Archives par mot-clé : accueil

Motion de la SFDES contre la réforme de la formation des enseignant.e.s

Les « écoles normales du XXIe siècle » souhaitées par le gouvernement vont transformer en profondeur la formation initiale et le recrutement des professeurs. Les récentes précisions officielles, par la prise de parole présidentielle, révèlent l’ampleur des changements à venir, notamment pour la formation des professeur.e.s du second degré. 

Si l’on ne peut que se féliciter que soit mis un terme à la réforme de 2019 portée par Jean-Michel Blanquer, très contestée et qui n’a fait qu’accentuer la crise du recrutement des professeurs, la SFDES souhaite exprimer de vives inquiétudes quant aux mesures qui se profilent.

Sur le plan formel, le caractère flou et partiel, mas aussi les lenteurs des annonces, qui rendent une mise en œuvre sereine tout à fait impossible, et qui compromettent les chances-mêmes d’une formation de qualité, sont un inconvénient majeur, déjà dénoncé par la plupart des doyens et des présidents des universités.

En outre, la SFDES, en tant que société savante impliquée dans les programmes des concours et dans la promotion de la langue, de la littérature, des arts et de la culture de la Renaissance, s’inquiète du recul annoncé du concours au niveau L3, qui signifie une réduction de la part disciplinaire offerte aux étudiants avant leur mise en situation devant des élèves. Le concours était situé depuis plus de trente ans à bac +4 et, depuis 2021, en fin de M2 (bac +5). Cette durée des études était en cohérence avec le sens de la mission des formations universitaires préparant le concours du Capes à l’université, définies comme permettant aux étudiant.e.s de « maîtriser les savoirs pour pouvoir enseigner ». En retranchant les deux années de Master, on retire deux ans d’apprentissage de la langue et de la littérature aux futur.e.s professeur.e.s des collèges et lycées avant l’obtention de leur concours : comment, alors, prétendre assurer qu’ils.elles « maîtriseront les savoirs pour pouvoir enseigner » ? Sera-t-il possible d’enseigner sans ces savoirs ? La SFDES en doute, et voit dans ces dispositions, une régression des plus alarmantes, confirmée par les futures épreuves et futurs programmes tels qu’ils circulent actuellement (voir notamment le passage de 6 œuvres à 3 pour l’épreuve de dissertation).

Sur le fond, donc, comme sur la forme, la SFDES dénonce fermement les termes du projet actuel de réforme du Capes. Elle se joint aux associations universitaires d’autres disciplines qui ont déjà qualifié cette réforme de « brutale et méprisante », tant par ses méthodes que par son contenu.

Pour toutes ces raisons, la SFDES appelle à ce que cette réforme soit reportée afin que le temps soit laissé à la concertation et à l’écoute des instances représentatives.

Elle signale également aux adhérents qui souhaiteraient s’y associer la pétition « S’opposer à la réforme de la formation et du recrutement des enseignants du second degré » (lien).

Motion votée par le CA de la SFDES, le 20 mai 2024.

[AAC] Colloque Esther Inglis

Appel à communications
Colloque Esther Inglis

Université d’Edimbourg, 19-20 octobre 2024
Org. : Anna-Nadine Pike (U. de Kent)

Date-limite de l’appel : 31 mai 2024

La franco-écossaise Esther Inglis (Dieppe, ca 1570- Édimbourg, 1624), fille de réfugiés huguenots, fut calligraphe, miniaturiste, enlumineuse, brodeuse, auteure de textes en prose et en vers, épouse de l’agent secret et clerc Bartilmo Kello et mère de ses huit enfants. Admirée de son vivant – le calligraphe Jan van den Velde lui dédie un sonnet « A l’unique et souveraine Dame de la noble plume » – Esther Inglis tomba plus ou moins dans l’oubli après son décès, pour en sortir peu à peu à partir des années 1990.

Ce colloque (université d’Édimbourg,19-20 octobre 2024) se propose de revenir sur cette figure des XVIe et XVIIe siècles et sur les pratiques culturelles, médiatiques et artistiques qu’elle illustra.

Les propositions sont à envoyer avant le 31 mai 2024 à l’adresse : Inglis400@ed.ac.uk

Lien de l’appel : https://libraryblogs.is.ed.ac.uk/estheringlis/2024/03/19/call-for-papers/

“L’Invention de la Renaissance” – visite réservée

Vendredi 14 juin 2024 (16h30-18h)

Jean-Marc Chatelain et Gennaro Toscano, commissaires de l’exposition “L’invention de la Renaissance” (BNF Richelieu, Paris), proposent une visite guidée aux adhérents de la SFDES le vendredi 14 juin 2024 de 16h30 à 18h.

