Archives de catégorie : Comptes rendus

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Sous la leçon des vents. Le monde d’André Thevet

 

Frank Lestringant, Sous la leçon des vents. Le monde d’André Thevet, cosmographe de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Géographies du monde », 2ème édition mise à jour et augmentée, 2021. Un vol. in-8° de 642 p. 33 illustrations.

 

Consacré au cosmographe André Thevet (1516-1592), ce volume s’ordonne selon les quatre vents de la mappemonde. La première partie replace Thevet en son siècle, à l’ombre des derniers Valois et sous la protection des Guises, qui favorisèrent ce franciscain autodidacte. Le deuxième volet concerne l’Orient méditerranéen, de Zante ou Zakynthos jusqu’à La Soltane de Gabriel Bounin et à la Cornélie de Robert Garnier ; le troisième explore le monde des grandes navigations, de Ca’ da Mosto à Villegagnon et de Cartier à Champlain ; le quatrième dégage des « leçons de plein vent », qui nous conduisent à l’éparpillement des îles sur la mer : tel est le Grand Insulaire ou atlas des îles du monde, auquel aboutit l’œuvre.

Ce copieux volume distribué en vingt chapitres n’est pas seulement la réédition d’un livre publié en 2003 et depuis longtemps épuisé, mais sa reprise, complétée, corrigée et augmentée de trois nouveaux chapitres, « Le Paris des cosmographes », « Vrai portrait et vie de Jean Clopinel, dit de Meung », « Animaux qui vivent de vent », ample fresque qui s’ouvre par une escale à Socotora et s’achève par le sacre de l’hybride dans La Tentation de saint Antoine de Flaubert, où se glisse le bradype, censé se nourrir de vent. Le livre inclut un parcours chronologique par les documents d’archives et une substantielle bibliographie critique, dûment mise à jour.

En feuilletant ce livre, on apprend tout d’abord que le titre Sous la leçon des vents en est emprunté à Thevet lui-même, qui a tiré cette expression de Fernandez de Oviedo y Valdès, l’auteur de L’Histoire naturelle des Indes. Ensuite, la chronologie est enrichie de faits nouveaux. Les ajouts concernent la vie même d’André Thevet. Par exemple, son protestantisme ou plutôt sa passade protestante ne fait plus guère de doute, dès lors que son amitié avec Jacques Grévin est prouvée, par une déclaration précoce de celui-ci, de même que son désir de passer en Angleterre, désir vite abandonné alors que se dessinait la perspective des guerres de Religion, et un peu plus tard, par le détour du Brésil ou plutôt de la France Antarctique, sa nomination au poste de cosmographe du roi. Le Second discours de Jacques Grévin sur les vertus et facultez de l’Antimoine, qui paraît en 1567, annonce la Cosmographie universelle, « laquelle en bref il doit mettre en lumiere ». Préparé en collaboration avec François de Belleforest, avec lequel Thevet ne tarde pas à se fâcher, cet ouvrage ne sera publié en fait qu’en 1575, c’est-à-dire une dizaine d’années plus tard.

On relira avec plaisir « La flèche du Patagon ou la preuve des lointains », qui rappelle de quelle manière Thevet, pour justifier ses dires, s’appuyait sur un riche cabinet de curiosités, où figuraient aussi bien des monstres horrifiques empaillés que des pierres rares et précieuses, un bec de toucan, une peau de crocodile, des peaux de serpents et diverses plumasseries venues pour la plupart du Brésil. À côté de ces monstres et prodiges, Thevet conservait quelques manuscrits précieux, dont le Codex Mendoza, un manuscrit aztèque à peintures aujourd’hui à la Bodleian Library d’Oxford.

Ensuite les récents sondages dans les principales bibliothèques d’Europe révèlent que cette œuvre s’est mieux diffusée qu’on ne l’a dit. Les « Thevetiana », qui complètent ce volume, chronologie de la réception de Thevet du XVIe au XIXe siècle, ont été substantiellement augmentés, passant de 34 pages dans la première édition à 62 pages, dans un format, il est vrai, légèrement réduit. Non pas que le nombre d’éditions ou de livres consultés ait véritablement doublé, mais la mise en ligne de la plupart des ouvrages anciens permet aujourd’hui de mieux comprendre la réception ancienne d’André Thevet, réception moins hostile qu’il pouvait d’abord sembler.

Au total, un ensemble riche et ouvert, qui appelle de jeunes talents pour reprendre la tâche. Le style de Thevet, en particulier, demande de nouveaux exégètes, et sa propension à satiriser ses concurrents réels ou supposés. Il y a de la verve célinienne dans ces plaintes réitérées qui festonnent ces derniers ouvrages, parmi lesquels Le Grand Insulaire et pilotage en cours de publication, vaste atlas inédit qui aurait dû comprendre toutes les îles du monde connu.

 

Adeline Lionetto

Sorbonne Université

Clément Marot, Les Épîtres

Clément Marot

Les Épîtres

 

éd. Guillaume Berthon et Jean-Charles Monferran

 

 

Ce fort volume met à la disposition d’un public de lecteurs et lectrices de poésie de la Renaissance un choix de poèmes de Clément Marot sans équivalent éditorial. Cette anthologie donne en effet accès à l’œuvre de Marot à partir de l’unité d’un « genre » (p. 10), celle de l’épître en vers, et de l’« histoire » (ibid.) de ses réalisations au fil des contextes de publication, du vivant de Marot ou peu après sa mort. La préface précise de quelle façon, selon les éditeurs G. Berthon et J.-Ch. Monferran, l’épître marotique figure au long du règne de François Ier le « portrait mobile » du poète (p. 25) tandis qu’il se joue des conventions du service de plume. Le titre retenu, Les Épîtres, emprunte la désignation de ces pièces par le poète lui-même dans les tables de ses recueils. Tourné vers un public non nécessairement spécialiste de la poésie de la Renaissance, notamment estudiantin, le volume repose cependant sur une enquête matérielle de première main et la maîtrise de la tradition éditoriale marotique, ce qui en fait en même temps un instrument d’étude savant.

En guise d’introduction à la lecture de Marot, cette édition donne désormais une alternative aux éditions de poche de L’Adolescence clémentine (éd. Fr. Roudaut, L.G.F. « Le Livre de poche », 2005, ou éd. Fr. Lestringant, nrf Poésie / Gallimard, 1987). Dans la tradition philologique, elle se situe à un carrefour critique des entreprises des soixante dernières années. En dépit du choix de l’unité générique, la présente édition repose sur un programme, des principes, une liste des pièces retenues, des états textuels qui la distinguent du volume publié sous le même titre par C. A. Mayer en 1958 dans le cadre de la publication des œuvres complètes de Marot en quatre volumes. Le présent ouvrage, concerté dans ses moindres détails, se montre en revanche fidèle à certains gestes de Marot éditeur de ses Œuvres en 1538, ainsi qu’à l’option d’une édition bi-partite dans la lignée des Œuvres poétiques par G. Defaux (1990-1993), tout en renouvelant l’agencement, certaines leçons textuelles et en partie l’annotation érudite. Les interventions des éditeurs prennent ainsi davantage le risque de l’actualisation, au bénéfice du public de 2021, que dans les Œuvres complètes par Fr. Rigolot (2007-2009).

L’édition conjoint lisibilité pédagogique et engagement philologique. Les choix sont explicités avec minutie dans une « note sur l’édition » (p. 29-38) ainsi que par l’architecture ordonnant les poèmes et qui détermine les titres courants. La première section comprend les quarante-et-une épîtres parues sous ce terme en 1538, dans la dernière édition que le poète supervise de ses Œuvres, distribuées entre L’Adolescence clémentine et la Suite de l’Adolescence clémentine. Une seconde section de vingt-huit pièces, intitulée « Autres épîtres (1534-1548) », rassemble des épîtres dispersées dans des manuscrits et des imprimés, eux-mêmes parfois posthumes (notamment les éditions lyonnaises de 1549 et 1550), l’ensemble participant du corpus marotique élaboré au XVIe siècle. À l’imitation de l’ordre chronologique suivi par le poète en 1538, les éditeurs proposent un classement par date supposée de composition, en quatre contextes : Ferrare (1534-1536), Venise (1536), France (1536-1542), Genève, Savoie, Piémont (1542-1544). La définition du corpus des épîtres a été reprise à nouveaux frais : G. Berthon et J.-Ch. Monferran explicitent les critères génériques qui ont guidé l’élaboration de cette seconde section, justifiant leur choix de retenir ou non des pièces proches de l’épître en vers telle qu’ils la caractérisent. Enfin, une annexe donne trois pièces d’attribution incertaine que les éditeurs du volume ont des raisons d’attribuer à Marot. Ce faisant, ils retranchent neuf épîtres de la tradition marotique, arguments à l’appui.

Suivant les principes de la collection nrf Poésie / Gallimard, la graphie est modernisée et le texte est suivi par un dossier. Ce dernier comprend une bibliographie primaire et secondaire (p. 479-497), un glossaire, une brève note sur la versification mais un copieux appareil de notes interprétatives (p. 277-478). L’annotation de chaque pièce s’ouvre sur les informations philologiques (date de première attestation manuscrite ou imprimée, établissement du texte, contexte de composition et de diffusion), fournit les éléments d’intelligibilité contextuelle, établit la bibliographie des commentaires existants. Elle se poursuit par des commentaires au fil des vers qui s’efforcent de lever les difficultés de sens littéral sur lesquelles peut buter le lecteur ou la lectrice de notre temps : ils associent de fréquentes paraphrases pédagogiques à des analyses de la langue et à l’explicitation des références culturelles. Sur cet aspect, l’édition offre un appareil de notes amplifié par rapport à celle de Fr. Rigolot, ce qui la rend plus accessible à un étudiant de licence de Lettres ou à tout non spécialiste de la poésie de la Renaissance.

Pour le corpus d’épîtres, le chercheur ou la chercheuse devra désormais travailler à la fois avec les Œuvres poétiques de G. Defaux et la présente édition. Par rapport aux notices établies par G. Defaux, G. Berthon et J.-Ch. Monferran ont fait le choix de rédiger intégralement leurs commentaires, y compris ceux de nature philologique. Dans le détail des notes, le lecteur dispose dans l’ensemble d’une érudition historique et culturelle équivalente dans les deux entreprises. En revanche, l’annotation diffère ponctuellement en matière de remarques intertextuelles et intratextuelles. Avec cette anthologie, certaines hypothèses de datation sont divergentes ; elles gagnent parfois en précision grâce à la maîtrise de la tradition manuscrite, en lien avec le travail de G. Berthon pour la Bibliographie critique des œuvres de Clément Marot (ca. 1521-1550) (Droz, 2019). La compréhension du texte est inscrite dans une connaissance affinée du contexte poétique, poéticien et historique du règne de François Ier, ce qui s’accompagne d’un abandon des connaissances que fournit pour sa part G. Defaux sur la postérité de ces poèmes dans l’histoire littéraire.

Sa typographie en fait un ouvrage d’abord commode pour le lecteur cultivé autant que pour l’étudiant : numérotation continue des épîtres, taille des caractères du dossier, par exemple. Le souci de clarté s’étend aux interventions des éditeurs, toujours précisément justifiées, aussi bien sur le texte, qu’en matière de composition d’ensemble, de choix philologiques et de discours d’accompagnement, ce qui en fait également un nouvel instrument pour la recherche sur Marot, l’épître en vers à la Renaissance ou la poésie de circonstance en général.

Audrey Duru

 

Clément Marot, Les Épîtres, éd. Guillaume Berthon et Jean-Charles Monferran, Paris, nrf Poésie / Gallimard, 2021, 544 p. ISBN 978-2-07-293987-7.

 

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais, dir. Franco Giacone et Paola Cifarelli, Études rabelaisiennes, LIX, Genève, Droz, 2020, 320 p.

Le volume LIX des Études rabelaisiennes regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu en septembre 2015, à Turin et à Torre Pellice, chez les Vaudois du Piémont. Il s’agit du quatrième colloque rabelaisien en Italie, après ceux sur le Tiers livre (Rome, 1996), sur le Cinquiesme livre (Rome, 1998) et sur le Quart livre (Rome, 2011), sans compter celui sur La Langue de Rabelais – La Langue de Montaigne (Rome, 2003). Le choix du Piémont n’est pas fortuit : Rabelais y a séjourné durant les années 1540-1542, au service de Guillaume Du Bellay, nommé gouverneur du Piémont en 1538. De plus, les Vaudois massacrés à Mérindol et Cabrières en 1545 ont souvent été considérés comme une source de l’épisode des Papefigues. Turin est enfin l’université où a exercé pendant quarante ans Lionello Sozzi (†2014), dont l’une des dernières publications est précisément une traduction italienne de l’œuvre de Rabelais : Gargantua e Pantagruele, introduzione e cura di Lionello SozziTraduzioni e note di D. Cecchetti, L. Sozzi, M. Mastroianni, P. Cifarelli, A. AmatuzziTesto francese a fronte a cura di Mireille Huchon, Milano, Bompiani, 2012.

En plus d’une introduction de Franco Giacone – consacrée aux « quatre bastions de Turin » mentionnés dans le Quart livre – et d’une conclusion de Richard Cooper, le volume comporte dix-huit articles portant sur divers aspects de la langue de Rabelais. D’un point de vue lexical, les contributeurs s’interrogent sur le sens de certains mots comme « ἄσβεστος » (Bruno Pinchard), le toponyme Cheli, hébraïsme ou hellénisme au sens particulièrement énigmatique (Raphaël Cappellen), l’adjectif « estrange » tel qu’il est utilisé dans l’épisode des Papimanes (Aya Iwashita), les substantifs « dons », « grâces », « prérogatives » et « plasmateur », premiers mots de la lettre de Gargantua à Pantagruel (François Roudaut), ou encore sur l’italien et les italianismes (Gabriella Macciocca, Franco Giacone) et sur les dialectalismes, si aptes à caractériser les personnages (Maria Proshina).

