Archives de catégorie : Publications

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Cahiers Tristan L’Hermite XLIII – 2021

CAHIERS TRISTAN L’HERMITE

XLIII – 2021

TRISTAN ET LA POÉSIE DU XVIE SIÈCLE

Alain GÉNETIOT
Hériter la poésie de la Renaissance : Tristan à la croisée des chemins /
Inheriting the poetry of the Renaissance: Tristan at the crossroads
Jean BALSAMO
La mention du peintre : un « lieu » de la célébration amoureuse.
Tristan, « Bonard », et les poètes français de la Renaissance /
Mentioning the painter: A “Commonplace” of the celebration of romantic. Tristan, “Bonard,” and French Renaissance poets
Anne-Pascale POUEY-MOUNOU
Du Bellay, Ronsard, Tristan : autour de quelques sonnets des Amours /
Du Bellay, Ronsard, Tristan: On some sonnets from the Amours
Jole MORGANTE
Parcours textuels de Pietro Bembo à Tristan LHermite /
Textual paths from Pietro Bembo to Tristan LHermite
Agnès REES
La poésie de lArioste dans lœuvre de Tristan LHermite /
Ariostos poetry in the works of Tristan LHermite
Françoise GRAZIANI
La Querelle du Tasse /
The Tasso quarrel
Adeline LIONETTO
Orphée et les emmancheurs de balais. Tristan héritier de la poésie festive du xvie siècle /
Orpheus and the broom handle makers. Tristan as heir to the festive poetry of the sixteenth century
Céline BOHNERT
Ceci nest pas une source.
Natale Conti dans les Annotations aux Plaintes dAcante (1633) /
This is not a source.
Natale Conti in the
Annotations to Plaintes dAcante (1633)
Véronique ADAM
Tristan et Clément : portrait du poète en auteur /
Tristan and Clément: Portrait of the poet as an author
François ROUGET
Ordo neglectus : Remarques sur la disposition
des recueils poétiques de Tristan LHermite /
Ordo neglectus: Remarks on the arrangement
of Tristan L
Hermites poetry collections
Bibliographie – Chronique /
Bibliography—Column
par/by Sandrine BERRÉGARD

 

Pour plus de détails, lien vers le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

Illustration : Jan Brueghel, L’Ouïe, détail, Madrid, Prado (WGA).

Les Cris de Paris du Moyen Âge à la Renaissance

 

Les Cris de Paris du Moyen Âge à la Renaissance

Édition de textes, analyse et glossaire

 

Pierre Rézeau

Préface de Nicolas Le Cadet

 

Ma botte de cresson ! Pastez chauds ! Harengs frais ! Vin vermeil, cleret et blanc ! J’achete vieux fer, vieux drapeaux ! Mes beaux balais ! A ramoner vos cheminees…
Une douzaine de textes, disséminés du XIIIe au XVIe siècle, nous invitent à une promenade à travers Paris, à l’écoute des marchands, artisans, quêteurs et annonceurs les plus divers. Ces Cris de Paris, destinés à mettre l’eau à la bouche à la clientèle, à susciter les achats et les demandes de services ou encore à attirer la générosité, constituent un véritable album sonore, réaliste, plein de vie et parfois de malice. Ce petit ensemble fait ici, pour la première fois, l’objet d’une édition critique. C’est tout un pan de la vie quotidienne de la capitale qui nous est restitué, à travers un vocabulaire nutritif et réjouissant, qui vaut son pesant de moutarde. Moutarde fine !

Sommaire et informations sur le site de l’éditeur, les Éditions De Boccard.

Renaissance Impressions

Renaissance Impressions: Sixteenth-Century Master Prints from the Kirk Edward Long Collection

 

Bernard Barryte (dir.)

 

Renaissance Impressions: Sixteenth-Century Master Prints from the Kirk Edward Long Collection presents a rich survey of the first golden age of European printmaking and reveals important artistic and cultural innovations spurred by the proliferation of etchings, engravings, and woodcuts. Featuring many of the era’s most extraordinary and influential prints, Renaissance Impressions includes examples in all graphic media from Europe’s major printmaking centers, which distributed images by the period’s greatest artists, among them, Michelangelo, Raphael, and Titian. Through absorbing thematic essays and lively entries on more than eighty prints by master printmakers including Albrecht Dürer, Marcantonio Raimondi, and Hendrick Goltzius, this lavishly illustrated catalogue explores the pivotal role that prints played in shaping visual culture throughout Europe during the Renaissance.

