Archives de catégorie : Publications

L’écriture de soi à la Renaissance

Directeur·trice·s scientifique·s : Paul-Victor Desarbres, Daniel Ferrer, Alexandre Tarrête

Depuis Jacob Burckhardt, les historiens ont placé la Renaissance sous le signe de l’affirmation de l’individu. Afin de renouveler l’approche des écritures de soi à l’aube de la modernité, les contributrices et les contributeurs de ce Cahier V. L. Saulnier ont choisi de laisser un temps de côté les genres plus « canoniques » que sont les mémoires, l’autobiographie ou le journal, pour se pencher sur des textes et des corpus moins cartographiés, comme les commentaires érudits, les récits de voyage, les récits de captivité, les récits de cure ou de convalescence, les correspondances, les écrits professionnels, les archives judiciaires, ou encore les épîtres en vers, les élégies ou la poésie généthliaque (qui célèbre les naissances), en français et en latin.

En marge des genres constitués s’invente alors une nouvelle parole sur soi, dont la forme souvent fragmentaire et interstitielle n’enlève rien à l’énergie ou à l’expressivité.


Sommaire

Paul-Victor Desarbres, Véronique Ferrer & Alexandre Tarrête, Introduction. L’écriture de soi à la Renaissance. Bilan historiographique et pistes de recherche

Ariane Bayle, Le récit de soi dans les « Voyages » d’Ambroise Paré

Jérôme Laubner, Se dire vérolé : que fait le stigmate vénérien à l’écriture de soi ?

Alice Vintenon, L’autopromotion et ses limites dans quelques fragments autobiographiques de Symphorien Champier

Alicia Viaud, La Popelinière en ses histoires : homme de guerre, négociateur de paix, historien impartial

Lucie Claire, Philologie et écriture de soi dans les Notæ sur Tacite de Marcus Vertranius Maurus

Grégoire Holtz, Le De propria vita liber de Cardan : l’imaginaire du livre dans la construction d’une autobiographie intellectuelle

Audrey Duru, Les Desseins de professions nobles et publiques d’Antoine de Laval (Paris, 1605), témoignage d’écriture

Neil Kenny, « Que la France me recognoisse ce que je suis » : mais qui étaient au juste Jean du Chastelet et Martine de Bertereau, baron et baronne de Beausoleil ?

Loris Petris, L’écriture de soi dans la correspondance de Guillaume Du Bellay

Benoît Autiquet, « Advocat non Advocat » et « Homme non Medecin » : l’épistolier face aux dignités publiques dans Les Lettres d’Étienne Pasquier (1619)

Mathilde Bernard, Le contrôle de l’épanchement lyrique dans la correspondance de Marguerite de Navarre (1547‑1549)

Virginie Leroux, La veine autobiographique dans la poésie néo-latine : Érasme, Jean Salmon Macrin, Jules César Scaliger

Elena Perez, Portraits de famille dans la poésie de naissance (XVe‑XVIe siècles)

Nicolas Lombart, Une fama en marge : l’écriture de soi dans la poésie carcérale renaissante (1533-1560)

Thibaut Maus de Rolley, Madeleine et son maître : la « confession de sorcière » comme récit de soi

Alexandre Tarrête, Conclusions. L’écriture de soi à la Renaissance, en marge des genres

Éléments de bibliographie critique
Index nominum
Association V. L. Saulnier
Activités de l’association V. L. Saulnier


979-10-231-0778-4
03/04/2024
16 x 24 cm
308 p.
25 €
Éditions : Sorbonne Université Presses
Collection « Cahiers V. L. Saulnier »

Dictionnaire de Pierre de Ronsard

Dictionnaire de Pierre de Ronsard,
Publié sous la direction de François Rouget
Préface de Michel Magnien et François Rouget

S’il existe déjà de multiples instruments de travail pour lire et étudier l’œuvre poétique de Pierre de Ronsard (1524-1585), il manquait encore un ouvrage de référence à la fois synthétique et d’utilisation commode pour se repérer dans le massif des notions ronsardiennes. C’est l’objectif principal de cet ouvrage : proposer au lecteur une liste abondante, mais non exhaustive, d’entrées qui abordent des questions relatives à la vie, à la carrière et à l’œuvre littéraire du poète vendômois. Les quelque 50 spécialistes internationaux de poésie française de la Renaissance, historiens du livre et musicologues qui ont collaboré au présent volume, se sont efforcés de procurer des notices de synthèse sur des notions variées en les complétant d’une bibliographie pertinente. On trouvera donc ici, présentées par ordre alphabétique, plus de 500 entrées les plus significatives pour pénétrer dans l’univers ronsardien. Afin de faciliter le cheminement du lecteur au sein de l’œuvre, est aménagé un système de renvois entre les entrées du dictionnaire, fléchage indispensable pour offrir une connaissance aussi complète que possible.
François Rouget est Professeur de littérature française à Queen’s University (Canada). Il a publié une Bibliographie critique sur Ronsard (Memini, 2005) et une synthèse sur Ronsard et le Livre (Droz, 2 t., 2010-2012).

2024. 736 p., broché, 12,5 x 19 cm.
EAN 9782380960914. 28 €

Frank Lestringant, Rabelais cartes sur table

Frank Lestringant, Rabelais cartes sur table, Paris, Les Belles Lettres, 2024.

– Présentation de l’éditeur –

Imaginer sous le texte la carte, sous-jacente, lacunaire, subsistant par fragments sous toute l’étendue de l’œuvre de Rabelais, voici ce que nous invite à faire Frank Lestringant dans Rabelais cartes sur table

En répertoriant et en expliquant méthodiquement les cartes et autres plans que Rabelais met en œuvre à chaque étape de la geste pantagruéline, à la fois ceux qui se dessinent dans ses textes et ceux qu’il devait avoir sous les yeux en les composant, Frank Lestringant trame l’atlas sur lequel s’échafaudent les romans de ce grand écrivain de la Renaissance, du Pantagruel au Cinquième Livre.

224 pages
3 Planche(s) N&B, Index, Bibliographie
Livre broché
13 x 19 cm
Les Belles Lettres / essais
N° dans la collection : 47
Parution : 01/03/2024
CLIL : 3643
EAN13 : 9782251455471
Code distributeur : 74850

Les femmes dans la vie et l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné

Appel à contribution pour Albineana 37 (2025),
dirigé par Mathilde Bernard, Nadine Kuperty-Tsur et Alicia Viaud

Le rapport d’Agrippa d’Aubigné aux femmes n’est pas simple ; l’enfant aegre partus ne doit sa vie qu’à la mort de l’une d’entre elles, ce qui peut expliquer une tendance à la mise à distance. De nombreuses femmes sont ainsi présentées comme des incarnations d’une altérité radicale : la mère, cette figure qui, pour absente qu’elle soit, hante l’entièreté de l’œuvre, sous des dehors la plupart du temps peu rassurants, mais néanmoins ambivalents[1] ; l’amante, qui revêt des habits pétrarquistes aux chatoiements inquiétants et qui, jeunesse éclatante a son double dans les vieilles repoussantes du Printemps[2]; les femmes « détestées », qui sont présentées comme des symboles de débauche[3] ; les reines qui deviennent sorcières sous sa plume[4] ; les parangons bibliques de l’impiété – Jézabel[5] et autres Athalie – ; ou les femmes mythiques venues du monde gréco‑romain pour faire du poète une proie, Diane la chasseresse[6], qui bien sûr se cache dans la belle Salviati, autre menace de mort.

À côté de ces femmes si diverses en possibilité d’anéantissement du corps et de l’âme de l’écrivain – car ces figures sont avant tout littéraires –, Agrippa d’Aubigné offre aux lecteurs de nombreux exemples de femmes admirables, qui dans leur grandeur n’en sont pas moins pour la plupart également mises à distance. Au rang de ces femmes viennent en premier lieu les martyres : les sœurs Foucaude – des enfants –, Jane Grey, jeune, reine, vertueuse et pieuse[7]… Puis les reines protestantes qui ont su gouverner en homme, éloge équivoque s’il en est : Elizabeth, Jeanne d’Albret[8], figurant de nouvelles Deborah.

Enfin viennent d’autres femmes, plus accessibles sans doute, celles qui se sacrifient pour leur parti, comme Catherine de Bourbon[9], nouvelle Esther, des femmes poètes et salonnières comme les dames des Roches[10] ou, plus proches encore du peuple, ces figures de la dévotion, jeune fille allaitant le vieillard et à l’inverse femme âgée (aux mamelles taries) allaitant un nourrisson. Quelques‑unes enfin, bien réelles celles‑là, tissées à la vie d’Agrippa d’Aubigné et présentes en ses écrits : ses femmes, ses filles.

Comment dès lors concilier ce mélange d’attirance et de répulsion dont le Printemps se fait l’écho, d’admiration pour des femmes qui sont le lieu et la preuve de la grâce suprême de Dieu, n’agissant jamais tant que lorsqu’elle élève la faiblesse, et de mépris horrifié pour la putain et la sorcière, de connivence[11] et de hiérarchisation des rapports[12] ? Comment comprendre que la femme soit le plus souvent tenue à distance respectable : faut‑il en chercher les raisons dans les structures patriarcales d’une société qui n’assigne pas aux femmes un rôle de même importance qu’aux hommes, dans la vie d’un enfant à qui a manqué une présence féminine, d’un amant éconduit, d’un veuf éploré, d’un sujet méfiant d’une souveraine aux finesses italiennes ? Quel est le sens de la parole ou du silence des femmes dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné ? Comment les voix féminines et les voix de l’énonciateur se mêlent‑elles et dans quelle optique[13] ? Quelle possibilité les femmes protestantes ont‑elles de se faire entendre[14] ? Peut‑on, avec Catharina Randall Coats[15], penser un « parler mystique » de la femme albinéenne, qui l’élèverait à un statut équivalent à celui de l’énonciateur de la fin des Tragiques, « extatique », « au giron de son Dieu » ?

Les articles s’intéresseront aux différents aspects de la présence des femmes dans la vie et dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné. Ils pourront adopter un angle biographique, interrogeant le rôle des amants, des épouses et des filles dans l’existence de l’écrivain, et croiser cette approche avec une analyse des représentations des figures féminines dans l’œuvre. On pourra également axer sa réflexion sur la dimension symbolique et mythique de la représentation des femmes admirées ou honnies, sur la trace, l’inflexion féminine de l’écriture ; considérer la question politique, la résistance, le zèle des femmes ; voir comment en elles réside paradoxalement la plus grande fiance d’Agrippa (les plus zélés sont pour beaucoup des femmes) et son plus grand effroi (les plus machiavéliques sont sans doute des femmes). Les articles se demanderont comment concilier les rapports de l’homme avec les personnes et les rapports de l’écrivain avec les êtres de papier, afin de rendre compte d’une vision des femmes plus riche que les passages canoniques offrant à les voir victimes ou démons nous laissent augurer. Le volume s’ouvrira à des articles présentant la place particulière de la femme protestante à cette époque, ainsi qu’à des réflexions plus larges sur la représentation des femmes à la Renaissance.


Les propositions de contribution, de quelques lignes, sont à rendre avant le 31 mai 2024 aux adresses suivantes :
bernardm@parisnanterre.fr, alicia.viaud@umontreal.ca, kuperty@tauex.tau.ac.il.

Après acceptation de la proposition de contribution, les articles d’environ 30 000 signes, en français ou en anglais, seront à rendre pour le 1er mars 2025.


[1] Voir Jean‑Raymond Fanlo, Tracés, ruptures. La composition instable des Tragiques, Paris, Champion, 1990, chap. I, 3.2, « Les figures ambivalentes de la mère », p. 83‑87.

[2] Voir Véronique Ferrer, L’Amoureuse rage. Agrippa d’Aubigné poète profane, Genève, Droz, 2022 et Le Printemps,Julien Goeury (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2023.

[3] Voir Éliane Viennot, « Agrippa d’Aubigné, Marguerite de Valois et le Divorce satyrique », Albineana, 7, 1996, p. 87-111.

[4] Voir Jean‑Raymond Fanlo, « Catherine de Médicis, monstre femelle. Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, livre I », dans Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Le « Monstre » humain : Imaginaire et société [en ligne], Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2005.

[5] Voir Gisèle Matthieu‑Castellani, Agrippa d’Aubigné. Le Corps de Jézabel, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

[6] Voir Jean‑Raymond Fanlo et Marie‑Dominique Legrand (dir.), Le Mythe de Diane en France au xvie siècle, Albineana, 14, 2002.

[7] Voir Antoinette Gimaret, « “Ses gants et son livret pour faire testament”. Le récit de la mort de Jane Grey dans l’Histoire des Martyrs de Jean Crespin et les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné », dans Line Cottegnies, Anne‑Marie Miller‑Blaise et Christine Sukic (dir.), Objets et anatomie du corps héroïque dans l’Europe de la première modernité, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 25‑45.

[8] Voir Marie‑Madeleine Fragonard, « L’éloge d’Elisabeth », dans François Charpentier (dir.), Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné. Actes de la journée d’étude Agrippa d’Aubigné, 9 nov. 1990, Cahiers Textuel, 9, 19 1, p. 39-52 ; Cécile Huchard, « Jeanne d’Albret, Élisabeth d’Angleterre, reines, et héroïnes protestantes ? », dans Gilbert Schrenck, Anne-Elisabeth Spica, Pascale Thouvenin (dir.), Héroïsme féminin et femmes illustres (xvie‑xviie siècles). Une représentation sans fiction, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 91‑105.

[9] Voir le Traitté des douceurs de l’affliction, Gilbert Schrenck (éd), dans Œuvres, t. III, Paris, Garnier, 2014.

[10] Voir Madeleine Lazard, « Deux féministes poitevines au xvie siècle : Les dames des Roches », Albineana, 3, 1990, p. 143‑153.

[11] Cette connivence et cette proximité confiante furent semblent‑ils au fondement des liens conjugaux qui unissait Agrippa d’Aubigné tant à Suzanne de Lezay qu’à Renée Burlamacchi (voir Gilbert Schrenck, notices en ligne sur les femmes d’Agrippa d’Aubigné dans le Grand Dictionnaire des Femmes de l’Ancien Régime, 2005 : Aubigné (Michèle), Burlamacchi (Renée), L’Estang (Catherine de), Lezay (Suzanne de), Limur (Anne de), Salviati (Diane)). Elle marque aussi la couleur de la relation qu’il a entretenue avec Catherine de Bourbon, mélange de respect, d’admiration et d’amitié (outre son introduction de l’édition du Traitté des douceurs de l’affliction, on pourra consulter l’article suivant de Gilbert Schrenck : « Rhétorique de l’affliction : Catherine de Bourbon, Agrippa d’Aubigné et la Conférence de Nancy (1600) », dans Claude La Charité et Roxanne Roy (dir.), Femmes, rhétorique et éloquence sous l’Ancien Régime, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2012, p. 299‑310).

[12] Rare sont les femmes qui peuvent gouverner et il semble clair par ailleurs qu’Agrippa d’Aubigné n’assigne pas le même rôle aux femmes qu’aux hommes, comme en témoigne la Lettre à ses filles.

[13] Voir Samuel Junod, « Voix féminines dans l’œuvre d’Aubigné », Women in French Studies, 11, 2003, p. 25‑37.

[14] Catharina Randall Coats, « Shouting Down Abraham: How Sixteenth Century Huguenot Women Found Their Voice », Renaissance Quarterly, vol. 50, 2, 1997, p. 411‑442?

[15] Catharina Randall Coats, « La femme : un prétexte silencieux dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné », Albineana,7, 1996, p. 76.

Jean SECOND, Opera omnia / Œuvres complètes

Au terme d’une aventure éditoriale de plus de vingt années, la Librairie Droz a le plaisir de vous annoncer la parution de l’édition de référence des Œuvres Complètes de Jean Second, l’un des plus grands poètes néo-latins de la Renaissance, dont l’œuvre dépasse les seuls Baisers.


Jean SECOND, Opera omnia / Œuvres complètes, en 4 volumes

Avec Anne BOUSCHARAIN, Nathalie CATELLANI, Karine DESCOINGS, Louise KATZ, Suzanne LABURTHE, Sylvie LAIGNEAU-FONTAINE, Arnaud LAIMÉ, Catherine LANGLOIS-PÉZERET, Olivier PEDEFLOUS, Sandra PROVINI, Astrid QUILLIEN, Anne ROLET, Stéphane ROLET, Emilie SÉRIS, Aline SMEESTERS

Sous la direction scientifique de Perrine GALAND-WILLEMEN, Virginie LEROUX

Édité par Werner GELDERBLOM, († Pierre TUYNMAN)


Jean Second (Janus Secundus, 1511-1536) est l’un des poètes néo-latins de la Renaissance les plus doués de sa génération et l’un de ceux qui ont eu la plus grande influence sur la littérature européenne. Surtout connu pour ses Baisers, poèmes érotiques à succès, Second a laissé en réalité, malgré sa courte vie, une œuvre variée et ambitieuse, écrite dans un latin éblouissant, élaborée avec un soin tout stratégique pour obtenir une place de choix à la cour de Charles Quint. Issu d’une famille en pleine ascension sociale, il cultiva un réseau de savants, d’hommes de lettres et d’artistes dont témoignent ses poèmes, ses récits de voyage, sa correspondance et les médailles qu’il grava. Le texte latin édité est celui du manuscrit préparatoire d’Oxford (le plus fidèle aux choix de Second), en partie autographe, parfois transcrit ou remanié par les frères du poète, Marius et Grudius. Une équipe de spécialistes s’est constituée pour éditer, traduire et analyser cette œuvre remarquable, en corrigeant l’image un peu mièvre d’amoureux passionné véhiculée par une critique héritière du romantisme.


VOLUME I

AVANT-PROPOS par Perrine GALAND-WILLEMEN

INTRODUCTION GÉNÉRALE JEAN SECOND (1511-1536), POÈTE DE CHARLES QUINT

Les étapes d’une carrière éclair par Perrine GALAND-WILLEMEN et Virginie LEROUX

Les portraits de Jean Second par Perrine GALAND-WILLEMEN

Étude d’ensemble sur la poétique de Jean Second par Virginie LEROUX

Le latin de Jean Second par Werner GOLDERBLOM

Brève histoire des éditions de Jean Second par Perrine GALAND-WILLEMEN

Principes de notre édition par Werner GOLDERBLOM

Répertoire prosopographique par Anne BOUSCHARAIN, Perrine GALAND-WILLEMEN, Virginie LEROUX et Aline SMEETERS

Médailles gravées par Jean Second par Perrine GALAND-WILLEMEN et Virginie LEROUX

« ELEGIAE » / ÉLÉGIES

Introduction par Virginie LEROUX et Émilie SÉRIS

Bibliographie restreinte

LIVRE 1 DES ÉLÉGIES INTITULÉ JULIE

LIVRE 2

LIVRE 3

Tables des illustrations

Index nominum


VOLUME II

« FUNERA » / TOMBEAUX

Introduction par Nathalie CATELLANI, Catherine LANGLOISPÉZERET, Virginie LEROUX, Anne ROLET et Stéphane ROLET

Bibliographie restreinte

EPIGRAMMATUM LIBER UNUS / LE LIVRE D’ÉPIGRAMMES

Avertissement

Abréviations bibliographique courantes

Introduction par Anne ROLET et Stéphane ROLET, avec la collaboration de Werner GELDERBLOM

Annexes

IOANNIS SECUNDI HAGIENSIS EPIGRAMMATUM LIBER UNUS LE LIVRE D’ÉPIGRAMMES DE JEAN SECOND, DE LA HAYE

Tables des illustrations

Index nominum


VOLUME III

« BASIA » / BAISERS

Introduction par Perrine GALAND-WILLEMEN

Bibliographie restreinte

« EPISTOLAE » / ÉPÎTRES

Introduction description du recueil par Arnaud LAIMÉ et Astrid QUILLIEN

Bibliographie restreinte

ÉPÎTRES LIVRE 1

ÉPÎTRES LIVRE 2

« ODARUM LIBER » / LIVRE DES ODES

Introduction par Suzanne LABURTHE

Bibliographie restreinte

Index nominum


VOLUME IV

« SYLVAE » / SYLVES

Introduction par Colin FRAIGNEAU, Louise KATZ, Olivier PÉDEFLOUS, Sandra PROVINI et Aline SMEESTERS

Bibliographie restreinte

LETTRES EN PROSE

Introduction par Sylvie LAIGNEAU-FONTAINE

Bibliographie restreinte

Synopsis des lettres en prose de cette édition

« ITINERA TRIA » / TROIS RÉCITS DE VOYAGE

Introduction par Anne BOUSCHARAIN, Karine DESCOINGS et Aline SMEESTERS

POÈMES CONSACRÉS À LA MORT DE JEAN SECOND

Introduction par Anne BOUSCHARAIN

Index nominum

Recovering the Medieval in the French Renaissance. Claude Fauchet’s Veilles

Anthony J. BRUDER, Recovering the Medieval in the French Renaissance. Claude Fauchet’s Veilles ou Observations, Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance 197, 2024.

 

 

Abordant un recueil peu étudié de Claude Fauchet (1530-1602), ce livre révèle le rôle du médiéval dans la construction d’une image de la modernité française à la Renaissance. Conçues pour confronter la Pléiade au riche héritage de la France médiévale, les Veilles soutenaient qu’une illustre langue vernaculaire devait être enracinée dans les traditions autochtones, bien plus riches qu’on ne le pense généralement. De la métrique du Roman d’Alexandre à l’émendation des Mémoires de Philippe de Commynes, et des règles du duel à la tombe de Jean de Meun, les observations de Fauchet portent aussi sur son époque, avec des essais sur Lemaire de Belges, Marot et Ronsard. Émerge alors l’écho d’une Renaissance française très différente, dans laquelle les bourgeois de Calais sont plus importants que Francion, et la connaissance de l’ancien français plus souhaitable que l’érudition classique. Comme une réponse à la rupture et à la perte, les Veilles sont peut-être le tout premier instantané d’une étape fondamentale dans la réception de la littérature française médiévale.

 

Sommaire

Acknowledgements

Abbreviations

Introduction

Chapter I. Contents, Context and Material History of the Veilles ou Observations de plusieurs choses dinnes de memoire en la Lecture d’aucuns autheurs françois, 1555

Chapter II. Continuity, Rupture and Recovery in French Renaissance Literary Culture, 1530-1550

Chapter III. Recovery and Nativism in Fauchet’s Veilles ou Observations

Chapter IV. The Veilles and the Early Pléiade. Recovering History, Defining Frenchness

Conclusion. The Legacy of the Veilles

Appendix A. Contents Page for the Veilles ou Observations de plusieurs choses dinnes de mémoire en la lecture ou leçon d’aucuns autheurs françois

Appendix B. Authors/Works Referenced in the Veilles.

Bibliography

Index

 

Lien vers le site de l’éditeur, la Librairie Droz.

De Burgos à Bordeaux. Regards sur les mariages royaux de 1615

 

Catalogue de l’exposition De Burgos à Bordeaux: regards sur les mariages royaux de 1615, présentée au Musée national du château de Pau (17 novembre 2023 – 20 mai 2024).

Annoncées en janvier 1612, les doubles fiançailles voulues par Marie de Médicis furent célébrées par trois jours de festivités à Paris, du 5 au 7 avril, dont l’apothéose fut un ballet équestre, le « carrousel de la gloire », place royale (actuelle place des Vosges), qui connut une extraordinaire renommée.

Les fêtes de 1615 furent plus extraordinaires encore et devaient durer plusieurs semaines, des deux côtés des Pyrénées. Arrivée le 7 octobre à Bordeaux, la cour n’en repartit en effet que le 17 décembre suivant. Des circonstances exceptionnelles pour la capitale de la Guyenne, qui reçut somptueusement son jeune roi, avec force entrées solennelles, réceptions, discours, tournois, ballets, feux d’artifices et même bataille navale.

Ouvrages imprimés, estampes et médailles, présentés dans l’exposition, reprirent à l’envi le récit de ces journées, magnifiant l’événement et la monarchie française, diffusant aussi un message éminemment politique qu’il s’agit de décrypter. Ces œuvres viennent en grande partie du riche cabinet d’arts graphiques du Musée national, mais sont complétées des prêts de plusieurs institutions françaises.

Lien vers le Musée national du château de Pau.

Revue Seizième siècle (23), automne 2023

Seizième siècle (23), automne 2023

Varia

Sous la direction scientifique de Anne RÉACH-NGÔ et Anne ROLET
Sommaire

Marie BOUHAÏK-GIRONÈS et Mario LONGTIN, Un mystère ne s’improvise pas. De l’organisation des jeux par personnages au XVIe siècle

Clément SALIOU, Que peuvent encore nous apprendre les archives sur les mystères au XVIe siècle ?

Guy-Michel LEPROUX, Les « mystères profanes » joués à l’hôtel de Bourgogne dans la seconde moitié du XVIe siècle

Élyse DUPRAS, Le mystère des trois doms : violence amplifiée, violence absorbée

Alice TACAILLE, Trois mystères et leur liturgie

Xavier LEROUX, D’un mot ilz en font troys : du vers et de la prose dans l’écriture du texte dramatique au Moyen Âge

Lien vers l’éditeur, Librairie Droz.

Pétrarquismes européens (XVIe-XVIIe siècles)

Pétrarquismes européens (XVIe-XVIIe siècles), dir. Véronique Ferrer, Littérales, n° 50, novembre 2023.

Surgi au XIXe siècle comme bon nombre de catégories historico-littéraires, le mot pétrarquisme sert à désigner un « courant littéraire » reposant sur l’imitation des Rime de Pétrarque. À la croisée des cultures antique et chrétienne, le Toscan réinvente l’amour au XIVe siècle en mettant à la disposition de l’Europe prémoderne un nouveau langage, apte à être ressaisi par des amants-poètes qui vont l’institutionnaliser moyennant quelques ajustements pour en faire le langage universel de l’amour. Au fil des décennies, voire des siècles, au gré des aires géographiques, le modèle italien s’historicise et s’enrichit de sources nouvelles, d’écritures singulières. Les contributions du numéro de la revue Littérales consacré aux Pétrarquismes européens entendent mettre en lumière la diversité de la production pétrarquiste et en interroger le sens dans un espace européen élargi entre XVIe siècle et XVIIe siècle.

Sommaire :

Véronique Ferrer : “Pétrarquisme(s)? enquête sur une catégorie littéraire européenne”

Perspectives européennes 

Franco Tomasi : “I diversi volti della lirica italiana del Cinquecento. Appunti su Petrarchismo e rappresentazione delsé”

Daniel Fliège : “La conversion spirituelle du pétrarquisme dans l’Italie du XVIsiècle: à propos des sonnets spirituels de Vittoria Colonna (1546) et Laura Battiferri (1564)”

Antonio Perrone : “Pétrarque entre Poétique et poésie (XVIe-XVIIsiècles). Bembo vs Aristote et la solution baroque en Italie”

Roland Béhar : “Pour une histoire des pétrarquismes ibériques, de Sá de Miranda aux poètes des Flores de poetas ilustres de España (1526-1605)”

Rémi Vuillemin : “Les pétrarquismes de la Renaissance anglaise : histoire et enjeux historiographiques”

Le cas français

Frédéric Tinguely : “Retour en Avignon. Le rapatriement de Laure chez Vasquin Philieul”

Thomas Hunkeler : “Muer le vice? L’art de pétrarquiser selon Maurice Scève et Pernette du Guillet”

Daniel Maira : “Le pétrarquisme de Ronsard et la culture littéraire du viol”

Gautier Amiel : “« J’exerce en moy ces deux utérins frères ». Antéros chez les pétrarquistes français au XVIsiècle”

Jean Balsamo : “« Hélas! Si tu prens garde aux erreurs que j’ay faites… » Desportes, des néo-pétrarquistes à Pétrarque”

Éléments de bibliographie critique

Voir le site de l’éditeur.

Abécédaire insolite du livre ancien

Christine Bénévent, Abécédaire insolite du livre ancien, Paris, FMSH-Diffusion, 2023.

 

 

Qu’est-ce qu’un livre ancien ? Qui sont ses ennemis ? A-t-il encore des lecteurs ? Comment et par qui a-t-il été fabriqué, acheté, lu (ou non), collectionné, conservé ou même falsifié ? Cet abécédaire, conçu comme une initiation joyeuse aux principales facettes du livre ancien, se propose de répondre à ces questions sur un mode ludique. À travers des entrées décalées, il fait voyager le lecteur de l’« amour » au « z » gothique zigzagant parmi les caractères romains, en passant par la « coquille », le « quatre », la « truie » ou encore « (la salle) Y » de la Bibliothèque nationale de France.

Christine Bénévent

Littéraire de formation, agrégée et docteur ès lettres, Christine Bénévent est historienne du livre et spécialiste de la Renaissance. Elle a notamment travaillé sur Érasme et Guillaume Budé. Directrice d’études à l’École des chartes depuis 2015, elle a publié récemment Miroirs d’encre. Histoire du livre, désirs de lecture (Paris, éditions de l’EHESS, 2022).

Pour plus d’informations, voir le site de l’École nationale des chartes.

Le Verger. Bouquet XXVI – Une débauche de noir : la couleur noire à la Renaissance

Le Verger. Bouquet XXVI

Une débauche de noir : la couleur noire à la Renaissance.

 

 

Sous la direction de Charles-Yvan Élissèche, Estelle Leutrat et Adeline Lionetto

 

Charles-Yvan Élissèche, Estelle Leutrat et Adeline Lionetto : Introduction – La Renaissance, un âge d’or de la couleur noire ? 

Les mots pour dire le noir

Élodie Ripoll : Le noir dans l’épistémologie visuelle de la Renaissance – Approche quantitative et diachronique.

Fabriquer le noir

Pauline Deschamps-Kahn : La mise en œuvre des pigments et la pratique picturale pour la représentation des étoffes noires en Italie au XVIe siècle : une enquête historique et scientifique.

Anthony Le Berre : Se noircir le poil : les recettes des médecins face aux canons de beauté de la Renaissance.

L’œuvre au noir

Doriane Moenaert : Nigrum nigrius nigro – Le noir à l’œuvre dans les écrits attribués à George Ripley.

Véronique Adam : Composition et représentations de la couleur noire dans les textes littéraires partiellement alchimiques (1515-1618).

Valeurs et significations

Louise Millon-Hazo : Le noir et les autres couleurs dans l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil du calviniste Jean de Léry.

Guillaume Bunel : Prodiges de l’Histoire naturelle, métaphores cosmiques et symboles religieux : l’usage du noir dans les canons musicaux transmis par Pietro Cerone (1613).

Anne Beyaert-Geslin : Le conflit de valeurs du roi Balthazar : approche sémiotique de la couleur noire.

Charles-Yvan Élissèche : Le manteau noir de Nuestra Señora de la Soledad à Bruxelles aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Compte rendu

Gautier Amiel : compte rendu de l’ouvrage Lettrines pour Arena. Acrostiche romancé de Marie-Joëlle Louison-Lassablière.

 

Lien vers le site Cornucopia.

“Le Livre noir” n°4 (1516-1521). Un registre de cour criminelle à Fribourg

 Le livre noir no 4 (1516-1521), Lionel Dorthe (éd.), Fribourg, 2022, 212 pages.

Un registre de cour criminelle contenant les procès de la lie de la canaille : brigands, voleurs et voleuses, escrocs, sorciers et sorcières, qui sont jugés et condamnés à Fribourg.

 

 

Le Livre noir n° 4 (1516–1521) édité par Lionel Dorthe

Le Livre noir (Das Schwartz Büch) n° 4 tire son nom de la couleur de sa couverture en parchemin, noircie à la cendre. Il appartient à la série des Thurnrodel (registres des tours), qui contiennent les procès-verbaux des interrogatoires menés dans les prisons fribourgeoises par le tribunal de la ville. Les procès menés contre les prévenus, accusés de brigandage, vol, crime contre-nature ou sorcellerie, sont rédigés dans leur langue, français ou allemand, témoignant du bilinguisme en vigueur à Fribourg. La présente édition est la première d’un tel registre faite au complet. Elle est par ailleurs assortie d’extraits de sources en lien avec les affaires criminelles qui y sont contenues (comptes-rendus des séances du gouvernement, comptabilité urbaine, procès menés dans une juridiction voisine).

La Bibliotheca Otolandana est une collection fondée et dirigée par Lionel Dorthe, publiée sous les auspices des Archives de l’État de Fribourg. Elle a pour mission l’édition scientifique de sources historiques qui y sont conservées et/ou qui ont un lien avec l’histoire fribourgeoise.

Contact/commande : archivesetat@fr.ch

CHF 29 jusqu’au 30.04.2024, ensuite CHF 39

La mort de Marc-Antoine. Enquête sur les comédiens italiens à Paris en 1559

Guy-Michel Leproux, La mort de Marc Antoine. Enquête sur les comédiens italiens à Paris en 1559, Paris, 2023, 128 p., 11 ill., 27 euros.

 

 

Au début de l’été 1559, le comédien vénitien Macantonio Sidonio, que les Français appelaient Marc Antoine, était à Paris où il préparait un spectacle destiné à être joué devant le Roi à l’occasion des noces d’Élisabeth de Valois. Le 7 juillet, au matin, on trouva son corps percé de trente-sept coups d’épée dans la chambre qu’Alphonse d’Este, prince de Ferrare, avait mis à sa disposition à l’hôtel de Reims. L’enquête qui fut menée par la justice de la Prévôté de l’Hôtel apporte un éclairage sur ce drame et fournit, grâce aux dépositions des témoins et des suspects publiées ici in extenso, un témoignage exceptionnel sur la vie des troupes italiennes dans la capitale sous le règne de Henri II.

Pour commander l’ouvrage, s’adresser à : ihp@gmx.fr.

Le métier de peintre en Europe au XVIe siècle

Le métier de peintre en Europe au XVIe siècle, sous la direction de Michel Hochmann, Guy-Michel Leproux et Audrey Nassieu Maupas, Paris, 2023, 773 pages, ill. en couleurs, ISBN : 978-2-490448-12-8.

Le projet « Pictor » a réuni pendant cinq ans des historiens de l’art français, italiens, espagnols, suisses et belges qui s’étaient fixé comme objectif commun d’examiner, dans une approche comparatiste, les conditions d’exercice du métier de peintre au XVIe siècle dans les grands centres artistiques européens, en liaison avec l’étude de la mobilité des artistes. Leurs recherches et la confrontation de leurs résultats à l’occasion de plusieurs journées d’études et colloques leur ont permis d’apporter des éclairages nouveaux sur de l’art de la Renaissance, à une époque où le travail était encore largement réglementé.

Ce volume est la synthèse de leurs travaux, qui ont été regroupés sous quatre grands thèmes : la population des peintres dans les grands centres artistiques européens, la réglementation du métier et ses conséquences sur la production, la formation des peintres et la question des savoirs, des méthodes et des techniques.

Consulter la table des matières ici.

Pour commander l’ouvrage, s’adresser à : karolina.kaderka@ephe.psl.eu

Visages singuliers du Plutarque humaniste

Olivier Guerrier, Visages singuliers du Plutarque humaniste. Autour d’Amyot et de la réception des Moralia et des Vies à la Renaissance, Paris, Les Belles Lettres, 2023, 480 pages.

La traduction par Amyot des Vies des hommes illustres et des Moralia de Plutarque est au coeur de cette enquête qui entend mettre en évidence les « visages singuliers » prêtés par la Renaissance à la somme de l’auteur grec.

Après avoir donné un aperçu du sort de l’oeuvre de Plutarque dans le monde antique puis de sa première réception moderne, Olivier Guerrier étudie d’abord le parcours et l’entreprise du célèbre traducteur, avant de voir les métamorphoses de son oeuvre, tant du point de vue éditorial, en France et au-delà, que de celui de son assimilation par un auteur particulier comme Montaigne.

Dans un second temps, son enquête institue le travail d’Amyot en jalon de la fortune que l’humanisme français et européen réserve à des opuscules, des thèmes ou des motifs propres aux ouvrages du sage de Chéronée, Moralia en particulier, en montrant la dimension orthodoxe tout autant que la part subversive et féconde de cette lecture.

Le Plutarque humaniste se révèle ainsi cardinal dans certains des grands débats intellectuels qui traversent cette période spécifique, comme dans l’histoire des formes et leur évolution.

Voir la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.