Le nombre de places est limité à 20.
Vous pouvez vous inscrire via le lien suivant : https://framadate.org/6kb2KnRLHXgKkSJZ

En cas de désistement, merci de vous désinscrire du sondage afin que votre place puisse être libérée pour quelqu’un d’autre.

FISIER, Les Femmes de la Renaissance en Europe, 13 juin 2024

FISIER
Fédération Internationale des Sociétés et Instituts pour l’Étude de la Renaissance International / Federation of Societies and Institutes for the Study of the Renaissance

(fisieronline.wordpress.com)

La prochaine session du séminaire virtuel international de la FISIER ReNoV/ReNeW
The next session of FISIER’s online international seminar ReNoV / ReNeW  

Les Femmes de la Renaissance en Europe : actualité de la recherche historique
Renaissance Women in Europe : Current Historical Research

aura lieu le jeudi 13 juin 2024
à 10h-13h (New York) / 15h-18h (Londres) / 16h-19h (Paris)

Sylvie Le Clech (Directrice adjointe des Archives diplomatiques)  

Merry Wiesner-Hanks (University of Wisconsin-Milwaukee)  

Répondants || Respondents  

Elise Dermineur Reuterswärd (University of Stockholm)

Eliane Viennot (Université de Saint-Etienne)

Valerie Worth (University of Oxford)

Organisé par || Organised by
Center for Early Modern Studies, University of Madison; Atelier XVIe siècle, Sorbonne Université ; Association d’études sur la Renaissance, l’Humanisme et la Réforme ; Institute of Medieval and Early Modern Studies, University of Durham ; Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises.

Le séminaire est réservé aux membres des sociétés, centres, instituts et laboratoires de recherche qui font partie de la FISIER. Lors de l’inscription, les participant(e)s devront indiquer leur affiliation ainsi que la société, centre ou institut de recherche associé à la FISIER dont ils sont membres. Après la vérification des données, les inscrit(e)s recevront le lien de connexion Zoom la veille du séminaire (n’hésitez pas à nous contacter si vous ne recevez pas le lien).   

SI VOUS DÉSIREZ PARTICIPER AU SÉMINAIRE EN LIGNE, VEUILLEZ VOUS INSCRIRE SUR LE LIEN CI-DESSOUS AVANT LE 7 JUIN 2024  

Pour toute information, veuillez contacter fisier.info@gmail.com

Érudits et philologues (XVe-XVIIe siècles)

Colloque international

Érudits et philologues (XVe-XVIIe siècles) :
éditer, étudier, transmettre les textes médiévaux

Jeudi 6 juin et vendredi 7 juin 2024 – Lyon
(18 rue Chevreul, 6e étage, salle La Rotonde)

Organisation : Sabine Lardon (Université Jean Moulin – Lyon 3, IHRIM)

Accès distanciel : https://univlyon3.webex.com/meet/sabine.lardon

L’objectif de ce colloque est d’observer le travail des philologues des XVe -XVIIe siècles, d’en témoigner et de l’étudier, afin de rendre hommage à ces érudits qui ont œuvré pour que les textes anciens de langue vernaculaire nous demeurent accessibles, d’un point de vue à la fois matériel et linguistique. À travers l’étude des manuscrits, éditions, paratextes, correspondances, annotations et gloses, les travaux s’intéresseront à la collecte, à la conservation et au déchiffrement des manuscrits, aux principes de transcription et d’édition des textes et aux échanges au sein de la communauté scientifique de l’époque.

Sciences et savoirs en Aquitaine à l’époque de Montaigne

23 et 24 mai 2024 – Bordeaux
(Rectorat de l’Académie de Bordeaux et Musée d’Aquitaine)

Journées d’étude organisées par Anne Bouscharain (Centre Montaigne), Violaine Giacomotto-Charra (Centre Montaigne) et Sabine Rommevaux-Tani (Ausonius)

Projet HumanA
Université Bordeaux Montaigne / Région Nouvelle Aquitaine

Il sera possible d’assister à ces journées, sur place ou en ligne, en s’inscrivant à l’adresse suivante : centre-montaigne@u-bordeaux-montaigne.fr

Lost in Renaissance. Sept essais d’histoire du livre

Renaud Adam et Chiara Lastraioli (dir.), Lost in Renaissance. Sept essais d’histoire du livre, Paris, Honoré Champion, « Le Savoir de Mantice », no32, 2023.

Fruit du colloque organisé par le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours en 2019, ce recueil d’articles met à l’essai une redéfinition négative de la Renaissance en « renversant le paradigme qui la définit » (p. 9), à savoir celui d’une restauration de la culture antique via l’exhumation et la promotion d’un nouveau patrimoine textuel. Il s’agit d’examiner à nouveau frais cette représentation, par l’examen de multiples phénomènes de pertes : destruction d’ouvrages, volontaire ou involontaire ; anonymisation de la production typographique par rapport aux manuscrits ; critiques et résistances contemporaines face à l’imprimerie ou encore contrôle de la production par l’index. Le prisme est large, peut-être trop pour que la somme des contributions fasse véritablement vaciller le paradigme pointé du doigt.

Le premier essai par Benito Rial Costas propose un examen critique de l’idée de progrès, qui biaise l’étude de la « supposée révolution de l’imprimerie » (« so-called printed revolution », p. 13). Cette analyse historiographique, essentiellement conceptuelle, constitue une invitation à envisager les pertes provoquées par le passage de la culture manuscrite à celle de l’imprimé, et sert ainsi d’entrée en matière. L’essai suivant propose une application concrète de cette démarche : Shanti Graheli aborde le phénomène de la massification du livre qui accompagne le développement de l’imprimerie. L’étude du cas de Venise montre que si les incunables sont encore produits pour un destinataire spécifique, le public des imprimeurs tend à devenir, au cours du xvie siècle, une masse de consommateurs anonymes. Frédéric Barbier fait état de trois foyers de critiques contemporains de l’imprimerie : les copistes qui, quand ils n’adaptent pas leur activité, se plaignent de la concurrence nouvelle des imprimeurs ; les imprimeurs eux-mêmes, soumis aux aléas d’une économie de marché ; certains lettrés, pour qui l’offre croissante des livres peut encourager de mauvaises pratiques de lecture. C’est finalement une critique de l’imprimerie comme économie capitaliste du livre qui sous-tend cette première partie de l’ouvrage.

Les deux essais au cœur de ce volume font état de deux remarquables phénomènes d’histoire du livre. Tania Van Hemelryck, au moyen d’une ingénieuse étude paratextuelle, démontre la permanence du répertoire médiéval dans la production imprimée jusqu’à la fin de la décennie 1520. Hubert Meeus s’intéresse au conflit d’intérêt entre le cercle des « rhétoriqueurs » néerlandais, qui compose en vue d’une performance orale, et les imprimeurs, moins soucieux de respecter la volonté des auteurs que de tirer profit de leur art. L’on se demande tout de même si ces analyses ne nuancent pas la thèse d’ensemble plutôt qu’elles ne l’entérinent. La volonté des imprimeurs parisiens de textes médiévaux est certes moins de préserver un patrimoine que d’écouler un stock au moyen de racoleuses pages de titres, mais force est de constater que le changement de support est loin d’avoir occasionné une perte totale des contenus. De même, si les imprimeurs néerlandais outrepassent souvent la volonté des auteurs, le texte imprimé peut aussi bien se mettre au service d’une oralisation alors décuplée.

À l’extrémité de l’ouvrage se trouvent deux articles consacrés aux pertes matérielles qu’a pu subir le patrimoine textuel de la Renaissance. Renaud Adam retrace la chronologie des autodafés luthériens qui eurent lieu dans les anciens Pays-Bas et décrit la théâtralisation de la censure, révélatrice d’une « vision anthropomorphique du livre » (p.117). Pour autant, ces destructions spectaculaires ne sont pas définitives puisque les ouvrages mis à l’index et réduits en cendres ont pour la plupart été réédités. Enfin, Chiara Lastraioli partage quelques mystères bibliographiques qui ont marqué ses investigations sur l’italianisme à la Renaissance, entre inventaires d’ouvrages fantômes et réapparitions de fonds réputés perdus. Le recueil s’achève ainsi par une belle mise en abîme dans laquelle le chercheur peut reconnaître des vertiges familiers. Des fines remarques empiriques de C. Lastraioli, nous retiendrons que le livre imprimé, s’il peut subir une certaine standardisation lors de sa production, se charge d’une personnalisation nouvelle des mains de ses possesseurs désireux de signaler leur propriété.

Finalement, ce florilège de contrepoints ne renverse pas lourdement un paradigme mais en signale la complexité, laissant apercevoir l’envers de chaque disparition. Aux côtés de cette contribution à l’histoire du livre à la Renaissance, nous signalons dans le même esprit les études réunies par Grégoire Holtz sous le titre Nouveaux aspects de la culture de l’imprimé (Droz, 2014), ainsi que le volume des Cahiers V. L. Saulnier consacré au Manuscrit littéraire à la Renaissance, dirigé par Frank Lestringant et Olivier Millet (2021). Pour caractériser la période à l’étude, il semble ainsi fécond de ne pas opposer schématiquement culture du manuscrit et essor de l’imprimé, mais d’en explorer les riches interactions.

Margot Giraud

Sorbonne Université

Hommage à Yvette Quenot (1934-2024)

In memoriam

Yvette Quenot (1934-2024)

 

Yvette Quenot nous a quittés le 11 février 2024. Elle allait avoir 90 ans et ne s’est pas remise d’une mauvaise chute ; elle était née le 11 septembre 1934. Sa disparition attriste les seiziémistes et particulièrement le petit groupe de ceux qui s’intéressent à la poésie spirituelle de la seconde moitié du XVIe et du XVIIe siècle. Ses travaux se situent à la fin de la période héroïque de redécouverte de la littérature baroque française : par leur solidité, par les acquis d’une érudition scrupuleuse, ils ont contribué à établir une relation plus apaisée aux auteurs de cette période, désormais considérés sans l’a priori négatif qui s’attache aux minores ou sans l’attente illusoire d’un beau débordement d’imagination. À cette rigueur et droiture intellectuelles s’associait une ouverture dans les relations humaines jointe à une élégante discrétion.

Au récit, simple et modeste, qu’elle m’avait fait des circonstances de sa carrière à l’université, j’avais été impressionnée, comme chacun l’était sans doute, par sa résolution devant l’adversité, sa force pour remplir ses obligations, et aussi son constant souci d’autonomie, des autres comme d’elle-même. Bourguignonne et dijonnaise, Yvette Quenot l’était d’adoption. Veuve très jeune avec deux enfants en bas âge, elle décida de rester à Dijon, loin de son midi natal, mais près de ses beaux-parents. Alors sans profession, elle reprit ses études pour acquérir le métier d’enseignant et assumer les charges matérielles qui lui incombaient. Elle devint agrégée de Lettres modernes en 1962. Mon collègue Paul Sadrin me racontait qu’il avait préparé le concours avec cette condisciple dont le courage n’échappait à personne. Après quelques années passées dans le secondaire au lycée Carnot (de Dijon toujours), Yvette Quenot retrouve à la rentrée 1970 l’université de Dijon, cette fois comme assistante, puis à partir de 1978 comme maître-assistante ; elle y exercera avec le dévouement et l’efficacité qu’on peut deviner, vingt-sept ans durant, jusqu’à sa retraite en septembre 1997. Mais entre-temps, dégagée des tâches familiales prenantes, toujours attentive, de son aveu même, à préserver son indépendance et l’indépendance des siens, elle écrit, et soutient en 1984, sa thèse d’état : Jean de La Ceppède, poète de l’Eglise tridentine. Elle crut certainement devoir ce lourd travail à l’université de Bourgogne, qui lui avait fait confiance ; surtout elle se le devait à elle-même. Elle est élue professeur en 1992.

            Ce même équilibre entre générosité et souci de soi, elle le réalisa encore dans son dernier livre, La commanderie de La Romagne aux XVIe et XVIIe siècles (Dijon, EUD, 2012). Elle signa cet ouvrage avec son fils Xavier Quenot qui s’est chargé de l’analyse et de la description architecturale des lieux qu’il restaure savamment. Elle s’était réservé l’enquête dans les diverses archives pour une étude historique. Elle avait toujours eu de l’attrait pour cette discipline, disait-elle. Le résultat est une micro-histoire, nourrie d’innombrables données récoltées dans les documents anciens. Devenue historienne, Yvette Quenot eut le talent de trouver, et le don de rassembler chiffres et faits épars dans une synthèse évocatrice. L’action des commandeurs successifs, les occupations dans le domaine agricole de La Romagne, les ressources financières de ce dernier, autant de contenus qui restituent un passé circonscrit en lui donnant sens sur le fond de l’histoire générale des puissances du temps : la situation géographique de la commanderie la plaçait « aux confins » du royaume de France, auquel elle appartenait, et de la Franche-Comté, alors sous domination des Habsbourg.

            Mais bien entendu, c’est principalement à La Ceppède qu’est attaché le nom d’Yvette Quenot. En déposant son sujet de thèse, elle imposa un auteur encore dans la pénombre. Dans l’esprit de ses maîtres seiziémistes, il ne pouvait s’agir que de l’homme et l’œuvre ; il n’était pas question de centrer la recherche, d’écrire une « poétique » ou une « théologie poétique » du magistrat aixois – un homme de la Renaissance qui connut la personne de Malherbe, mais non sa leçon de rupture. De cette approche mal définie, Yvette Quenot tira l’étude fondatrice Les lectures de La Ceppède (Droz, 1986). Certes, l’ensemble des Théorèmes (1613 et 1622) avaient été réédités en fac-similé, précédés d’une belle introduction de Jean Rousset qui en avait souligné l’unité : l’« épaisse forêt de sonnets » est à parcourir d’une traite de bout en bout ; le chemin est bordé par des annotations du poète qu’on ne saurait élaguer. Toutefois ces gloses prêtaient elles-mêmes à confusion. Yvette Quenot, la première, les scrute et nous apprend à les déchiffrer. Elle rétablit leurs intertextes : non tous les Pères de l’Eglise cités, mais d’abord un certain nombre d’ouvrages contemporains, ou du moins modernes, qui fournissent les références et apportent la matière de la méditation et du commentaire des Evangiles. En dégageant les principes de cette auto-annotation, le regard critique découvre simultanément l’atelier du poète et le caractère propre de son travail. De nombreux exemples démontrent l’action de la forme-sens du sonnet, qui ramène les propos souvent diffus des prosateurs à la concision autrement efficace, pathétique ou persuasive, des quatorze vers. L’ouvrage se conclut logiquement sur l’art « tridentin » de La Ceppède : un art contrôlé, strictement orthodoxe, qui a ses garants, loin d’une dérive d’association d’idées et d’images, mais aussi « l’originalité d’une écriture “militante” », due à un lecteur actif qui retourne aux textes bibliques, qui refuse la transposition plate au profit de la recomposition et qui découvre « une utilisation puissante du symbole » (Bibliographie. Jean de La Ceppède, Rome-Paris, Memini, 1998, p. 16). Si, depuis l’expérience de l’Imitation de la pénitence de David, le poète sait que toute paraphrase est recréation, plus encore la saisie théorématique du mystère chrétien signifie une voie poétique irréductible à des sources pourtant nombreuses et avérées.

Ce propos prend sa véritable portée dans une ferme démonstration, que poursuit et complète l’édition en deux tomes de la Première Partie des Théorèmes (S.T.F.M., 1988 et 1989). Aucune édition n’est définitive, mais celle-là est assurément faite pour durer. Yvonne Bellenger avait reçu un coup de téléphone alarmé d’Yvette Quenot, qui venait de recevoir les épreuves et s’adressait à la responsable des éditions de la S.T.F.M. On peut le comprendre : l’imprimeur – en ces années 80, les imprimeurs composaient le texte – avait confondu notes de La Ceppède et notes de l’éditrice ! Il lui fallut tout reprendre. Pour finir, comme souhaité, trois tailles de caractères distinguent les sonnets, le commentaire du poète, et, en petit, les notes de la nouvelle édition, lesquelles plus d’une fois concernent non les poèmes mais la prose même de l’auteur. L’alliance entre le respect de l’œuvre dans son architecture initiale et sa présentation critique est parfaitement trouvée. Il n’y a nul regret à formuler, sinon que faute de temps, Yvette Quenot n’ait pas édité selon la même méthode la Seconde Partie.

Elle fit cependant la Bibliographie du poète aux éditions Memini (1998). C’était en quelque façon passer le flambeau ; en livrant et classant tous les éléments disponibles, elle appelait de ses vœux d’autres études. Yvette Quenot a sans aucun doute bien mérité de La Ceppède. À côté des nombreux articles qu’elle a pu écrire, sa contribution principale, ciblée, décida d’une nouvelle impulsion de lecture d’un grand poète trop longtemps méconnu.

                                                                                   Anne Mantero

                                                                                   Université de Franche-Comté

 

Que soient remerciées notre collègue Christiane Louette, nièce d’Yvette Quenot, et Madame Véronique Poitoux, du service du personnel de l’université de Bourgogne, pour les dates biographiques précises qu’elles m’ont procurées.

Agrégation de lettres 2025

Vendredi 7 juin à 14hSalle Delisle de l’École nationale des Chartes

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Étude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à la traditionnelle réunion d’agrégation de juin, consacrée cette année aux Angoisses douloureuses qui procèdent d’amours d’Helisenne de Crenne (édition J.-P. Beaulieu, PUSE, 2005).

Programme de l’après-midi :
Conférence introductive de Christine de Buzon
Présentation de la bibliographie d’agrégation par Natalia Bercea-Bocskai
Discussion autour du programme de l’agrégation 2026 : toutes vos propositions sont à envoyer à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@sorbonne-universite.fr)

Enfin, nous conclurons nos échanges autour d’un pot amical. 

Cette journée est réservée aux préparateurs.
Un lien zoom sera communiqué quelques jours en amont pour celles et ceux qui ne pourraient pas se déplacer. Nous comptons sur votre présence et nous vous prions de croire en nos sentiments cordiaux et dévoués.

L’écriture de soi à la Renaissance

Directeur·trice·s scientifique·s : Paul-Victor Desarbres, Daniel Ferrer, Alexandre Tarrête

Depuis Jacob Burckhardt, les historiens ont placé la Renaissance sous le signe de l’affirmation de l’individu. Afin de renouveler l’approche des écritures de soi à l’aube de la modernité, les contributrices et les contributeurs de ce Cahier V. L. Saulnier ont choisi de laisser un temps de côté les genres plus « canoniques » que sont les mémoires, l’autobiographie ou le journal, pour se pencher sur des textes et des corpus moins cartographiés, comme les commentaires érudits, les récits de voyage, les récits de captivité, les récits de cure ou de convalescence, les correspondances, les écrits professionnels, les archives judiciaires, ou encore les épîtres en vers, les élégies ou la poésie généthliaque (qui célèbre les naissances), en français et en latin.

En marge des genres constitués s’invente alors une nouvelle parole sur soi, dont la forme souvent fragmentaire et interstitielle n’enlève rien à l’énergie ou à l’expressivité.


Sommaire

Paul-Victor Desarbres, Véronique Ferrer & Alexandre Tarrête, Introduction. L’écriture de soi à la Renaissance. Bilan historiographique et pistes de recherche

Ariane Bayle, Le récit de soi dans les « Voyages » d’Ambroise Paré

Jérôme Laubner, Se dire vérolé : que fait le stigmate vénérien à l’écriture de soi ?

Alice Vintenon, L’autopromotion et ses limites dans quelques fragments autobiographiques de Symphorien Champier

Alicia Viaud, La Popelinière en ses histoires : homme de guerre, négociateur de paix, historien impartial

Lucie Claire, Philologie et écriture de soi dans les Notæ sur Tacite de Marcus Vertranius Maurus

Grégoire Holtz, Le De propria vita liber de Cardan : l’imaginaire du livre dans la construction d’une autobiographie intellectuelle

Audrey Duru, Les Desseins de professions nobles et publiques d’Antoine de Laval (Paris, 1605), témoignage d’écriture

Neil Kenny, « Que la France me recognoisse ce que je suis » : mais qui étaient au juste Jean du Chastelet et Martine de Bertereau, baron et baronne de Beausoleil ?

Loris Petris, L’écriture de soi dans la correspondance de Guillaume Du Bellay

Benoît Autiquet, « Advocat non Advocat » et « Homme non Medecin » : l’épistolier face aux dignités publiques dans Les Lettres d’Étienne Pasquier (1619)

Mathilde Bernard, Le contrôle de l’épanchement lyrique dans la correspondance de Marguerite de Navarre (1547‑1549)

Virginie Leroux, La veine autobiographique dans la poésie néo-latine : Érasme, Jean Salmon Macrin, Jules César Scaliger

Elena Perez, Portraits de famille dans la poésie de naissance (XVe‑XVIe siècles)

Nicolas Lombart, Une fama en marge : l’écriture de soi dans la poésie carcérale renaissante (1533-1560)

Thibaut Maus de Rolley, Madeleine et son maître : la « confession de sorcière » comme récit de soi

Alexandre Tarrête, Conclusions. L’écriture de soi à la Renaissance, en marge des genres

Éléments de bibliographie critique
Index nominum
Association V. L. Saulnier
Activités de l’association V. L. Saulnier


979-10-231-0778-4
03/04/2024
16 x 24 cm
308 p.
25 €
Éditions : Sorbonne Université Presses
Collection « Cahiers V. L. Saulnier »

AGRELITA RECRUTE TROIS POST-DOCTORANTS

Dans le cadre du Projet ERC Advanced grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), trois postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/10/2024.

AGRELITA est conduit à l’Université de Caen Normandie et se termine le 30 septembre 2027.

Durée du contrat pour chaque poste : 12 mois, renouvelable

PROJET

L’histoire de la réception de la Grèce antique (avant Alexandre le Grand) en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Le projet est présenté sur le site : https://agrelita.hypotheses.org/

MISSIONS

Les trois post-doctorants analyseront les textes et les images du corpus. Ils/Elles travailleront avec la Principal Investigator, le project manager, les chercheurs associés et les chercheurs invités.

Missions principales :

– Le dépouillement d’un corpus déjà identifié de textes des XIVe, XVe et XVIe siècles et l’identification de nouveaux textes qui contiennent des représentations de la Grèce ancienne (textes disponibles sous forme d’éditions modernes ou à partir des manuscrits et des imprimés des XIVe -XVIe siècles)

– La collecte de données et la rédaction de notices sur les textes, les auteurs, les artistes, les manuscrits, les imprimés, leurs données grecques

– L’analyse des représentations textuelles et visuelles de la Grèce ancienne, des liens entre textes et images

– La production d’articles scientifiques originaux, qui paraîtront dans les volumes collectifs d’AGRELITA et dans des revues spécialisées

– La représentation du projet AGRELITA dans le cadre de colloques et journées d’études extérieurs, en France ou à l’étranger, et la publication des communications

– La contribution à une anthologie de textes et d’images (en lien avec toute l’équipe)

– La participation à toutes les activités d’AGRELITA

– La contribution à l’organisation scientifique de ces séminaires, journées d’études, colloques ; l’identification de collègues à inviter, la prise de contact…

– La contribution à l’accueil des chercheurs invités

– La contribution à la mise en forme des volumes collectifs prévus (relecture, correction, mise en forme des manuscrits envoyés aux éditeurs)

– La contribution à l’alimentation du site web et du blog

– La contribution à la réflexion sur la mise en œuvre et le développement d’AGRELITA

QUALIFICATIONS ET COMPETENCES REQUISES

– Doctorat en littérature française du Moyen Age et/ou de la Renaissance, en histoire de l’art du Moyen Age et/ou de la Renaissance (manuscrits et enluminures, premiers imprimés, peintures et gravures), en langues et littératures anciennes ou en histoire culturelle des XIVe-XVIe siècles.

Le/La candidate doit avoir obtenu sa thèse depuis moins de trois ans à la date du début du contrat.

– Excellentes capacités d’analyse des textes et des images, ainsi que des relations entre textes et images

– Excellente maîtrise du français moderne, écrit et oral

– Maîtrise de l’écriture scientifique

– Maîtrise du moyen français et du français de la Renaissance

– Bonnes compétences en paléographie pour la lecture et la transcription de textes manuscrits et imprimés des XIVe- XVIe siècles

– Des connaissances en latin et en grec ancien

– Capacité à maîtriser un large corpus et à mener des études comparatives

– Capacité et goût pour les études interdisciplinaires

– rigueur, fiabilité, confidentialité

– Expérience et/ou volonté de travailler en équipe

– Sens de l’initiative

– Capacité à alimenter un site web et son blog

ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL

Chacun des post-doctorants sera placé sous la responsabilité directe de la Principal Investigator du projet AGRELITA, Prof. Catherine Gaullier-Bougassas. Il travaillera aussi en équipe avec les autres post-doctorants et le project manager.

CONDITIONS ET MODALITES DE TRAVAIL

– Lieu d’exercice : Université de Caen Normandie, Campus 1, Esplanade de la Paix. Les postes sont rattachés au centre de recherche Michel-de-Boüard / CRAHAM – UMR 6273 (UNICAEN/CNRS)

Les post-doctorants auront un bureau au Craham.

– Employeur : Université de Caen Normandie

– Nature du contrat : contrat de travail à durée déterminée

– Durée du contrat : 12 mois renouvelable

– Temps de travail : 100%

– Date pressentie de début du contrat : 1er octobre 2024

– Rémunération : environ 2800 € brut/mensuel

– Régime de congés avantageux

Contact : catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

PROCÉDURE DE RECRUTEMENT

Dossier de candidature à envoyer au format numérique (pdf) au plus tard le 12 mai 2024 à l’adresse suivante :

catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Le dossier devra être constitué de :

– Un Curriculum Vitae (Formation, Expérience, Publications)

– Une lettre de motivation, qui présente et explique l’intérêt pour la réception de l’Antiquité grecque dans la période considérée

– Un pdf de la thèse et un pdf du rapport de thèse

– Une proposition de projet d’article original (une page environ) sur un aspect de la réception de la Grèce ancienne (d’avant Alexandre le Grand) dans la littérature française pré-moderne (œuvres manuscrites ou imprimées, leurs illustrations)

– Les noms et les coordonnées de deux personnes de référence, à la fin du fichier du CV.

Les candidats sélectionnés seront auditionnés fin mai/début juin. Réponse courant juin.

L’annonce est aussi consultable sur :

https://euraxess.ec.europa.eu/jobs/211072

https://www.unicaen.fr/universite/travailler-a-luniversite/personnels-biatss/recrutement-de-personnels-contractuels/

Dictionnaire de Pierre de Ronsard

Dictionnaire de Pierre de Ronsard,
Publié sous la direction de François Rouget
Préface de Michel Magnien et François Rouget

S’il existe déjà de multiples instruments de travail pour lire et étudier l’œuvre poétique de Pierre de Ronsard (1524-1585), il manquait encore un ouvrage de référence à la fois synthétique et d’utilisation commode pour se repérer dans le massif des notions ronsardiennes. C’est l’objectif principal de cet ouvrage : proposer au lecteur une liste abondante, mais non exhaustive, d’entrées qui abordent des questions relatives à la vie, à la carrière et à l’œuvre littéraire du poète vendômois. Les quelque 50 spécialistes internationaux de poésie française de la Renaissance, historiens du livre et musicologues qui ont collaboré au présent volume, se sont efforcés de procurer des notices de synthèse sur des notions variées en les complétant d’une bibliographie pertinente. On trouvera donc ici, présentées par ordre alphabétique, plus de 500 entrées les plus significatives pour pénétrer dans l’univers ronsardien. Afin de faciliter le cheminement du lecteur au sein de l’œuvre, est aménagé un système de renvois entre les entrées du dictionnaire, fléchage indispensable pour offrir une connaissance aussi complète que possible.
François Rouget est Professeur de littérature française à Queen’s University (Canada). Il a publié une Bibliographie critique sur Ronsard (Memini, 2005) et une synthèse sur Ronsard et le Livre (Droz, 2 t., 2010-2012).

2024. 736 p., broché, 12,5 x 19 cm.
EAN 9782380960914. 28 €

Frank Lestringant, Rabelais cartes sur table

Frank Lestringant, Rabelais cartes sur table, Paris, Les Belles Lettres, 2024.

– Présentation de l’éditeur –

Imaginer sous le texte la carte, sous-jacente, lacunaire, subsistant par fragments sous toute l’étendue de l’œuvre de Rabelais, voici ce que nous invite à faire Frank Lestringant dans Rabelais cartes sur table

En répertoriant et en expliquant méthodiquement les cartes et autres plans que Rabelais met en œuvre à chaque étape de la geste pantagruéline, à la fois ceux qui se dessinent dans ses textes et ceux qu’il devait avoir sous les yeux en les composant, Frank Lestringant trame l’atlas sur lequel s’échafaudent les romans de ce grand écrivain de la Renaissance, du Pantagruel au Cinquième Livre.

224 pages
3 Planche(s) N&B, Index, Bibliographie
Livre broché
13 x 19 cm
Les Belles Lettres / essais
N° dans la collection : 47
Parution : 01/03/2024
CLIL : 3643
EAN13 : 9782251455471
Code distributeur : 74850

[AAC] Congrès international de l’IANLS : « Le néo-latin, la langue et les langues »

14-20 juillet 2025, Aix-en-Provence

Le congrès international de l’Association Internationale d’Études Néo-Latines l (IANLS) se tiendra à Aix-en-Provence, du 14 au 20 juillet 2025. Le dernier congrès qui a eu lieu en France avait été organisé en 1976 par Jean-Claude Margolin, à Tours. Nous souhaitons que la recherche française soit aussi présente qu’elle le fut alors.

Le thème du congrès : « Le néo-latin, la langue et les langues » (au sens le plus large du terme) n’est pas contraignant et des communications sur d’autres sujets liés au néo-latin peuvent être retenues. Plusieurs membres de la SFDES ont assurément matière à intervenir ! 

Nous attirons votre attention sur la date limite des dépôts (communications, sessions spéciales ou posters) : 15 mai 2024 et souhaitons vous voir nombreux à Aix.

Pour le bureau et le comité organisateur, Colette Nativel, présidente de l’IANLS.

[AAC] Journées d’Étude : « La diffusion de l’humanisme en Limousin »

17-18 octobre 2024
FLSH, Université de Limoges

Organisation : Laurence Bernard-Pradelle (EHIC, Université de Limoges), Thibault Catel (EHIC, Université de Limoges), avec la collaboration d’Hélène Layotte (Bibliothèque Universitaire, Université de Limoges)

Merci de nous faire parvenir une proposition de communication d’environ 2000 signes ou 300 mots, accompagnée d’un titre et d’une brève bio-bibliographie d’une page au plus.

Ces propositions sont à envoyer jusqu’au vendredi 17 mai 2024 aux adresses suivantes :

L’Unité de Recherche EHIC prendra en charge : les frais de transport, une nuitée et les repas des intervenants.