« La meilleure défense, c’est l’attaque ? » Du Bellay polémiste

“La meilleure défense, c’est l’attaque ?”

Du Bellay polémiste dans La Deffence et illustration de la langue françoyse... et ailleurs

Angers, 18-20 mai 2022

Le cinquième centenaire de la naissance de Joachim Du Bellay (1522-1560) est l’occasion pour les universités d’Angers (CIRPaLL), de Tours (CESR) et de Paris (CERILAC) de s’associer pour inviter les spécialistes de la poésie de la Renaissance à venir échanger sur la base des découvertes qui ont permis de faire évoluer depuis le siècle dernier notre connaissance de sa vie, de son œuvre, et de son rôle au service de la promotion de la langue française.

Depuis l’important colloque international organisé en 1989 à Angers, les programmes des agrégations de lettres de 1995 et de 2008 (où plusieurs recueils de Du Bellay ont été mis à l’honneur), de nouvelles éditions de ses textes et les recherches récentes autour de l’œuvre de Jean Du Bellay ont contribué à renouveler en profondeur notre lecture du poète angevin. Le temps semble venu de faire le point sur ces avancées et sur les travaux en cours des jeunes chercheurs passionnés par la poésie de Du Bellay.

C’est une vision en demi-teinte de Du Bellay qu’ont imposée tour à tour Henri Chamard, Gustave Lanson et le manuel de Lagarde et Michard au milieu du siècle dernier : celle d’un poète fragile, accablé par le destin. Au-delà de cette image trop convenue d’un Du Bellay mélancolique, condamné par le sort à ressasser de stériles regrets, et qui ne serait jamais meilleur que dans la plainte élégiaque où s’exprimerait son véritable génie, ne faut-il pas rendre à Du Bellay l’énergie combative qui fut la sienne, pour parler d’un poète qui voulut toujours faire de la langue une arme ? C’est dans cette perspective revigorante qu’on se propose de relire aussi bien son œuvre linguistique que sa poésie. On aimerait ainsi se demander dans quelle mesure le caractère éminemment agressif ou mordant de La Deffence et illustration de la langue françoyse programme l’œuvre à venir.

Grâce aux éditions savantes de La Deffence offertes par Jean- Charles Monferran (2001) puis par Francis Goyet et Olivier Millet (2003), mais aussi à la lumière des travaux récents sur la théorie de la polémique (L. Albert et L. Nicolas, Rhétorique et polémique, 2010), il semble possible de faire à nouveau le point sur la dimension belliqueuse du traité et de rouvrir le dossier de la « Querelle de la Deffence ». On s’intéressera aux cibles nombreuses du traité (qui s’avère plutôt un pamphlet tous azimuts), aux moyens de la controverse, à ses visées, à ses sources et modèles, comme à sa qualité rhétorique. Au-delà de La Deffence, la prise en compte de la dimension souvent agressive de la poétique bellayenne ouvre un très large champ de réflexion.

Programme du colloque

Camenae 27 : Le mariage à la Renaissance [en ligne]

 

Camenae 27

Le mariage à la Renaissance

sous la direction d’Adeline Lionetto

Adeline Lionetto : Introduction: le mariage À la Renaissance ou le rêve humaniste d’un Éros institutionnalisé

Le mariage, le droit et les lettres

Marie-Françoise André : « L’édition des Préceptes conjugaux de Plutarque par Nicolas Bérauld vers 1514 et ses enjeux »

Catherine Langlois-Pézeret : « Etienne Dolet et le mariage : entre considérations juridiques et influence érasmienne »

John Nassichuk : « Lex conjugii. Imitation poétique et chant matrimonial chez Giovanni Pontano »

Les archives du mariage

Élise Leclerc: Compte rendu de Christiane Klapisch-Zuber, Mariages à la florentine. Femmes et vie de famille à Florence (XIVe-XVe siècle), Paris, EHESS-Gallimard-Seuil (Hautes Études), 2020

Charles-Yvan Elissèche : « Les contrats de mariage dans les greffes scabinaux de la ville de Nivelles (1473-1611): archivistique et histoire »

Le mariage et son autre

Fabien Coletti : « Le XVIe siècle vénitien : une culture de l’adultère »

Virginie Leroux : « Le lyrisme anti-conjugal dans l’élégie néo-latine »

Alexandra Gorichon-Herren : « Les noces rebelles d’Antiochus et Stratonice, ou les paradoxes d’un inceste institutionnalisé »

Poétique(s) du mariage

Jérémie Pinguet : « Gélonis, nouvelle Eurydice : usages du mythe d’Orphée dans les Nénies (1550) de Jean Salmon Macrin »

Antonio Serrano Cueto : « El triunfo de Venus en los epitalamios neolatinos del Renacimiento »

Margot Giraud : « Clément Marot et la question de l’épithalame : le Chant nuptial du mariage de Madame Renée, fille de France, première pièce nuptiale en langue française »

Nina Hugot : « Le mariage dans la tragédie du XVIe siècle »

 

Lien vers le site de la revue.

La cour en fête dans l’Europe des Valois

 

sous la direction de Luisa Capodieci et d’Oriane Beaufils.

 

Les fêtes des Valois (François Ier, Henri II, Charles IX et Henri III) sont célèbres pour leur splendeur, leur extravagance et leurs inventions surprenantes. Inspiration antique, tradition médiévale et innovations italiennes sont savamment entrelacées dans des inventions qui suscitent l’étonnement et l’admiration. Ces véritables spectacles forment un « art total » dans lesquels la peinture et l’architecture, mais aussi la poésie et la musique sont audacieusement orchestrées. Partant des fêtes les plus spectaculaires de la Renaissance, ce livre explore leurs coulisses et leurs enjeux.
Quels artistes et dans quels buts ? Quels théâtres pour ces festivités ? Quels coûts et quels succès ? La cour des Valois tour à tour s’inspire et sert de modèle pour les principautés voisines. De l’Italie à la Pologne, les fêtes de cour s’alimentent mutuellement et définissent une politique de la magnificence, à l’orée du XVIIe siècle, alors que se font et se défont les alliances entre les princes.
à Florence comme à Ferrare, à Fontainebleau comme à Londres, les princes commandent des fêtes et font imaginer aux artistes les plus brillants de l’Europe maniériste des spectacles qui ont toujours pour but d’impressionner les cours voisines. A travers des exemples mythiques, comme les tournois d’Henry VIII, les entrées d’Henri II, les Triomphes de Binche ou encore les grands mariages des Médicis, ce livre lève le voile sur les scènes et les acteurs des fêtes de la Renaissance.

Table des matières et informations Ici.

Éditeur : Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

économie des risques aux époques médiévale et moderne

La 10e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse (Piémont, Italie) les 26, 27 et 28 août 2022. La thématique retenue cette année – « Economie des risques aux époques médiévale et moderne : nature, gestion et conséquence de l’aléa » est à la croisée de l’histoire économique, culturelle et environnementale.

            L’action économique implique en effet de mobiliser des compétences ou des savoirs pratiques ou théoriques qui permettent de prendre en compte, de gérer et de répartir les risques, qu’il s’agisse des risques de la production et de son stockage, de ceux liés à la mise en circulation des hommes et des marchandises, ou encore de ceux inhérents à des facteurs exogènes tels que les périls sanitaires, l’environnement, le climat, et même les conflits militaires ou les décisions politiques. La réflexion sur cette notion et sur les attitudes des sociétés médiévales et modernes est en cours de renouvellement.

            Cette thématique permettra également de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (la valeur des choses, la pauvreté, les biens communs, les moyens de paiement, la qualité, l’organisation du travail, les écritures de l’économie, entreprendre, la circulation des savoirs et dynamiques économiques).

Institutions partenaires

            L’école d’été d’histoire économique rassemblera des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des chercheurs postdoctoraux, et des doctorants de toutes nationalités. Les institutions partenaires sont l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, l’EPHE, les Archives Nationales et le CNRS. Les laboratoires impliqués sont les suivants : LAMOP (UMR 8589, Paris 1/CNRS), FRAMESPA (UMR 5136, Toulouse 2/CNRS), IDHE.S (UMR 8533 Paris 1, Paris-Nanterre, ENS Cachan/CNRS), SAPRAT (EA 4116 EPHE), BETA (UMR 7522, Strasbourg, Lorraine, Inrae/CNRS). La manifestation reçoit également l’appui financier du LabEx HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances) et se déroule sous le patronage de l’Association Française d’Histoire économique (AFHé).

Organisateurs / comité scientifique

Michela Barbot (CNRS ENS Cachan, Idhes), Patrice Baubeau (Univ. Paris-Nanterre, Idhes), Marc Bompaire (EPHE, Saprat), Julie Claustre (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Anne Conchon (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Idhes), Laurent Feller (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Agnès Gramain (Université de Lorraine, Beta), Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès, Framespa), Jean-François Moufflet (Archives Nationales).

