Archives de catégorie : Expositions

Claude Longeon. L’humanisme forézien et la Renaissance européenne

Pionnier des études seiziémistes en France, éditeur infatigable de textes souvent rares, membre fondateur de deux sociétés seiziémistes, Renaissance Humanisme Réforme et la Société Française D’Études du Seizième siècle, le professeur Claude Longeon fut l’une des grandes figures de la recherche sur le xvie siècle.

À l’occasion du trentième anniversaire de sa mort, l’association Réforme Humanisme Renaissance souhaite rendre hommage au Professeur Claude Longeon, en proposant une journée d’étude consacrée aux principaux champs qu’il a largement contribué à défricher. Auteur de travaux fondateurs sur Étienne Dolet, Jeanne Flore, Louis de Berquin ou le théâtre au xvie siècle, Claude Longeon a nourri le souci constant d’inscrire ses recherches régionales dans les perspectives plus vastes de la Renaissance et de l’Humanisme français (Jean du Choul et le mont Pilat, Scève et la traduction des psaumes, le Forez religieux…). C’est en ce sens, qu’il a contribué à la valorisation des fonds d’incunables et de livres imprimés au xvie siècle de la Bibliothèque municipale de Saint-Étienne – et l’Institut qui portait son nom a poursuivi cette œuvre de catalogage des bibliothèques de la région (Montbrison, Roanne…). Au-delà du simple Forez, ses travaux engagent les enjeux et interrogations de l’humanisme européen, comme lorsqu’il édite et commente les lettres de Conrad Gessner au médecin et botaniste Jean Bauhin fils, alors à Lyon.

L’association Réforme Humanisme Renaissance invite ainsi les chercheurs à défendre et illustrer la vitalité actuelle des objets de recherche dont Claude Longeon fut le précurseur infatigable.

Jeudi 21 mars 2019

14h30-16h

Médiathèque centrale de Tarentaize, espace info-cinéma – 20-24 rue Jo Gouttebarge

Rencontre

Marie-Joëlle Louison-Lassablière (IHRIM) : « Le Ballet en langage forézien de Marcellin Allard (1605) : supplément à l’étude de Claude Longeon. »

Exposition

Visite guidée de l’exposition Ouvrages de la Renaissance. Écrivains originaires du Forez, par Laetitia Soubre (Médiathèque Tarentaize).

16h30-18h30

Université Jean Monnet, site Tréfilerie (salle du Conseil G.05)

Assemblée générale de l’association Renaissance Humanisme Réforme (Réservée aux membres de l’association)

Vendredi 22 mars 2019

Journée d’étude

Claude Longeon, l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

Bibliothèque universitaire Tréfilerie – 1 rue Tréfilerie

9h00

Accueil des participants

9h15

Ouverture par Stéphane Riou, vice-président à la recherche (sous réserve)

Christelle Bahier-Porter (responsable de l’IHRIM Saint-Étienne) : Accueil

9h30

Évelyne Berriot-Salvadore (Université de Montpellier) : « Claude Longeon : les nouvelles provinces du chercheur »

Session 1 : Humanisme et interdisciplinarité

Présidente de séance : Marie-Luce Demonet (Université de Tours, CESR)

10h00

Géraldine Cazals (Université de Rouen) : « Longeon, Papon et les juristes »

10h25

Hélène Cazes (University of Victoria) : « De la Dissection aux Paradoxes, le sujet des femmes chez Charles Estienne »

10h50-11h : Questions

11h-11h15 : Pause

Session 2 : Bibliothèques d’hier et d’aujourd’hui

Président de séance : Antony McKenna (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne)

11h15

Raphaële Mouren (Warburg Institute) : « Claude Longeon et les fonds anciens des bibliothèques et archives de Saint-Étienne, entre étude et valorisation »

11h40

Catherine Magnien-Simonin (Université de Bordeaux) : « La bibliothèque “latine” d’Antoine Du Verdier »

12h05-12h15 : Questions

Pause déjeuner

Session 3 : Les publications lyonnaises en question

Présidente de séance : Michèle Clément (Université de Lyon)

14h

Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) : « Le débat reste ouvert : Claude Longeon et la question de Jeanne Flore »

14h25

Sophie Astier (Bibliothèque Municipale de Marseille) : « De 1540 à 1543 : Étienne Dolet et l’amplification des Gestes »

15h05-15h20 : Pause

Session 4 : Parcours individuels, humanisme européen

Présidente de séance : Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Dijon)

15h20

Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) : « Claude d’Urfé et le Forez »

15h35

Mathieu Ferrand (Université de Grenoble) : « Berquin, les Théologastres et le théâtre des étudiants (1521-1531) »

16h20 :

Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne) : clôture.

Coordination:

Élise Rajchenbach (Université Jean Monnet Saint-Étienne, IHRIM – UMR 5317)

Association Renaissance Humanisme Réforme

En partenariat avec:

SFDES (Société Française d’Études sur le Seizième siècle)

Bibliothèque Universitaire Tréfilerie

Médiathèque de Tarentaiza

Ville de Saint-Étienne.

Maudits livres luthériens

“Maudits livres luthériens” : aux origines de la Réforme en France

 

A l’occasion de la remarquable exposition organisée à la Bibliothèque Mazarine (14 novembre 2018 – 15 février 2019), un catalogue richement illustré et nourri de textes rédigés par les meilleurs spécialistes vient de paraître. En voici la présentation.

 

 

« Maudits livres ». La réception de Luther et les origines de la Réforme en France, Paris, Bibliothèque Mazarine & Éditions des cendres, 2018, 339 p., 40 euros. Commissariat de l’exposition : Florine Lévecque-Stankiewicz.

C’est un magnifique ouvrage qu’offre la Bibliothèque Mazarine à l’occasion de l’exposition « Maudits livres luthériens. Aux origines de la Réforme en France » qui se tient au sein de cette dernière du 14 novembre 2018 au 15 février 2019. Ce beau livre de plus de 339 pages propose en effet de comprendre comment la pensée de Luther pénètre dans le royaume de France à partir de 1518 et durant toute la première moitié du xvie siècle grâce au support imprimé. À cette date, la présence d’un recueil de textes du réformateur, issu des presses du bâlois Johann Froben, est attestée dans la capitale française. Un demi-siècle après l’invention de l’imprimerie, le livre est en train de devenir l’acteur principal de la diffusion de la pensée luthérienne. Bientôt, les œuvres de Luther, puis des principaux acteurs du luthéranisme, circulent dans le royaume, ils y sont lus, cités, traduits, réimprimés et rapidement contestés. Face à la puissance médiatique de l’imprimé, les prises de position se multiplient et raidissent le paysage religieux et spirituel de cette première moitié du xvie siècle. Tandis que Rome, la Faculté de théologie ou le Parlement de Paris condamnent la circulation et la possession de ces « maudits livres », les tenants d’un humanisme chrétien, d’un « érasmisme » ou d’un « évangélisme », ouverts à l’idée d’une réforme en douceur de l’Église, sont contraints de renoncer, au moins provisoirement, à leurs idéaux.

Si l’ouvrage permet au lecteur de (re)découvrir ce contexte si particulier des origines de la Réforme en France, il lui offre aussi et surtout l’occasion de saisir, avec une précision inédite et grâce à des reproductions iconographiques d’une qualité exceptionnelle, la réception des idées de Luther à travers la lecture, la traduction, la réimpression, mais aussi l’interdiction et la destruction de ses œuvres. Ainsi, le premier corpus de textes luthériens diffusé dans le royaume est décortiqué avec attention, car il témoigne notamment de l’émergence de nouvelles sensibilités et de nouvelles lectures. Les reproductions de pages des recueils cités ponctuent, avec une grande régularité, le texte explicatif et offrent ainsi un ouvrage agréable et superbement illustré. Tout au long du livre, la qualité des images ne faiblit pas et l’ensemble des notices qui les accompagnent, rédigées par les meilleurs spécialistes du sujet, frappent par leur souci constant de synthèse et de clarté. Ces « maudits livres » luthériens sont ainsi une véritable bénédiction pour le lecteur qui est invité à croiser les approches de l’histoire des textes, de l’histoire du livre et de l’histoire des idées afin de toujours mieux appréhender la réception de Luther et les origines de la Réforme française.

Lien vers le site de l’exposition.

Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance

Exposition temporaire du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019

Musée National de la Renaissance (Ecouen)

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

 

 

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)

2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)

3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)

4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

 

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Une riche médiation

Si de manière classique, l’exposition sera accompagnée de cartels, de kakemonos et d’un catalogue (éditions Gourcuff), les éléments de médiation seront plus nombreux afin d’aider le visiteur dans sa compréhension de l’art théâtral :

– Un dépliant d’aide à la visite pour les visiteurs voulant aller plus loin.

– Un livret jeu destiné au jeune public.

– Un outil multimedia conçu en partenariat avec le CNRS, l’Université de Toulon et l’Université Paris III mettra en film le manuscrit de la Passion de Valenciennes conservé à la Bibliothèque nationale de France.

– Grâce au numérique, les visiteurs pourront feuilleter certains manuscrits exposés.

– Un costume d’Arlequin grandeur nature créé par Sébastien Passot, costumier de théâtre et de cinéma.

Une programmation exceptionnelle

Trois représentations théâtrales :

– Cléopâtre captive d’Étienne Jodelle par la compagnie Oghma (Charles di Meglio) le 17 novembre 2018.

– Création d’une farce inspirée de la Condamnation de Banquet de Nicoals de La Chesnaye par le Théâtre de la vallée, compagnie en résidence à Écouen (Gerold Schumann) décembre 2018.

– Scaramuccia (Scaramouche), mise en scène de Carlo Boso, par la compagnie Prisma Theatro (Clément Joubert) le 26 janvier 2019.

Une journée d’étude :

– Une journée d’étude Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610) à la Bibliothèque nationale de France (site Tolbiac) le 22 novembre 2018.

Des conférences et des ciné-débats :

– La programmation de conférences à la Grange à Dîmes, dans le cadre du cycle de conférences avec la Ville d’Écouen sur le thème des images du théâtre dans l’art.

– La programmation de séances de ciné-débats avec le cinéma de L’Ysieux et celui de Garges les Gonesses en partenariat avec la CARPF (Communauté d’Agglomérations de Roissy-Pays-de-France).

 

Commissariat :

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle

Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen