Archives de catégorie : Agrégations de Lettres

LE XVIE S. DANS LES PROGRAMMES : LETTRES

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

Année 2021-2022

LETTRES

Version PDF à télécharger ici.

Agrégations de Lettres 2022

Joachim Du Bellay, Les Regrets, suivi des Antiquités de Rome et du songe, LGF, Le Livre de Poche classique, 2002.

CAPES de Lettres 2022

Corpus de quatre œuvres pour le nouveau concours, session 2022

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Classes préparatoires concours 2022

• A/L 2022
Corpus de quatre œuvres littéraires pour l’épreuve de tronc commun

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Corpus de trois œuvres littéraires pour l’épreuve d’option

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

• CPGE scientifiques
Corpus de trois œuvres littéraires et philosophiques

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Lycée (filière générale)

• Seconde
Le programme de français comprend quatre objets d’étude en français, dont un inclut le XVIe siècle :

–  La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle

–  La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

–  Le roman et le récit du XVIIIe siècle au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

• Première
Le programme de français est renouvelé par quart tous les ans, autour de quatre objets d’étude, dont deux incluent le XVIe siècle :

–  La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

–  La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

–  Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Une œuvre du XVIe siècle figure dans le programme 2022, pour quatre ans :

Rabelais, Gargantua (axe : La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle ; parcours : Rire et savoir)

• Option Humanités, littérature et philosophie (HPL)
Le programme ne comporte pas d’œuvres imposées, mais un parcours d’histoire littéraire. Le XVIe siècle figure en première, au second semestre, autour du thème «Les représentations du monde ». Un large choix d’œuvres est proposé aux enseignants :

Extrait des programmes :

Les représentations du monde

Période de référence : Renaissance, Âge classique, Lumières

– Découverte du monde et pluralité des cultures

Bartolomé de las Casas, Brève relation de la destruction des Indes (1552). Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Giordano Bruno, De l’infini, de l’univers et des mondes (1584). Montaigne, Essais, I.31 [Des Cannibales] (1588).

– Décrire, figurer, imaginer

Alberti, De la Peinture (1441). Dürer, Traité des proportions (1528). Thomas More, Utopia (1516). Rabelais, Le Quart-Livre (1552). André Thévet, Les singularitez de la France antarctique (1557). Benvenuto Cellini, Vie de Benvenuto Cellini par lui-même (1567). Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes [Discours préliminaire, De l’origine des arts du dessin] (1568). Montaigne, Essais, III.6 [Des coches] (1588).

– L’homme et l’animal

Montaigne, Essais, II.12 [Apologie de Raymond Sebond] (1580-1588). A. Paré, Des monstres et prodiges (1573).

Collège

Le XVIe siècle est peu présent dans les programmes de français du collège. Ci-dessous, quelques parties du programme dans lesquels il peut trouver sa place.

Extraits des programmes :

5e. Thème : Se chercher, se construire

Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

On peut étudier :
–en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 3 : « Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles »), des extraits d’œuvres évoquant les grandes découvertes (récits contemporains ou postérieurs à cette époque, non fictifs ou fictifs) On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des poèmes évoquant les voyages et la séduction de l’ailleurs ou un roman d’aventures.

L’être humain est-il maître de la nature ?

On peut étudier ou exploiter :
−en lien avec la programmation annuelle en histoire et en géographie, des descriptions réalistes ou poétiques, des enluminures, des œuvres gravées ou peintes témoignant de l’art de discipliner la nature du Moyen Âge à l’époque classique, ou d’en rêver les beautés réelles ou imaginaires ;

−des récits d’anticipation, des témoignages photographiques sur l’évolution des paysages et des modes de vie.

4e. Thème : Se chercher, se construire

Dire l’amour

On étudie :
−un ensemble de poèmes d’amour, de l’Antiquité à nos jours.
On peut aussi étudier une tragédie du XVIIe siècle, une comédie du XVIIIe siècle ou un drame du XIXe siècle, ou encore des extraits de nouvelles, de romans et de films présentant l’analyse du sentiment amoureux.