Dates et lieu

Suse (Piémont, Italie) du 26 au 28 août 2022

(arrivée des participants le 25 août dans l’après midi. Nuit d’hébergement supplémentaire prise en charge si départ le 29 août)

Objectifs et nature de l’opération

            La nature du thème implique, outre la mobilisation d’historiens médiévistes et modernistes, la présence d’économistes et de sociologues spécialisés dans l’étude de la vie économique. La méthode proposée est de faire présenter une série d’exposés par des spécialistes et de les mettre en débat. Elle permet également de faire dialoguer médiévistes et modernistes et comparer l’avancée de leurs réflexions sur un thème donné, voire d’infléchir les doctrines. Le but poursuivi est d’approfondir nos connaissances et nos réflexions tout en permettant à des doctorants ou à des postdoctorants de s’associer aux travaux par une participation active. La partition des doctorants et postdoctorants prendra la forme d’exposés et de prises de paroles dans le débat suivant les interventions.

Projet scientifique
Programme

Modalités d’inscription pour les doctorants / postdoctorants

Des places sont disponibles pour les jeunes chercheurs – doctorants ou post-doctorants – en histoire économique médiévale et moderne, en économie ou en sociologie. Les langues de travail étant l’anglais et le français, les candidats devront avoir une connaissance minimale des deux langues (l’expression orale se fera dans la langue de son choix).

Il sera demandé aux candidats une communication orale de 15 minutes en rapport avec le sujet des journées. Cette communication se fera à partir de la présentation d’un fonds d’archives ou d’une source d’histoire économique qui a été au cœur de leur recherche.

L’organisation prendra en charge l’intégralité du séjour sur place. Les frais de déplacement (aller-retour) seront remboursés jusqu’à 200 euros.

Le nombre des places étant limité, les candidatures seront examinées par un comité de sélection composé des organisateurs scientifiques des journées.

Le dossier (en anglais ou en français) comprendra :

. Un curriculum vitae détaillé

. Une présentation (2 pages minimum) du sujet de doctorat, des sources utilisées et de la communication orale envisagée.

Les dossiers de candidature sont à envoyer avant le 25 mai 2022 (réponse le 1 juin)

à Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès) : emmanuel.huertas@univ-tlse2.fr

Giorgio Vasari, le livre des dessins, Musée du Louvre

31 mars 2022 – 18 juillet 2022

Musée du Louvre, Rotonde Sully

Giorgio Vasari a réuni ce qui fut probablement la première collection de dessins fondée sur une logique historisante : le légendaire Libro de’ disegni, qui fait son apparition dans la seconde édition des Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, parue à Florence, en 1568, chez les Giunti.

Le 29 juin 1574, deux jours après la mort de Vasari, le Libro fut remis par ses héritiers au grand-duc de Toscane, Francesco I, qui l’avait envoyé chercher. Ensuite, il disparaît. Les grands collectionneurs et connaisseurs des 17e et 18e siècles ont tous rêvé d’acquérir et cru qu’ils possédaient des dessins du Libro. Le plus  élèbre de tous, Pierre-Jean Mariette, fut à la source d’une tradition historiographique qui voyait dans un certain type de montage, ornemental et architecturé, le signe de l’appartenance passée d’une feuille au mythique recueil vasarien. Mais on sait, depuis qu’en 1950 deux grands savants, Arthur Popham et Philip Pouncey, ont remarqué sur un « montage Vasari » la présence d’un mystérieux emblème, que les choses ne sont pas aussi simples.

C’est aux conséquences inattendues de cette découverte, vieille de plus d’un demi-siècle, qu’est consacrée cette exposition.

COMMISSAIRES

Louis Frank, musée du Louvre, et Carina Fryklund, Nationalmuseum, Stockholm.

Lien vers le site du musée.

Anne de Montmorency et les guerres d’Italie, 1er avril, Ecouen

Vendredi 1er avril 2022 à 20h00

ANNE DE MONTMORENCY

ET LES GUERRES D’ITALIE

 

Par Thierry Crépin-Leblond, conservateur général du patrimoine et directeur du musée national de la Renaissance

 

 

Dès 1512 Anne de Montmorency participe aux guerres d’Italie à la Bataille de Ravenne, puis à la retraite de Novare. Au côté de François Ier comme enseigne dans la compagnie des gens d’arme, il se distingue à Marignan et lors de la prise de Milan. L’entrée en guerre contre Charles Quint lui donne l’occasion de s’illustrer, François Ier le nomme maréchal de France en 1522. Anne de Montmorency et François Ier sont fait prisonnier à la bataille de Pavie en 1525. Il est chargé de négocier la paix et la libération du roi.

 

Tout public

GRATUIT sur réservation obligatoire au 

01 34 38 38 50

Lien vers le site du musée national de la Renaissance – Ecouen.

FISIER, Histoire matérielle et histoire de l’objet, 8 avril 2022

FISIER
Fédération Internationale des Sociétés et Instituts pour l’Étude de la Renaissance International / Federation of Societies and Institutes for the Study of the Renaissance fisieronline.wordpress.com

La prochaine session du séminaire virtuel international de la FISIER ReNoV/ReNeW
The next session of FISIER’s virtual international seminar ReNoV / ReNeW

Histoire matérielle et histoire de l’objet

Material history and history of the object

vendredi 8 avril 2022 | Friday, April 8, 2022

 

à 10h-13h (NY) / 15h-18h (Londres) / 16h-19h (Paris) / 23h-02h (Tokyo) / 24h-03h (Sydney)
at 10am-1pm (NY) / 3-6pm (London) / 4-7pm (Paris) / 11pm-2am (Tokyo) / 12am-3am (Sydney)

ANGELA MCSHANE

University of Warwick

Through the Drinking Glass:
Pints of Beer and Performative Materialities in Early Modern England
This paper explores the early modern history of the pint, as an object, a drink, and a measure. Drawing upon a wide range of object, image and textual sources, and benefiting from the theoretical lenses of material performativity and praxeology, the paper shows how the relationship between objects, drinks, and measures has been socially and culturally constructed over time. It argues that these material insights not only help us to understand the deeper cultural processes at play in the routines and rituals of convivial drinking, but also help us to understand their wider role in social and political change.

 

ISABELLE PARESYS

Université de Lille

Le Camp du drap d’or numérique : enjeux de la restitution 3D
des cultures matérielles curiales du début du XVIe siècle
Dans un contexte de multiplication des études sur la culture matérielle et sur les cours européennes à la Renaissance, notre recherche vise à restituer le cadre matériel et visuel dans lequel François Ier de France et Henry VIII d’Angleterre se mirent en scène, avec leurs cours, lors de la rencontre exceptionnelle surnommée le Camp du drap d’or (7-24 juin 1520, au sud de Calais). Seront abordés le travail préparatoire à la restitution numérique 3D des infrastructures textiles et les enjeux de cette modélisation.

 

Répondant(e)s || Respondents
Henry Turner, Rutgers University
Giorgio Riello, European University Institute
Myriam Marrache-Gouraud, Université de Poitiers

 

Organisé par || Organised by
Institute of Medieval and Early Modern Studies, Durham University Center for Early Modern Studies, University of Wisconsin-Madison The Society for Early Modern French Studies
The Warburg Institute, University of London

 

Le séminaire est réservé aux membres des sociétés, centres, instituts et laboratoires de recherche qui font partie de la FISIER. Il sera possible de s’inscrire sur un lien à venir entre le 21 mars et le 5 avril.
The seminar is reserved to the members of the societies, research groups, labs and institutions that are associated with FISIER. The registration link will be made available on March 21, and it will be possible to register by April 5.

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française, textes réunis et édités par Renée-Claude Breitenstein, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, coll. « La cité des dames », 2021, 374 p.

 À la suite des trois volumes du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, la collection « La cité des dames » poursuit son travail d’anthologies avec ce recueil d’éloges de femmes édité par Renée-Claude Breitenstein. Sont réunis ici des textes qui louent les femmes en général, c’est-à-dire les recueils de femmes illustres et les apologies du sexe féminin. Ne rassemblant que des textes intégraux, cette anthologie ne prétend pas à l’exhaustivité mais entend donner un aperçu général des éloges de femmes, sans tenir compte du sexe de l’auteur, de la forme du texte, de son support (manuscrit ou imprimé) ou de son succès. Sur ces critères, l’anthologiste a réuni dix textes, écrits ou imprimés entre 1506 et 1622, de Jean Marot à Marie de Gournay.

Le volume présente une introduction générale, les textes livrés avec une brève introduction, puis un utile glossaire, un complément bibliographique, un index des personnages féminins (nous pourrions regretter l’absence d’un index des auteurs cités, masculins comme féminins ainsi que des personnages masculins, même s’ils sont moins nombreux), une notice sur les contributeur et contributrices ainsi qu’une table des matières. Les textes sont édités selon une orthographe modernisée, et la lecture est facilitée par l’ajout de blancs typographiques, de parenthèses, ou de guillemets délimitant les discours directs – notons également la présence de chiffres permettant de repérer les diérèses dans les textes en vers. L’annotation est légère, se limitant à une paraphrase explicative et à une élucidation des allusions intertextuelles ou culturelles. Les introductions présentent rapidement la vie de l’auteur, le contexte, l’histoire matérielle, la forme, le succès du texte et en livrent quelques éléments d’interprétation.

L’introduction générale présente les différentes strates du contexte qui a favorisé l’émergence de ces discours d’éloge des femmes, depuis les écrits humanistes jusqu’au développement de l’imprimerie, en passant par la présence de femmes dans les cercles du pouvoir, à qui certains des textes sont dédiés. Elle revient encore sur les sources, invoquées ou tues par les auteurs, antiques, bibliques ou contemporaines. Elle insiste enfin sur la manière dont les textes, qui s’insèrent d’une manière ou d’une autre dans la Querelle des Femmes, relèvent de la littérature de combat, voulant « revenger » l’honneur des femmes.

Le premier texte, La Vrai-disant Avocate des Dames de Jean Marot (1506), composé de 750 vers dédiés à Anne de Bretagne, est singulier puisque Marot cède fictivement sa plume à une femme, par le procédé de la prosopopée. Celle-ci s’en prend aux détracteurs des femmes (premier rondeau), invoque des exemples de mauvais comportements masculins (« Équivoques »), et procède à l’éloge des vertus féminines, dont la Vierge est une preuve infaillible (second Rondeau). Le chant royal glorifie l’immaculée conception de Notre-Dame ainsi que l’ensemble des femmes, puis un nouveau rondeau condamne la Jalousie qui conduit les hommes à blâmer les femmes. La ballade procède à l’éloge de la dédicataire tandis que le rondeau final assure que les femmes vaincront les critiques.

Le texte suivant est la traduction du traité de Henri Corneille Agrippa, initialement imprimé en latin en 1529, intitulé en français De la noblesse et préexcellence du sexe féminin (1530), et également dédié à une femme, Marguerite d’Autriche. Les arguments logiques se mêlent à l’invocation d’exemples, et la conclusion est sans appel : l’infériorité des femmes provient non d’une différence de nature mais d’une coutume, si bien que la « domination tyrannique des hommes » n’a aucune légitimité. Ce texte puissant, qui a eu de nombreux échos à l’époque, est ici pour la première fois publié en français dans une édition moderne.

Dans « La Quatrième épître invective » (1539), Hélisenne de Crenne s’adresse à Élénot, contempteur des femmes, pour condamner sa présomption et lui opposer plusieurs exemples de femmes illustres par leur savoir, issues de l’Antiquité mais aussi du temps présent.

Le texte « Que l’excellence de la femme est plus grande que celle de l’homme » de Charles Estienne (1553) est d’un autre genre, puisqu’il relève du jeu rhétorique du « paradoxe », ce qui ne signifie pas qu’il ne faille lui accorder aucun sérieux. Mêlant arguments d’autorité et exemples de femmes illustres, Estienne insiste sur les vertus féminines, sur les responsabilités masculines ou encore sur l’excellence littéraire de certaines femmes de son temps.

Le Recueil des dames illustres en vertu d’Alexandre Van den Bussche (1575-1576), dont nous trouvons ici la première édition moderne, est, comme son auteur, moins connu et moins étudié. L’auteur s’inscrit dans la lignée des champions des femmes – et de fait, comme l’indique l’introduction, ce texte compile plusieurs sources antiques et contemporaines –, et présente ses exemples en les regroupant sous la vertu qu’ils démontrent : la chasteté, l’amour conjugal, le savoir, la charité et la valeur guerrière se succèdent, illustrées par des exemples organisés chronologiquement, et louées par un sonnet final.

Avec la troisième ode de Madeleine des Roches et « L’agnodice » de sa fille Catherine (1578), nous revenons aux écrits de femmes. La troisième ode de Madeleine est un poème heptasyllabique qui refuse que les femmes soient cantonnées à l’espace domestique et les incite à se saisir de l’encre et de la plume. L’« Agnodice » de Catherine, poème en alexandrins, met en scène une femme qui se déguise en homme pour exercer la médecine et sauver les femmes abandonnées par leurs époux. Condamnée à mort, Agnodice révèle son identité et obtient la pitié des hommes, à qui elle demande de laisser les femmes étudier.

Le « Bref discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, autant récréatif que plein de beaux exemples » de Marie de Romieu (1581) est une réponse à un texte misogyne de son frère Jacques, inspiré du texte de Charles Estienne, mais réinvesti par la locutrice. Ainsi, Marie de Romieu ajoute aux figures bibliques ou antiques dix exemples contemporains, parmi lesquelles les dames des Roches, Hélisenne de Crenne ou Catherine de Médicis.

Le « Discours » de Marguerite de Valois (1614) est une autre parole de femme, mais insérée dans un dispositif énonciatif singulier, puisqu’il est préfacé et commenté par le Jésuite François Loryot. Marguerite de Valois présente, en les numérotant, arguments et exemples qui prouvent l’excellence des femmes. François Loryot propose, en commentaire, une énumération de femmes illustres, dont Marguerite fait partie, mais conclut quant à lui au caractère exceptionnel de ces exemples, expliqué par leur statut social.

Enfin, l’Égalité des hommes et des femmes de Marie de Gournay (1622), entend apporter une perspective nouvelle, en ne défendant plus la supériorité des femmes, mais l’égalité des deux sexes. S’appuyant essentiellement sur des autorités antiques et contemporaines, Marie de Gournay discute elle aussi de l’accès des femmes à la culture et au pouvoir ou encore de leurs prédispositions aux vertus.

             Si la plupart de ces textes bénéficient déjà d’une édition moderne, à laquelle l’éditrice renvoie pour plus d’informations, il n’en reste pas moins que leur mise en série présente plusieurs intérêts indéniables, d’abord la mise en place d’un jeu de ressemblances et différences. Ainsi, la place de l’épisode de la Genèse, ou encore celle d’Aristote, pour statuer sur la question du féminin apparaissent nettement à la lecture de cette anthologie. On observe encore que lorsque les femmes prennent la parole, c’est prioritairement pour défendre leur droit – et leur capacité – à accéder à la culture, prémices indispensables à leur prise de parole elle-même. Les textes peuvent également se faire écho : par exemple, l’importance du texte de Corneille Agrippa est rendue sensible par ses mentions dans les textes suivants. Ainsi, cette anthologie, soignée et agréablement présentée, pourra constituer un important outil pédagogique ainsi qu’un support pour des chercheurs et chercheuses qui s’intéressent à ces questions. Enfin, elle pourra être le lieu d’une découverte, déjà éclairée et éclairante, de textes consacrés à la question, aujourd’hui non résolue et toujours brûlante, des rapports d’inégalités entre les sexes.

Nina Hugot

Colloque “Secrétaires écrivains en France (XVIe-XVIIe siècle)”

Secrétaires écrivains en France (XVIe-XVIIe siècle)

Colloque annuel de l’association V.-L. Saulnier

7-8 avril 2022

Lieu : Sorbonne, salle des Actes

Equipe d’organisation :

Delphine Amstutz, maîtresse de conférences, littérature, Sorbonne Université, CELLF

Paul-Victor Desarbres, maître de conférences, littérature, Sorbonne Université, CELLF

Nicolas Schapira, professeur, histoire moderne, Université de Nanterre, Centre d’histoire des Sociétés médiévales et modernes – Mémo

Claire Sicard, maîtresse de conférences, littérature, Université de Tours, CESR

Programme

Jeudi 7 avril

9h00 accueil des participants (Jean-Charles Monferran, président de l’association Saulnier)

9h15 Introduction par les organisateurs

Les secrétaires poètes et la cour de France

9h30 Nina Mueggler (Université de Fribourg), « Les secrétaires dans l’arène : la querelle Marot-Sagon »

10h Adeline Lionetto (Sorbonne Université), « Les secrétaires, petites mains de la fête ? »

L’auteur et ses secondes mains

11h45 Jean Balsamo (Université de Reims), « L’autographie de Montaigne: le Journal du voyage en Italie et l’autorité discrète du secrétaire »

12h15 Max Engammare (Institut d’histoire de la Réformation, Genève), « La fabrique Calvin. Stratégies et ateliers de production livresque du Réformateur »

Manuscrits de secrétaire

14h30 Rosanna Gorris (Université de Vérone), « Louis des Moulins de Rochefort, secrétaire, poète et médecin de Madame, entre Turin et Bale »

15h Mathilde Bombart (Université Versailles Saint-Quentin), « Papiers de secrétaire : les “portefeuilles du docteur Valant” »

16h Claire Sicard (Université de Tours, CESR), « ‘Que ce froid moleste et indigne/Ne gele les nez et la vigne.’ Saint-Gelais dans le secret du badinage entre les filles de Madame et Jean Cavenac de la Vigne, ambassadeur à Constantinople (décembre 1557) »

Vendredi 8 avril

Secrétaires, secret et politique

9h Damien Fontvieille (Sorbonne Université/professeur agrégé), « Les secrétaires d’Etat et les cercles littéraires à la Renaissance. Secrétaires humanistes et/ou professionnels du politique ? »

9h30 Maxim Boyko (Sorbonne Université/Université de Neuchâtel), « Denis Charpentier (v.1580-1647), secrétaire de Richelieu : homme de plume, homme de main, homme de confiance »

10h Gábor Förköli (Académie polonaise des sciences), « Compétence d’auteur et accès aux secrets : Jean de Silhon comme secrétaire »

Les secrétaires à l’œuvre

11h15 Cristina Panzera (Université de Bordeaux), « Du Tronchet et Bernardo Tasso »

11h45 Paul-Victor Desarbres (Sorbonne Université), « Le secrétaire et l’Encyclie : Guy Le Fèvre de La Boderie »

Carrières de secrétaires

14h Jean-Pierre Cavaillé (Université Toulouse Le Mirail), « Louis Machon, l’itinéraire d’un secrétaire dégradé »

14h30 Boris Donné (Université d’Avignon), « Pellisson ou la passion du secrétariat »

15h30 Delphine Amstutz (Sorbonne Université), « Jean-Louis Guez de Balzac ou le secrétaire manqué »

16h Conclusions : Nicolas Schapira (Université de Nanterre)

Télécharger le programme du colloque

Conférence “Savants, buveurs et vérolés très précieux dans Gargantua”

Dans le cadre du cycle de Conférences des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, Jean-Charles Monferran prononcera une conférence intitulée :

“Savants, buveurs et vérolés très précieux dans Gargantua”

le vendredi 11 mars 2022 à 18h00 à l’auditorium de la Bibliothèque humaniste de Sélestat (entrée rue de l’Eglise).

Invitation conférence J.-Ch.Monferran

Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance

Audrey Gilles, Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, février 2022, 626 p.
Prix Observatoire du Bonheur 2012
Prix de thèse Aix-Marseille Université 2013

Cette étude montre comment la dynamique entre voix masculines et féminines contribue à faire émerger un discours nouveau sur les plaisirs féminins dans la littérature française du XVIe siècle.

Table des matières sur le site de l’éditeur. 

La maison Changenet. Une famille de peintres vers 1500

 

Adam, Elliot – Caron, Sophie : La maison Changenet. Une famille de peintres entre Provence et Bourgogne vers 1500. 180 p., 108 ill.
(Musée du Louvre – In Fine éditions d’art, Paris 2021)

 

Ce livre est le résultat d’une enquête d’histoire de l’art, un véritable travail de limier qui permet de faire revivre l’univers pictural foisonnant dans lequel évoluent, entre Dijon et Avignon, les plus grands artistes du xve siècle.

Cette effervescence picturale a pour point de départ Avignon et un atelier, celui de de Jean Changenet, peintre favori d’une l’élite locale exigeante. Bientôt sa boutique devient un creuset européen dans lequel gravitent des artistes venus d’Espagne, d’Italie ou de Flandres.

Les auteurs se livrent à un véritable jeu de piste pour reconstituer la trajectoire des peintres de cette constellation artistique.

Plus d’informations vers le site Louvre Éditions.

Séminaire du groupe Mouseion

Dans le cadre de l’équipe de recherche CELLAM à l’Université de Rennes 2, la prochaine séance du séminaire Dialogue des temps, animé par le groupe Mouseion, aura lieu le jeudi 17 mars, de 14h à 16h.

Lors de cette première séance autour de la thématique “Vérité, mythe et fiction”, interviendront :

– 14h-15h : Fabienne Pomel et Sophie Van der Meeren, “Philosophie et fiction de l’Antiquité tardive à la Renaissance”
– 15h-16 : Franck Collin, “L’Invention de l’Arcadie”

Le séminaire aura lieu en hybride, en présentiel dans la salle recherche du Bâtiment B (Campus Villejean), et à distance sur zoom (écrire à l’organisatrice, Anne Rolet, pour obtenir le lien).

Image mise en avant : Hubert Robert, Paysage avec les bergers d’Arcadie. Crédit : Musée de Valence, photo Eric Caillet.

Dire le silence à la Renaissance, 12 mars 2022

Dire le silence à la Renaissance

 

samedi 12 mars 2022

Organisation : Pascale Mounier

Table ronde de l’association RHR

 

Le silence se définit par un arrêt de la parole ou du bruit. Un tel phénomène a quelque chose de rare en collectivité humaine. Il semble intéressant de voir comment les lettres et les arts s’emparent de la suspension du discours à la Renaissance. Le projet est bien sûr une gageure : comment exprimer, montrer ou, pour pousser le paradoxe, dire ce qui évite voire refuse la communication verbale ?

L’association RHR organise une table ronde à caractère interdisciplinaire sur la question. Les interventions programmées prendront la forme d’un exposé apportant et présentant des documents (textes, images) susceptibles de nourrir la réflexion. Il s’agira de prendre en compte la représentation de la suspension du dire dans ses aspects les plus concrets, ce qui suppose de s’appuyer sur des signaux ou des indices d’apparition du phénomène. L’idée est de proposer par ce biais des méthodes pour identifier les cas d’interruption du discours en s’appuyant sur les signaux d’apparition du silence, de mobiliser des concepts et de dégager les éléments qui méritent exploration. Le public et les autres intervenants sont encouragés à participer pour étayer les pistes proposées ou pour ouvrir d’autres voies permettant d’appréhender le champ du silence.

 

9 h 15-9 h 30 : Présentation

Pascale Mounier.

 

9 h 30-10 h 45 : Le lieu ou le personnage du silence

Interventions de Gilles Polizzi, Romain Menini et Géraldine Cazals.

 

11 h-12 h 15 : Se taire en société : un accident de la communication

Interventions de Sophie Astier et Véronique Duché.

 

13 h 30-14 h 30 : Arrêt du bruit ou du son

Interventions d’Isabelle Fabre et Jean Duchamp.

 

14 h 45-16 h : Se taire en société : une qualité de comportement

Interventions de Massimo Lucarelli et Antonin Godet.

 

La manifestation se tiendra en présence (entrée libre) et à distance (contact : mounier.pascale@wanadoo.fr).

Lyon, Maison des Sciences de l’Homme (MSH), 14 avenue Berthelot 69007 LYON, salle Elise Rivet

Voir en ligne : https://www.rhr16.fr/manifestations

Pré-histoires de l’anthropologie

Pré-histoires de l’anthropologie

 

Directeurs d’ouvrage : Michèle Clément, Pierre Girard

 

L’objet des études réunies dans ce volume consiste à aller au-delà de la perspective classique qui fait naître l’anthropologie au XVIIIe siècle, comme le propre des Lumières. Il s’agit d’aller en amont de cette périodisation classique et d’interroger les pré-histoires de cette discipline.

 

TABLE DES MATIÈRES

Michèle Clément et Pierre Girard : Introduction     7

Frédéric Tinguely : Dispositifs de relativisation. Le socle hérodotéen de l’anthropologie prémoderne    19

Michèle Clément : Penser ou figurer l’homme à la Renaissance ?Vitruve, Vésale, Dürer : prémisses de l’anthropologie    41

Nicole Gengoux : L’anthropologie du Theophrastus redivivus. Entre philosophie et science humaine    57

Stéphan Vaquero : La culture du goût chez Baltasar Gracián. Genèse d’une anthropologie sociale universelle    87

Tristan Vigliano : Dans quelle mesure peut-on parler
d’une anthropologie vivésienne ?   107

Arnaud Milanese : La connaissance de nous-mêmes selon Bacon. De l’homme matériel à l’histoire civile   127

Susanna Gambino Longo : Un paradigme primitiviste au xvie siècle. Récits italiens de peuples des îles   149

Ariane Bayle : Du nouveau sur l’homme malade ? Le cas des textes sur la syphilis au xvie siècle   171

Dominique Brancher : Anthropologie(s) sous condition. Montaigne et les régimes de vie   189

Index nominum   227

Résumés   233

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier.