Archives de catégorie : Livres reçus

Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier

Frank Lestringant, Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier, Paris, Classiques Garnier, collection « Géographies du monde » n°26, 2020, 254 p.

Dans la continuité d’un précédent ouvrage – Le Livre des îles : atlas et récits insulaires, de la Genèse à Jules Verne (Droz, 2002) –, Frank Lestringant propose un voyage dans un archipel littéraire, du XVIe siècle à nos jours. La première partie, « En partance pour les îles », est composée de deux chapitres à la prose plus poétique qu’académique qui étudient le genre de l’Isolario à la Renaissance pour suggérer que les espaces rêvés ne sont pas simplement un décor mais des éléments « essentiels du scénario onirique » (p. 21). La deuxième partie s’intéresse aux « Iles fixes » au fil de cinq chapitres analysant la place des îles dans la pensée épistémologique et dans les écritures géographiques de la Renaissance, notamment – mais pas exclusivement – dans l’œuvre d’André Thevet. Le chapitre consacré à « L’Insulaire de l’Inquisiteur » étudie l’archipel italien dans des isolarii italien du XVIe siècle. Deux autres chapitres s’intéressent à l’île comme tentation et comme scandale et analysent les liens entre îles et démons dans la cartographie et la littérature de la Renaissance (Marguerite de Navarre, François de Belleforest et André Thevet). La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux « Iles instables ». Frank Lestringant commence par étudier les « archipels sidéraux » et l’expansion de l’Insulaire au XVIIe siècle, ce qui lui permet de compléter des réflexions déjà entamées : « L’archipel, qui servait à figurer l’hypothèse de la pluralité des mondes au XVIe siècle, se transporte désormais dans l’espace céleste. L’archipel sidéral reflète et prolonge tout à la fois l’archipel terrestre » (p. 131). Les chapitres suivants sont des « bribes » – pour reprendre le jeu de mot contenu dans le titre de l’ouvrage – d’analyses consacrées à une œuvre ou un auteur via le prisme de l’insularité. Le lecteur est ainsi invité à relire Micromégas de Voltaire (« Îles des Lumières »), la floraison des robinsonnades depuis l’archétype de Wyss jusqu’à Daniel Defoe (« Des clous et des clones ») ou encore Suzanne et le Pacifique de Giraudoux. Enfin, la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, « Bribes d’îles », avance dans le temps et s’intéresse à des « Insulaires-récits du XXe siècle [qui] surgissent à une époque de crise [dont] les territoires improbables découlent de ces espaces tour à tour vides ou surpeuplés, traversés au rythme monotone du moteur, au risque de l’accident ou de la panne ». Cette avancée dans les contrées contemporaines est un élément novateur de l’ouvrage et Frank Lestringant montre brillamment que les analyses qu’il a abondamment développées pour le XVIe siècle sont tout aussi valables pour des littératures plus récentes. En étudiant la fragmentation à l’œuvre dans les ouvrages de Saint-Exupéry et de Michaux, l’auteur propose de voir ces derniers comme des descendants des moralistes du XVIIe siècle avant d’analyser le « stade suivant de la dissolution de l’archipel » à l’œuvre dans Les Villes Invisibles de Calvino. L’étude de quelques textes de Nicolas Bouvier, Maelys de Kerangal et Édouard Glissant vient clore ce voyage au fil des îles, vues comme des parenthèses négatives ou des réflexions sur la vie.

 

Rebecca Legrand.

De Marguerite de Valois à la reine Margot : Autrice, mécène, inspiratrice

De Marguerite de Valois à la reine Margot : Autrice, mécène, inspiratrice, dir. Catherine Magnien et Éliane Viennot, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2019.

Livrant les actes du colloque international « Marguerite de Valois 1615-2015 », tenu à Nérac en octobre 2015, le présent volume réunit treize contributions, précédées d’une introduction d’É. Viennot, qui trace les grandes lignes de la vie de Marguerite, de l’histoire de la publication de ses Mémoires et de sa postérité, sa « légende ». Un premier groupe d’articles – « Écritures en miroir » – aborde la figure d’Écho dans la lettre 115 de Marguerite, adressée à Champvallon (C. Trotot) ; les enjeux à la fois pour la reine et pour les auteurs qui lui ont adressé des épitres dédicatoires (S. Cinquin-Strobel) ; Marguerite en tant que mécène et dédicataire de traductions (V. Duché) ; les relations entre la reine et les hommes de lettres, notamment Jean Baudoin (M. Chaufour), Claude Garnier (D. Bjaï) et le cercle de poètes réuni autour d’elle pendant ses dernières années parisiennes (B. Petey-Girard) ; et une douzaine de lettres et cinq fragments de lettres de Marguerite absents de l’édition critique de sa Correspondance, dont quatre missives entièrement inédites (É. Viennot). La deuxième partie – « De la légende au mythe » – se penche sur le Divorce satyrique, analysé à partir du ms. Fr. Q. IV, 34 de la Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg (V. Chichkine) ; l’influence des Mémoires sur ceux rédigés par Mlle de Montpensier, la Grande Mademoiselle, et par Catherine II de Russie (J. Garapon) ; et la figure de Marguerite dans une vingtaine de dictionnaires biographiques des XVIIIe et XIXe siècles (N. Pellegrin), dans l’opéra-comique Le Pré aux clercs (1832) de Ferdinand Hérold (I. de Benque), dans La Reine Margot d’A. Dumas (L. Angard) et dans les fictions télévisuelles créées entre 1960 et 1989 (J. Centrès). Une brève conclusion, signée par Catherine Magnien, clôt le volume en signalant quelques nouvelles perspectives de recherches en cours ou potentielles.

Gary Ferguson.

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia, édition chronologique avec introduction, notes et variantes par Jean Brunel (avec la collaboration de Pierre Martin), Textes littéraires français, n°649, Genève, Droz, 2018, 709 p.

Les Elogia de Scévole de Sainte-Marthe, son œuvre la plus connue, parurent en plusieurs livraisons à partir du premier recueil de 1598, dont les chapitres et les textes allèrent en augmentant jusqu’en 1630. L’éditeur Jean Brunel, qui produit ici le sixième tome des Œuvres complètes (dont le premier volume, consacré aux œuvres de jeunesse a paru chez Droz en 2010) a fait le choix judicieux d’une présentation qui rend compte de cet enrichissement progressif : sont reproduits dans l’ordre chronologique les recueils successifs, les Elogia repris d’une édition à l’autre ne figurant qu’une fois avec l’indication de leurs éventuelles variantes. L’ouvrage donne à lire en face de chaque Elogium latin sa traduction française : c’est là que réside également la nouveauté de cette publication puisque l’on ne disposait jusqu’alors que de la traduction de Guillaume Colletet, parue en 1644 sous le titre Eloges des hommes illustres, qui depuis un siecle ont fleury en France dans la profession des Lettres. Composez en latin, par Scevole de Sainte-Marthe. Et mis en françois, par G. Colletet (Paris, A. de Sommaville et A. Courbé).

L’ouvrage offre une belle galerie de portraits qui se parcourt agréablement grâce à une présentation soignée, où viennent se glisser quelques éléments iconographiques empruntés à des sources diverses. Scévole de Sainte-Marthe se plie à l’exercice très codifié qu’est l’Elogium, qui relève du genre de l’épitaphe ; il y fait pourtant entendre, par petites touches, une voix personnelle et il y introduit de la variété : outre les éléments relevés par Jean Brunel dans son introduction (développement inégal des éloges, présence de pièces de vers, variété du lexique), on relèvera également la formule du double portrait (utilisée pour François Douaren et Éguiner Baron ; Etienne de La Boétie et Michel de Montaigne ; Pierre Ayrault et René Chopin) ou l’ouverture de quelques éloges sur une apostrophe oratoire ; ainsi Remi Belleau et Jacques Peletier se voient-ils directement apostrophés par l’auteur : « Toi en vérité, Jacques Peletier, de quel plus beau titre pourrais-je t’honorer sinon de celui de gloire inégalée du pays du Maine ? » (p. 185). La variété vient également du panorama très étendu qu’offrent les portraits sur le monde savant du XVIe siècle : aux côtés des humanistes (poètes, linguistes, historiens), on rencontre des jurisconsultes, des médecins, des mathématiciens, des personnalités politiques ou encore des hommes d’épée ; trois femmes seulement, la princesse Marguerite de Navarre (p. 290-295) et les Dames des Roches de Poitiers (p. 214-217). Pour chaque personnage dont il est fait l’éloge, Jean Brunel fournit en note quelques indications bibliographiques.

L’ouvrage est pourvu de très utiles index : index des noms latins et index des noms français de l’édition de 1630, table des illustrations, index des imprimeurs et libraires (XVIe-XVIIe siècles), des bibliothèques, monuments, musées, universités, index géographique, index historique, index des noms de personnes.

Marie-Claire Thomine.

Voyageurs de la Renaissance

Voyageurs de la Renaissance, édition de Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, Paris, Gallimard, Folio Classique, 2019, 576 pages.

La présente anthologie est due à trois spécialistes de la littérature de voyage du XVIe siècle, Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, qui ont uni leurs compétences pour proposer aux lecteurs une somme de textes édités et commentés. L’ouvrage est utile au lecteur curieux et fournit une précieuse base de travail pour des cours ou des séminaires sur la littérature géographique de la Renaissance.

En dépit de la diversité des auteurs retenus, les choix éditoriaux permettent une circulation fluide d’un texte à l’autre : les extraits d’œuvres de langue française sont proposés en version modernisée, les extraits d’œuvres en langues étrangères (principalement espagnol, également italien, portugais, anglais) sont traduits (par les soins des éditeurs, le cas échéant, ou bien sont utilisées des traductions françaises déjà existantes, datant des XVIe et XVIIe, ou plus récentes ; on notera que les récits les plus populaires connaissent dès leur publication de nombreuses traductions qui leur assurent une circulation européenne). L’ouvrage nous embarque successivement dans trois univers géographiques ; un premier volet intitulé « La marche turque » propose des extraits de Léon L’Africain, Jean Chesneau, Pierre Belon, Guillaume Postel, Nicolas de Nicolay, Jean Palerne. Le second volet nous entraîne sur « la route des Indes » avec Vasco de Gama, Gomes Eanes de Zurara, Duarte Lopes et Filippo Pigafetta, Francisco Alvarez, Jean Parmentier, Ludovico di Varthema, Jan Huygen van Linschoten, François Xavier et Fernão Mendes Pinto. Le troisième et dernier volet, consacré au « Nouveau Monde » rassemble des extraits de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Pêro Vaz de Caminha, Binaut Paulmier de Gonneville, Duarte Pacheco Pereira, Giovanni da Verrazano, Hernán Cortés, Bernal Diaz del Castillo, Alvar Nuñez Cabeza de Vaca, Jacques Cartier, Marc Lescarbot, Hans Staden, André Thevet, Vicente Rodrigues, Jean de Léry, Anthony Knivet, Jean Ribault, René de Laudonnière, Nicolas Le Challeux, Jean-Arnaud Bruneau de Rivedoux, José de Acosta ainsi qu’une lettre anonyme « Copie d’une lettre venant de la Floride envoyée à Rouen et depuis au seigneur d’Everon : ensemble le plan du fort que les Français y ont fait ».

Chaque texte est précédé d’une introduction efficace et précise qui situe l’auteur et son ouvrage dans son contexte et en fait ressortir la singularité ; des notes de bas de page résolvent les difficultés lexicales tandis que sont éclairés, par des notes de fin, les références et allusions. Un dossier complète le volume par une chronologie (1415-1615) et une bibliographie générale qui vient s’ajouter à la bibliographie spécifique proposée pour chaque auteur.

La diversité des textes – qui relèvent de genres différents (les voyageurs ne produisent pas tous des récits de voyage à proprement parler, certains écrits sont des chroniques, des missives, des journaux de bord, d’autres de quasi romans d’aventure, d’autres encore s’imprègnent de l’expérience personnelle mais sans la mettre en avant), font découvrir des terres nouvelles ou permettent au contraire la reconnaissance d’espaces balisés par une tradition textuelle et religieuse (la Terre sainte) – ajoute de l’agrément à l’intérêt scientifique de l’ouvrage ; le souci de plaire au lecteur, de ne pas l’ennuyer apparaît du reste fréquemment chez les auteurs eux-mêmes, qui invitent à une délectation « à distance » par le biais des narrations et descriptions. La forme de l’anthologie a l’avantage de faire ressortir des traits saillants de cette littérature de voyage (comme du reste de la littérature de cette époque de manière générale) : l’importance de la récriture (modèles antiques mais aussi des textes entre eux), relevée par les éditeurs dans leurs notes ; la conjugaison d’autre part, sous la plume de nombreux auteurs, des sources livresques et du témoignage personnel. L’ouvrage comporte une vingtaine d’illustrations ; celles-ci jouent un rôle essentiel : elles transmettent l’expérience d’un regard et contribuent au succès de librairie que connaissent certains textes à l’échelle européenne.

Marie-Claire Thomine.

Le Siècle des vérolés. La Renaissance européenne face à la syphilis.

Le Siècle des vérolés. La Renaissance européenne face à la syphilis. Une anthologie sous la direction d’Ariane Bayle, avec la collaboration de Brigitte Gauvin, Grenoble, Jérôme Millon, 2019, 382 p. et dossier iconographique comportant 15 figures.

Les « vérolés tresprescieux » auxquels s’adresse Alcobrybas Nasier dans le célèbre prologue du Gargantua font l’objet d’une riche anthologie qui fait se confronter des discours émanant de médecins, de savants, de voyageurs, mais aussi d’auteurs de fiction, poètes et romanciers. Plus encore que la goutte, à laquelle elle est souvent associée (autour de l’évocation plaisante ou de la condamnation des plaisirs de la chair), la « grande vérole » acquiert très tôt la dimension d’un mythe et fait l’objet de débats dans la société tout entière dès qu’elle apparaît en Europe à la fin du XVe siècle. Le principe de l’ouvrage qui consiste en une anthologie annotée et commentée permet de se frayer un chemin dans la diversité des textes et des idées. Dans l’ample moisson des textes ici rassemblés, fruit de plusieurs années de recherche d’une équipe de collaborateurs (Jon Arrizabalaga, Ariane Bayle, Dominique Brancher, Nathalie Dartai-Maranzana, Cyrille Ducourthial, Brigitte Gauvin, Grégoire Holtz, Chiara Lastraioli, Martial Martin, Concetta Pennuto, Michèle Rosellini, Kevin Siena), beaucoup d’extraits sont inédits ; les textes latins, italiens, anglais et espagnols sont proposés dans des traductions, souvent originales. L’empan chronologique est large, depuis la fin du XVe siècle (avec Konrad Schellig, Sebastian Brant, Gaspar Torrella ou Ser Tommason di Silvestro qui fournit en 1496 et 1498 le plus ancien témoignage d’un malade de la vérole) jusqu’au XVIIe siècle (avec, en 1623, David de Planis Campy et Charles Sorel).

Les cent textes, tous présentés de manière claire et efficace, sont organisés selon douze perspectives qui constituent autant de chapitres, « Nommer la maladie » (1), « Identifier : causes, origines, symtômes » (2), « Figures mythiques et religieuses » (3), « Relations thérapeutiques » (4), « Expériences personnelles » (5), « Une maladie stigmatisante » (6), « Pharmacopées et chirurgies » (7), « Une maladie sans frontières » (8), « Économie de la maladie » (9), « Tromperies et impostures » (10), « Usages polémiques » (11), « Le secours de la fiction » (12). A côté de huit textes anonymes et des suppliques de l’Hôtel-Dieu de Lyon, on trouvera des extraits d’ouvrages de Konrad Schellig, Sebastian Brant, Gaspar Torrella, Joseph Grünpeck, Ruy Diaz de Isla, Jérôme Fracastor, Gabriel Fallope, Olivier de Magny, Peter Lowe, Marcello Cumano, Andrew Boorde, Anton Francesco Doni, Francisco Delicado, Thierry de Héry, Francisco López de Villalobos, Giovanni Manardi, Juan Calvo, Leonardo Fioravanti, David de Planis Campy, Jean Fernel, L’Arétin, Annibal Caro, Flaminio de Birague, Jean Lemaire de Belges, Ramon Pané, William Clowes, Louise Bourgeois, Ser Tommaso Di Silvestro, Ulrich von Hutten, Niccolò Campani dit Le Strascino, Jean Drouin, Eustorg de Beaulieu, Agnolo Firenzuola, Ambroise Paré, Bénigne Poissenot, Charles de Sigogne, Théophile de Viau, Gonzalo Fernández de Oviedo Y Valdés, Garcia Da Orta, Ambroise Paré, François Béroalde de Verville, Noël Du Fail, Louis Le Roy, Léon L’Africain, John Eliot, Clément Marot, Ruiz Diaz de Isla, Pierre André Matthiole, Charles Sorel, William Shakespeare, Antonio B.L., Ben Jonson, Louis Guyon, Guillaume Rondelet, Érasme, André Alciat, Antonfrancesco Grazzini detto Il Lasca, Antoine Du Verdier, Jean-Antoine de Baïf, François Rabelais, Joachim Du Bellay, Henri Estienne, Théodore de Bèze, Jacques Grévin, Pierre de Ronsard, Louis d’Orléans, Francisco Delicado, François Habert, Guillaume Bouchet, Miguel de Cervantès.

En fin de volume sont fournies de précieuses notices sur les auteurs et sur les œuvres ; l’ouvrage se clôt sur un index des noms d’auteurs, de personnages historiques et de figures mythiques, et sur une bibliographie.

Marie-Claire Thomine.

La Réforme et la fable

La Réforme et la fable, sous la direction d’Alice Vintenon et Françoise Poulet, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, n° 155, Genève, Droz, 2018, 517 p.

Fruit du colloque qui s’était tenu en décembre 2015 à l’université Bordeaux-Montaigne, sous la houlette d’Alice Vintenon et Françoise Poulet, l’ouvrage, qui recueille à la fois des articles issus des communications et d’autres, écrits dans le sillage des rencontres et débats, examine à nouveaux frais la question des rapports problématiques, voire contradictoires, de la Réforme protestante avec la fable. Si la rupture est nette avec les méthodes d’interprétation classiques, notamment allégoriques, de la Bible, les voix sont diverses au sein du « camp » protestant sur le « mensonge des poètes » ; les condamnations formulées par certains n’empêchent pas que les fables païennes occupent une place importante dans les programmes scolaires tandis que la fiction devient un outil au service de la polémique et de la conversion. Cette pratique de la fable vient d’autre part s’inscrire dans une poétique spécifique, caractérisée notamment par le rejet de l’artifice stylistique. L’ouvrage fait entendre cette diversité des voix et des sensibilités. Comme l’écrit Frank Lestringant dans la préface (p. 15), « la Réforme n’a pas vaincu la fable sans doute, mais du moins elle l’a contenue et raisonnablement adaptée, la rendant accessible, tolérable et dans une certaine mesure admirable pour plusieurs siècles ».

L’ouvrage, introduit par Alice Vintenon et Françoise Poulet (p. 17-60), regroupe 19 contributions organisées selon cinq volets ; une première partie du volume est consacrée aux commentaires réformés des fictions païennes, une seconde aux fictions évangéliques, une troisième à la perception de la mythologie, autour de Simon Goulart, une quatrième aborde la fable en relation avec la pédagogie et l’édification, enfin une cinquième partie envisage la place de la fable dans la poésie évangélique et réformée. Une bibliographie générale (p. 475-506) fournit à la fois un riche corpus et un précieux état des lieux de la critique sur la question. L’ouvrage se clôt sur un index nominum.

Frank Lestringant, Préface ;

Françoise Poulet et Alice Vintenon, Introduction ;

Isabelle Pantin, « Melanchthon et les fables païennes » ;

Céline Bohnert, « Ovidii (ut ita dicam) Chronicon : sur les textes liminaires de la Fabularum Ovidii Interpretatio de Georg Schuler (1555) » ;

Antoine Biscéré, « Dresser un « tabernacle » » pour Ésope. Le prestige de la fable ésopique dans les cercles protestants allemands » ;

Christiane Deloince-Louette, « Quel statut pour la fable d’Homère ? Quelques lectures de commentateurs réformés à la fin du XVIe siècle » ;

Ruth Stawarz-Luginbühl, « La Vie de Cyrus le Grand selon Calvin : une fiction historico-théologique » ;

Nicolas Le Cadet, « »Ce sont beaux textes d’evangile en francoys » » : la place de la Bible dans Pantagruel (ch. xxx) ;

Adeline Desbois-Ientile, « La fantasie de François Habert : variations poétiques sur le jugement de Pâris » ;

Teresa Chevrolet, « Nomine mutato, narratur fabula de te » : la mythologie d’après le Theatre du monde de Simon Goulart, pasteur genevois » ;

Olivier Pot, « De la fable à l’emblème : la « mythologie blanche » de Simon Goulart » ;

Natacha Salliot, « Appartenance confessionnelle et statut de la fable dans les commentaires de La Sepmaine de Du Bartas (1581-1585) » ;

Mathilde Bernard, « Mythologie, fable et emblème, ou l’ambiguïté du rapport à la fiction chez Guillaume Guéroult » ;

Mathieu de La Gorce, « Se réformer avec Ovide. La Métamorphose chrétienne de Pierre Viret » ;

Padraic Lamb, « L’appât de la fable : dieux païens et prosélytisme dans les traités dévots de Stephan Batman, ministre anglican » ;

Inès Kirschleger, « Le loup et l’agneau dans la prédication réformée du XVIIe siècle, ou comment combattre la raison du plus fort ? » ;

Christabelle Thouin-Dieuaide, « L’utilisation de la fable dans les sermons réformés de la première moitié du XVIIe siècle » ;

Nadia Cernogora, « Persistance de la fable dans la poésie protestante : l’exemple des Hieropoemes de Loys Saunier (1584) » ;

Gilles Couffignal, « Des fables antiques à la fable de la langue : Pey de Garros, poète protestant et gascon » ;

Audrey Duru, « La fonction fable et les Œuvres d’André Mage de Fiefmelin (Saintonge, 1601) » ;

Adrienne Petit, « La relégation des fables et de l’ »antiquaille » dans le roman sentimental, un topos post-tridentin ».

Marie-Claire Thomine.

Études rabelaisiennes, Varia, LVII

Études rabelaisiennes, Varia, LVII, Genève, Droz, 2019, Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DXCIX, 2019, 104 p.

Ce nouveau volume des Études rabelaisiennes comporte cinq articles. Anne-Pascale Pouey-Mounou s’intéresse à trois « séquences phoniques » de Pantagruel et de Gargantua : celle des mouches (à la fois insectes et espions – mais aussi nom d’un farceur, « maistre mousche »), celle des moines et celle des culs et cagots. Romain Menini relit l’épisode de l’écolier limousin et le prologue du Cinquiesme livre (le motif des « feves en gousse ») à la lumière des Nuits attiques d’Aulu-Gelle, publiées à plusieurs reprises chez l’imprimeur-libraire lyonnais Sébastien Gryphe (Rabelais a pu jouer un rôle central dans les éditions de 1532 et de 1537). La position d’Aulu-Gelle, cité comme autorité pour défendre « le langaige usité », est en réalité beaucoup plus ambiguë car il est « l’un des écrivains latins les plus reconnus pour son goût du mot rare et de l’archaïsme ». Afin de « souligner la spécificité de la démarche de Rabelais », Adrien Mangili compare le Quart livre aux Dialogues du désordre (1545) de Pierre Viret. Il oppose notamment la description polyphonique du Physetère rabelaisien et le motif univoque des baleines de Viret. Damon Di Mauro propose une nouvelle source pour le Pantagruélion du Tiers livre (1546): l’anneda du Brief recit de Jacques Cartier (1545), « remede contre toutes maladies le plus excellent qui fut jamais veu ny trouvé sur la terre ». Enfin, Claude La Charité se penche sur l’exemplaire des Opuscula de Pietro Bembo (Lyon, Sébastien Gryphe, 1532) conservé à la bibliothèque universitaire de médecine de Montpellier et qui porte l’ex-libris de Rabelais. L’article étudie notamment les « sept annotations que l’on peut assurément attribuer à Rabelais ».

Nicolas Le Cadet.

Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin

Takeshi Kubota, Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin, Paris, Honoré Champion, 2019, 392 pages.

Avant d’en venir spécifiquement à la présence de Saint Augustin dans les Essais, dans sa première partie, l’ouvrage de Takeshi Kubota présente les éditions latines et les traductions françaises de la Cité de Dieu des incunables à la traduction de Gentian Hervet publiée en 1570 (qui comprend les commentaires de Juan-Luis Vivès qui n’ont pas fait l’objet de censure). Dans sa deuxième partie, il analyse ensuite le genre du commentaire qu’il définit comme un lieu de dialogue où le commentateur se fait à son tour auteur, parce qu’il interprète le texte à la lumière de ses expériences personnelles. Takeshi Kubota consacre alors plusieurs pages à Vivès, qui, en tant que pédagogue, pense le genre du commentaire dans son De ratione dicendi et qui le pratique notamment dans ses Commentaires de la Cité de Dieu publiés en 1522. Après cette mise au point, il montre que Montaigne a lu Saint Augustin à travers les commentaires de Juan-Luis Vivès. Il donne ainsi l’exemple du chapitre « De la conscience » (II, 5) où Montaigne reprend les considérations de l’humaniste espagnol sur la torture.

Les analyses de Takeshi Kubota consacrées aux Essais s’appuient sur des tableaux (p. 261-351) qui se trouvent en annexe et qui recensent tous les emprunts de Montaigne à la Cité de Dieu (ces emprunts sont classés selon ces quatre catégories : citation, traduction, adaptation, ressemblance). Ces tableaux permettent de comparer les extraits de la Cité de Dieu ou des Commentaires de Vivès avec les citations ou réécritures de Montaigne. Ils permettent en outre d’observer l’évolution de la présence de Saint Augustin dans les Essais. En effet, ce travail de relevé est fait pour les éditions de 1580, 1588, 1595 des Essais et sont observées également les retouches et biffures de l’Exemplaire de Bordeaux qui concernent Saint Augustin. Ce recensement exhaustif et méthodique est un outil de recherche extrêmement précieux. Il révèle de façon précise et convaincante la dette de Montaigne envers Vivès et suggère que l’écriture montaignienne prolonge le mouvement du commentaire de Vivès.

Deux autres leçons importantes sont tirées de ce tableau et sont développées respectivement dans la troisième et la quatrième partie du livre : Montaigne s’intéresse surtout aux chapitres de la Cité de Dieu qui s’efforcent de définir la nature humaine et les derniers ajouts (après 1588) très présents dans l’« Apologie de Raymond Sebond » permettent à Montaigne de mieux dire les dangers de l’orgueil d’une science humaine qui s’affranchit de la foi. La troisième partie consacrée à l’influence d’Augustin sur l’anthropologie montaignienne met en évidence un souci commun à l’auteur de la Cité de Dieu et à celui des Essais de vivre humainement, c’est-à-dire en faisant toute sa place à la condition – partiellement – corporelle de l’homme. La dernière partie insiste sur la complémentarité qu’instaurent ces deux hommes entre l’anthropologie et la théologie : les considérations sur l’instabilité inhérente à l’homme vont de pair avec une pensée de la constance de Dieu.

Bien que consacré à la présence de Saint Augustin au sein des Essais, cet ouvrage est toujours soucieux de montrer que l’auteur de la Cité de Dieu n’est une voix parmi tant d’autres et que Montaigne fait entrer en discussion ou en résonance cet auteur aussi bien avec Plutarque qu’avec Henri Corneille Agrippa.

Blandine Perona.

Rubens. The Henri IV Series (Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, Part XIV, 2)

Alexis Merle du Bourg, Rubens. The Henri IV Series (Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, Part XIV, 2), traduit du français par Jane MacAvock et Abigail Newman, London, Harvey Miller/Turnhout, Brepols 2017, 483 p., ill. n/b.

En 1622, Rubens arrive à Paris pour réaliser les décors des deux galeries parallèles construites par Marie de Médicis dans le Palais du Luxembourg. Le contrat précise qu’il devra peindre dans la première « les histoires de la vie très illustre et gestes héroïques » de la reine, tandis que la seconde sera destinée à « toutes les batailles du deffunct Roy Henry le Grand, les rencontres qu’il a faictes, ses combatz, prises et sièges de villes avec les triomphes des[dites] victoires en la façon des triomphes des Romains ».

Trois ans plus tard, le peintre achève les vingt-quatre toiles de la galerie Ouest dédiées à la reine veuve (aujourd’hui au Louvre), mais la décoration de la galerie Est va rester à l’état de projet : Marie de Médicis et son entourage ne s’intéressent plus à sa réalisation et Rubens accomplit de nombreux voyages diplomatiques. Les travaux ralentissent. La « Journée des Dupes » et l’exil de la reine mère en 1631 marquent leur arrêt définitif.

Cette grande entreprise et ses acteurs prestigieux font l’objet de l’ouvrage d’Alexis Merle du Bourg, spécialiste de Rubens. L’auteur analyse les esquisses préparatoires du peintre, étudie le contexte historique et artistique et mène une enquête sur l’iconographie et la signification de la Galerie Henri IV. Il examine les sources, le programme et la configuration de la galerie en replaçant les compositions picturales dans la carrière de l’artiste. Une proposition d’interprétation du cycle conclut son étude.

Le volume comprend un catalogue raisonné des ébauches à l’huile de Rubens, ainsi que des appendices documentaires avec une table comparative des cycles peints et sculptés célébrant Henri IV en France et en Italie, y compris les épisodes qui ornent l’épée cérémoniale du roi (Paris, musée de l’Armée). De nombreuses images de belle qualité illustrent le propos de l’auteur.

Ce livre est la seconde partie du volume XIV du Corpus Rubenianum Ludwig Burchard – The Maria de’ Medici and Henri IV Series – dédié aux deux galeries du Luxembourg.

Luisa Capodieci.

Les Œuvres de Guillaume Du Bartas

Guillaume DU BARTAS, Les Œuvres (1579), éd. critique de Denis Bjaï et François Rouget, Genève, Droz, collection « Textes littéraires français », 2018.

 

 

Les œuvres ici éditées ont paru pour la première fois en 1574 à Bordeaux, dans un recueil intitulé La Muse chrestiene. Elles constituent ensuite, à partir de 1579, la première partie des Œuvres. Même si le poète y exploite des genres poétiques divers (épopée, poésie allégorique, triomphe, entrée…), elles présentent une forte cohérence littéraire, car toutes quatre relèvent, à leur manière, d’une poésie « de vérité », qui rejette les appâts de la fable pour privilégier les sujets religieux. Les Œuvres s’ouvrent avec la Judit, épopée biblique en six chants, que son auteur présente (modestement !) comme le premier poème français consacré aux « choses sacrées ». En mettant en avant le caractère religieux de son sujet, pourtant tiré d’un livre que les protestants considèrent comme apocryphe, le poète veut faire savoir qu’il compose une « anti-Franciade », qui tourne le dos notamment à l’épopée mythologique. Le sujet, la mise à mort du tyran Holopherne par une femme inspirée de Dieu, entre en résonance avec les traités monarchomaques qui fleurissent pendant les guerres de religion, et Du Bartas prendra toutes les précautions possibles pour désamorcer les lectures politiques qui l’accuseraient de promouvoir le tyrannicide. De dimensions plus modestes, l’Uranie a des allures de profession de foi littéraire : le poète, visité par la muse éponyme, met en scène l’acquisition de ses grands principes poétiques, notamment le renoncement au monde et à la poésie profane, et la nécessité de consacrer sa plume à Dieu et aux sujets sacrés. Le troisième poème apparaît comme une mise en application des injonctions d’Uranie : il s’agit d’un Triomphe de la Foy qui, sur le modèle des Triomphes de Pétrarque, décrit la procession de la Foi, contemplée en rêve par le poète. Enfin, les Œuvres contiennent un poème de circonstance, en trois langues (latin, gascon et français) célébrant l’arrivée de Marguerite de Valois à sa cour de Nérac en décembre 1578.

Ces textes étaient, jusqu’à présent, difficiles d’accès : seule la Judit avait, en 1970, bénéficié d’une édition moderne, qui avait laissé de côté les autres textes. Les Œuvres étaient donc, un peu injustement, restés dans l’ombre du chef-œuvre de Du Bartas, La Sepmaine (1578). Denis Bjaï et François Rouget entendent les remettre en lumière en offrant une édition savante, enrichie d’une riche annotation, des sommaires de Simon Goulart, et d’une introduction substantielle. Cette dernière décrit notamment les éditions successives des Œuvres, et s’attarde sur les modifications les plus significatives. Elle fournit aussi d’intéressants éclaircissements sur le positionnement poétique singulier de Du Bartas, poète protestant, privilégiant les sujets religieux, mais aussi admirateur de la Pléiade et héritier des principes de la Deffence et illustration de la langue françoise.

Adeline Lionetto.

Hearing the City in Early Modern Europe

Tess Knighton – Ascension Mazuela-Anguita (ed.), Hearing the City in Early Modern Europe, Turnhout, Brepols, coll. « Épitome musical », 2018, 428 p., ISBN 978-2-503-57959-7.

Ce volume s’inscrit dans les recherches qui, cette dernière décennie, ont privilégié une lecture de l’expérience musicale intégrée au contexte plus général des cultures urbaines de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. La musicologie urbaine, associée aux Sound Studies anglo-saxonnes, s’intéresse à la performance musicale urbaine, et plus particulièrement à la qualité sonore des mondes urbains. Ce champ de recherche a donc pour objet les pratiques acoustiques et les imaginaires sonores, aussi bien des pouvoirs politiques que des individus et des communautés. Des travaux nombreux ont permis de reconsidérer à la fois l’histoire urbaine et la musicologie. En témoigne la publication en 2017 de l’ouvrage de Niall Atkinson, The Noisy Renaissance. Sound, Architecture and Florentine Urban Life. On pourra trouver curieux que l’auteur n’ait pas participé à cet ouvrage collectif et ne soit pas non plus cité, alors que son travail nous a permis de regarder les villes de la Renaissance comme des espaces marqués par des signes sonores : les tours dont s’échappent les sons des cloches, qui se répondent entre elles et qui rythment la vie aussi bien civique qu’économique et sociale des citadins ; les places et les rues qui bruissent des sons des marchés mais aussi des chanteurs, récitants et bonimenteurs dont on sait qu’ils occupaient une grande partie de ces espaces. Mais c’est bien dans cette perspective que s’inscrit le présent volume.

L’ouvrage s’organise autour de quatre questions. Dans son introduction, Tim Carter présente les enjeux épistémologiques et les problèmes méthodologiques auxquels se trouve confrontée la musicologie urbaine : une nouvelle histoire de l’écoute musicale s’impose pour permettre à la musicologie de prendre en compte les apports de l’histoire des sensibilités. Une première partie insiste sur la nécessité de « traverser les frontières », qu’elles soient disciplinaires (Dinko Fabris, Bruce R. Smith, Helen Hills) ou géographiques (David R. M. Irving, Juan José Carreras). La deuxième partie s’intéresse au répertoire musical dans des situations urbaines de contestation : Jan-Friedrich Missfelder montre ainsi que la Réforme à Zurich n’a pas tenté de museler l’expression sonore de la culture flamboyante de la fin du xve siècle, mais a réorganisé le paysage sonore de la ville en l’inféodant au pouvoir sonore du Verbe. La troisième partie analyse « les mondes sonores et les stratégies spatiales des élites » : il s’agit de distinguer les effets de distinction sociale dans les pratiques sonores des élites. La quatrième partie est consacrée à quelques études de cas de paysages sonores urbains : Vienne au xve siècle, Barcelone au xvie, Palerme aux XVIe et XVIIe siècles, les villes de la Navarre du XVIe au XVIIIe siècle, Londres au XVIIIe siècle. Tous ces environnements sonores témoignent à la fois de pratiques acoustiques variées et de sources complexes, qui nécessitent encore la mise en œuvre de méthodes éprouvées dans les différents champs disciplinaires sollicités par la question sonore.

Florence Alazard.

Recueil général de moralités d’expression française, sous la direction de Jonathan Beck, Estelle Doudet et Alan Hindley, tome II, Paris, Classiques Garnier, 2019, 593 p., 59 €.

Le Recueil général de moralités d’expression française réunit des moralités du début du xve siècle jusqu’au seuil du xviie siècle. Il devrait comporter à terme une centaine de moralités réparties en dix-huit tomes : t. 1-9 « Les premiers témoins » ; t. 10 « Moralités de parodie et de pastiche » ; t. 11-15 « Moralités pour et contre la Réforme » ; t. 16-17 « Satire et critique sociale » ; t. 18 « Moralités tardives ».

Le tome I (2012) était consacré aux prédécesseurs de la moralité « proprement dite ». Le tome II édite cinq moralités du xve siècle, toutes accompagnées d’une introduction substantielle. La Moralité du Jour Saint Antoine (éd. E. Doudet) et La Moralité du Chastiement du Monde (éd. J. Beck) ont toutes les deux été jouées dans le prestigieux collège de Navarre, sur la Montagne Sainte-Geneviève. La Moralité du Jour Saint Antoine, représentée en janvier 1427 (n.s.), à l’occasion de la Saint Antoine, est la première pièce en français à porter le titre de « moralité », dans la rubrique introductive de l’unique codex qui l’a conservée. Et elle se révèle précieuse pour la définition d’un théâtre didactique qui entend intégrer et adapter à un public imparfait ces autres formes de communication contemporaines que sont les écrits chrétiens, les images édifiantes et les sermons. La Moralité du Chastiement du monde, jouée l’année suivante (1428 n.s.), est qualifiée de « moralité faicte en foulois », ce qui s’explique par la présence de quatre fous-prophètes qui dénoncent les troubles politiques contemporains.

La Moralité de la Croix Faubin [1488 ?] (éd. A. Hindley) dénonce les abus socio-politiques en mettant en scène le Pain et le Vin exploités par le prince Tout et ses ministres l’Un et l’Autre, et consolés par dame Patience. Le Jeu d’Argent [c. 1470] (éd. A. Hindley), moralité attribuée à Jazme Oliou et jouée par sa troupe ambulante devant des publics divers, décrit le parcours de l’Homme, tiraillé entre les forces du bien et son amour pour l’argent qui le mène au péché. La pièce, riche en didascalies qui reflètent les préoccupations scéniques de l’auteur, est conservée dans un livret de scène d’un grand intérêt : il permet en effet d’observer de près les modifications réalisées pour s’adapter à de nouveaux publics.

L’Aveugle et le Boiteux (éd. E. Doudet), dernier épisode du Mystère de saint Martin d’André de la Vigne joué à Seurre en 1496, est généralement considéré comme une moralité depuis l’édition de Francisque Michel en 1831. Mais en 1997, André Tissier choisit d’intégrer la pièce à son Recueil de farces (1450-1550) (Genève, Droz, 1997, t. XI, p. 291-342). L’objectif de la nouvelle éditrice n’est pas de trancher entre la farce et la moralité mais plutôt « d’approcher à travers un objet atypique les relations entre moralités, farces et mystères aux xve et xvie siècles ».

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Nicolas Le Cadet.

Estelle Doudet, Moralités et jeux moraux, le théâtre allégorique en français, XVe-XVIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2018, 690 p., 48 €.

Le livre offre la première étude d’ensemble sur le théâtre allégorique en français du « long xve siècle », c’est-à-dire de la fin du xive siècle jusqu’au milieu du xvie siècle. Le corpus porte sur une cinquantaine d’œuvres présentées comme des moralités et sur un nombre équivalent de farces morales, moralités joyeuses, bergeries et histoires morales, soit en tout quelque cent vingt-cinq œuvres et fragments en moyen français, éclairés par environ trois cents documents d’archive. Plutôt qu’une sélection d’œuvres exemplaires, Estelle Doudet a fait en effet le choix d’une appréhension globale du corpus, de manière à accompagner la publication en cours (2012-) du Recueil général de moralités d’expression française (dix-huit volumes prévus rassemblant plus de cent pièces). Les thèmes très variés de ces moralités et jeux moraux semblent défier toute entreprise de catégorisation, même s’ils s’inscrivent tous dans un dispositif allégorique. Face à ce « continuum discontinu », l’ouvrage renonce donc à une approche essentialiste et téléologique et se conçoit au contraire comme une « cartographie » et une « archéologie », organisées en quatre parcours.

Le premier parcours (« Théories d’un genre, pratiques d’un art ») entreprend de revoir à nouveaux frais la question du « genre » de la moralité, à partir d’une enquête lexicale sur les mots « moralité », « moral » et « moralisé ». Il replace ce théâtre dans un champ de pratiques, se situant tour à tour du point de vue des écrivains, des copistes, des imprimeurs, des spectateurs et des lecteurs, et montrant comment le format moyen, à mi-chemin de la brièveté des farces et des sotties et de la longueur des mystères, a pu favoriser l’interaction avec des pièces d’ampleur complémentaire, à la fois sur la scène et dans les livres.

Le second parcours (« Rhétorique de l’autorité ») s’intéresse à la dimension didactique et autoritaire des moralités, dont l’auteur est assez souvent identifié, à la différence des rédacteurs de farce. Le théâtre moral, qui transporte parfois sur scène l’éloquence de la chaire, est placé sous le signe de la démonstration, comme le montrent les paratextes, les personnages de démonstrateurs et les abondantes références et citations. Il se présente comme un art d’instruction publique qui entend « faire école », « faire apprendre » et « faire mémoire ».

Le troisième parcours (« Dramaturgies du dévoilement »), centré sur la dramaturgie du dévoilement de la vérité, met à l’essai ces deux dispositifs que sont le théâtre et l’allégorie. Il s’interroge sur le fonctionnement des corps allégoriques (à travers leurs apparences, leurs gestes, leurs costumes et accessoires) et réfléchit sur « le statut du visible dans le théâtre allégorique ».

Le quatrième parcours (« Poétiques de l’occasion ») analyse « les rapports que le théâtre allégorique a entretenus avec le temps présent », traversé par de nombreuses « fractures politiques, sociales, culturelles ». Théâtre d’actualité placé sous « la lumière de l’inactuel », il se montre volontiers satirique et polémique, tout particulièrement pendant les conflits entre catholiques et protestants.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Nicolas Le Cadet.

European Drama and Performance Studies, « Le Théâtre au collège », n° 11, 2018, dir. M. Demeilliez, E. Doudet, M. Ferrand et É. Syssau.

Le nouveau numéro thématique de la revue European Drama and Performance Studies porte sur les pratiques théâtrales en milieu scolaire, du Moyen Âge à nos jours.

L’essentiel du volume – quatre des cinq sections – concerne la période du xve siècle au xviiie siècle. Marie Demeilliez, Estelle Doudet, Mathieu Ferrand et Éric Syssau s’appuient sur le cas exemplaire du collège de Navarre sur la Montagne Sainte-Geneviève dont on a conservé quatre jeux en français composés entre 1402 et 1510-1530 ; vingt-quatre textes dialogués en latin rédigés au début du xvie siècle ; trois pièces écrites au milieu du siècle, six comédies et tragédies du xviie siècle et trente-quatre programmes qui résument les intrigues de spectacles des xviie et xviiie siècles. Le volume s’intéresse tout d’abord à l’histoire du collège de Navarre, aux « temps, lieux et occasions des spectacles scolaires », aux « auteurs, acteurs et spectateurs » et à la place du théâtre dans le processus d’apprentissage des élèves. Il se concentre dans un deuxième temps sur les poétiques théâtrales qui sont nées dans ce contexte particulier, au xve siècle où Navarre se révèle un véritable « laboratoire théâtral », au début du xvie siècle avec les Dialogi de Joannes Ravisius Textor, dans la deuxième partie du xvie siècle avec la tragédie néo-latine et enfin aux xviie et xviiie siècles avec des spectacles aux formes complexes. Ce théâtre est en prise directe avec l’actualité, comme le soulignent dans une troisième section différents témoignages relatifs à deux pièces non conservées jouées au collège de Navarre en 1533 (contre les sympathies réformées de Marguerite de Navarre, la sœur du roi) et en 1572 (pour justifier les massacres de la Saint-Barthélemy). En fin de volume, dans une cinquième et dernière section, une anthologie commentée fournit dix extraits de pièces ou de programmes du xve au xviiie siècle issus du collège de Navarre. Le texte originel des pièces des xve et xvie siècles est suivi d’une traduction en français.

Pour ce qui est du « théâtre à l’école aujourd’hui », la quatrième section du volume propose une série de trois entretiens avec des spécialistes de l’enseignement du théâtre – une inspectrice d’académie, une didacticienne et un enseignant. Ils témoignent des profondes mutations institutionnelles engagées depuis les années 1980.

Nicolas Le Cadet.

Janus Cornarius et la redécouverte d’Hippocrate à la Renaissance

Marie-Laure Monfort, Janus Cornarius et la redécouverte d’Hippocrate à la Renaissance, Textes de Janus Cornarius édités et traduits. Bibliographie des éditions cornariennes, « De Diversis Artibus », tome 95, Turnhout, Brepols, 2017, 516 pages.

Grâce à son organisation en diptyque, l’analyse (des pages 21 à 266) venant éclairer un choix de textes édités et traduits (pages 267 à 462), l’ouvrage permet la véritable redécouverte d’un érudit discret,impliqué dans les rénovations scientifiques de son temps ; il propose en effet  une étude fouillée des apports de Johann Haynpol de Zwickau, dit Janus Cornarius (ca. 1500-1558) à la diffusion et à la connaissance du corpus hippocratique à la Renaissance. Cornarius publie en 1546 la première traduction latine de l’œuvre intégrale d’Hippocrate, ouvrage imprimé par Froben à Bâle dont le succès, dû à la qualité exceptionnelle de la traduction, à la fois littérale et limpide, est immédiate et durable (cette traduction sera réimprimée jusqu’au XVIIIe siècle).Marie-Laure Monfort montre comment Cornarius (en qui elle voit un des modèles possibles du Panurge de Rabelais, les deux humanistes s’étant probablementrencontrés vers la fin des années 1520), a paradoxalement contribué, par le biais d’un imposant travail de traduction des écrits du Père de la médecine, à l’édification de la médecine moderne ; le retour aux sources grecques permet en effet un dépassement de la théorie humorale héritée de Galien et la construction du modèle infectieux, fondé sur l’intuition, que Marie-Laure Monfort fait remonter aux premiers textes médicaux conservés, à savoir Hippocrate, d’un agent pathogène extérieur. Pour Cornarius, « la médecine du futur serait celle d’Hippocrate », le médecin grec permettant de simplifier la médecine. « Bon nombre d’écrits attribués au Père de la médecine contredisent ouvertement la doctrine aristotélo-galénique des humeurs et des qualités » et « par conséquent remettent radicalement en cause le dogme médical véhiculé par Avicenne, concevant la maladie comme une altération dans l’équilibre des humeurs, et supposant par exemple que la pituite se transforme en bile noire. » (p. 169-170). Le recours à Hippocrate sert d’autre part d’argument d’autorité contre l’astrologie médicale et Janus Cornarius s’inscrit dans le courant anti-astrologique qu’ont illustré Picde la Mirandole (qui laisse à sa mort en 1494 le traité In astrologiam divinatricem), Manardi, son éditeur Rabelais, ainsique d’autres érudits médecins contemporains. Marie-Laure Monfort repère d’autrepart dans plusieurs discours de Cornarius des thèmes qui circulaient, sans êtreimprimés, et que l’on retrouvera dans le Derevolutionibus orbium coelestium de Copernic (1543).

L’ouvrage est complété par une riche annexe comportantla publication en latin et en traduction française d’un choix de discours etpréfaces de Janus Cornarius (textes dont la qualité pédagogique est liée à leurcaractère oral, les praefationes étantà l’origine des discours proférés devant un auditoire universitaire) ; s’yajoutent le traité Medicina sive medicus de1556 (qui a été analysé dans les chapitres III et IV de la troisième partie, p.219-262) et le discours In dictumHippocratis. Vita brevis, ars vero longa est (1557), qui a également fait l’objet de belles analyses dans les premières parties du volume. Est proposée in fine une bibliographie des éditions cornariennes, qui répertorie non seulement les éditions publiant les textes de Janus Cornarius, mais également celles auxquelles il a contribué soit comme correcteur d’un texte grec ou latin, soit comme traducteur latin d’un texte grec.

Marie-Claire Thomine.