Archives de catégorie : Publications

Rabelais et le théâtre

Nicolas Le Cadet, Rabelais et le théâtre, Paris, Classiques Garnier, 2020, 467 p.

Autant le titre de l’ouvrage, Rabelais et le théâtre, peut déconcerter à première vue, autant son objet s’impose rapidement comme une évidence. Non, pas de scoop à attendre, Nicolas Le Cadet n’exhume pas une pièce de théâtre de Rabelais jusqu’alors inconnue. Il démontre en revanche, avec la rigueur et la précision qui caractérisent ses travaux, à quel point le théâtre infuse l’œuvre de Rabelais, en particulier fictionnelle. Les chroniques pantagruélines doivent beaucoup au théâtre qui en est à la fois une source textuelle, un objet et un mode de représentation. Il suffit de penser au personnage de Triboulet dans le Tiers livre, aux moutons de Panurge du Quart livre, ou encore à tel dialogue fortement dramatisé de Pantagruel ou de Gargantua, si bien qu’on s’étonne a posteriori qu’une telle étude systématique n’ait pas été menée auparavant. Rabelais et le théâtre : la conjonction invite le chercheur, et avec lui son lecteur, à s’interroger sur les différents liens que Rabelais a pu entretenir avec l’art dramatique. Rien n’est exclu du champ d’étude de Nicolas Le Cadet : Rabelais dramaturge, Rabelais comédien, Rabelais lecteur de pièces de théâtre, Rabelais mis en scène. Deux lieux du théâtre s’imposent comme étant les plus féconds : les sources théâtrales du texte rabelaisien d’une part, et l’esthétique dramatique de l’autre. Ils forment les deux parties de l’ouvrage.

Encore faut-il savoir de quel « théâtre » on parle. Dans la première partie de l’ouvrage, Nicolas Le Cadet s’attelle à un patient travail de reconstitution et de distinction des sources dramatiques : théâtre antique, mystères, farces, sotties, monologues et sermons joyeux. On savait Rabelais influencé par l’humanisme, les textes antiques, la Bible, les chroniques médiévales ; Nicolas Le Cadet démontre avec sa pédagogie et sa clarté habituelles tout ce que les romans rabelaisiens doivent au théâtre antique, et surtout médiéval et contemporain. L’influence du théâtre passe par l’allusion à certaines pièces, en premier lieu la Farce de maître Pathelin, mentionnée dans les cinq livres, dont Rabelais pourrait avoir possédé un exemplaire imprimé. Elle passe aussi, implicitement, par la reprise de certains thèmes, de certaines intrigues, voire par un certain esprit commun. Prenons comme seul exemple celui des diableries des mystères, dont s’inspire le récit des aventures de Panurge en Turquie, et de nombreux autres épisodes, même si on peut se demander par endroits si le diable fait toujours la diablerie. Au gré de cette première partie, le lecteur se promène d’une forme théâtrale à l’autre, et d’un livre rabelaisien à l’autre. L’itinéraire met en évidence la contamination des sources, voire des « mélanges esthétiques surprenants » (p. 233) qu’il reste encore à expliquer.

Nicolas Le Cadet s’attache à cette question de l’esthétique dans la seconde partie de l’ouvrage : fiction narrative, chronique, dialogue, récit de voyage, la geste pantagruéline est aussi, d’une certaine manière, théâtre. Les différents chapitres prennent le théâtre tantôt comme objet, tantôt comme forme esthétique. D’un côté, Nicolas Le Cadet s’intéresse aux passages qui présentent une dimension spectaculaire, lorsque Rabelais introduit dans son récit déclamateur et public, ou détaille les costumes de ses personnages. De tels épisodes sont nombreux, à l’image de la harangue de Janotus : la représentation de cette scène, qui renvoie aussi au discours scolastique universitaire, apparaît ainsi médiée par le théâtre, au sens de spectacle. D’un autre côté, Nicolas Le Cadet étudie la forme même prise par le texte, et en particulier la prédilection de Rabelais pour les discours directs et les dialogues, dont la présentation typographique rappelle, par endroits, celle des pièces imprimées. Le narrateur s’efface derrière la voix de ses personnages, comme le roman derrière le théâtre.

Comment faut-il comprendre cette place du théâtre ? La conclusion ouvre à ce sujet plusieurs pistes qu’on aimerait suivre plus longtemps avec l’auteur. Il y a d’une part, chez Rabelais, un art consommé de la contamination, qui invite à s’interroger sur l’articulation du dramatique et du narratif, sur la place d’autres modèles accordant une place à l’oralité (dialogues, discours), et plus généralement sur le rôle relatif de chacun des genres dans l’élaboration de la fiction rabelaisienne. La place du théâtre, d’autre part, invite à réévaluer les modes de réception du texte rabelaisien, et en particulier les modes de lecture oraux dont se sont emparés certains metteurs en scène contemporains. L’omniprésence de la référence théâtrale s’explique-t-elle par la destination orale première de l’œuvre ?

Ce pourrait être là la matière d’un autre livre. Celui-ci a déjà amplement atteint ses objectifs : éclairer sous un autre jour de nombreux épisodes des cinq livres dans autant de précises et minutieuses explications de texte, redonner au théâtre sa juste place aux côtés des autres genres contaminant la geste pantagruéline, et enfin documenter les relations entre œuvre dramatique et œuvre narrative, entre Moyen Âge et Renaissance, au-delà des ruptures traditionnelles. Saluons, pour terminer, la qualité des index (des noms, des notions, et des chapitres analysés) qui font de Rabelais et le théâtre un ouvrage aussi commode qu’utile.

Adeline Desbois-Ientile

La Quinzaine dU bartas

L’œuvre de Guillaume de Salluste, sieur Du Bartas (1544-1590), constitue un jalon essentiel de l’histoire de la poésie d’expression française. Le poète gascon a fait en particulier du genre de l’hexaméron une des matrices littéraires les plus fécondes de la charnière des XVIe et XVIIe siècles. Sa (première) Sepmaine, qui prend comme argument la création du monde et de l’homme, puis sa Seconde Semaine, qui entendait pour sa part retracer l’histoire de l’humanité, depuis Adam et Ève au jardin d’Éden jusqu’à l’Apocalypse et au Jugement dernier, ont été d’immenses succès de librairie. Elles ont été commentées, traduites et même parfois imitées en France et dans toute l’Europe et elles ont de fait longtemps occupé une place de choix dans beaucoup de bibliothèques privées, où elles jouaient le rôle d’une sorte d’« encyclopédie universalis » cautionnée par la Bible et agrémentée du charme propre à la poésie. Qu’on les ait lues in extenso ou pas, peu importe, elles constituaient un marqueur social, un gage de savoir pour un lectorat lettré en pleine expansion. Après avoir connu un purgatoire critique depuis la fin du XVIIIe siècle, les Semaines de Du Bartas ont suscité un nouvel intérêt dans la seconde moitié du XXe et les premières années du XXIe siècle, les entreprises éditoriales successivement dirigées par Yvonne Bellenger et par Jean Céard ayant joué un rôle capital dans cette redécouverte essentiellement universitaire. Il faut aussitôt ajouter que la « re-canonisation » tardive de La (première) Sepmaine (1578), s’est en partie faite aux dépens d’une seconde Semaine (1584), dont seuls les deux premiers jours étaient parus du vivant de Du Bartas, plus tard complétés de quelques « suites », offrant deux nouvelles journées publiées entre 1588 et 1603 à partir de différents manuscrits en circulation. Deux semaines donc, mais neuf jours entièrement rédigés et publiés, deux autres largement ébauchés et laissés manuscrits, et quatre autres laissés à l’imagination des lecteurs, soit une « quinzaine » inachevée, qui constitue une des œuvres poétiques en français les plus ambitieuses de son époque, une œuvre-monde, qui mérite à ce titre d’être envisagée comme le tout qu’elle aurait dû constituer sans la mort précoce de son auteur.

C’est le pari ambitieux que fait Frank Lestringant dans ce livre au titre-programme, La Quinzaine Du Bartas, qui est le premier depuis très longtemps (Y. Bellenger, Du Bartas et ses divines Semaines, 1993) à être consacré à cet ensemble monumental (La Sepmaine, La Seconde Semaine, Les Suittes). Reprenant en partie la méthode qui lui avait permis d’éclairer la composition d’ensemble des Tragiques dans un précédent essai (L’Architecture des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, 2013), il fait ici le choix d’une lecture analytique, se poursuivant en quelques sortes « au jour le jour », non sans avoir, dans un souci de cohérence méthodologique, borné son propos d’une mise en contexte historique et historiographique, qui éclaire d’abord la situation du poème, ainsi que d’une ouverture finale, où il met en regard une série d’imitateurs du poète gascon aussi passionnants que méconnus (Guillaume de Chevalier, Augier Gaillard, Michel Quillian et Jude Serclier). Avec un véritable bonheur d’écriture, que traduisent titres et sous-titres (« Campagne et salade », « monde resserré, monde lessivé », « tétralogie bancale », etc.), Frank Lestringant entraîne le lecteur avec lui dans une lecture, ou bien une relecture, de cette œuvre qu’on conseillera d’avoir à portée de main, de façon à progresser au même rythme que le commentateur, en passant d’un livre à l’autre. Une œuvre encyclopédique comme celle-là exige certes une compétence encyclopédique, et Frank Lestringant mobilise avec talent toutes sortes d’écrivains (théologiens, cosmographes, philosophes, etc.) pour étayer ses commentaires, mais il ne cherche pas à jouer les Simon Goulart ou les Pantaléon Thévenin (la place est déjà prise) ou bien à rivaliser avec les éditeurs savants qui le précèdent. Il ne s’agit pas en effet pour lui de s’enfermer dans une lecture de détail, de scruter le texte, mais plutôt de signaler des lignes de force, de mettre l’accent sur des passages méconnus, et surtout d’interroger sans relâche le projet d’ensemble de Du Bartas, en faisant valoir aussi bien ses réussites que ses échecs, ses débouchés que ses impasses, ses banalités que ses hardiesses. Et de ce point de vue, ce livre manifeste bien la situation actuelle des Semaines de Du Bartas au sein des études littéraires : elles sont bien présentes, mais plus comme une de ces curiosités qu’on observait de loin avec un peu de crainte (devant son érudition écrasante) ou de condescendance (face à cette muse didactique souvent reléguée au second plan), parce qu’elles nous resteraient foncièrement étrangères, mais comme un de ses grands textes générant de nouvelles lectures. C’est aussi en cela qu’il s’agit d’un « organisme vivant » pour reprendre la formule de Frank Lestringant, c’est-à-dire d’un poème, tout simplement. Gageons que tous les chemins frayés dans cet ouvrage d’une grande générosité intellectuelle seront bientôt empruntés par une nouvelle génération de chercheuses et de chercheurs. Ce ne sera pas sa moindre utilité.

