« D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583

Nina Hugot, « D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DCXXVII], 2021.

Voici comment, dans un prologue adressé au Roi, Étienne Jodelle définit la pièce qui est sur le point d’être jouée devant lui : […] C’est une Tragedie. Qui d’une voix et plaintive et hardie Te represente un Romain Marc Antoine Et Cléopatre Egyptienne Roine […]. Si la voix de la tragédie est « et plaintive et hardie », la critique moderne a essentiellement retenu le premier adjectif, jusqu’à en faire un point majeur de la définition du genre au XVIe siècle. Que faire alors de la seconde épithète avancée par Jodelle ? Le dramaturge définit ici la voix de sa tragédie, mais il s’agit également pour lui d’y associer la voix de son héroïne, Cléopâtre, dont la hardiesse est célébrée dans la pièce. Nina Hugot examine l’ensemble des pièces tragiques imprimées entre 1537 et 1583 et souligne l’importance des deux versants de cette caractérisation de la tragédie et de son héroïne dans la constitution de l’esthétique du genre au XVIe siècle.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Producing Ovid’s ‘Metamorphoses’ in the Early Modern Low Countries

Producing Ovid’s ‘Metamorphoses‘ in the Early Modern Low Countries

Paratexts, Publishers, Editors, Readers

 

 John Tholen

 

Printers in the early modern Low Countries produced no fewer than 152 editions of Ovid’s Metamorphoses. John Tholen investigates what these editions can tell us about the early modern application of the popular ancient text. Analysis of paratexts shows, for example, how editors and commentators guide readers to Ovid’s potentially subversive contents. Paratextual infrastructures intended to create commercial credibility, but simultaneously were a response to criticism of reading the Metamorphoses. This book combines two often separated elds of research: book history and reception studies. It provides a compelling case study of how investigation into the material contexts of ancient texts sheds new light on early modern receptions of antiquity.

Sommaire et détails vers le site de l’éditeur, Brill.

La fabrique Calvin

La fabrique Calvin

L’ultime Institutio christianæ religionis et trois autres livres corrigés par Jean Calvin et ses secrétaires (1556-1563)

Max Engammare

 

En décembre 2019, puis au cours de l’année 2020, en mars, juste avant le début de la pandémie, puis en août, enfin en décembre, Max Engammare a eu la chance insigne, mais travaillée, de découvrir quatre livres latins de Calvin, annotés par lui et par deux secrétaires, dont son frère Antoine : l’Institution de la religion chrétienne (1559), le commentaire sur les Psaumes (1557), la seconde version du commentaire sur Esaïe (1559) et le commentaire des Épîtres pauliniennes (1556). À côté de son travail chez Droz, il a donc mené l’enquête, retrouvé les premiers acheteurs, dont Jean Crespin, puis entrepris la rédaction de ce livre. Le lecteur découvrira, pour la première fois, comment Calvin travaillait, comment il corrigeait ses livres essentiels, pour laisser à la postérité, dans un geste humaniste généralisé – et l’on pense à Érasme ou à Montaigne et à bien d’autres – une œuvre affermie et lissée, débarrassée quasi de toute scorie. Quelques inflexions de sa pensée théologiques et quelques éclaircissements bienvenus se laissent saisir. On entre ainsi dans ce que l’auteur appelle la Fabrique Calvin, car le Réformateur a mis en place trois ateliers de rédaction et des stratégies pour que rien de son activité intellectuelle et spirituelle ne se perde. Toutes les annotations importantes sont données et traduites, alors que les 104 annotations dans son exemplaire de la dernière version latine de l’Institution de la religion chrétienne sont notées, annotées et traduites en annexe.

Sommaire vers le site de l’éditeur, la Librairie Droz.

Sous la leçon des vents. Le monde d’André Thevet

 

Frank Lestringant, Sous la leçon des vents. Le monde d’André Thevet, cosmographe de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Géographies du monde », 2ème édition mise à jour et augmentée, 2021. Un vol. in-8° de 642 p. 33 illustrations.

 

Consacré au cosmographe André Thevet (1516-1592), ce volume s’ordonne selon les quatre vents de la mappemonde. La première partie replace Thevet en son siècle, à l’ombre des derniers Valois et sous la protection des Guises, qui favorisèrent ce franciscain autodidacte. Le deuxième volet concerne l’Orient méditerranéen, de Zante ou Zakynthos jusqu’à La Soltane de Gabriel Bounin et à la Cornélie de Robert Garnier ; le troisième explore le monde des grandes navigations, de Ca’ da Mosto à Villegagnon et de Cartier à Champlain ; le quatrième dégage des « leçons de plein vent », qui nous conduisent à l’éparpillement des îles sur la mer : tel est le Grand Insulaire ou atlas des îles du monde, auquel aboutit l’œuvre.

Ce copieux volume distribué en vingt chapitres n’est pas seulement la réédition d’un livre publié en 2003 et depuis longtemps épuisé, mais sa reprise, complétée, corrigée et augmentée de trois nouveaux chapitres, « Le Paris des cosmographes », « Vrai portrait et vie de Jean Clopinel, dit de Meung », « Animaux qui vivent de vent », ample fresque qui s’ouvre par une escale à Socotora et s’achève par le sacre de l’hybride dans La Tentation de saint Antoine de Flaubert, où se glisse le bradype, censé se nourrir de vent. Le livre inclut un parcours chronologique par les documents d’archives et une substantielle bibliographie critique, dûment mise à jour.

