Archives de catégorie : Evénements SFDES

Revue Seizième siècle (23), automne 2023

Seizième siècle (23), automne 2023

Varia

Sous la direction scientifique de Anne RÉACH-NGÔ et Anne ROLET
Sommaire

Marie BOUHAÏK-GIRONÈS et Mario LONGTIN, Un mystère ne s’improvise pas. De l’organisation des jeux par personnages au XVIe siècle

Clément SALIOU, Que peuvent encore nous apprendre les archives sur les mystères au XVIe siècle ?

Guy-Michel LEPROUX, Les « mystères profanes » joués à l’hôtel de Bourgogne dans la seconde moitié du XVIe siècle

Élyse DUPRAS, Le mystère des trois doms : violence amplifiée, violence absorbée

Alice TACAILLE, Trois mystères et leur liturgie

Xavier LEROUX, D’un mot ilz en font troys : du vers et de la prose dans l’écriture du texte dramatique au Moyen Âge

Lien vers l’éditeur, Librairie Droz.

Nuits de la lecture, autour des blasons du corps, archives nationales, 20 janvier

Dans le cadre de la 8e édition des Nuits de la lecture dont le thème est cette année le corps, les Archives nationales, en partenariat avec la Société française d’étude du seizième siècle (SFDES), invitent à revisiter par le slam, la musique et le spectacle, le genre des « blasons du corps » mis à l’honneur par les poètes du XVIe siècle, après la publication en 1535 du poème du « Beau Tétin » de Clément Marot.

À cette occasion deux propositions seront présentées dans les salons de l’hôtel de Soubise et à la bibliothèque.

17 h 30 dans le salon ovale du Prince à l’hôtel de Soubise : lectures à haute voix de poèmes du XVIe siècle, par le slameur Kwal, l’ensemble de musique ancienne Doulce mémoire, Luce Albert, maître de conférences à l’Université d’Angers, accompagnée de deux de ses étudiants, Clarisse Zurek et Antoine Brémaud. 40 min.

18 h à la bibliothèque : présentation d’ouvrages autour de la poésie du XVIe siècle

18 h 30 dans le salon ovale du Prince à l’hôtel de Soubise : lectures à haute voix de poèmes du XVIe siècle, par le slameur Kwal, l’ensemble de musique ancienne Doulce mémoire, Luce Albert, maître de conférences à l’Université d’Angers, accompagnée de deux de ses étudiants, Clarisse Zurek et Antoine Brémaud. 40 min.

19 h 30 dans le salon ovale du Prince à l’hôtel de Soubise : spectacle Le petit traité du plaisir qui met oubli à la mort par Nicolas Raccah. 1h30 – À partir de 16 ans

19h 45 à la bibliothèque : lectures à haute voix de poèmes du XVIe siècle, par le slameur Kwal, l’ensemble de musique ancienne Doulce mémoire, Luce Albert, maître de conférences à l’Université d’Angers, accompagnée de deux de ses étudiants, Clarisse Zurek et Antoine Brémaud. 40 min.

Inscription obligatoire : bibliotheque.archives-nationales@culture.gouv.fr

Programme à télécharger ici.

Formation aux outils de la recherche sur le XVIe siècle, 26 janvier 2024

Formation aux outils de la recherche sur le XVIe siècle

Journée de formation de la SFDES organisée par Christine Bénévent

à l’École nationale des chartes

le vendredi 26 janvier 2024

Comment identifier les sources disponibles ? Comment se repérer dans le labyrinthe des archives ? Que peut nous révéler la matérialité d’un livre ancien sur ses conditions de production et de réception et comment l’interroger ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cette journée se propose de commencer à répondre.

Matinée : conférences

Salle Delisle

  • 9h : accueil
  • 9h15 : « Les fonds des Archives nationales : histoire et organisation », par Olivier Poncet (École des chartes / CJM)
  • 10h15 : « Les ressources en histoire du livre aux Archives nationales », par Thierry Claerr (Bibliothèque des Archives nationales / CJM) et Olivier Grellety-Bosviel, docteur en histoire du livre (EPHE) et en musicologie (université de Poitiers)

Pause

  • 11h30 : « L’archéologie du livre et la recherche en littérature », par Christine Bénévent (École des chartes / CJM)

Déjeuner libre

Après-midi : ateliers

Salle des Conseils et bibliothèque

Trois ateliers pouvant accueillir des groupes de 12/15 personnes auront lieu trois fois chacun, entre 14h et 17h30.
Durée de chaque atelier : environ 1 heure. Débuts à 14h, 15h15 et 16h30.
→ Inscription préalable obligatoire

  • Atelier 1 : « L’identification des caractères et ornements typographiques », par Rémi Jimenes (université de Tours / CESR), Bibliothèque de l’École des chartes, rez-de-chaussée
  • Atelier 2 : « L’identification et la datation des reliures », par Lucie Moruzzis (atelier de restauration des Archives nationales / CJM), Bibliothèque de l’École des chartes, Rotonde
  • Atelier 3 : « Origami (de la feuille au cahier, des cahiers au livre) », par Christine Bénévent (École des chartes / CJM), École des chartes, salle des Conseils (5e étage)

Inscription obligatoire avant le 15 décembre ici.

Bibliographie agrégation de lettres 2024

Agrégations de Lettres 2024

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Étude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à la traditionnelle réunion d’agrégation de juin, consacrée cette année aux Œuvres de Louise Labé.

Benedikte Andersson présentera la bibliographie d’agrégation le

mercredi 7 juin à 16 heures

en salle D223 à la Maison de la recherche de la Sorbonne (rue Serpente, Paris).

Édition au programme :

Louise Labé, Œuvres, édition de Michèle Clément et Michel Jourde, Paris, Flammarion, GF, 2022.

La culture médiévale à la Renaissance

La culture médiévale à la Renaissance

 Paris, 4-6 juillet 2024

Colloque international organisé dans le cadre de la SFDES par Adeline Desbois-Ientile (Sorbonne Université), Nicolas Le Cadet (Université Paris-Est Créteil) et Sandra Provini (Université de Rouen)

Comité scientifique : Carlo Bosi (Université de Salzbourg), Luisa Capodieci (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Benjamin Deruelle (Université du Québec à Montréal), Estelle Doudet (Université de Lausanne), Frédéric Duval (École nationale des chartes), Véronique Ferrer (Université Paris Nanterre), Rémi Jimenes (Université de Tours – CESR), Virginie Leroux (École Pratique des Hautes Études), Nicolas Lombart (Université d’Orléans), Pascale Mounier (Université Grenoble Alpes)

Appel à communication

Quelle était la culture médiévale des hommes et des femmes du XVIe siècle ? L’intitulé du colloque pose implicitement l’existence d’une frontière entre Moyen Âge et Renaissance, évidemment difficile à fixer. Les travaux en cours dans le cadre du projet « Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique[1] » (Paris Nanterre et Paris 8) mettent en évidence à la fois la force et la fragilité de la notion même de Renaissance : concept opératoire pour désigner le renouveau culturel des lettres et des arts alimenté par le retour à l’Antiquité, la diffusion de l’humanisme et le développement de l’imprimerie, la « Renaissance » – terme inventé au XIXe siècle – n’en reste pas moins floue quant à ses bornes. Ces dernières décennies, un intérêt grandissant pour les années 1500, aussi bien du côté des seiziémistes que des médiévistes, a permis d’y voir une période charnière incarnant non pas tant la rupture que la continuité entre Moyen Âge et Renaissance[2]. Certains auteurs de cette époque incarnent ainsi, tantôt le crépuscule du Moyen Âge, tantôt l’aube de la Renaissance, tantôt les deux, à l’image de Lemaire de Belges, décrit depuis longtemps déjà par Henri Guy comme un « poète [qui], comme Janus, regarde en avant et en arrière[3] ».

Il n’en reste pas moins que plusieurs auteurs, en France, à partir des années 1530 et surtout 1550, ont eux-mêmes posé l’existence d’une rupture entre les « ténèbres plus que cimmériennes des temps gothiques » (Rabelais), produisant des « épiceries » (Du Bellay), et la lumière des temps modernes. Citons, après Arlette Jouanna, les propos éloquents de Pierre Belon du Mans dans ses Observations de plusieurs singularitez et choses memorables de 1553 :

« De là est ensuyvi que les esprits des hommes qui auparavant estoyent comme endormiz et detenuz assopiz en un profond sommeil d’ancienne ignorance, ont commencé à s’esveiller et sortir des ténèbres ou si long temps estoyent demeurez enseveliz, et en sortant ont jecté hors et tiré en évidence toutes especes de bonnes disciplines : lesquelles à leur tant heureuse et désirable renaissance, tout ainsi que les nouvelles plantes après l’aspre saison de l’hiver reprennent leur vigueur à la chaleur du Soleil et sont consolées de la doulceur du printemps, semblablement ayant trouvé un incomparable Mecenas et favorable restaurateur si propice, n’arresterent gueres à pulluler et à produire leurs bourgeons[4] ».

On observe de ce fait une tension entre le discours de ces auteurs, relayé par nos communautés universitaires encore largement divisées entre « médiévistes » et « seiziémistes », et les pratiques en usage à la Renaissance, qui révèlent en réalité la présence, parfois latente, d’une culture médiévale encore prégnante. C’est en partie vrai également pour les poètes de la Pléiade, qui rejettent les genres poétiques traditionnels tout en recourant à des archaïsmes de langue qui maintiennent un lien avec ces formes littéraires plus anciennes[5].

On définira ici le Moyen Âge par défaut, comme tout ce qui est perçu à la Renaissance comme n’étant ni antique ni moderne, en somme comme le passé non antique. Les frontières du « Moyen Âge » ainsi conçu peuvent différer de celles qu’on en donne aujourd’hui, mais aussi d’un individu à l’autre, et l’on pourra s’interroger, en particulier, sur la manière dont les humanistes ont considéré les penseurs des siècles antérieurs à eux. L’unité même de la période pose problème : parler de « culture médiévale » reste en partie factice, tant l’objet ainsi défini est vaste et hétérogène (aussi bien du point de vue chronologique que géographique), mais ce qui est à penser, c’est le rapport des hommes et des femmes de la Renaissance avec leur propre passé, tantôt rejeté, tantôt secrètement imité, tantôt ouvertement recherché, tantôt historicisé. L’objet du colloque n’est donc pas centré au premier chef ni sur la périodisation, ni sur la réception du Moyen Âge à la Renaissance (qui sera en partie l’objet du colloque de mai 2023 de l’AIEMF : Lire le moyen français après le moyen français. La réception postmédiévale de la littérature française des XIVe et XVsiècles) : il s’agit avant tout d’examiner ce que la représentation du Moyen Âge à la Renaissance peut nous apprendre sur la culture de la Renaissance elle-même.

L’approche dépasse ainsi le seul champ de la littérature pour englober l’histoire, les arts et les savoirs. Les supports de la culture médiévale à la Renaissance sont multiples, depuis les textes, commentaires et éditions qui la diffusent, jusqu’à l’enseignement dans les collèges, l’iconographie, les airs de chansons. La problématique que nous voudrions poser est celle d’une culture médiévale affichée ou au contraire masquée, des raisons qui motivent ces choix, des conséquences qu’ils impliquent pour notre compréhension de la culture de la Renaissance. D’un côté, Rabelais opte pour les caractères gothiques dans les éditions successives qu’il propose de Pantagruel et de Gargantua, y compris dans celles de 1542, à un moment où le romain s’est largement imposé en typographie pour la prose ; de l’autre, Michel d’Amboise répond aux Héroïdes en affichant un retour direct à la source antique, mais sa lecture du texte ovidien est en réalité guidée par des réécritures intermédiaires, en l’occurrence leur traduction par Octovien de Saint-Gelais (1496) et des romans du XVe siècle (Raoul Lefèvre).

Au cours du XVIe siècle, il semblerait qu’une rupture se soit produite dans le rapport entretenu avec le Moyen Âge, cette rupture pouvant se situer à des moments différents en fonction des champs disciplinaires, et se poser sous des formes différentes. Pour le dire schématiquement, les premières décennies du siècle permettent de penser la continuité entre Moyen Âge et Renaissance. Cette continuité se perçoit dans les nombreuses éditions de textes médiévaux, dans le maintien des caractères gothiques en typographie et de certaines pratiques poétiques (puys et jeux floraux), dans la vitalité de certains genres littéraires (rondeaux, ballades, chants royaux en poésie, genre du débat, songe allégorique, roman de chevalerie, théâtre des farces, sotties, moralités), dans le triomphe de la polyphonie en musique, dans les œuvres d’auteurs et d’artistes fortement empreints d’une culture médiévale tout en présentant des traits modernes, humanistes, italianisants, dans l’existence d’un corpus de référence ininterrompu faisant de certains auteurs médiévaux des auctoritates[6].

Après 1550, en littérature, il semblerait que la rupture soit consommée. Le triomphe du sonnet et de l’alexandrin remise au placard les formes anciennes. Chez les historiens, à partir de 1560, « la nécessité se fait sentir de réinterpréter l’histoire du Moyen Âge », en particulier dans le but de « rattacher l’histoire de France à ses origines pour en justifier la monarchie, l’Église et toutes les autres institutions[7] ». Le Moyen Âge est ainsi constitué en objet par les historiens de la France (Pasquier 1560, Du Haillan 1576, La Popelinière 1599), mais aussi par ceux de la littérature comme Fauchet qui publie la première histoire de la poésie française avant 1300 (Recueil de l’origine de la langue et poésie française, 1581). Cette rupture, perceptible dans le champ de l’histoire et des lettres, l’est-elle également dans les autres arts et savoirs ? Comment s’articule-t-elle avec les évolutions dans l’histoire de l’imprimerie ?

L’observation d’une présence – explicite ou implicite – ou d’une absence des références médiévales est le préalable à une réflexion sur leurs enjeux sous-jacents, et l’objet de ce colloque se réduit sans doute en définitive à cette seule question : qu’il y ait continuité ou rupture dans les pratiques, permanence ou renouvellement des corpus de référence et des méthodes, quelle place les œuvres et les auteurs du Moyen Âge occupent-ils dans la réflexion épistémologique et dans la création littéraire et artistique de la Renaissance ? Cette question peut être déclinée à l’envi pour toutes les disciplines et vise simplement à amorcer la réflexion sur la place que les hommes et femmes du XVIe siècle accordent au passé non antique, et sur le rôle qu’ils lui donnent dans la définition de leurs propres méthodes et pratiques.

Les propositions de communication, d’une longueur de 1000 signes environ, accompagnées d’une bio-bibliographie, sont à adresser avant le 1er juin 2023 aux trois organisateurs : adeline.desbois@sorbonne-universite.fr, nicolas.lecadet@u-pec.fr, sandra.provini@univ-rouen.fr

[1] https://www.renaissances-upl.com/

[2] Sur cette question, voir notamment : Jean-Claude Mühlethaler dans les pages qui ouvrent le n° 38 de Versants, « Passages : du Moyen Âge à la Renaissance », 2000 ; Entre Moyen Âge et Renaissance : continuités et ruptures. L’héroïque. En hommage à Éric Hicks. Partie thématique sous la direction de Denis Bjaï et Bernard Ribémont, « Cahiers de Recherches Médiévales (XIIe-XVe siècles) », n° 11 spécial, année 2004 ; Michèle Gueret-Laferte et Claudine Poulouin (dir.), L’accès aux textes médiévaux de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2012 ; Jean-Marie Le Gall, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, PUF, 2018, en particulier le chapitre « Long Moyen Âge ou renaissances médiévales ? » ; Renaud Adam et al., Les lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, Paris, Classiques Garnier, 2020.

[3] Henri Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, t.1, L’École des Rhétoriqueurs, Paris, Champion, 1910.

[4] Arlette Jouanna, « La notion de Renaissance : réflexions sur un paradoxe historiographique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2002/5 (no49-4bis), p. 5-16.

[5] Olivier Halévy, « L’invention de l’archaïsme : illustration linguistique et “langage ancien” autour de 1550 », dans Laure Himy-Piéri et Stéphane Macé (dir.), Stylistique de l’archaïsme, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, p. 121-150.

[6] Frédéric Duval, Lectures françaises de la fin du Moyen âge : petite anthologie commentée de succès littéraires, Genève, Droz, 2007.

[7] George Huppert, The Idea of Perfect History. Historical Erudition and Historical Philosophy in Renaissance France, Urbana/Chicago/London, University of Illinois Press, 1970 ; traduction française par Françoise et Paulette Braudel : L’idée de l’histoire parfaite, Paris, Flammarion, 1973, ici p. 34.

Programme de la journée doctorale de la SFDES, 27 janvier 2023

Actualité de la recherche doctorale sur le seizième siècle

27 janvier 2023

Journée organisée par la Société Française d’Étude du Seizième Siècle (SFDES)

Maison de la Recherche – Sorbonne Université
28, rue serpente, 75 006 Paris
Salle D 035 – Amphi Molinié

9h Accueil et mot de bienvenue

9h15 : Atelier 1 – La fabrique des textes (modératrice : Véronique Ferrer, université Paris Nanterre)

Vincent Adams-Auméregie, Poétique du recueil individuel de poésie profane (1570-1630)
Cyril Cano Arnedo, « C’est ainsy que Clément devise » : le champ poétique du coq-à-l’âne de l’épître marotique à la lettre burlesque (1530-1650)
Luc Sautin, « Représenter un particulier » : problèmes de représentation chez Montaigne
Benjamin Reynes, La déploration funèbre chez les Rhétoriqueurs de la « deuxième génération » (1461-1527)

10h45-11h : pause

11h : Atelier 2 – Cultures en réseaux (modératrice : Isabelle His, université de Poitiers)

Chloé Gumy, Gouvernance poétique et sociabilité littéraires à la cour de Marguerite d’Autriche
Clément Desgranges, Réseaux et stratégies de l’information des agents pro-français à Venise et dans l’Empire ottoman (1494-1559)
Wanda Kozyra, La danse de la Renaissance au Nord-est de l’Europe à travers les tablatures pour luth et orgue – miroirs et messagers de modèles culturels
Ana Beatriz Mujica, La France et les ‘Autres’ : les voix d’ailleurs dans les airs de cour (1570-1650)

12h30-14h : buffet

14h-15h15 : Atelier 3 – Voix de l’antiquité à la Renaissance (modératrice : Marie-Luce Demonet, université de Tours)

Mia Guillot, Lectrices, traductrices, autrices, mécènes : les femmes et la littérature antique au XVIe siècle (1475-1615)
Adélaïde Guillou, Mythes et fables antiques chez Maurice Scève
Jérémie Pinguet, Les Nénies de Jean Salmon Macrin

15h15-15h30 : pause

15h30-16h45 : Atelier 4 – Savoirs et épistémologie (modérateur : François Lavie, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Anthony Le Berre, Esculape face à Dieu. Ce que la religion fait à la médecine (dans les écrits médicaux de langue française, 1532-1628)
Christian Martens, François Hotman historien ? En quête d’un paradigme historique
Sandy Maillard, Des dimensions des lettres dans le Champ fleury de Geoffroy Tory

Agrégations de lettres 2022-2023, 10 juin 2022

Agrégations de lettres 2022-2023

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à sa réunion de juin consacrée cette année à :

l’Histoire d’un voyage fait en la terre de Bresil de Jean de Léry


 

à l’Ecole Nationale des Chartes,
65 Rue de Richelieu, 75002 Paris,
salle Delisle (rez-de-chaussée)
 
Vendredi 10 juin à 15 h 30
 Grégoire HOLTZ (Université Versailles Saint-Quentin) présentera  la bibliographie.
Cette présentation sera suivie par une conférence de Frank LESTRINGANT sur l’ouvrage de Jean de Léry. 
 
Nous profiterons de cette réunion pour établir la liste des titres qui sera proposée à la Commission de choix des programmes pour les agrégations de Lettres 2023-2024.
Si vous souhaitez faire des propositions d’ici là, merci d’écrire à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com) et Jean-Charles Monferran (jcharles.monferran@free.fr)
Un pot amical suivra cette rencontre.

Des vies du seizième siècle, 12 mai 2022

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à une table ronde autour de l’écriture de la biographie : “Des vies du seizième siècle“.

Cette table ronde aura lieu le jeudi 12 mai, à 18 heures, dans la salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine.

Y participeront :

– Alexandra DANET (Charles Quint : un rêve impérial pour l’Europe, Paris, Perrin, 2022, co-écrit avec Juan Carlos D’AMICO)

– Aubrée DAVID-CHAPY (Anne de France. Gouverner au féminin, Paris, Passés composés,  2022)

– Patricia EICHEL-LOJKINE (Marguerite de Navarre, Paris, Perrin, coll. « Biographies », 2021).

– Mireille HUCHON (Rabelais, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2011, Prix 2012 de la Biographie de l’Académie française ; Nostradamus, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2021)

Pour pouvoir y assister, il est nécessaire de s’inscrire à partir de ce lien.

Ecriture de la biographie : des vies du xvie siècle, 12 mai 2022

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à une table ronde autour de l’écriture de la biographie : “Des vies du seizième siècle”.

 

Cette table ronde aura lieu le jeudi 12 mai, à 18 heures, dans la salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine.

 
Y participeront :
– Alexandra DANET (Charles Quint : un rêve impérial pour l’Europe, Paris, Perrin, 2022, co-écrit avec Juan Carlos D’AMICO) 
– Aubrée DAVID-CHAPY (Anne de France. Régner au féminin, Paris, Passés composés, à paraître en mai 2022)
– Patricia EICHEL-LOJKINE (Marguerite de Navarre, Paris, Perrin, coll. « Biographies », 2021).
– Mireille HUCHON (Rabelais, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2011, Prix 2012 de la Biographie de l’Académie française ; Nostradamus, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2021)

Louis de Condé. Prince du sang et huguenot 1530-1569 – 3-4 octobre 2019 – Château de Chantilly

Les 3 et 4 octobre 2019, se tiendra au château de Chantilly le colloque “Louis Ier de Condé (1530-1569). Prince du sang et huguenot”, organisé par Hugues Daussy sous l’égide et avec le soutien de plusieurs partenaires institutionnels et scientifiques, au nombre desquels figure la SFDES.

Le programme complet peut-être téléchargé ici Programme Condé.

Journée sur l’actualité de la recherche doctorale

La Société Française d’Études du Seizième Siècle (SFDES) organisera, le vendredi 17 janvier 2020, une journée doctorale intitulée Actualité de la recherche doctorale sur le seizième siècle. Conçue pour favoriser le dialogue scientifique, cette journée permettra aux doctorantes et doctorants de présenter leurs sujets de thèse (pendant une dizaine de minutes) en s’attachant aux problèmes méthodologiques et épistémologiques qu’ils soulèvent.
Les propositions (1 page de texte maximum) sont à adresser à florence.alazard@univ-tours.fr avant le 15 septembre 2019, et seront soumises à l’appréciation du Conseil d’Administration de la SFDES qui établira le programme de la journée selon des critères de représentativité.
        La journée se tiendra à Paris à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA, 2 rue Vivienne, salle à préciser). Les frais de déplacement sont à la charge des doctorantes et doctorants. La SFDES offrira un buffet et des pauses café.

Claude Longeon. L’humanisme forézien et la Renaissance européenne

Pionnier des études seiziémistes en France, éditeur infatigable de textes souvent rares, membre fondateur de deux sociétés seiziémistes, Renaissance Humanisme Réforme et la Société Française D’Études du Seizième siècle, le professeur Claude Longeon fut l’une des grandes figures de la recherche sur le xvie siècle.

À l’occasion du trentième anniversaire de sa mort, l’association Réforme Humanisme Renaissance souhaite rendre hommage au Professeur Claude Longeon, en proposant une journée d’étude consacrée aux principaux champs qu’il a largement contribué à défricher. Auteur de travaux fondateurs sur Étienne Dolet, Jeanne Flore, Louis de Berquin ou le théâtre au xvie siècle, Claude Longeon a nourri le souci constant d’inscrire ses recherches régionales dans les perspectives plus vastes de la Renaissance et de l’Humanisme français (Jean du Choul et le mont Pilat, Scève et la traduction des psaumes, le Forez religieux…). C’est en ce sens, qu’il a contribué à la valorisation des fonds d’incunables et de livres imprimés au xvie siècle de la Bibliothèque municipale de Saint-Étienne – et l’Institut qui portait son nom a poursuivi cette œuvre de catalogage des bibliothèques de la région (Montbrison, Roanne…). Au-delà du simple Forez, ses travaux engagent les enjeux et interrogations de l’humanisme européen, comme lorsqu’il édite et commente les lettres de Conrad Gessner au médecin et botaniste Jean Bauhin fils, alors à Lyon.

L’association Réforme Humanisme Renaissance invite ainsi les chercheurs à défendre et illustrer la vitalité actuelle des objets de recherche dont Claude Longeon fut le précurseur infatigable.

Jeudi 21 mars 2019

14h30-16h

Médiathèque centrale de Tarentaize, espace info-cinéma – 20-24 rue Jo Gouttebarge

Rencontre

Marie-Joëlle Louison-Lassablière (IHRIM) : « Le Ballet en langage forézien de Marcellin Allard (1605) : supplément à l’étude de Claude Longeon. »

Exposition

Visite guidée de l’exposition Ouvrages de la Renaissance. Écrivains originaires du Forez, par Laetitia Soubre (Médiathèque Tarentaize).

16h30-18h30

Université Jean Monnet, site Tréfilerie (salle du Conseil G.05)

Assemblée générale de l’association Renaissance Humanisme Réforme (Réservée aux membres de l’association)

Vendredi 22 mars 2019

Journée d’étude

Claude Longeon, l’humanisme forézien et la Renaissance européenne

Bibliothèque universitaire Tréfilerie – 1 rue Tréfilerie

9h00

Accueil des participants

9h15

Ouverture par Stéphane Riou, vice-président à la recherche (sous réserve)

Christelle Bahier-Porter (responsable de l’IHRIM Saint-Étienne) : Accueil

9h30

Évelyne Berriot-Salvadore (Université de Montpellier) : « Claude Longeon : les nouvelles provinces du chercheur »

Session 1 : Humanisme et interdisciplinarité

Présidente de séance : Marie-Luce Demonet (Université de Tours, CESR)

10h00

Géraldine Cazals (Université de Rouen) : « Longeon, Papon et les juristes »

10h25

Hélène Cazes (University of Victoria) : « De la Dissection aux Paradoxes, le sujet des femmes chez Charles Estienne »

10h50-11h : Questions

11h-11h15 : Pause

Session 2 : Bibliothèques d’hier et d’aujourd’hui

Président de séance : Antony McKenna (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne)

11h15

Raphaële Mouren (Warburg Institute) : « Claude Longeon et les fonds anciens des bibliothèques et archives de Saint-Étienne, entre étude et valorisation »

11h40

Catherine Magnien-Simonin (Université de Bordeaux) : « La bibliothèque “latine” d’Antoine Du Verdier »

12h05-12h15 : Questions

Pause déjeuner

Session 3 : Les publications lyonnaises en question

Présidente de séance : Michèle Clément (Université de Lyon)

14h

Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) : « Le débat reste ouvert : Claude Longeon et la question de Jeanne Flore »

14h25

Sophie Astier (Bibliothèque Municipale de Marseille) : « De 1540 à 1543 : Étienne Dolet et l’amplification des Gestes »

15h05-15h20 : Pause

Session 4 : Parcours individuels, humanisme européen

Présidente de séance : Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Dijon)

15h20

Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) : « Claude d’Urfé et le Forez »

15h35

Mathieu Ferrand (Université de Grenoble) : « Berquin, les Théologastres et le théâtre des étudiants (1521-1531) »

16h20 :

Élise Rajchenbach (Université Jean-Monnet de Saint-Étienne) : clôture.

Coordination:

Élise Rajchenbach (Université Jean Monnet Saint-Étienne, IHRIM – UMR 5317)

Association Renaissance Humanisme Réforme

En partenariat avec:

SFDES (Société Française d’Études sur le Seizième siècle)

Bibliothèque Universitaire Tréfilerie

Médiathèque de Tarentaiza

Ville de Saint-Étienne.