Julien Goeury

Musique et lexique à la Renaissance

Musique et lexique à la Renaissance

Une approche de la musique ancienne par ses mots

 

 

Directrices d’ouvrage :

Diego Pacheco (Cristina), García Pérez (Amaya S.)

Table des matières.

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques-Garnier.

 

Extrait de la préface (Yann Greub) :

Il est un champ de la connaissance qui reste, bizarrement, relativement inexploré, ou qui du moins na pas été jusquici exploré assez systématiquement. Du point de vue de la linguistique historique, lhistoire de la langue de la musique est mal décrite, par suite dun manque de dépouillement des sources spécialisées et par un manque dattention aux changements sémantiques dans la terminologie musicale. La musicologie, quant à elle, et les contributions de ce volume le montrent abondamment, a souvent eu tendance à accorder plus dimportance, parmi les sources écrites, aux partitions quaux discours sur la musique, et dans lanalyse de ces discours à négliger létape que représente le recensement du lexique utilisé et létablissement précis du sens des termes techniques dans les textes anciens.

À lintersection de ces deux approches il reste donc un espace mal connu, parce quaux uns manquait la maîtrise des méthodes de la description lexicale, et aux autres la compréhension exacte des textes.

Mais ces manques sont en voie dêtre comblés, et ont commencé à lêtre en particulier par les contributeurs au présent ouvrage. Celui-ci témoigne en effet de lintérêt que peut susciter aujourdhui létude historique du lexique de la musique en espagnol (surtout), en français et en portugais. Cet intérêt est évidemment lié, comme le lecteur le verra, au programme de recherche Lexique musical de la Renaissance (LMR), initié par Louis Jambou et dirigé aujourdhui par Cristina Diego Pacheco : il est à la fois le point de départ et loccasion de recherches, loutil qui permet de les mener et le réceptacle de leurs résultats.

Diane en son paradis d’Anet

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Luisa Capodieci, Paul-Victor Desarbres, Françoise Gatouillat, Cécile Scailliérez, avec la collaboration de Clara Marsal, Paris, Le Passage, 2021, 253 pages.

C’est un très beau livre, magnifiquement illustré, que les éditions Le Passage offrent à leurs lecteurs avec cette « Diane en son paradis d’Anet ». Ce titre souligne avec subtilité et précision la thématique de cet ouvrage qui ne souhaite pas écrire une nouvelle biographie de Diane de Poitiers ni retracer l’histoire de l’édifice du château d’Anet, blotti entre la forêt de Dreux et la vallée de l’Eure. Cet ouvrage cherche plutôt à interroger à nouveaux frais la personnalité de Diane qui habitait ce château au temps de la Renaissance. Était-ce Diane de Poitiers, veuve de Louis de Brézé depuis 1531 et favorite d’Henri II, qui était la maîtresse de ce lieu idyllique ? Ce fut elle en effet qui fit édifier, à partir de 1547, ce château hors du commun qui donnait, entre autres caractères, du relief à l’apparat de son deuil. À moins que ce soit une autre Diane, la chasseresse des Anciens, dont la superbe figure, coïncidait bien avec celle de la favorite ? C’est cette déesse vive et farouche qui apparait en tout cas, comme le soulignent bien les auteurs de ce livre, dans les deux grands cycles narratifs du château : celui de la Tenture de Diane et celui, depuis trop longtemps négligé et méconnu, des vitraux en émail blanc des salles et chambres du premier étage du château d’Anet.

De manière inédite, ce bel ouvrage, qui conjugue les recherches d’historiens du dessin, de la littérature, de la peinture et du vitrail, s’attache à ces deux ensembles. Au fil de trois parties très bien équilibrées, il les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Les auteurs exposent par exemple avec soin le programme des tapisseries et dévoilent le nom de l’auteur, le poète Jacques de Vintimille, précurseur de la Pléiade. Le livre montre également que Charles Carmoy, peintre cité par Rabelais dans son Pantagruel, a sans nul doute donné des dessins et des cartons à Anet. Il a également secondé le plus grand peintre de l’école de Fontainebleau, Francesco Primaticcio, dit Primatice, pour établir les patrons des vitraux.

Avec une régularité tout à fait remarquable, les illustrations ponctuent le texte et aident le lecteur à déchiffrer les œuvres du château d’Anet. Surtout, l’ouvrage offre une lecture neuve et passionnante du mythe de Diane à Anet, en démontrant qu’il prend place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permet à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Marie Barral-Baron

Université de Franche-Comté

Appel à candidature « Chercheurs invités » – ERC AGRELITA

Appel à candidature « Chercheurs invités »

ERC AGRELITA

2022

 

Dans le cadre du Projet ERC Advanced Grant AGRELITA n° 101018777, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), des résidences de chercheurs invités sont à pourvoir.

Le projet et son équipe sont présentés sur le carnet Hypothèses : https://agrelita.hypotheses.org/

Cet appel à candidature s’adresse à toute personne, française ou étrangère, titulaire d’un doctorat en lettres, histoire de l’art ou histoire, dont les travaux portent sur l’histoire du livre, l’histoire culturelle et politique, les visual studies ou encore les memory studies, et dont les compétences, enfin, sont complémentaires à celles de l’équipe. En effet, le but de ces résidences est d’ouvrir les réflexions menées par l’équipe, d’élargir son activité scientifique par une interaction avec d’autres chercheurs et d’autres universités. Les chercheurs invités auront quant à eux l’opportunité exceptionnelle de participer à un projet d’ampleur, de mener des activités au sein d’une équipe dynamique dont les activités sont très variées et au sein de l’Université de Lille et du laboratoire ALITHILA où exercent de nombreux spécialistes du Moyen Age et de la Renaissance, et de publier dans un cadre prestigieux.

Le projet AGRELITA est basé à l’Université de Lille. Situé dans le nord de la France, Lille est une ville au cœur de l’Europe : 35 mn de Bruxelles, 1 h de Paris, 1 h 20 de Londres ou encore 2 h 40 d’Amsterdam et 2h30 d’Aix la Chapelle. Résider dans cette métropole offre la possibilité de découvrir le riche patrimoine médiéval des Flandres et d’effectuer des recherches dans les bibliothèques, musées et archives avoisinants, aux très riches fonds patrimoniaux (Lille, Saint-Omer, Valenciennes, Boulogne-sur-Mer, Cambrai, Arras, Bruxelles).

Projet ERC Advanced Grant AGRELITA

L’histoire de la réception de la Grèce antique en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Missions des chercheurs invités

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA est financé pour cinq ans (2021- 2026) et dispose d’un budget dédié à l’accueil de chercheurs invités dans ses locaux, à l’Université de Lille, dans la faculté des Humanités (https://humanites.univ-lille.fr/) et le laboratoire ALITHILA (Analyses littéraires et histoire de la langue), domiciliés sur le campus Pont de Bois à Villeneuve d’Ascq. Les séjours peuvent être d’une durée de 4 à 8 semaines, et en 2022 pourront avoir lieu du 15 septembre à la fin novembre.

Les chercheurs invités travailleront avec la Principal Investigator, les quatre post-doctorantes, la project manager et les chercheurs associés.

Les chercheurs invités s’engageront à produire une recherche pour le projet. Il s’agira de participer aux travaux de l’équipe et aux manifestations qu’elle organise ; de rédiger un article qui paraîtra dans l’un des volumes d’AGRELITA chez Brepols publishers, ou dans l’un des dossiers publiés en revues ; de contribuer à l’alimentation du carnet Hypothèses https://agrelita.hypotheses.org/

Les axes de recherche du projet pour les années 2022 et 2023 sont « Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec », « Nouvelles traductions et réceptions de la Grèce ancienne », «  Créer une mémoire des passés antiques », « Inventions de mythes d’origine grecque » :

Voir le site : https://agrelita.hypotheses.org/

Conditions de défraiement des frais de mission

Les chercheurs invités seront défrayés sous la forme de frais de mission, sur la base d’un montant forfaitaire de 2000 euros maximum par mois, pour les frais de résidence à Lille, à partir de leurs justificatifs (logement, repas et transport dans la région Nord). Un montant forfaitaire maximal de leurs frais de voyage entre la résidence d’origine et Lille (pour le voyage d’aller et de retour) s’ajoutera à ce forfait :

– 400 € pour un voyage depuis un pays européen (sur la base de justificatifs) ;

– 800 € pour un voyage depuis un pays hors Europe (sur la base de justificatifs)

 Le défraiement se fera à l’issue de la mission. AGRELITA ne s’occupera pas des démarches de visas.

L’Université de Lille possède un partenariat permettant de louer des studios à la Résidence Universitaire Reeflex : https://reeflex.univ-lille.fr/chercheur ; ainsi qu’à la Maison Internationale des Chercheurs : https://www.crous-lille.fr/logements/maison-internationale-etudiants-chercheurs/ . Les chercheurs invités peuvent en faire la demande et l’équipe AGRELITA se chargera de les aider pour la réservation, dans la limite des places disponibles.

Modalités pour candidater

Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes :

  • Le formulaire de candidature, comportant les dates du séjour pour l’année 2022 (entre le 15 septembre et la fin novembre)
  • Un projet de recherche (2 pages) en lien avec les thématiques des sujets traités par l’équipe AGRELITA durant ce séjour, à partir duquel le/la chercheur entend rédiger l’article demandé, à rendre à la fin du séjour.

Nous vous prions d’envoyer votre candidature au format PDF aux adresses suivantes : catherine.bougassas@univ-lille.fr et erc-agrelita@univ-lille.fr avant le 1er mai 2022. Les résultats seront rendus mi mai 2022.

Pour plus d’informations sur l’ERC AGRELITA, voir : https://agrelita.hypotheses.org/

Formulaire de candidature à télécharger.

« Le Mariage de l’estude du droict avec les lettres humaines ». L’œuvre de Louis Le Caron Charondas

Stéphan Geonget, « Le Mariage de l’estude du droict avec les lettres humaines ». L’œuvre de Louis Le Caron Charondas, « Travaux d’Humanisme et Renaissance » n° 617, Genève, Droz, 2021, 557 p.

Louis Le Caron, alias Charondas (il prit ce surnom en référence à l’antique législateur de Sicile) est né entre 1534 et 1536, et mort en 1613. Les occasions de le croiser sont nombreuses pour les seiziémistes, qu’ils s’intéressent à la littérature, au droit, au dialogue philosophique, ou encore à la poésie. Mais il manquait jusqu’ici une étude globale qui fasse le point sur les différentes dimensions de cette œuvre abondante et diverse, et qui en révèle la cohérence profonde. C’est chose faite avec le livre très riche de Stéphan Geonget, dont le titre (une formule empruntée à Estienne Pasquier, qui fut son ami) indique le projet : montrer que Le Caron ne fut pas un simple polygraphe qui se serait contenté d’accumuler les ouvrages, mais bien un humaniste original dont la pensée est cohérente. Louis Le Caron a voulu en effet réaliser le « mariage » intime du droit et de la littérature, dans une œuvre aux multiples facettes. Sa connaissance du droit irrigue ainsi sa création littéraire et sa philosophie, et elle étaye aussi son engagement politique, aux côtés des catholiques royalistes et gallicans. Chez Le Caron se rejoignent l’ambition encyclopédique d’un Budé ou d’un Rabelais, et le désir d’illustrer la langue française professé par un Du Bellay. Le Caron participe en outre du zèle antiquaire et patriotique d’un Fauchet ou d’un Pasquier en s’attachant à mieux faire connaître le patrimoine immatériel de la France, à travers la recension de sa jurisprudence et de ses coutumes.

On connaissait déjà le talent de Stéphan Geonget pour rendre accessibles les écrivains-juristes de la Renaissance, de Jean de Coras à Jean Papon ou André Tiraqueau. Ces qualités se retrouvent dans ce livre imposant, qui malgré son érudition n’a rien de rébarbatif tant son écriture est vivante et ses angles d’attaques variés. La composition du livre est dynamique et attrayante. La première partie expose d’abord les choix esthétiques et idéologiques de Louis Le Caron, et elle s’attache à dégager ce qui fait la spécificité de son humanisme : un certain féminisme, des préoccupations sociales, le choix de l’engagement civique, un souci de la pédagogie et de la diffusion des disciplines, tout autant que l’adhésion au mouvement plus général de l’humanisme juridique et littéraire en faveur de la restitution des disciplines et des textes antiques dans leur pureté. Après cette ouverture programmatique, nous sommes conduits vers les positions plus techniques adoptées par Le Caron juriste, dont l’auteur nous expose les subtilités avec pédagogie. Influencé par François Le Douaren et François Baudouin, Le Caron se rattache à l’école de Bourges, où le mos gallicus se distinguait par un souci de clarté, de méthode, par l’ouverture aux lettres humaines tout autant qu’aux sources proprement juridiques, et par la croyance à la raison et au progrès. Au cours de sa vie, Le Caron participe à tous les mouvements intellectuels ou artistiques de la France du XVIe siècle, que l’on a plaisir à revivre en suivant son itinéraire : le néo-platonisme des années 1550, lancé par l’Olive de Du Bellay, s’exprime dans sa Poésie (1554), alors qu’il s’inscrit pleinement dans la poétique de la jeune Pléiade. Après cette redécouverte de l’Antiquité païenne viendra toutefois le retour vers le christianisme, sous le règne d’Henri III. C’est alors aussi que Le Caron se place à l’avant-garde du stoïcisme chrétien, à l’unisson d’un Du Vair ou d’un Lipse (plusieurs éditions récentes des œuvres de ces philosophes pourraient d’ailleurs permettre de préciser les influences croisées qui s’établissent alors entre les œuvres de ces différents « néostoïciens »). Le Caron participe enfin à l’essor de la chasse aux sorcières qui s’intensifie à la fin du siècle, se révélant, malheureusement, plus proche des magistrats inquisiteurs jadis étudiés par Robert Mandrou, que des positions plus modernes d’un Jean Wier ou d’un Montaigne (que le Caron prend un malin plaisir à ne jamais citer, même s’il est probable qu’il l’ait lu).

La deuxième partie envisage Le Caron dans ses rapports avec la littérature. L’histoire de son nom de plume (« Charondas ») est lié à une légende familiale (l’un de ses ancêtres serait venu de Grèce avec Bessarion, lors de l’arrivée décisive des hellénistes de la première Renaissance).  Mais la création d’un nom de plume symbolique exprimerait aussi la volonté d’effacer par la célébrité une origine roturière que sa carrière de magistrat ne parvenait pas assez à rendre assez illustre. Le Caron met donc un point d’honneur à se faire connaître par une abondance production, à la fois dans la jurisprudence et dans la littérature, dans la prose et dans la poésie. Il multiplie les œuvres et son ambition outrepasse même de beaucoup les livres effectivement retrouvés, comme l’auteur nous le montre avec humour dans un merveilleux catalogue des « livres perdus ou références fictives ». Le Caron, au même titre que Pasquier, fait assurément partie des grands auteurs de dialogues du XVIe siècle français. Sa tentative la plus originale pour marier droit et lettres s’exprime dans un dialogue étonnant, La Claire ou de la prudence de droit (1554). Contemporain de Ramus, de Bodin et de Du Vair, Le Caron est comme eux l’un des pionniers de la philosophie en langue française. La Philosophie (1555), les Dialogues (1556) et les Questions diverses et discours (1583) sont ici envisagés sous le signe de la recherche d’une littérature vertueuse et exemplaire, dans la veine d’un Pibrac. C’est ensuite au cœur même du corpus juridique, en particulier dans les arrêts mémorables, que Stéphan Geonget nous fait goûter le plaisir de la narration qui emporte souvent la plume de Le Caron.

La troisième partie du livre revient à la chronologie avec les années de la Ligue, où Le Caron embrasse résolument la cause des « Politiques », défendant un pouvoir royal fort, le respect de la loi salique, mais aussi le rôle du Parlement de Paris, et les libertés de l’Église gallicane, à l’instar de son ami Pasquier, dont il partage la défiance envers les jésuites. La défense et illustration de la langue nationale, notamment par la création de nombreux néologismes, s’inscrit dans ce projet patriote, et Le Caron marche jusqu’à la fin de sa vie dans les pas de Tory, Rabelais et Du Bellay.

Cette vaste étude redonne vie à l’œuvre foisonnante de Louis Charondas Le Caron, dont elle donne à lire de nombreux extraits en les contextualisant et en les expliquant. La lecture en est instructive, claire, et souvent facilitée par un humour bienvenu dans ces matières érudites, et que n’aurait sans doute pas renié ce digne représentant de la basoche. La bibliographie recense pour la première fois une centaine d’éditions de ses différentes œuvres, entre 1553 et 1638, ainsi que les études critiques qui lui ont été consacrées.

Alexandre Tarrête

Montaigne, penser en temps de guerres de Religion

Montaigne,
penser en temps de guerres de Religion

 

 

 

  • Directeurs d’ouvrage: Ferrari (Emiliano), Gontier (Thierry), Panichi (Nicola)
  • Résumé: Comment penser dans une période de conflits religieux     ? Plus qu’un témoignage sur les guerres de Religion, les Essais de Montaigne ouvrent une réflexion sur le nouvel ordre social, en redéfinissant les couples liberté privée et devoir public, tolérance et ordre social, honnêteté et utilité.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Emiliano Ferrari, Thierry Gontier, Nicola Panichi Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

Première Partie
GIBELIN AU GUELFE, GUELFE AU GIBELIN MONTAIGNE FACE AUX PARTIS EN PRÉSENCE

Jean Balsamo
Le discours anti-protestant de Montaigne
dans les dernières rédactions des Essais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Frank Lestringant
Montaigne anti-protestant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Nicola Panichi
« Aux guerres qui pressent à ceste heure nostre estat » .
Montaigne au miroir de la première censure . . . . . . . . . . . . . . . 59

Alain Legros
Montaigne, son Éphéméride et la Saint-Barthélemy .
Réflexions autour d’un silence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Gaia Anselmo
«Les mestis qui troublent le monde» .
Montaigne e il doppio volto della nouveauté . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Arlette Jouanna
Avoir des amis chez l’ennemi intérieur.
Montaigne au risque de la trahison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Alexandre Tarrête
Penser la neutralité en temps de guerre civile.
Bodin, Lipse, Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

deuxième partie

DES « MALHEURS »
AUX « UTILES INCONVENIENTS »

LES LEÇONS DES GUERRES DE RELIGION

Celso Azar
La notion de réformation chez Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

Véronique Ferrer
«Sainement et gaiement vivre» au temps des guerres de Religion.
La leçon humaniste de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Federico Baglivo
The case against violence during the Wars of Religion.
Nature and education in Montaigne’s Essays . . . . . . . . . . . . . . . . 177

Douglas I. Thompson
Construire un avenir commun en période de conflit.
Les conseils politiques de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

Thierry Gontier
Apprendre des guerres de Religion.
La leçon libérale de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

Renzo Ragghianti
Il pensiero giuridico di Montaigne.
Tramositalicusemosgallicus ……………………… 235

troisième partie

MONTAIGNE ET SES INTERLOCUTEURS PERSPECTIVES COMPARÉES

Michele Ciliberto
Machiavelli e l’arte della guerra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 253

Philippe Desan
Penser la loi au temps des guerres de Religion.
La Boétie et Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 267

Olivier Millet
La génération des guerres de Religion
et son catholicisme moderne.
À propos de la lettre de Montaigne sur la mort de La Boétie … 283

Marco Sgattoni
« […] Nous estimons heretiques tous ceux
qui ne s’accordent avec nous en notre opinion ».
Lectures et lecteurs de Sébastien Castellion . . . . . . . . . . . . . … 301

Rosanna Gorris Camos
«J’essaye de soubstraire ce coing à la tempeste publique, comme je fay un autre coing en mon ame» (II, 15, 617).
Montaigne e le guerre di religione, frammenti di una riflessione . 323

Simonetta Bassi
Fanatismo e intolleranza negli scritti francesi
di Giordano Bruno . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 361

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

 

Illustration : Hans Speeckaert, Combat d’hommes nus, vers 1570, Amsterdam, Rijksmuseum (WGA).

Tancrède en scène

Tancrède en scène

De la nouvelle de Boccace aux tragédies italiennes des XVe-XVIIe siècles

 

Danielle BOILLET
Tancrède, Ghismonde, Guiscard : un prince qui fait porter à sa fille le cœur de son amant dans une coupe, une princesse qui s’empoisonne et meurt. La nouvelle IV, 1 du Décaméron trouva sa réception théâtrale sinon en France, du moins dans l’Angleterre élisabéthaine, mais le filon bien plus abondant qu’elle alimenta en Italie traverse la Renaissance et l’Âge Baroque. Boccace est ainsi revisité, déminé et lissé au fil de révisions qui métamorphosent la figure de Ghismonde et qui font basculer l’équilibre entre les protagonistes au profit du recentrage sur Tancrède. Les contextes culturels respectifs de ces pièces font de leur étude un révélateur des évolutions significatives de l’histoire du genre tragique en Italie à cette époque. Leur rapport au texte source permet aussi de conduire une réflexion de fond sur les problématiques relatives à l’appropriation des patrimoines littéraires, à la Renaissance et au-delà.

 

Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 2021.
Sommaire sur le site de l’éditeur.

Revolts and Political Violence in Early Modern Imagery

 

Revolts and Political Violence in Early Modern Imagery

 

 

Editors: Malte Griesse, Monika Barget, and David de Boer

In the early modern period, images of revolts and violence became increasingly important tools to legitimize or contest political structures. This volume offers the first in-depth analysis of how early modern people produced and consumed violent imagery, and assesses its role in memory practices, political mobilization, and the negotiation of cruelty and justice.

Critically evaluating the traditional focus on Western European imagery, the case studies in this book draw on evidence from Russia, China, Hungary, Portugal, Germany, North America, and other regions. The contributors highlight the distinctions among visual cultures of violence, as well as their entanglements in networks of intensive transregional communication, early globalization, and European colonization.

Contributors: Monika Barget, David de Boer, Nóra G. Etényi, Fabian Fechner, Joana Fraga, Malte Griesse, Alain Hugon, Gleb Kazakov, Nancy Kollmann, Ya-Chen Ma, Galina Tirnanić, and Ramon Voges.

Brill’s Studies on Art, Art History, and Intellectual History, Volume: 54

Sommaire sur le site de l’éditeur.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Cahiers Tristan L’Hermite XLIII – 2021

CAHIERS TRISTAN L’HERMITE

XLIII – 2021

TRISTAN ET LA POÉSIE DU XVIE SIÈCLE

Alain GÉNETIOT
Hériter la poésie de la Renaissance : Tristan à la croisée des chemins /
Inheriting the poetry of the Renaissance: Tristan at the crossroads
Jean BALSAMO
La mention du peintre : un « lieu » de la célébration amoureuse.
Tristan, « Bonard », et les poètes français de la Renaissance /
Mentioning the painter: A “Commonplace” of the celebration of romantic. Tristan, “Bonard,” and French Renaissance poets
Anne-Pascale POUEY-MOUNOU
Du Bellay, Ronsard, Tristan : autour de quelques sonnets des Amours /
Du Bellay, Ronsard, Tristan: On some sonnets from the Amours
Jole MORGANTE
Parcours textuels de Pietro Bembo à Tristan LHermite /
Textual paths from Pietro Bembo to Tristan LHermite
Agnès REES
La poésie de lArioste dans lœuvre de Tristan LHermite /
Ariostos poetry in the works of Tristan LHermite
Françoise GRAZIANI
La Querelle du Tasse /
The Tasso quarrel
Adeline LIONETTO
Orphée et les emmancheurs de balais. Tristan héritier de la poésie festive du xvie siècle /
Orpheus and the broom handle makers. Tristan as heir to the festive poetry of the sixteenth century
Céline BOHNERT
Ceci nest pas une source.
Natale Conti dans les Annotations aux Plaintes dAcante (1633) /
This is not a source.
Natale Conti in the
Annotations to Plaintes dAcante (1633)
Véronique ADAM
Tristan et Clément : portrait du poète en auteur /
Tristan and Clément: Portrait of the poet as an author
François ROUGET
Ordo neglectus : Remarques sur la disposition
des recueils poétiques de Tristan LHermite /
Ordo neglectus: Remarks on the arrangement
of Tristan L
Hermites poetry collections
Bibliographie – Chronique /
Bibliography—Column
par/by Sandrine BERRÉGARD

 

Pour plus de détails, lien vers le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

Illustration : Jan Brueghel, L’Ouïe, détail, Madrid, Prado (WGA).

Les Cris de Paris du Moyen Âge à la Renaissance

 

Les Cris de Paris du Moyen Âge à la Renaissance

Édition de textes, analyse et glossaire

 

Pierre Rézeau

Préface de Nicolas Le Cadet

 

Ma botte de cresson ! Pastez chauds ! Harengs frais ! Vin vermeil, cleret et blanc ! J’achete vieux fer, vieux drapeaux ! Mes beaux balais ! A ramoner vos cheminees…
Une douzaine de textes, disséminés du XIIIe au XVIe siècle, nous invitent à une promenade à travers Paris, à l’écoute des marchands, artisans, quêteurs et annonceurs les plus divers. Ces Cris de Paris, destinés à mettre l’eau à la bouche à la clientèle, à susciter les achats et les demandes de services ou encore à attirer la générosité, constituent un véritable album sonore, réaliste, plein de vie et parfois de malice. Ce petit ensemble fait ici, pour la première fois, l’objet d’une édition critique. C’est tout un pan de la vie quotidienne de la capitale qui nous est restitué, à travers un vocabulaire nutritif et réjouissant, qui vaut son pesant de moutarde. Moutarde fine !

Sommaire et informations sur le site de l’éditeur, les Éditions De Boccard.

Renaissance Impressions

Renaissance Impressions: Sixteenth-Century Master Prints from the Kirk Edward Long Collection

 

Bernard Barryte (dir.)

 

Renaissance Impressions: Sixteenth-Century Master Prints from the Kirk Edward Long Collection presents a rich survey of the first golden age of European printmaking and reveals important artistic and cultural innovations spurred by the proliferation of etchings, engravings, and woodcuts. Featuring many of the era’s most extraordinary and influential prints, Renaissance Impressions includes examples in all graphic media from Europe’s major printmaking centers, which distributed images by the period’s greatest artists, among them, Michelangelo, Raphael, and Titian. Through absorbing thematic essays and lively entries on more than eighty prints by master printmakers including Albrecht Dürer, Marcantonio Raimondi, and Hendrick Goltzius, this lavishly illustrated catalogue explores the pivotal role that prints played in shaping visual culture throughout Europe during the Renaissance.

SOMMAIRE

Foreword
Pauline Willis, Director and CEO, American Federation of Arts

Making, Publishing, and Collecting: The Kirk Edward Long Collection in Context
Bernard Barryte

Copying, Collaborating, and Competing: Prints and the Renaissance Artist
Sharon Gregory

A Concise Geography of Print: Accounting for Stylistic Transmission in Sixteenth-Century Europe
Arthur J. DiFuria

Mysteries and Meanings: Esoteric and Enigmatic Prints in the Renaissance
Jamie Gabbarelli

Catalogue
Bernard Barryte

Glossary
Bibliography
Acknowledgments
Contributors
Index

Détails vers le site de l’éditeur, Silvana Editoriale.

Appel à participation : Thresors imprimés de la Renaissance

Thresors imprimés de la Renaissance. Bibliothèque numérique

Appel à participation

Anne Réach-Ngô

Dans le cadre du projet « Les Thresors imprimés de la Renaissance, une vitrine éditoriale de la culture française ? » (projet IUF, Anne Réach-Ngô, 2015-2020), la bibliothèque numérique Thresors de la Renaissance de la plate-forme EMAN ouvre au public une partie de ses collections (notices Œuvres et Éditions) et lance un appel à participation collective : https://eman-archives.org/ThresorsRenaissance/

La bibliothèque numérique Thresors de la Renaissance vise à rassembler en un unique espace au moins un exemplaire de chaque édition de l’ensemble des ouvrages publiés en langue française entre 1470 et 1630 qui portent en leur titre le terme de « Trésor ». Élaborée sur la plate-forme EMAN (Éditions de Manuscrits et d’Archives Numériques) du CNRS, la bibliothèque propose, au 1er octobre 2021, un panorama de 148 œuvres intitulées Thresors parues entre 1470 et 1650, avec 435 éditions enregistrées à ce jour (recensement en cours). L’objectif scientifique de ce projet est de mettre en évidence l’existence d’un « genre éditorial » des Thresors qui rend compte de manière représentative des modalités de circulation et de diffusion d’un certain pan, vulgarisé, des écrits et savoirs compilés de la Renaissance.

Si l’ouvrage le plus connu de nos jours est sans conteste le Trésor de la langue française, l’exploration du corpus des Thresors imprimés met au jour un ensemble d’ouvrages importants, au-delà du domaine lexicographique, qui relèvent aussi bien de la médecine (Trésor des pauvres) que de la dévotion (Trésor des prières, oraisons et instructions chrétiennes), mais aussi des traités de géographie, d’alchimie, d’histoire (Trésor des histoires de France). Les écrits littéraires y trouvent également place de manière significative et gagnent dès lors à être relus à l’aune de cette vogue éditoriale qui convoque l’imaginaire du trésor pour assurer la promotion de ces diverses compilations : recueil de lieux communs (Trésor de sentences dorées), anthologie littéraire (Trésor des histoires tragiques), recueils poétique ou facétieux (Trésor des joyeuses inventions du parangon de poésies, Trésor des récréations).

La prochaine étape du projet consiste à rendre accessibles les notices des exemplaires déjà consultés et à enrichir la bibliothèque de nouvelles analyses, désormais prises en charge par des spécialistes du domaine. Si vos recherches vous ont amené à travailler sur l’un de ces ouvrages (voir la liste des Thresors), n’hésitez pas à contacter Anne Réach-Ngô (anne.reachngo /at/ yahoo.fr) pour prendre en charge une collection de la bibliothèque. Vous pourrez ainsi participer à la description et à l’analyse des éditions et exemplaires de ce Thresor mais également venir enrichir la notice Œuvre de l’ouvrage en intégrant des analyses plus développées ou de simples références bibliographiques.

Diane en son paradis d’Anet

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du Château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Paris, Le Passage, 2021.

Diane de Poitiers (1500-1566), veuve de Louis de Brézé et favorite du roi Henri II, fait bâtir avec l’appui d’un amant de vingt ans son cadet et le concours des artistes de Fontainebleau le château d’Anet, chef d’œuvre de l’architecture de la Renaissance française.

Mais c’est cette autre Diane, la chasseresse des Anciens, vive et farouche, dont la superbe figure coïncide si bien avec celle de la maîtresse des lieux, qui apparaît dans les deux principaux cycles narratifs du château : celui d’une célèbre tenture de tapisseries en onze pièces, et celui des vitraux en émail blanc qui occupaient les fenêtres du premier étage, notamment celles de l’appartement du roi.

Ce livre, qui conjugue et accorde les recherches de cinq historiens (de la littérature, du dessin, de la peinture et du vitrail), s’attache à ces deux ensembles, les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Il révèle le programme des tapisseries, sonde sa maîtrise des humanités, prend en compte sa date plus précoce qu’on ne le pensait – 1547 – et donne le nom de son auteur, le poète Jacques de Vintimille, habile précurseur de la Pléiade. L’ouvrage montre aussi qu’un peintre de l’école de Fontainebleau, Charles Carmoy, collaborateur de Primatice que Rabelais avait pris soin de mentionner dans son Pantagruel, dut en donner les dessins et les cartons.

L’examen de toutes ces œuvres signale que, dans les vitraux comme dans les tapisseries, l’histoire et le mythe prenaient place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permettait à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Sous la direction de Dominique Cordellier, Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre. Textes de Luisa Capodieci, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Dominique Cordellier, Paul-Victor Desarbres, Maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Françoise Gatouillat, Ingénieur de recherche honoraire au ministère de la Culture et de la Communication et Cécile Scailliérez, Conservateur général du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre.

Présentation du livre sur le site de l’éditeur.