Le monde de l’imprimé en Europe occidentale XVe – XVIe siècle, 13 novembre 2021

Le monde de l’imprimé en Europe occidentale

XVe – XVIe siècle

 

Journée d’étude organisée par Christine Bénévent

Samedi 13 novembre 2021,

École nationale des chartes, salle Delisle

 

Sous le patronage de la Société Française d’Étude du Seizième Siècle,  avec le soutien de l’Institut Universitaire de France et du Centre Jean-Mabillon

Cette journée, organisée avec le soutien de la SFDES, du Centre Jean-Mabillon et de l’Institut universitaire de France, vise à accompagner les agrégatifs dans leur préparation au concours. Elle a été conçue en lien avec la question d’histoire moderne mise au programme de l’agrégation en 2021 et 2022 : « Le monde de l’imprimé en Europe occidentale (v. 1470-v. 1680) ». Elle rassemble des spécialistes qui aborderont les multiples facettes de cette réalité complexe qu’est « le monde de l’imprimé » à la fin du xve siècle et au xvie siècle.

 

9h15 Accueil

9h30 Pierre Aquilon (université de Tours, CESR) : « Premiers aperçus sur les incunables »

10h15 Catherine Rideau-Kikuchi (université de Versailles-Saint-Quentin) : « Les marchés du livre en Italie, 1460-1530 »

10h45 : questions / pause

11h15 Rémi Jimenes (université de Tours, CESR) : « La diffusion du romain et de l’italique en France au XVIe siècle »

11h45 Geneviève Guilleminot (Paris, BnF, Réserve des livres rares) : « Chrétien et André Wechel : deux libraires dans l’histoire de leur temps »

12h15 questions

Pause déjeuner

14h30 Anna Baydova (Paris, BnF, département des estampes et de la photographie) : « Illustrer le livre imprimé au XVIe siècle »

15h Malcolm Walsby (Enssib, Villeurbanne, Centre Gabriel Naudé) : « La circulation des imprimés dans la France du XVIe siècle »

15h30 questions / pause

16h Joran Proot (Dilbeek, Cultura Fonds Library) : « Le prix du livre au XVIe siècle : le cas de Christophe Plantin »

16h30 Renaud Adam (université de Liège / Arenberg Auctions, Bruxelles) : « Le théâtre de la censure sous Charles Quint et Philippe II dans les anciens Pays-Bas »

17h questions

Inscription en présentiel ici

Retransmission en direct.

Album Louise de Coligny

Album Louise de Coligny

Manuscrit 129 A 23 de la Koninklijke Bibliotheek, La Haye (Pays-Bas)

 

Éditrices scientifiques :

Jane Couchman,  Colette H. Winn 

 

Résumé : Offert comme cadeau de mariage à Louise de Coligny en mai 1571, cet album perpétue la mémoire des hauts faits que la cause huguenote inspira à la famille Coligny. Les poèmes ajoutés jusqu’en 1610 nous renseignent sur les nouvelles tendances esthétiques en réponse à l’horreur des guerres de Religion.

Nombre de pages: 253

Parution: 06/10/2021

Collection: Textes de la Renaissance, n° 240, Classiques Garnier

Série: Scriptorium, n° 6

Table des matières ici.

La circulation des personnes, des idées et des livres entre France et Italie au XVIe siècle

La circulation des personnes, des idées et des livres entre France et Italie au XVIe siècle

 

Neuchâtel, colloque international,

11-12 octobre 2021

 

Les relations entre le royaume de France et la péninsule italienne au xvie siècle ont fait l’objet de multiples travaux. Dans le prolongement de ces recherches, ce colloque propose d’examiner conjointement les circulations des personnes, des idées et des livres entre les espaces français et italien. Il entend contribuer à la connaissance de la vie culturelle et religieuse des espaces concernés mais aussi – et surtout – promouvoir une histoire des transferts culturels à la Renaissance et dans la première modernité.

Organisation

Université de Neuchâtel, avec le soutien du Centre Roland Mousnier (Sorbonne Université), de l’Università di Torino, du projet FNS « Républicanismes méridionaux », du projet PRIN « Libri in movimento. Circolazione e costruzione di saperi tra Italia e Europa in età moderna ».

Argumentaire

Ce colloque ne vise pas à faire une histoire comparée ou juxtaposée des espaces français et italien au xvie siècle, mais entend examiner les phénomènes d’échanges, de transferts et d’hybridation culturels. L’enjeu est de saisir les connexions entre ces espaces, de même que les solutions de continuité dans des dynamiques d’échanges et les ruptures au sein de réseaux. Les circulations peuvent être envisagées sous plusieurs aspects. En premier lieu, elles peuvent être entendues dans leur acception humaine, à savoir les déplacements de personnes de part et d’autre des monts. Il est ici question de retracer les trajectoires d’individus qui ont joué le rôle de passeurs entre la France et l’Italie, qu’il s’agisse de savants, de diplomates ou de responsables religieux. La dimension consciente de la transmission peut être mise en question, afin de savoir si ces transferts relèvent d’une intentionnalité ou s’ils peuvent n’être que le fruit de décalages culturels. D’autre part, les conceptions – politiques et religieuses notamment – qui ont circulé par-delà les Alpes, souvent véhiculées par ces passeurs, sont au centre de cette enquête. Comment sont-elles reçues ? Quelles sont les relectures, les adaptations et les appropriations auxquelles elles donnent lieu ? Observe-t-on des décalages temporels et un effet générationnel ? Ces questions, loin d’être exhaustives, témoignent de l’intérêt d’observer les idées au prisme des circulations et des logiques de recomposition qu’elles entraînent. Elles invitent à reconsidérer l’histoire des transferts de modèles et idées politiques et la capacité à les traduire dans une autre langue. Le livre constitue le vecteur par excellence de ces circulations d’idées. Si l’histoire du livre a généré d’importants travaux sur ce sujet, il convient d’approfondir l’étude des transferts d’ouvrages et des rapports entre les mondes de l’édition italien et français. L’examen conjoint de ces trois objets doit permettre à la fois d’apporter une série de contributions à la connaissance de la vie culturelle et religieuse des espaces concernés mais aussi – et surtout – de promouvoir une histoire des transferts culturels à la Renaissance et dans la première modernité.

Organisation scientifique

Guillaume Alonge (Université de Neuchâtel)

Nicolas Balzamo (Université de Neuchâtel)

Jean Sénié (Université de Tours)

 

Programme

Lundi 11 octobre

14h00 : Accueil des participants

14h15 : Guillaume Alonge (Université de Neuchâtel) et Jean Sénié (Université de Tours) : Introduction

Présidence : Giorgio Caravale (Università Roma Tre)

14h45 : Jérémie Ferrer Bartomeu (Université de Genève) et Jean Sénié (Université de Tours) : Les secrétaires entre France et Italie (fin xvie-début xviie siècle) : formations, pratiques et modèles

15h30 : Stefano Colavecchia (Università di Torino) : Reti culturali e politiche tra Italia e Francia nel tardo Cinquecento. Il caso del carteggio Pinelli-Corbinelli

16h15 : Pause

16h30 : Marion Pouspin (École des Hautes Études en Sciences Sociales) : Les occasionnels et la médiatisation des guerres d’Italie en France

17h15 : François Lavie (Université Paris 8) : Apprendre les langues en s’amusant : les usages pédagogiques des recueils de facéties bilingues français-italien à la Renaissance (1550-1630)

Mardi 12 octobre

Présidence : Olivier Christin (Université de Neuchâtel)

10h00 : Nastasia Gallian (Sorbonne Université) : Les livres et modèles italiens dans les ateliers parisiens du xvie siècle : l’apport des inventaires après décès

10h45 : Pause

11h00 : Lucia Felici (Università degli Studi di Firenze) : Per l’irenismo religioso. Le traduzioni dei testi rinascimentali italiani di Guy Le Fèvre de la Boderie 

Présidence : Luca Addante (Università di Torino)

14h00 : Michele Camaioni (Università Roma Tre) : Bernardino Ochino e la Francia. Storia, testi, memoria

14h45 : Guillaume Alonge (Université de Neuchâtel) : Antonio Caracciolo, un évêque huguenot ? Un cas d’entre-deux politique et religieux à la Renaissance

15h30 : Pause

15h45 : Nicolas Balzamo (Université de Neuchâtel) : Transfert de sacralité : Lorette en France

16h30 : Pierre Antoine Fabre (École des Hautes Études en Sciences Sociales) : Louis Richeome jésuite, écrivain et Assistant de France à Rome (1607-1616) : écriture, littérature et pouvoir

17h15 : Giorgio Caravale (Università Roma Tre) : Conclusions

Études sur l’épopée en France offertes à Denis Bjaï

« Toute l’âme de la poésie héroïque »

Études sur l’épopée en France (XVIe-XVIIIe siècles) offertes à Denis Bjaï

 

 

Sous la direction scientifique de François Rouget

 

Dès sa thèse, Denis Bjaï s’est intéressé au récit épique et a servi la littérature française à la Renaissance avec éclat et passion. À l’occasion de son départ en retraite de l’Université d’Orléans, un groupe de collègues de France et de l’étranger ont souhaité saluer sa carrière exemplaire en lui offrant un volume de Mélanges. Centrées autour de la notion d’épopée et des formes du discours héroïque, quinze études s’attachent à rappeler le rôle important que jouent le discours, les thèmes et le style épiques dans la littérature française du Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle. Si Ronsard, avec La Franciade, occupe la place centrale de ce volume, d’autres écrivains (d’Homère à Fénelon, en passant par Bodel, Rabelais, Du Bartas, D’Aubigné et La Fontaine) laissent percevoir dans leurs œuvres l’étoffe variée dont l’épopée est faite, et font entendre les composantes de sa rhapsodie.

Table des matières

Genève, Droz, 2021.

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau

Production, diffusion, collection

 

Appel à communications

 

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve un exceptionnel ensemble d’estampes et de dessins de l’école de Fontainebleau. Son fonds de gravures bellifontaines est le plus riche au monde, rassemblant un millier d’épreuves des près de quatre cents estampes produites à Fontainebleau entre 1542 et 1547. S’y ajoute une collection de dessins de premier plan, comprenant à la fois des œuvres des artistes actifs sur le chantier de Fontainebleau et des maîtres du XVIsiècle qui ont été durablement influencés par ce foyer. De novembre 2020 à novembre 2022, la Bibliothèque nationale de France s’est engagée dans un vaste chantier de recherche et de valorisation de ce fonds de référence, grâce au mécénat de la fondation Getty (Paper Project).

Pour marquer l’aboutissement de ce programme, la BnF et l’École nationale des chartes s’associent dans l’organisation de deux journées d’études appelées à réunir les chercheurs ainsi que les professionnels des musées et des bibliothèques. Elles seront l’occasion de faire le point sur l’avancée des travaux menés ces dernières années sur les estampes et les dessins de l’école de Fontainebleau et aussi d’identifier les perspectives de recherche à poursuivre. Les actes de ces journées seront publiés dans la revue en ligne Nouvelles de l’estampe.

Détail de l’appel.

Comité d’organisation :

  • Anna Baydova, pensionnaire conservateur du Getty Paper Project au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chercheuse associée de l’équipe SAPRAT (EPHE, EA-4116)
  • Pauline Chougnet, conservatrice des bibliothèques, chargée des collections de dessins au Département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Catherine Jenkins, docteur en histoire de l’art, historienne de l’art indépendante
  • Corinne Le Bitouzé, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe à la directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Marc Smith, professeur de paléographie, École nationale des chartes
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la BnF
  • Caroline Vrand, conservatrice de patrimoine, chargée des estampes des XVe et XVIe siècles au département des Estampes et de la Photographie de la BnF

Informations pratiques :

Les propositions de communication se feront sous forme de résumés de 300 mots maximum, accompagnées d’un titre et d’une brève présentation bio-bibliographique de l’auteur ; elles sont à envoyer par courrier électronique à reserve-estampes-photographie@bnf.fr avant le 4 décembre 2021.

Séminaire Renaissances contemporaines du Moyen Âge et du XVIe siècle

Séminaire Renaissances contemporaines du Moyen Âge et du XVIe siècle

(Littérature, architecture, arts de l’image et de la scène, musique)

Nadia Cernogora et Mireille Séguy

Programme 2021-2022

Université Paris 8 & Université Paris-Nanterre

 

 

 https://zegherevanmale.tumblr.com/post/186098417361/initial-c-chansonnier-de-zeghere-van-malee séminaire, qui s’inscrit dans le programme « Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique » de la ComUE « Paris Lumières » (https://www.renaissances-upl.com/seminaire/), est conduit par deux enseignantes de ce programme (Mireille Séguy pour Paris 8 et Nadia Cernogora pour Paris-Nanterre). Il s’agit, dans le prolongement des réflexions amorcées en 2019-2020, d’explorer quelques-unes des manières dont la présence du Moyen Âge et du XVIe siècle se fait sentir, aujourd’hui, dans de nombreux domaines de la création et de la culture contemporaines. Par quelles voies, selon quels modes et pour quelles raisons ces époques passées font-elles retour aujourd’hui ? Le terme de « renaissances » proposé au XIXe siècle pour rendre compte du renouveau du savoir et des arts au XIIe et au XVIe siècles est-il pertinent pour définir ces reviviscences, ou doit-on plutôt parler de « revivals », de réinventions, de « revenances » (Hamel) ? Que disent enfin ces retours sur notre contemporain lui-même ?

À travers des exemples empruntés à la littérature, mais aussi à l’architecture, la peinture, le cinéma, les séries télévisées, la musique et la scèneCambrai, Bibl. mun., ms. 0128, B f. 126 - vue 2 théâtrale, nous tenterons, avec plusieurs intervenants spécialistes de ces domaines, de mieux cerner les façons dont le passé continue à habiter notre présent, mais aussi, et peut-être surtout, celles par lesquelles le présent contribue à configurer le passé.

Les séances ont lieu les jeudis de 12h30 à 14h30 à l’Université Paris Nanterre.

Version téléchargeable : Programme du Séminaire 2021-2022


16 septembre : Nadia Cernogora et Mireille Séguy

Introduction

23 septembre : Justine Breton

Une Table ronde plus inclusive ? Adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne.

30 septembre : Journée d’étude « Les mots de la Renaissance » (Université Paris-Nanterre)

7 octobre : Nadia Cernogora

Villes utopiques, de Gargantua à l’hyperphotographie (Jean-François Rauzier)

14 octobre : Alice Vintenon

La place de la Renaissance dans la « défense et illustration » des singularités linguistiques francophones

21 octobre : Dominique Viart

Le Moyen Âge de Pierre Michon

28 octobre : Renaissances chorégraphiques I

(Préparation de la rencontre du 18 novembre)

4 novembre : vacances

11 novembre : férié

18 novembre : Renaissances chorégraphiques II : rencontre avec la compagnie de danse « Sous la peau » de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche (autour de Anachronos, Humains, dites-vous et Mélancolie des profondeurs)

25 novembre : Michel Jourde

« Renaissance des lettres » et « invention de l’imprimerie » : résonances actuelles d’un problème historique

2 décembre : Nathalie Koble

La main dans la main. De la répétition inventive à la traduction créatrice : quatre manières de traduire les textes anciens

9 décembre : Elsa Kammerer

Avatars contemporains de l’humanisme renaissant

16 décembre : Florence Tanniou et Mireille Séguy

Le rappel de Roland (Pascal Quignard, Frédéric Boyer)


Contact : Mireille Séguy et Nadia Cernogora

Site du Master Mondes littéraires – Créations – Critiques de Paris 8

https://www.renaissances-upl.com/seminaire

Conférence de Rosanna Gorris Camos, 29 septembre 2021

« Une Renaissance singulière » :

Ferrare entre dissidence et Réforme

 

 

Conférence de Rosanna Gorris Camos

29 septembre 2021, 15h30-17h

Université Paris-Nanterre

 

 

Salle des Conseils du Bât. Paul Ricoeur, 4e étage (salle 436)

 

15h30-17h : Conférence de Rosanna Gorris Camos (Université de Vérone, PR invitée à l’université Paris Nanterre)

« Une Renaissance singulière » : Ferrare entre dissidence et Réforme

Répondant : Max Engammare
(Institut de l’Histoire de la Réformation – Université de Genève)

17h-18h30 : Réunion d’équipe

Programme de recherche interdisciplinaire

Université Paris Lumières

Affiche


 

Le médecin face à la douleur 16e-18e siècles

 

 

Mise en ligne du webdocumentaire  (consultation libre, tout public) :

Le médecin face à la douleur, 16e-18e siècles

Ce webdoc sur les conceptions anciennes de la douleur est le fruit d’une recherche pluridisciplinaire, croisant histoire de la médecine, philosophie et littérature. 12 chapitres thématiques, des œuvres à lire et à écouter, ainsi que des entretiens avec des neurologues, confrontent le passé et le présent et permettent d’interroger notre compréhension actuelle de la douleur.

Pain and the Physician, 16th-18th centuries

This web documentary on early conceptions of pain is the result of multidisciplinary research combining the history of medicine, philosophy and literature. Through 12 thematic chapters, excerpts from works to read and to listen to, and interviews with neurologists, it brings the past face to face with the present and allows us to question our current understanding of pain.

Responsabilité scientifique et coordination : Raphaële Andrault et Ariane Bayle
Collaboration scientifique : Elisa Andretta, Dominique Brancher, Nicolas Danziger, Luis Garcia-Larrea, Nicolas Lechopier, Pascal Luccioni, Patrick Mertens, Isabelle Moreau, Michèle Rosellini.
Réalisation graphique et conception du site : Raphaël Benitez
Réalisation multimédia : service PAVM | DNUM de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (Alexandre Bocquier, René Clerc, Charles de Filippo, Victor Hamelin et Philippe Topalian)
Collaboration artistique : Géraldine Berger et Thomas Rortais pour les textes lus ; Les Nouveaux Caractères pour l’interprétation musicale de Marin Marais (Sébastien d’Hérin, Étienne Floutier et Caroline Mutel).
Traduction anglaise : Sarah Novak pour les textes ; Romane Marcon et Marie Rabecq pour les vidéos.

L’exposition d’origine, organisée avec l’aide de Florence Gaume et Livia Rapatel, s’est tenue à la BU Santé, Domaine Rockefeller, Université Claude Bernard Lyon 1 (décembre 2019 – février 2020). Le graphisme avait été réalisé par Damien Favier.

Ce projet est financé par le LabEx COMOD (Université de Lyon, ANR-11-LABEX-0041, projet « Archéologie de la douleur« ) et réalisé en collaboration avec l’Université Jean Moulin Lyon 3. Il a bénéficié du soutien de l’IHRIM (UMR 5317), de l’ENS de Lyon, du CNRS, de la TGIR Huma-Num, de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de la BU Santé (Lyon).

Hommage à Daniel Ménager – 24 septembre 2021

Journée organisée à l’université Paris-Nanterre

le 24 septembre 2021

Daniel Ménager, lecteur de la littérature européenne au miroir de la Renaissance

 

Le 15 août 2020 s’éteignait Daniel Ménager, laissant derrière lui une œuvre considérable. Il est difficile de penser la Renaissance sans prendre en compte les livres qu’il a élaborés et mûris au long cours, complétant et prolongeant ainsi les fruits de l’enseignement qu’il a prodigué plusieurs décennies durant à l’Université de Nanterre. La rencontre nanterroise du 24 septembre 2021 réunit lecteurs, élèves, amis et éditeurs de Daniel Ménager en vue de se pencher sur l’œuvre critique qu’il n’a cessé de développer et d’enrichir depuis son départ à la retraite.

Dans ses derniers développements, l’œuvre de Daniel Ménager s’est vue fortement marquée par l’ouverture comparatiste. À ses yeux, désenclaver les études pour mettre la littérature au service de la pensée allait de soi. Sans doute est-ce le cas pour un esprit huma- niste formé aux œuvres fortes de l’Antiquité et curieux de littéra- ture universelle. Dans la dernière partie de son œuvre, Daniel Mé- nager a envisagé des problèmes existentiels fondamentaux avec un empan très large. Si la Renaissance apparaît comme la source de sa réflexion, l’œuvre littéraire ou artistique est toujours sollicitée en vue de traquer les indices qui permettront d’ouvrir à la pensée ou à l’émergence de consciences de soi.

Journée accessible en ligne :

meet.google.com/jne-iphg-dey

Comité d’organisation :
Véronique Ferrer
Marie-Christine Gomez-Géraud
Frank Lestringant
Olivier Millet

 

Programme : Journée Daniel Menager

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais, dir. Franco Giacone et Paola Cifarelli, Études rabelaisiennes, LIX, Genève, Droz, 2020, 320 p.

Le volume LIX des Études rabelaisiennes regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu en septembre 2015, à Turin et à Torre Pellice, chez les Vaudois du Piémont. Il s’agit du quatrième colloque rabelaisien en Italie, après ceux sur le Tiers livre (Rome, 1996), sur le Cinquiesme livre (Rome, 1998) et sur le Quart livre (Rome, 2011), sans compter celui sur La Langue de Rabelais – La Langue de Montaigne (Rome, 2003). Le choix du Piémont n’est pas fortuit : Rabelais y a séjourné durant les années 1540-1542, au service de Guillaume Du Bellay, nommé gouverneur du Piémont en 1538. De plus, les Vaudois massacrés à Mérindol et Cabrières en 1545 ont souvent été considérés comme une source de l’épisode des Papefigues. Turin est enfin l’université où a exercé pendant quarante ans Lionello Sozzi (†2014), dont l’une des dernières publications est précisément une traduction italienne de l’œuvre de Rabelais : Gargantua e Pantagruele, introduzione e cura di Lionello SozziTraduzioni e note di D. Cecchetti, L. Sozzi, M. Mastroianni, P. Cifarelli, A. AmatuzziTesto francese a fronte a cura di Mireille Huchon, Milano, Bompiani, 2012.

En plus d’une introduction de Franco Giacone – consacrée aux « quatre bastions de Turin » mentionnés dans le Quart livre – et d’une conclusion de Richard Cooper, le volume comporte dix-huit articles portant sur divers aspects de la langue de Rabelais. D’un point de vue lexical, les contributeurs s’interrogent sur le sens de certains mots comme « ἄσβεστος » (Bruno Pinchard), le toponyme Cheli, hébraïsme ou hellénisme au sens particulièrement énigmatique (Raphaël Cappellen), l’adjectif « estrange » tel qu’il est utilisé dans l’épisode des Papimanes (Aya Iwashita), les substantifs « dons », « grâces », « prérogatives » et « plasmateur », premiers mots de la lettre de Gargantua à Pantagruel (François Roudaut), ou encore sur l’italien et les italianismes (Gabriella Macciocca, Franco Giacone) et sur les dialectalismes, si aptes à caractériser les personnages (Maria Proshina).

Des enquêtes sont également menées sur les jargons pédantesques de l’écolier limousin et de la Quinte (Gilles Polizzi), sur les « motz espaves », condamnés à la fin du chapitre vi de Pantagruel mais largement mis à profit tout au long du récit (Marie-Madeleine Fragonard), sur le « langage des mythes » dans le prologue de Gargantua (Heidi Marek) et sur la « renaissance au langage » dans l’épisode du calme plat devant Chaneph (Pierre Johan Laffitte).

La figure d’un Rabelais philologue et « très instruit en l’une et l’autre langue » (« vir utraque lingua doctissimus »), comme le dit son ami Tiraqueau dans le De legibus connubialibus de 1524, apparaît nettement dans les rééditions en 1543 et 1545 du recueil de traités d’Hippocrate et de Galien que Rabelais avait publié en 1532 chez l’imprimeur Sébastien Gryphe (Claude La Charité), mais aussi dans la manière dont il fait son miel des Opera (1544) de Celio Calcagnini, ouvrage d’une infinie érudition et d’une grande variété formelle, écrit dans une prose latine truffée d’insertions grecques (Romain Menini).

Sur un plan syntaxique et stylistique, le volume s’intéresse aux dérivations, recompositions savantes et expansions nominales du Quart livre (Anne-Pascale Pouey-Mounou), puis au et de relance, « marqueur d’oralité » non étudié jusque-là par la critique rabelaisienne et pourtant massivement présent dans les passages narratifs du Pantagruel de 1532 (Claire Badiou-Monferran et Jean-Charles Monferran).

Rabelais, qui a laissé des empreintes profondes chez un auteur comme Goethe (Jacques Berchtold), apparaît sous des masques parfois inattendus : c’est le masque « grimaçant et quelque peu diabolique » de la sibylle de Panzoust (Marianne Closson), ou encore celui de Priapus dans le prologue du Quart livre : les deux longues interventions du dieu donnent en effet à entendre une « langue peu commune » où se dévoilent les réflexions grammaticales et lexicales de l’écrivain (Mireille Huchon).

Près de cent ans après la parution du monumental ouvrage de Lazare Sainéan, La Langue de Rabelais (Paris, E. de Boccard, 1922-1923), ces actes offrent ainsi des perspectives inédites sur la langue de Rabelais. Mais le lecteur y trouvera aussi des informations sur son travail d’éditeur scientifique et sur les sources de son érudition, ainsi que de nouvelles interprétations de passages de son œuvre, avec une prédilection particulière pour les îles du Quart livre, de Cheli à Chaneph, en passant par Papefiguière et Papimanie.

Nicolas Le Cadet

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècles

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité

 

 

Benjamin Deruelle, Pascal Bastien et Lyse Roy (dir.), Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité, Paris, Hermann, 2021, 339 p.

Puissante, constructive et active, l’émotion est un lien social et un facteur de solidarité. Elle est à la source de nombreuses nouveautés associées à la première modernité et constitue le moteur d’importants basculements de l’ordre ancien. Alors que les expériences émotionnelles des acteurs et des observateurs peuvent différer radicalement, elles peuvent aussi être étroitement liées par l’interaction sociale, les représentations culturelles et visuelles et la médiatisation. C’est cet univers extraordinairement riche que nous proposons de traverser dans ce livre. Réunissant dix-huit contributions d’histoire, d’histoire de l’art et de littérature, ce volume propose des ouvertures théoriques et heuristiques inédites sur une époque bouillonnante, vive, dangereuse – et résolument moderne.

TABLE DES MATIÈRES

Pascal Bastien et Benjamin Deruelle, Introduction, p. 1 

PREMIÈRE PARTIE. CORPS ET DÉCORS DES ÉMOTIONS 

  • Hélène Cazes, Médecin piteux fait la playe venimeuse : « l’impitoyable pitié » du médecin (1545-1628), p. 15
  • Claude La Charité, Mythographie, médecine, théologie et philosophie des émotions à la Renaissance (1555-1610), p. 43
  • Lucie Desjardins, « Je n’ai jamais vu de Belles en colère. » Femmes, passions et pouvoir, p. 57
  • David Do Paço, Émotions captives : une communauté́ sensible entre femmes et hommes chrétiens et musulmans en Europe centrale au tournant des xviie et xviiie siècles, p. 69
  • Marine Carcanague, Un sentiment face à la justice et au genre. Honneur des femmes et imaginaires genrés devant la justice en France au xviiie siècle, p. 87
  • Bastien Coulon, Les larmes de la nation : donner une émotion à la personnification de la France au xviiie siècle, p. 103
  • Isabelle Pichet, Le corps sensoriel : sensibilité et émotions au Salon, p. 123

DEUXIÈME PARTIE. CANONS ET PASSIONS. L’EXPÉRIENCE ET L’APPRÉHENSION DU FRONT 

  • John A. Lynn II, Au carrefour de l’histoire militaire et de l’histoire des émotions : Repenser la peur et l’honneur, p. 141
  • Giovanni Ricci, Craindre les Turcs ou appeler les Turcs ? Émotions en conflit dans l’Italie de la Renaissance, p. 165
  • Benjamin Deruelle et Laurent Vissière, Des larmes de sang. Émotions funèbres au lendemain des batailles, de la fin du xve au milieu du xvie siècle, p. 179
  • Paul Vo-Ha, Le salaire de la peur. Peur et reddition aux xvie et xviie siècles, p. 203
  • Yann Rodier, Ressentiment national et xénophobie d’État contre l’Espagnol. Les images de guerre dans la France cardinale (1625-1659), p. 227

TROISIÈME PARTIE. SPECTACLE ET MISES EN SCÈNE DES AFFECTS 

  • Anne Régent-Susini, Émotions du mourant, émotions des vivants : faire communauté́ autour des oraisons funèbres en France au xviie siècle, p. 245
  • Sara Harvey, L’émotion sur le vif dans la presse et le théâtre d’actualité́ : la crise du système de Law, p. 259
  • Pauline Valade, L’émotion comme interaction : l’exemple de la joie publique comme langage entre le roi et ses sujets (Paris, xviiie siècle), p. 277
  • Lyse Roy, « Guerre changée en paix apporte grant joye. » Émotions et sentiments dans les entrées solennelles de Charles Quint en France, 1539-1540, p. 293
  • Pascal Bastien et Frédéric Charbonneau, Les Écrits inédits (1757-1802) de Jacques-Louis Ménétra : engage- ment politique et poésie sans-culotte, p. 315
  • Chanelle Reinhardt, Mouvoir et émouvoir : émotions et transfert des objets d’Italie en France (1796-1798), p. 331

 

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015)

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015).

Actes de la journée d’étude

 

En 2016 s’est tenue à Paris une journée d’étude en l’honneur de Myriam Yardeni, grande historienne israélienne moderniste, spécialiste du protestantisme français et en particulier de ses incidences sur la construction de la Nation française ainsi que sur le Refuge protestant, décédée à Haifa en 2015. Les actes de cette journée d’étude ont été établis sous la direction de Michelle Magdelaine, qui vient de nous quitter brutalement, et Viviane Rosen-Prest.

Ces actes sont consultables en ligne sur le site d’archives ouvertes HAL :

https://hal.archives-ouvertes.fr/PROTESTANTISME-NATION-IDENTITE-COM/page/accueil-sommaire.

(Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix

(Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix pendant les crises de l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècle)

 

Appel à communications

 

À une époque qui voit l’information se multiplier tout en changeant de forme, il est nécessaire de s’interroger sur la question de la parole, depuis sa genèse moderne à sa profusion contemporaine, mais également à son impact. Le projet Anthropologie politique et religieuse de la parole (XVIe-XVIIIe siècle) vise à mettre en lumière l’importance de la problématique de la gestion de la parole dans les sociétés modernes. Dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole oscille entre abondance et rareté : le pouvoir qu’elle détient lui provient de cette dernière et son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe politique et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours : l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

Argumentaire

À une époque qui voit l’information se multiplier tout en changeant de forme, il est nécessaire de s’interroger sur la question de la parole, depuis sa genèse moderne à sa profusion contemporaine, mais également à son impact. Le projet Anthropologie politique et religieuse de la parole (XVIe-XVIIIe siècle) vise à mettre en lumière l’importance de la problématique de la gestion de la parole dans les sociétés modernes. Dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole oscille entre abondance et rareté : le pouvoir qu’elle détient lui provient de cette dernière et son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe politique et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours: l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

La première journée d’étude de ce projet sera organisée à l’université de Genève. Durant les différentes interventions, nous nous intéresserons à la parole promise et aux différentes formes que cet acte peut recouvrir (serment, charte, foi jurée, profession de foi, confession, menace, malédiction, etc.). S’interroger sur l’acte performatif qu’est le don de parole – comment jure-t-on et quelles sont les conséquences des mots prononcés ou signés ? −, c’est se questionner à la fois sur les modalités linguistiques, institutionnelles et rituelles qui sous-tendent cette pratique et, plus encore, repenser les liens de confiance et d’alliance, le capital symbolique mis en gage par les deux parties : qui jure, et pourquoi cette pratique revêt une telle importance dans la société d’Ancien Régime ?

Nous voulons interroger les éléments constitutifs de la parole jurée, en particulier son media (l’oral, l’écrit ou des formes hybrides) et son effectivité. Deux questions sont centrales : comment est construite la promesse ? Qu’est-ce qu’elle produit en termes d’impact sur le présent et le futur de la situation d’énonciation ? Il est alors nécessaire d’interroger la source de la valeur du serment, les gages donnés pour les parties, mais également les acteurs (producteurs et/ou détenteurs de la parole). Ces « jureurs » peuvent s’engager pour eux-mêmes, mais aussi pour une entité plus large, puisque jurer implique non seulement un gage personnel mais aussi communautaire, soit collectif et gouvernemental. De ce fait, peut-être faut-il envisager l’acte de jurer comme le symbole de la convergence de volontés plurielles. D’une parole jurée, on peut ainsi mettre en exergue les ressorts d’un dispositif politique et religieux largement utilisé et persistant, par une déconstruction minutieuse des contextes et des pratiques, afin d’observer sa pluralité en tant que discours et idées. Cela nous amènera à considérer l’économie de la parole dans son écriture, sa proclamation, sa conservation et ses changements.

Le champ de recherche couvre l’Europe occidentale de la première paix de Cappel jusqu’au traité de Westphalie. Un intérêt tout particulier sera consacré aux pensées transversales et interdisciplinaires capables d’apporter à la question de la parole des réponses à la fois historiques et issues d’autres sciences humaines, permettant donc de confronter différentes approches. Nous nous pencherons ainsi sur des sujets ciblés, afin de pouvoir rentrer dans le vif de cette parole juré, profuse et mystifiée : par exemple les préambules légaux et la manière dont ils introduisent les conjurés, les serments qui entourent les paix de religion, le règlement des conflits ou au contraire les déclarations de guerre, la promesse royale ou princière (qu’elle soit directe ou indirecte), les sermons de guerre, la traitrise et l’abjuration, les savoir-faire administratifs liés à l’acte du don de parole, la matérialité de cette pratique, la force perlocutoire des mots jurés, l’iconographie du serment, ses évolutions et ses permanences, etc.

Modalité de soumission :

Toute suggestion qui rentrerait dans le sujet de la journée d’étude sera étudiée avec intérêt. Les propositions (titre provisoire, 10 lignes de texte, précisant clairement les objectifs / sources de la contribution et l’inscription dans la thématique) doivent être adressées conjointement à :

Paul-Alexis Mellet (Paul-Alexis.Mellet@unige.ch) et

Jérémie Ferrer-Bartomeu (Jeremias.Ferrer-Bartomeu@unige.ch)

avant le 15 octobre 2021.

Comité scientifique et d’organisation

  • Paul-Alexis Mellet, Professeur ordinaire, université de Genève
  • Jérémie Ferrer-Bartomeu, Chargé d’enseignement, université de Genève
  • Matteo Colombo, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève
  • Mélinda Fleury, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève

Société Française d'Etude du Seizième Siècle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search