes à l’amour se construisent chez Pétrarque autour d’une « harmonie » (p. 85) entre traditions païenne et chrétienne. Dans ce dialogue, Augustinus (Augustin ?) cite des auteurs païens pour aider Franciscus à guérir de son amour pour Laure. Mais, comme le montre Charles Senard, le poète « christianis[e] le motif traditionnel » (p. 97) en favorisant Virgile, Sénèque et Cicéron par rapport au moins sérieux Ovide, et en ajoutant le remède décisif qu’est la prière, si efficace qu’il permet de ne pas perdre l’espoir de guérir. Hélène Casanova-Robin identifie le contenu médical qui soutient une sélection de quatre textes antérotiques latins du xve siècle, dont le parcours va de Piccolomini à Pontano en passant par Ficin et Platina. Le mariage, « remède ultime » (p. 109), y apparaît comme une voie honnête pour réguler le désir naturel que tous appellent à juguler, dans la tradition de la sagesse antique qu’actualise le Quattrocento italien. À rebours de ces principes moraux, l’exemple de Pontano souligne que la poésie peut constituer un lieu où laisser éclater l’amour : non plus cause pathologique, l’otium devient remède à la passion. Constance Griffejoen étudie enfin l’imitation que donne Bussy-Rabutin des Remedia ovidiens. Une annexe, à la fin de la contribution, permet de visualiser ce que l’épistolier ajoute et supprime. Car cette imitation est « l’œuvre d’un héritier dissident » (p. 129) : si le proème est similaire à l’original, Bussy élimine certains remèdes pour satisfaire au goût de son époque, et en amplifie nettement un, les récriminations de la maîtresse. Constance Griffejoen montre que cette amplification laisse transparaître l’expérience personnelle de l’auteur et s’inscrit dans une logique qui emprunte à une autre source, Catulle.

Comme l’écrivent les auteurs et l’autrice de l’introduction, « Parler de “remèdes à la passion amoureuse” suppose que l’amour relève de la pathologie » (p. 10). Nombre d’articles de ce volume montrent à quel point la médecine et son lexique informent les textes littéraires qui évoquent les remèdes à l’amour. Rien d’étonnant à ce que la médecine elle-même se soit emparée de cette thématique. C’est l’objet de cette deuxième partie, « Traditions médicales et diététiques », où Ovide ne disparaît pas tout à fait. L’amour est un sujet médical : les médecins aussi peuvent indiquer comment guérir. Les quatre contributions font état d’une médecine aux prises avec la morale ; il est ici moins question de simples et de saignées que d’un dialogue entre âme et corps. La contribution de Jean-Christophe Courtil part d’un étonnement : quatre des quinze auteurs médicaux latins de l’Antiquité, Pline en tête, proposent des substances anaphrodisiaques. Est-ce à dire que la médecine peut chercher à entraîner un « dysfonctionnement volontaire » (p. 147) de l’organisme ? Après la présentation du mode d’action (physique, symbolique et analogique) de ces produits, l’étude se demande quels en sont le public et les usages. Ils peuvent recouvrir « une utilité sociale au sein du cadre familial romain » (p. 162), en évitant l’adultère ou pour éviter d’avoir recours à l’avortement. Estela Bonnaffoux étudie le traitement de l’excès amoureux à partir de quatre textes latins des xive et xve siècle relevant de la médecine pratique. Si les médecins recommandent les anaphrodisiaques ou la conversion de l’amour en haine, un des meilleurs traitements est de céder. Multiplier les partenaires : voilà un remède où la morale se mêle à la médecine, « qui doit sans cesser composer avec la religion » (p. 176). Partenaires, ou femmes plutôt : comme l’indique Estella Bonnaffoux, ces traités concernent surtout les hommes, contribuant ainsi à « la domination biologique du corps viril » (p. 183). La contribution de Justine Le Floc’h s’intéresse à deux régimes de santé du xviie siècle, écrits par Joseph Du Chesne et Pierre Jaquelot, qui s’inspire du premier. L’amour, qui peut altérer la santé, est un sujet médical ; mais pour soigner cette « émotion qui trouve naissance dans l’âme » (p. 188), le médecin doit traiter non seulement le corps, mais aussi l’âme. À travers le parcours des préceptes et des exemples variés qu’ils proposent, l’étude montre que s’opère dans ces deux textes singuliers un « glissement de l’art médical vers l’art oratoire, les humanités et la théologie » (p. 189). Charline Granger, qui étudie le De la passion de l’amour (1782) de l’énigmatique « J. F. », « pseudo-médecin et antimédecin tout à la fois » (p. 216), propose de voir dans ce texte aux allures de traité médical une « relecture paradoxale d’Ovide » (p. 203), en ce qu’il modifie les pouvoirs que le poète latin accorde à l’imagination. Charline Granger montre que l’auteur, qui marque sa distance avec le traitement de l’amour dans la littérature, réévalue l’imagination au prisme de la médecine fibrillaire et inscrit son propos dans son époque, marquée par le sensualisme et l’iatro-mécanisme.

La troisième et dernière partie, « Ars et littérature au secours du cœur, imaginaires thérapeutiques », nécessairement plus composite, s’inscrit tout à fait dans le sillage tracé par les deux parties précédentes, et s’intéresse aux représentations littéraires de la guérison de l’amour… ou de ses tentatives. Un fil rouge se dessine, qui réfléchit aux pouvoirs de la parole et de l’écriture dans l’entreprise thérapeutique. Naïs Virenque étudie « un hapax dans l’imagerie diagrammatique de l’arbre » (p. 243), l’arbre d’amour du Breviari d’amor, somme encyclopédique imagée composée en occitan par Matfre Ermengau à la fin du xiiie siècle. Ce texte a « un objectif éthique et normateur » (p. 223) : mener les amants sur la voie d’un amour vertueux. Naïs Virenque cherche à montrer quel rôle joue l’arbre d’amour, dont le diagramme se trouve au début de l’ouvrage ; loin de se réduire à figurer l’organisation du texte, il sert l’entreprise de définition de l’amour et celle de sa régulation. Nathalie Godnair propose une typologie des pouvoirs que la Renaissance prête à la musique dans ses rapports avec l’amour. L’étude part d’un paradoxe : la musique peut à la fois éteindre et faire naître la passion amoureuse. Tantôt force dangereuse, tantôt remède médicinal ou spirituel, la musique « est surtout envisagée pour la mise en mouvement qu’elle engage » (p. 252). Mais Nathalie Godnair note une évolution dans la seconde moitié du xvie siècle : alors que la notion d’émotion devient plus intime, une troisième voie se dégage, qui fait de la musique le lieu d’une consolation. La contribution de Louise Dehondt, à partir de l’exemple de l’Arioste, s’intéresse à un motif topique de la littérature de la Renaissance : la représentation de la vieille femme. Ce « corps comique » (p. 264), qui suscite le dégoût et bien souvent le rire, sert à provoquer « une répugnance salutaire » (p. 269). L’étude montre que rire de la laideur de la vieillesse vise à contrecarre la part d’idéalisation qui alimente tout désir et que le temps inscrit le corps féminin, à rebours des codes poétiques, dans une temporalité ambivalente. Le vieillissement peut menacer l’amour autant qu’il peut soulager cette passion. Alexandra Gorichon-Herren s’intéresse à la légende d’Antiochus et Stratonice, récit à la « visée apologétique claire » (p. 283) légué par plusieurs sources antiques. Contre cet amour où le politique croise l’intime, les thérapies envisagés sont le coït, l’image et surtout la parole – puisque « Dire, c’est vraiment guérir » (p. 294) –, quoiqu’elle confine à la manipulation du patient. L’étude, qui rappelle la riche fortune de ce motif littéraire et médico-moral, souligne que la médicalisation de l’amour en justifie son traitement, parce que l’amour d’Antiochus menace l’ordre social. Juliette Goutierre, à partir des Héroïdes d’Ovide et des Lettres portugaises de Guilleragues, étudie les pouvoirs thérapeutiques de la lettre amoureuse, « écrite aussi bien pour son destinataire que pour son expéditeur » (p. 311). Si elle peut relever du « succédané » (p. 312), par sa capacité à rendre – brièvement – l’être aimé présent, la lettre est surtout au fondement d’une conscientisation de sa propre maladie d’amour, et surtout de l’indifférence du destinataire. L’écriture épistolaire, qui cherchait initialement à convaincre l’autre, déclenche une réflexion salutaire qui entraîne le processus de guérison. La dernière contribution, celle de Nicolas Fréry, se concentre sur un épisode précis de La Nouvelle Héloïse, la tentative de Wolmar d’éteindre la passion qui lie son épouse à Saint-Preux. Cette curieuse thérapie consiste à mener les deux amants sur le lieu de leur premier baiser, afin de modifier le souvenir qu’ils en ont et de « transformer cet asile en théâtre » (p. 324). Mais Nicolas Fréry montre que la profanation du bosquet initiée par ce nouveau Néron qu’est Wolmar est un piètre remède, faisant de La Nouvelle Héloïse « une réflexion sur l’impuissance des remèdes à l’amour » (p. 337).

Rappelons un des objectifs de ce volume : « étudier la façon dont la forme et l’approche littéraires se conjuguent à la finalité scientifique du propos, voire même participent entièrement de la thérapie qui y est proposée. » (p. 40) Force est de constater que cette ligne a été rigoureusement tenue. Soulignons que cet ouvrage, qui rend justice à « l’un des motifs les plus importants de la littérature occidentale » (p. 9), frappe par la cohérence de la mise en regard constante, tout au long des quinze contributions, de la littérature, de la philosophie et de la médecine. Au-delà même des trois parties, les autrices et les auteurs, dont l’effort soutenu de contextualisation est très appréciable, semblent se répondre. Bref, on ne saurait que recommander la lecture de ce livre, d’autant plus que les coquilles sont très rares. Le lecteur ou la lectrice fermera ce livre avec de riches idées en tête (quoique certaines thérapies sont à déconseiller !), s’il ou elle cherche personnellement à remédier à l’amour.

Anthony Le Berre

Aix-Marseille Université

Hommage à Géralde Nakam (1932-2023)

Géralde Nakam (1932-2023)

 

 

Nous avons la tristesse d’annoncer le décès de Géralde Nakam, grande et haute figure des études montaignistes, qui s’est éteinte le 9 décembre 2023, à l’âge de 91 ans.

Géralde Nakam était née en 1932 en Algérie, pays qui l’a fort marquée et dont elle a gardé toute sa vie la nostalgie, plus précisément près d’Oran, dans la ville de Mascara, où elle a accompli de brillantes études primaires et secondaires. Le seul roman qu’elle a jamais publié, D’un bout à l’autre, paru en 2011, est tout imprégné des lumières de cette partie de la Méditerranée et de cette culture juive sépharade dont elle était issue, et qu’elle revendiquait, sans bigoterie aucune toutefois.

Elle n’a gagné la métropole qu’une fois ses deux baccalauréats en poche, au début des années cinquante, pour entamer des études de Lettres classiques en classes préparatoires puis à la Sorbonne. À peine reçue à l’agrégation des Lettres, elle prit à la rentrée 1956 son premier poste d’enseignement en tant que professeure agrégée au lycée de jeunes filles d’Épinal. Ayant alors inscrit une thèse d’État en Sorbonne sous la direction de V.-L. Saulnier, elle devint toutefois rapidement, à la rentrée universitaire 1967, assistante chargée des fonctions de maîtresse-assistante à l’université d’Amiens. Deux ans plus tard, elle y accède au rang de maîtresse-assistante de littérature française, avant d’obtenir sa mutation en juin 1970 à la faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris. Elle choisit alors d’enseigner à Paris III-Sorbonne nouvelle, l’une des sept universités créées à la suite de l’éclatement de l’université de Paris.

En avril 1980, elle soutient en Sorbonne son impressionnante et importante thèse d’État de quelque mille trois cents pages, ce qui lui permet d’obtenir en 1983 un poste de professeur des universités en grammaire et philologie française et technique d’expression à l’université Toulouse II. Un poste qu’en raison de graves problèmes de santé, elle n’occupera guère, avant de parvenir dès l’année suivante à obtenir sa mutation sur une chaire de professeur de langue et littérature françaises, et de retrouver l’université de Paris III, où elle demeurera onze nouvelles années, du 1er septembre 1984 jusqu’en janvier 1995, moment où elle a fait valoir ses droits à la retraite.

Durant cette longue retraite, qui a malheureusement été assombrie par de trop nombreux problèmes de santé, si elle a continué de publier, Géralde Nakam a su aussi cultiver un otium literatum fait de beaucoup de musique (elle a joué du piano jusqu’à ce que l’arthrose l’en empêche après 2016 ; elle a beaucoup fréquenté, et jusqu’à un âge très avancé, les salles de concert parisiennes et l’opéra), de force lectures (elle se passionnait pour les littératures étrangères contemporaines), spectacles (elle se tenait très informée des dernières sorties cinématographiques et des plus récentes mises en scène théâtrales), et expositions, prête à traverser tout Paris, en dépit de ses difficultés de déplacement, pour voir, ou revoir, les toiles de tel ou tel peintre. Comme le montre le dernier ouvrage qu’elle a donné, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, où elle entrecroise des portraits de personnages singuliers qu’elle a pu rencontrer et ceux des chats qu’elle a chéris, très attachée à la nature et aux animaux, lorsqu’elle ne résidait pas dans son appartement du boulevard Arago, Géralde Nakam trouvait refuge dans sa maison du Gard, ce qui lui donnait l’occasion de revoir sa chère Méditerranée.

Même si elle a par exemple donné une édition pionnière de l’Histoire mémorable du siège de Sancerre de J. de Léry, et publié force articles sur Rabelais, Ronsard, Du Bellay, Aubigné ou Du Bartas (dont certains ont été réunis dans ses Chemins de la Renaissance en 2005), son principal centre d’intérêt aura résidé dans Les Essais : voir encore son très beau Montaigne, la Manière et la matière (1992), ainsi que Le dernier Montaigne (2002). Le grand apport du patient et immense travail critique de Géralde Nakam aura été d’arracher la figure de Montaigne à sa tour, trop souvent considérée par la critique antérieure comme une tour d’ivoire, et d’avoir démontré que ce livre unique était en prise directe avec les troubles et les réalités cruelles de son temps.

Sa thèse comportait ainsi deux livres, qui ont été publiés après la soutenance de 1980 : l’un, historique et chronologique, Montaigne en son temps : les événements et les Essais (1982) ; l’autre, thématique et analytique, Les Essais, miroir et procès de leur temps (1982). Tous deux sont devenus des ouvrages de référence, et ont rejoint avec ceux de Villey, Frame, Friedrich ou Starobinski les grands classiques de la critique montaignienne. L’un et l’autre ont été conçus de façon à mettre la réflexion de Montaigne en relief : la création et l’apport des Essais se détachent sur un contexte, constitué d’un côté des faits et des témoignages du temps, de l’autre des idées, théories ou opinions qui avaient cours du vivant de Montaigne. Autant de gestes, d’actions, d’analyses et de réflexions dont Montaigne se démarque. Pour reprendre les derniers mots de Géralde Nakam elle-même lorsqu’elle a présenté cet immense travail : « La force, la beauté du livre viennent de ce qu’il s’écrit, de façon de plus en plus consciente, “par disconvenance aux meurs présentes de nostre estat”, comme le rappelle Montaigne lui-même. »

Michel Magnien

Université Sorbonne nouvelle

 

 

Ouvrages mentionnés

G. Nakam, Au lendemain de la Saint-Barthélemy : guerre civile et famine, suivi de Jean de Léry, Histoire mémorable du siège de Sancerre (1573), édition par G. Nakam, Paris, Éditions Anthropos, 1975 ; rééd. : Genève, Slatkine, 2000.

G. Nakam, Montaigne en son temps : les événements et les Essais, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. : Paris, Gallimard, « Tel », 1993.

G. Nakam, Les Essais de Montaigne, miroir et procès de leur temps : témoignage historique et création littéraire, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. révisée : Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2001.

G. Nakam, Montaigne, la Manière et la matière, Paris, Klincksieck, 1991.

G. Nakam, Le dernier Montaigne, Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2002.

G. Nakam, Chemins de la Renaissance, Paris, H. Champion, « Études et essais sur la Renaissance», 2005.

G. Nakam, D’un bout à l’autre, Biarritz, Séguier, 2011.

G. Nakam, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, Limours, Les Éditions Héliomir, 2014.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search