Revue Seizième Siècle, 20-printemps 2022

Le dernier numéro de la revue Seizième Siècle a paru.

SOMMAIRE

Varia

Sous la direction scientifique d’Anne Réach-Ngô et d’Anne Rolet.

 

Ellen Delvallée              Les rondeaux de Jean Picart

Laura Doulet                  De la rencontre de François et Henry au port         d’Ictium. L’entrevue de Boulogne (1532) sous la plume de Salmon Macrin

Philippe Hamon              Les provinces et la Provence : mobiliser les paysans pour la guerre sous François Ier

Sara Miglietti                 Jean Bodin : une pensée en mouvement. Étude des variantes entre les deux rédactions de la Méthodus (1566, 1572)

Véronique Montagne    Sur la déconstruction éthique du « Politique » à la fin de la Renaissance (1588-1590)

Jorge Morales                 Chronique musicale

 

Voir le site de l’éditeur, la Librairie Droz.

Le XVIe siècle dans les programmes : Lettres, 2022-2023

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

Année 2022-2023

LETTRES

Version PDF à télécharger ici.

Agrégations de Lettres 2023

Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, texte établi, présenté et annoté par Frank Lestringant, précédé d’un entretien avec Claude Lévi-Strauss, Paris, Le Livre de poche, « Bibliothèque Classique », n°707, 1994.

CAPES de Lettres 2023

Corpus de six œuvres, dont :

Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, texte établi, présenté et annoté par Frank Lestringant, précédé d’un entretien avec Claude Lévi-Strauss, Paris, Le Livre de poche, « Bibliothèque Classique », n°707, 1994.

Classes préparatoires concours 2023

• A/L 2022

Corpus de quatre œuvres littéraires pour l’épreuve de tronc commun : Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Corpus de trois œuvres littéraires pour l’épreuve de spécialité (Ulm), dont :

Clément Marot, L’Adolescence clémentine, éd. François Roudaut, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », éd. revue 2018, Epîtres, p. 161-212, Ballades, p. 239-276, et Chansons, p. 347-382.

 Corpus de deux œuvres pour l’épreuve de spécialité (Lyon) : Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

• CPGE scientifiques
Corpus de trois œuvres littéraires et philosophiques : Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Lycée (filière générale)

• Seconde
Le programme de français comprend quatre objets d’étude en français, dont un inclut le XVIe siècle :

–  La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle

–  La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

–  Le roman et le récit du XVIIIe siècle au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

• Première
Le programme de français est renouvelé par quart tous les ans, autour de quatre objets d’étude, dont deux incluent le XVIe siècle :

–  La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

–  La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

–  Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Une œuvre du XVIe siècle figure dans le programme 2022, pour quatre ans :

Rabelais, Gargantua (axe : La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle ; parcours : Rire et savoir)

• Option Humanités, littérature et philosophie (HPL)
Le programme ne comporte pas d’œuvres imposées, mais un parcours d’histoire littéraire. Le XVIe siècle figure en première, au second semestre, autour du thème «Les représentations du monde ». Un large choix d’œuvres est proposé aux enseignants :

Extrait des programmes :

Les représentations du monde

Période de référence : Renaissance, Âge classique, Lumières

– Découverte du monde et pluralité des cultures

Bartolomé de las Casas, Brève relation de la destruction des Indes (1552). Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Giordano Bruno, De l’infini, de l’univers et des mondes (1584). Montaigne, Essais, I.31 [Des Cannibales] (1588).

– Décrire, figurer, imaginer

Alberti, De la Peinture (1441). Dürer, Traité des proportions (1528). Thomas More, Utopia (1516). Rabelais, Le Quart-Livre (1552). André Thévet, Les singularitez de la France antarctique (1557). Benvenuto Cellini, Vie de Benvenuto Cellini par lui-même (1567). Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes [Discours préliminaire, De l’origine des arts du dessin] (1568). Montaigne, Essais, III.6 [Des coches] (1588).

– L’homme et l’animal

Montaigne, Essais, II.12 [Apologie de Raymond Sebond] (1580-1588). A. Paré, Des monstres et prodiges (1573).

Collège

Le XVIe siècle est peu présent dans les programmes de français du collège. Ci-dessous, quelques parties du programme dans lesquels il peut trouver sa place.

Extraits des programmes :

5e. Thème : Se chercher, se construire

Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

On peut étudier :
–en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 3 : « Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles »), des extraits d’œuvres évoquant les grandes découvertes (récits contemporains ou postérieurs à cette époque, non fictifs ou fictifs) On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des poèmes évoquant les voyages et la séduction de l’ailleurs ou un roman d’aventures.

L’être humain est-il maître de la nature ?

On peut étudier ou exploiter :
−en lien avec la programmation annuelle en histoire et en géographie, des descriptions réalistes ou poétiques, des enluminures, des œuvres gravées ou peintes témoignant de l’art de discipliner la nature du Moyen Âge à l’époque classique, ou d’en rêver les beautés réelles ou imaginaires ;

−des récits d’anticipation, des témoignages photographiques sur l’évolution des paysages et des modes de vie.

4e. Thème : Se chercher, se construire

Dire l’amour

On étudie :
−un ensemble de poèmes d’amour, de l’Antiquité à nos jours.
On peut aussi étudier une tragédie du XVIIe siècle, une comédie du XVIIIe siècle ou un drame du XIXe siècle, ou encore des extraits de nouvelles, de romans et de films présentant l’analyse du sentiment amoureux.

3e. Thème : Vivre en société, participer à la société

Dénoncer les travers de la société

On étudie :
−des œuvres ou textes de l’Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet) et

−des dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinée.
On peut aussi exploiter des extraits de spectacles, d’émissions radiophoniques ou télévisées, ou de créations numériques à caractère satirique.

Dernière actualisation : juin 2022.

Nouvelle édition des Œuvres de Louise Labé et site Que sait-on des Euvres de Louïze Labé Lionnoize (1555) ?

Louise Labé, Œuvres, éd. Michèle Clément et Michel Jourde, Paris, GF, 2022.

Précédée d’un avant-propos de Nathalie Zemon-Davis, l’édition du texte, en orthographe modernisée, est suivie d’un dossier comportant les rubriques suivantes :
1. La fabrique des « Écrits de divers Poètes »
2. Qui a participé aux Œuvres de Louise Labé Lyonnaise ?
3. Dans l’atelier des sonnets : les sonnets II et III
4. Chronologie : Louise Labé à travers les archives
5. L’histoire du livre et de sa réception.

Voir la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Par ailleurs, le site Que sait-on des Euvres de Louïze Labé Lionnoize (1555) ? vient d’être mis en ligne à l’adresse https://elll1555data.huma-num.fr/, sous la direction scientifique de Michèle Clément et Michel Jourde. Il présente l’ensemble des documents disponibles (dont de nombreuses archives inédites) concernant la publication et la réception de ce livre.

Les monstres de Rabelais

Philippe Simon, Les monstres de Rabelais. Études rabelaisiennes tome LX, Travaux d’Humanisme et Renaissance, Genève, Droz, 2022, 600 p.

 

 

Il était nécessaire de fournir une réflexion sur une catégorie majeure de l’œuvre rabelaisienne, mais peu arpentée pour elle-même : le monstrueux. Le large bestiaire tératologique qui peuple les romans de Rabelais est ici envisagé selon plusieurs biais successifs : sa caractérisation, son archéologie au regard de la philosophie naturelle, son positionnement particulier entrevu sous l’angle de l’histoire de l’art et des représentations du monstre, son économie dans les différents régimes du texte littéraire (narration, énonciation, description, recours intertextuels). Ce parcours permet in fine de mettre au jour les mécanismes d’une herméneutique du monstre qui reproduit dans le cadre du récit – et plus particulièrement ar la manière dont les personnages et la voix narrative mettent en mots la rencontre avec des phénomènes naturels étranges – les préoccupations interprétatives du lecteur lui-même face au texte de Rabelais.

 

TABLE DES MATIÈRES

Avant-Propos

PREMIÈRE PARTIE : LES DISCOURS

Chapitre premier. Syntaxe de la nature et éloquence ambivalente du monstre

Chapitre II. De quoi « Monstre » est-il le nom ?

Chapitre III. Éléments de tératologie rabelaisienne

DEUXIÈME PARTIE : LES RENCONTRES

Chapitre IV. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre

Chapitre V. Parler d’autres choses

Chapitre VI. Les replis de l’étrange

TROISIÈME PARTIE : LE LECTEUR

Chapitre VII. « Nothing is true – everything is permitted »

Chapitre VIII. La loi et l’ordre

Chapitre IX. Décrire, définir: la part maudite

Chapitre X. Hors cadres

CONCLUSION: L’IMPASSE, L’AIGUILLAGE

Bibliographie

Index des noms et des oeuvres anonymes

Index monstrueux

Lien vers le site de l’éditeur.

Agrégations de lettres 2022-2023, 10 juin 2022

Agrégations de lettres 2022-2023

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à sa réunion de juin consacrée cette année à :

l’Histoire d’un voyage fait en la terre de Bresil de Jean de Léry


 

à l’Ecole Nationale des Chartes,
65 Rue de Richelieu, 75002 Paris,
salle Delisle (rez-de-chaussée)
 
Vendredi 10 juin à 15 h 30
 Grégoire HOLTZ (Université Versailles Saint-Quentin) présentera  la bibliographie.
Cette présentation sera suivie par une conférence de Frank LESTRINGANT sur l’ouvrage de Jean de Léry. 
 
Nous profiterons de cette réunion pour établir la liste des titres qui sera proposée à la Commission de choix des programmes pour les agrégations de Lettres 2023-2024.
Si vous souhaitez faire des propositions d’ici là, merci d’écrire à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com) et Jean-Charles Monferran (jcharles.monferran@free.fr)
Un pot amical suivra cette rencontre.

Héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes des XIIe-XVIe siècles 

Héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes des XIIe-XVIe siècles : représentations textuelles et visuelles

Appel à contribution Revue Bien Dire et Bien Aprandre n° 38, 2023

Numéro dirigé par Catherine Gaullier-Bougassas

Le numéro 38 de Bien Dire et Bien Aprandre (2023) proposera une réflexion sur les héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes du XIIe au XVIe siècle.

Il s’agira de s’interroger sur les figures féminines païennes antiques (grecques, romaines, égyptiennes, celtes…) que sélectionnent des auteurs de plus en plus nombreux du XIIe siècle au XVIe siècle, sur leurs représentations textuelles et aussi sur les images visuelles qui leur sont souvent associées dans les manuscrits puis les imprimés.

Le numéro regroupera des études sur les questions principales suivantes :

-Les formes d’écriture, les contextes textuels, culturels, politiques, dans lesquels les auteurs s’emparent de ces figures féminines.

-Les formes de représentations visuelles de ces héroïnes dans les manuscrits puis les imprimés, leurs éventuelles adaptations pour d’autres objets d’art.

-La transmission et le renouvellement de la mémoire de ces héroïnes païennes. Quels modèles textuels et visuels les auteurs et les artistes exploitent-ils, et quelles transformations apportent-ils ?

-La circulation, la réception et la transformation des représentations textuelles et visuelles du XIIe au XVIe siècle.

-La diversité des modes de compréhension et des usages de ces figures païennes. Quelles interprétations les auteurs et les artistes élaborent-ils, et à quelles fins ? De quelles interrogations leurs portraits et leurs biographies sont-ils le support ?  Quelles libertés donne la distance temporelle et culturelle qui sépare ces héroïnes païennes du temps des auteurs et des artistes ?

-Le traitement de l’altérité de ces héroïnes païennes. Comment rendent-ils compte de leur altérité ou au contraire l’effacent-ils ? Dans le premier cas quelles formes d’altérité incarnent-ils en elles ? Cette altérité prend-elle son origine dans la seule appartenance au monde païen ou se décline-t-elle autrement ? Que permet d’exprimer cette altérité ? Dans le cas inverse, lorsque leur altérité est réduite, quelles formes d’assimilation à l’univers des auteurs et des artistes apparaissent et avec quelles interprétations ?

-Les modalités de construction d’un héroïsme féminin ou d’héroïsmes féminins attachées à ces figures païennes. Quelles sont les formes de cet ou de ces héroïsmes féminins, quelles conceptions de l’exemplarité véhiculent-ils, quelles sont aussi leurs limites ? Quelles représentations nouvelles de ces héroïnes antiques païennes voient le jour dans les livres de défense et de promotion des femmes et se développent dans le contexte de la « Querelle des femmes » ?

Les projets d’article (entre 3000 et 5000 caractères, avec bibliographie primaire et secondaire indicative, 5-10 mots-clés, et un bref curriculum vitae (5-10 lignes)) sont à adresser en format word avant le 30 juillet 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas, Professeur à l’Université de Lille, ERC AGRELITA : catherine.bougassas@univ-lille.fr et aussi à l’adresse contact-revue-bdba@univ-lille.fr

La revue Bien Dire et Bien Aprandre, fondée en 1978 et publiée par le Centre d’Études médiévales et dialectales de l’Université de Lille et l’ULR ALITHILA, n’accueille que des contributions scientifiques originales (non encore publiées ou soumises à d’autres revues).

Bien Dire et Bien Aprandre est une revue mixte. Elle était jusqu’ici diffusée en version imprimée uniquement, elle le sera aussi bientôt en version numérique, en accès libre différé (après un délai de restriction d’un an). Son site internet sera accessible avant la fin de l’année 2022.

Procédure d’évaluation : évaluation par double expertise.

Les articles seront à envoyer dans un fichier word pour le texte, et des fichiers séparés (aux formats .jpeg, .tiff. ou .png) pour les illustrations (les images doivent être d’une résolution minimale de 300 dpi. L’obtention des droits de publication incombe aux auteurs).

Calendrier :

30 juillet 2022 : réception des projets d’article

15 octobre 2022 : notification des décisions d’acceptation ou de refus aux auteurs.

1er mars 2023 : réception de la première version des articles, puis début de la double évaluation.

15 juin 2023 : livraison des textes définitifs par les auteurs dont les articles ont été acceptés après les éventuelles corrections d’ordre scientifique ou de forme.

Octobre 2023 : publication du numéro de la revue

La revue contient également une section « Miscellanées » incluant des articles originaux de Varia, qui peuvent aussi être envoyés.

Ordini religiosi e pratiche sonore a Palermo tra Cinque e Seicento

Ilaria Grippaudo, Musica e devozione nella «Città felicissima». Ordini religiosi e pratiche sonore a Palermo tra Cinque e Seicento, Florence, Olschki, 2022.

 

 

 

Le livre d’Ilaria Grippaudo, Musique et dévotion dans la « Città felicissima ». Ordres religieux et pratiques sonores à Palerme entre le XVIe et le XVIIe siècles, donne un éclairage nouveau sur une autre « ville rituelle » de la période moderne[1] : la « très heureuse » ville de Palerme. Grâce à une recherche archivistique impressionnante, où apparaissent de très nombreux documents inédits[2], cette étude sur la production musicale foisonnante des multiples couvents, monastères et églises palermitains analyse l’événement musical sur le temps long et dans l’espace urbain, à travers le prisme de la musicologie urbaine qui place l’objet sonore dans son contexte spatial et temporel.

Cette perspective socio-anthropologique, qui croise lieux, fêtes, dévotions et musique, permet de saisir toutes les composantes du phénomène musical au sein de ces institutions religieuses : les modalités de financement, l’organisation et la promotion de l’activité musicale, la rivalité, la collaboration ou l’émulation entre les différents ordres religieux (jésuites, théatins, oratoriens, bénédictins, bénédictines, franciscains, dominicains, dominicaines ou carmélites), le rôle social des musiciens, l’enseignement de la musique, les répertoires, les styles et les instruments musicaux utilisés (en particulier le clavecin, le luth ou le rebec), les mécanismes socio-culturels des pratiques performatives qui ont recours à l’élément sonore (tout particulièrement les fêtes religieuses et les spectacles) mais aussi la signification (dévotionnelle, politique, ludique), le fonctionnement et la réception de ces pratiques.

La richesse des sources archivistiques exploitées permet de reconstituer une partie importante des effectifs des chapelles musicales palermitaines (en particulier celles de Sant’Ignazio all’Olivella, San Martino delle Scale, San Domenico, San Francesco d’Assisi, la chapelle palatine, la chapelle du Sénat ou la cathédrale) engagées pour les principales dévotions (notamment celles à la Vierge du Rosaire et aux saintes protectrices de Palerme), les solennités avec musique (comme le Corpus Domini) ou les cérémonies funèbres des personnages nobles de la ville (le vice-roi Maqueda ou le fils de Philippe II).

D’autres initiatives musicales voient le jour à Palerme durant la première moitié du XVIIe siècle grâce à des donations privées (sur ordre testamentaire), de la part de nombreuses religieuses (pour la plupart rattachées au monastère de la Martorana) pour des messes post mortem avec musique.

Se dévoilent alors les principaux centres impliqués dans l’organisation des célébrations locales (en particulier le couvent de San Domenico), la participation financière d’étrangers (notamment de la nation des Catalans) et d’autres sociétés musicales palermitaines (comme « l’Unione dei Musici » de Sainte-Cécile), ainsi que l’important rôle des jésuites dans le développement des pratiques sonores qui « fabriquent le consensus », comme la procession du « Triomphe de la mort » de 1567, les spectacles musicaux pour les soutenances de thèses de philosophie ou pour la dévotion des Quarante-Heures où ont été joués, en 1617, des motets concertants pour quatre voix et quatre instruments.

Les jésuites ont également développé, à partir de 1622, le « dialogue » sacré en musique (répertoire typiquement palermitain dont l’un des plus célèbres est La Rosalia Guerriera de Bonaventura Rubino, représentée en 1652 à Casa Professa), genre dont ils exerçaient le monopole et qui a permis l’essor de l’oratorio à Palerme (qu’on pense au Costantino de 1653, pour lequel les pères jésuites ont fait appel au castrat Marc’Antonio Sportonio, élève de Carissimi à Rome). De même, Pietro Scarlatti, père d’Alessandro, est engagé comme chantre par la Compagnie en 1652.

Aux jésuites revient en effet le mérite d’avoir fait la promotion, peu après leur arrivée à Palerme en 1549, des pratiques musicales nouvelles à travers le théâtre. C’est le cas des numéros musicaux (pièces madrigalesques avec l’accompagnement probable d’instruments) insérés dans les intermèdes des tragédies sacrées comme le Martyre de Sainte-Catherine de Bartolo Sirillo (représenté en 1580) ou la Représentation du martyre de Sainte-Christine de Gaspare Licco (1584).

Pour ce qui est des organistes des différentes églises de la ville, on trouve notamment trace de Mauro Ciaula (actif à San Martino delle Scale à partir de 1569), du franco-flamand Nicola Flochet (actif à San Domenico en 1557-1558), d’Antonio Il Verso (qui apprend la musique à l’organiste de cette même église en 1608-1609) ou de Giulio Oristagno (également organiste à San Domenico entre 1601 et 1620).

D’autres organistes ou musiciens actifs dans les différentes institutions palermitaines sont également compositeurs : Nicolò Toscano d’Erice (« cantore » à San Domenico entre 1566 et 1571), qui publie un livre des Canzonette à quatre voix en 1584 ; Mauro Ciaula, qui fait imprimer ses Lamentations et répons à 4 voix pour la Semaine sainte en 1597 ; Domenico Campisi (également organiste à San Domenico en 1608-1609), à qui on doit deux livres de motets imprimés à Palerme en 1615 et 1618 ; Erasmo Marotta (préfet de la musique du Collège des jésuites entre 1617 et 1641 et le musicien le plus important de la Compagnie), auteur du drame religieux Pelagius martyr de 1618 et d’un livre de motets publié à Palerme en 1635. Ou encore Francesco Italia (chantre à la cathédrale au début du XVIIe siècle), qui fait imprimer un livre de Répons en 1614 ; Vincenzo d’Elia (musicien à San Domenico en 1615), qui publie un livre de psaumes et hymnes en 1636, Bonaventura Rubino (maître de chapelle à Sant’Elisabetta au milieu du XVIIe siècle), auteur de plusieurs recueils de musique sacrée entre 1645 et 1655, ou Paolo d’Aragona (luthiste à San Martino delle Scale et à San Domenico en 1621), qui a laissé deux livres de canzonette manuscrits.

La recherche archivistique systématique entreprise dans ce livre met non seulement à jour la carrière de ces compositeurs et documente la participation de musiciens plus modestes (instrumentistes aveugles, zingari) à la vie musicale urbaine, mais rend également compte de la diversité de leur activité (entretenir et acheter des instruments ou enseigner la musique – comme c’est le cas d’Antonino Morello, professeur de musique des nonnes de Santa Maria del Cancelliere en 1596) et de leurs déplacements, et, plus largement, reconstitue les interconnections et les interactions entre les différentes institutions palermitaines qui configurent un réseau religieux grâce aux pratiques sonores et dévotionnelles – à la fois ornement, moteur économique et social et élément symbolique de prestige.

Enfin, Ilaria Grippaudo, qui met ses pas dans ceux du musicologue sicilien Ottavio Tiby, approfondit et complète notre connaissance sur l’« école polyphonique sicilienne », sur sa multiplicité d’acteurs inconnus et sur leurs rapports avec les institutions religieuses palermitaines.

Ainsi, cet ouvrage démontre avec brio que la dévotion n’est pas seulement une pratique contemplative des choses divines, mais également une expérience sonore, partie prenante de la transformation de l’espace urbain.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance

 

 

[1] Maria Antonieta Visceglia, La città rituale. Roma e le sue cerimonie in età moderna, Rome, Viella, 2002.

[2] Ce livre de 266 pages est accompagné de 30 appendices documentaires et de 2 tableaux consultables en ligne (473 pages). Outre son grand intérêt historique, cette précieuse documentation permet d’établir une typologie socio-culturelle des musiciens en observant la manière dont ils sont nommés dans les documents d’archive.

Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe

Colloque international – Appel à communications

 

Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVe siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires 

 

14-15 septembre 2023,

Lille, Palais des Beaux Arts

 

Organisation : Catherine Gaullier-Bougassas

 

 

Le programme de recherche ERC AGRELITA (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities) est un programme de recherche transdisciplinaire : littérature, histoire de l’art, histoire politique, culturelle et sociale, memory studies, European studies. Il travaille sur les différents modes de réception de l’Antiquité grecque à l’ère prémoderne (1320-1550) et analyse comment la création de mémoires de la Grèce ancienne dans les cultures textuelle et visuelle a été exploitée pour conforter la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux (local, régional, (pré)-national, transnational et européen) dans l’Europe occidentale des années 1320 aux années 1550.

Avec le colloque de septembre 2023, AGRELITA souhaite élargir la réflexion sur cette question des usages d’un même passé recomposé/réinventé pour la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux, en l’ouvrant :

-à d’autres passés (antiques, médiévaux ou modernes)

-à une durée plus large de réception et d’exploitation de ces passés, du XIVe siècle jusqu’aux années 1980, et dans toute l’Europe.

Autrement dit, il s’agira d’explorer comment, à la même époque ou à des époques différentes, un même passé réinterprété voire réinventé peut servir à la formation de plusieurs identités politiques : un même passé peut être instrumentalisé pour renforcer l’identité d’une entité politique particulière, fédérer les éléments qui la composent, l’imposer face à d’autres pouvoirs politiques concurrents, ou bien pour unir plusieurs entités politiques, créer une mémoire partagée, supranationale et particulièrement européenne.

La périodisation choisie prend le XIVe siècle pour point de départ, car une exploitation de plus en plus soutenue du passé voit alors le jour dans les pratiques politiques et dans les lettres et les arts, et on assiste aussi à des affirmations plus fortes d’identités politiques et culturelles (tant locales, régionales que pré-nationales), ainsi qu’à de nouvelles expressions de l’idée d’Europe, particulièrement dans le contexte de la mobilisation contre les Ottomans.

Les années 1980 ont été choisies pour le terminus ad quem car elles voient l’émergence de nouveaux rapports au passé (le nouveau « régime d’historicité » du « présentisme », F. Hartog) et à la mémoire. Elles constituent le début d’une période marquée par la multiplication des lectures et des exploitations du passé par des acteurs de plus en plus divers, d’où la naissance de nouvelles formes de rivalités mémorielles et aussi de partages de mémoires. Elles précèdent l’élargissement à l’est de la construction européenne, un mouvement de réinterprétation de nombreuses histoires nationales et dans le même temps la mise en œuvre de politiques incitatives pour conforter la formation de mémoires transnationales et d’une mémoire européenne. Elles sont aussi le début de phénomènes de globalisation et de création d’une mémoire mondiale.

Les politiques et usages de la mémoire, qu’ils émanent de pouvoirs politiques, de communautés, d’associations et acteurs de plus en plus divers ont suscité et suscitent encore de nombreuses études relatives à l’histoire contemporaine, avec la question des interactions entre les identités politiques régionales, nationales et transnationales.

Les exploitations comme outils politiques du passé et de la mémoire que l’on s’en crée ont bien entendu existé depuis des siècles, avec des formes et des moyens qui ont connu de profondes variations, et de nombreuses études ont aussi été consacrées à l’élaboration de mémoires qui confortent les identités nationales en cours de construction à l’époque moderne, ainsi qu’aux expressions de l’idée européenne. La publication en six volumes dirigés par S. Berger et J. K. Olick, A Cultural History of Memory (2020) a récemment mis en lumière l’évolution des différentes formes de la mémoire de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Dans ces études sur la mémoire, les interactions entre identités régionales, nationales et transnationales sont un champ où des investigations nous semblent encore à mener, et cela particulièrement en lien avec la question précise que nous lui associons pour ce colloque : les métamorphoses et les usages de la mémoire d’un même passé par des acteurs différents, sur la longue durée qui va du XIVe siècle aux années 1980.

AGRELITA s’adresse ainsi à des chercheurs spécialistes de disciplines différentes (littérature, histoire, histoire de l’art, archéologie, géographie, philosophie, sociologie, sciences politiques, anthropologie, memory studies, European studies) et d’époques différentes sur toute l’aire géographique européenne ; AGRELITA espère, par cette approche pluridisciplinaire et par le croisement des analyses, des perspectives et des concepts, apporter une contribution nouvelle sur cette question.

Il s’agira donc de réfléchir sur :

-les dynamiques d’élaboration de mémoires plurielles d’un même passé et leurs liens avec la formation de plusieurs identités politiques et culturelles

Les instrumentalisations partagées, complémentaires, concurrentes ou conflictuelles d’un même passé par des acteurs divers, pour l’affirmation de plusieurs identités politiques et culturelles, révèlent des stratégies variées (mise en récits, en discours, en images, en spectacles, constitution de symboles, commémoration, patrimonialisation, muséification…) sur lesquelles on s’interrogera. On analysera les modalités de réception, de recomposition et de réinterprétation, parfois même d’imagination, qui sont elles aussi très diverses et qui manifestent les différentes valeurs attribuées au passé dans la mémoire.

les interactions entre des identités locales, régionales, (pré-)nationales et transnationales telles qu’elles s’affirment à travers les exploitations convergentes ou différenciées d’un même passé. Autrement dit, comment, confrontée à une mise en question des valeurs qu’on attribue au passé, la mémoire est modifiée par des acteurs et pour des publics divers, pour construire, affirmer, infléchir, renouveler des identités politiques et culturelles, comment les métamorphoses et les usages d’un même passé répondent à un renouvellement ou un changement identitaire.

On s’interrogera tant sur les mémoires concurrentes d’un même passé que sur l’essor, durant la période donnée, de mémoires et d’identités transnationales, sur la conciliation ou l’absence de conciliation de ces dernières avec les autres mémoires et identités. Ces mémoires transnationales s’affirment alors comme des mémoires partagées entre deux ou plusieurs communautés politiques (par exemple mémoires partagées d’un souverain ; mémoires de guerres : conflictuelles puis réconciliées) et/ou comme une mémoire européenne en lien avec l’affirmation de l’idée d’Europe.

les périodes historiques, les événements, les mouvements de pensée, les personnages, les lieux qui ont suscité des appropriations différenciées ou convergentes par deux ou plusieurs communautés politiques et culturelles : les enjeux mémoriels de périodes, événements, figures, lieux controversés ; les enjeux mémoriels aussi de périodes, événements, figures, lieux que plusieurs communautés s’approprient comme communes pour se forger une mémoire partagée et conforter des identités transnationales.

Les interventions porteront ainsi sur la pluralité des usages mémoriels d’un même passé à travers deux exemples ou plus, dans le but d’analyser comment les mémoires recomposées d’un même passé permettent d’inventer, de réinterpréter, de renforcer une et/ou des identité(s) particulière(s), et/ou de créer une mémoire transnationale et particulièrement européenne.

Comité scientifique

Martine Benoît, Université de Lille

Stefan Berger, Ruhr-Universität Bochum

Hélène Casanova-Robin, Sorbonne Université

Gerard Delanty, University of Sussex

Sophie Duchesne, Sciences Po Bordeaux

François Hartog, École des hautes études en sciences sociales

Tuuli Lähdesmäki, University of Jyväskylä

Elena Musiani, Università degli Studi di Bologna

Cédric Passard, Sciences Po Lille, Université de Lille

Alain Schnapp, Université Panthéon-Sorbonne

Aline Sierp, University of Maastricht

Les propositions sont à adresser (titre et une dizaine de lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 15 septembre 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes :

catherine.bougassas@univ-lille.fr

erc-agrelita@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille.

Les articles issus des contributions seront publiés. Les articles seront à rendre pour le 15 février 2024.

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

 

Il cardinale maraviglioso. L’avventura editoriale di Marcello Cervini (1539-1555)

Il cardinale maraviglioso. L’avventura editoriale di Marcello Cervini (1539-1555)

Giacomo Cardinali

 

Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 2022.

 

 

Quella che si propone è una lettura ex novo dell’avventura editoriale romana degli anni 1539-1555, condotta sulla base di nuovi documenti d’archivio e di biblioteca, rinvenuti in Italia (Firenze, Roma, Milano, Parma e Venezia) e all’estero (Città del Vaticano, Londra e Parigi), e sottoposti ad una analisi, che prima ancora che storiografica, è stata filologica, paleografica e archivistica. Ne emerge il profilo di colui che fu l’ideatore e il promotore dell’intero progetto, che nacque e morì con lui: Marcello Cervini, attorno al quale riaffiorano i profili dei collaboratori scientifici e tecnici, e dei tipografi, come anche di coloro cui egli guardò come ai suoi precursori, sia a Verona che a Roma. Stilato il catalogo ragionato di tutte le edizioni cerviniane (suddivise tra realizzate, postume, mancate e patrocinate), conclude lo studio la ricostruzione dell’edizione a stampa di due opere di Teodoreto di Cirro, apparsa a Roma nel 1547 al termine di un iter particolarmente difficile e complesso.

L’angle qui nous est proposé ici est une lecture ex novo des aventures éditoriales romaines dans les années 1539-1555, menée à partir de nouveaux documents des archives et des bibliothèques, qui ont récemment revu le jour en Italie (Florence, Rome, Milan, Parme et Venise), mais aussi à l’étranger (Vatican, Londres et Paris). Ces documents ont été soumis à une analyse qui, avant d’avoir une vocation historiographique, trouve sa raison d’être dans une recherche philologique, paléographique et archivistique. En émerge le profil d’un homme qui fut le créateur et le promoteur de l’intégralité du projet, d’un homme qui est né et mort avec lui : il s’agit de Marcello Cervini, autour duquel resurgissent les profils des collaborateurs scientifiques et techniques, des typographes, jusqu’à ceux qu’il considéra comme ses précurseurs, à Venise comme à Rome. Le catalogue raisonné de l’ensemble des éditions de Cervini conclut l’étude par la reconstruction de l’édition imprimée de deux ouvrages de Teodoreto di Cirro, présentée à Rome en 1547, après un parcours particulièrement difficile et controversé.

Plus de détails sur le site de l’éditeur.

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons. Édition de 1613

Édité par Jean Céard

Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2022.

 

Le magistrat du parlement de Bordeaux Pierre de Lancre reçut du roi Henri IV mission d’enquêter sur les rumeurs de sorcellerie qui secouaient la petite contrée du Labourd en pays basque. Pendant quatre mois, investi d’une autorité souveraine, il travaille activement à instruire et à juger. De cette rare expérience, Pierre de Lancre publie la recension quelques années plus tard. Son Tableau de l’inconstance des mauvais anges et demons fut certainement un ouvrage remarqué : publié en 1612, il fit, sans attendre la fin du privilège de six ans, l’objet d’une réédition revue et augmentée dès 1613. Cette nouvelle édition multiplie les additions. Si l’auteur maintient presque inchangées ses références érudites, il approfondit en revanche l’exégèse de sa rare expérience de démonologue, avec le sentiment d’enrichir ainsi cette nécessaire contribution à la connaissance du diable et de ses menées. On croit utile de signaler ces additions à leur place : De Lancre, en serviteur dévoué de l’État, élabore une démonologie concrète fondée sur une vaste et difficile érudition dont l’index fait voir l’ampleur.

Lien vers le site de l’éditeur.

Postures ventriloques, Montréal, 15-17 juin 2022

Postures ventriloques (XVe-XVIIIe siècles)

Montréal, 15-17 juin 2022

4e Colloque international transversal du CIREM 16/18 (Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe – XVIIIe siècles)

Organisé par Diane Desrosiers et Roxanne Roy

Depuis la plus haute Antiquité grecque et latine et à travers tout le Moyen Âge, les historien.ne.s, philosophes, littéraires et artistes ont mis en scène des personæ féminines et leur ont donné une voix. Qu’elles relèvent de l’ethos de l’amante éplorée (pensons aux poésies de Sapho ou aux Héroïdes d’Ovide), de la femme cruelle, de la jeune fille chaste et pure ou de la vieille d’origine modeste, ces « voix » féminines modulées à la première personne présentent une grande diversité d’ethe.

Si on retrouve bien évidemment ces mêmes « voix » dans l’histoire, la littérature et les arts d’Ancien Régime, les bouleversements socioculturels importants que connaît la première modernité (XVe–XVIIIe siècles) et qui amènent une transformation radicale du rapport des femmes à la culture ont entraîné une modification profonde des enjeux et modalités qui entourent la prise de parole des femmes. Le 4e colloque du CIREM 16/18 vise à préciser la nature et l’ampleur de cette modification dans la construction du genre.

Télécharger le programme du colloque.

Nouvelles et exemplarité, 19-21 mai 2022

Nouvelles et exemplarité. Pour une éthique de la nouvelle dans l’Europe de la Première Modernité

19-21 mai 2022

Colloque international à l’Université de Strasbourg

Ce colloque réunit des spécialistes internationaux de la nouvelle et du récit bref européen. L’objectif est d’interroger les enjeux et les impensés éthiques de la pratique conteuse tels qu’ils s’expriment dans les recueils de nouvelles composés, traduits, compilés dans l’espace européen de la Renaissance et de l’Âge classique.

Il s’agira de poser les jalons d’une histoire de l’exemplarité de la nouvelle dans la Première Modernité, en empruntant aux outils et aux apports de la philologie, de l’histoire de la lecture, de la poétique et de la littérature comparée (études de réception en particulier).

Ce colloque est le fruit d’une collaboration entre l’université de Strasbourg, l’Università degli Studi dell’Aquila et l’IHRIM-Clermont-Ferrand.

Organisation : Valeria MEROLA (Università dell’Aquila), Teresa NOCITA (Università dell’Aquila), Nora VIET (Université Clermont-Auvergne, IHRIM), Enrica ZANIN (Unistra, IUF).

Contacts : Enrica Zanin (ezanin@unistra.fr) et Nora Viet (nora.viet@uca.fr)

Lieux : Bibliothèque Nationale Universitaire – 6 place de la République et Université de Strasbourg – Bâtiment Lebel – Salle Guy Ourisson Visuel, Johannes Pauli, Schimpff und Ernst, Augsburg, 1534, BSB München – IHRIM – Florence Poncet.

Télécharger le programme du colloque.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search