Archives de catégorie : Publications

Itinéraires du livre italien à la Renaissance

Itinéraires du livre italien à la Renaissance, Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège, Renaud Adam et Chiara Lastraioli (eds.), Paris, Classiques Garnier, Travaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance, 2019.

 

ISBN: 978-2-406-08556-0

DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08558-

 

Résumé: Ce volume explore les mécanismes sous-jacents de la diffusion de la Renaissance italienne aux confins de l’espace francophone (Suisse romande, anciens Pays-Bas et Principauté de Liège) par le prisme de la circulation et de la consommation de la littérature italienne, en langue originale ou en français.

Lemaire de Belges, Homère Belgeois

Adeline Desbois-Ientile, Lemaire de Belges, Homère Belgeois, le mythe troyen à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, Bibliothèque de la Renaissance, 2019.

Homère belgeois selon Marot, Lemaire de Belges affiche dans ses Illustrations de Gaule et singularitez de Troie une ambition historique tout en recourant à la fable mythologique. Cette tension fait de l’œuvre un observatoire, et une chambre d’écho, de l’écriture du mythe troyen à la Renaissance.

Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés

Le Verger de Cornucopia consacre son numéro d’automne au thème “Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés”. Ce numéro constitue les actes d’un colloque, organisé à l’hôtel de Lauzun et en Sorbonne par Gautier Amiel, Luisa Capodieci, Adeline Lionetto et Marie-Joëlle Louison-Lassablière en avril 2019, et grâce au soutien de l’ED 3, du CELLF (Sorbonne Université), de l’IRHIM (Université de Saint-Etienne) et du centre de recherche HiCSA (Université Panthéon-Sorbonne).

Sommaire du numéro :

Introduction de Gautier Amiel et Adeline Lionetto : La danse de la Renaissance, un art trop éphémère pour être traduit et mis en livre ?

Le regard pédagogique ou l’enseignement de la danse

Marie Raulier : Sur le bon pied : rhétorique des premiers traités français de danse et d’équitation.

Marie-Joëlle Louison-Lassablière : Antonius Arena ou l’œil du maître.

Mathieu Ferrand : Danse et théâtre dans l’université parisienne au début du XVIe siècle. Autour de Joannes Ravisius Textor.

Concetta Cavallini : Le lexique de la danse entre Italie et France dans la seconde moitié du XVIe siècle. Réflexions et pistes d’analyse.

La danse vue par les musiciens

Cecilia Nocilli : De arte saltandi et choreas ducendi / De la arte di ballare et danzare (1454-55 ca.) di Domenico da Piacenza : composizione e ricezione.

Stéphane Partiot : Titres et timbres à danser dans les recueils de chansons de Bonfons et Rigaud (1548-1601).

Luc Vallat : Mêler pour mieux vendre : les Six Gaillardes et six Pauanes avec Treze chãsons musicales parues chez Attaingnant.

La danse de la Renaissance vue par la postérité

Bénédicte Jarrasse : La danse du XVIe siècle au prisme de l’historiographie des XVIIIe et XIXe siècles.

Béatrice Pfister : Le livret du Ballet Comique de la Reine, ‘ce petit monument’ : enjeux du regard du lecteur à travers les siècles.

Le regard du censeur

Samuel Cuisinier-Delorme : Regards de censeurs sur la danse et le danseur dans quelques traités moraux de la Renaissance anglaise.

Matteo Leta : ‘Car où sont ces sauts et danses lascives, là aussi est le diable’ : sorciers et démons dansants à la Renaissance.

Le regard technique du chorégraphe et du danseur

Christine Grimaldi (Chorégraphe, Compagnie Christine Grimaldi et ateliers du ‘Tracervatoire’) : Des “danses de papier” aux “danses dans les pieds” : retour sur le spectacle chorégraphique d’avril 2019 (Hôtel de Lauzun, Paris).

Varia

Frank Lestringant : Perpetuum mobile…

La Maison des Chevaliers Une demeure dans son histoire à Viviers de Yves Esquieu (dir.), Christian Trézin ET MARTINE VASSELIN

 

Parution mai 2019.

Yves Esquieu (dir.), Christian Trézin et Martine Vasselin, archéologues et historiens de l’art, réalisent avec cet ouvrage une synthèse des connaissances sur la Maison des Chevaliers,
située sur la rive droite du Rhône, dans la ville épiscopale de Viviers, en Ardèche.
Exceptionnelle, cette maison urbaine l’est en tous points depuis les travaux entrepris au XVIe siècle par un personnage hors norme, Noël Albert. Sa maison présente un riche décor sculpté
en façade qui la place parmi les exemples précurseurs de l’architecture Renaissance, prenant modèle sur les plus grands châteaux de la proche région du Tricastin.
Les auteurs nous emmènent à la découverte d’une maison et de son propriétaire, et à travers eux, dans des histoires  rocambolesques de chevaliers.

Lien vers le site de l’éditeur.

 

 

Langues hybrides: expérimentations linguistiques et littéraires (XVe-début XVIIe siècle) Hybridsprachen: Linguistische und literarische Untersuchungen (15.−Anfang 17. Jh.)

Langues hybrides: expérimentations linguistiques et littéraires (XVe-début XVIIe siècle), Hybridsprachen: Linguistische und literarische Untersuchungen (15.−Anfang 17. Jh.), coordination éditoriale de Anne-Pascale POUEY-MOUNOU, Paul J. SMITH, Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, De lingua et linguis VI, 2019.

Au cœur des contextes plurilingues et de l’effervescence linguistique de la période allant du XVe au début du XVIIe siècle, la langue d’art jouit d’un statut à part. Déployée aux extrêmes limites de la langue d’usage, remarquable par les rapports comme par l’écart qu’elle entretient à son égard, la langue d’art met en scène les rencontres et les mélanges linguistiques, les réélabore et les sublime dans un multilinguisme expérimental ; façonnée au contact des parlers réels et soucieuse d’« illustration », elle témoigne à la fois d’une vive conscience linguistique et d’une revendication esthétique. Le présent volume s’efforce de l’appréhender en tant que « laboratoire » des langues vernaculaires, dans ses contextes d’apparition et dans ses interactions avec l’usage. Ce faisant, il interroge les limites de nos connaissances sur les langages parlés et nos préjugés sur la valeur documentaire des textes, les hiérarchies et les codes de référence implicites, et tente à partir de là d’esquisser des pistes méthodologiques pour analyser ces corpus qui résistent aux approches tant sociolinguistiques, qu’historiques et littéraires. À travers de nombreuses études de cas, il en considère ainsi les manifestations, les modes de réalisation, les intentions et les enjeux, débouchant sur une poétique des genres (théâtre et satire) et de corpus représentatifs (langues artificielles, imitations et traductions), dans de véritables recréations linguistiques.

Im Klima der Vielsprachigkeit und des Sprachenthusiasmus, das sich vom 15. bis zum Beginn des 17. Jahrhunderts entwickelte, spielten Kunstsprachen eine besondere Rolle. Am äußersten Rand des Sprachgebrauchs angesiedelt stehen sie zu diesem in einem ausgeprägten Spannungsverhältnis von Abgrenzung und Wechselwirkung. Kunstsprachen inszenieren die Konfrontationen und Vermischungen der Alltagssprachen, aktualisieren und sublimieren sie in einer experimentellen Mehrsprachigkeit. Weil Kunstsprachen vom Kontakt mit den sprachlichen Wirklichkeiten geprägt sind und nach einem neuen Prestige streben, spiegeln sich in ihnen ein lebendiges Sprachbewusstsein und ein ästhetischer Anspruch gleichermaßen. Der vorliegende Band schlägt vor, Kunstsprache als „Laboratorium“ der Volkssprachen in ihren Entstehungskontexten und in ihrer Interaktion mit dem Sprachgebrauch zu verstehen. Mit dieser Herangehensweise werden die Grenzen unseres Wissens über gesprochene Sprache sowie über den dokumentarischen Wert von Texten neu hinterfragt, und auch ihre Hierarchien und impliziten Referenzcodes. Auf diese Weise werden neue methodische Zugänge zu Korpora vorgeschlagen, die sich soziolinguistischen ebenso wie historischen und literarischen Annäherungen entziehen. Vermittels der im Band versammelten Fallstudien werden ihre Erscheinungsformen, ihre Realisationsmodi, ihre Absichten ___ und ihre Tücken untersucht. Daraus entsteht eine Poetik der Gattungen (Theater und Satire) und repräsentativer Korpora (künstliche Sprache, Imitationen und Übersetzungen), die im Wortsinn als sprachliche Neuschöpfungen zu verstehen sind.

Table des matières

Avant-propos – Vorwort (Elsa Kammerer, Jan-Dirk Müller)
Introduction (Anne-Pascale Pouey-Mounou, Paul J. Smith)

I – Du plurilinguisme au multilinguisme : cadres généraux / Vom Plurilinguismus zum Multilinguismus : Rahmenskizze
L’hybridité foncière du vernaculaire ou le français plurilingue (1300- 1600) (Jelle Koopmans)
Expérimentations littéraires, hybridation linguistique et conscience des langues au XVIe siècle (Martine Furno)
Typologie de l’hybridisme linguistique dans la littérature italienne entre le XVe et le XVIe siècle (Ivano Paccagnella)
Du polifilo aux Macaronee, deux façons de fondre langues vulgaires et latin (Mario Pozzi)

II – Du plurilinguisme au multilinguisme : études de cas / Vom Plurilinguismus zum Multilinguismus : Fallstudien
A propos de processus d’hybridation linguistique : du « fastidìo » de Carvajal
aux « variis linguis » de Torres Naharro (Anne-Marie Lievens)
L’invention de l’« hispano-latin » : un cas d’hybridation linguistique (Roland Béhar)
Deux langues hybrides à la cour de Henri III : le messeresque et le gratia- nesque (Jean Balsamo)
Comme le beurre au soleil. Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde (1540- 1598) face aux mouvements d’hybridation et de purification aux Pays-Bas multilingues (Alisa van de Haar)
L’hybridité érudite des poèmes de circonstance scaldiques et anglo-saxons modernes (Sophie van Romburgh)

III – Poétique des genres : le théâtre et la satire / Gattungspoetik : Theater und Satire
Il vespro delle voci. Langues hybrides sur la scène vénitienne de la Renais- sance (Piermario Vescovo)
Langues sur scène – et ce qu’elles communiquent (1450-1550) (Jelle Koopmans)
Caprices linguistiques dans la satire hybride : Ulrich von Hutten, Crotus Rubeanus, Théodore de Bèze (Jeltine Ledegang-Keegstra)
La tradition macaronique dans l’Anti-Choppin de Jean Hotman (Carole Primot)
Du macaronique au « maccaronesque » : la première traduction française du Baldus de Folengo (Carole Primot)
Harangues en langues hybrides : la rhétorique confrontée au mélange des langues (Claudine Nédelec)

IV – Rabelais et Fischart / Rabelais und Fischart
Rabelais et le mélange des hybrides (Anne-Pascale Pouey-Mounou)
Languegoth et français mêlé chez Rabelais (Marie-Luce Demonet)
Enthousiasme, fureur et ergeysterung. Une nouvelle hypothèse d’interprétation du Glucktratrara de Johann Fischart (1575-1590) (Elsa Kammerer)
Sprachhybridisierung und Mythensynkretismus in Johann Fischarts Geschicht- klitterung. Versuch über die Pantagruelische Vorsagung (Tobias Bulang)
Sprachspiel, Sprachenvielfalt und Hybridisierung in Johann Fischarts Geschichtklitterung (Beate Kellner)

L’âge des enfants (XVIe-XVIIe siècles)

Jean-Pierre van ELSLANDE,  L’âge des enfants (XVIe-XVIIe siècles), Genève, Droz, coll. Les Seuils de la Modernité, 2019.
Ce livre est consacré aux personnages d’enfants dans la littérature des XVIe et XVIIe siècles. Il analyse les modes de subjectivation qui, dans des genres aussi variés que la poésie, la comédie, la tragédie, les traités pédagogiques, les Mémoires, le discours moraliste et les contes de fées associent à leurs faits et gestes des questionnements temporels nés de l’avènement des Temps modernes. L’Âge des enfants couvre la période de deux siècles au cours de laquelle les jeunes êtres dynamisent le projet humaniste de rénovation culturelle fondé sur l’actualisation du passé, en testent les limites et en interrogent le devenir. Cette période s’achève à la fin du XVIIe siècle, quand la Modernité s’impose en tant qu’horizon temporel indépassable, plutôt que comme projet à mettre en œuvre sur la base d’une représentation idéalisée des temps anciens. Les valeurs d’innocence, de vulnérabilité et de nostalgie attachées à l’enfance au cours du XVIIIe siècle changent alors le rôle dévolu aux enfants dans la littérature.
TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

CHAPITRE PREMIER : NAISSANCES POÉTIQUES ET RENAISSANCE CULTURELLE
Le monde renouvelé
La parole matricielle
Les temps réunis

CHAPITRE II : ÉRASME ET SES ÉLÈVES MODÈLES
Nouveaux projets, anciennes références
Mens sana in corpore sano
De bons petits diables

CHAPITRE III : MÔMES GIGANTAUX: RABELAIS
Nuit des temps et obscurité du sens
Une énergie nouvelle
Des naissances et une renaissance ?
À l’école du roman
Poésie du surdoué

CHAPITRE IV : ASSUJETTISSEMENTS UTOPIENS
Perfection ou sclérose ?
Naître sans être
Retour à la réalité

CHAPITRE : LES ENFANTS AU NATUREL : MONTAIGNE
Sens et naissances
Parcours hors normes, parcours à suivre
Prendre exemple sur les enfants

CHAPITRE VI : FAIRE L’HISTOIRE, FAIRE SON HISTOIRE : LES MÉMORIALISTES ENFANTS
Jouer en temps de guerre
Scénarios adultes, réalités enfantines
L’amie des bêtes

CHAPITRE VII : ENFANTS DÉCHAÎNÉS ET TURBULENCES ROMANESQUES
Leçons particulières.
Réformer le collège
À l’école de la vie

CHAPITRE VIII : SOUS LES FEUX DE LA RAMPE
Silences tragiques
Sujets parlés, action reportée, sens différé
Un enfant pour soi seul
« Il n’y a plus d’enfants »

CHAPITRE IX : LA MORALE ET SES ENFANTS
Faire la leçon
La morale vivante
Graines de moralistes

CHAPITRE X : ENFANTS FABULEUX, ENFANTS MERVEILLEUX
Le lecteur rajeuni
Un nouvel auteur
Les enfants de la modernité

CONCLUSION : LE TEMPS DE L’ENFANCE

Album de poésies des Villeroy, Manuscrit français 1663 de la BNF

Colette H. Winn, Stephen Murphy, François Rouget,Album de poésies des Villeroy, Manuscrit français 1663 de la BNF, Paris, Classiques Garnier,Textes de la Renaissance, n° 214, 2019.

Résumé: À Conflans, vers 1570, Madeleine de L’Aubespine et Nicolas de Neufville-Villeroy accueillirent des poètes dont ils firent copier les vers dans un album. Cette édition présente près de deux cents poèmes rédigés en français, latin, grec, italien et espagnol, par les plus grands ou plus modestes écrivains de cette époque.

Roman et secret Essai sur la lecture à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles)

Guiomar Hautcoeur, Roman et secret Essai sur la lecture à l’époque moderne (XVIeXVIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, Perspectives comparatistes, n° 60, 2019.

Résumé: Pourquoi les lecteurs ont-ils abandonné la lecture d’Amadis de Gaule, L’Astrée ou Clélie alors qu’ils sont attachés aux romans de Cervantès, Madame de Lafayette, Prévost ou Diderot ? Cet ouvrage répond à cette question en adoptant le point de vue des lecteurs passionnés pour les secrets des fictions romanesques.

Formes de la relation à Dieu aux xvie et xviie siècles

Déglise (Catherine), Germain-De Franceschi (Anne-Sophie), Formes de la relation à Dieu aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne, n° 101, 2019.

Contributeurs: Déglise (Catherine), Duru (Audrey), Germain-De Franceschi (Anne-Sophie), Giard (Luce), Gomez-Géraud (Marie-Christine), Lagrée (Marie-Clarté), Mantero (Anne), Michon (Hélène), Porcheron (Marie-Domitille), Usher (Phillip John)

Résumé: Je sous le regard de Dieu : la formule renvoie à la quête spirituelle et invite à considérer le fidèle face au divin, au moment même où celui-ci se tourne vers ce qui l’excède et le dépasse. Comment saisir et nommer cet être qui se dérobe et qui cherche la stabilité dans ce regard divin ?

Télécharger la table des matières.

Arts de poésie et traités du vers français (fin xvie-xviie siècles) Langue, poème, société

Cernogora (Nadia), Mortgat-Longuet (Emmanuelle), Peureux (Guillaume), Arts de poésie et traités du vers français (fin XVIeXVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, Rencontres, n° 370, 2019.

  • Contributeurs: Biedma (Sabine), Billy (Dominique), Bury (Emmanuel), Cernogora (Nadia), Couffignal (Gilles), Debailly (Pascal), Génetiot (Alain), Lombart (Nicolas), Luciani (Isabelle), Magnien (Michel), Monferran (Jean-Charles), Morin (Yves Charles), Mortgat-Longuet (Emmanuelle), Peureux (Guillaume), Pouey-Mounou (Anne-Pascale), Reguig (Delphine), Tonolo (Sophie)

Résumé: De la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, la tradition de l’art de poésie française se renouvelle, centrée sur l’art de versifier et la réflexion sur la langue. Les études rassemblées ici interrogent les cadres et les enjeux de ces traités, éclairent leurs tensions entre norme, usages et goût.

Télécharger la table des matières.

Poètes et pédagogues de la Réforme catholique

Agnès Passot-Mannooretonil, Poètes et pédagogues de la Réforme catholique, Paris, Classiques Garnier,  Bibliothèque de la Renaissance, n°21, 2019.  64 euros.

Résumé: Les réformes du début du XVIe siècle ont entraîné un renouvellement de la littérature spirituelle. Cloîtres et cours s’échangent des textes d’où ressort un même goût pour une dévotion pénitentielle et sensible, fidèle aux modèles médiévaux, mais préfigurant déjà une authentique poésie religieuse.

Télécharger la table des matières :  poetes-et-pedagogues-de-la-reforme-catholique-table-des-matieres (1).

CHACUN SON HORACE Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles). Sous la direction de N. Dauvois, M. Jourde et J.-C. Monferran

 

Vient de paraître.

La réception des auteurs classiques est toujours multiple. Elle donne lieu à des lectures diversifiées et à des usages éditoriaux distincts. Cette pluralité des lectures vaut peut-être plus encore pour Horace. C’est qu’à la différence de Virgile qui n’était pas théoricien ou d’Aristote qui n’était pas poète, Horace offre à la fois une théorie et une pratique, et celles-ci cultivent l’ambiguïté, sinon la contradiction. C’est aussi sans doute qu’Horace est sensible, comme poète et comme théoricien, à la variété, à la différence et au droit de l’appropriation. C’est enfin peut-être que ses textes permettent, loin de tout système et par morceaux épars, de mettre au premier plan des questions essentielles, littéraires, linguistiques et sociales, sur l’autorité de l’usage, la portée de l’innovation, la relation au modèle, questions qui ne cessent d’occuper la première Modernité.

Aussi selon les milieux, les options poétiques, les générations, chacun s’accapare Horace et s’en réclame, l’accommode à ses propres idées, la plasticité du texte horatien permettant ces adaptations concurrentes ou successives. Dans l’Europe du début de l’époque moderne, parmi les commentateurs ou les poètes humanistes, les praticiens et les théoriciens des différents vernaculaires, chacun a « son » Horace, lyrique ou satirique, grave ou comique, chantre de la propriété ou du langage figuré, pourvoyeur de concepts ou bien de modèles d’écriture, qu’il lit à sa guise et parfois (souvent) contre d’autres.

Issues pour la plupart du colloque organisé à l’Université Sorbonne-Nouvelle/Paris 3 les 11 et 12 juin 2015, les dix-sept études réunies dans ce volume examinent certains des débats et des conflits suscités par Horace et ses textes, ou certaines appropriations de son modèle. Elles viennent clore à leur manière les quatre années du projet ANR consacré à la réception d’Horace à l’âge moderne.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Bulletin de la Société internationale des amis de Montaigne 2018 – 2, n° 68 varia

Vient de paraître.

Directeur d’ouvrage: Couturas (Claire)

Contributeurs: Andrieux (Armelle)Bettoni (Anna)Cappa (Carlo)Carbone (Raffaele)Cavallini (Concetta)Cordiner (Valerio)Devincenzo (Giovanna)Montaleone (Carlo)Panichi (Nicola)Ragghianti (Renzo)Sgattoni (Marco)

 

https://classiques-garnier.com/bulletin-de-la-societe-internationale-des-amis-de-montaigne-2018-2-n-68-varia.html

L’Année rabelaisienne 2019, n° 3

Vient de paraître.

Contributeurs: Arsenault (Christine)Berthon (Guillaume)Bistagne (Florence)Cappellen (Raphaël)Céard (Jean)Cooper (Richard)Desbois-Ientile (Adeline)Firmin (Gilles)Frei (Peter)Giordani (Françoise)Guerrier (Olivier)Halévy (Olivier)Halpern (Anne-Élisabeth)Huchon (Mireille)La Charité (Claude)Le Cadet (Nicolas)Lebreton (Julien Ludovic)Lestringant (Frank)Lorandini (Francesca)Manca (Valentina)Marrache-Gouraud (Myriam)Menini (Romain)Monfort (Marie-Laure)Ozwald (Thierry)Pédeflous (Olivier)Polizzi (Gilles)Pouey-Mounou (Anne-Pascale)Roy (Pierre-Emmanuel)Séguin-Brault (Olivier)Ternaux (Jean-Claude)Triantafyllou (Angelos)Urbani (Bernard)

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

 

 

 

Jean Calvin, Praelectiones in Lamentationes Jeremiae / Leçons sur les Lamentations de Jérémie Édité par Max ENGAMMARE, Nicole GUEUNIER, Traduit par Charles de JONVILLER

Vient de paraître.

Après les 193 leçons sur le livre du prophète Jérémie (cf. Calvini opera denuo recognita, Series Exegetica 6a et 6b, 2016), Calvin paracheva son explication du prophète avec dix-huit leçons sur les Lamentationes de septembre 1562 à janvier 1563. Les Lamentations s’inscrivent dans l’une des traditions poétiques des qînoth, les complaintes qui concernent le gouvernement politique. Calvin s’attache à en donner une interprétation morale et actualisante. Les sources et les principes exégétiques du Réformateur restent les mêmes, mais la double introduction, au texte latin et au texte français, les rappelle. L’édition est en effet juxtalinéaire avec en vis-à-vis la traduction modernisée et commentée de Charles de Jonviller. Deux index des noms de personnes et des citations bibliques complètent l’édition.

https://www.droz.org/fr/6955-9782600059176.html