SOMMAIRE

Foreword
Pauline Willis, Director and CEO, American Federation of Arts

Making, Publishing, and Collecting: The Kirk Edward Long Collection in Context
Bernard Barryte

Copying, Collaborating, and Competing: Prints and the Renaissance Artist
Sharon Gregory

A Concise Geography of Print: Accounting for Stylistic Transmission in Sixteenth-Century Europe
Arthur J. DiFuria

Mysteries and Meanings: Esoteric and Enigmatic Prints in the Renaissance
Jamie Gabbarelli

Catalogue
Bernard Barryte

Glossary
Bibliography
Acknowledgments
Contributors
Index

Détails vers le site de l’éditeur, Silvana Editoriale.

Appel à participation : Thresors imprimés de la Renaissance

Thresors imprimés de la Renaissance. Bibliothèque numérique

Appel à participation

Anne Réach-Ngô

Dans le cadre du projet « Les Thresors imprimés de la Renaissance, une vitrine éditoriale de la culture française ? » (projet IUF, Anne Réach-Ngô, 2015-2020), la bibliothèque numérique Thresors de la Renaissance de la plate-forme EMAN ouvre au public une partie de ses collections (notices Œuvres et Éditions) et lance un appel à participation collective : https://eman-archives.org/ThresorsRenaissance/

La bibliothèque numérique Thresors de la Renaissance vise à rassembler en un unique espace au moins un exemplaire de chaque édition de l’ensemble des ouvrages publiés en langue française entre 1470 et 1630 qui portent en leur titre le terme de « Trésor ». Élaborée sur la plate-forme EMAN (Éditions de Manuscrits et d’Archives Numériques) du CNRS, la bibliothèque propose, au 1er octobre 2021, un panorama de 148 œuvres intitulées Thresors parues entre 1470 et 1650, avec 435 éditions enregistrées à ce jour (recensement en cours). L’objectif scientifique de ce projet est de mettre en évidence l’existence d’un « genre éditorial » des Thresors qui rend compte de manière représentative des modalités de circulation et de diffusion d’un certain pan, vulgarisé, des écrits et savoirs compilés de la Renaissance.

Si l’ouvrage le plus connu de nos jours est sans conteste le Trésor de la langue française, l’exploration du corpus des Thresors imprimés met au jour un ensemble d’ouvrages importants, au-delà du domaine lexicographique, qui relèvent aussi bien de la médecine (Trésor des pauvres) que de la dévotion (Trésor des prières, oraisons et instructions chrétiennes), mais aussi des traités de géographie, d’alchimie, d’histoire (Trésor des histoires de France). Les écrits littéraires y trouvent également place de manière significative et gagnent dès lors à être relus à l’aune de cette vogue éditoriale qui convoque l’imaginaire du trésor pour assurer la promotion de ces diverses compilations : recueil de lieux communs (Trésor de sentences dorées), anthologie littéraire (Trésor des histoires tragiques), recueils poétique ou facétieux (Trésor des joyeuses inventions du parangon de poésies, Trésor des récréations).

La prochaine étape du projet consiste à rendre accessibles les notices des exemplaires déjà consultés et à enrichir la bibliothèque de nouvelles analyses, désormais prises en charge par des spécialistes du domaine. Si vos recherches vous ont amené à travailler sur l’un de ces ouvrages (voir la liste des Thresors), n’hésitez pas à contacter Anne Réach-Ngô (anne.reachngo /at/ yahoo.fr) pour prendre en charge une collection de la bibliothèque. Vous pourrez ainsi participer à la description et à l’analyse des éditions et exemplaires de ce Thresor mais également venir enrichir la notice Œuvre de l’ouvrage en intégrant des analyses plus développées ou de simples références bibliographiques.

Diane en son paradis d’Anet

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du Château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Paris, Le Passage, 2021.

Diane de Poitiers (1500-1566), veuve de Louis de Brézé et favorite du roi Henri II, fait bâtir avec l’appui d’un amant de vingt ans son cadet et le concours des artistes de Fontainebleau le château d’Anet, chef d’œuvre de l’architecture de la Renaissance française.

Mais c’est cette autre Diane, la chasseresse des Anciens, vive et farouche, dont la superbe figure coïncide si bien avec celle de la maîtresse des lieux, qui apparaît dans les deux principaux cycles narratifs du château : celui d’une célèbre tenture de tapisseries en onze pièces, et celui des vitraux en émail blanc qui occupaient les fenêtres du premier étage, notamment celles de l’appartement du roi.

Ce livre, qui conjugue et accorde les recherches de cinq historiens (de la littérature, du dessin, de la peinture et du vitrail), s’attache à ces deux ensembles, les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Il révèle le programme des tapisseries, sonde sa maîtrise des humanités, prend en compte sa date plus précoce qu’on ne le pensait – 1547 – et donne le nom de son auteur, le poète Jacques de Vintimille, habile précurseur de la Pléiade. L’ouvrage montre aussi qu’un peintre de l’école de Fontainebleau, Charles Carmoy, collaborateur de Primatice que Rabelais avait pris soin de mentionner dans son Pantagruel, dut en donner les dessins et les cartons.

L’examen de toutes ces œuvres signale que, dans les vitraux comme dans les tapisseries, l’histoire et le mythe prenaient place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permettait à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Sous la direction de Dominique Cordellier, Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre. Textes de Luisa Capodieci, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Dominique Cordellier, Paul-Victor Desarbres, Maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Françoise Gatouillat, Ingénieur de recherche honoraire au ministère de la Culture et de la Communication et Cécile Scailliérez, Conservateur général du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre.

Présentation du livre sur le site de l’éditeur.

« D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583

Nina Hugot, « D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DCXXVII], 2021.

Voici comment, dans un prologue adressé au Roi, Étienne Jodelle définit la pièce qui est sur le point d’être jouée devant lui : […] C’est une Tragedie. Qui d’une voix et plaintive et hardie Te represente un Romain Marc Antoine Et Cléopatre Egyptienne Roine […]. Si la voix de la tragédie est « et plaintive et hardie », la critique moderne a essentiellement retenu le premier adjectif, jusqu’à en faire un point majeur de la définition du genre au XVIe siècle. Que faire alors de la seconde épithète avancée par Jodelle ? Le dramaturge définit ici la voix de sa tragédie, mais il s’agit également pour lui d’y associer la voix de son héroïne, Cléopâtre, dont la hardiesse est célébrée dans la pièce. Nina Hugot examine l’ensemble des pièces tragiques imprimées entre 1537 et 1583 et souligne l’importance des deux versants de cette caractérisation de la tragédie et de son héroïne dans la constitution de l’esthétique du genre au XVIe siècle.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Producing Ovid’s ‘Metamorphoses’ in the Early Modern Low Countries

Producing Ovid’s ‘Metamorphoses‘ in the Early Modern Low Countries

Paratexts, Publishers, Editors, Readers

 

 John Tholen

 

Printers in the early modern Low Countries produced no fewer than 152 editions of Ovid’s Metamorphoses. John Tholen investigates what these editions can tell us about the early modern application of the popular ancient text. Analysis of paratexts shows, for example, how editors and commentators guide readers to Ovid’s potentially subversive contents. Paratextual infrastructures intended to create commercial credibility, but simultaneously were a response to criticism of reading the Metamorphoses. This book combines two often separated elds of research: book history and reception studies. It provides a compelling case study of how investigation into the material contexts of ancient texts sheds new light on early modern receptions of antiquity.

Sommaire et détails vers le site de l’éditeur, Brill.

La fabrique Calvin

La fabrique Calvin

L’ultime Institutio christianæ religionis et trois autres livres corrigés par Jean Calvin et ses secrétaires (1556-1563)

Max Engammare

 

En décembre 2019, puis au cours de l’année 2020, en mars, juste avant le début de la pandémie, puis en août, enfin en décembre, Max Engammare a eu la chance insigne, mais travaillée, de découvrir quatre livres latins de Calvin, annotés par lui et par deux secrétaires, dont son frère Antoine : l’Institution de la religion chrétienne (1559), le commentaire sur les Psaumes (1557), la seconde version du commentaire sur Esaïe (1559) et le commentaire des Épîtres pauliniennes (1556). À côté de son travail chez Droz, il a donc mené l’enquête, retrouvé les premiers acheteurs, dont Jean Crespin, puis entrepris la rédaction de ce livre. Le lecteur découvrira, pour la première fois, comment Calvin travaillait, comment il corrigeait ses livres essentiels, pour laisser à la postérité, dans un geste humaniste généralisé – et l’on pense à Érasme ou à Montaigne et à bien d’autres – une œuvre affermie et lissée, débarrassée quasi de toute scorie. Quelques inflexions de sa pensée théologiques et quelques éclaircissements bienvenus se laissent saisir. On entre ainsi dans ce que l’auteur appelle la Fabrique Calvin, car le Réformateur a mis en place trois ateliers de rédaction et des stratégies pour que rien de son activité intellectuelle et spirituelle ne se perde. Toutes les annotations importantes sont données et traduites, alors que les 104 annotations dans son exemplaire de la dernière version latine de l’Institution de la religion chrétienne sont notées, annotées et traduites en annexe.

Sommaire vers le site de l’éditeur, la Librairie Droz.

Sculpture in Print, 1480-1600

Sculpture in Print, 1480-1600

 

Anne Bloemacher, Mandy Richter, Marzia Faietti (éd.)

 

Sculpture in Print, 1480–1600 is the first in-depth study dedicated to the intriguing history of the translation of statues and reliefs into print. The multitude of engravings, woodcuts and etchings show a highly creative handling of the ‘original’ antique or contemporary work of art. The essays in this volume reflect these various approaches to and challenges of translating sculpture in print. They analyze foremost the beginnings of the phenomenon in Italian and Northern Renaissance prints and they highlight by means of case studies amongst many other topics the interrelated terminology between sculpture and print, lost models in print, the inventive handling of fragments, as well as the transformation of statues into narrative contexts.

Table des matières vers le site de l’éditeur, Brill.

La lettre de l’estampe. Les formes de l’écrit et ses fonctions dans la gravure européenne au xvie s

La lettre de l’estampe.

Les formes de l’écrit et ses fonctions

dans la gravure européenne au xvie siècle

 

Marianne Grivel, Emmanuel Lurin (éd.)

 

Mots, titres, légendes, descriptions et commentaires, vivantes adresses des marchands d’estampes à leurs « heureux » clients. Signatures d’artistes, marques commerciales, utiles privilèges et nobles dédicaces. Lettres en langue latine, française, allemande, italienne, lettres polyglottes sur des images pieuses destinées à l’exportation. Ecritures cursives ou typographiques, beaux caractères formés par la main experte d’un graveur en lettres, textes calligraphiés dont les ornements magnifient les planches. Des inscriptions tantôt discrètes, tantôt ostentatoires, dont les signes peuvent être incorporés au dessin, gravés au plus près des figures, mais aussi isolés dans des cadres, ou encore rejetés à la marge, le plus souvent sous l’image. Des écritures que l’on remarque, que l’on suit du regard, que l’on découvre parfois cachées dans un détail de la composition, des phrases que nul n’est obligé de lire, mais qui nous interpellent depuis le dessin et dont la lecture peut modifier notre appréciation d’une planche. Et si la gravure était aussi une affaire de mots ? Et si l’histoire de l’estampe pouvait être abordée sous l’angle des écritures qui encadrent, ponctuent ou même traversent le champ habituellement clos de la représentation ?

 

Liste des contributeurs :

Alessia ALBERTI, Castello Sforzesco, Milano

Mathilde BERT, Université catholique de Louvain

Nastasia GALLIAN, Sorbonne Université

Marianne GRIVEL, Sorbonne Université

Flora HERBERT, Sorbonne Université

Alexandra KOCSIS, Hungarian National Gallery, Budapest

Estelle LEUTRAT, Université Rennes-II

Emmanuel LURIN, Sorbonne Université

Anne-Katrin SORS, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen

Loretta VANDI, Scuola del Libro, Urbino

 

Sommaire vers le site de l’éditeur, Peter Lang.

La fortune dans l’écriture de l’histoire (1560-1600)

À hauteur humaine

La fortune dans l’écriture de l’histoire

(1560-1600)

Alicia Viaud

 

Dans les dernières décennies du XVIe siècle, s’épanouit une histoire « à hauteur humaine », par l’objet qu’elle se donne – l’ensemble de ce qui est relatif aux femmes et aux hommes du passé – et par les limites qu’elle se fixe – les capacités humaines d’intelligence du monde. La fortune, à la fois lieu commun et objet polémique, contribue au développement de cette pratique d’écriture qui se veut séculière, quoiqu’elle prenne toujours en considération la volonté divine. Dans les livres d’historiens comme dans les Mémoires, toujours niée mais fréquemment mentionnée, elle est un outil contribuant à établir les structures logiques et temporelles des récits, leurs stratégies argumentatives, leur valeur édifiante ou pratique. Elle permet de penser l’adversité comme obstacle et comme limite aux entreprises humaines, de concevoir l’action entre calcul raisonnable et pari audacieux, ainsi que de s’approprier le passé, en conférant aux histoires singulières des caractéristiques communes.

Sommaire sur le site de l’éditeur (Droz).

 

La paix des Dames. 1529

La paix des Dames

1529

 

Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Nicolas Le Roux,

Pierre-Gilles Girault (éd.)

 

Parmi toutes les femmes qui ont exercé une fonction de pouvoir dans l’Europe de la Renaissance, Louise de Savoie, mère de François Ier, et Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint, sont parmi les plus célèbres. Le traité de paix qu’elles négocièrent ensemble à Cambrai en 1529, au nom de leurs fils et neveu, ne l’est pas moins.
Demeuré dans les mémoires comme la « paix des Dames », cet accord mit fin à la deuxième guerre que se livraient le roi de France et l’empereur. La rencontre – dominée par des figures féminines de premier plan – fut le théâtre d’intenses tractations entre la France d’une part, l’Empire, les Anciens Pays-Bas et les Espagnes de l’autre.
Ce livre étudie la négociation de paix en elle-même, le cérémonial qui l’a entourée et la façon dont l’accord a été rendu public et célébré. Au-delà, on comprend le rôle que les femmes jouent dans les processus de pacification. On entend, aussi, contribuer à l’histoire de la construction, de la représentation et de la mise en scène des pouvoirs, spécialement en ce qui concerne le pouvoir féminin.

Avec les contributions de :

Thalia Brero, Susan Broomhall, Juan M. Carretero, Jean-Marie Cauchies, Catherine Chédeau (†), Aubrée David-Chapy, Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Pierre-Gilles Girault, Jean-Paul Hoyois, Nana Kaku, Nicolas Le Roux, Virginie Leroux, Eva Pibiri, David Potter, Thierry Rentet, Antoine Rivault, Alain Servantie, Kathleen Wilson-Chevalier, Mary Beth Winn & Alexandra Zvereva.

Sommaire vers le site de l’éditeur, les Presses Universitaire François-Rabelais.

L’énigme Bayard. Une figure européenne de l’humanisme guerrier

L’énigme Bayard

Une figure européenne de l’humanisme guerrier

 

 

Benjamin Deruelle, Laurent Vissière (éd.)

 

Bayard, chevalier sans peur et sans reproche, demeure un personnage central de la mémoire européenne des premières Guerres d’Italie. Son histoire reste pourtant largement tributaire des deux biographies chevaleresques rédigées dans les années 1520 par Symphorien Champier et Jacques de Mailles dit le Loyal Serviteur. Ces œuvres ont fondé l’historiographie du gentil capitaine, qui s’est ensuite fossilisée dans les manuels scolaires de la IIIe République. Pierre du Terrail élevé au rang de dernier représentant de la chevalerie médiévale, y devint une grande figure de l’histoire nationale, aux côtés de Vercingétorix, Charlemagne et Jeanne d’Arc.
L’histoire et la mémoire du célèbre Dauphinois comportent cependant de nombreuses zones d’ombre, et bien des épisodes de sa vie, à commencer par l’adoubement du roi lors de la bataille de Marignan, suscitent encore débats et controverses.
Cet ouvrage propose de transcender la dimension nationale du personnage par une approche résolument européenne, car Bayard a été aussi célébré, et décrié parfois, en Italie, en Espagne, en Angleterre et dans l’Empire. Aux côtés de Gonzalve de Cordoue et de Jean de Médicis, il s’est imposé comme une figure de l’humanisme guerrier.

 

Avec les contributions de :

Florence Alazard, Joana Barreto, Philippe Contamine, Eduardo de Mesa, Jean-Bernard de Vaivre, Benjamin Deruelle , Hervé Drévillon, Séverin Duc, Stéphane Gal, Elsa Kammerer, Nicolas Le Roux, Nicolas Lecervoisier, Sylvie Leluc, Éric Montat, David Nicolas, David Potter, Olivier Renaudeau, Giovanni Ricci, Amable Sablon du Corail, Laurent Vissière & Martin Wrede.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur, les Presses Universitaires François-Rabelais.

Le regard de Machiavel. Penser les sciences sociales au XVIe siècle

Le regard de Machiavel

Penser les sciences sociales au XVIe siècle

Sandro Landi

 

Le regard que Machiavel porte sur la réalité lui permet de voir des choses que ses contemporains ne voient pas, comme la nature des comportements collectifs, le caractère mental des liens politiques et religieux ou l’importance de l’opinion dans le gouvernement des États. Le fil conducteur de cette « biographie cognitive » est l’enquête de Machiavel : sa manière d’identifier et de construire dans le temps des objets de recherche. Il ne s’agit plus de questionner Machiavel sur son identité politique ou religieuse mais de comprendre comment, en interprétant la réalité, il contribue à l’émergence d’une connaissance spécifiquement consacrée à l’homme en société.

 

Sandro Landi, Le regard de Machiavel. Penser les sciences sociales au XVIe siècle, Rennes, PUR, Coll. Histoire, 2021, 238 p.

Sommaire vers le site de l’éditeur.