Archives de catégorie : Publications

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons. Édition de 1613

Édité par Jean Céard

Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2022.

 

Le magistrat du parlement de Bordeaux Pierre de Lancre reçut du roi Henri IV mission d’enquêter sur les rumeurs de sorcellerie qui secouaient la petite contrée du Labourd en pays basque. Pendant quatre mois, investi d’une autorité souveraine, il travaille activement à instruire et à juger. De cette rare expérience, Pierre de Lancre publie la recension quelques années plus tard. Son Tableau de l’inconstance des mauvais anges et demons fut certainement un ouvrage remarqué : publié en 1612, il fit, sans attendre la fin du privilège de six ans, l’objet d’une réédition revue et augmentée dès 1613. Cette nouvelle édition multiplie les additions. Si l’auteur maintient presque inchangées ses références érudites, il approfondit en revanche l’exégèse de sa rare expérience de démonologue, avec le sentiment d’enrichir ainsi cette nécessaire contribution à la connaissance du diable et de ses menées. On croit utile de signaler ces additions à leur place : De Lancre, en serviteur dévoué de l’État, élabore une démonologie concrète fondée sur une vaste et difficile érudition dont l’index fait voir l’ampleur.

Lien vers le site de l’éditeur.

La Cour en fête dans l’Europe des Valois, 18 mai 2022

La Cour en fête dans l’Europe des Valois, sous la direction d’Oriane Beaufils et de Luisa Capodieci, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, Collection Renaissance, 2022.

Les fêtes des Valois (François Ier, Henri II, Charles IX et Henri III) sont célèbres pour leur splendeur, leur extravagance et leurs créations surprenantes. Inspiration antique, tradition médiévale et innovations italiennes sont savamment entrelacées dans des inventions qui suscitent l’étonnement et l’admiration. Ces magnifiques réjouissances forment un «art total» par lequel la peinture et l’architecture, mais aussi la poésie et la musique sont audacieusement orchestrées. Partant des fêtes les plus spectaculaires de la Renaissance, ce livre explore leurs coulisses et leurs enjeux. Quels artistes et dans quels buts ? Quels théâtres pour ces festivités ? Quels coûts et quels succès ? La cour des Valois s’inspire des cours voisines autant qu’elle leur sert de modèle. De l’Italie à l’Angleterre, les fêtes s’alimentent mutuel- lement et définissent une politique et une diplomatie de la magnificence, tout au long du XVIe siècle, alors que se font et se défont les alliances dans le réseau international. À Florence comme à Ferrare, à Fontainebleau comme à Édimbourg, les princes commandent des fêtes et font imaginer aux artistes les plus brillants de l’Europe maniériste des spectacles qui ont toujours pour but d’impressionner les cours voisines. À travers des exemples mythiques, comme les tournois d’Henry VIII, les entrées d’Henri II, les Triomphes de Binche ou, encore, les grands mariages des Médicis, ce livre lève le voile sur les scènes et les acteurs des fêtes de la Renaissance.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Ci-dessous, l’invitation à découvrir l’ouvrage le mercredi 18 mai 2022, à l’INHA (Paris).

Traduire Pétrarque en langue française

Riccardo Raimondo, Le Phenix Poëte et les Alouëtes. Traduire les Rerum vulgarium fragmenta de Pétrarque en langue française (XVIe-XXIe siècle) : histoires, traditions et imaginaires, Bruxelles, Peter Lang Verlag [Littératures et Cultures romanes], 2022.

La poésie de Pétrarque et le pétrarquisme qui en est dérivé constituent une matière inestimable et un champ fertile pour comprendre les sources des identités et des cultures européennes. Il est donc crucial d’examiner les études pétrarquiennes au regard de nouvelles notions critiques telles que la transculturalité ou la transnationalité. L’exemple emblématique français constitue un champ d’enquête privilégié pour décrire ce que l’auteur définit comme le « mouvement migrant » du pétrarquisme européen. Grâce à l’application de nouvelles théories et méthodologies transdisciplinaires, cet ouvrage offre au public la possibilité de découvrir la richesse des traductions françaises des Rerum vulgarium fragmenta sur une période très vaste qui court du XVIe au XXIe siècle. Au-delà de l’ambition d’un travail d’érudition, ce livre est surtout le fruit d’une enquête intime sur des formes archétypales qui s’incarnent dans l’histoire des idées et des littératures. L’histoire de la traduction et des traductions n’est pas seulement une histoire des textes, mais aussi un récit des imaginaires qui les ont traversés.

Téléchargement (gratuit) de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Camenae 27 : Le mariage à la Renaissance [en ligne]

 

Camenae 27

Le mariage à la Renaissance

sous la direction d’Adeline Lionetto

Adeline Lionetto : Introduction: le mariage À la Renaissance ou le rêve humaniste d’un Éros institutionnalisé

Le mariage, le droit et les lettres

Marie-Françoise André : « L’édition des Préceptes conjugaux de Plutarque par Nicolas Bérauld vers 1514 et ses enjeux »

Catherine Langlois-Pézeret : « Etienne Dolet et le mariage : entre considérations juridiques et influence érasmienne »

John Nassichuk : « Lex conjugii. Imitation poétique et chant matrimonial chez Giovanni Pontano »

Les archives du mariage

Élise Leclerc: Compte rendu de Christiane Klapisch-Zuber, Mariages à la florentine. Femmes et vie de famille à Florence (XIVe-XVe siècle), Paris, EHESS-Gallimard-Seuil (Hautes Études), 2020

Charles-Yvan Elissèche : « Les contrats de mariage dans les greffes scabinaux de la ville de Nivelles (1473-1611): archivistique et histoire »

Le mariage et son autre

Fabien Coletti : « Le XVIe siècle vénitien : une culture de l’adultère »

Virginie Leroux : « Le lyrisme anti-conjugal dans l’élégie néo-latine »

Alexandra Gorichon-Herren : « Les noces rebelles d’Antiochus et Stratonice, ou les paradoxes d’un inceste institutionnalisé »

Poétique(s) du mariage

Jérémie Pinguet : « Gélonis, nouvelle Eurydice : usages du mythe d’Orphée dans les Nénies (1550) de Jean Salmon Macrin »

Antonio Serrano Cueto : « El triunfo de Venus en los epitalamios neolatinos del Renacimiento »

Margot Giraud : « Clément Marot et la question de l’épithalame : le Chant nuptial du mariage de Madame Renée, fille de France, première pièce nuptiale en langue française »

Nina Hugot : « Le mariage dans la tragédie du XVIe siècle »

 

Lien vers le site de la revue.

La cour en fête dans l’Europe des Valois

 

sous la direction de Luisa Capodieci et d’Oriane Beaufils.

 

Les fêtes des Valois (François Ier, Henri II, Charles IX et Henri III) sont célèbres pour leur splendeur, leur extravagance et leurs inventions surprenantes. Inspiration antique, tradition médiévale et innovations italiennes sont savamment entrelacées dans des inventions qui suscitent l’étonnement et l’admiration. Ces véritables spectacles forment un « art total » dans lesquels la peinture et l’architecture, mais aussi la poésie et la musique sont audacieusement orchestrées. Partant des fêtes les plus spectaculaires de la Renaissance, ce livre explore leurs coulisses et leurs enjeux.
Quels artistes et dans quels buts ? Quels théâtres pour ces festivités ? Quels coûts et quels succès ? La cour des Valois tour à tour s’inspire et sert de modèle pour les principautés voisines. De l’Italie à la Pologne, les fêtes de cour s’alimentent mutuellement et définissent une politique de la magnificence, à l’orée du XVIIe siècle, alors que se font et se défont les alliances entre les princes.
à Florence comme à Ferrare, à Fontainebleau comme à Londres, les princes commandent des fêtes et font imaginer aux artistes les plus brillants de l’Europe maniériste des spectacles qui ont toujours pour but d’impressionner les cours voisines. A travers des exemples mythiques, comme les tournois d’Henry VIII, les entrées d’Henri II, les Triomphes de Binche ou encore les grands mariages des Médicis, ce livre lève le voile sur les scènes et les acteurs des fêtes de la Renaissance.

Table des matières et informations Ici.

Éditeur : Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française, textes réunis et édités par Renée-Claude Breitenstein, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, coll. « La cité des dames », 2021, 374 p.

 À la suite des trois volumes du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, la collection « La cité des dames » poursuit son travail d’anthologies avec ce recueil d’éloges de femmes édité par Renée-Claude Breitenstein. Sont réunis ici des textes qui louent les femmes en général, c’est-à-dire les recueils de femmes illustres et les apologies du sexe féminin. Ne rassemblant que des textes intégraux, cette anthologie ne prétend pas à l’exhaustivité mais entend donner un aperçu général des éloges de femmes, sans tenir compte du sexe de l’auteur, de la forme du texte, de son support (manuscrit ou imprimé) ou de son succès. Sur ces critères, l’anthologiste a réuni dix textes, écrits ou imprimés entre 1506 et 1622, de Jean Marot à Marie de Gournay.

Le volume présente une introduction générale, les textes livrés avec une brève introduction, puis un utile glossaire, un complément bibliographique, un index des personnages féminins (nous pourrions regretter l’absence d’un index des auteurs cités, masculins comme féminins ainsi que des personnages masculins, même s’ils sont moins nombreux), une notice sur les contributeur et contributrices ainsi qu’une table des matières. Les textes sont édités selon une orthographe modernisée, et la lecture est facilitée par l’ajout de blancs typographiques, de parenthèses, ou de guillemets délimitant les discours directs – notons également la présence de chiffres permettant de repérer les diérèses dans les textes en vers. L’annotation est légère, se limitant à une paraphrase explicative et à une élucidation des allusions intertextuelles ou culturelles. Les introductions présentent rapidement la vie de l’auteur, le contexte, l’histoire matérielle, la forme, le succès du texte et en livrent quelques éléments d’interprétation.

L’introduction générale présente les différentes strates du contexte qui a favorisé l’émergence de ces discours d’éloge des femmes, depuis les écrits humanistes jusqu’au développement de l’imprimerie, en passant par la présence de femmes dans les cercles du pouvoir, à qui certains des textes sont dédiés. Elle revient encore sur les sources, invoquées ou tues par les auteurs, antiques, bibliques ou contemporaines. Elle insiste enfin sur la manière dont les textes, qui s’insèrent d’une manière ou d’une autre dans la Querelle des Femmes, relèvent de la littérature de combat, voulant « revenger » l’honneur des femmes.

Le premier texte, La Vrai-disant Avocate des Dames de Jean Marot (1506), composé de 750 vers dédiés à Anne de Bretagne, est singulier puisque Marot cède fictivement sa plume à une femme, par le procédé de la prosopopée. Celle-ci s’en prend aux détracteurs des femmes (premier rondeau), invoque des exemples de mauvais comportements masculins (« Équivoques »), et procède à l’éloge des vertus féminines, dont la Vierge est une preuve infaillible (second Rondeau). Le chant royal glorifie l’immaculée conception de Notre-Dame ainsi que l’ensemble des femmes, puis un nouveau rondeau condamne la Jalousie qui conduit les hommes à blâmer les femmes. La ballade procède à l’éloge de la dédicataire tandis que le rondeau final assure que les femmes vaincront les critiques.

Le texte suivant est la traduction du traité de Henri Corneille Agrippa, initialement imprimé en latin en 1529, intitulé en français De la noblesse et préexcellence du sexe féminin (1530), et également dédié à une femme, Marguerite d’Autriche. Les arguments logiques se mêlent à l’invocation d’exemples, et la conclusion est sans appel : l’infériorité des femmes provient non d’une différence de nature mais d’une coutume, si bien que la « domination tyrannique des hommes » n’a aucune légitimité. Ce texte puissant, qui a eu de nombreux échos à l’époque, est ici pour la première fois publié en français dans une édition moderne.

Dans « La Quatrième épître invective » (1539), Hélisenne de Crenne s’adresse à Élénot, contempteur des femmes, pour condamner sa présomption et lui opposer plusieurs exemples de femmes illustres par leur savoir, issues de l’Antiquité mais aussi du temps présent.

Le texte « Que l’excellence de la femme est plus grande que celle de l’homme » de Charles Estienne (1553) est d’un autre genre, puisqu’il relève du jeu rhétorique du « paradoxe », ce qui ne signifie pas qu’il ne faille lui accorder aucun sérieux. Mêlant arguments d’autorité et exemples de femmes illustres, Estienne insiste sur les vertus féminines, sur les responsabilités masculines ou encore sur l’excellence littéraire de certaines femmes de son temps.

Le Recueil des dames illustres en vertu d’Alexandre Van den Bussche (1575-1576), dont nous trouvons ici la première édition moderne, est, comme son auteur, moins connu et moins étudié. L’auteur s’inscrit dans la lignée des champions des femmes – et de fait, comme l’indique l’introduction, ce texte compile plusieurs sources antiques et contemporaines –, et présente ses exemples en les regroupant sous la vertu qu’ils démontrent : la chasteté, l’amour conjugal, le savoir, la charité et la valeur guerrière se succèdent, illustrées par des exemples organisés chronologiquement, et louées par un sonnet final.

Avec la troisième ode de Madeleine des Roches et « L’agnodice » de sa fille Catherine (1578), nous revenons aux écrits de femmes. La troisième ode de Madeleine est un poème heptasyllabique qui refuse que les femmes soient cantonnées à l’espace domestique et les incite à se saisir de l’encre et de la plume. L’« Agnodice » de Catherine, poème en alexandrins, met en scène une femme qui se déguise en homme pour exercer la médecine et sauver les femmes abandonnées par leurs époux. Condamnée à mort, Agnodice révèle son identité et obtient la pitié des hommes, à qui elle demande de laisser les femmes étudier.

Le « Bref discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, autant récréatif que plein de beaux exemples » de Marie de Romieu (1581) est une réponse à un texte misogyne de son frère Jacques, inspiré du texte de Charles Estienne, mais réinvesti par la locutrice. Ainsi, Marie de Romieu ajoute aux figures bibliques ou antiques dix exemples contemporains, parmi lesquelles les dames des Roches, Hélisenne de Crenne ou Catherine de Médicis.

Le « Discours » de Marguerite de Valois (1614) est une autre parole de femme, mais insérée dans un dispositif énonciatif singulier, puisqu’il est préfacé et commenté par le Jésuite François Loryot. Marguerite de Valois présente, en les numérotant, arguments et exemples qui prouvent l’excellence des femmes. François Loryot propose, en commentaire, une énumération de femmes illustres, dont Marguerite fait partie, mais conclut quant à lui au caractère exceptionnel de ces exemples, expliqué par leur statut social.

Enfin, l’Égalité des hommes et des femmes de Marie de Gournay (1622), entend apporter une perspective nouvelle, en ne défendant plus la supériorité des femmes, mais l’égalité des deux sexes. S’appuyant essentiellement sur des autorités antiques et contemporaines, Marie de Gournay discute elle aussi de l’accès des femmes à la culture et au pouvoir ou encore de leurs prédispositions aux vertus.

             Si la plupart de ces textes bénéficient déjà d’une édition moderne, à laquelle l’éditrice renvoie pour plus d’informations, il n’en reste pas moins que leur mise en série présente plusieurs intérêts indéniables, d’abord la mise en place d’un jeu de ressemblances et différences. Ainsi, la place de l’épisode de la Genèse, ou encore celle d’Aristote, pour statuer sur la question du féminin apparaissent nettement à la lecture de cette anthologie. On observe encore que lorsque les femmes prennent la parole, c’est prioritairement pour défendre leur droit – et leur capacité – à accéder à la culture, prémices indispensables à leur prise de parole elle-même. Les textes peuvent également se faire écho : par exemple, l’importance du texte de Corneille Agrippa est rendue sensible par ses mentions dans les textes suivants. Ainsi, cette anthologie, soignée et agréablement présentée, pourra constituer un important outil pédagogique ainsi qu’un support pour des chercheurs et chercheuses qui s’intéressent à ces questions. Enfin, elle pourra être le lieu d’une découverte, déjà éclairée et éclairante, de textes consacrés à la question, aujourd’hui non résolue et toujours brûlante, des rapports d’inégalités entre les sexes.

Nina Hugot

Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance

Audrey Gilles, Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, février 2022, 626 p.
Prix Observatoire du Bonheur 2012
Prix de thèse Aix-Marseille Université 2013

Cette étude montre comment la dynamique entre voix masculines et féminines contribue à faire émerger un discours nouveau sur les plaisirs féminins dans la littérature française du XVIe siècle.

Table des matières sur le site de l’éditeur. 

La maison Changenet. Une famille de peintres vers 1500

 

Adam, Elliot – Caron, Sophie : La maison Changenet. Une famille de peintres entre Provence et Bourgogne vers 1500. 180 p., 108 ill.
(Musée du Louvre – In Fine éditions d’art, Paris 2021)

 

Ce livre est le résultat d’une enquête d’histoire de l’art, un véritable travail de limier qui permet de faire revivre l’univers pictural foisonnant dans lequel évoluent, entre Dijon et Avignon, les plus grands artistes du xve siècle.

Cette effervescence picturale a pour point de départ Avignon et un atelier, celui de de Jean Changenet, peintre favori d’une l’élite locale exigeante. Bientôt sa boutique devient un creuset européen dans lequel gravitent des artistes venus d’Espagne, d’Italie ou de Flandres.

Les auteurs se livrent à un véritable jeu de piste pour reconstituer la trajectoire des peintres de cette constellation artistique.

Plus d’informations vers le site Louvre Éditions.

Pré-histoires de l’anthropologie

Pré-histoires de l’anthropologie

 

Directeurs d’ouvrage : Michèle Clément, Pierre Girard

 

L’objet des études réunies dans ce volume consiste à aller au-delà de la perspective classique qui fait naître l’anthropologie au XVIIIe siècle, comme le propre des Lumières. Il s’agit d’aller en amont de cette périodisation classique et d’interroger les pré-histoires de cette discipline.

 

TABLE DES MATIÈRES

Michèle Clément et Pierre Girard : Introduction     7

Frédéric Tinguely : Dispositifs de relativisation. Le socle hérodotéen de l’anthropologie prémoderne    19

Michèle Clément : Penser ou figurer l’homme à la Renaissance ?Vitruve, Vésale, Dürer : prémisses de l’anthropologie    41

Nicole Gengoux : L’anthropologie du Theophrastus redivivus. Entre philosophie et science humaine    57

Stéphan Vaquero : La culture du goût chez Baltasar Gracián. Genèse d’une anthropologie sociale universelle    87

Tristan Vigliano : Dans quelle mesure peut-on parler
d’une anthropologie vivésienne ?   107

Arnaud Milanese : La connaissance de nous-mêmes selon Bacon. De l’homme matériel à l’histoire civile   127

Susanna Gambino Longo : Un paradigme primitiviste au xvie siècle. Récits italiens de peuples des îles   149

Ariane Bayle : Du nouveau sur l’homme malade ? Le cas des textes sur la syphilis au xvie siècle   171

Dominique Brancher : Anthropologie(s) sous condition. Montaigne et les régimes de vie   189

Index nominum   227

Résumés   233

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

Rencontre – lecture autour de Clément Marot, 7 mars 2022

Les rencontres de Poésie/Gallimard à la Sorbonne
à l’invitation de la revue de poésie contemporaine Place de la Sorbonne

 

Rencontre #3

Rencontre – lecture autour de Clément Marot

Lundi 7 mars 2022 à 18h30 Salle des Actes

17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

La Direction des Affaires Culturelles et la revue internationale de poésie contemporaine Place de la Sorbonne invitent Poésie/Gallimard pour une série de rencontres autour de ses dernières publications.

Cette troisième rencontre est consacrée à Clément Marot
avec les deux éditeurs du livre Les Epîtres,
Guillaume Berthon, maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’université de Toulon et Jean-Charles Monferran, professeur des universités à Sorbonne Université

La rencontre est animée par Alice Nez (éditrice assistante pour la collection Poésie/Gallimard)

Les lectures seront assurées par La Sorbonne Sonore. Partenariat Poésie/Gallimard et revue Place de la Sorbonne

Gratuit sur réservation obligatoire

https://www.billetweb.fr/jean-charles-monferran-et-guillaume-berthon-rencontres-de-poesie-gallimard-a-la-sorbonne

Passe vaccinal obligatoire

 

L’humanisme juridique

L’humanisme juridique

Aspects d’un phénomène intellectuel européen

 

Directeurs d’ouvrage: Prévost (Xavier), Sanchi (Luigi-Alberto)

 

Les spécialistes que réunit ce volume illustrent des aspects essentiels de la naissance et du développement de l’humanisme juridique. Ce courant européen où la philologie s’allie à l’histoire a été particulièrement vital et fécond dans la France de la Renaissance.

TABLE DES MATIÈRES

Bruno Méniel, Xavier Prévost et Luigi-Alberto Sanchi
Introduction     7

† Jean-Louis Ferrary
Ouverture. Les collections de textes juridiques
antérieurs au corpus de Justinien, de Sichard
à Schulting (xvie-xviiie siècles)    15

 

PREMIÈRE PARTIE
LES INITIATEURS ITALIENS

Diego Quaglioni
L’Epistola contra Bartolum de Laurent Valla (1433), fondation de l’humanisme juridique ?    47

Dario Mantovani
L’éloge des juristes romains dans le prologue du livre III des Elegantiae de Laurent Valla    67

Xavier Prévost
L’Encomium historiae (1517) d’André Alciat.
De l’éloge de l’histoire à l’étude historique du droit   141

Annalisa Belloni
De l’interprétation des épigraphes milanaises anciennesà la reconstitution des bureaux municipaux à Milan à l’époque romaine   159

DEUXIÈME PARTIE
LA RENAISSANCE JURIDIQUE FRANÇAISE

Géraldine Cazals
Avignon, mos Italicus, mos Gallicus ou mos Tholosanus ?Un lieu majeur du développement et de la diffusion de l’humanisme juridique (premier tiers du xvie siècle) ?   181

Luigi-Alberto Sanchi
À l’origine du Mos Gallicus. Les Annotations aux Pandectes de Guillaume Budé   213

Giovanni Rossi
Un manifeste de l’humanisme juridique naissant. L’épître Studiosis (1524) en préface du De legibus connubialibus et iure maritali d’André Tiraqueau   227

Bruno Méniel
L’humanisme juridique est-il un humanisme ? Le cas du Catalogus gloriae mundi de Barthélemy de Chasseneuz   257

Raffaele Ruggiero
François Baudouin, la « iurisprudentia muciana » et l’édit provincial de Cicéron   275

Stéphan Geonget
Prolégomènes à l’édition critique de l’Antitribonian de François Hotman   295 Marco Penzi Le schisme des parlements « royalistes » en 1591. Théorie et application des thèses gallicanes   317

TROISIÈME PARTIE
REGARDS SUR L’EUROPE

Mathias Schmoeckel
L’Humanisme juridique en Allemagne. Depuis la Réforme jusqu’à l’« Usus modernus Pandectarum »   343

Gaëlle Demelemestre
L’humanisme rationaliste de Diego de Covarrubias   363

Bibliographie sélective
Choix de références citées dans l’ouvrage   393
Index des noms   407
Résumés des contributions   421

Informations sur le site de l’éditeur: Classiques Garnier.

Revue Le Verger : Joachim du Bellay

Revue Le Verger

Bouquet XXII – Les Regrets, Les Antiquités de Rome et Le Songe de Du Bellay.

 

Numéro dirigé par Gautier Amiel, Adeline Lionetto, Pierre-Elie Pichot et Alicia Viaud

 

Sommaire du numéro

Introduction d’Adeline Lionetto : Du Bellay ou la grandeur du petit.

Du Bellay et les arts

Corinne Noirot : Janet contre Michel-Ange : l’art du portrait d’après nature selon le sonnet XXI  des Regrets de Du Bellay.

Jean Balsamo : Poésie et architecture françaises à l’antique : un programme royal. (Du Bellay, Les Regrets, sonnets 157-159).

Du Bellay et la satire

Mylène Prélat : “Il fait bon voir” : lexique de la vue et coup d’œil satirique chez Du Bellay et ses émules (Jacques Grévin, Jean de Gessée).

Agnès Rees : Représentations du féminin dans Les Regrets de Du Bellay : étude des sonnets 89-100.

Du Bellay et les autres

Marie-Bénédicte Le Hir : Du Bellay sur les pas d’Hésiode : Les Regrets ou la “doulce poësie” de la vertu.

Claire Sicard : “Si quelque malin obliquement te pince”. De l’iceberg Saint-Gelais dans Les Regrets de Du Bellay. (à venir)

Stylistique bellayenne

Daniele Speziari : Plan embrayé et plan non embrayé dans Les Regrets de Du Bellay.

Compte rendu

Charles-Yvan Elissèche : compte rendu de l’ouvrage Cérémonial politique et cérémonial religieux dans l’Europe moderne. Echanges et métissages.

Plus d’informations sur le site Cornucopia.

Rabelais et le théâtre

Nicolas Le Cadet, Rabelais et le théâtre, Paris, Classiques Garnier, 2020, 467 p.

Autant le titre de l’ouvrage, Rabelais et le théâtre, peut déconcerter à première vue, autant son objet s’impose rapidement comme une évidence. Non, pas de scoop à attendre, Nicolas Le Cadet n’exhume pas une pièce de théâtre de Rabelais jusqu’alors inconnue. Il démontre en revanche, avec la rigueur et la précision qui caractérisent ses travaux, à quel point le théâtre infuse l’œuvre de Rabelais, en particulier fictionnelle. Les chroniques pantagruélines doivent beaucoup au théâtre qui en est à la fois une source textuelle, un objet et un mode de représentation. Il suffit de penser au personnage de Triboulet dans le Tiers livre, aux moutons de Panurge du Quart livre, ou encore à tel dialogue fortement dramatisé de Pantagruel ou de Gargantua, si bien qu’on s’étonne a posteriori qu’une telle étude systématique n’ait pas été menée auparavant. Rabelais et le théâtre : la conjonction invite le chercheur, et avec lui son lecteur, à s’interroger sur les différents liens que Rabelais a pu entretenir avec l’art dramatique. Rien n’est exclu du champ d’étude de Nicolas Le Cadet : Rabelais dramaturge, Rabelais comédien, Rabelais lecteur de pièces de théâtre, Rabelais mis en scène. Deux lieux du théâtre s’imposent comme étant les plus féconds : les sources théâtrales du texte rabelaisien d’une part, et l’esthétique dramatique de l’autre. Ils forment les deux parties de l’ouvrage.

Encore faut-il savoir de quel « théâtre » on parle. Dans la première partie de l’ouvrage, Nicolas Le Cadet s’attelle à un patient travail de reconstitution et de distinction des sources dramatiques : théâtre antique, mystères, farces, sotties, monologues et sermons joyeux. On savait Rabelais influencé par l’humanisme, les textes antiques, la Bible, les chroniques médiévales ; Nicolas Le Cadet démontre avec sa pédagogie et sa clarté habituelles tout ce que les romans rabelaisiens doivent au théâtre antique, et surtout médiéval et contemporain. L’influence du théâtre passe par l’allusion à certaines pièces, en premier lieu la Farce de maître Pathelin, mentionnée dans les cinq livres, dont Rabelais pourrait avoir possédé un exemplaire imprimé. Elle passe aussi, implicitement, par la reprise de certains thèmes, de certaines intrigues, voire par un certain esprit commun. Prenons comme seul exemple celui des diableries des mystères, dont s’inspire le récit des aventures de Panurge en Turquie, et de nombreux autres épisodes, même si on peut se demander par endroits si le diable fait toujours la diablerie. Au gré de cette première partie, le lecteur se promène d’une forme théâtrale à l’autre, et d’un livre rabelaisien à l’autre. L’itinéraire met en évidence la contamination des sources, voire des « mélanges esthétiques surprenants » (p. 233) qu’il reste encore à expliquer.

Nicolas Le Cadet s’attache à cette question de l’esthétique dans la seconde partie de l’ouvrage : fiction narrative, chronique, dialogue, récit de voyage, la geste pantagruéline est aussi, d’une certaine manière, théâtre. Les différents chapitres prennent le théâtre tantôt comme objet, tantôt comme forme esthétique. D’un côté, Nicolas Le Cadet s’intéresse aux passages qui présentent une dimension spectaculaire, lorsque Rabelais introduit dans son récit déclamateur et public, ou détaille les costumes de ses personnages. De tels épisodes sont nombreux, à l’image de la harangue de Janotus : la représentation de cette scène, qui renvoie aussi au discours scolastique universitaire, apparaît ainsi médiée par le théâtre, au sens de spectacle. D’un autre côté, Nicolas Le Cadet étudie la forme même prise par le texte, et en particulier la prédilection de Rabelais pour les discours directs et les dialogues, dont la présentation typographique rappelle, par endroits, celle des pièces imprimées. Le narrateur s’efface derrière la voix de ses personnages, comme le roman derrière le théâtre.

Comment faut-il comprendre cette place du théâtre ? La conclusion ouvre à ce sujet plusieurs pistes qu’on aimerait suivre plus longtemps avec l’auteur. Il y a d’une part, chez Rabelais, un art consommé de la contamination, qui invite à s’interroger sur l’articulation du dramatique et du narratif, sur la place d’autres modèles accordant une place à l’oralité (dialogues, discours), et plus généralement sur le rôle relatif de chacun des genres dans l’élaboration de la fiction rabelaisienne. La place du théâtre, d’autre part, invite à réévaluer les modes de réception du texte rabelaisien, et en particulier les modes de lecture oraux dont se sont emparés certains metteurs en scène contemporains. L’omniprésence de la référence théâtrale s’explique-t-elle par la destination orale première de l’œuvre ?

Ce pourrait être là la matière d’un autre livre. Celui-ci a déjà amplement atteint ses objectifs : éclairer sous un autre jour de nombreux épisodes des cinq livres dans autant de précises et minutieuses explications de texte, redonner au théâtre sa juste place aux côtés des autres genres contaminant la geste pantagruéline, et enfin documenter les relations entre œuvre dramatique et œuvre narrative, entre Moyen Âge et Renaissance, au-delà des ruptures traditionnelles. Saluons, pour terminer, la qualité des index (des noms, des notions, et des chapitres analysés) qui font de Rabelais et le théâtre un ouvrage aussi commode qu’utile.

Adeline Desbois-Ientile

La Quinzaine dU bartas

L’œuvre de Guillaume de Salluste, sieur Du Bartas (1544-1590), constitue un jalon essentiel de l’histoire de la poésie d’expression française. Le poète gascon a fait en particulier du genre de l’hexaméron une des matrices littéraires les plus fécondes de la charnière des XVIe et XVIIe siècles. Sa (première) Sepmaine, qui prend comme argument la création du monde et de l’homme, puis sa Seconde Semaine, qui entendait pour sa part retracer l’histoire de l’humanité, depuis Adam et Ève au jardin d’Éden jusqu’à l’Apocalypse et au Jugement dernier, ont été d’immenses succès de librairie. Elles ont été commentées, traduites et même parfois imitées en France et dans toute l’Europe et elles ont de fait longtemps occupé une place de choix dans beaucoup de bibliothèques privées, où elles jouaient le rôle d’une sorte d’« encyclopédie universalis » cautionnée par la Bible et agrémentée du charme propre à la poésie. Qu’on les ait lues in extenso ou pas, peu importe, elles constituaient un marqueur social, un gage de savoir pour un lectorat lettré en pleine expansion. Après avoir connu un purgatoire critique depuis la fin du XVIIIe siècle, les Semaines de Du Bartas ont suscité un nouvel intérêt dans la seconde moitié du XXe et les premières années du XXIe siècle, les entreprises éditoriales successivement dirigées par Yvonne Bellenger et par Jean Céard ayant joué un rôle capital dans cette redécouverte essentiellement universitaire. Il faut aussitôt ajouter que la « re-canonisation » tardive de La (première) Sepmaine (1578), s’est en partie faite aux dépens d’une seconde Semaine (1584), dont seuls les deux premiers jours étaient parus du vivant de Du Bartas, plus tard complétés de quelques « suites », offrant deux nouvelles journées publiées entre 1588 et 1603 à partir de différents manuscrits en circulation. Deux semaines donc, mais neuf jours entièrement rédigés et publiés, deux autres largement ébauchés et laissés manuscrits, et quatre autres laissés à l’imagination des lecteurs, soit une « quinzaine » inachevée, qui constitue une des œuvres poétiques en français les plus ambitieuses de son époque, une œuvre-monde, qui mérite à ce titre d’être envisagée comme le tout qu’elle aurait dû constituer sans la mort précoce de son auteur.

C’est le pari ambitieux que fait Frank Lestringant dans ce livre au titre-programme, La Quinzaine Du Bartas, qui est le premier depuis très longtemps (Y. Bellenger, Du Bartas et ses divines Semaines, 1993) à être consacré à cet ensemble monumental (La Sepmaine, La Seconde Semaine, Les Suittes). Reprenant en partie la méthode qui lui avait permis d’éclairer la composition d’ensemble des Tragiques dans un précédent essai (L’Architecture des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, 2013), il fait ici le choix d’une lecture analytique, se poursuivant en quelques sortes « au jour le jour », non sans avoir, dans un souci de cohérence méthodologique, borné son propos d’une mise en contexte historique et historiographique, qui éclaire d’abord la situation du poème, ainsi que d’une ouverture finale, où il met en regard une série d’imitateurs du poète gascon aussi passionnants que méconnus (Guillaume de Chevalier, Augier Gaillard, Michel Quillian et Jude Serclier). Avec un véritable bonheur d’écriture, que traduisent titres et sous-titres (« Campagne et salade », « monde resserré, monde lessivé », « tétralogie bancale », etc.), Frank Lestringant entraîne le lecteur avec lui dans une lecture, ou bien une relecture, de cette œuvre qu’on conseillera d’avoir à portée de main, de façon à progresser au même rythme que le commentateur, en passant d’un livre à l’autre. Une œuvre encyclopédique comme celle-là exige certes une compétence encyclopédique, et Frank Lestringant mobilise avec talent toutes sortes d’écrivains (théologiens, cosmographes, philosophes, etc.) pour étayer ses commentaires, mais il ne cherche pas à jouer les Simon Goulart ou les Pantaléon Thévenin (la place est déjà prise) ou bien à rivaliser avec les éditeurs savants qui le précèdent. Il ne s’agit pas en effet pour lui de s’enfermer dans une lecture de détail, de scruter le texte, mais plutôt de signaler des lignes de force, de mettre l’accent sur des passages méconnus, et surtout d’interroger sans relâche le projet d’ensemble de Du Bartas, en faisant valoir aussi bien ses réussites que ses échecs, ses débouchés que ses impasses, ses banalités que ses hardiesses. Et de ce point de vue, ce livre manifeste bien la situation actuelle des Semaines de Du Bartas au sein des études littéraires : elles sont bien présentes, mais plus comme une de ces curiosités qu’on observait de loin avec un peu de crainte (devant son érudition écrasante) ou de condescendance (face à cette muse didactique souvent reléguée au second plan), parce qu’elles nous resteraient foncièrement étrangères, mais comme un de ses grands textes générant de nouvelles lectures. C’est aussi en cela qu’il s’agit d’un « organisme vivant » pour reprendre la formule de Frank Lestringant, c’est-à-dire d’un poème, tout simplement. Gageons que tous les chemins frayés dans cet ouvrage d’une grande générosité intellectuelle seront bientôt empruntés par une nouvelle génération de chercheuses et de chercheurs. Ce ne sera pas sa moindre utilité.

Julien Goeury

Musique et lexique à la Renaissance

Musique et lexique à la Renaissance

Une approche de la musique ancienne par ses mots

 

 

Directrices d’ouvrage :

Diego Pacheco (Cristina), García Pérez (Amaya S.)

Table des matières.

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques-Garnier.

 

Extrait de la préface (Yann Greub) :

Il est un champ de la connaissance qui reste, bizarrement, relativement inexploré, ou qui du moins na pas été jusquici exploré assez systématiquement. Du point de vue de la linguistique historique, lhistoire de la langue de la musique est mal décrite, par suite dun manque de dépouillement des sources spécialisées et par un manque dattention aux changements sémantiques dans la terminologie musicale. La musicologie, quant à elle, et les contributions de ce volume le montrent abondamment, a souvent eu tendance à accorder plus dimportance, parmi les sources écrites, aux partitions quaux discours sur la musique, et dans lanalyse de ces discours à négliger létape que représente le recensement du lexique utilisé et létablissement précis du sens des termes techniques dans les textes anciens.

À lintersection de ces deux approches il reste donc un espace mal connu, parce quaux uns manquait la maîtrise des méthodes de la description lexicale, et aux autres la compréhension exacte des textes.

Mais ces manques sont en voie dêtre comblés, et ont commencé à lêtre en particulier par les contributeurs au présent ouvrage. Celui-ci témoigne en effet de lintérêt que peut susciter aujourdhui létude historique du lexique de la musique en espagnol (surtout), en français et en portugais. Cet intérêt est évidemment lié, comme le lecteur le verra, au programme de recherche Lexique musical de la Renaissance (LMR), initié par Louis Jambou et dirigé aujourdhui par Cristina Diego Pacheco : il est à la fois le point de départ et loccasion de recherches, loutil qui permet de les mener et le réceptacle de leurs résultats.