Archives par mot-clé : mis-en-avant

Animal et portrait à la Renaissance

« Animal et portrait à la Renaissance », les 17 et 18 mai 2021 à Paris (musée de la Chasse et de la Nature) et à Écouen (musée national de la Renaissance)

Giuseppe Arcimboldo, études, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek (source : WGA).

Colloque international organisé par Cécile Beuzelin (maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Montpellier 3) et Armelle Fémelat (historienne de l’art associée au CESR), en collaboration avec le Musée national de la Renaissance d’Écouen et le Musée de la Chasse et de la Nature.

Dans son discours sur la dignité de l’homme (De hominis dignitate, ca 1486), Pic de la Mirandole décrit l’humain comme un animal éternellement suspendu entre la terre et le ciel, oscillant entre nature céleste et nature terrestre, entre humain et animal. Sans rang, il est également sans visage propre, qu’il lui revient de modeler sous forme divine ou bestiale. Un tel exemple invite à s’interroger sur la perception que l’homme de la première modernité a eue de l’animal et sur la place qu’il lui a consacrée dans son quotidien, en particulier par le biais du portrait. Les questions du modèle animal et du rapport de hiérarchie entre homme et animal se retrouvent ainsi au cœur d’une réflexion sur le développement de l’art du portrait à la Renaissance. Le colloque se propose d’approfondir la problématique du portrait et de l’animal dans l’Europe des XVème et XVIème siècles.

Une telle problématique renvoie, d’une part, à la conception humaniste de l’ordre et de la hiérarchie des êtres vivants, en particulier à celle du rang que l’Homme souhaite occuper au sein de la Nature. Les penseurs de la première modernité se sont en effet essentiellement évalués par rapport aux animaux dans l’élaboration de leur place dans l’univers. En même temps que les humains se sont ainsi observés, ils ont observé les animaux. Et en même temps qu’ils ont développé l’art du portrait, leurs études d’animaux se sont faites plus précises.

L’intitulé du colloque invite, d’autre part, à réfléchir aux rapports que les humains ont entretenus avec les bêtes à la Renaissance, et aux échos que de tels rapports ont pu trouver dans l’art du portrait. Les effigies animales individualisées, et même autonomes pour certaines d’entre elles, apparaissent précisément au moment où cet art connaît ses plus grandes évolutions en Occident. Aux XVème et XVIème siècles, les Européens ont manifestement éprouvé le besoin de se définir par rapport aux animaux, jusque dans leur quête d’individuation, et dans la construction de leur propre image. Les artistes peut-être encore plus que les autres, comme le laisse entrevoir nombre de peintures, sculptures, dessins ou textes littéraires. Le concept d’autoportrait avec animal, comme celui d’autoportrait en animal, s’avèrent à cet égard particulièrement intéressants.

La richesse de la problématique du colloque appelle une approche pluridisciplinaire et un nécessaire dialogue entre historiens de l’art, historiens, historiens des sciences, littéraires, musicologues, sociologues, philosophes, éthologues, vétérinaires… autour de plusieurs thématiques centrales que nous souhaitons voir abordées :

. Les interventions et échanges tenteront d’abord de déterminer les critères qui permettent de penser et de définir la notion de portrait animal à la Renaissance (étude anatomique, individuation plus ou moins poussée, autonomisation, empreinte).

. Les propositions devront ensuite permettre de comprendre la manière dont les hiérarchies entre homme et animal, présentes dans les discours philosophiques et littéraires des XVème et XVIème siècles, transparaissent à la fois dans les portraits d’animaux autonomes

et dans les doubles effigies combinant bêtes et humains. De fait, certains portraits plastiques, littéraires ou musicaux interrogent et remettent explicitement en question de tels rapports hiérarchiques, allant parfois jusqu’à les inverser. On pense notamment aux doubles portraits avec animaux, qui mettent en scène leurs relations affectives, mais aussi aux autoportraits littéraires, comme le De Canis de Leon Battista Alberti.

. Il sera également fondamental de poser la question de l’animal comme modèle pour l’homme. À l’époque moderne, la compréhension de l’animal se situe en effet entre symbolisme, métaphore, exemples de vice ou de vertu et observation physionomique poussée. Les propositions interrogeront aussi bien l’héraldique et les exempla moralisants, que les théories physiognomoniques, en plein essor à la Renaissance et qui ont incontestablement marqué tant la pensée que l’art du portrait. La question de l’imitation de l’animal, à travers le portrait musical et le travestissement de l’homme en animal, pourra également être abordée.

. Enfin, nous souhaitons que certaines propositions traitent des portraits d’animaux fantasmés. Un certain nombre d’animaux représentés à l’époque moderne n’ont en effet pas été observés de visu par les artistes, à commencer par ceux qui furent le fruit de l’imagination collective. Dans les travaux encyclopédiques les plus rigoureux cohabitent ainsi des animaux réellement examinés, avec ceux, exotiques ou merveilleux, tels que l’éléphant ou le rhinocéros, la licorne ou l’hydre, néanmoins « familiers de l’esprit » des humains de l’époque. Réalisé presque entièrement d’après des descriptions écrites, le cas du célèbre rhinocéros dessiné et gravé par Albrecht Dürer apparaît de ce point de vue tout à fait révélateur et pourra servir de point de départ.

Axes de recherche :

– De l’étude scientifique au portrait d’individu

– Empreinte et portrait animal

– L’animal comme modèle : des exempla médiévaux aux théories physiognomoniques

– Animal emblématique et portrait

– Se ressembler, se distinguer : hommes et animaux dans un même portrait

– Autoportrait en animal : arts plastiques, littérature, musique…

– Animal et portrait funéraire : effigies mortuaires, épitaphes, dépouilles, trophées, taxidermie

– Animaux exotiques et bêtes fantastiques : portrait de l’animal fantasmé

Comité scientifique :

Cécile Beuzelin (Université Montpellier 3)

Sarah Cockram (University of Edinburgh)

Armelle Fémelat (CESR, université de Tours)

Aurélie Gerbier (Musée national de la Renaissance)

Christine Germain-Donnat (Musée de la Chasse et de la Nature)

Matteo Gianeselli (Musée national de la Renaissance)

Présentation de la manifestation

Le colloque « Animal et portrait à la Renaissance » sera international et pluridisciplinaire, au croisement des sciences humaines et des sciences du vivant.

Il donnera lieu à une publication scientifique. Les intervenants seront invités à remettre un texte de 35 000 signes à l’issue du colloque, rédigé en français ou en anglais.

Le temps de parole imparti à chaque intervenant sera de 30 mn précisément, en français ou en anglais.

Modalités de candidatures

Les propositions de communication s’inscriront dans un ou plusieurs des axes de recherche proposés.

Elles prendront la forme d’un synopsis d’environ 4500 signes ou 700 mots, accompagné d’un curriculum vitae.

Rédigées en français ou en anglais, elles devront être envoyées à animaletportraitalarenaissance@gmail.com, au plus tard le 30 octobre 2020.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail au cours du mois de décembre 2020.

Le poète aux mille tours : La traduction des épithètes homériques à la Renaissance

Le poète aux mille tours, La traduction des épithètes homériques à la Renaissance, sous la direction d’Anne-Pascale POUEY-MOUNOU et de Silvia D’AMICO, Genève, Droz, 2020.

Ποικιλομήτης : bigarré, irisé, mosaïqué et surtout à l’image de l’esprit d’Ulysse, tel a été conçu cet ouvrage collectif consacré, avec les méthodes et les points de vue les plus contemporains, aux épithètes homériques où la Renaissance sut projeter sa création et sa réflexion. Dans la multitude des genres ici étudiés (lexiques, commentaires, traductions, réécritures), chaque épithète, avec sa spécificité morphologique, grammaticale, étymologique, sémantique et symbolique, constitue un fil lumineux qui, réapparaissant à la surface de la trame de la poésie et de la poétique du XVIe siècle, en révèle le fonctionnement en profondeur. Dans l’inlassable voyage de retour vers le modèle que constitue toute forme d’exégèse – de Ravisius Textor à Scaliger, des traductions latines aux traductions dans les langues vernaculaires, des poètes mineurs au grand Ronsard – la complexité des interprétations tissées en toile de Pénélope représente la forme la plus sûre d’intelligence fidèle au texte homérique.

TABLE DES MATIÈRES

Anne-Pascale Pouey-Mounou
Introduction

Piero Boitani – L’immensa landa e il puro sereno: premesse per uno studio di Omero nel mondo

L’INDICIBLE ET L’INTRADUISIBLE : LE DÉFI DE LA LANGUE HOMÉRIQUE

Nathalie Rousseau – Traduire l’intraduisible : questions de morphologie grecque

Jessica Wolfe – Les épithètes ironiques dans la littérature de la Renaissance

Nathaël Istasse – Homerus apud Textorem : le prince des poètes au prisme de l’épithétaire de Ravisius Textor (1518 et 1524)

Michel Magnien – Scaliger théoricien de l’épithète… virgilienne

LE CHANTIER HUMANISTE : TRADUCTIONS NÉO-LATINES

Susanna Gambino Longo – L’épithète homérique entre Léonce Pilate et Boccace

Émilie Séris – Les épithètes dans les traductions d’Homère par Ange Politien

John Nassichuk – Les épithètes du héros troyen dans les premières versions latines de l’Iliade : Valla, Divus, Hessus

Virginie Leroux – Les épithètes des deux premiers chants de l’Iliade dans le commentaire et la traduction de Joachim Camerarius (1538 et 1540)

TRADUCTIONS VERNACULAIRES : ESPAGNE, FRANCE, ITALIE, ALLEMAGNE

Roland Béhar – La traduction de l’épithète homérique dans l’Espagne du XVe siècle

Paola Cifarelli – Qualifications épithétiques et matière troyenne dans la tradition médiévale

Jean-Charles Monferran – Épithètes batrachomyomachiques : sur les deux premières traductions françaises de la Batrachomyomachie d’Homère (Macault, 1540, et Royhier, 1554)

George Hugo Tucker – «L’Vmbre de Salel » : l’épithète homérique et ses enjeux chez Hugues Salel (1545 et 1554), Jacques Peletier du Mans (1547) et Joachim Du Bellay (1549-1559), traducteurs et imitateurs d’Homère

Anne-Pascale Pouey-Mounou – Ronsard et l’épithète homérique

Catherine Magnien-Simonin – Les épithètes homériques dans la traduction du chant XIV de L’Iliade par Antoine de Cotel (1578)

Christiane Deloince-Louette – Le « naïf » et la « majesté ». Les épithètes des dieux et des déesses dans les premières traductions françaises de l’Iliade

Monica Barsi – Arès  λλοπρόσαλλος. Transformations d’une épithète en France et en Italie du XVIe au début du XVIIe siècle

Manfred Kern – Visibles incognitos : les transformations de l’épithète homérique dans les premières traductions allemandes imprimées de l’Odyssée (1537, Simon Minervius) et de l’Iliade (1610, Johann Spreng)

Élisabeth Rothmund – Les épithètes d’Homère dans l’espace germanique de la Première Modernité : de l’Iliade du maître-chanteur augsbourgeois Johann Spreng aux disciples de la Pléiade

Silvia D’Amico – Conclusion. Pour un retour à Homère

Bibliographie

Index epithetorum

Index nominum

Des pieds et des mains. Représentations culturelles, politiques et sociales en Europe (1450-1650).

Colloque organisé par Marie-Joëlle Louison-Lassablière (Université Jean Monnet,

Saint-Étienne) et Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne)

avec le soutien de l’IHRIM (UMR 5317).

Pôle Universitaire de Vichy – vendredi 24 et samedi 25 septembre 2021

Raphaël, « Etude pour un enfant Jésus », 1506-1507, Oxford, Ashmolean Museum (source : WGA).

Pieds et mains permettent la relation à autrui, au monde et à Dieu. Comment la Renaissance appréhende-t-elle cette relation ? Les découvertes géographiques, médicales et techniques, l’avènement de nouveaux schémas de pensée et de nouvelles croyances, ainsi que les bouleversements sociaux qui en résultent ont-ils modifié la perception que l’homme se fait de ses pieds et de ses mains ? Nous proposons, lors de ce colloque, d’explorer de manière non limitative les domaines suivants :

1/ La dimension normative

La référence au pied ou à la main cherche-t-elle à véhiculer une norme ou à l’établir ?

On s’appuiera sur le système de mesures (pied, pouce), sur les codes de politesse (révérence, salut civil ou militaire), sur les codifications chorégraphiques ou théâtrales, sur les us et coutumes (cf. les accessoires qui habillent pieds et mains, comme chaussures et gants, et éventuellement ceux qui refusent cette norme, comme les moines déchaux).

Les autres peuples (notamment les peuples récemment découverts et/ou fantasmés, voire imaginaires, dont on moque les caractéristiques physiques ou auxquels on attribue des particularités étranges) sont-ils vus avec les mêmes attributs ? Le concept d’exotisme réside-t-il dans une dissemblance des pieds et des mains ?

Comment est perçu le handicap ? Dans cette optique, nous pourrons nous interroger, par exemple, sur le statut de l’estropié ou du manchot.

De la marginalité à la monstruosité : quels sont les critères qui stigmatisent le pied ou la main qui ne fonctionne pas selon les normes (statut de celui qui est né avec un pied bot ou qui est gaucher) ? Il s’agira, dans cette perspective, de réfléchir à ce que ces discriminations disent de la société où elles ont cours.

Enfin, quel intérêt y a-t-il à souligner l’anormalité ou l’irréalité de certains êtres par la difformité de leurs pieds ou de leurs mains (diable aux pieds fourchus, satyres aux pieds de bouc) ?

2/ La dimension sacrée et/ou symbolique

Comment s’impose le rôle sacré du pied ou de la main ? Nous étudierons ainsi ce qui relève de la tradition, de la croyance, de l’instrument de pouvoir.

De la main de Dieu, créatrice du premier homme, à la main du roi (qui guérit les écrouelles, qui adoube), du prêtre (qui bénit ou baptise) ou du juge (main de Justice, prestation de serment), quel pouvoir passe par la main ?

Est-ce la main ou le geste qui est signifiant ? Comment passe-t-on du corporel au symbolique ?

Comment s’exprime ce pouvoir dans le langage spécialisé, technique ou courant (ex. : « J’en mettrais ma main au feu », expression qui renvoie aux ordalies) ? On pourra également faire une étude linguistique des adages et expressions populaires comme témoignages des croyances et des superstitions liées à ce pouvoir réel ou supposé.

Si les animaux et les plantes ont des pieds, l’homme a aussi des mains : quelle part d’humain ou de divin recèle la main qui crée ? Est-elle vue comme la marque de la supériorité de l’homme sur les autres espèces ?

D’autres domaines pourront être pris en considération : la chiromancie, la physiognomonie ou le magnétisme (que suppose l’imposition des mains).

3/ La dimension humaniste

En quoi pieds et mains sont-ils perçus comme l’expression de l’individu tout entier, de sa personnalité profonde, voire de son âme ? Sont-ils la synecdoque du corps ? Que révèlent-ils ? Qu’occultent-ils ?

On pourra s’appuyer sur l’étude des représentations des pieds et des mains : planches de médecine, représentations en peinture et sculpture, gisants, etc.

Pieds et mains peuvent laisser une trace : l’empreinte. Quel(s) intérêt(s) offre-telle ?

Dans quelle mesure la vision des pieds et des mains est-elle conditionnée par une représentation mentale qu’infléchit la culture antique (influence de la Bible, de l’art grec ou romain, de la philosophie…) ?

4/ La dimension créatrice, littéraire et artistique

La main n’est-elle qu’un outil, le pied un support ou un simple moyen de locomotion ? N’ont-ils pas un rôle au-delà d’une vision utilitaire qui relèverait d’une dimension créatrice et artistique ?

Le champ de la création est vaste, puisqu’il conviendrait de s’interroger sur les arts scéniques (théâtre, danse, marionnettes), l’écriture (l’œuvre imprimée risque-t-elle de perdre ce que le manuscrit avait d’unique ?), la peinture, les jeux (comme la mourre), ainsi que les activités physiques (escrime, jeu de paume…). On pourra alors se référer aux mythes de la création technique ou artistique, par exemple celui d’Héphaïstos (boiteux mais remarquable forgeron).

Dans la littérature et le théâtre, pieds et mains peuvent-ils avoir un rôle narratif ? Dans les œuvres dramatiques, nous pensons par exemple à la main qui tue. Ces parties du corps peuvent également être sources d’inspiration, comme dans les blasons, ces courts poèmes célébrant le corps féminin. Par ailleurs, comment pieds et mains peuvent-ils revêtir une fonction érotique ou maléfique dans un texte littéraire ?

Dans l’art, la fascination des peintres de la Renaissance pour les mains (par exemple, les études de Léonard de Vinci ou la Création d’Adam de Michel-Ange, où l’index de Dieu rejoint celui d’Adam) pourra être étudiée, dans la continuité des travaux de l’historien de l’art André Chastel, notamment dans son article « L’art du geste à la Renaissance » (in La Revue de l’Art, volume 75-1, 1987, pp. 9-16).

Danser n’est-ce pas, entre autres, « mouvoir & remuer les pieds [et] mains » pour citer partiellement la définition de Thoinot Arbaud dans son Orchésographie (1589) ? Nous pourrons alors nous interroger sur le placement des pieds et des mains et réfléchir à la dimension normative induite par les manuels chorégraphiques.

Ces pistes sont données à titre indicatif et ne sont pas limitatives. Certaines peuvent faire l’objet d’une étude croisée. Nous ne restreignons pas ce colloque à une aire géographique en particulier afin de permettre de réfléchir à cette thématique sur le plan européen.

 

Les propositions de communications en français, d’une longueur de 300 à 500 mots, assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à adresser conjointement à Marie-Joëlle Louison-Lassablière (louison.lassabliere@libertysurf.fr) et Samuel Cuisinier-Delorme (samuel.cuisinier-delorme@uca.fr) avant le 1er septembre 2020. Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants en octobre 2020.

 

Comité scientifique :

Samuel Cuisinier-Delorme, Université Clermont Auvergne

Anne-Valérie Dulac, Sorbonne Université

Caroline Fischer, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Adeline Lionetto, Sorbonne Université

Marie-Joëlle Louison-Lassablière, Université Jean Monnet (Saint-Etienne)

Jean-Luc Nardone, Université Toulouse – Jean Jaurès

Meygra Entrepriza, Antonius Arena, 1537

Meygra Entrepriza, Antonius Arena, 1537, Édition bilingue – Texte établi, traduit, annoté et commenté par Marie-Joëlle Louison-Lassablière, Honoré Champion, 2020, Textes littéraires de la Renaissance N° 24. 250 p., broché, 15 x 22 cm. ISBN 978-2-7453-5273-6. 45 €

Témoignage exceptionnel d’un franc-tireur sur la Guerre de Provence de 1536, la Meygra Entrepriza est écrite en macaronique, savant mélange d’occitan, de français et d’italien latinisés. Antonius Arena y raconte l’entrée des Impériaux en Provence et la frustration de Charles Quint face à un ennemi qui se dérobe sans cesse et le prive de la bataille dont il aurait pu tirer gloire et profit. Dans un registre tantôt épique, tantôt ironique, cette œuvre en distiques élégiaques est aussi bien une revanche sur l’arrogance des puissants qu’un acte d’allégeance à François 1er.

The “Meygra Entrepriza” is an exceptional testimony written by a maverick soldier in the midst of the 1536 Provence War. Written in “macaronic”, a blend of Latinised Occitan, French and Italian, it narrates, in a part epic, part ironic spirit, the numerous setbacks endured by the army and the life of a soldier in wartime.

Marie-Joëlle Louison-Lassablière, docteur ès Lettres et chercheur à l’IHRIM CNRS 5317, travaille sur les ouvrages de pédagogie chorégraphique et les traités moralistes relatifs à la danse du XVIe siècle. Elle est également spécialiste d’Antonius Arena sur lequel elle a fait de nombreuses conférences et publié deux ouvrages ainsi qu’une vingtaine d’articles. Elle a souhaité traduire la Meygra Entrepriza pour tirer de l’oubli cette œuvre trop souvent décriée par la critique et ignorée des historiens.

Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier

Frank Lestringant, Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier, Paris, Classiques Garnier, collection « Géographies du monde » n°26, 2020, 254 p.

Dans la continuité d’un précédent ouvrage – Le Livre des îles : atlas et récits insulaires, de la Genèse à Jules Verne (Droz, 2002) –, Frank Lestringant propose un voyage dans un archipel littéraire, du XVIe siècle à nos jours. La première partie, « En partance pour les îles », est composée de deux chapitres à la prose plus poétique qu’académique qui étudient le genre de l’Isolario à la Renaissance pour suggérer que les espaces rêvés ne sont pas simplement un décor mais des éléments « essentiels du scénario onirique » (p. 21). La deuxième partie s’intéresse aux « Iles fixes » au fil de cinq chapitres analysant la place des îles dans la pensée épistémologique et dans les écritures géographiques de la Renaissance, notamment – mais pas exclusivement – dans l’œuvre d’André Thevet. Le chapitre consacré à « L’Insulaire de l’Inquisiteur » étudie l’archipel italien dans des isolarii italien du XVIe siècle. Deux autres chapitres s’intéressent à l’île comme tentation et comme scandale et analysent les liens entre îles et démons dans la cartographie et la littérature de la Renaissance (Marguerite de Navarre, François de Belleforest et André Thevet). La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux « Iles instables ». Frank Lestringant commence par étudier les « archipels sidéraux » et l’expansion de l’Insulaire au XVIIe siècle, ce qui lui permet de compléter des réflexions déjà entamées : « L’archipel, qui servait à figurer l’hypothèse de la pluralité des mondes au XVIe siècle, se transporte désormais dans l’espace céleste. L’archipel sidéral reflète et prolonge tout à la fois l’archipel terrestre » (p. 131). Les chapitres suivants sont des « bribes » – pour reprendre le jeu de mot contenu dans le titre de l’ouvrage – d’analyses consacrées à une œuvre ou un auteur via le prisme de l’insularité. Le lecteur est ainsi invité à relire Micromégas de Voltaire (« Îles des Lumières »), la floraison des robinsonnades depuis l’archétype de Wyss jusqu’à Daniel Defoe (« Des clous et des clones ») ou encore Suzanne et le Pacifique de Giraudoux. Enfin, la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, « Bribes d’îles », avance dans le temps et s’intéresse à des « Insulaires-récits du XXe siècle [qui] surgissent à une époque de crise [dont] les territoires improbables découlent de ces espaces tour à tour vides ou surpeuplés, traversés au rythme monotone du moteur, au risque de l’accident ou de la panne ». Cette avancée dans les contrées contemporaines est un élément novateur de l’ouvrage et Frank Lestringant montre brillamment que les analyses qu’il a abondamment développées pour le XVIe siècle sont tout aussi valables pour des littératures plus récentes. En étudiant la fragmentation à l’œuvre dans les ouvrages de Saint-Exupéry et de Michaux, l’auteur propose de voir ces derniers comme des descendants des moralistes du XVIIe siècle avant d’analyser le « stade suivant de la dissolution de l’archipel » à l’œuvre dans Les Villes Invisibles de Calvino. L’étude de quelques textes de Nicolas Bouvier, Maelys de Kerangal et Édouard Glissant vient clore ce voyage au fil des îles, vues comme des parenthèses négatives ou des réflexions sur la vie.

 

Rebecca Legrand.

Bernard Palissy Artisan des réformes entre art, science et foi

Juliette Ferdinand, Bernard Palissy Artisan des réformes entre art, science et foi, Berlin, De Gruyter, 2019.

In his grotto and garden concepts, Bernard Palissy (1510–1590) developed the veristic « style rustique ». It reflects the upheavals that transformed RenaissanceEurope, particularly in the fields of religion and science. Juliette Ferdinand addresses all of Palissy’s areas of interest, including ceramics, garden art, and natural philosophy. She sheds light on his demand for a reform of science and religion that should be guided by a return to the origins of nature and scripture. Beyond the astonishment that their appearance still arouses in the viewer, it isthe complexity and richness of an era that the « rustic figulines » testify to.

 

Colloque Saulnier 2020 : Littérature et arts visuels à la Renaissance

Littérature et arts visuels à la Renaissance

 12-13 mars 2020

Musée du Louvre (salle des 80)

Colloque annuel du Centre Saulnier organisé par Luisa Capodieci, Paul-Victor Desarbres,  Adeline Desbois-Ientile et Adeline Lionetto.

Le 12 mars 

9h Mot d’accueil : Jean-Charles MONFERRAN (CELLF, Sorbonne Université)

Introduction : Luisa CAPODIECI (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Paul-Victor DESARBRES (CELLF, Sorbonne Université), Adeline DESBOIS-IENTILE (Sorbonne Université), et Adeline LIONETTO (CELLF, Sorbonne Université).

Session I : Réseaux et collaborations entre auteurs et artistes

9h30 Jean BALSAMO (Reims) : L’expérience du voyage d’Italie et l’initiation des Français à la peinture (1550-1620)

Discussion et pause

10h45 Carmelo OCCHIPINTI (Università degli Studi di Roma Tor Vergata) : Brantôme et les artistes

11h15 Richard COOPER (Oxford) Illustrer les Psaumes en France à la Renaissance, artistes et traducteurs (1540-1560)

Discussion

Déjeuner pour les intervenants

Session II Dispositifs herméneutiques intersémiotiques

Texte et image

14h15 Émeline SALLÉ DE CHOU (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : François Demoulins et Érasme : Astrologie moralisée pour Louise de Savoie

14h45 Valérie AUCLAIR (UPEM) L’invention d’une reine. Catherine de Médicis, l’apothicaire et les « meilleurs ouvriers », dans l’Histoire de la Reine Artémise de l’invention de Nicolas Houel

Discussion et pause

Texte et objet

16h Paul-Victor DESARBRES (Sorbonne Université) : Jacques de Vintimille et les « devises pour Anet »

16h30 Lisa POCHMALICKI (Sorbonne Université) : Quasi à veuë d’œil : circulation de cartes et vues de ville dans la bibliothèque géographique

Discussion

Le 13 mars 

9h Mot d’accueil : Sophie Jugie et Néguine Mathieux (Louvre)

Session III Convergence des arts

9h15 Yves PAUWELS (CESR Tours) : L’année 1549 comme convergence antique et moderne (entrée Henri II / Défense et illustration de la langue française)

9h45 Frédérique LEMERLE (CESR Tours) : Androuet Du Cerceau et Guillaume Du Choul : une collaboration fructueuse ?

Discussion et pause

Session IV – Modèles revisités

11h Nicolas CORDON (Paris 1 Panthéon-Sorbonne CESR Tours) : Un décor aphrodisiaque : la Chambre de la duchesse d’Étampes à Fontainebleau, l’Aphrodite de Cnide et les blasons anatomiques du corps féminin

11h30 Blandine PERONA (Valenciennes) : Antithèses et anamorphoses. Deux exemples de la réception française d’un dispositif rhétorique et visuel mis à l’honneur par More, Érasme et Ambrosius Holbein

Discussion

Déjeuner pour les intervenants

Session V Faiseurs d’images

Le cas de l’emblème

14h15 Emmanuelle HENIN (Sorbonne Université) : Jodelle inventeur d’emblèmes

14h45 Estelle LEUTRAT (Rennes 2) : Des emblèmes à afficher : placards politiques illustrés de la fin du XVIe siècle

Discussion et pause

Les grands rhétoriqueurs

16h Adrian ARMSTRONG (Queen Mary University of London) : Jean Molinet et le visuel

16h30 Adeline DESBOIS-IENTILE (Sorbonne Université) : Jean Lemaire artiste en prose et en vers

Discussion

Fin du colloque

Entrée libre sur inscription obligatoire auprès de adelinelionetto@hotmail.com avant le 9 mars (pour des raisons de sécurité, un badge nominatif vous sera en effet remis)

De Marguerite de Valois à la reine Margot : Autrice, mécène, inspiratrice

De Marguerite de Valois à la reine Margot : Autrice, mécène, inspiratrice, dir. Catherine Magnien et Éliane Viennot, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2019.

Livrant les actes du colloque international « Marguerite de Valois 1615-2015 », tenu à Nérac en octobre 2015, le présent volume réunit treize contributions, précédées d’une introduction d’É. Viennot, qui trace les grandes lignes de la vie de Marguerite, de l’histoire de la publication de ses Mémoires et de sa postérité, sa « légende ». Un premier groupe d’articles – « Écritures en miroir » – aborde la figure d’Écho dans la lettre 115 de Marguerite, adressée à Champvallon (C. Trotot) ; les enjeux à la fois pour la reine et pour les auteurs qui lui ont adressé des épitres dédicatoires (S. Cinquin-Strobel) ; Marguerite en tant que mécène et dédicataire de traductions (V. Duché) ; les relations entre la reine et les hommes de lettres, notamment Jean Baudoin (M. Chaufour), Claude Garnier (D. Bjaï) et le cercle de poètes réuni autour d’elle pendant ses dernières années parisiennes (B. Petey-Girard) ; et une douzaine de lettres et cinq fragments de lettres de Marguerite absents de l’édition critique de sa Correspondance, dont quatre missives entièrement inédites (É. Viennot). La deuxième partie – « De la légende au mythe » – se penche sur le Divorce satyrique, analysé à partir du ms. Fr. Q. IV, 34 de la Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg (V. Chichkine) ; l’influence des Mémoires sur ceux rédigés par Mlle de Montpensier, la Grande Mademoiselle, et par Catherine II de Russie (J. Garapon) ; et la figure de Marguerite dans une vingtaine de dictionnaires biographiques des XVIIIe et XIXe siècles (N. Pellegrin), dans l’opéra-comique Le Pré aux clercs (1832) de Ferdinand Hérold (I. de Benque), dans La Reine Margot d’A. Dumas (L. Angard) et dans les fictions télévisuelles créées entre 1960 et 1989 (J. Centrès). Une brève conclusion, signée par Catherine Magnien, clôt le volume en signalant quelques nouvelles perspectives de recherches en cours ou potentielles.

Gary Ferguson.

Les contes et discours d’Eutrapel

Noël Du Fail, Les Contes et Discours d’Eutrapel, édition de Marie-Claire Thomine, Paris, Classiques Garnier, collection « Textes de la Renaissance », n°225, 2019. 

 

Résumé: Dans les Contes et Discours d’Eutrapel (1585), Noël Du Fail met à nouveau en scène le trio des Baliverneries (1548) mais l’ouvrage de la maturité a gagné en profondeur. Les récits comiques alternent avec des réflexions morales sur les sujets du temps : justice, rapports humains, maladie, politique.

Musique et société dans les provinces de l’Ouest (Aunis, Saintonge, Poitou, Guyenne) au cours des Guerres de religion 1562-1629

Musique et société dans les provinces de l’Ouest (Aunis, Saintonge, Poitou, Guyenne) au cours des Guerres de religion (1562-1629)

Colloque organisé par Julien Goeury, Isabelle His et Didier Poton.

Dans le domaine des études musicologiques, la prééminence des règnes de François Ier et d’Henri II d’une part, et de Louis XIV d’autre part, a mis dans l’ombre une longue période, moins étudiée en raison de sa fragmentation et de son hétérogénéité.

Afin de mieux cerner cette période « décentrée », permettant de faire (ou pas) le lien entre musique renaissante et musique baroque, on s’intéressera particulièrement aux provinces de l’Ouest (Aunis, Saintonge, Poitou, Guyenne).

Mettant à profit les ressources des institutions locales associées, on tiendra compte des Guerres de Religion dans leur plus grande extension (1562-1629), puisque celles-ci ont particulièrement touché ces provinces (Poitiers, La Rochelle, Niort, Angoulême, Bordeaux) et qu’elles constituent un arrière-plan historique impossible à ignorer lorsqu’on s’intéresse à la place que prend dans ll’espace social la musique, la poésie ou la danse. Sans rejouer une opposition confessionnelle bloc contre bloc, on se penchera plutôt sur une certaine cohabitation religieuse qui a pu prendre forme sous le règne d’Henri IV (dont l’itinéraire dans la région peut être retracé), afin de comprendre comment, en période de guerre comme en période de paix, ces provinces ont continué de « faire » de la musique, d’imprimer des vers ou des partitions, quelles que soient les circonstances. Le colloque abordera cette riche et passionnante période de mutation dans une perspective résolument interdisciplinaire, associant aux études musicologiques l’histoire et les études littéraires.

MERCREDI 12 FÉVRIER

14h30 : Th. Sauzeau (Univ. de Poitiers) -Un itinéraire musical d’Henri IV dans le Centre-Ouest ?

15h : L. Guillo (Centre de musique baroque,Versailles) – Géographie des sources musicales durant les Guerres de Religion : foyers, vestiges et imprimeurs en Saintonge et Aquitaine

15h30 : M. Hoareau (médiathèque de La Rochelle) – La musique mise en page : : esthétique typographique de Pierre et Jérôme Haultin (1571-1600)

16h15 : Pause

16h45 : K. Tarte (Wake Forest University) – Quelle musique pour « La puce de Madame des-Roches » ?

17h15 : B. van Wymeersch (Univ. catholique de Louvain) – Gabriel de La Charlonye, amateur,mélomane, savant et ami des plus grands

17h45 : J. Duron (Centre de Musique Baroque de Versailles) – Musiques et poésies de la Contre-réforme dans les provinces de l’Ouest

18h45 : Présentation du concert

19h30 : Concert de l’Ensemble Faenza, direction Marco Horvat.

Concert inclus dans la saison de l’abbaye (tarifs de 1 à 17 €)

JEUDI 13 FÉVRIER

9h30 : K. Hemery (Univ. de Picardie) – La musique dans les « OEuvres poétiques » d’André de Rivaudeau (Poitiers, 1566)

10h : J. Goeury (Univ. de Picardie) – « Le luth que j’accordais avec mes chansonnettes » : présence d’Agrippa d’Aubigné dans les recueils de musique notée (1579-1586)

10h30 : A.-G. Leterrier-Gagliano (Univ. Paris-Sorbonne) – « Et si je veux tenter [de] jouer quelques fois… » : Pierre de Brach ou les doutes d’un chantre du temps des guerres de Religion

11h15 : Pause

11h45 : I. His (Univ. de Poitiers) – Chanter Ovide à Niort ? Autour de l’Histoire des poètes compris au grand Olympe et en suivant la métamorphose d’Ovide […] de Christophe Deffrancs (Niort, Thomas Portau, 1595)

12h15 : M. Latour (Tufts University) – Ordonner le désordre : l’harmonie stoïcienne dans le cercle d’Henri IV

13h : Pause

14h30 : C. Pédelaborde (Univ. Bordeaux Montaigne) – Reflets du Bransles des Cieux ou Simulacre de l’Harmonie terrestre : musique et danse au temps des premiers Bourbons, des pratiques controversées

15h : D. Poton (Univ. de La Rochelle) – Retour sur une controverse entre protestants et catholiques à La Rochelle : Sermon contre les danses de Philippe Vincent (1634-1646)

15h30 : Ph. Chareyre (Univ. de Pau et des Pays de l’Adour) – « Maudite musique, instruments profanes qui nous font offenser Dieu ». Une plaidoirie contre un maître baladin à Nîmes en 1605

16h : Conclusions

Année ronsardienne, 2

L’ Année  ronsardiennne, revue dirigée par François Rouget, 2020, n° 2.

Benedikte Andersson ; Les serments de Ronsard.

Adeline Lionetto : «   Batir sus  l’incertain du sable ».  Le songe dans les Amours (1553) de Pierre de Ronsard.

François Cornilliat : «   Amour est sans milieu ».  Sur le jeu des extrêmes dans les Sonets pour Helene.

Nicolas Lombart : La poésie  contre  l’injure.  La fama ronsardienne face à la violence verbale protestante.

John Nassichuk : Ronsard et le discours poétique actuel sur  l’exécution  de Baptiste Sapin. Les vers 711-732  de la Remonstrance au peuple de France.

Denis Bjaï : Une Franciade berrichonne.  Jacques Guillot  continuateur de Ronsard.

Melissa Yinger : Narcissisme poétique et Écho-critique  dans la poésie de Pierre de Ronsard.

Cathy Yandell : Ronsard et le corps homérique.  Une génuflexion devant  l’humanisme.

Emma Fayard : La rhétorique de  l’expansion dans les Odes.  L’exemple de  l’« Avantvenue du Printemps ».

François Rouget : Ronsard et la mutation des formes.  Vers  l’effacement des  contours de la strophe lyrique.

GLANES RONSARDIENNES

François Rouget : Ronsard est-il  l’auteur de la Translation de  l’original latin  de la fondation du prieuré de Saint-Cosme ?

RONSARDIANA

Ronsard chez les bibliophiles. F. Chouayne, G. Mainssonnat, H. Beraldi et Les Œuvres (François Rouget).

Pour télécharger le bon de commande, cliquer ici.

Agrippa d’Aubigné, Le Printemps (éd. V. Ferrer)

Agrippa d’Aubigné, Le Printemps

éd. Véronique Ferrer, Genève,

Droz, collection « Texte courant », 2020.

 

La puissance fulgurante des Tragiques a longtemps éclipsé l’étrange beauté du Printemps. Maintenu sous le boisseau jusqu’au XIXe siècle, condamné depuis à des publications tronquées, le grand recueil profane d’Agrippa d’Aubigné a souffert d’une histoire éditoriale parcellaire autant que de la trop forte personnalité de son puîné. Pourtant, Le Printemps procède d’un épisode cardinal de la vie de l’auteur : sa brève histoire d’amour avec Diane Salviati (1571-1573) consacre son avènement poétique en lui donnant l’opportunité de prendre rang dans une tradition lyrique où il s’impose avec son style à rebours, entre rage et mignardise, fureur et ingéniosité, tragique et satire. Comme le Canzoniere de Pétrarque, Le Printemps accompagne la vie du poète, dont il enregistre les secousses et les changements : jusqu’à sa mort, il écrit, réécrit, complète et corrige ses pièces profanes qu’il envisage sur le tard de rassembler en recueil sans pouvoir mener à terme son projet.

À partir des manuscrits conservés à Genève, cette édition de poche propose une hypothèse herméneutique, dûment étayée, qui permet pour la première fois d’embrasser la production amoureuse d’Agrippa d’Aubigné et d’apprécier son insolente variété. Conformément aux principes de la collection, elle met à la disposition du lecteur deux versions du texte : à droite, le poème restitué dans son orthographe d’origine et sans ponctuation ; à gauche, les vers modernisés et ponctués.

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements
Avertissement
Introduction
Note sur la présente édition
Bibliographie

LE PRINTEMPS D’AGRIPPA D’AUBIGNÉ
Préface
Hécatombe à Diane
Stances
Odes
Mélanges

Annexes
Annexe 1 : Poèmes attribués à A. d’Aubigné dans l’Album de poésies de Marguerite de Valois
Annexe 2 : Table autographe du Printemps – T 159
Annexe 3 : Liste des poèmes du manuscrit T 159
Annexe 4 : Tableaux métriques

Appendices
Appendices 1-4 : Table autographe du Printemps
Appendice 5 : Main 1
Appendice 6 : Main 2
Appendice 7 : Main 3
Appendice 8 : Main 4
Appendice 9 : Mains 5 et 6
Appendice 10 : Main 7
Appendice 11 : Main 8
Appendice 12 : Main de Constant d’Aubigné
Appendice 13 : Main de l’Album de Marguerite de Valois

Glossaire
Index nominum
Table alphabétique des incipit
Table classée des incipit

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia, édition chronologique avec introduction, notes et variantes par Jean Brunel (avec la collaboration de Pierre Martin), Textes littéraires français, n°649, Genève, Droz, 2018, 709 p.

Les Elogia de Scévole de Sainte-Marthe, son œuvre la plus connue, parurent en plusieurs livraisons à partir du premier recueil de 1598, dont les chapitres et les textes allèrent en augmentant jusqu’en 1630. L’éditeur Jean Brunel, qui produit ici le sixième tome des Œuvres complètes (dont le premier volume, consacré aux œuvres de jeunesse a paru chez Droz en 2010) a fait le choix judicieux d’une présentation qui rend compte de cet enrichissement progressif : sont reproduits dans l’ordre chronologique les recueils successifs, les Elogia repris d’une édition à l’autre ne figurant qu’une fois avec l’indication de leurs éventuelles variantes. L’ouvrage donne à lire en face de chaque Elogium latin sa traduction française : c’est là que réside également la nouveauté de cette publication puisque l’on ne disposait jusqu’alors que de la traduction de Guillaume Colletet, parue en 1644 sous le titre Eloges des hommes illustres, qui depuis un siecle ont fleury en France dans la profession des Lettres. Composez en latin, par Scevole de Sainte-Marthe. Et mis en françois, par G. Colletet (Paris, A. de Sommaville et A. Courbé).

L’ouvrage offre une belle galerie de portraits qui se parcourt agréablement grâce à une présentation soignée, où viennent se glisser quelques éléments iconographiques empruntés à des sources diverses. Scévole de Sainte-Marthe se plie à l’exercice très codifié qu’est l’Elogium, qui relève du genre de l’épitaphe ; il y fait pourtant entendre, par petites touches, une voix personnelle et il y introduit de la variété : outre les éléments relevés par Jean Brunel dans son introduction (développement inégal des éloges, présence de pièces de vers, variété du lexique), on relèvera également la formule du double portrait (utilisée pour François Douaren et Éguiner Baron ; Etienne de La Boétie et Michel de Montaigne ; Pierre Ayrault et René Chopin) ou l’ouverture de quelques éloges sur une apostrophe oratoire ; ainsi Remi Belleau et Jacques Peletier se voient-ils directement apostrophés par l’auteur : « Toi en vérité, Jacques Peletier, de quel plus beau titre pourrais-je t’honorer sinon de celui de gloire inégalée du pays du Maine ? » (p. 185). La variété vient également du panorama très étendu qu’offrent les portraits sur le monde savant du XVIe siècle : aux côtés des humanistes (poètes, linguistes, historiens), on rencontre des jurisconsultes, des médecins, des mathématiciens, des personnalités politiques ou encore des hommes d’épée ; trois femmes seulement, la princesse Marguerite de Navarre (p. 290-295) et les Dames des Roches de Poitiers (p. 214-217). Pour chaque personnage dont il est fait l’éloge, Jean Brunel fournit en note quelques indications bibliographiques.

L’ouvrage est pourvu de très utiles index : index des noms latins et index des noms français de l’édition de 1630, table des illustrations, index des imprimeurs et libraires (XVIe-XVIIe siècles), des bibliothèques, monuments, musées, universités, index géographique, index historique, index des noms de personnes.

Marie-Claire Thomine.

Voyageurs de la Renaissance

Voyageurs de la Renaissance, édition de Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, Paris, Gallimard, Folio Classique, 2019, 576 pages.

La présente anthologie est due à trois spécialistes de la littérature de voyage du XVIe siècle, Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, qui ont uni leurs compétences pour proposer aux lecteurs une somme de textes édités et commentés. L’ouvrage est utile au lecteur curieux et fournit une précieuse base de travail pour des cours ou des séminaires sur la littérature géographique de la Renaissance.

En dépit de la diversité des auteurs retenus, les choix éditoriaux permettent une circulation fluide d’un texte à l’autre : les extraits d’œuvres de langue française sont proposés en version modernisée, les extraits d’œuvres en langues étrangères (principalement espagnol, également italien, portugais, anglais) sont traduits (par les soins des éditeurs, le cas échéant, ou bien sont utilisées des traductions françaises déjà existantes, datant des XVIe et XVIIe, ou plus récentes ; on notera que les récits les plus populaires connaissent dès leur publication de nombreuses traductions qui leur assurent une circulation européenne). L’ouvrage nous embarque successivement dans trois univers géographiques ; un premier volet intitulé « La marche turque » propose des extraits de Léon L’Africain, Jean Chesneau, Pierre Belon, Guillaume Postel, Nicolas de Nicolay, Jean Palerne. Le second volet nous entraîne sur « la route des Indes » avec Vasco de Gama, Gomes Eanes de Zurara, Duarte Lopes et Filippo Pigafetta, Francisco Alvarez, Jean Parmentier, Ludovico di Varthema, Jan Huygen van Linschoten, François Xavier et Fernão Mendes Pinto. Le troisième et dernier volet, consacré au « Nouveau Monde » rassemble des extraits de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Pêro Vaz de Caminha, Binaut Paulmier de Gonneville, Duarte Pacheco Pereira, Giovanni da Verrazano, Hernán Cortés, Bernal Diaz del Castillo, Alvar Nuñez Cabeza de Vaca, Jacques Cartier, Marc Lescarbot, Hans Staden, André Thevet, Vicente Rodrigues, Jean de Léry, Anthony Knivet, Jean Ribault, René de Laudonnière, Nicolas Le Challeux, Jean-Arnaud Bruneau de Rivedoux, José de Acosta ainsi qu’une lettre anonyme « Copie d’une lettre venant de la Floride envoyée à Rouen et depuis au seigneur d’Everon : ensemble le plan du fort que les Français y ont fait ».

Chaque texte est précédé d’une introduction efficace et précise qui situe l’auteur et son ouvrage dans son contexte et en fait ressortir la singularité ; des notes de bas de page résolvent les difficultés lexicales tandis que sont éclairés, par des notes de fin, les références et allusions. Un dossier complète le volume par une chronologie (1415-1615) et une bibliographie générale qui vient s’ajouter à la bibliographie spécifique proposée pour chaque auteur.

La diversité des textes – qui relèvent de genres différents (les voyageurs ne produisent pas tous des récits de voyage à proprement parler, certains écrits sont des chroniques, des missives, des journaux de bord, d’autres de quasi romans d’aventure, d’autres encore s’imprègnent de l’expérience personnelle mais sans la mettre en avant), font découvrir des terres nouvelles ou permettent au contraire la reconnaissance d’espaces balisés par une tradition textuelle et religieuse (la Terre sainte) – ajoute de l’agrément à l’intérêt scientifique de l’ouvrage ; le souci de plaire au lecteur, de ne pas l’ennuyer apparaît du reste fréquemment chez les auteurs eux-mêmes, qui invitent à une délectation « à distance » par le biais des narrations et descriptions. La forme de l’anthologie a l’avantage de faire ressortir des traits saillants de cette littérature de voyage (comme du reste de la littérature de cette époque de manière générale) : l’importance de la récriture (modèles antiques mais aussi des textes entre eux), relevée par les éditeurs dans leurs notes ; la conjugaison d’autre part, sous la plume de nombreux auteurs, des sources livresques et du témoignage personnel. L’ouvrage comporte une vingtaine d’illustrations ; celles-ci jouent un rôle essentiel : elles transmettent l’expérience d’un regard et contribuent au succès de librairie que connaissent certains textes à l’échelle européenne.

Marie-Claire Thomine.