Archives par mot-clé : mis-en-avant

Nouvelle rubrique : actualités musicales

 

                            Trois musiciennes, Flandre, c.1530 LACMA

 

Cette rubrique est consacrée aux comptes rendus de livres et aux recensions d’enregistrements de musique du XVIe siècle, et, plus largement, de la Renaissance, parus dans le monde entier et dans toutes les langues. Elle publie également l’annonce de concerts portant sur la même période en France.

Vous pouvez soumettre un compte rendu, une recension ou l’annonce d’un concert à l’adresse suivante : jorge.morales@orange.fr

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Carlo Gesualdo, Secondo libro di madrigali a cinque voci

Carlo Gesualdo (1566-1613)

Secondo libro di madrigali a cinque voci (1594)

La Compagnia del Madrigale

Glossa GCD922809. 2019, 1h07

La Compagnia del Madrigale, Carlo Gesualdo, __ - Secondo Libro Di Madrigali  - Amazon.com Music
 

La Compagnia del Madrigale nous livre un enregistrement éblouissant du Deuxième livre de madrigaux de Gesualdo, publié lorsque le compositeur arrive à la cour de Ferrare pour épouser Leonora d’Este, quatre ans après le double homicide de Naples.

Les madrigaux de ce recueil sont composés dans ce qu’il convient d’appeler « le premier style du maître », pour reprendre les mots de Marco Bizzarini, encore éloigné des harmonies tortueuses et des atmosphères de sombre stupeur qui caractérisent ses derniers livres.

Un modèle du genre est le madrigal Da l’odorate spoglie, sur un poème d’Orsina Cavaletta. La simplicité raffinée et du texte et du contrepoint montre que Ferrare était alors une des cours les plus sophistiquées d’Europe.

L’interprétation du madrigal Se così dolce è il duolo fait parfaitement entendre l’expression des sentiments contrastés de la poesia per musica du Tasse, ce qui est également le cas du madrigal O com’è gran martire, sur un poème de Guarini, dont la douceur inquiète montre une autre facette de la personnalité du compositeur.

Les chanteurs de La Compagnia restituent avec brio toute la richesse de l’orfèvrerie musico-poétique des pièces (les madrigaux Caro amoroso neo, sur un poème du Tasse, et Sento che nel partire valent le détour) et font goûter à l’auditeur tous les ingrédients dramatiques des madrigaux de ce livre, finement choisis par le compositeur et magnifiquement interprétés. En dévoilant des aspects peu connus de sa production madrigalesque, La Compagnia del Madrigale brosse un portrait plus complet de ce prince musicien.

En complément de ce remarquable enregistrement, sont proposés huit madrigaux de plusieurs compositeurs influencés par les techniques de composition gesualdiennes dont le plus impressionnant est le madrigal Ecco morirò dunque ! de Sigismondo D’India. Les interprètes donnent à entendre toute la vertigineuse audace harmonique de ce bijou de la production romaine du musicien.

Cet enregistrement est l’un des plus fins témoignages de la fécondité de la musique de Gesualdo ainsi qu’un vibrant hommage au musicologue Anthony Newcomb, spécialiste de renom du madrigal ferrarais, disparu en 2018, à qui ce disque est dédié.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance

LE XVIE S. DANS LES PROGRAMMES : LETTRES

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

Année 2021-2022

LETTRES

Version PDF à télécharger ici.

Agrégations de Lettres 2022

Joachim Du Bellay, Les Regrets, suivi des Antiquités de Rome et du songe, LGF, Le Livre de Poche classique, 2002.

CAPES de Lettres 2022

Corpus de quatre œuvres pour le nouveau concours, session 2022

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Classes préparatoires concours 2022

• A/L 2022
Corpus de quatre œuvres littéraires pour l’épreuve de tronc commun

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Corpus de trois œuvres littéraires pour l’épreuve d’option

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

• CPGE scientifiques
Corpus de trois œuvres littéraires et philosophiques

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Lycée (filière générale)

• Seconde
Le programme de français comprend quatre objets d’étude en français, dont un inclut le XVIe siècle :

–  La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle

–  La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

–  Le roman et le récit du XVIIIe siècle au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

• Première
Le programme de français est renouvelé par quart tous les ans, autour de quatre objets d’étude, dont deux incluent le XVIe siècle :

–  La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

–  La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

–  Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Une œuvre du XVIe siècle figure dans le programme 2022, pour quatre ans :

Rabelais, Gargantua (axe : La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle ; parcours : Rire et savoir)

• Option Humanités, littérature et philosophie (HPL)
Le programme ne comporte pas d’œuvres imposées, mais un parcours d’histoire littéraire. Le XVIe siècle figure en première, au second semestre, autour du thème «Les représentations du monde ». Un large choix d’œuvres est proposé aux enseignants :

Extrait des programmes :

Les représentations du monde

Période de référence : Renaissance, Âge classique, Lumières

– Découverte du monde et pluralité des cultures

Bartolomé de las Casas, Brève relation de la destruction des Indes (1552). Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Giordano Bruno, De l’infini, de l’univers et des mondes (1584). Montaigne, Essais, I.31 [Des Cannibales] (1588).

– Décrire, figurer, imaginer

Alberti, De la Peinture (1441). Dürer, Traité des proportions (1528). Thomas More, Utopia (1516). Rabelais, Le Quart-Livre (1552). André Thévet, Les singularitez de la France antarctique (1557). Benvenuto Cellini, Vie de Benvenuto Cellini par lui-même (1567). Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes [Discours préliminaire, De l’origine des arts du dessin] (1568). Montaigne, Essais, III.6 [Des coches] (1588).

– L’homme et l’animal

Montaigne, Essais, II.12 [Apologie de Raymond Sebond] (1580-1588). A. Paré, Des monstres et prodiges (1573).

Collège

Le XVIe siècle est peu présent dans les programmes de français du collège. Ci-dessous, quelques parties du programme dans lesquels il peut trouver sa place.

Extraits des programmes :

5e. Thème : Se chercher, se construire

Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

On peut étudier :
–en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 3 : « Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles »), des extraits d’œuvres évoquant les grandes découvertes (récits contemporains ou postérieurs à cette époque, non fictifs ou fictifs) On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des poèmes évoquant les voyages et la séduction de l’ailleurs ou un roman d’aventures.

L’être humain est-il maître de la nature ?

On peut étudier ou exploiter :
−en lien avec la programmation annuelle en histoire et en géographie, des descriptions réalistes ou poétiques, des enluminures, des œuvres gravées ou peintes témoignant de l’art de discipliner la nature du Moyen Âge à l’époque classique, ou d’en rêver les beautés réelles ou imaginaires ;

−des récits d’anticipation, des témoignages photographiques sur l’évolution des paysages et des modes de vie.

4e. Thème : Se chercher, se construire

Dire l’amour

On étudie :
−un ensemble de poèmes d’amour, de l’Antiquité à nos jours.
On peut aussi étudier une tragédie du XVIIe siècle, une comédie du XVIIIe siècle ou un drame du XIXe siècle, ou encore des extraits de nouvelles, de romans et de films présentant l’analyse du sentiment amoureux.

3e. Thème : Vivre en société, participer à la société

Dénoncer les travers de la société
On étudie :
−des œuvres ou textes de l’Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet) et

−des dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinée.
On peut aussi exploiter des extraits de spectacles, d’émissions radiophoniques ou télévisées, ou de créations numériques à caractère satirique.

Dernière actualisation : octobre 2021

Un siècle d’excellence typographique : Christophe Plantin & son officine (1555-1655)

Un siècle d’excellence typographique : Christophe Plantin & son officine (1555-1655)

 

 

19 novembre 2021 – 19 février 2022

Bibliothèque Mazarine (Paris)

Le monde du livre célèbre le 5e centenaire de la naissance de Christophe Plantin (vers 1520-1589). Originaire de Touraine, formé à la reliure, il s’installe vers 1549 à Anvers, qui est déjà une plaque tournante du commerce international. Il y établit en 1555 les fondements de la plus vaste entreprise d’imprimerie que l’Europe d’Ancien Régime ait connue.

Génie des affaires et typographe de talent, Plantin acquiert une position officielle avec sa nomination, en 1570, en qualité d’architypographe du roi d’Espagne Philippe II, qui règne alors sur l’ensemble des Pays-Bas. Son officine, qui a pris pour enseigne « le Compas d’Or », devient l’un des plus importants soutiens éditoriaux de la Contre-Réforme, ce qui ne l’empêche pas de se livrer à quelques activités clandestines. À sa mort, elle passe à son gendre Jan I Moretus, et reste entre les mains de la famille jusqu’au XIXe siècle.

Dès l’origine la production de Plantin se signale par son élégance. Sa correspondance, comme les archives de l’entreprise, exceptionnellement conservées, témoignent d’amples ambitions commerciales et d’une grande attention accordée aux attentes des publics et des marchés. Elles documentent aussi un soin extrême apporté à la conception des livres.

Le premier siècle d’activité de la maison Plantin Moretus, particulièrement brillant, ses stratégies éditoriales et les exigences de sa production sont au cœur de cette exposition. Elle montre comment Christophe Plantin et ses successeurs ont transformé l’esthétique du livre de la Renaissance et inauguré l’ère baroque de la mise en page, en mobilisant un matériel typographique et ornemental nouveau, en promouvant la gravure sur cuivre, en sollicitant de manière privilégiée le peintre Pierre Paul Rubens ou des illustrateurs et graveurs de talent (Pieter van der Borcht et les frères Wierix, Charles de Mallery ou Cornelis Galle). Dans ce siècle d’or, l’officine plantinienne conçoit plus de 5 000 éditions, où la séduction visuelle rejoint la recherche de lisibilité et d’efficacité.

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine
et Cultura Fonds Library (De Eik nv, Dilbeek)
en collaboration avec le Musée Plantin-Moretus (Anvers).

Publication : Un siècle d’excellence typographique : Christophe Plantin & son officine (1555-1655)
= A Century of Typographical Excellence: Christophe Plantin and the Officina Plantiniana (1555-1655),
(coédition Bibliothèque Mazarine / De Eik nv / Éditions des Cendres, 2020 : 48 €).

Commissariat de l’exposition : Joran Proot, Yann Sordet & Christophe Vellet

Exposition virtuelle

 

Illustration : Rubens, Christophe Plantin, Anvers, Musée Plantin-Moretus (WGA).

Agrippa d’Aubigné. Conférence de Jean-Raymond Fanlo, 7 décembre 2021

 

7 décembre 2021, 17h30

Dans le cadre de l’Assemblée générale annuelle de l’Association des Amis d’Agrippa d’Aubigné, Jean-Raymond FANLO, professeur émérite de l’université d’Aix-Marseille, éditeur des Tragiques, des Écrits politiques et co-éditeur des œuvres d’Agrippa d’Aubigné aux éditions Classiques Garnier, propose une conférence intitulée « Une nouvelle édition de manuscrits de poésies polémiques d’Agrippa d’Aubigné ». Ces poésies françaises et latines, parfois violentes, parfois ludiques, révèlent des aspects insoupçonnés de l’homme et de l’œuvre.

Plus d’informations sur Aubigné sur le site : http://www.agrippadaubigne.org/

Contact : nancy.oddo@sorbonne-nouvelle.fr

Participer avec Google Meet : meet.google.com/ycw-wjio-vnt

 Maison de la recherche 

4 rue des Irlandais (salle du Conseil) 

75005 Paris

Cahiers Tristan L’Hermite XLIII – 2021

CAHIERS TRISTAN L’HERMITE

XLIII – 2021

TRISTAN ET LA POÉSIE DU XVIE SIÈCLE

Alain GÉNETIOT
Hériter la poésie de la Renaissance : Tristan à la croisée des chemins /
Inheriting the poetry of the Renaissance: Tristan at the crossroads
Jean BALSAMO
La mention du peintre : un « lieu » de la célébration amoureuse.
Tristan, « Bonard », et les poètes français de la Renaissance /
Mentioning the painter: A “Commonplace” of the celebration of romantic. Tristan, “Bonard,” and French Renaissance poets
Anne-Pascale POUEY-MOUNOU
Du Bellay, Ronsard, Tristan : autour de quelques sonnets des Amours /
Du Bellay, Ronsard, Tristan: On some sonnets from the Amours
Jole MORGANTE
Parcours textuels de Pietro Bembo à Tristan LHermite /
Textual paths from Pietro Bembo to Tristan LHermite
Agnès REES
La poésie de lArioste dans lœuvre de Tristan LHermite /
Ariostos poetry in the works of Tristan LHermite
Françoise GRAZIANI
La Querelle du Tasse /
The Tasso quarrel
Adeline LIONETTO
Orphée et les emmancheurs de balais. Tristan héritier de la poésie festive du xvie siècle /
Orpheus and the broom handle makers. Tristan as heir to the festive poetry of the sixteenth century
Céline BOHNERT
Ceci nest pas une source.
Natale Conti dans les Annotations aux Plaintes dAcante (1633) /
This is not a source.
Natale Conti in the
Annotations to Plaintes dAcante (1633)
Véronique ADAM
Tristan et Clément : portrait du poète en auteur /
Tristan and Clément: Portrait of the poet as an author
François ROUGET
Ordo neglectus : Remarques sur la disposition
des recueils poétiques de Tristan LHermite /
Ordo neglectus: Remarks on the arrangement
of Tristan L
Hermites poetry collections
Bibliographie – Chronique /
Bibliography—Column
par/by Sandrine BERRÉGARD

 

Pour plus de détails, lien vers le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

Illustration : Jan Brueghel, L’Ouïe, détail, Madrid, Prado (WGA).

Le XVIe s. dans les programmes : Histoire, Histoire des arts

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

 

Version PDF à télécharger Ici.

Année 2021-2022

HISTOIRE

Agrégation histoire 2022

Histoire moderne : Le monde de l’imprimé en Europe occidentale (vers 1470 – vers 1680).

CAPES histoire 2023

Le XVIe siècle n’est pas représenté pour la session 2022, mais il est englobé dans une question pour la session 2023 :

La construction de l’État monarchique en France de 1380 à 1715.

Classes préparatoires concours 2022

A/L 2022

L’époque moderne figure au programme pour la spécialité histoire et géographie de l’ENS Lyon :

Les femmes en France dans la société d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècle)

Lycée (filière générale)

Le programme de tronc commun est chronologique. Le monde moderne est étudié en seconde.

• Seconde

Le programme est intitulé « Grandes étapes de la formation du monde moderne ». Les thèmes 2 et 3 incluent la période de la Renaissance.

Thème 2 : XVe-XVIe siècles : un nouveau rapport au monde, un temps de mutation intellectuelle (2 chapitres, 11-12 h d’enseignement)

Extraits des programmes

Chapitre 1 : L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau monde »

Objectifs du chapitre :

Ce chapitre vise à montrer le basculement des échanges de la Méditerranée vers l’Atlantique

après 1453 et 1492, ainsi que le début d’une forme de mondialisation. On peut mettre en avant les conséquences suivantes en Europe et dans les territoires conquis :

– la constitution d’empires coloniaux (conquistadores, marchands, missionnaires…).

– une circulation économique entre les Amériques, l’Afrique, l’Asie et l’Europe.

– l’esclavage avant et après la conquête des Amériques.

– les progrès de la connaissance du monde.

– le devenir des populations des Amériques (conquête et affrontements, évolution du peuplement amérindien, peuplement européen, métissage, choc microbien).

Points de passage et d’ouverture :

– L’or et l’argent, des Amériques à l’Europe.

– Bartolomé de Las Casas et la controverse de Valladolid.

– Le développement de l’économie « sucrière » et de l’esclavage dans les îles portugaises et au Brésil.

Chapitre 2. Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

Objectifs du chapitre :

Ce chapitre vise à montrer comment l’effervescence intellectuelle et artistique de l’époque aboutit à la volonté de rompre avec le «Moyen Âge» et de faire retour à l’Antiquité.

On peut mettre en avant :

– l’imprimerie et les conséquences de sa diffusion.

– un nouveau rapport aux textes de la tradition.

– une vision renouvelée de l’homme qui se traduit dans les lettres, arts et sciences.

– les réformes protestante et catholique qui s’inscrivent dans ce contexte.

Points de passage et d’ouverture :

– 1508 : Michel-Ange entreprend la réalisation de la fresque de la Chapelle Sixtine.

– Érasme, prince des humanistes.

– 1517 : Luther ouvre le temps des réformes.

Thème 3 : L’État à l’époque moderne : France et Angleterre (2 chapitres, 11-12h d’enseignement)

Extrait des programmes

Chapitre 1. L’affirmation de l’État dans le royaume de France

Objectifs du chapitre : Ce chapitre vise à montrer l’affirmation de l’État en France dans ses

multiples dimensions ainsi qu’à caractériser la monarchie française.

On peut mettre en avant :

– le rôle de la guerre dans l’affirmation du pouvoir monarchique ;

– l’extension du territoire soumis à l’autorité royale;

– le pouvoir monarchique et les conflits religieux;

– le développement de l’administration royale, la collecte de l’impôt et le contrôle de la vie

économique;

– la volonté du pouvoir royal de soumettre la noblesse; les limites de l’autorité royale.

Points de passage et d’ouverture :

– 1539 : L’ordonnance de Villers-Cotterêts et la construction administrative

Dans le second chapitre, consacré au modèle britannique et à son influence, il n’y a pas d’étude du XVIe siècle.

Remarque : C’est le thème 2 en classe de seconde qui met véritablement le XVIe siècle au coeur du programme et des apprentissages des élèves. Dans le chapitre 1, il est possible d’envisager notamment les progrès de la cartographie et la diffusion du savoir au temps de la Renaissance. Dans le chapitre 2, il est fortement recommandé de travailler avec les élèves sur des figures d’érudits humanistes (la double page sur Erasme est désormais systématique dans les manuels d’histoire de seconde) comme sur des humanistes imprimeurs, des peintres de la Renaissance et des réformateurs.

Dans les programmes de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques, le XVIe siècle est peu présent. Il n’est mentionné que pour la classe de terminale :

Terminale

Thème 6 : L’enjeu de la connaissance

Donner accès à la connaissance : grandes étapes de l’alphabétisation des femmes du XVIe siècle à nos jours dans le monde.

Collège

Le programme du collège est chronologique. Le XVIe siècle figure en classe de 5e.

Extraits des programmes 5e

Thème 3 : Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles

• Le monde au temps de Charles Quint et Soliman le Magnifique.

• Humanisme, réformes et conflits religieux.

• Du Prince de la Renaissance au roi absolu. (François Ier, Henri IV, Louis XIV)

Aux XVe et XVIe siècles s’accomplit une première mondialisation : on réfléchira à l’expansion européenne dans le cadre des grandes découvertes et aux recompositions de l’espace méditerranéen, en tenant compte du rôle que jouent Ottomans et Ibériques dans ces deux processus historiques. Les bouleversements scientifiques, techniques, culturels et religieux que connaît l’Europe de la Renaissance invitent à réinterroger les relations entre pouvoirspolitiques et religion.

À travers l’exemple français, on approfondit l’étude de l’évolution de la figure royale du XVIe au XVIIe siècles, déjà abordée au cycle 3.

HISTOIRE DES ARTS

Lycée (filière générale)

• Seconde

L’enseignement optionnel d’histoire des arts inclut la Renaissance dans les « périodes » 2 et 3 (séquences d’enseignement de minimum 9h). Pour chaque période, l’enseignant choisit un « foyer chrono-géographique », dont :

Période 2 : du IVe au XVIe siècle

Dernière actualisation : octobre 2021

– le Yucatan, du XIe au XVIe siècle ;

– Florence, du XIVe au XVIe siècle ;

– les Flandres, XVe et XVIe siècles.

Période 3 : du XVIe au XIXe siècle

– Venise ou Rome, du XVIe au XVIIIe siècle ;

– le royaume de Bénin, du XVIe au XVIIIe siècle ;

– les châteaux royaux français, du XVIe au XVIIIe siècle ;

– l’Inde moghole, du XVIe au XVIIIe siècle

• Première (option et spécialité)

Le XVIe siècle ne figure pas au programme pour l’année 2021-2022.

• Terminale (option et spécialité)

Le XVIe siècle ne figure pas au programme pour l’année 2021-2022.

Collège

Le XVIe siècle est compris dans la thématique 4 du cycle 4 (5e, 4e, 3e) :

4. État, société et modes de vie (XIIIe-XVIIIe s.)

– Définition et hiérarchie des genres artistiques.

– Changements dans l’habitat, le décor et le mobilier.

– Danse populaire, danse de cour, danse stylisée.

– Évolution des sciences et techniques, évolution des arts.

Illustration : Giovanni Pietro Birago, Livre de grammaire latine de Maximilien Sforza, Milan, Biblioteca Trivulziana, Ms 2167 (WGA).

Conférences d’agrégation sur Du Bellay

L’enregistrement vidéo de trois conférences consacrées au programme d’agrégation sur les recueils romains de Joachim Du Bellay (Université Bordeaux Montaigne, 24 octobre 2021) vient d’être mis en ligne sur le site du Centre Montaigne :

– Marie-Bénédicte Le Hir (UBM-CESR) : «Les Regrets comme poésie de la vertu : le modèle hésiodique»

– Nina Mueggler (Université de Fribourg) : «Du Bellay en ses Regrets : ‘je’ et les autres»

–  Agnès Rees (UTLM) :  «Douce mère d’amour, gaillarde Cyprienne…» : étude littéraire des sonnets 89-100 des Regrets. 

La célébration des Illustres en Europe, 25-26 novembre [en ligne]

La célébration des Illustres en Europe (1580-1750) : vers un nouveau paradigme?

Celebrating the Illustrious in Europe, (1580–1750): Towards a New Paradigm?

 

Online, 25–26 November 2021

Colloque organisé conjointement par l’UNIL (Section d’Histoire de l’art) et par l’Université de Bourgogne (LIR3S CNRS UMR 7366) avec le concours de la Conférence universitaire de Suisse occidentale (CUSO)

Le colloque se propose d’explorer une partie des productions biographiques d’une période usqu’alors peu étudiée sous cet angle. Les deux journées ont pour objectif de mieux comprendre comment se transformèrent, entre 1580 et 1750, les modes de célébration de la gloire des illustres, tant par l’écrit que par l’image, en tenant compte de l’ensemble des médiums que constituent le livre, l’estampe, la peinture, la sculpture ou encore la médaille.

Organisation
• Antoine Gallay (Université de Tel Aviv – The Cohn Institute), antgallay@hotmail.com
• Carla Julie (Université de Lausanne – Université de Bourgogne), carla.julie@unil.ch
• Matthieu Lett (Université de Bourgogne – LIR3S), matthieu.lett@u-bourgogne.fr

Comité scientifique
• Jan Blanc, professeur d’histoire de l’art de la période moderne (Université de Genève)
• Estelle Doudet, professeure de littérature française (Université de Lausanne)
• Laurence Giavarini, maîtresse de conférences HDR en littérature des XVIe et XVIIe siècles (Université de Bourgogne – LIR3S)
• Christian Michel, professeur d’histoire de l’art de la période moderne (Université de Lausanne)
• Frédéric Tinguely, professeur de littérature française (Université de Genève)

Lien du colloque:
https://unil.zoom.us/j/92708025500
ID de réunion : 927 0802 5500

J E U D I ,  2 5  N O V E M B R E  2 0 2 1

9.15  Accueil

9.30  Introduction
• Antoine Gallay, Carla Julie, Matthieu Lett

10.00  Session 1: Nouveaux Illustres
Président de séance : Matthieu Lett
• Rémi Jimenes (Université de Tours) et Estelle Leutrat (Université Rennes 2) — Gabriel-Michel de La Rochemaillet, Jean Le Clerc et Les pourtraicts de plusieurs hommes illustres qui ont flory en France depuis l’an 1500
• Paula Almeida Mendes (CITCEM – Université de Porto) — Les ‘femmes illustres’: représentations littéraires et culturelles au Portugal, XVIe–XVIIIe siècles
• Malcolm Baker (University of California, Riverside) — How did images make modern authors illustrious?

12.30  Pause déjeuner

14.00  Session 2: Nouveaux Régimes de Célébration
Président de séance : Frédéric Tinguely
• Marion Deschamp (Université de Lorraine) — En être, ou pas. Conversions, redéfinitions et exclusions de l’économie des grandeurs dans les recueils protestants d’hommes illustres, XVIe– XVIIe siècles
• Pascale Cugy (Université Rennes 2) — Le monde du spectacle dans les portraits en mode parisiens (1690–1710) : à propos de la célébration gravée de quelques noms de la Comédie-Française et de l’Opéra
• Sophie-Luise Mävers (Universität zu Köln) — A faceless gallery of illustrious scientists and artists? Sébastien Leclerc’s orchestration of an institutional utopia
• François Lavie (Université Paris 8) — Recueillir les bons mots des « personnes illustres » dans la France moderne : pratiques de compilation et célébration de l’esprit des grands hommes, 1680–1750

V E N D R E D I ,  2 6  N O V E M B R E  2 0 2 1

9.30  Session 3: Desseins Politiques
Président de séance : Laurence Giavarini
• Stanis Perez (Maison des sciences de l’homme Paris-Nord) — La Gallerie des femmes fortes : de la collection historiographique au miroir politique
• Margaux Prugnier (Université Paris Nanterre) — De la célébration des Grands à celle des Lorrains : les œuvres de Dom Calmet (1672–1757) au gré des évolutions de la France de la première moitié du XVIIIe siècle
• Craig Hanson (Calvin University, Grand Rapids) — Thomas Birch’s Heads of Illustrious Persons (1743–1751). Collecting Art, Collecting National Histories

12.00  Pause déjeuner

13.30  Session 4: De la Collection à la Célébration
Président de séance : Antoine Gallay
• Clarisse Evrard (Université de Lille) — Regard d’un illustre sur ses pairs : l’Armamentarium Heroicum, de la collection d’armures au théâtre de papier
• Carla Julie (Université de Lausanne – Université de Bourgogne) — Curieux d’estampes et Illustres dans la France du XVIIe siècle : autour de Michel de Marolles
• Maxime Martignon (Université Paris Nanterre) — Choisir les Illustres : Michel Bégon et le projet biographique

16.00  Conclusion
• Christian Michel (Université de Lausanne)

Diane en son paradis d’Anet, rencontre avec Dominique Cordellier, 24 novembre 19h

Diane en son paradis d’Anet

Rencontre avec Dominique Cordellier

Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre

 

Mercredi 24 novembre, 19h

Librairie Delamain

155 rue Saint-Honoré

75001 Paris

 

à l’occasion de la parution de l’ouvrage :

 

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du Château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Paris, Le Passage, 2021.

 

Diane de Poitiers (1500-1566), veuve de Louis de Brézé et favorite du roi Henri II, fait bâtir avec l’appui d’un amant de vingt ans son cadet et le concours des artistes de Fontainebleau le château d’Anet, chef d’œuvre de l’architecture de la Renaissance française.

Mais c’est cette autre Diane, la chasseresse des Anciens, vive et farouche, dont la superbe figure coïncide si bien avec celle de la maîtresse des lieux, qui apparaît dans les deux principaux cycles narratifs du château : celui d’une célèbre tenture de tapisseries en onze pièces, et celui des vitraux en émail blanc qui occupaient les fenêtres du premier étage, notamment celles de l’appartement du roi.

Ce livre, qui conjugue et accorde les recherches de cinq historiens (de la littérature, du dessin, de la peinture et du vitrail), s’attache à ces deux ensembles, les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Il révèle le programme des tapisseries, sonde sa maîtrise des humanités, prend en compte sa date plus précoce qu’on ne le pensait – 1547 – et donne le nom de son auteur, le poète Jacques de Vintimille, habile précurseur de la Pléiade. L’ouvrage montre aussi qu’un peintre de l’école de Fontainebleau, Charles Carmoy, collaborateur de Primatice que Rabelais avait pris soin de mentionner dans son Pantagruel, dut en donner les dessins et les cartons.

L’examen de toutes ces œuvres signale que, dans les vitraux comme dans les tapisseries, l’histoire et le mythe prenaient place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permettait à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Sous la direction de Dominique Cordellier, Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre. Textes de Luisa Capodieci, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Dominique Cordellier, Paul-Victor Desarbres, Maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Françoise Gatouillat, Ingénieur de recherche honoraire au ministère de la Culture et de la Communication et Cécile Scailliérez, Conservateur général du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre.

Présentation du livre sur le site de l’éditeur.

Quête de sens. Figuration et éloquence des symboles dans l’art des temps modernes

Luisa Capodieci (Maître de conférences en Histoire de l’art moderne à l’université Paris Panthéon Sorbonne)

 

soutiendra son Habilitation à diriger des recherches qui aura lieu au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours, le 4 décembre 2021 à partir de 14h00 dans la salle Rapin.

Le dossier, intitulé Quête de sens. Figuration et éloquence des symboles dans l’art des temps modernes, comporte :

  • un mémoire inédit intitulé L’œil d’Osiris. Visions de l’Égypte dans l’art profane de la Renaissance entre France et Italie au XVIe siècle (résumé ci-dessous)
  • une synthèse du parcours scientifique ;
  • un recueil comprenant une sélection de 27 articles.

 

Le jury est composé par :

Marion Boudon-Machuel, CESR (garante) ; Maurice Brock, CESR (membre invité) ; Dominique Cordellier, Musée du Louvre ; Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance, Château d’Ecouen ; Nadeije Laneyrie-Dagen, ENS, Paris ; Bruno Petey-Girard, Université Paris-Est Créteil ; Anne Rolet, Université Rennes 2 ; John Tresch, The Warburg Institute, Londres.

 

L’œil d’Osiris. Visions de l’Égypte dans l’art profane de la Renaissance entre France et Italie au XVIe siècle

Résumé

Pourquoi François Ier et le Cardinal de Lorraine se déguisent en sphinx pendant l’une des nombreuses mascarades organisées à la cour ? Pourquoi le poète Pontus de Tyard imagine un bassin isiaque dans le château d’Anet ? Pourquoi Étienne Dupérac copie à Rome la statue du prince et grand prêtre Padiimenemipet aujourd’hui au Louvre ? Enfin, quel est le rôle joué par l’Italie dans la renaissance française de l’Égypte ?

Cette recherche porte sur l’interaction complexe entre continuité historique et artistique, discontinuité, survie et re-naissance. Avec la discontinuité vient le changement. Nous proposons donc de retracer l’histoire de la réception et des métamorphoses des monuments et des images égyptiennes à la Renaissance qui avaient d’abord germé et fleuri en Italie et avaient été ensemencés par la suite dans l’humus particulièrement fertile du « jardin France ». Quelles étaient les conditions de cette implantation et les raisons de la naissance d’une « manie » qui a traversé les siècles jusqu’à Champollion, et bien au-delà ?

En suivant une approche multidisciplinaire, nous examinons les nombreuses variations du revival français de l’Égypte au XVIe siècle et de ses enjeux culturels et politiques : la résurrection d’Hermès Trismégiste, la réinvention des hiéroglyphes, la transfiguration des dieux, les voyages d’exploration, la recherche antiquaire, les reconstructions éphémères ou permanentes de monuments égyptiens.

Pendant sa renaissance française, l’Égypte prend de nouvelles significations et fait l’objet d’associations inédites ; elle est interprétée, comprise, mal comprise et, bien sûr, manipulée à des fins politiques. Jean Desmoulins réélabore à l’intention de Louise de Savoie les hiéroglyphes de l’Hypnerotomachia Poliphili ; un couple de statues égyptisantes surveille la porte du pavillon des Armes du Château de Fontainebleau ; un obélisque éphémère monumental, orné de hiéroglyphes encomiastiques expressément inventés pour l’occasion, est érigé lors de l’entrée parisienne d’Henri II en 1549 ; un sphinx avec une mystérieuse phrase latine donne accès au château de Claude d’Urfé dans le Forez… Sans oublier que la première édition illustrée desHieroglyphica d’Horapollon est publiée à Paris en 1543.