En feuilletant ce livre, on apprend tout d’abord que le titre Sous la leçon des vents en est emprunté à Thevet lui-même, qui a tiré cette expression de Fernandez de Oviedo y Valdès, l’auteur de L’Histoire naturelle des Indes. Ensuite, la chronologie est enrichie de faits nouveaux. Les ajouts concernent la vie même d’André Thevet. Par exemple, son protestantisme ou plutôt sa passade protestante ne fait plus guère de doute, dès lors que son amitié avec Jacques Grévin est prouvée, par une déclaration précoce de celui-ci, de même que son désir de passer en Angleterre, désir vite abandonné alors que se dessinait la perspective des guerres de Religion, et un peu plus tard, par le détour du Brésil ou plutôt de la France Antarctique, sa nomination au poste de cosmographe du roi. Le Second discours de Jacques Grévin sur les vertus et facultez de l’Antimoine, qui paraît en 1567, annonce la Cosmographie universelle, « laquelle en bref il doit mettre en lumiere ». Préparé en collaboration avec François de Belleforest, avec lequel Thevet ne tarde pas à se fâcher, cet ouvrage ne sera publié en fait qu’en 1575, c’est-à-dire une dizaine d’années plus tard.

On relira avec plaisir « La flèche du Patagon ou la preuve des lointains », qui rappelle de quelle manière Thevet, pour justifier ses dires, s’appuyait sur un riche cabinet de curiosités, où figuraient aussi bien des monstres horrifiques empaillés que des pierres rares et précieuses, un bec de toucan, une peau de crocodile, des peaux de serpents et diverses plumasseries venues pour la plupart du Brésil. À côté de ces monstres et prodiges, Thevet conservait quelques manuscrits précieux, dont le Codex Mendoza, un manuscrit aztèque à peintures aujourd’hui à la Bodleian Library d’Oxford.

Ensuite les récents sondages dans les principales bibliothèques d’Europe révèlent que cette œuvre s’est mieux diffusée qu’on ne l’a dit. Les « Thevetiana », qui complètent ce volume, chronologie de la réception de Thevet du XVIe au XIXe siècle, ont été substantiellement augmentés, passant de 34 pages dans la première édition à 62 pages, dans un format, il est vrai, légèrement réduit. Non pas que le nombre d’éditions ou de livres consultés ait véritablement doublé, mais la mise en ligne de la plupart des ouvrages anciens permet aujourd’hui de mieux comprendre la réception ancienne d’André Thevet, réception moins hostile qu’il pouvait d’abord sembler.

Au total, un ensemble riche et ouvert, qui appelle de jeunes talents pour reprendre la tâche. Le style de Thevet, en particulier, demande de nouveaux exégètes, et sa propension à satiriser ses concurrents réels ou supposés. Il y a de la verve célinienne dans ces plaintes réitérées qui festonnent ces derniers ouvrages, parmi lesquels Le Grand Insulaire et pilotage en cours de publication, vaste atlas inédit qui aurait dû comprendre toutes les îles du monde connu.

 

Adeline Lionetto

Sorbonne Université

Sculpture in Print, 1480-1600

Sculpture in Print, 1480-1600

 

Anne Bloemacher, Mandy Richter, Marzia Faietti (éd.)

 

Sculpture in Print, 1480–1600 is the first in-depth study dedicated to the intriguing history of the translation of statues and reliefs into print. The multitude of engravings, woodcuts and etchings show a highly creative handling of the ‘original’ antique or contemporary work of art. The essays in this volume reflect these various approaches to and challenges of translating sculpture in print. They analyze foremost the beginnings of the phenomenon in Italian and Northern Renaissance prints and they highlight by means of case studies amongst many other topics the interrelated terminology between sculpture and print, lost models in print, the inventive handling of fragments, as well as the transformation of statues into narrative contexts.

Table des matières vers le site de l’éditeur, Brill.

Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne  (1300-1560)

Journées d’étude

Appel à communication

Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne

 (textes et images, 1300-1560)

 

 

Jeudi 15 septembre et vendredi 16 septembre 2022

Jeudi 19 janvier et vendredi 20 janvier 2023

 

Projet ERC Advanced Grant AGRELITA

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

 

Le projet AGRELITA étudie la réception de la Grèce ancienne dans un corpus d’œuvres écrites en français de 1320 aux années 1550 et dans les illustrations de leurs manuscrits et de leurs imprimés. C’est seulement à partir des années 1550 que commence l’essor des traductions directes du grec au français. Du début du XIVe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle, les auteurs en langue française et les artistes qui illustrent les manuscrits et les imprimés de leurs œuvres, sauf exception, n’ont aucune connaissance directe d’œuvres grecques. Les savoirs sur la Grèce ancienne qu’ils transmettent et réinventent dans leurs textes et dans leurs images sont des savoirs médiatisés par des filtres divers. Leur réception est indirecte, elle prend appui sur des œuvres antérieures, textuelles et iconographiques, dont les représentations de la Grèce ancienne sont déjà le fruit d’une ou de plusieurs réceptions.

Les journées d’étude de septembre 2022 et de janvier 2023 seront consacrées à l’analyse, à l’intérieur de ce corpus, des nouvelles traductions et adaptations en langue française d’œuvres latines qui véhiculent des savoirs sur la Grèce ancienne, sous des formes diverses. Ces œuvres latines qu’adaptent les auteurs français des années 1300-1550 sont pour une part des œuvres antiques et médiévales qui ne sont pas des traductions, et pour une part des traductions ou adaptations d’œuvres grecques, avec parfois plusieurs transferts linguistiques à partir du grec. Elles sont très diverses : des textes antiques (Ovide, Virgile, Boèce, Augustin, Darès…) jusqu’aux traductions humanistes latines d’œuvres grecques réalisées en Italie et aux Pays-Bas aux XVe et XVIe siècles, en passant par des œuvres latines médiévales originales (i. e. non des traductions, Vincent de Beauvais, Troisième Mythographe du Vatican, Pétrarque, Boccace, l’auteur du Rudimentum novitiorum…), des traductions latines du français (Guido delle Colonne) et des traductions arabo-latines et arabo-hispano-latines (Aristote, Dits moraux des philosophes…).

Les auteurs en langue française héritent ainsi de réceptions antérieures diverses, qu’ils s’approprient et transforment, poursuivant le processus d’invention de représentations de la Grèce ancienne. Comme les manuscrits et les imprimés de leurs nouvelles traductions sont souvent très illustrés, les artistes offrent dans le même temps des traductions visuelles qui elles aussi s’appuient sur des sources diverses et des réceptions antérieures et donnent à voir de nouvelles images de la Grèce ancienne. La question de la réception de l’Antiquité grecque sera donc explorée par une entrée différente de celle qui a été adoptée jusqu’à présent et qui a consisté en l’étude de la transmission directe des œuvres grecques.

Dans le corpus de nouvelles traductions/adaptations en français des années 1300-1550 qui ont trait à la Grèce ancienne, à son histoire, ses héros, ses auteurs et leurs œuvres sans être des traductions directes d’œuvres grecques, il s’agira ainsi d’étudier les origines multiples et le syncrétisme des connaissances dont disposent les auteurs et les artistes, ainsi que les modalités de leurs appropriations et de leurs transformations. On analysera comment cette transmission de savoirs déjà porteurs d’interprétations diverses est avant tout une circulation et une création de représentations, et comment l’élaboration d’images de la Grèce ancienne contribue à l’invention d’une mémoire culturelle offerte à de larges publics laïcs par la double voie du texte et des images.

Le corpus d’études (textes et images dans les manuscrits et les imprimés) sera ainsi constitué :

-les traductions/adaptations en français d’œuvres latines antiques  et les images de la Grèce ancienne qu’elles véhiculent, notamment les traductions des œuvres d’Ovide, de la Consolation de Philosophie de Boèce, de la Cité de Dieu d’Augustin, du De excidio Troiae historia de Darès le Phrygien…

-les retraductions en français d’œuvres médiévales latines qui sont des traductions du français, comme celles de l’Historia destructionis Troiae de Guido delle Colonne.

-les traductions/adaptations en français d’œuvre médiévales latines qui ne sont pas des traductions, et parmi les plus diffusées celles de Vincent de Beauvais (héritier d’Hélinand de Froidmont), de Boccace, de Pétrarque, mais aussi bien d’autres textes ; les images de la Grèce ancienne que les œuvres médio-latines offrent et celles que leurs adaptations en langue française transmettent, fidèles ou infidèles.

-les premières traductions indirectes d’œuvres grecques, par l’intermédiaire de traductions latines, arabo-latines ou arabo-hispano-latines (les traductions françaises des œuvres éthiques et politiques d’Aristote, les Dits moraux des philosophes…)

-à partir du XVe siècle, les traductions françaises d’œuvres grecques par l’intermédiaire des traductions latines des humanistes d’Italie et des Pays-Bas. Particulièrement les traductions indirectes de Xénophon, Plutarque, Thucydide, Diodore de Sicile, Lucien, Homère, Euripide à partir des traductions de Poggio Bracciolini, Leonardo Bruni, Lorenzo Valla, Guarino Veronese, Pier Candido Decembrio et d’Erasme.

Comment les traducteurs humanistes en latin des œuvres grecques, puis les traducteurs en français de ces traductions latines présentent-ils leur entreprise de traduction ? Quelles images donnent-ils (eux et les illustrateurs des manuscrits et imprimés de leurs œuvres) des auteurs et des œuvres grecques, et de la Grèce ancienne dans les œuvres qui traitent de son histoire et de ses personnages ? Quelles évolutions voient le jour dans la réception de la Grèce ancienne ?

-les traductions dans d’autres langues vernaculaires européennes, aux XVe et XVIe siècles, des traductions humanistes latines d’œuvres grecques. Des analyses sur les nouvelles traductions indirectes, à partir du latin, notamment de Xénophon, de Plutarque, de Thucydide, de Diodore de Sicile, de Lucien, qui sont écrites dans les autres langues romanes et dans les langues anglaise et germanique, permettraient de comprendre les points communs et les différences de traduction et de réinterprétation dans plusieurs domaines culturels européens, les divers infléchissements donnés aux œuvres grecques et aux images de la Grèce ancienne, les différents usages de ces traductions, les différents types de manuscrits et d’imprimés, dans leur matérialité et leurs illustrations.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille. Contact : Catherine Gaullier-Bougassas

Les propositions sont à adresser (titre et quelques lignes de présentation) à Catherine Gaullier-Bougassas avant le 15 décembre 2021 à l’adresse suivante :

catherine.bougassas@univ-lille.fr

The AGRELITA project ERC n° 101018777 has been launched on October 1st 2021. It is a 5-year project (2021-2026) financed on an ERC Advanced Grant 2020 through the European Union’s Research and Innovation Programme Horizon 2020.

Lien vers le carnet Hypothèses AGRELITA.

L’Antéchrist au XVIe siècle

L’Antéchrist au XVIe siècle

Seizième siècle (19), automne 2021

Sous la direction scientifique de Sylviane BOKDAM, Véronique FERRER

Sommaire  : S. BOKDAM, « Quelques remarques d’introduction sur l’Antéchrist au xvie siècle » ; G. L. POTETSTÀ, « Eschatologie en fresque. L’Antichrist selon Luca Signorelli » ; T. VIGLIANO « “La première bête est déjà venue” : Lefèvre d’Étaples commentateur de 2 Th 2 » ; P.-V. DESARBRES, « Postel et les quatre Antéchrists : “La destruction du fauls Empire romain…” et le Thresor des propheties » ; O. MILLET, « L’Antichrist dans la Christianismi restitutio de Michel Servet » ; C. POSTH, « Entre tradition et transformation : l’Antéchrist dans le théâtre catholique du xvie siècle » ; A. BOUREAU, « Les labeurs ambitieux d’un polémiste : Florimond de Raemond et l’Antéchrist » ; J.-R. ARMOGATHE, « Une géographie de l’anti-monde : le De Antichristo de Thomas Malvenda » ; M. CLOSSON, « L’Antéchrist révélé par les diables » ; M.-M. FRAGONARD, « Une si sainte famille : l’Antéchrist selon Marie de Sains » ; C. BOURGEOIS, « L’Antéchrist à la lettre : histoire et anagogie dans le Théâtre de l’Antéchrist de Nicolas Vignier » ; T. VICTORIA, « Muse théologienne et Muse de la tragédie : l’Antéchrist dans Le Grand Tombeau du monde de Jude Serclier ».

Lien vers le site de l’éditeur, Librairie Droz.

 

Couleurs et pigments dans l’art de la Renaissance en Europe. Rome, 18-20 novembre 2021

Couleurs et pigments dans l’art de la Renaissance en Europe

 

 

Académie de France à Rome – Villa Médicis  École française de Rome
colloque international
18-20 novembre 2021

ORGANISATEURS :

Francesca Alberti, Académie de France
à Rome – Villa Médicis

Michel Hochmann ; Guy-Michel Leproux ; Audrey Nassieu Maupas, École pratique des Hautes Études, PSL

Ce colloque vient clore le programme de recherche pluriannuel intitulé Pictor, qui rassemble une équipe de chercheurs français, suisses, italiens, espagnols et belges pour étudier, dans une approche comparatiste, le métier de peintre en Europe au XVIe siècle.

Après plusieurs journées d’études consacrées à la population des peintres, à la réglementation, à la formation, aux savoirs, méthodes et techniques, lors de cette rencontre il sera question des matériaux et des pigments utilisés en peinture, mais aussi dans d’autres arts figurés (tapisseries, vitraux…). L’étude de la matérialité des œuvres est un domaine en plein essor depuis quelques années, qui ouvre de nouvelles perspectives grâce à la collaboration entre historiens, scientifiques et restaurateurs.

Le colloque offrira l’occasion de confronter les données des analyses scientifiques avec celles offertes par l’étude des sources (archives, livres de recettes et traités).

Programme à consulter Ici.

Dante en France au seizième siècle. Lyon, 6 novembre 2021

Table-ronde annuelle RHR

Dante en France au seizième siècle

 

Comité scientifique : Gilles Polizzi, Nora Viet, Michèle Clément

samedi 6 novembre 2021 à partir de 9h30

Lyon, Maison des Sciences de l’Homme

14 avenue Berthelot

Amphi Marc Bloch

Contacts : michele.clement@univ-lyon2.fr

 

L’anniversaire de la mort de Dante (1321) est l’occasion de nombreuses célébrations, surtout en Italie. Celles-ci ont commencé dès 2019 (colloque Dante e la sua eredità (1321-2021), nuove prospettive sulla terza rima, Vérone, Museo Civico di Storia Naturale, 2-4 octobre 2019) et se poursuivront encore toute l’année 2021. À cette occasion, et de façon plus modeste, l’Association d’étude de la Renaissance, l’Humanisme et la Réforme souhaite reprendre un dossier qui a beaucoup occupé les chercheurs au début du XXe siècle sur la présence et l’influence, apparemment minces, de Dante en France au XVIe siècle avant la grande traduction de l’abbé Grangier en 1597. Les travaux de Picot, Hauvette, Farinelli peuvent être aujourd’hui réexaminés (Franco Simone le demandait déjà en 1963) à la lumière de nouvelles recherches et de nouveaux dé-pouillements. L’histoire du livre, l’histoire de la langue et du « vulgaire illustre », l’analyse nouvelle des circulations des savants et des livres (imprimés et manuscrits), nous amènent à discuter cette discrétion de l’influence dantesque, submergée sous la vague pétrarquiste et la vague boccacienne. C’est une table ronde que nous organisons à ce sujet le 6 novembre 2021. Il faut peut-être déplacer le point focal de la Commedia vers d’autres textes de Dante, comme le De Vulgari eloquentia et la Vita nuova, qu’on a cru ignorés presque tout au long du XVIe siècle en France, et aussi prendre en compte les vies de Dante, pour réévaluer la lecture de Dante et son rôle dans l’histoire de la langue, de la terza rima, du sonnet, du commentaire, de l’auctorialité, de l’esthétique de l’obscurité…

Des spécialistes animeront la table ronde à partir de leurs recherches en proposant des courtes interventions thématiques et tous les participants sont invités à prendre la parole.

Pré-programme de la table ronde (par ordre alphabétique) :

Jean Balsamo (U. de Reims) Dante en France au XVIe siècle à la lumière de l’histoire du livre.

Paola Cifarelli (U. de Turin) Entre philologie et histoire : à propos du contexte de production de la première traduction française de la Comedia (ms Torino, BNU, L. III. 17).

Richard Cooper (U. d’Oxford) Illustrations de Dante au XVIe siècle en France.

Thomas Hunkeler (U. de Fribourg) « Lire Dante à travers Sperone Speroni ».

Alison Baird Lovell (U. du Wisconsin) « Dirlo non savrei » : l’amour sublime chez Dante et Scève (en marge de son livre : The Shadow of Dante in French Renaissance Lyric: Scève’s Délie, Walter de Gruyter, 2020).

Massimo Lucarelli (U. de Chambéry) Présentation du projet ANR DHAF (Dante d’Hier à Aujourd’hui en France, coordonné par Ph. Guérin) ; quelques remarques sur le De vulgari eloquentia en France au XVIe siècle.

Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) Insertion tardive de Dante dans le corpus allégorique français (1501-1518).

Stefania Vignali (U. de Turin) Mise en texte, mise en page, mise en image : le manuscrit bilingue de la première traduction de l’Enfer de Dante (ms Torino, BNU L. III.17).

Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Appel à communication

« Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) »

Colloque organisé par Caroline Trotot (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel), Violaine Giacomotto-Charra (projet HumanA Université Bordeaux-Montaigne, Centre Montaigne) et Nicole Dufournaud (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel)

Bordeaux, 29-30 juin 2022, Bibliothèque Municipale de Bordeaux

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau), Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Sandra Provini (Université de Rouen Normandie), François Rouget (Queen’s University, Kingston, Canada), Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Bien qu’elles aient été exclues de nombreuses institutions savantes de la Renaissance, universités ou collèges royaux, les femmes ont joué un rôle important dans la construction, la diffusion et la transmission des savoirs et de la culture, dans les réseaux de sociabilité et de clientèle, et ce à différents niveaux de la vie nobiliaire, urbaine et lettrée. En témoigne le grand nombre d’ouvrages qui leur est dédicacé ou l’influence qu’elles ont exercée sur le monde des arts [Wilson-Chevalier 2007][1]. Depuis la remarquable étude d’ensemble d’Evelyne Berriot-Salvadore [1990][2], des travaux essentiels ont été menés, non seulement sur de grandes figures nobiliaires comme les reines de Navarre ou Catherine de Médicis, mais aussi sur des ensembles plus vastes. La grande étude de Linda Timmermans [2005][3] montre ainsi que les femmes sont très nombreuses à participer à la culture au XVIIe siècle. De même, la partie consacrée à la période 1475-1615 par Éliane Viennot dans la récente histoire littéraire réalisée sous la direction de Martine Reid, Femmes et littérature, une histoire culturelle [2020][4], invite à renouveler une vision trop masculinisée de la littérature de la Renaissance et recense près de cent quarante autrices pour le 16e siècle [p. 223].

Ce colloque, au croisement d’un projet qui analyse la place des femmes dans la cité (https://citedesdames.hypotheses.org/ ) et d’un autre qui s’interroge sur les réseaux lettrés bordelais (https://centre-montaigne.huma-num.fr/projets-du-crmt/humana.html ), souhaite se pencher plus précisément sur la présence des femmes et sur les modalités variées de cette présence, parfois discrète ou oubliée, dans la construction et la diffusion des savoirs comme dans la vie intellectuelle et artistique de la Renaissance, en s’interrogeant plus particulièrement sur leur rôle dans l’histoire des villes, qui sont elles-mêmes des foyers intellectuels et politiques, des carrefours, des points de départ et de retour, des lieux de passages, des modèles (ou des contre-modèles), incluant des espaces divers (la cour, l’université, les académies). Il s’agira donc de contribuer également à une réflexion pluridisciplinaire sur l’histoire des villes dans la première modernité, en jetant la lumière sur la manière dont leur évolution est liée à leur nature de lieux de savoir et de culture. On tentera ainsi de poursuivre le travail pionnier mené par Michèle Clément et Janine Incardona [2008][5] pour analyser les liens unissant la ville de Lyon, l’humanisme et les femmes ainsi que celui de Kendall B. Tarte à propos des Dames des Roches et de la ville de Poitiers, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon [2007][6].

Les pistes à explorer sont nombreuses et variées, des plus matérielles au plus immatérielles :

– On pourra s’interroger d’abord sur la présence concrète des femmes dans les villes et les traces qu’elles y ont laissées : quel rôle les femmes ont-elles joué dans l’aménagement des villes, leur transformation pour accueillir les activités privilégiées de la culture humaniste et la diffuser ? On peut penser ici aussi bien aux lieux privés et de représentation que sont les demeures nobles (Catherine de Médicis et l’Hôtel de la Reine, Marguerite de Valois et l’Hôtel de la Reine Marguerite) ou bourgeoises, ainsi qu’à leurs jardins, ou encore à la fondation, à l’aménagement et au développement des lieux d’éducation et de savoir (collèges, académies). Ce dernier point ouvre la piste de leur rôle dans l’éducation, la transmission des savoirs et leur construction, grâce aux lieux urbains aménagés ou investis mais aussi grâce à leur rôle dans l’éducation à domicile, qui reste essentielle pour la noblesse (c’est à une femme qu’est dédié l’essai « De l’institution des enfants »).  Par ailleurs, les modalités de l’éducation des filles, au château ou en milieu urbain, en dehors des collèges réservés aux garçons, sont encore imparfaitement connues. Quels lieux pour cette éducation ? Peut-on considérer les nombreux livres de philosophie dédiés à des dames comme une manière de construire un lieu d’éducation féminin, ou en tout cas accessible aux femmes alors que les collèges sont des lieux urbains et exclusivement masculins. D’une manière générale, on pourra se poser la question de la spécificité de lieux féminins par rapport à ceux construits autour de figures masculines, comme les couvents de femmes, ou encore analyser la manière de nommer des lieux organisés par ou pour les femmes, en saisissant ces phénomènes en diachronie (par exemple, l’émergence du concept de « salon » et la difficulté à nommer les lieux féminins de sociabilité littéraire du 16e siècle).

– Le rôle des femmes peut également être exploré à travers l’analyse des modalités de leur présence dans la ville : rôle social et culturel, en particulier quand elles sont au centre d’une cour ou d’une Académie, modalités de présence dans les milieux du livre (qu’elles soient autrices ou professionnelles du livre, épouse active d’un imprimeur-libraire ou elle-même à la tête d’une boutique de libraire ou d’un atelier d’imprimeur). Il pourra s’agir ici aussi bien de leur présence concrète et de leur rôle dans l’atelier et dans le système général de l’économie du livre, que de l’étude des réseaux au cœur desquels se trouve l’atelier ou encore de leur rôle intellectuel : livres écrits pour les dames ou dédiés aux dames, importance du mécénat et de la protection exercés par des femmes. La question du livre et celle des lieux d’habitation et de vie intellectuelle peuvent également se rejoindre à travers celle des bibliothèques féminines.

– Une autre question posée est celle du rôle des femmes dans les réseaux dont les villes sont des nœuds concrets autant que symboliques, noyaux et modèles d’un tissu de villes plus petites et de châteaux gravitant autour de villes plus importantes. On pourra s’intéresser ici au rôle de passeur de certaines figures féminines, qui après un séjour à la cour se font mécènes en leur domaine (comme Jacquette de Montbron), à celles qui vivent ainsi entre leurs châteaux et les centres urbains, et à tout ce qui rend aujourd’hui encore visibles ces réseaux : les éventuelles traces matérielles (architecture, ornements, jardins) mais aussi les correspondances, les traces archivistiques, les enseignements du péritexte des livres publiés ou la célébration de certaines figures par les poètes.

– Enfin, le colloque s’intéressera à la question de la mémoire et de la préservation de cet héritage : comment nommer et rendre visible aujourd’hui ce rôle, identifier et caractériser ces traces ? Comment les décrire, en parler, les traiter ? Exigent-ils une approche ou une méthode spécifique ? Comment rendre visibles ces problématiques aujourd’hui avec les outils numériques et plus largement penser et valoriser les traces dans les villes contemporaines ?

La période couverte par le colloque va de 1492, naissance de la première Marguerite de Navarre, à 1615, mort de la dernière. Les propositions pourront être centrées sur une figure féminine aussi bien qu’un groupe ou un réseau, mais aussi un milieu urbain particulier, un type de lieu ou tout autre approche pertinente par rapport au sujet, dans diverses disciplines notamment littérature, histoire, histoire des arts, humanités numériques.

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximun, accompagnées d’une courte bio-bibliographie d’une page maximum sont à adresser à l’adresse générique colloquefemmeshumanisme@gmx.fr pour le 15 décembre 2021.

Continuer la lecture de Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

La lettre de l’estampe. Les formes de l’écrit et ses fonctions dans la gravure européenne au xvie s

La lettre de l’estampe.

Les formes de l’écrit et ses fonctions

dans la gravure européenne au xvie siècle

 

Marianne Grivel, Emmanuel Lurin (éd.)

 

Mots, titres, légendes, descriptions et commentaires, vivantes adresses des marchands d’estampes à leurs « heureux » clients. Signatures d’artistes, marques commerciales, utiles privilèges et nobles dédicaces. Lettres en langue latine, française, allemande, italienne, lettres polyglottes sur des images pieuses destinées à l’exportation. Ecritures cursives ou typographiques, beaux caractères formés par la main experte d’un graveur en lettres, textes calligraphiés dont les ornements magnifient les planches. Des inscriptions tantôt discrètes, tantôt ostentatoires, dont les signes peuvent être incorporés au dessin, gravés au plus près des figures, mais aussi isolés dans des cadres, ou encore rejetés à la marge, le plus souvent sous l’image. Des écritures que l’on remarque, que l’on suit du regard, que l’on découvre parfois cachées dans un détail de la composition, des phrases que nul n’est obligé de lire, mais qui nous interpellent depuis le dessin et dont la lecture peut modifier notre appréciation d’une planche. Et si la gravure était aussi une affaire de mots ? Et si l’histoire de l’estampe pouvait être abordée sous l’angle des écritures qui encadrent, ponctuent ou même traversent le champ habituellement clos de la représentation ?

 

Liste des contributeurs :

Alessia ALBERTI, Castello Sforzesco, Milano

Mathilde BERT, Université catholique de Louvain

Nastasia GALLIAN, Sorbonne Université

Marianne GRIVEL, Sorbonne Université

Flora HERBERT, Sorbonne Université

Alexandra KOCSIS, Hungarian National Gallery, Budapest

Estelle LEUTRAT, Université Rennes-II

Emmanuel LURIN, Sorbonne Université

Anne-Katrin SORS, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen

Loretta VANDI, Scuola del Libro, Urbino

 

Sommaire vers le site de l’éditeur, Peter Lang.

La fortune dans l’écriture de l’histoire (1560-1600)

À hauteur humaine

La fortune dans l’écriture de l’histoire

(1560-1600)

Alicia Viaud

 

Dans les dernières décennies du XVIe siècle, s’épanouit une histoire « à hauteur humaine », par l’objet qu’elle se donne – l’ensemble de ce qui est relatif aux femmes et aux hommes du passé – et par les limites qu’elle se fixe – les capacités humaines d’intelligence du monde. La fortune, à la fois lieu commun et objet polémique, contribue au développement de cette pratique d’écriture qui se veut séculière, quoiqu’elle prenne toujours en considération la volonté divine. Dans les livres d’historiens comme dans les Mémoires, toujours niée mais fréquemment mentionnée, elle est un outil contribuant à établir les structures logiques et temporelles des récits, leurs stratégies argumentatives, leur valeur édifiante ou pratique. Elle permet de penser l’adversité comme obstacle et comme limite aux entreprises humaines, de concevoir l’action entre calcul raisonnable et pari audacieux, ainsi que de s’approprier le passé, en conférant aux histoires singulières des caractéristiques communes.

Sommaire sur le site de l’éditeur (Droz).

 

La paix des Dames. 1529

La paix des Dames

1529

 

Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Nicolas Le Roux,

Pierre-Gilles Girault (éd.)

 

Parmi toutes les femmes qui ont exercé une fonction de pouvoir dans l’Europe de la Renaissance, Louise de Savoie, mère de François Ier, et Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint, sont parmi les plus célèbres. Le traité de paix qu’elles négocièrent ensemble à Cambrai en 1529, au nom de leurs fils et neveu, ne l’est pas moins.
Demeuré dans les mémoires comme la « paix des Dames », cet accord mit fin à la deuxième guerre que se livraient le roi de France et l’empereur. La rencontre – dominée par des figures féminines de premier plan – fut le théâtre d’intenses tractations entre la France d’une part, l’Empire, les Anciens Pays-Bas et les Espagnes de l’autre.
Ce livre étudie la négociation de paix en elle-même, le cérémonial qui l’a entourée et la façon dont l’accord a été rendu public et célébré. Au-delà, on comprend le rôle que les femmes jouent dans les processus de pacification. On entend, aussi, contribuer à l’histoire de la construction, de la représentation et de la mise en scène des pouvoirs, spécialement en ce qui concerne le pouvoir féminin.

Avec les contributions de :

Thalia Brero, Susan Broomhall, Juan M. Carretero, Jean-Marie Cauchies, Catherine Chédeau (†), Aubrée David-Chapy, Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Pierre-Gilles Girault, Jean-Paul Hoyois, Nana Kaku, Nicolas Le Roux, Virginie Leroux, Eva Pibiri, David Potter, Thierry Rentet, Antoine Rivault, Alain Servantie, Kathleen Wilson-Chevalier, Mary Beth Winn & Alexandra Zvereva.

Sommaire vers le site de l’éditeur, les Presses Universitaire François-Rabelais.

Remember me, octobre – janvier 2022

Remember me

More than 100 Renaissance portraits, from Dürer to Sofonisba

 

Amsterdam, Rijksmuseum

Until 16 january 2022

Do you see me ? And how do you see me ? Powerful emperors, flamboyant aristocrats and well-to-do citizens. Throughout the 15th and 16th centuries, increasing numbers of people had themselves immortalised by the artists of the day. Remember me is about ambition, longing, loss – and how people want to be remembered.
The desire to remember and to be remembered is a very old and human need. Since antiquity men has been making portraits, and the selfie is now an indispensable part of everyday life. Somewhere in between, around 1500, the first blossoming of portraiture in Europe began.

How do you see me ?

Then, as now, the sitters were keen to be presented in the most favourable manner possible. All aspects of the composition – the facial expression, symbolism, pose, background and clothing – were carefully planned out. Where the one prioritised beauty, the other focused on exuding authority. Charles V, Holy Roman Emperor, for example, emphatically highlighted his power around 1553 by having himself immortalised as a Roman Emperor. Remember me sheds light on how people wanted to be seen, in themes such as beauty, authority, ambition, love, family, knowledge and faith. How would you like to be remembered?

International Masterpieces

Remember me brings together portraits from museums all over Europe and the United States. Portrait of a Young Woman is a masterpiece of the Northern Renaissance, painted by Petrus Christus around 1470. This highlight of the Gemäldegalerie collection will be out on loan from the Berlin museum for the first time since 1994.

  • Museo Civico d’Arte Antica, Palazzo Madama in Turin is loaning Antonello da Messina’s 1476 work Portrait of a Man.
  • The funeral monument of Isabella van Bourbon from the Antwerp Cathedral of Our Lady was made by Jan Borman the Younger and Renier van Thienen in 1475-76. This effigy will be reunited with the accompanying Pleurants, or ‘weepers’, in the Rijksmuseum (on loan from the municipality of Amsterdam).
  • Two works by Albrecht Dürer have been loaned for the exhibition: his 1508 work Portrait of an African man from the Albertina in Vienna and Portrait of a Young Woman in Prayer With Her Hair Down (1497) from the Städel Museum in Frankfurt.
  • The Kunstmuseum Basel is loaning several works, including the 1516 Double Portrait of Jakob Meyer zum Hasen and_ Dorothea Kannengießer_ by Hans Holbein the Younger.
  • The National Gallery of Art in Washington has loaned Jan Gossart’s Portrait of Jan Jacobsz Snoeck, painted around 1530.
  • Sofonisba Anguissola’s Self-Portrait (ca. 1556) will be loaned from Muzeum-Zamek w Łańcucie, Łańcut in Poland.
CATALOGUE

The exhibition is accompanied by the catalogue Remember Me, a richly illustrated book written by Rijksmuseum curators Sara van Dijk and Matthias Ubl, with contributions from Friso Lammertse and Ilona van Tuinen.

272 pages, ISBN 9789090326500, €27,50. Available in the Rijksmuseum (web)shop and book shops.

 

Lien vers le site du musée.

Pierre de L’Estoile, homme de cabinet, homme de réseaux. 25-26 novembre 2021

Pierre de L’Estoile,

homme de cabinet, homme de réseaux

 

 

Colloque international organisé par
Nancy Oddo et Gilbert Schrenck.

 

25 – 26 novembre 2021, université Sorbonne-Nouvelle

 

Pierre de L’Estoile (1546-1611), parlementaire parisien, érudit de vaste culture et fort curieux de son temps, est connu pour ses Mémoires-Journaux rédigés du 30 mai 1574 au 27 septembre 1611, veille de sa mort. Ce fidèle serviteur d’Henri III et d’Henri IV, opposé aux extrémismes ligueurs au risque de sa vie, y consigne les malheurs du temps des guerres de Religion, nous offrant un tableau réaliste des violentes passions qui agitent ses contemporains, mais aussi quelques bonnes nouvelles, faisant revivre des vies minuscules, égrenant le temps qu’il fait, les livres lus, les rencontres, les amis qui meurent, la vie comme elle va en cette fin de XVIe siècle, sans jamais sacrifier sa foi dans les pouvoirs de la littérature pour restaurer la dignité de l’homme. Dénonçant les excès des Grands, les scandales des mœurs et les travers de la société, il poursuit parallèlement ses activités de collectionneur passionné, entre autres traces du temps, de libelles et placards qu’il compile dans le Recueil des Belles Figures et Drollerie de la Ligue et dans d’imposants volumes de « ramas ».

Ses œuvres constituent un témoignage rare, en cette période de fanatismes, d’un esprit de tolérance et d’un idéal de paix. De récentes études et l’édition de son Journal ont essayé de les préciser : elles méritaient amplement ce premier colloque international où des spécialistes de différentes disciplines tenteront de restituer le rôle et la place de L’Estoile par rapport à son milieu, et de préciser son action d’homme politique, ses convictions religieuses et la dimension littéraire de ses écrits.

Programme complet ici.

Société Française d'Etude du Seizième Siècle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search