Poètes et pédagogues de la Réforme catholique

Agnès Passot-Mannooretonil, Poètes et pédagogues de la Réforme catholique, Paris, Classiques Garnier,  Bibliothèque de la Renaissance, n°21, 2019.  64 euros.

Résumé: Les réformes du début du XVIe siècle ont entraîné un renouvellement de la littérature spirituelle. Cloîtres et cours s’échangent des textes d’où ressort un même goût pour une dévotion pénitentielle et sensible, fidèle aux modèles médiévaux, mais préfigurant déjà une authentique poésie religieuse.

Télécharger la table des matières :  poetes-et-pedagogues-de-la-reforme-catholique-table-des-matieres (1).

CHACUN SON HORACE Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles). Sous la direction de N. Dauvois, M. Jourde et J.-C. Monferran

 

Vient de paraître.

La réception des auteurs classiques est toujours multiple. Elle donne lieu à des lectures diversifiées et à des usages éditoriaux distincts. Cette pluralité des lectures vaut peut-être plus encore pour Horace. C’est qu’à la différence de Virgile qui n’était pas théoricien ou d’Aristote qui n’était pas poète, Horace offre à la fois une théorie et une pratique, et celles-ci cultivent l’ambiguïté, sinon la contradiction. C’est aussi sans doute qu’Horace est sensible, comme poète et comme théoricien, à la variété, à la différence et au droit de l’appropriation. C’est enfin peut-être que ses textes permettent, loin de tout système et par morceaux épars, de mettre au premier plan des questions essentielles, littéraires, linguistiques et sociales, sur l’autorité de l’usage, la portée de l’innovation, la relation au modèle, questions qui ne cessent d’occuper la première Modernité.

Aussi selon les milieux, les options poétiques, les générations, chacun s’accapare Horace et s’en réclame, l’accommode à ses propres idées, la plasticité du texte horatien permettant ces adaptations concurrentes ou successives. Dans l’Europe du début de l’époque moderne, parmi les commentateurs ou les poètes humanistes, les praticiens et les théoriciens des différents vernaculaires, chacun a « son » Horace, lyrique ou satirique, grave ou comique, chantre de la propriété ou du langage figuré, pourvoyeur de concepts ou bien de modèles d’écriture, qu’il lit à sa guise et parfois (souvent) contre d’autres.

Issues pour la plupart du colloque organisé à l’Université Sorbonne-Nouvelle/Paris 3 les 11 et 12 juin 2015, les dix-sept études réunies dans ce volume examinent certains des débats et des conflits suscités par Horace et ses textes, ou certaines appropriations de son modèle. Elles viennent clore à leur manière les quatre années du projet ANR consacré à la réception d’Horace à l’âge moderne.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Bulletin de la Société internationale des amis de Montaigne 2018 – 2, n° 68 varia

Vient de paraître.

Directeur d’ouvrage: Couturas (Claire)

Contributeurs: Andrieux (Armelle)Bettoni (Anna)Cappa (Carlo)Carbone (Raffaele)Cavallini (Concetta)Cordiner (Valerio)Devincenzo (Giovanna)Montaleone (Carlo)Panichi (Nicola)Ragghianti (Renzo)Sgattoni (Marco)

 

https://classiques-garnier.com/bulletin-de-la-societe-internationale-des-amis-de-montaigne-2018-2-n-68-varia.html

Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés

Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés

 Colloque international organisé par Gautier Amiel, Luisa Capodieci, Adeline Lionetto et Marie-Joëlle Louison-Lassablière

Vendredi 5 avril

 9h: Accueil des participants à l’Hôtel de Lauzun (17, quai d’Anjou, sur l’île-Saint-Louis)

 9h30 : Ouverture du colloque. Introduction par Gautier Amiel et Adeline Lionetto (Sorbonne Université)

 Le regard pédagogique ou l’enseignement de la danse :

 Modératrice : Adeline Lionetto

 10h : Marie Raulin (Université McGill, Montréal)

« Sur le bon pied : rhétorique des premiers traités français de danse et d’équitation »

10h30 : Marie-Joëlle Louison-Lassablière (IRHIM UMR CNRS 5317 Saint-Etienne)

« Antonius Arena ou l’œil du maître »

11h : Pause

11h15 : Matthieu Ferrand (Université de Grenoble-Alpes)

« La danse dans l’université parisienne au début du XVIe siècle »

12h15 : Discussion

12h30 déjeuner

La danse vue par les musiciens

 Modératrice : Adeline Lionetto

 14h : Cecilia Nocilli (Harvard University Center for Italian Renaissance Studies)

« Domenico da Piacenza and Fifteenth-Century Dance Music Theory: A New Musicological Approach »

14h30 : Stéphane Partiot (Université de Paris-Diderot)

« Présences de la danse dans les recueils de chansons de Bonfons et Rigaud (1548-1601) »

15h : Luc Vallat (Université de Berne)

« Mêler pour mieux vendre : les Six Gaillardes et six Pauanes avec Treze chãsons musicales parues chez Attaingnant »

15h30 : Discussion

16h : Pause

Le regard technique du chorégraphe et du danseur

Modérateur : Gautier Amiel

 16h30 : Hubert Hazebroucq (Chorégraphe, Compagnie ‘Les Corps Eloquents’ Paris)

« Mesures, passages, figures. A propos de quelques formes de composition à la Renaissance »

17h : Christine Grimaldi (Chorégraphe, Compagnie ‘Le Tracervatoire’ Bordeaux)

Démonstration avec son partenaire Jean-Charles de quelques danses de la Renaissance.

17h30 : Discussion

18h : Fin de la journée.

Samedi 6 avril

9h30 : Accueil des participants en Sorbonne, amphithéâtre Cauchy

La danse de la Renaissance vue par la postérité

Modératrice : Luisa Capodieci

 10h : Bénédicte Jarrasse (Sorbonne Université)

« La danse du XVIe siècle au prisme de l’historiographie des XVIIIe et XIXe siècles »

10h30 : Béatrice Pfister (Doctorante à l’Université de Sorbonne Nouvelle)

« Le livret du Ballet Comique de la Reine, ‘ce petit monument’ : enjeux du regard du lecteur à travers les siècles »

11h : pause

11h15 : Gerrit Berenike Heiter (Université de Vienne en Autriche)

« D’écrire et imprimer le ballet : entre ars memoria, propagation du ballet et plaisir de lecture »

11h45 : Concetta Cavallini (Université de Bari, Italie)

« Le lexique de la danse entre Italie et France dans la seconde moitié du XVIe siècle. Réflexions et pistes d’analyse »

12h15 : discussion

Le regard du censeur :

Modératrice : M.-J. Louison-Lassablière

 14h : Samuel Cuisinier-Delorme (Université de Clermont Auvergne)

« Regards de censeurs sur la danse et le danseur dans quelques traités moraux de la Renaissance anglaise »

14h30 : Matteo Leta (Université de la Sorbonne)

« ‘Car où sont ces sauts et danses lascives, là aussi est le diable’ : sorciers et démons dansants à la Renaissance »

15h : discussion

15h30 : Conclusion-synthèse (Fin du colloque vers 16h)

 

Inscription obligatoire : pour le 5 sur le site de l’IEA (https://www.paris-iea.fr/fr/), pour le 6 auprès de Gautier Amiel (gautier.amiel@yahoo.fr). 

L’Année rabelaisienne 2019, n° 3

Vient de paraître.

Contributeurs: Arsenault (Christine)Berthon (Guillaume)Bistagne (Florence)Cappellen (Raphaël)Céard (Jean)Cooper (Richard)Desbois-Ientile (Adeline)Firmin (Gilles)Frei (Peter)Giordani (Françoise)Guerrier (Olivier)Halévy (Olivier)Halpern (Anne-Élisabeth)Huchon (Mireille)La Charité (Claude)Le Cadet (Nicolas)Lebreton (Julien Ludovic)Lestringant (Frank)Lorandini (Francesca)Manca (Valentina)Marrache-Gouraud (Myriam)Menini (Romain)Monfort (Marie-Laure)Ozwald (Thierry)Pédeflous (Olivier)Polizzi (Gilles)Pouey-Mounou (Anne-Pascale)Roy (Pierre-Emmanuel)Séguin-Brault (Olivier)Ternaux (Jean-Claude)Triantafyllou (Angelos)Urbani (Bernard)

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

 

 

 

Femmes de guerre XVIe-XVIIIe siècles

Femmes de guerre XVIe-XVIIIe siècles

Colloque international de la Société Internationale des Femmes d’Ancien Régime (SIÉFAR)

en partenariat avec le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC)

29- 30 mars 2019

Affiche Femmes de guerre

Vendredi 29 mars

Auditorium Austerlitz des Invalides

Réservation obligatoire : histoire@musee-armee.fr (à partir de votre messagerie)

Matin

9h00 : ouverture du colloque

9h15 : allocution de Nathalie Grande, présidente de la SIÉFAR

 

Représentations légendaires de la femme de guerre

Présidente de séance : Nathalie Grande

9h30-9h50

Caroline Fischer (université de Pau et des Pays de l’Adour) : « Autour de Sémiramis »

9h50-10h10

Catherine Pascal (université Paul Valéry, Montpellier 3) : « ‘‘Des aigles toujours généreuses et toujours hardies’’ » : les femmes de guerre dans La Galerie des femmes fortes du père Le Moyne »

10h10-10h30

Sophie Nawrocki (responsable du fond d’estampes de la Bibliothèque de l’Arsenal et du service communication et conservation) : « Un cabinet de femmes fortes à l’Arsenal pour Marie de Cossé-Brissac, épouse du grand maître de l’Artillerie, Charles de La Porte, duc de La Meilleraye »

Discussion et pause

Suite

Présidente de séance : Sandra Provini

11h-11h20

Françoise Douay (Aix-Marseille Université) : « Faits mémorables et vertus patriotiques de quelques femmes de guerre d’après La morale en action des pères Béranger et Guibaud, 1790 »

11h20-11h40

Perry Gethner (université d’État d’Oklahoma) : « Les guerrière au théâtre. Dramaturges masculins et féminins »

Discussion

Figures féminines et vertus guerrières

Président de séance : Antoine Roussel

14h30-14h50

Véronique Garrigues (université de Toulouse Jean Jaurès) : « Femmes fortes, capitainesses et amazones : la violence armée des femmes au XVIe-XVIIe siècle en Europe »

14h50-15h10

Emmanuèle Lesne-Jaffro (université Clermont Auvergne) : « L’image de la femme de guerre dans les Mémoires de l’âge classique »

15h10-15h30

Debora Sicco (université de Turin) : « La représentation des guerrières dans l’œuvre de Voltaire »

Discussion et pause

Présidente de séance : Ariane Ferry

16h-16h30

Émilie Robbe (conservatrice du Département moderne du musée de l’Armée) : « Guerrière ou soldat ? – les femmes sous l’uniforme dans les collections muséales ».

Samedi 30 mars

Site de Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, 75006, Paris, grande salle

Pas de réservation obligatoire

Femmes de pouvoir, cheffes de guerre

Matin

Présidente de séance : Julie Piront

9h-9h20

Valérie Auclair  (université Paris-Est-Marne-la-Vallée) : « Catherine de Médicis reine de guerre dans L’Histoire de la royne Arthemise »

9h20-9h40

Fanny Giraudier (université Lyon 2) : « Une femme en guerre, Charlotte Brabantine de Nassau et le parti protestant pendant les dernières guerres de religion »

Discussion et pause

Suite

Présidente de séance : Adeline Lionetto

10h-10h20

Amélie Balayre (université d’Artois) : « Une reine peut-elle diriger une guerre ? La réception de l’invincible armada et le pouvoir féminin d’Élizabeth dans les relations diplomatiques franco-anglaises (1588-1603)

10h20-10h40

David Salomoni (università degli Studi Roma 3) : « Caterina Sforza. L’éducation d’une femme guerrière du XVIe siècle »

10h40-11h

Ekaterina Bulgakova (université d’État de Moscou Lomonossov ; Sorbonne Université) : « Entre un manifeste politique et un jeu galant. L’image des femmes guerrières à la cour de Russie au XVIIIe siècle »

Discussion

14h-15h

Assemblée générale de la Siéfar

Pause

Reprise du colloque

La femme de guerre : entre sources et représentation

Perspectives

Présidente de séance : Éliane Viennot

15h30-15h50

Benoît Grenier (Université de Sherbrooke) : « Des seigneuresses au combat ? Entre le mythe et l’action »

15h50- 16h10

Claude Weber : « Les enjeux actuels des femmes en opération »

Discussion

16h10-16h30

Conclusion du colloque : Agnès Cousson

***

Comité scientifique :

Frédéric Dessberg (CREC-Saint-Cyr, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan), Ariane Ferry (CérédI, université de Rouen), Véronique Gély (CRCL, Sorbonne Université), Nathalie Grande (LAMO, université de Nantes), Adeline Lionetto (CELLF, Sorbonne Université), Sandra Provini (CérédI, université de Rouen)

Comité d’organisation :

Marianne Charrier-Vozel (CECIJ, université de Rennes I), Agnès Cousson (CECIJ, université de Bretagne occidentale), Anne Debrosse (Crec-Saint-Cyr, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan /CRLC), Antoine Roussel (Crec-Saint-Cyr, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan)

Liste des partenaires :

SIÉFAR

CREC Saint-Cyr

Reid Hall – Columbia à Paris

Musée de l’Armée

Société 17e siecle

Sorbonne Université

CELLF

CRLC

Université de Rouen – CérédI

Université de Liège

Université de Brest – UFR lettres

Jean Calvin, Praelectiones in Lamentationes Jeremiae / Leçons sur les Lamentations de Jérémie Édité par Max ENGAMMARE, Nicole GUEUNIER, Traduit par Charles de JONVILLER

Vient de paraître.

Après les 193 leçons sur le livre du prophète Jérémie (cf. Calvini opera denuo recognita, Series Exegetica 6a et 6b, 2016), Calvin paracheva son explication du prophète avec dix-huit leçons sur les Lamentationes de septembre 1562 à janvier 1563. Les Lamentations s’inscrivent dans l’une des traditions poétiques des qînoth, les complaintes qui concernent le gouvernement politique. Calvin s’attache à en donner une interprétation morale et actualisante. Les sources et les principes exégétiques du Réformateur restent les mêmes, mais la double introduction, au texte latin et au texte français, les rappelle. L’édition est en effet juxtalinéaire avec en vis-à-vis la traduction modernisée et commentée de Charles de Jonviller. Deux index des noms de personnes et des citations bibliques complètent l’édition.

https://www.droz.org/fr/6955-9782600059176.html

Élodie Bénard, Les vies d’écrivains (1550-1750) Contribution à une archéologie du genre biographique

Vient de paraître.

Entre la Vie de Ronsard, dont la première version parut en 1586, et l’Éloge de Molière dû à Chamfort en 1769, se développe un genre qui prend son autonomie par rapport à la tradition des Vies d’hommes illustres issue de l’Antiquité : la Vie d’écrivain. Élodie Bénard distingue trois périodes dans l’évolution du genre : la période rhétorique – lorsque le genre était lié à la tradition de l’éloge –, la période mondaine – où la Vie d’écrivain se détache de celle d’homme de lettres –, et la période historique, avec son nouvel impératif de véridicité combiné au goût croissant pour l’anecdote et le secret – les anecdotes prétendant révéler les secrets.
Le présent ouvrage offre ainsi une étude puissante et neuve des caractéristiques des Vies d’écrivains et de leur évolution du XVIe au XVIIIe siècle, en même temps qu’une réflexion approfondie sur la façon dont s’est constituée l’histoire littéraire au moment où elle a commencé à prendre conscience d’elle-même.

https://www.droz.org/fr/6960-9782600058957.html

Villes à la croisée des langues (XVIe-XVIIe siècles). Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme Städte im Schnittpunkt der Sprachen (16.-17. Jahrhundert). Antwerpen, Hamburg, Mailand, Neapel und Palermo Coordination éditoriale de Roland BÉHAR, Mercedes BLANCO, Jochen HAFNER

La pluralité des langues dans ses diverses facettes – individuelle (plurilinguisme) ou sociale (multilinguisme), ancrée dans les institutions ou pratiquée spontanément –, loin de dater d’aujourd’hui, est un phénomène omniprésent dans les sociétés anciennes. Les villes jouèrent un rôle primordial dans le développement des pratiques de coexistence, et parmi elles dans les relations d’interaction, de voisinage mais aussi d’antagonisme entre les langues. L’ouvrage examine des formes de pluralité linguistique dans cinq villes européennes : Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme. Ces lieux se prêtent spécialement à une étude du multilinguisme du point de vue linguistique, littéraire et historique, pour des raisons qui tiennent à leur situation géographique, à leur importance marchande ou culturelle, à leur personnalité politique, à leur diversité institutionnelle, bref, aux spécificités de leur histoire. À cet égard, ce volume de la série De lingua et linguis dédié à la ville comme espace de communication illustre de manière significative les dynamiques de ces situations linguistiques au début de l’Epoque Moderne. 

Mehrsprachigkeit in ihren verschiedenen Ausprägungen – individuell (Plurilinguismus) oder gesellschaftlich (Multilinguismus) bedingt, institutionell verankert oder spontan praktiziert – ist nicht nur ein Phänomen heutiger Gesellschaften, sondern war auch in früheren Zeiten Alltag. Städte spielten dabei stets eine wichtige Rolle für die Praxen der Koexistenz, für das Miteinander, Nebeneinander aber auch Gegeneinander von Sprachen. Der Band will Formen von sprachlicher Pluralität in der Frühen Neuzeit in fünf europäischen Städten: Antwerpen, Hamburg, Mailand, Neapel und Palermo darstellen. Orte, die aufgrund der geographischen Lage, merkantilen oder kulturellen Bedeutung, politischen Prägung, institutionellen Vielfalt, Bevölkerungsstruktur, kurz: ihrer spezifischen Geschichte für eine sprach-, literatur- und kulturhistorische Untersuchung von Mehrsprachigkeit besonders geeignet sind. Insofern kann dieser Band der Reihe De lingua et linguis zur Stadt als Kommunikationsraum die Dynamiken dieser Sprachsituationen in der Frühen Neuzeit aufzeigen.

https://www.droz.org/fr/6660-9782600058094.html

Jules-César Scaliger, Des causes de la langue latine/De Causis Linguae Latinae Lyon, 1540. Tome premier: Introduction, texte latin, notes critiques, index, bibliographie / Tome II: Traduction annotée Édité par Geneviève CLERICO, Bernard COLOMBAT, Pierre LARDET 2 volumes

Le De causis linguae Latinae (1540) de Jules-César Scaliger constitue un maillon essentiel dans l’histoire de la grammaire latine et plus généralement dans l’histoire des théories linguistiques. Il ne s’agit pourtant pas d’une grammaire latine au sens habituel du terme, avec ses règles et ses paradigmes, mais d’une réflexion philosophique sur les fondements de la langue latine, et même sur les fondements du langage en général. Les treize livres, de taille inégale, comportent une phonétique (livres 1 et 2), l’examen du mot (dictio, livre 3) et de ses classes (livres 4 à 11), avant de traiter des figures de construction (livre 12), de l’étymologie et de l’analogie (livre 13).

La présente édition propose, dans le premier volume : une introduction (en deux parties : « Scaliger, philosophe des savoirs du langage et des langues », par P. Lardet ; « le De causis dans l’histoire des idées linguistiques », par G. Clerico et B. Colombat) ; le texte latin ; des notes critiques ; neuf index ; une bibliographie de plus de 600 titres. Le second volume comporte l’ensemble de la traduction avec une abondante annotation qui replace le De causis dans le contexte de son élaboration et de sa rédaction. 

https://www.droz.org/fr/6655-9782600058506.html

Lancelot Voisin de La Popelinière, L’Histoire de France Tome III (1561-1562) Édité par Paul-Alexis MELLET, Odette TURIAS, Directeur éditorial Denise TURREL

Ce troisième tome de L’Histoire de France de La Popelinière, parue en 1581, est centré sur deux années cruciales, 1561 et 1562, qui voient le déclenchement des guerres de Religion. Il fait le récit des principaux événements de l’avènement de Charles IX jusqu’à l’automne 1562 : les Etats généraux et le colloque de Poissy, l’édit de Janvier, le « meurtre » de Wassy, les déclarations du prince de Condé et ses négociations avec les princes allemands, l’engagement puis les hésitations de la noblesse réformée, et s’attarde sur quelques épisodes de la première guerre civile (particulièrement Angers et Toulouse). Hors de France, il s’intéresse aussi à la résistance armée des vaudois du Piémont contre le duc de Savoie, et décrit la « république des Suisses ». Les notes critiques s’attachent principalement, comme dans les volumes précédents, à retrouver les sources utilisées et à éclairer le travail de recomposition et de neutralisation de l’historien sur ses sources.

https://www.droz.org/fr/6662-9782600059039.html

Sébastien Castellion, Conseil à la France désolée, Édité par Florence ALAZARD, Stéphan GEONGET, Laurent GERBIER, Paul-Alexis MELLET, Romain MENINI

En 1562, Sébastien Castellion (1515-1563) publie le Conseil à la France désolée dans un contexte dramatique. Le conflit qui l’oppose à Calvin depuis l’exécution de Michel Servet dix ans plus tôt n’a cessé de s’envenimer, et Castellion voit désormais la France sombrer dans les guerres de religion : c’est à cette France « désolée » par les affrontements religieux qu’il adresse le Conseil, ultime tentative pour préserver les conditions de la paix. A l’instar d’Etienne Pasquier dans son Exhortation aux princes et seigneurs du conseil privé du Roy paru l’année précédente, Castellion prend clairement parti contre le « forcement de consciences » dont il montre à la fois l’impossibilité morale, l’illégitimité religieuse et l’inefficacité politique. Apostrophant ensemble les catholiques et les protestants, l’homme du commun et le prince, Castellion interroge la définition même de l’hérétique et forme le vœu qu’aucun homme ne puisse être mis à mort au motif qu’il s’écarte des croyances communes.

https://www.droz.org/fr/6530-9782600058353.html

Hébraïsant chrétiens en France au XVIe siècle, coordination éditoriale de Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher

Vient de paraître.

Le siècle de l’humanisme, le xvie siècle, est celui du développement des études hébraïques dans plusieurs pays d’Europe occidentale, en dehors même des communautés juives. Stimulés par les progrès faits en Allemagne, en Italie ou en Espagne (Johannes Reuchlin, Agostino Giustiniani, Agazio Guidacerio jouent un rôle fondamental à cet égard), plusieurs savants français se mettent à l’étude de l’hébreu ; leurs efforts sont concrétisés par la création des Lecteurs royaux (futur Collège de France), avec deux chaires d’hébreu et une chaire d’études orientales. Pendant tout le xvie siècle sont rédigés des instruments de travail : grammaires, alphabets, dictionnaires et, avec ou sans traduction latine (notamment à Paris et à Lyon), des textes bibliques et rabbiniques. Le recours aux commentaires en hébreu (Rashi, Abraham Ibn ‘Ezra, David Qimḥi) apparaît alors indispensable aux yeux de nombreux exégètes chrétiens. La littérature kabbalistique est l’objet d’un engouement de la part de certains savants, attirés par les spéculations arithmologiques ou par un certain ésotérisme ; mais certains y voient également un moyen d’approfondir le message de l’Ancien Testament et d’asseoir certains dogmes du christianisme.
Le présent ouvrage présente cette riche matière, en étudiant les moyens et les méthodes d’enseignement et de diffusion de l’hébreu et en examinant le travail des hébraïsants. Il convient de souligner l’influence, directe ou non, de ces études (en particulier kabbalistiques) sur la littérature française du xvie siècle.

https://www.droz.org/fr/6647-9782600058582.html

Philippe de Mézières, Oratio Tragedica, édité et traduit par Joël Blanchard et Antoine Calvet.

Vient de paraître.

L’Oratio tragedica est un texte de dévotion, inédit, composé par Philippe de Mézières (1327-1405), à l’époque où il rédige le Songe du Viel Pelerin (1389-1390). Cette véritable « dramaturgie de l’âme », écrite en latin, éclaire tous les visages du Chevalier, désormais retiré dans sa cellule du couvent des Célestins de Paris, mais qui ne saurait oublier qu’il fut le conseiller ou l’interlocuteur de six rois, de plusieurs papes et tant de princes… Un tel oubli nous serait interdit à nous aussi, qui prétendons approcher, dans sa complexité, ce quatorzième siècle traversé et comme illuminé par Mézières. Si l’Oratio s’inscrit dans la tradition médiévale des textes spirituels, elle révèle, jamais interrompue, la passion lancinante de délivrer les Lieux Saints et d’atteindre par là la double ambition de faire œuvre sainte d’écrivain et d’accomplir pleinement le service, le devoir du chrétien.
Première édition critique du texte latin, ainsi que première traduction française de l’Oratio tragedica, longtemps attendue.

https://www.droz.org/fr/6936-9782600059473.html

Rencontres doctorales pluridisciplinaires du CESR de Tours : Vrai et faux à la Renaissance

Présentation

Pour la 3e année consécutive, l’Association des Doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses Rencontres doctorales pluridisciplinaires (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, musicologie, lettres & langues, philosophie). Cette année le colloque sera consacré à la question du Vrai et du Faux à la Renaissance et se tiendra les 20 et 21 mai à Tours, au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR).

Pieter BRUEGEL l’Ancien, “La Prudence”, 1559, Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts (source : WGA).

Argumentaire

Avec l’avènement d’une société de l’information et l’émergence de nouveaux modes de diffusion des savoirs, notre temps est souvent décrit comme celui de la « post-vérité ». Une ambiguïté comparable pouvait-elle se présenter aux hommes et aux femmes de la Renaissance ? Les bouleversements politiques et religieux du début de l’âge moderne, ainsi que le renouvellement des savoirs théoriques et techniques ont en effet mis en jeu de nouveaux rapports entre le vrai et le faux, produisant une crise des régimes de vérité que ce colloque doctorant propose d’interroger.

À la Renaissance, comme aujourd’hui, la multiplication des disciplines et des messages de vérité, répandus et filtrés par de nouveaux supports, s’accompagne d’une prolifération de discours controuvés. Si, par exemple, la philologie permettait aux humanistes de distinguer les vrais documents des textes fabriqués, les mêmes instruments pouvaient être utilisés dans la réalisation de faux historiques. Mais, puisque chaque discours impliquant le vrai et le faux engage à la fois la maîtrise d’un savoir et l’exercice d’un pouvoir, interroger les rapports entre ces deux notions à la Renaissance doit aussi conduire à l’analyse des systèmes de pensée rivaux qui les produisent, dans leur contexte politique, juridique, religieux ou artistique. Ainsi la recherche de la « vérité effective de la chose » que Machiavel promeut pour penser la « qualité des temps » a-t-elle pu apparaître, en Italie ou dans le contexte français des guerres civiles, comme la justification du recourt à la dissimulation, au mensonge et à la tromperie.

Inscrite dans l’axe de recherche « Savoirs : théories, pratiques, circulations » du CESR, ce colloque veut stimuler des réflexions, des problématiques et des débats sur la relation complexe et ambiguë du Vrai et du Faux à la Renaissance, en se concentrant sur les contextes épistémologiques de leur énonciation.

Axes de réflexion

Les contributions pourront porter sur un ou plusieurs axes de réflexions ici suggérés :

  • Le partage vrai/faux correspond-il au partage authentique/inauthentique ?
  • Comment le vrai et le faux problématisent-ils la conception de la fiction, du mythe et de la fable ?
  • Comment s’articulent les procédés de validation des discours et le contenu des savoirs ?
  • Comment la diffusion des savoirs par l’imprimerie a-t-elle influencé leur statut épistémologique ?

Modalités pratiques

Les propositions de communication, émanant de doctorant.es, jeunes docteur.es et étudiant.es en master recherche, devront être envoyées à l’adresse mail asso.doctorants.cesr@gmail.com, avant le 15/04/2019.

Elles résumeront la communication en deux-cent cinquante mots maximum et seront accompagnées de quelques lignes de présentation (laboratoire, sujet et directeur de recherche).

Les interventions – données en français, en anglais ou en italien – dureront environ vingt minutes et devront s’inscrire dans tous les domaines d’études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, musicologie, littérature, philosophie), sur une période allant de Pétrarque à Descartes. Une table ronde finale réunissant les intervenants et l’assistance permettra de confronter toutes les déclinaisons de ces deux notions à la Renaissance.

Le Centre d’études supérieures de la Renaissance invitera les participants à déjeuner mais le transport et l’hébergement resteront à leur charge.

Comité organisationnel

  • Jean Beuvier (doct. du CESR)
  • Lorenzo Paoli (doct. du CESR et de l’UniBo)
  • Guillaume Pinet (doct. du CESR)

Comité scientifique

  • Laurent Gerbier (MCF HDR, CESR)
  • Florence Alazard (MCF HDR, CESR)
  • Stephan Geonget (MCF HDR, CESR)
  • Olivier Guerrier (PR, Université Toulouse II Jean Jaurès)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search