Cette première égyptomanie française – en entendant par là le processus créatif néo- égyptien – est un élément crucial de la Renaissance européenne. C’est aussi l’histoire du destin et des multiples significations de l’Égypte à travers l’espace et le temps. Une histoire d’éclat du savoir, de croyances magiques, de manie antiquaire et de grandeur politique qui possède une place de premier plan dans l’histoire de la civilisation occidentale.

L’œil d’Osiris, œil divin qui voit tout, symbole de pouvoir, talisman protecteur assurant la renaissance, nous est donc apparu comme le titre le plus approprié pour exprimer le contenu de notre travail où il est question de vision/s, de pouvoir et de Renaissance.

 

Illustration : Michel-Ange, Étude pour Cléopâtre, Florence, Casa Buonarroti (WGA).

LA FORME VERSIFIÉE DU DIALOGUE DANS LES GENRES NARRATIFS (XVE-XVIIE SIÈCLES), 26 novembre

LA FORME VERSIFIÉE DU DIALOGUE DANS LES GENRES NARRATIFS (XVE-XVIIE SIÈCLES)

 

 

LE 26 NOVEMBRE 2021
9h00 – 16h30
Cette journée d’étude, organisée dans le cadre du projet “Écriture des genres” de l’axe 1, porte sur les dialogues dans les genres narratifs en vers du XVe au XVIIe siècles.

Il s’agit d’observer comment, à une époque où les récits en vers persistent à des degrés divers à côté d’une littérature en prose, les auteurs et autrices adaptent la forme du dialogue à leurs contraintes métriques et narratives spécifiques. Les enjeux d’un tel choix sont essentiellement stylistiques et poétiques. Il faut voir en particulier, dans le cadre métrique, les modalités de l’intégration du dialogue dans le récit, les traits d’oralité éventuels et la conduite rhétorico-argumentative du discours. À une époque où une culture de l’écrit s’instaure progressivement, la représentation de l’oral dans une littérature en vers qui joue de ses contraintes avec virtuosité, implique des techniques narratives et métriques élaborées. D’où l’intérêt de tenter de mettre au jour les spécificités dialogales de la forme vers par rapport à la forme prose.

Programme.

En pratique

Journée organisée sur place et à distance.
Pour participer en ligne cliquez sur ce lien (Zoom).

Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire
Maison des Langues et des Cultures
Salle Jacques Cartier

CONTACTS

La querelle des renaissances : une catégorie en débat, 26 novembre

La querelle des renaissances :

une catégorie en débat

Journée d’études

26 novembre 2021

Université Paris 8

De la Renaissance de Michelet et de Burckhardt aux « renaissances » médiévales d’Ampère et du débat académique américain, la catégorie historiographique n’a cessé de faire débat chez les historiens modernistes et médiévistes. Dans les dernières décennies du XXe siècle, les études sur la ou les « renaissances » se sont multipliées : il s’est agi d’abord d’affirmer la pluralité des « re- naissances » et d’affiner la définition historique de la catégorie, mais aussi, de plus en plus, de contester sa pertinence, voire de dénoncer une imposture. Ce qui fut alors entrepris, c’est bien une sorte de procès de la Renaissance.

De fait, tandis que ce terme est devenu un outil critique et historiographique largement partagé, la catégorie s’est fragilisée : on lui ôte ou l’on revendique sa majuscule ; on relativise sa dimension historique en passant du singulier au pluriel ; on suggère son obsolescence en lui substituant une autre catégorie, surtout dans le monde anglo-américain, celle « d’early modern » (« première modernité »), ou de « pre-modern » (pré-modernité) ; on la conteste en créant des catégories critiques alternatives : « contre-renaissance », « anti-renaissance ». Mais en même temps que la notion de « renaissance » était remise en question et soumise à un processus de déconstruction, elle a fait l’objet de réappropriations ou de réhabilitations.

D’un siècle à l’autre, d’une décennie à l’autre, la catégorie historique de Renaissance constitue un outil polémique, dont la mobilité et la flexibi- lité épistémologiques, les enjeux idéologiques et la charge symbolique ne cessent de susciter des querelles interprétatives.

Cette journée d’étude se propose de revenir sur cette querelle au long cours en confrontant les disciplines, les siècles et les aires géographiques. Les différentes contributions auront vocation à nourrir le troisième volume d’une série de quatre ouvrages prévus par notre programme de recherche : Renaissances 3. Une catégorie en débat : enjeux disciplinaires et diffusion des savoirs (XIXe-XXIe siècle).

Programme de la journée.

Programme de recherche – Université Paris Lumières

www.renaissances-upl.com

Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique