Archives de catégorie : Soutenances de thèse

Quête de sens. Figuration et éloquence des symboles dans l’art des temps modernes

Luisa Capodieci (Maître de conférences en Histoire de l’art moderne à l’université Paris Panthéon Sorbonne)

 

soutiendra son Habilitation à diriger des recherches qui aura lieu au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours, le 4 décembre 2021 à partir de 14h00 dans la salle Rapin.

Le dossier, intitulé Quête de sens. Figuration et éloquence des symboles dans l’art des temps modernes, comporte :

  • un mémoire inédit intitulé L’œil d’Osiris. Visions de l’Égypte dans l’art profane de la Renaissance entre France et Italie au XVIe siècle (résumé ci-dessous)
  • une synthèse du parcours scientifique ;
  • un recueil comprenant une sélection de 27 articles.

 

Le jury est composé par :

Marion Boudon-Machuel, CESR (garante) ; Maurice Brock, CESR (membre invité) ; Dominique Cordellier, Musée du Louvre ; Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance, Château d’Ecouen ; Nadeije Laneyrie-Dagen, ENS, Paris ; Bruno Petey-Girard, Université Paris-Est Créteil ; Anne Rolet, Université Rennes 2 ; John Tresch, The Warburg Institute, Londres.

 

L’œil d’Osiris. Visions de l’Égypte dans l’art profane de la Renaissance entre France et Italie au XVIe siècle

Résumé

Pourquoi François Ier et le Cardinal de Lorraine se déguisent en sphinx pendant l’une des nombreuses mascarades organisées à la cour ? Pourquoi le poète Pontus de Tyard imagine un bassin isiaque dans le château d’Anet ? Pourquoi Étienne Dupérac copie à Rome la statue du prince et grand prêtre Padiimenemipet aujourd’hui au Louvre ? Enfin, quel est le rôle joué par l’Italie dans la renaissance française de l’Égypte ?

Cette recherche porte sur l’interaction complexe entre continuité historique et artistique, discontinuité, survie et re-naissance. Avec la discontinuité vient le changement. Nous proposons donc de retracer l’histoire de la réception et des métamorphoses des monuments et des images égyptiennes à la Renaissance qui avaient d’abord germé et fleuri en Italie et avaient été ensemencés par la suite dans l’humus particulièrement fertile du « jardin France ». Quelles étaient les conditions de cette implantation et les raisons de la naissance d’une « manie » qui a traversé les siècles jusqu’à Champollion, et bien au-delà ?

En suivant une approche multidisciplinaire, nous examinons les nombreuses variations du revival français de l’Égypte au XVIe siècle et de ses enjeux culturels et politiques : la résurrection d’Hermès Trismégiste, la réinvention des hiéroglyphes, la transfiguration des dieux, les voyages d’exploration, la recherche antiquaire, les reconstructions éphémères ou permanentes de monuments égyptiens.

Pendant sa renaissance française, l’Égypte prend de nouvelles significations et fait l’objet d’associations inédites ; elle est interprétée, comprise, mal comprise et, bien sûr, manipulée à des fins politiques. Jean Desmoulins réélabore à l’intention de Louise de Savoie les hiéroglyphes de l’Hypnerotomachia Poliphili ; un couple de statues égyptisantes surveille la porte du pavillon des Armes du Château de Fontainebleau ; un obélisque éphémère monumental, orné de hiéroglyphes encomiastiques expressément inventés pour l’occasion, est érigé lors de l’entrée parisienne d’Henri II en 1549 ; un sphinx avec une mystérieuse phrase latine donne accès au château de Claude d’Urfé dans le Forez… Sans oublier que la première édition illustrée desHieroglyphica d’Horapollon est publiée à Paris en 1543.

Cette première égyptomanie française – en entendant par là le processus créatif néo- égyptien – est un élément crucial de la Renaissance européenne. C’est aussi l’histoire du destin et des multiples significations de l’Égypte à travers l’espace et le temps. Une histoire d’éclat du savoir, de croyances magiques, de manie antiquaire et de grandeur politique qui possède une place de premier plan dans l’histoire de la civilisation occidentale.

L’œil d’Osiris, œil divin qui voit tout, symbole de pouvoir, talisman protecteur assurant la renaissance, nous est donc apparu comme le titre le plus approprié pour exprimer le contenu de notre travail où il est question de vision/s, de pouvoir et de Renaissance.

 

Illustration : Michel-Ange, Étude pour Cléopâtre, Florence, Casa Buonarroti (WGA).

Les armes du Salut. Noblesse et religion, entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles

 

Ariane Boltanski (Maîtresse de conférences en Histoire moderne à l’université Rennes 2)

soutiendra son dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches  le samedi 4 décembre 2021 à partir de 14h00, en Sorbonne, dans l’amphithéâtre Quinet (Sorbonne Université, 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris), devant un jury composé de :

– Maria Antonietta Visceglia (Università di Roma La Sapienza)

– Caroline Callard (EHESS)

– Denis Crouzet (Sorbonne Université), Garant

– Philippe Hamon (Université de Rennes 2)

– Olivier Christin (EPHE, Université de Neuchâtel)

– Jean-Marie Le Gall (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

– Hugues Daussy (Université de Franche-Comté)

Le dossier,

Les armes du Salut. Noblesse et religion, entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles

 

est composé d’un rapport de synthèse, d’un recueil de travaux, comprenant vingt-neuf articles et un manuel, et d’un mémoire inédit intitulé

La religion des seigneurs.

Fondations nobiliaires, missions et domination des populations

(vers 1590 – vers 1660)

Ce dernier se penche, en particulier, sur les actions politico-religieuses de la noblesse catholique dans le Gévaudan, le Vivarais et les Cévennes.

Image : Martin Fréminet, Charité de saint Martin (détail), Paris, Musée du Louvre.