3e. Thème : Vivre en société, participer à la société

Dénoncer les travers de la société
On étudie :
−des œuvres ou textes de l’Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet) et

−des dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinée.
On peut aussi exploiter des extraits de spectacles, d’émissions radiophoniques ou télévisées, ou de créations numériques à caractère satirique.

Dernière actualisation : octobre 2021

Conférences d’agrégation sur Du Bellay

L’enregistrement vidéo de trois conférences consacrées au programme d’agrégation sur les recueils romains de Joachim Du Bellay (Université Bordeaux Montaigne, 24 octobre 2021) vient d’être mis en ligne sur le site du Centre Montaigne :

– Marie-Bénédicte Le Hir (UBM-CESR) : «Les Regrets comme poésie de la vertu : le modèle hésiodique»

– Nina Mueggler (Université de Fribourg) : «Du Bellay en ses Regrets : ‘je’ et les autres»

–  Agnès Rees (UTLM) :  «Douce mère d’amour, gaillarde Cyprienne…» : étude littéraire des sonnets 89-100 des Regrets. 

Bibliographie agrégations de lettres 2022

Vous trouverez ici la bibliographie sur les œuvres au programme de l’agrégation de Lettres 2022, Les Regrets, Les Antiquités de Rome et Le Songe de Joachim Du Bellay. Préparée par Claire Sicard (CESR, Université de Tours), elle est accompagnée d’une précieuse bibliographie Zotero, dont le mode d’emploi figure ci-dessous.

Principes d’élaboration et mode d’emploi

Le présent document est conçu pour permettre aux personnes qui ne connaissent pas Zotero, logiciel gratuit de gestion bibliographique, d’utiliser au mieux les ressources ainsi mises à leur disposition.


Plan de la page

 

Retour en haut de la page


1) Modalités de la consultation sous Zotero

Dans sa version Zotero, la bibliographie peut être consultée de deux façons :

  • soit directement en ligne – pour cela il suffit de rejoindre la page d’accueil de la bibliothèque partagée à cette adresse, puis de cliquer sur “Group library” pour accéder à l’interface (en anglais) qui sera prioritairement décrite dans les explications infra ;
  • soit sur son poste de travail, sans passer par Internet : cette version permet de travailler même sans connexion, dans une interface en français et offre en outre des fonctionnalités un peu plus avancées que celles disponibles dans la version en ligne ; toutefois, pour l’utiliser, il faut avoir préalablement créé un compte utilisateur mais aussi installé sur son ordinateur un client Zotero et demandé à devenir membre de la bibliothèque partagée (“Members”), ce qui permettra d’en importer et d’en synchroniser le contenu comme un sous-ensemble de sa propre bibliothèque.

Quelle que soit la modalité de consultation choisie, il ne vous sera pas possible de modifier le contenu de cette bibliothèque partagée. Mais, comme pour toutes références structurées sous Zotero, vous pourrez vous en servir pour éditer des références bibliographiques, des citations voire une bibliographie complète. Vous pourrez également – et c’est sur cet aspect que nous insisterons tout particulièrement – vous en servir comme d’une base de données. Mais avant de présenter ces fonctionnalités, il convient de préciser d’abord quels principes ont été suivis pour en rassembler les éléments.

Retour en haut de la page


2) Limites du corpus

A. 1994-2021

Nous avons d’abord pris le parti de recenser, le plus exhaustivement possible et sans préjuger de leur intérêt profond ou de leur pertinence, toutes les publications (articles, chapitres d’ouvrages, ouvrages entiers) :

  • de niveau universitaire et correspondant aux normes de la critique,
  • portant de façon significative sur un des trois recueils du programme au moins,
  • postérieures à 1994, date à laquelle ces mêmes œuvres ont figuré au programme des agrégations de Lettres pour la dernière fois.

Sont ainsi exclus de cette bibliographie les publications d’usage scolaire, de vulgarisation grand public sans références critiques explicites ainsi que les travaux ne mentionnant que de façon secondaire les trois recueils ou portant sur d’autres aspects de l’œuvre de Du Bellay. Les thèses ne sont mentionnées que si elles portent précisément sur les œuvres au programme et si un résumé au moins en est commodément accessible. Les travaux de recherche de niveau master ont été écartés de ce recensement.

Retour en haut de la page


B. Avant 1994

À cette première base de publications, s’ajoutent des références antérieures à 1994 dès lors qu’elles correspondent à l’un au moins de ces critères :

  • elles restent mentionnées par les bibliographies de l’édition au programme et/ou de la plus récente édition des Regrets (tome IV-1 des Œuvres complètes de Joachim Du Bellay par M. Magnien, O. Millet et L. Petris, Paris, Classiques-Garnier, 2020),
  • elles abordent un aspect des œuvres au programme pertinent mais peu fréquemment étudié,
  • elles sont souvent citées par des articles ultérieurs qui s’y réfèrent comme à des points de départ de leur réflexion (qu’il s’agisse d’en prolonger les analyses ou de les contester),
  • elles proposent pour tout ou partie des explications de texte au programme d’une page au moins.

Pour ces références anciennes – qu’on aura souvent intérêt à compléter et parfois à corriger par la lecture de travaux plus récents – la question de l’accessibilité s’est posée avec plus d’acuité. Nous avons donc privilégié :

  • celles qui figurent dans des ouvrages toujours disponibles à la vente,
  • celles qui ont été numérisées et qui sont disponibles, directement ou non, en ligne,
  • celles qui sont conservées dans des fonds de bibliothèque (en particulier la BNF et les BU)
  • et/ou celles qui ont fait l’objet de compte-rendus détaillés aisément accessibles.

Retour en haut de la page


3) Enrichissement des données bibliographique au sein de chaque notice

Pour consulter la notice associée à une référence il faut d’abord cliquer sur son titre. Cette opération fait apparaître une série de données dans la colonne de droite de l’interface. Chaque notice présente une première vue intitulée “Info” dans laquelle sont réparties les métadonnées attachées à la référence. Outre celles qui permettent l’identification précise de la ressource (auteur, titre, date etc.) et qui fournissent les éléments de la référence telle qu’elle se présente dans la version classique de la bibliographie au format texte, on trouvera sous Zotero d’autres éléments utiles et complémentaires dont les principaux sont exposés ici :

  • chaque fois que c’est possible, figure dans la case “URL” un lien vers tout ou partie du texte de l’ouvrage ou de l’article (selon les plateformes, l’accès peut être libre ou soumis à des abonnements que souscrivent en général les bibliothèques universitaires. En ce cas, pour lire intégralement le texte il faudra modifier un peu le lien dans son navigateur pour l’adapter à celui qui correspond à sa bibliothèque de rattachement),
  • à défaut, dans la case “Archive” est reporté le lien vers la notice correspondante du catalogue de la BNF,
  • la case “Abstract” (en ligne) ou “Résumé” (client Zotero) contient parfois des informations supplémentaires sur le sujet de la ressource (en général : citation d’une présentation d’éditeur ou d’indications fournies par des compte-rendus).

Pour chaque entrée, la colonne de droite de l’interface présente d’autres onglets – 3 si l’on dispose d’une version client de Zotero (“Notes” et “Attachments” de la version en ligne étant réunis sous le seul intitulé “Notes”), 4 (qui suivent) si l’on consulte la bibliothèque partagée en ligne :

  • dans “Notes” on trouvera (très ponctuellement) des précisions sur un aspect spécifique de la référence (indications moins globales que dans le “résumé”),
  • dans “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) est indiquée une liste de mots-clés que nous avons pris le parti, sans prétendre à une parfaite exhaustivité, d’associer à la ressource [voir infra pour leur modalité d’usage],
  • dans “Attachments” sont recensés des liens de compte-rendus (CR) dont la référence a fait l’objet,
  • dans “Related” (en ligne) ou “Connexe” (client Zotero) se trouvent réunies sous la forme de liens cliquables des références internes à la bibliothèque partagée que l’on peut mettre en relation avec celle qui fait l’objet de la notice. Ces relations peuvent être de deux ordres :
    • le plus fréquemment, il s’agit d’une relation de partie à tout : un chapitre ou un article sont ainsi reliés à l’ouvrage entier dont ils sont tirés ;
    • il peut également arriver que soient ainsi associés des articles ou des ouvrages qui se font écho et qu’il peut être intéressant de réunir ou de confronter (traduction ou remaniement d’une version antérieure d’un article également recensé ; réponse à une publication antérieure ; prolongement d’une réflexion engagée dans un texte précédent etc.) ; en ce cas, la nature exacte de la relation est spécifiée dans l’onglet “Notes”.

Retour en haut de la page


4) Pré-organisation des références

Chacune de ces notices se trouve par ailleurs pré-organisée en sous-corpus, qui permettent à l’utilisateur de circuler de façon plus efficace dans le massif touffu de ces centaines de références. Outre les relations ponctuelles entre références dans l’onglet “Related” | “Connexe”, qui viennent d’être mentionnées, on relève deux modalités principales d’organisation, qui sont complémentaires.

A. Les collections

Sous Zotero, on désigne par le terme de “collections” les dossiers qui figurent dans la colonne de gauche des interfaces, aussi bien en ligne qu’en version client. Ces collections peuvent elles-mêmes contenir des sous-collections que l’on peut faire apparaître en cliquant sur la petite flèche située à gauche de l’icône les représentant. Si un dossier n’est pas précédé de cette flèche, c’est qu’il ne contient aucune sous-collection. Les ensembles ainsi hiérarchisés organisent les références

  • d’une part selon le type de l’ouvrage (éditions, manuels, ouvrage de contextualisation…),
  • d’autre part selon le corpus sur lequel portent la référence (études portant sur tout le programme, l’un des recueils, un sonnet spécifique…)

En cliquant sur l’un de ces dossiers, on limite l’affichage en partie centrale (qui par défaut propose toutes les entrées de la bibliothèque partagée) aux seules références rassemblées dans la collection concernée. Une même notice peut figurer dans plusieurs collections. Certaines collections, au niveau fin des textes, peuvent ne contenir aucune référence.

Retour en haut de la page

i. Collections communes aux versions pdf et Zotero

Les trois premières collections (et leurs sous-catégories) sont celles qui ont servi à structurer la version pdf. En voici les titres :

1. Éditions, usuels et manuels

a. Autres éditions [que celle au programme] b. Manuels et introductions c. En préparation [ouvrages à paraître, manifestations agrégatives prévues] d. Catalogues et bibliographies

2. Éléments de contextualisation

a. Sur Du Bellay. Perspectives bio-bibliographiques b. Sur l’œuvre de Du Bellay en général. Poétique, esthétique c. Sur les idées de Du Bellay. Philosophie, politique, religion d. Contexte : paysage littéraire et poétique e. Contexte : Rome et l’Italie f. Histoire de la réception

3. Études centrées sur le programme

a. Études portant sur les trois recueils b. Sur Les Regrets c. Sur Les Antiquités de Rome d. Sur Le Songe e. Sur Les Antiquités de Rome et Le Songe

Retour en haut de la page

ii. Collection propre à la version Zotero

La quatrième collection ne se trouve que dans la version Zotero. Elle est intitulée “Dans le détail des recueils” et ses sous-ensembles descendent au niveau plus fin de l’unité textuelle, ce qui permet de consulter les références qui consacrent une page au moins à l’analyse de tel ou tel poème. Pour Les Antiquités et Le Songe, qui sont des recueils brefs, la structuration se fait en trois niveaux :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) Sous-collection par recueil
      • (3) Dossier par texte

En revanche, pour Les Regrets, on a pris le parti d’introduire entre les niveaux (2) et (3) un dossier intermédiaire, par dizaine. Ainsi, pour consulter les ressources qui étudient le sonnet 16 des Regrets, il faut suivre la structuration suivante, en quatre étapes :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) a. Les Regrets
      • (3) S010
        • (4) s016

Retour en haut de la page


B. Les mots clés

On a déjà indiqué supra que des mots-clés sont associés à chaque référence et que ces termes sont visibles dans l’onglet “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) de chaque notice. Dans ce cadre, ils donnent bien sûr des indications sur le contenu de l’article ou de l’ouvrage recensé.

Mais ce sont surtout des outils de recherche complémentaires à l’organisation par collection. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous avons pris le parti d’offrir un large éventail de mots clés, qui peuvent aussi bien être

  • des noms propres de personnes ou de personnages – indiqués au format Nom (Prénom, particule sécable, titre), par exemple : “Morel (Jean de)”, “Du Bellay (Jean, cardinal)” ou “Guise (Charles de, cardinal de Lorraine)” ;
  • des titres d’autres œuvres de Du Bellay que celles inscrites au programme, parfois sous une forme abrégée, par exemple “DILF” pour la Deffence et Illustration de la langue françoyse ;
  • des thèmes ou des motifs, par exemple “Mélancolie” ou “Cygne” ;
  • des types d’approche, par exemple “Anthropologie” ou “Stylistique” ;
  • des genres ou des registres, par exemple “Sonnet”, “Satire | Satirique” ou “Elégie | Elégiaque” – on notera pour ces derniers cas nous avons pris le parti de rassembler le genre et le ton associé, non pas pour introduire ou favoriser une confusion entre ces catégories distinctes mais plutôt pour rassembler des références qui, souvent circulent elles-mêmes d’un champ à l’autre ;
  • des figures stylistiques, des descripteurs prosodiques ou des catégories grammaticales, par exemple “Antithèse”, “Décasyllabe” ou “Pronoms”.

Ces métadonnées sont exploitables, en ligne comme dans la version client, à partir d’un espace qui se situe en bas de la colonne de gauche et qui est replié par défaut. Pour le déplier, il suffit de positionner sa souris puis de cliquer au centre de la fine bordure blanche visible au bas de la colonne, d’un tiret gris dans l’interface en ligne (première image) ou au niveau d’un petit point dans la version client (deuxième image) . Idem pour le replier.

Dans la version client, la boîte qui s’ouvre alors peut être agrandie ou au contraire rétrécie comme on le souhaite. Pour procéder à une recherche, on peut :

  • soit cliquer directement sur le mot qui nous intéresse dans la liste qui apparaît,
  • soit taper dans le petit moteur de recherche en bas de la boîte une série de lettres, qui ne sont pas forcément les premières mais qui se suivent dans le mot recherché : au fur et à mesure, la liste se réduit aux seuls mots qui contiennent cette suite de lettres et l’on peut cliquer sur celui souhaité.

Comme pour les collections, la sélection d’un mot clé limite l’affichage des références de la colonne centrale aux seules entrées qui ont en commun ce terme Il est possible de combiner plusieurs mots clés, par exemple de sélectionner d’abord toutes les références sur le sonnet – 25 entrées – puis de choisir dans ce corpus déjà limité celles qui mentionnent aussi Berni – 4 entrées au total, alors que l’on en trouverait 3 de plus si l’on avait cherché seulement “Berni (Francesco)” sans le combiner au mot-clé “sonnet”.

