Archives de catégorie : Annonces

“Le Cheval emplumé”. Poésie et périphrase à la Renaissance

Xavier Bonnier, “Le Cheval emplumé”. Poésie et périphrase à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, coll. Études et essais sur la Renaissance, n° 129, 2023, 422 p. 

Procédé stylistique aussi ancien que reconnu, la périphrase est pourtant la parente pauvre des traités de rhétorique. Cet ouvrage étudie son parcours critique et pratique de l’Antiquité au romantisme, en insistant largement sur l’usage qu’en font les poètes de la Renaissance, de Jean Lemaire à François de Malherbe.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Représentations de soi à la Renaissance

Véronique Ferrer, Eugenio Refini et Luc Vaillancourt (dir.), Représentations de soi à la Renaissance/Representing the self in the Renaissance, Paris, Hermann [Les collections de la République des Lettres], 2023, 310 pages.

La question du sujet n’en finit pas d’alimenter les plumes des historiens, des philosophes et des littéraires. Si l’on n’affirme plus vraiment que l’individu est l’une des réalisations majeures de la Renaissance européenne, les études les plus récentes persistent à interroger les moyens d’expression d’une subjectivité fuyante. Dans leur continuité, ce volume collectif se propose de reconsidérer le sujet à la Renaissance à travers le prisme de la rhétorique, des formes et des genres. Il entend repenser cette notion problématique en examinant le rôle joué par l’écriture dans la représentation de soi, comme instrument herméneutique, comme outil stratégique d’affirmation ou de dissimulation, comme quête d’une identité d’auteur. Il s’intéresse plus précisément à l’image littéraire que construit le texte à destination du lecteur, aux modalités d’une hypothétique « subjectivité littéraire », toujours difficile à identifier et à définir.

Télécharger la table des matières

Illustrer le livre. Peintres et enlumineurs dans l’édition parisienne de la Renaissance

Anna Baydova, Illustrer le livre. Peintres et enlumineurs dans l’édition parisienne de la Renaissance, Tours, PUFR, 2023.

 

 

Principal centre d’imprimerie du XVIe siècle, rassemblant les auteurs et les forces artistiques du royaume, Paris offre un échantillon parfait pour l’étude de l’illustration à la Renaissance. De 1540 à 1585, la typographie parisienne intègre des influences issues des éditions humanistes italiennes et des particularités artistiques de l’école de Fontainebleau en développant une identité visuelle bien reconnaissable.

Des artistes de premier ordre tels que Jean Cousin père et Baptiste Pellerin ainsi que des enlumineurs-illustrateurs moins connus, comme Geoffroy Ballin et Charles Jourdain, jouent un rôle clairement établi dans la préparation des illustrations mais les modalités de leur collaboration avec les différents métiers du livre restaient à préciser.

S’appuyant sur des témoignages d’archives associés à l’étude des œuvres, cet ouvrage lève le voile sur la place des peintres et des enlumineurs dans le monde du livre imprimé parisien. Entre histoire de l’art et histoire du livre, il analyse leurs réseaux professionnels et permet de mieux comprendre l’économie du livre illustré à la Renaissance.

Pour en savoir plus :

https://pufr-editions.fr/produit/illustrer-le-livre/

Le Verger, Bouquet XXV – Jean de Léry

Le dernier numéro du Verger de Cornucopia vient de paraître : dirigé par Augustin Lesage et Lisa Pochmalicki, il est consacré à l’œuvre de Léry au programme des agrégations de Lettres cette année.

Introduction d’Augustin Lesage et Lisa Pochmalicki.

Frank Lestringant Topo tupi. Note transversale sur l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil de Jean de Léry.

Dépeindre les réalités sensibles

Marie-Christine Gomez-Géraud : Sentir le monde. Jean de Léry : une nouvelle manière d’écrire le voyage.

Louise Millon-Hazo Couleurs de l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil. L’écriture iconographique de Léry.

Paul J. Smith Léry et les poissons. Une lecture rapprochée des stratégies descriptives.

Phillip John Usher“Ce qu’on dit en somme avoir ame vegetative”. La flore brésilienne selon Jean de Léry.

Appréhender les Tupinamba

Pierre Martin : Au péril de Circé : Jean de Léry et la pulsion cannibale.

Carine Roudière-Sébastien1557-1578 : palimpsestes de la question cannibale chez Léry.

Mathilde Mougin Léry et la pensée mythique : une difficile rencontre de l’Autre dans l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil (1578).

Raffaele CarboneLes intermittences du religieux chez les peuples amérindiens dans l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil.

Caroline Trotot : Jean de Léry et le paradigme de la représentation tragique de l’Histoire mémorable de Sancerre à l’Histoire d’un voyage en terre de Bresil.

L’amoureuse rage. Agrippa d’Aubigné poète profane

Véronique Ferrer, L’amoureuse rage. Agrippa d’Aubigné poète profane, Genève, Droz, coll. “Cahiers d’Humanisme et Renaissance”, 2022, 360 p. 

Si Agrippa d’Aubigné représente pour la postérité l’auteur à contre- courant des Tragiques, il était reconnu par ses pairs comme l’un des poètes de la fin du siècle chantant l’amour ou maniant la satire dans l’esprit du temps. Les manuscrits conservés à Genève réunissent un ensemble remarquable de poèmes profanes dont certains connurent une diffusion autonome avant d’être pensés sur le tard comme un recueil répondant au nom de Printemps. Dans la continuité de l’édition critique du Printemps, parue en 2019, ce livre entend remettre à sa juste place un corpus encore méconnu, longtemps desservi par une publication parcellaire, étouffé par l’œuvre albinéenne elle-même et minoré, de surcroît, par une histoire littéraire frileuse. De la fabrique du recueil à celle du texte, des sociabilités littéraires aux modèles d’écriture, des identités féminines à la représentation de soi, de la fureur de l’amant au rire de l’auteur, il espère embrasser, dans sa diversité déconcertante, l’expression poétique de « l’amoureuse rage ».

Voir le sommaire de l’ouvrage et la vidéo de présentation sur le site de l’éditeur.

Des Coches, commentaire par Frank Lestringant

Michel de Montaigne, Des Coches, Essais, III, 6, édition et commentaire par Frank Lestringant, Paris, Classiques Garnier [Essais philosophiques sur Montaigne et son temps, n° 11], 2022.

Le chapitre 6 du livre III des Essais traite du mal de coche ou de voiture et du sentiment de révolte que suscite la destruction du Nouveau Monde par les conquistadors. S’ouvrant sur le malaise du corps en mouvement, et passant par les jeux du cirque à Rome, cette réflexion prolonge celle du chapitre « Des Cannibales » et s’achève par le réquisitoire contre des Européens incapables de conquérir avec humanité.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

L’homme-objet. Expositions anatomiques de la première modernité

Myriam Marrache-Gouraud, L’homme-objet. Expositions anatomiques de la première modernité, entre savoir et spectacle, Genève, Droz [Cahiers d’Humanisme et Renaissance, n° 187], 2022.

Homo mirabilis ! En contemplant des fillettes au visage velu, des nains, des géants, des momies, des squelettes, organes, ou calculs pierreux, qui niera que l’humain n’ait sa place parmi les curiosités ? Les « raretés de l’homme » font le bonheur des collectionneurs, pour le plaisir du spectacle ou de l’enquête savante. Entre stupeur et découvertes perplexes, le trouble produit par ces singularités modèle les discours pour négocier la frontière avec l’animalité, la proximité avec la sauvagerie, la question de l’infra-humanité, les porosités entre masculin et féminin, le rapport au passé des géants et la génération incongrue de corps étrangers. Souvent oublié des travaux sur les naturalia, l’homme entendu comme objet de collection méritait une étude des représentations qui croise textes et images. Prise dans le « connais-toi » d’une anthropologie en devenir, la culture écrite et visuelle de la curiosité cherche en effet à penser l’humain en ses formes exceptionnelles dans les premiers « musées de l’homme » des XVIe et XVIIe siècles.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

L’ombre de Guillaume Du Bellay sur la pensée historique de la Renaissance

Lionel Piettre, L’ombre de Guillaume Du Bellay sur la pensée historique de la Renaissance, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DCXXXVIII], 2022.

La littérature renaissante accorde une place forte à l’histoire-jugement, soit l’histoire écrite du point de vue de ses acteurs, qui mêle témoignage et commentaire, méditation humaniste sur la fortune et réflexion politique sur les conseils et leurs effets. L’entourage de François Ier espéra que son règne serait ainsi raconté par un Thucydide ou un César français, rôle qui échut à Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey (1491-1543).

Si ses Ogdoades inachevées furent le fruit d’une réflexion collective (associant Rabelais, Jean Du Bellay, Sleidan), elles sont pourtant profondément originales, comme le révèle l’analyse du Prologue (ici édité) et des fragments des Ogdoades. Leur influence se donne à lire chez Bodin et, plus encore, chez Martin Du Bellay et Blaise de Monluc, tous héritiers de la méthode de Langey. L’ombre de Guillaume Du Bellay s’étend enfin sur les Essais de Montaigne qui, tout en refusant d’écrire l’histoire, la commente en «diligent lecteur» – selon le mot de Langey.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Dieux futiles, dieux utiles

Rachel Darmon, Dieux futiles, dieux utiles, La mythographie comme forme de savoir dans l’Europe de la Renaissance, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance n°DCXXXVII, 2022).
 
 
Pourquoi la mythologie gréco-latine est-elle omniprésente dans la culture artistique et lettrée de la Renaissance ? Pour apporter un nouvel éclairage sur cette question, Rachel Darmon étudie, dans le cadre de la tradition mythographique, une catégorie de livres imprimés au XVIe siècle qui traitent spécifiquement des dieux des Anciens par le biais de leurs « noms » et de leurs « images ». Ces ouvrages constituent une forme de savoir symbolique, qui connut un très grand succès dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Leur étude permet de retrouver un ancien mode de construction de la connaissance mêlant texte et image, poésie et histoire naturelle, savoir et fiction. Elle attire l’attention sur la fonction heuristique que les lettrés de la première modernité attribuaient à l’antique mythologie. L’écriture mythographique propose au lecteur une dynamique associative transmettant un art d’agencer la pensée et d’exprimer l’observation, et fournit matière à réflexion tant sur l’ordre du cosmos que sur les rapports des hommes entre eux et sur l’utilité du culte des dieux.
Sommaire sur le site de l’éditeur.

Nouvelle édition des Œuvres de Louise Labé et site Que sait-on des Euvres de Louïze Labé Lionnoize (1555) ?

Louise Labé, Œuvres, éd. Michèle Clément et Michel Jourde, Paris, GF, 2022.

Précédée d’un avant-propos de Nathalie Zemon-Davis, l’édition du texte, en orthographe modernisée, est suivie d’un dossier comportant les rubriques suivantes :
1. La fabrique des « Écrits de divers Poètes »
2. Qui a participé aux Œuvres de Louise Labé Lyonnaise ?
3. Dans l’atelier des sonnets : les sonnets II et III
4. Chronologie : Louise Labé à travers les archives
5. L’histoire du livre et de sa réception.

Voir la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Par ailleurs, le site Que sait-on des Euvres de Louïze Labé Lionnoize (1555) ? vient d’être mis en ligne à l’adresse https://elll1555data.huma-num.fr/, sous la direction scientifique de Michèle Clément et Michel Jourde. Il présente l’ensemble des documents disponibles (dont de nombreuses archives inédites) concernant la publication et la réception de ce livre.

Les monstres de Rabelais

Philippe Simon, Les monstres de Rabelais. Études rabelaisiennes tome LX, Travaux d’Humanisme et Renaissance, Genève, Droz, 2022, 600 p.

 

 

Il était nécessaire de fournir une réflexion sur une catégorie majeure de l’œuvre rabelaisienne, mais peu arpentée pour elle-même : le monstrueux. Le large bestiaire tératologique qui peuple les romans de Rabelais est ici envisagé selon plusieurs biais successifs : sa caractérisation, son archéologie au regard de la philosophie naturelle, son positionnement particulier entrevu sous l’angle de l’histoire de l’art et des représentations du monstre, son économie dans les différents régimes du texte littéraire (narration, énonciation, description, recours intertextuels). Ce parcours permet in fine de mettre au jour les mécanismes d’une herméneutique du monstre qui reproduit dans le cadre du récit – et plus particulièrement ar la manière dont les personnages et la voix narrative mettent en mots la rencontre avec des phénomènes naturels étranges – les préoccupations interprétatives du lecteur lui-même face au texte de Rabelais.

 

TABLE DES MATIÈRES

Avant-Propos

PREMIÈRE PARTIE : LES DISCOURS

Chapitre premier. Syntaxe de la nature et éloquence ambivalente du monstre

Chapitre II. De quoi « Monstre » est-il le nom ?

Chapitre III. Éléments de tératologie rabelaisienne

DEUXIÈME PARTIE : LES RENCONTRES

Chapitre IV. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre

Chapitre V. Parler d’autres choses

Chapitre VI. Les replis de l’étrange

TROISIÈME PARTIE : LE LECTEUR

Chapitre VII. « Nothing is true – everything is permitted »

Chapitre VIII. La loi et l’ordre

Chapitre IX. Décrire, définir: la part maudite

Chapitre X. Hors cadres

CONCLUSION: L’IMPASSE, L’AIGUILLAGE

Bibliographie

Index des noms et des oeuvres anonymes

Index monstrueux

Lien vers le site de l’éditeur.

Il cardinale maraviglioso. L’avventura editoriale di Marcello Cervini (1539-1555)

Il cardinale maraviglioso. L’avventura editoriale di Marcello Cervini (1539-1555)

Giacomo Cardinali

 

Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 2022.

 

 

Quella che si propone è una lettura ex novo dell’avventura editoriale romana degli anni 1539-1555, condotta sulla base di nuovi documenti d’archivio e di biblioteca, rinvenuti in Italia (Firenze, Roma, Milano, Parma e Venezia) e all’estero (Città del Vaticano, Londra e Parigi), e sottoposti ad una analisi, che prima ancora che storiografica, è stata filologica, paleografica e archivistica. Ne emerge il profilo di colui che fu l’ideatore e il promotore dell’intero progetto, che nacque e morì con lui: Marcello Cervini, attorno al quale riaffiorano i profili dei collaboratori scientifici e tecnici, e dei tipografi, come anche di coloro cui egli guardò come ai suoi precursori, sia a Verona che a Roma. Stilato il catalogo ragionato di tutte le edizioni cerviniane (suddivise tra realizzate, postume, mancate e patrocinate), conclude lo studio la ricostruzione dell’edizione a stampa di due opere di Teodoreto di Cirro, apparsa a Roma nel 1547 al termine di un iter particolarmente difficile e complesso.

L’angle qui nous est proposé ici est une lecture ex novo des aventures éditoriales romaines dans les années 1539-1555, menée à partir de nouveaux documents des archives et des bibliothèques, qui ont récemment revu le jour en Italie (Florence, Rome, Milan, Parme et Venise), mais aussi à l’étranger (Vatican, Londres et Paris). Ces documents ont été soumis à une analyse qui, avant d’avoir une vocation historiographique, trouve sa raison d’être dans une recherche philologique, paléographique et archivistique. En émerge le profil d’un homme qui fut le créateur et le promoteur de l’intégralité du projet, d’un homme qui est né et mort avec lui : il s’agit de Marcello Cervini, autour duquel resurgissent les profils des collaborateurs scientifiques et techniques, des typographes, jusqu’à ceux qu’il considéra comme ses précurseurs, à Venise comme à Rome. Le catalogue raisonné de l’ensemble des éditions de Cervini conclut l’étude par la reconstruction de l’édition imprimée de deux ouvrages de Teodoreto di Cirro, présentée à Rome en 1547, après un parcours particulièrement difficile et controversé.

Plus de détails sur le site de l’éditeur.

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons. Édition de 1613

Édité par Jean Céard

Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2022.

 

Le magistrat du parlement de Bordeaux Pierre de Lancre reçut du roi Henri IV mission d’enquêter sur les rumeurs de sorcellerie qui secouaient la petite contrée du Labourd en pays basque. Pendant quatre mois, investi d’une autorité souveraine, il travaille activement à instruire et à juger. De cette rare expérience, Pierre de Lancre publie la recension quelques années plus tard. Son Tableau de l’inconstance des mauvais anges et demons fut certainement un ouvrage remarqué : publié en 1612, il fit, sans attendre la fin du privilège de six ans, l’objet d’une réédition revue et augmentée dès 1613. Cette nouvelle édition multiplie les additions. Si l’auteur maintient presque inchangées ses références érudites, il approfondit en revanche l’exégèse de sa rare expérience de démonologue, avec le sentiment d’enrichir ainsi cette nécessaire contribution à la connaissance du diable et de ses menées. On croit utile de signaler ces additions à leur place : De Lancre, en serviteur dévoué de l’État, élabore une démonologie concrète fondée sur une vaste et difficile érudition dont l’index fait voir l’ampleur.

Lien vers le site de l’éditeur.

La Cour en fête dans l’Europe des Valois, 18 mai 2022

La Cour en fête dans l’Europe des Valois, sous la direction d’Oriane Beaufils et de Luisa Capodieci, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, Collection Renaissance, 2022.

Les fêtes des Valois (François Ier, Henri II, Charles IX et Henri III) sont célèbres pour leur splendeur, leur extravagance et leurs créations surprenantes. Inspiration antique, tradition médiévale et innovations italiennes sont savamment entrelacées dans des inventions qui suscitent l’étonnement et l’admiration. Ces magnifiques réjouissances forment un «art total» par lequel la peinture et l’architecture, mais aussi la poésie et la musique sont audacieusement orchestrées. Partant des fêtes les plus spectaculaires de la Renaissance, ce livre explore leurs coulisses et leurs enjeux. Quels artistes et dans quels buts ? Quels théâtres pour ces festivités ? Quels coûts et quels succès ? La cour des Valois s’inspire des cours voisines autant qu’elle leur sert de modèle. De l’Italie à l’Angleterre, les fêtes s’alimentent mutuel- lement et définissent une politique et une diplomatie de la magnificence, tout au long du XVIe siècle, alors que se font et se défont les alliances dans le réseau international. À Florence comme à Ferrare, à Fontainebleau comme à Édimbourg, les princes commandent des fêtes et font imaginer aux artistes les plus brillants de l’Europe maniériste des spectacles qui ont toujours pour but d’impressionner les cours voisines. À travers des exemples mythiques, comme les tournois d’Henry VIII, les entrées d’Henri II, les Triomphes de Binche ou, encore, les grands mariages des Médicis, ce livre lève le voile sur les scènes et les acteurs des fêtes de la Renaissance.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Ci-dessous, l’invitation à découvrir l’ouvrage le mercredi 18 mai 2022, à l’INHA (Paris).

Traduire Pétrarque en langue française

Riccardo Raimondo, Le Phenix Poëte et les Alouëtes. Traduire les Rerum vulgarium fragmenta de Pétrarque en langue française (XVIe-XXIe siècle) : histoires, traditions et imaginaires, Bruxelles, Peter Lang Verlag [Littératures et Cultures romanes], 2022.

La poésie de Pétrarque et le pétrarquisme qui en est dérivé constituent une matière inestimable et un champ fertile pour comprendre les sources des identités et des cultures européennes. Il est donc crucial d’examiner les études pétrarquiennes au regard de nouvelles notions critiques telles que la transculturalité ou la transnationalité. L’exemple emblématique français constitue un champ d’enquête privilégié pour décrire ce que l’auteur définit comme le « mouvement migrant » du pétrarquisme européen. Grâce à l’application de nouvelles théories et méthodologies transdisciplinaires, cet ouvrage offre au public la possibilité de découvrir la richesse des traductions françaises des Rerum vulgarium fragmenta sur une période très vaste qui court du XVIe au XXIe siècle. Au-delà de l’ambition d’un travail d’érudition, ce livre est surtout le fruit d’une enquête intime sur des formes archétypales qui s’incarnent dans l’histoire des idées et des littératures. L’histoire de la traduction et des traductions n’est pas seulement une histoire des textes, mais aussi un récit des imaginaires qui les ont traversés.

Téléchargement (gratuit) de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.