Des enquêtes sont également menées sur les jargons pédantesques de l’écolier limousin et de la Quinte (Gilles Polizzi), sur les « motz espaves », condamnés à la fin du chapitre vi de Pantagruel mais largement mis à profit tout au long du récit (Marie-Madeleine Fragonard), sur le « langage des mythes » dans le prologue de Gargantua (Heidi Marek) et sur la « renaissance au langage » dans l’épisode du calme plat devant Chaneph (Pierre Johan Laffitte).

La figure d’un Rabelais philologue et « très instruit en l’une et l’autre langue » (« vir utraque lingua doctissimus »), comme le dit son ami Tiraqueau dans le De legibus connubialibus de 1524, apparaît nettement dans les rééditions en 1543 et 1545 du recueil de traités d’Hippocrate et de Galien que Rabelais avait publié en 1532 chez l’imprimeur Sébastien Gryphe (Claude La Charité), mais aussi dans la manière dont il fait son miel des Opera (1544) de Celio Calcagnini, ouvrage d’une infinie érudition et d’une grande variété formelle, écrit dans une prose latine truffée d’insertions grecques (Romain Menini).

Sur un plan syntaxique et stylistique, le volume s’intéresse aux dérivations, recompositions savantes et expansions nominales du Quart livre (Anne-Pascale Pouey-Mounou), puis au et de relance, « marqueur d’oralité » non étudié jusque-là par la critique rabelaisienne et pourtant massivement présent dans les passages narratifs du Pantagruel de 1532 (Claire Badiou-Monferran et Jean-Charles Monferran).

Rabelais, qui a laissé des empreintes profondes chez un auteur comme Goethe (Jacques Berchtold), apparaît sous des masques parfois inattendus : c’est le masque « grimaçant et quelque peu diabolique » de la sibylle de Panzoust (Marianne Closson), ou encore celui de Priapus dans le prologue du Quart livre : les deux longues interventions du dieu donnent en effet à entendre une « langue peu commune » où se dévoilent les réflexions grammaticales et lexicales de l’écrivain (Mireille Huchon).

Près de cent ans après la parution du monumental ouvrage de Lazare Sainéan, La Langue de Rabelais (Paris, E. de Boccard, 1922-1923), ces actes offrent ainsi des perspectives inédites sur la langue de Rabelais. Mais le lecteur y trouvera aussi des informations sur son travail d’éditeur scientifique et sur les sources de son érudition, ainsi que de nouvelles interprétations de passages de son œuvre, avec une prédilection particulière pour les îles du Quart livre, de Cheli à Chaneph, en passant par Papefiguière et Papimanie.

Nicolas Le Cadet

La science prise aux mots

Violaine Giacomotto-Charra et Myriam Marrache-Gouraud (dir.), La Science prise aux mots. Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 2021, 460 p.

 

Fruit de quatre journées d’études organisées de 2014 à 2016, le présent volume réunit vingt contributions, précédées d’une introduction générale. Le livre se divise en trois parties, chacune d’entre elles s’ouvrant utilement sur un cadrage théorique proposé par les directrices de l’ouvrage. L’objectif de Violaine Giacomotto-Charra et de Myriam Marrache-Gouraud est d’étudier le lexique scientifique de la Renaissance afin d’en saisir les évolutions mais aussi les influences pratiques et conceptuelles dans le domaine savant. Soucieuses d’historiciser les savoirs, toutes deux entendent « examiner un moment de la vie de la terminologie scientifique dans la diversité de ses supports, en tenant compte de la variété des disciplines et des emplois, en mesurant le décalage avec lequel les mots passent du latin au vernaculaire et les effets que ce phénomène induit, en [s’]attachant à mettre en évidence les lieux où se formalise une réflexion sur la langue scientifique » (p. 13-14).

Une première partie, intitulée « Noms et images de la science », examine les mots qui désignent la démarche savante et la soif de savoir à la Renaissance. Tentant de dénouer l’écheveau du lexique scientifique renaissant, V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud montrent comment il est possible de saisir les choix épistémiques opérés par un savant à partir des mots qu’il emploie. Elles explorent en outre la dimension équivoque de la « curiosité », cette soif de connaissances observée avec suspicion voire condamnée pour son outrecuidance.

Les contributions de Guylaine Pineau (sur Ambroise Paré) et de Nicolas Corréard (sur la métaphore viatique et le désir savant) examinent plus avant les ambiguïtés de la libido sciendi. G. Pineau met au jour le paradoxe en vertu duquel le chirurgien, pourtant animé d’un puissant désir d’apprendre, recourt très peu à la notion de curiosité, sans doute à cause de la saisie négative qu’on pouvait en faire. De son côté, N. Corréard montre que, dans les satires d’inspiration lucianesque, le lexique viatique (comme le terme « pérégrinité », présent chez Rabelais) a massivement été employé pour décrire ou décrier le désir jamais assouvi de savoir.

Enfin, Noémie Castagné étudie la traduction en langue vulgaire réalisée par Filippo Pigafetta du Mechanicorum liber (1577), traité de mécanique signé Guidobaldo dal Monte. En arpentant la correspondance entre le traducteur et l’auteur, N. Castagné scrute les difficultés rencontrées par Pigafetta lorsqu’il cherche à rendre compréhensibles des termes techniques latins, peu voire jamais usités en langue italienne.

Sous le titre « Les leçons de l’expérience », la deuxième partie de l’ouvrage s’ouvre sur un article introductif dans lequel V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud soulignent que, dès la fin du Moyen Âge, l’expérience apparaît comme une composante centrale de la démarche savante. La Renaissance se distinguerait alors par son goût de plus en plus marqué pour l’autopsie, c’est-à-dire la vue par soi-même, mais aussi pour l’expérimentation, conçue comme « moment, organisé et volontaire, du raisonnement savant » (p. 113).

            Dans son article, Juliette Ferdinand étudie le lexique de Bernard Palissy, chez qui le terme d’« expérience » est peu employé alors que ses écrits de céramiste et de naturaliste constituent une apologie de l’expérience et des savoirs pratiques contre les raisonnements théoriques et les sources livresques. Moins radicale est la position du médecin Antoine Mizauld dont Laurent Paya étudie l’ouvrage d’agronomie (Le Jardinage, 1578). Dans ce traité où abondent les phénomènes merveilleux, l’expérience permet de confirmer les savoirs horticoles des Anciens grâce aux observations de terrain faites par les jardiniers et les érudits contemporains de Mizauld, sans que ce dernier ait besoin d’expliquer la logique causale des prodiges qu’il décrit.

            Les deux contributions suivantes réfléchissent à la place de l’expérience en médecine. Valérie Worth-Stylianou scrute les préfaces des traductions françaises de traités médicaux grecs ou latins afin de voir comment les traducteurs conçoivent l’expérience. Les anatomistes d’une part et les paracelsistes de l’autre apparaissent comme des chantres de cette notion avant que le genre épistémique de l’observation ne permette à une femme telle que Louise Bourgeois de fonder la légitimité de son entreprise d’écriture sur son expérience de sage-femme. Hervé Baudry, quant à lui, s’intéresse au médecin galéniste orthodoxe Antoine Martin, critique sévère du malade sceptique et « misiâtre » (p. 173) que serait Montaigne. L’opposition entre les deux hommes se greffe sur une compréhension radicalement différente de l’expérience : soumise à la raison dans le discours institutionnel du médecin, l’expérience est, chez l’auteur sceptique, un mode de connaissance intime permettant de questionner les prétentions hégémoniques de la raison.

            Les deux dernières études de cette partie abordent la littérature militaire et les privilèges d’invention. Michel Pretalli s’intéresse à l’essor des publications d’art militaire généré par les guerres d’Italie. L’expérience y joue un rôle crucial parce qu’elle est mise au service d’une démarche promotionnelle. Bien des auteurs cherchent à se construire une expertise à partir de leur savoir-faire pratique qu’ils ont acquis sur le terrain. Quant aux lettrés qui n’ont pas été sur le champ de bataille, la latitude sémantique du terme « expérience » leur permet de fonder leur crédibilité sur un savoir indirect acquis par les livres. De son côté, Aurélien Ruellet étudie les privilèges attribués à des inventeurs français et anglais du xviie siècle. Les pratiques de démonstrations publiques que suscitent les inventions croisent deux usages de l’expérience : s’il est question d’administrer des preuves par l’expérimentation, la démonstration a aussi une valeur publicitaire au sein d’un dispositif qui relève de « la science-spectacle » (p. 227).

Une dernière moisson d’articles, regroupés sous le titre « Une science du regard », étudie l’autonomisation progressive et la promotion de l’observation conçue comme un geste épistémique qui « engage le sujet » (p. 236) et modifie les pratiques scientifiques.

            En étudiant les récits de voyage, corpus bâti sur une tension entre l’autopsie et le savoir livresque, Grégoire Holtz analyse comment s’élabore la validité des observations faites lors des premières circumnavigations. L’auteur remarque que les récits géographiques sont sous-tendus par un « idéal de transitivité » de l’expérience viatique (p. 268) autant que par une interrogation sur la pertinence épistémologique de l’observation, nécessairement circonscrite à l’œil du cosmographe. Cette question de la prééminence de l’œil observateur se retrouve chez Bernard Palissy, dont les écrits sont analysés dans un second article de J. Ferdinand. L’autrice montre à quel point l’observation directe conditionne l’acquisition de connaissances chez le céramiste, au point d’être davantage valorisée que la lecture des autorités.

            Les deux contributions suivantes s’attachent aux traités d’histoire naturelle. Dans un article sur les images présentes dans ces textes, Philippe Glardon remet en question le préjugé selon lequel ces imprimés seraient composés d’illustrations réalistes et de commentaires obsolètes. Soucieux de redéfinir les « liens heuristiques qui unissent texte et image » (p. 293) dans les écrits des naturalistes, l’auteur rappelle que l’image est subordonnée aux descriptions textuelles et qu’elle en forme même une concrétisation matérielle. De son côté, Claude La Charité étudie L’Histoire entiere des poissons de Guillaume Rondelet afin d’en mettre au jour les fondements épistémologiques. Bien que la vue joue un rôle crucial dans le discours de l’ichtyologue, notamment par l’intermédiaire des gravures, son traité, mu par un désir d’exhaustivité, dépasse cette prééminence du visible pour tantôt explorer la nature multisensorielle de l’observation scientifique tantôt offrir une place à l’invisible, c’est-à-dire à des espèces évoquées par les Anciens mais jamais vues par l’historien naturel.

C’est à l’anatomie et à ses rapports avec l’observation que sont consacrées les deux études suivantes. Emmanuelle Lacore-Martin s’intéresse au travail du médecin André Du Laurens et met au jour chez ce dernier un idéal de la transparence tant dans la communication scientifique, où le visible et le vrai se confondent, que dans sa description anatomique de l’œil, où la clarté du cristallin joue un rôle prépondérant. Pour sa part, Benoît Jeanjean étudie la publication entreprise en 1714 par Giovanni-Maria Lancisi de planches réalisées au xvie siècle par le célèbre anatomiste Bartholomée Eustache. La distance temporelle qui sépare la création des planches et la parution de l’ouvrage rend d’autant plus féconde l’analyse du travail de commentaire entrepris par le savant italien. Façonnant au gré de ses annotations un portrait élogieux d’Eustache en anatomiste d’une modernité étonnante, Lancisi établit une continuité entre la Renaissance et son temps, en dépit des changements qu’a connus le monde scientifique en un siècle et demi.

Enfin, les deux dernières contributions abordent la question de l’observation à travers la presse savante (David Banks) et la cartographie (B. Jeanjean). Dans son article, D. Banks compare la manière dont a été employée la notion de perception dans Le Journal des Sçavans et The Philosophical Transactions, deux revues savantes de la fin du xviie siècle. L’auteur montre que la fréquence plus grande avec laquelle la perception est convoquée dans la revue londonienne s’explique par des projets éditoriaux et idéologiques différents : nourri de la pensée empiriste, le journal anglais s’adresse à un lectorat féru de sciences et de techniques tandis que la revue parisienne, influencée par les thèses cartésiennes, couvre une grande variété de disciplines et participe à la célébration monarchique de la culture française. Dans son second article, B. Jeanjean étudie les fonctions des textes liminaires qui accompagnent les différentes éditions du premier atlas mondial que constitue le Theatrum Orbis Terrarum (1570) d’Ortelius. Extrêmement variés au fil des éditions, ces seuils péritextuels visent à instruire, séduire et émouvoir le lecteur, découvrant, émerveillé, la terre entière condensée en un seul livre.

            Étoffée d’une riche bibliographie et d’un index des noms anciens, l’enquête menée dans cet ouvrage s’avère aussi passionnante qu’accessible pour ceux et celles qui souhaitent approfondir leur connaissance des savoirs renaissants. Offrant la possibilité aux lecteurs et lectrices de repenser l’épaisseur historique des mots et des concepts scientifiques, ce recueil d’articles se lit aussi comme une invitation à mesurer l’étrangeté d’une langue qui nous semble pourtant familière tant les termes qu’elle mobilise ont perduré jusqu’à nos jours. Par la variété des disciplines abordées autant que par la multiplicité des questions soulevées au fil des contributions, le volume stimule notre curiosité moderne et assure une expérience de lecture d’autant plus réjouissante que la science renaissante est rendue à son incroyable foisonnement.

Jérôme Laubner

Ann Blair, Tant de choses à savoir (2020) et L’entour du texte (2021)

 

Ann BLAIR, Tant de choses à savoir. Comment maîtriser l’information à l’époque moderne, Préface de Roger Chartier, traduction de l’anglais par Bernard Krespine, revue par Ann Blair, Paris, Seuil, 2020, 491 p.

 

L’historienne Ann Blair, professeur à Harvard, propose en français une version mise à jour et entièrement revue de l’ouvrage qui était paru en 2010, chez Yale University Press, sous le titre Too Much to Know : Managing Scholarly Informatin Before the Modern Age. L’ouvrage est le fruit d’une vaste enquête sur les modes de gestion de l’information qui se développent à l’époque moderne, sous la forme de « livres de référence » qui rassemblent et organisent des extraits de textes en vue de leur consultation ; le corpus d’étude est constitué des principaux livres de référence généraux en latin publiés entre 1500 et 1700. Des comparaisons ponctuelles avec des périodes anciennes (l’Antiquité) ou d’autres territoires (Byzance, le monde islamique, la Chine) permettent d’élargir d’emblée la perspective, de mettre à jour des points communs en même temps que la spécificité de l’Europe moderne. Les recherches d’Ann Blair nous éclairent à la fois sur les pratiques des compilateurs eux-mêmes (sont privilégiés dans l’étude le Dictionarium de Calepino, la Polyanthea en ses multiples éditions, la Bibliotheca universalis de Gessner ou le Theatrum humanae vitae de Theodor Zwinger) et, de manière tout aussi passionnante, sur celles de ceux qui lisaient et faisaient usage de leurs ouvrages, autrement dit la grande masse des lettrés des XVIe et XVIIe siècles. Un tel usage est souvent tu par les auteurs eux-mêmes – l’on pense à Montaigne affichant son dédain pour ceux qui écrivent à partir de « pastissages de lieux communs » ou qui sourit du goût de son père pour les Epîtres dorées de Guevara. Parmi les méthodes de travail et de lecture sont étudiées de près les prises de notes, une production que l’historienne replace dans le vaste phénomène de thésaurisation qui se déploie dans l’Europe moderne et dont elle montre la diversité : prises de notes individuelles fonctionnant comme aide à la mémoire et comme aide à l’écriture (favorisées par l’existence de marges dans les ouvrages imprimés), prises de notes collaboratives, loin de l’image stéréotypée, véhiculée par les gravures, de l’auteur seul à sa table de travail, jusqu’à l’extraordinaire armoire à notes inventée en 1640 par l’Anglais Thomas Harrison. L’ouvrage met clairement en évidence les phénomènes de continuité et de nouveauté : Ann Blair identifie d’emblée « les quatre S » de la gestion de l’information (stocker, sérier – ou classer -, sélectionner, synthétiser – ou résumer), valables dès les premières compilations jusqu’à aujourd’hui, dans les pratiques numériques ; à l’inverse du dictionnaire, « genre remarquablement stable depuis ses origines médiévales jusqu’à aujourd’hui » (p. 164), les miscellanées sont une particularité de la Renaissance, empruntant l’ordo fortuitus à des sources antiques (Les Nuits Attiques d’Aulu Gelle) ; au XVIIe siècle, se développent les livres sur les livres, catalogues de bibliothèques et de ventes, bibliographies, comptes rendus et histoires littéraires, tandis que la « première » encyclopédie moderne, qui équivaudrait à notre catégorie d’aujourd’hui, n’existe pas avant le XVIIIe siècle.  À chaque étape est mis en valeur le rôle de l’imprimerie, la publication des ouvrages de référence constituant une sorte de laboratoire où des innovations permettent de faciliter la consultation : liste des auteurs, des rubriques, index alphabétiques. Cette circulation d’une information, sauvegardée et accumulée, repose selon Ann Blair sur une angoisse de la perte : les humanistes de la Renaissance ont pris conscience de la fragilité de la transmission du savoir, si souvent marquée de dégradations et de pertes.

Marie-Claire Thomine

 

 

 

Ann BLAIR, L’entour du texte. La publication du livre savant à la Renaissance, Conférences Léopold Delisle, Paris, BNF Éditions, 105 p.

En écho aux deux conférences prononcées à la BNF, dans le cadre des conférences Léopold Delisle, Ann Blair invite dans cet ouvrage à un parcours richement illustré des paratextes des ouvrages savants de la Renaissance. Sont examinés successivement, dans leur présentation et leur fonctionnement, la page de titre, la permission et le privilège, la dédicace, la préface ou avis au lecteur, la liste d’errata, le poème liminaire, à partir de nombreux exemples (notamment Juan Caramuel y Lobkowitz, Copernic, Érasme ou Gessner). Selon l’historienne, l’imprimerie a favorisé l’usage des paratextes pour trois raisons principales : la diminution du coût de production permet un allongement des ouvrages, qui peuvent inclure des paratextes plus fournis ; la publication est soumise à des visées commerciales qui impliquent de séduire le public, acquéreurs et éventuels mécènes ; la diffusion plus large et plus rapide des textes génère enfin, chez les auteurs, une anxiété particulière : le souci de rencontrer des lecteurs bienveillants se lit dans les diverses stratégies adoptées dans les paratextes. Les deux conférences intitulées « Formes et rôle de l’entour des livres érudits à la Renaissance », données par Ann Blair les 17 et 18 mars 2021, sont disponibles en ligne sur le site de la BNF.

https://www.bnf.fr/fr/agenda/formes-et-role-de-lentour-des-livres-erudits-la-renaissance

Marie-Claire Thomine

La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue

Myriam Marrache-Gouraud, La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue (Europe, XVIe-XVIIe siècles), Genève, Droz, coll. « Les seuils de la modernité », vol. 23, 2020, 631 p.

 

Dans son nouvel ouvrage consacré aux cabinets de curiosité, Myriam Marrache-Gouraud livre une riche enquête sur les catalogues de ces cabinets qu’elle envisage dans leur matérialité, ainsi que dans leurs dimensions linguistique et rhétorique. Après avoir situé le cabinet de curiosité dans le cadre épistémologique de la Renaissance, elle se demande comment nommer et définir les objets inconnus, notamment des pays étrangers. L’auteure propose ainsi une étude des catalogues de curiosité, non pas en tant que documents historiques témoins d’un phénomène sociologique et culturel mais comme des lieux privilégiés des stratégies éditoriales et discursives de ces ouvrages. En raison de l’amplitude du phénomène des cabinets de curiosité en Europe, sont étudiés ici les catalogues dans les frontières européennes larges, en langues vernaculaires et en latin.

Continuer la lecture de La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue

Les territoires de l’âge d’or

Monique Mund-Dopchie, Les territoires de l’âge d’or, de l’Antiquité à l’ère du tourisme planétaire, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 2020, 394 p. 

La professeure émérite de l’université de Louvain propose une vaste enquête dans les territoires de l’âge d’or et s’interroge sur la manière dont ceux-ci sont envisagés dans les textes de l’Antiquité à nos jours. Les quatre parties de l’ouvrage suivent l’ordre chronologique du mythe, depuis les textes antiques, sur lesquels l’Occident a construit ses représentations, jusqu’à la découverte des « nouveaux mondes » (l’Amérique au XVIe siècle et l’Océanie au XVIIIe). Enfin, le voyage se termine au XXe siècle, lorsque l’âge d’or fait explicitement référence au bonheur d’autrefois, notamment dans les guides touristiques.

Continuer la lecture de Les territoires de l’âge d’or

Pierre de L’Estoile, Journal du règne de Henri IV. Tome 4, 1599-1603

Pierre de L’ESTOILE

Journal du règne de Henri IV.

Tome 4, 1599-1603

 

 

 

Pierre de L’ESTOILE, Journal du règne de Henri IV. Tome 4, 1599-1603, édité par Marie-Madeleine Fragonard et Nancy Oddo, sous la direction de Gilbert Schrenck, accompagné d’un glossaire de Volker Mecking.Genève, Droz, 2020, 624p. (coll. « Textes littéraires français »).

            Marie-Madeleine Fragonard et Nancy Oddo offrent dans la collection des textes littéraires français le tome IV des mémoires-journaux du règne d’Henri IV rédigés par Pierre de l’Estoile. Le texte retranscrit la seconde partie du manuscrit 13720 de la BNF et le début du manuscrit 1117 de la bibliothèque de Troyes. Les années 1599-1603 sont une période qui voit arriver la conclusion de la guerre avec l’Espagne (1598), la signature d’un nouvel édit réglant la coexistence entre huguenots et catholiques (1598), le mariage entre Henri IV et Marie de Médicis (1600) et Paix avec la Savoie (1601). La politique extérieure s’estompe quelque peu, laissant à Pierre de L’Estoile l’occasion de s’attarder sur les intrigues de la Cour : naissances, mariages mais aussi morts étranges ou prodiges. Ces quatre années qui voient revenir des moments de paix et une naissance royale sont tout de même encadrées par la religion. Ainsi, l’année 1599 s’ouvre sur le moment où l’édit de Nantes est porté au Parlement (le 2 janvier 1599) et se termine par des remontrances faites par le Roi aux Parlementaires, au sujet des Jésuites. La chronique proposée ici inclut des documents historiques précieux, comme par exemple, des rapports royaux ou une lettre du Plessis-Mornay.
            L’édition procurée par Marie-Madeleine Fragonard et Nancy Oddo apporte également de nombreux documents inédits, des mises à jour bibliographiques et biographiques. L’ouvrage est accompagné d’un index nominum, d’un riche lexique, précisant les premières occurrences des termes apparus dans la langue de Pierre de l’Estoile ainsi que les emprunts lexicaux aux autres langues européennes, enfin d’un glossaire très complet (p. 439-567) rédigé par Volker Mecking.
Rebecca Legrand

Les Idées du théâtre. Paratextes français, italiens et espagnols des XVIe et XVIIe siècles

Les Idées du théâtre. Paratextes français, italiens et espagnols des XVIe et XVIIe siècles

 

 

Ouvrage dirigé par Marc Vuillermoz et coordonné par Sandrine Blondet

Genève, Droz, 2020, 1384 p.

 

En 2011, le projet ANR « IdT – Les Idées du théâtre », dirigé par Marc Vuillermoz, se fixait comme objectif d’étudier la construction et la circulation des « idées du théâtre » dans la France, l’Italie et l’Espagne des xvie et xviiesiècles à partir de l’analyse des textes placés en tête des pièces (préfaces, dédicaces, arguments, etc.). Dix ans plus tard, force est de constater que l’entreprise a porté ses fruits. Ont été consacrés à ces questions un numéro spécial de la revue Littératures classiques (Préface et critique. Le paratexte théâtral en France, en Italie et en Espagne (xvie et xviie siècles), n° 83, 2014), ainsi que deux ouvrages publiés chez Droz : Les Mots et les choses du théâtre. France, Italie, Espagne, xvie-xviie siècles (2017), actes du colloque terminal du projet, et Le Théâtre au miroir des langues.France, Italie, Espagne, xvie-xviie siècles (2018), dans lequel les grandes notions théâtrales font l’objet d’une vaste étude lexicologique trilingue. Ce corpus tri-national se signale par une grande cohérence culturelle, justifiant l’exclusion d’une nation comme l’Angleterre, dont la production dramatique est pourtant d’une très grande richesse.

Le présent volume, édition scientifique annotée de plus de deux cents textes liminaires, constitue le couronnement de cette entreprise. Marc Vuillermoz a rassemblé une équipe de quatre-vingt-neuf éditeurs, spécialistes des domaines français, espagnols et italiens. Les textes, classés dans l’ordre chronologique de leur publication, sont parfois très connus – par exemple les préfaces de Corneille, Molière et Racine –, parfois beaucoup plus confidentiels. Les textes italiens et espagnols, dont la langue pose souvent de grandes difficultés de compréhension, sont traduits en français – ce qui représente une innovation importante par rapport à l’édition électronique de ces paratextes proposée par le site web du projet « IdT » (http://idt.huma-num.fr).

La très large majorité des textes de l’anthologie appartient au xviie siècle. En ce qui concerne le xvie siècle, on dénombre trente-cinq paratextes, dont dix-neuf en français, écrits par des traducteurs (Lazare de Baïf, Charles Estienne, Guillaume Bochetel, Thomas Sébillet), un éditeur (Gilles Corrozet, qui rédige un bref avis au lecteur pour la Sophonisbade Mellin de Saint-Gelais) et des dramaturges (Théodore de Bèze, Henri de Barran, Jacques Grévin, Louis des Masures, André de Rivaudeau, Jean de la Taille, Gérard de Vivre, Robert Garnier, Roland Brisset). Les paratextes italiens du xviesiècle sont signés Pietro Aretino, Francesco Belo, Giovanbattista Giraldi Cinzio, Lodovico Dolce, l’Arioste, le cardinal Bibbiena, Luigi Groto, Annibal Caro, Valerio Fuligni, Giovan Battista della Porta et Francesco Contarini. Enfin, les paratextes espagnols du xvie siècle – étonnamment peu nombreux au regard de la profusion des textes de théâtre joués et publiés durant le Siècle d’or – ont pour auteurs Bartolomé de Torres Naharro, Lorenzo de Sepúlveda, Fernando de Rojas et Lupercio Leonardo de Argensola.

Cette anthologie d’une épaisseur impressionnante (1384 pages !) offre un outil de travail précieux pour les spécialistes de chacun des trois domaines nationaux. Mais elle invite également, dans une perspective résolument comparatiste, à mieux observer la circulation des « idées du théâtre » dans l’Europe latine des xvie et xviie siècles.

Nicolas Le Cadet

Pauline Dorio, “La Plume en l’absence”. Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555)

Dorio, Pauline, “La Plume en l’absence”. Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555), Genève, Droz, 2020.

Pauline Dorio se propose d’examiner l’histoire de l’épître familière en France au XVIe siècle. Le genre prend réellement son essor lorsque le modèle de l’héroïde, initié par Octovien de Saint-Gelais, commence à s’essouffler. Trois décennies plus tard, il connaît un sérieux coup d’arrêt avec la condamnation de La Défense qui ne l’autorise qu’à condition de délaisser « choses familières ou domestiques » et de se ranger dans le sillage d’Ovide ou d’Horace. L’ouvrage analyse donc ce moment d’apogée du genre qui se confond avec celui de sa spécialisation familière. À la suite de Marot, le premier à rassembler des épîtres non héroïdes en série dans L’Adolescence clémentine, les plus grands poètes de cette époque rivalisent dans l’écriture de lettres versifiées, affranchies des codes épistolaires les plus rigoureux et animées par une recherche du naturel. À côté du prince des poètes, Charles Fontaine, François Habert, Guillaume Bouchet, Michel d’Amboise, François Sagon, Roger de Collerye, Eustorg de Beaulieu, Etienne Forcadel constituent les acteurs principaux de cette histoire qui trouve surtout à s’épanouir dans le cadre du recueil d’auteur, alors naissant.

La première partie du livre cherche, en établissant l’inventaire du corpus, à reconstituer une chronologie du genre, des « balbutiements imprimés » de l’épître familière jusqu’à ses derniers feux, de 1527, date de parution du premier recueil d’auteur constitué en hommage à Guillaume Cretin, à la publication en 1555 des Ruisseaux de Charles Fontaine. La deuxième partie s’intéresse à l’éthique et à l’esthétique d’un genre qui, du côté du sermo, se veut modeste, se tenant à l’écart des modèles antiques comme souvent de l’actualité la plus brûlante. La troisième partie, enfin, s’intéresse à la disposition d’épîtres qui s’inscrivent dans des séries et aux effets complexes induits par la construction de ces séquences et par la mise en recueil.

Jean-Charles Monferran

Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier

Frank Lestringant, Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier, Paris, Classiques Garnier, collection « Géographies du monde » n°26, 2020, 254 p.

Dans la continuité d’un précédent ouvrage – Le Livre des îles : atlas et récits insulaires, de la Genèse à Jules Verne (Droz, 2002) –, Frank Lestringant propose un voyage dans un archipel littéraire, du XVIe siècle à nos jours. La première partie, « En partance pour les îles », est composée de deux chapitres à la prose plus poétique qu’académique qui étudient le genre de l’Isolario à la Renaissance pour suggérer que les espaces rêvés ne sont pas simplement un décor mais des éléments « essentiels du scénario onirique » (p. 21). La deuxième partie s’intéresse aux « Iles fixes » au fil de cinq chapitres analysant la place des îles dans la pensée épistémologique et dans les écritures géographiques de la Renaissance, notamment – mais pas exclusivement – dans l’œuvre d’André Thevet. Le chapitre consacré à « L’Insulaire de l’Inquisiteur » étudie l’archipel italien dans des isolarii italien du XVIe siècle. Deux autres chapitres s’intéressent à l’île comme tentation et comme scandale et analysent les liens entre îles et démons dans la cartographie et la littérature de la Renaissance (Marguerite de Navarre, François de Belleforest et André Thevet). La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux « Iles instables ». Frank Lestringant commence par étudier les « archipels sidéraux » et l’expansion de l’Insulaire au XVIIe siècle, ce qui lui permet de compléter des réflexions déjà entamées : « L’archipel, qui servait à figurer l’hypothèse de la pluralité des mondes au XVIe siècle, se transporte désormais dans l’espace céleste. L’archipel sidéral reflète et prolonge tout à la fois l’archipel terrestre » (p. 131). Les chapitres suivants sont des « bribes » – pour reprendre le jeu de mot contenu dans le titre de l’ouvrage – d’analyses consacrées à une œuvre ou un auteur via le prisme de l’insularité. Le lecteur est ainsi invité à relire Micromégas de Voltaire (« Îles des Lumières »), la floraison des robinsonnades depuis l’archétype de Wyss jusqu’à Daniel Defoe (« Des clous et des clones ») ou encore Suzanne et le Pacifique de Giraudoux. Enfin, la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, « Bribes d’îles », avance dans le temps et s’intéresse à des « Insulaires-récits du XXe siècle [qui] surgissent à une époque de crise [dont] les territoires improbables découlent de ces espaces tour à tour vides ou surpeuplés, traversés au rythme monotone du moteur, au risque de l’accident ou de la panne ». Cette avancée dans les contrées contemporaines est un élément novateur de l’ouvrage et Frank Lestringant montre brillamment que les analyses qu’il a abondamment développées pour le XVIe siècle sont tout aussi valables pour des littératures plus récentes. En étudiant la fragmentation à l’œuvre dans les ouvrages de Saint-Exupéry et de Michaux, l’auteur propose de voir ces derniers comme des descendants des moralistes du XVIIe siècle avant d’analyser le « stade suivant de la dissolution de l’archipel » à l’œuvre dans Les Villes Invisibles de Calvino. L’étude de quelques textes de Nicolas Bouvier, Maelys de Kerangal et Édouard Glissant vient clore ce voyage au fil des îles, vues comme des parenthèses négatives ou des réflexions sur la vie.

 

Rebecca Legrand.

De Marguerite de Valois à la reine Margot : Autrice, mécène, inspiratrice

De Marguerite de Valois à la reine Margot : Autrice, mécène, inspiratrice, dir. Catherine Magnien et Éliane Viennot, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2019.

Livrant les actes du colloque international « Marguerite de Valois 1615-2015 », tenu à Nérac en octobre 2015, le présent volume réunit treize contributions, précédées d’une introduction d’É. Viennot, qui trace les grandes lignes de la vie de Marguerite, de l’histoire de la publication de ses Mémoires et de sa postérité, sa « légende ». Un premier groupe d’articles – « Écritures en miroir » – aborde la figure d’Écho dans la lettre 115 de Marguerite, adressée à Champvallon (C. Trotot) ; les enjeux à la fois pour la reine et pour les auteurs qui lui ont adressé des épitres dédicatoires (S. Cinquin-Strobel) ; Marguerite en tant que mécène et dédicataire de traductions (V. Duché) ; les relations entre la reine et les hommes de lettres, notamment Jean Baudoin (M. Chaufour), Claude Garnier (D. Bjaï) et le cercle de poètes réuni autour d’elle pendant ses dernières années parisiennes (B. Petey-Girard) ; et une douzaine de lettres et cinq fragments de lettres de Marguerite absents de l’édition critique de sa Correspondance, dont quatre missives entièrement inédites (É. Viennot). La deuxième partie – « De la légende au mythe » – se penche sur le Divorce satyrique, analysé à partir du ms. Fr. Q. IV, 34 de la Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg (V. Chichkine) ; l’influence des Mémoires sur ceux rédigés par Mlle de Montpensier, la Grande Mademoiselle, et par Catherine II de Russie (J. Garapon) ; et la figure de Marguerite dans une vingtaine de dictionnaires biographiques des XVIIIe et XIXe siècles (N. Pellegrin), dans l’opéra-comique Le Pré aux clercs (1832) de Ferdinand Hérold (I. de Benque), dans La Reine Margot d’A. Dumas (L. Angard) et dans les fictions télévisuelles créées entre 1960 et 1989 (J. Centrès). Une brève conclusion, signée par Catherine Magnien, clôt le volume en signalant quelques nouvelles perspectives de recherches en cours ou potentielles.

Gary Ferguson.

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia, édition chronologique avec introduction, notes et variantes par Jean Brunel (avec la collaboration de Pierre Martin), Textes littéraires français, n°649, Genève, Droz, 2018, 709 p.

Les Elogia de Scévole de Sainte-Marthe, son œuvre la plus connue, parurent en plusieurs livraisons à partir du premier recueil de 1598, dont les chapitres et les textes allèrent en augmentant jusqu’en 1630. L’éditeur Jean Brunel, qui produit ici le sixième tome des Œuvres complètes (dont le premier volume, consacré aux œuvres de jeunesse a paru chez Droz en 2010) a fait le choix judicieux d’une présentation qui rend compte de cet enrichissement progressif : sont reproduits dans l’ordre chronologique les recueils successifs, les Elogia repris d’une édition à l’autre ne figurant qu’une fois avec l’indication de leurs éventuelles variantes. L’ouvrage donne à lire en face de chaque Elogium latin sa traduction française : c’est là que réside également la nouveauté de cette publication puisque l’on ne disposait jusqu’alors que de la traduction de Guillaume Colletet, parue en 1644 sous le titre Eloges des hommes illustres, qui depuis un siecle ont fleury en France dans la profession des Lettres. Composez en latin, par Scevole de Sainte-Marthe. Et mis en françois, par G. Colletet (Paris, A. de Sommaville et A. Courbé).

L’ouvrage offre une belle galerie de portraits qui se parcourt agréablement grâce à une présentation soignée, où viennent se glisser quelques éléments iconographiques empruntés à des sources diverses. Scévole de Sainte-Marthe se plie à l’exercice très codifié qu’est l’Elogium, qui relève du genre de l’épitaphe ; il y fait pourtant entendre, par petites touches, une voix personnelle et il y introduit de la variété : outre les éléments relevés par Jean Brunel dans son introduction (développement inégal des éloges, présence de pièces de vers, variété du lexique), on relèvera également la formule du double portrait (utilisée pour François Douaren et Éguiner Baron ; Etienne de La Boétie et Michel de Montaigne ; Pierre Ayrault et René Chopin) ou l’ouverture de quelques éloges sur une apostrophe oratoire ; ainsi Remi Belleau et Jacques Peletier se voient-ils directement apostrophés par l’auteur : « Toi en vérité, Jacques Peletier, de quel plus beau titre pourrais-je t’honorer sinon de celui de gloire inégalée du pays du Maine ? » (p. 185). La variété vient également du panorama très étendu qu’offrent les portraits sur le monde savant du XVIe siècle : aux côtés des humanistes (poètes, linguistes, historiens), on rencontre des jurisconsultes, des médecins, des mathématiciens, des personnalités politiques ou encore des hommes d’épée ; trois femmes seulement, la princesse Marguerite de Navarre (p. 290-295) et les Dames des Roches de Poitiers (p. 214-217). Pour chaque personnage dont il est fait l’éloge, Jean Brunel fournit en note quelques indications bibliographiques.

L’ouvrage est pourvu de très utiles index : index des noms latins et index des noms français de l’édition de 1630, table des illustrations, index des imprimeurs et libraires (XVIe-XVIIe siècles), des bibliothèques, monuments, musées, universités, index géographique, index historique, index des noms de personnes.

Marie-Claire Thomine.

Voyageurs de la Renaissance

Voyageurs de la Renaissance, édition de Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, Paris, Gallimard, Folio Classique, 2019, 576 pages.

La présente anthologie est due à trois spécialistes de la littérature de voyage du XVIe siècle, Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, qui ont uni leurs compétences pour proposer aux lecteurs une somme de textes édités et commentés. L’ouvrage est utile au lecteur curieux et fournit une précieuse base de travail pour des cours ou des séminaires sur la littérature géographique de la Renaissance.

En dépit de la diversité des auteurs retenus, les choix éditoriaux permettent une circulation fluide d’un texte à l’autre : les extraits d’œuvres de langue française sont proposés en version modernisée, les extraits d’œuvres en langues étrangères (principalement espagnol, également italien, portugais, anglais) sont traduits (par les soins des éditeurs, le cas échéant, ou bien sont utilisées des traductions françaises déjà existantes, datant des XVIe et XVIIe, ou plus récentes ; on notera que les récits les plus populaires connaissent dès leur publication de nombreuses traductions qui leur assurent une circulation européenne). L’ouvrage nous embarque successivement dans trois univers géographiques ; un premier volet intitulé « La marche turque » propose des extraits de Léon L’Africain, Jean Chesneau, Pierre Belon, Guillaume Postel, Nicolas de Nicolay, Jean Palerne. Le second volet nous entraîne sur « la route des Indes » avec Vasco de Gama, Gomes Eanes de Zurara, Duarte Lopes et Filippo Pigafetta, Francisco Alvarez, Jean Parmentier, Ludovico di Varthema, Jan Huygen van Linschoten, François Xavier et Fernão Mendes Pinto. Le troisième et dernier volet, consacré au « Nouveau Monde » rassemble des extraits de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Pêro Vaz de Caminha, Binaut Paulmier de Gonneville, Duarte Pacheco Pereira, Giovanni da Verrazano, Hernán Cortés, Bernal Diaz del Castillo, Alvar Nuñez Cabeza de Vaca, Jacques Cartier, Marc Lescarbot, Hans Staden, André Thevet, Vicente Rodrigues, Jean de Léry, Anthony Knivet, Jean Ribault, René de Laudonnière, Nicolas Le Challeux, Jean-Arnaud Bruneau de Rivedoux, José de Acosta ainsi qu’une lettre anonyme « Copie d’une lettre venant de la Floride envoyée à Rouen et depuis au seigneur d’Everon : ensemble le plan du fort que les Français y ont fait ».

Chaque texte est précédé d’une introduction efficace et précise qui situe l’auteur et son ouvrage dans son contexte et en fait ressortir la singularité ; des notes de bas de page résolvent les difficultés lexicales tandis que sont éclairés, par des notes de fin, les références et allusions. Un dossier complète le volume par une chronologie (1415-1615) et une bibliographie générale qui vient s’ajouter à la bibliographie spécifique proposée pour chaque auteur.

La diversité des textes – qui relèvent de genres différents (les voyageurs ne produisent pas tous des récits de voyage à proprement parler, certains écrits sont des chroniques, des missives, des journaux de bord, d’autres de quasi romans d’aventure, d’autres encore s’imprègnent de l’expérience personnelle mais sans la mettre en avant), font découvrir des terres nouvelles ou permettent au contraire la reconnaissance d’espaces balisés par une tradition textuelle et religieuse (la Terre sainte) – ajoute de l’agrément à l’intérêt scientifique de l’ouvrage ; le souci de plaire au lecteur, de ne pas l’ennuyer apparaît du reste fréquemment chez les auteurs eux-mêmes, qui invitent à une délectation « à distance » par le biais des narrations et descriptions. La forme de l’anthologie a l’avantage de faire ressortir des traits saillants de cette littérature de voyage (comme du reste de la littérature de cette époque de manière générale) : l’importance de la récriture (modèles antiques mais aussi des textes entre eux), relevée par les éditeurs dans leurs notes ; la conjugaison d’autre part, sous la plume de nombreux auteurs, des sources livresques et du témoignage personnel. L’ouvrage comporte une vingtaine d’illustrations ; celles-ci jouent un rôle essentiel : elles transmettent l’expérience d’un regard et contribuent au succès de librairie que connaissent certains textes à l’échelle européenne.

Marie-Claire Thomine.