C’est la raison pour laquelle il faut bien prendre garde à remettre les compteurs de la recherche à zéro si l’on veut chercher toutes les entrées associées à un seul mot clé. Pour effacer la recherche précédente, il suffit de recliquer sur le mot clé que l’on veut effacer. Ainsi, si je ne veux pas combiner “sonnet” et “Berni (Francesco)” mais d’abord chercher les références concernant le sonnet puis dans un second temps recenser celles qui mentionnent Berni, je procèderai de la façon suivante :

  • sélection du mot clé “sonnet” par un premier clic
  • déselection du mot “sonnet” par un second clic
  • sélection du mot clé “Berni (Francesco)” par un troisième clic.

Retour en haut de la page


5) Autres modalités de tri et de recherche permises par Zotero

Nous nous attarderons moins sur ces fonctionnalités, propres au logiciel et moins tributaires des choix d’organisation propres à notre bibliothèque partagée. Pour se familiariser avec ces outils, on peut au besoin consulter des tutoriels dédiés par exemple celui-ci, utile, même s’il est déjà ancien. Il est toutefois bon d’indiquer à grands traits ce que permettent en matière de tri et de recherche des données les deux interfaces, en ligne ou en local, de Zotero.

A. Adaptation de l’affichage

Que l’on opte pour l’une ou l’autre version, il est possible d’adapter l’affichage des entrées dans la colonne centrale. Par défaut sont indiquées en colonnes successives les informations bibliographiques minimales : auteur, titre, date. En cliquant sur une icône représentant un petit tableau à deux colonnes, dans le menu en haut à droite de cette colonne centrale, il est possible d’ajouter de nouvelles colonnes qui correspondent à des descripteurs de chaque notice. Si on le souhaite, on peut par exemple faire apparaître la langue de la référence (“Language” ou “Langue”) ou l’éditeur commercial (“Publisher” ou “Maison d’édition”). Pour revenir à l’état initial du tableau, il faut soit décocher manuellement les colonnes que l’on ne veut plus voir apparaître, soit cliquer en bas du même menu déroulant sur “Restore Column Order”.

Une fois que l’on a retenu les colonnes souhaitées, il est possible d’en classer le contenu, comme dans un tableur, soit de façon croissante (ou dans l’ordre alphabétique), soit de façon décroissante (ou dans l’ordre inverse de l’alphabet). Pour cela, il suffit de cliquer une ou deux fois sur la colonne que l’on souhaite réorganiser. Ainsi, cliquer une fois sur le titre de la colonne “Date” permet de présenter les références de la plus ancienne à la plus récente ; en cliquant une seconde fois sur date, on obtient en revanche un affichage qui commence par la référence la plus récente. Dans la version client, il est possible d’affiner le tri en sélectionnant un critère de tri secondaire.

Retour en haut de la page


B. Organisation de la recherche, simple ou avancée

Un moteur de recherche matérialisé par un encadré contenant une icône en forme loupe et placé en haut à droite des deux interfaces permet des recherches simples. Les champs interrogés sont plus étendus dans la version client que dans la version en ligne mais les deux dispositifs sont suffisants si l’on a en tête une référence précise que l’on veut rapidement retrouver en tapant le début du nom de l’auteur ou du titre.

La recherche avancée, qui combine plusieurs critères et permet surtout d’enregistrer des micro-corpus correspondant à chacune de ses recherches, n’est disponible que dans la version client, en utilisant la commande “Edition” | “Recherche avancée”.

Retour en haut de la page

Bibliographies d’agrégation

Nous mettons à votre disposition les bibliographies qui ont été faites ces dernières années sur la partie “XVIe siècle” du programme des agrégations de Lettres.

L’Adolescence clémentine : conférences d’Agrégation de Lettres

Vendredi 14 décembre 2018, 14h-17h

Université de Toulouse-Jean Jaurès UFR de Lettres, Philosophie et Musique Bâtiment « Le Gai savoir » Salle GA 061

14h : Jean-Charles MONFERRAN (Université Paris Sorbonne) : « Langue française et art de seconde rhétorique: sur quelques leçons de maître Clément »
Discussion – Pause

15h30 : François ROUDAUT (Université de Montpellier III) : « La beauté »
Discussion

Organisation : Pascale Chiron, Olivier Guerrier, Agnès Rees

Avec le soutien du Département de Lettres modernes de l’Université de Toulouse Jean Jaurès.

Contact : Olivier Guerrier (olivier.guerrier@wanadoo.fr)

Frank Lestringant, « Ce sont oeuvres de jeunesse, ce sont coups d’essai » Clément Marot, L’Adolescence clémentine

Clément Marot ou l’éternel « adolescent », comme l’indique le titre de son principal recueil, L’Adolescence clémentine, publié en 1532, alors qu’il a déjà trente-six ans et seulement une douzaine d’années à vivre. Cette œuvre, composée tout entière pendant le règne de François Ier, est classée par genres, opuscules, épîtres, complaintes, épitaphes, ballades, rondeaux et chansons. Elle est ici analysée méthodiquement, dans l’ordre du recueil. L’Adolescence clémentine s’inscrit dans le droit fil de la poésie médiévale, tout en la modernisant, la renouvelant et l’ouvrant vers la modernité. Poésie instable que celle de L’Adolescence clémentine, dialogante, effervescente, jamais fixée, toujours répétée, poésie continuée jusqu’à La Fontaine et Voltaire, à redécouvrir de toute urgence aujourd’hui.

Publications des universités de Rouen et du Havre, 2018

1536-1537 Autour de Marot et des recueils collectifs : configurations du champ poétique français

Journée d’études organisée par Nathalie Dauvois (Université de Paris III-Sorbonne) et Julien Gœury (Université de Picardie Jules Verne)

Le 8 novembre 2018, à l’IEA, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris Métro : Sully-Morland (ligne 7), Saint-Paul (ligne 1)

Les premiers recueils collectifs de Blasons anatomiques aujourd’hui conservés dans les collections publiques ont beau avoir été publiés sans noms d’auteur, leur étude éclaire la situation des principaux acteurs du champ poétique dans les années 1530-1540. En jetant un nouvel éclairage sur des figures comme celles de Victor Brodeau, Claude Chappuys, François Sagon, Eustorg de Beaulieu, J. de Vauzelles ou Charles de La Hueterie, il ne s’agit pas tant d’aller à la recherche des minores qui peuplent les recueils collectifs que d’interroger les connivences et les antagonismes qui reconfigurent le champ littéraire à la veille de l’entrée en scène de la Brigade. En revenant sur la situation de l’un d’entre eux, à partir de ses œuvres manuscrites ou imprimées en circulation, on mettra ainsi au jour la dynamique des réseaux, aussi bien géographiques, que sociologiques, poétiques ou éditoriaux, que recouvrent et que déterminent ces recueils.

Programme

9h00

Accueil et introduction Julien Gœury et Nathalie Dauvois

9h30

Jérémie Bichüe (Paris III-Sorbonne) : Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon : Protologies françoises de Charles de La Hueterie, un ‘coup d’essay’ de plus?

10h00

Sophie Astier (Aix-Marseille): François Sagon et ses réseaux. Premier essai de cartographie.

10h30 pause

11h00

Nina Mueggler (Fribourg): Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur

11h30

Sandra Provini (Rouen) : Les réseaux de l’Esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète

 

13h00 pause déjeuner

14h00

Elsa Kammerer (Lille III-IUF) : Jean de Vauzelles et la Cour

14h30

Claire Sicard (Paris-Diderot): Les deux blasons de Saint-Gelais, à la marge des blasons anatomiques du corps féminin

15h00 pause

15h30

Elise Rajchenbach (Saint-Etienne): Entrer dans le champ : les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs

16h00

Julien Gœury (Amiens): La Hueterie et Beaulieu, ou comment faire fructifier   la querelle des blasonneurs

Répondants : Jean Vignes, Michèle Clément, Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon