Archives de catégorie : Colloques et manifestations

European perspectives on the Renaissance / Perspectives européennes sur la Renaissance

European perspectives on the Renaissance / Perspectives européennes sur la Renaissance

Mardi 24 mai 2022 à l’Université Paris Nanterre et à la Maison Française d’Oxford.

Journée franco-britannique organisée par l’équipe du programme Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique (Université Paris Lumières – Paris Nanterre/Paris 8) en collaboration avec la Maison Française d’Oxford et avec le soutien de l’Institut universitaire de France.

Lien vers le programme.

Les participants des deux pays seront connectés en visioconférence. Il est possible de suivre la journée sur place, dans l’un des deux établissements, ou en visioconférence.

Lien de visioconférence.

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau, 9-10 juin 2022

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau.

Production, diffusion, collection.

9-10 juin 2022

 

Paris, École nationale des chartes

 

Le département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve un exceptionnel ensemble de gravures et de dessins de l’école de Fontainebleau. Son fonds d’estampes bellifontaines rassemble un millier d’épreuves produites à Fontainebleau entre 1542 et 1547. S’y ajoute une collection de dessins de premier plan, comprenant à la fois des œuvres des artistes actifs sur le chantier de Fontainebleau et des maîtres du XVIe siècle durablement influencés par ce foyer.

De novembre 2020 à novembre 2022, la BnF s’est engagée dans un vaste chantier de recherche et de valorisation de ce fonds de référence, grâce au mécénat de la Fondation Getty (The Paper Project). Pour marquer l’aboutissement de ce programme, elle organise, en collaboration avec l’École nationale des chartes, les 9 et 10 juin 2022, des journées d’études appelées à réunir les chercheurs ainsi que les professionnels des musées et des bibliothèques pour présenter les dernières recherches sur la production graphique de l’école de Fontainebleau, sur les pratiques de collection de ces œuvres et sur la réception des motifs bellifontains en France et à l’étranger.

Comité d’organisation :

  • Anna Baydova, conservatrice pensionnaire du Getty Paper Project au département des Estampes et de la photographie de la BnF, chercheuse associée de l’équipe SAPRAT (EPHE, EA-4116)
  • Pauline Chougnet, conservatrice des bibliothèques, chargée des collections de dessins au département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Catherine Jenkins, docteur en histoire de l’art, historienne de l’art indépendante
  • Corinne Le Bitouzé, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe à la directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Vanessa Selbach, conservatrice en chef des bibliothèques, chef du service de l’estampe ancienne et de la Réserve au département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Marc Smith, professeur de paléographie, École nationale des chartes
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la BnF
  • Caroline Vrand, conservatrice de patrimoine, chargée des estampes des XVe et XVIe siècles au département des Estampes et de la photographie de la BnF

 

Programme à consulter ici.

Inscription obligatoire.

 

Logo_BNF_1.png                 Logo_ENC_Couleur_2.png                       Logo_Getty_1.jpg

 

Autour d’Anne de France. Enjeux politiques et artistiques dans l’Europe des années 1500

Dans le cadre de l’exposition Anne de France, femme de pouvoir, princesse des arts, reconnue d’intérêt national (18 mars-18 septembre 2022), le musée Anne-de-Beaujeu organise en partenariat avec le Pays d’art et d’histoire de Moulins communauté capitale des Bourbons un colloque international intitulé Autour d’Anne de France. Enjeux politiques et artistiques dans l’Europe des années 1500. Cet événement, qui se tiendra les 17 et 18 juin 2022 au théâtre de Moulins, sera le rendez-vous d’historiens et d’historiens de l’art qui présenteront leurs dernières recherches en complément de l’exposition et de son catalogue. La première journée sera consacrée à l’influence politique et culturelle d’Anne de France auprès des grandes princesses européennes de la Renaissance. Enfin, la seconde journée sera dédiée à la redécouverte de la bibliothèque des ducs et duchesses de Bourbon, ainsi qu’à la très florissante production artistique en Bourbonnais entre Moyen Âge et Renaissance.

Le colloque aura lieu au théâtre de Moulins, situé 4, cours Jean Jaurès, 03000 Moulins. Entrée libre, sans réservation.

Programme du colloque de ces deux journées.

économie des risques aux époques médiévale et moderne

La 10e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse (Piémont, Italie) les 26, 27 et 28 août 2022. La thématique retenue cette année – « Economie des risques aux époques médiévale et moderne : nature, gestion et conséquence de l’aléa » est à la croisée de l’histoire économique, culturelle et environnementale.

            L’action économique implique en effet de mobiliser des compétences ou des savoirs pratiques ou théoriques qui permettent de prendre en compte, de gérer et de répartir les risques, qu’il s’agisse des risques de la production et de son stockage, de ceux liés à la mise en circulation des hommes et des marchandises, ou encore de ceux inhérents à des facteurs exogènes tels que les périls sanitaires, l’environnement, le climat, et même les conflits militaires ou les décisions politiques. La réflexion sur cette notion et sur les attitudes des sociétés médiévales et modernes est en cours de renouvellement.

            Cette thématique permettra également de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (la valeur des choses, la pauvreté, les biens communs, les moyens de paiement, la qualité, l’organisation du travail, les écritures de l’économie, entreprendre, la circulation des savoirs et dynamiques économiques).

Institutions partenaires

            L’école d’été d’histoire économique rassemblera des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des chercheurs postdoctoraux, et des doctorants de toutes nationalités. Les institutions partenaires sont l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, l’EPHE, les Archives Nationales et le CNRS. Les laboratoires impliqués sont les suivants : LAMOP (UMR 8589, Paris 1/CNRS), FRAMESPA (UMR 5136, Toulouse 2/CNRS), IDHE.S (UMR 8533 Paris 1, Paris-Nanterre, ENS Cachan/CNRS), SAPRAT (EA 4116 EPHE), BETA (UMR 7522, Strasbourg, Lorraine, Inrae/CNRS). La manifestation reçoit également l’appui financier du LabEx HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances) et se déroule sous le patronage de l’Association Française d’Histoire économique (AFHé).

Organisateurs / comité scientifique

Michela Barbot (CNRS ENS Cachan, Idhes), Patrice Baubeau (Univ. Paris-Nanterre, Idhes), Marc Bompaire (EPHE, Saprat), Julie Claustre (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Anne Conchon (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Idhes), Laurent Feller (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Agnès Gramain (Université de Lorraine, Beta), Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès, Framespa), Jean-François Moufflet (Archives Nationales).

Dates et lieu

Suse (Piémont, Italie) du 26 au 28 août 2022

(arrivée des participants le 25 août dans l’après midi. Nuit d’hébergement supplémentaire prise en charge si départ le 29 août)

Objectifs et nature de l’opération

            La nature du thème implique, outre la mobilisation d’historiens médiévistes et modernistes, la présence d’économistes et de sociologues spécialisés dans l’étude de la vie économique. La méthode proposée est de faire présenter une série d’exposés par des spécialistes et de les mettre en débat. Elle permet également de faire dialoguer médiévistes et modernistes et comparer l’avancée de leurs réflexions sur un thème donné, voire d’infléchir les doctrines. Le but poursuivi est d’approfondir nos connaissances et nos réflexions tout en permettant à des doctorants ou à des postdoctorants de s’associer aux travaux par une participation active. La partition des doctorants et postdoctorants prendra la forme d’exposés et de prises de paroles dans le débat suivant les interventions.

Projet scientifique
Programme

Modalités d’inscription pour les doctorants / postdoctorants

Des places sont disponibles pour les jeunes chercheurs – doctorants ou post-doctorants – en histoire économique médiévale et moderne, en économie ou en sociologie. Les langues de travail étant l’anglais et le français, les candidats devront avoir une connaissance minimale des deux langues (l’expression orale se fera dans la langue de son choix).

Il sera demandé aux candidats une communication orale de 15 minutes en rapport avec le sujet des journées. Cette communication se fera à partir de la présentation d’un fonds d’archives ou d’une source d’histoire économique qui a été au cœur de leur recherche.

L’organisation prendra en charge l’intégralité du séjour sur place. Les frais de déplacement (aller-retour) seront remboursés jusqu’à 200 euros.

Le nombre des places étant limité, les candidatures seront examinées par un comité de sélection composé des organisateurs scientifiques des journées.

Le dossier (en anglais ou en français) comprendra :

. Un curriculum vitae détaillé

. Une présentation (2 pages minimum) du sujet de doctorat, des sources utilisées et de la communication orale envisagée.

Les dossiers de candidature sont à envoyer avant le 25 mai 2022 (réponse le 1 juin)

à Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès) : emmanuel.huertas@univ-tlse2.fr

Dire le silence à la Renaissance, 12 mars 2022

Dire le silence à la Renaissance

 

samedi 12 mars 2022

Organisation : Pascale Mounier

Table ronde de l’association RHR

 

Le silence se définit par un arrêt de la parole ou du bruit. Un tel phénomène a quelque chose de rare en collectivité humaine. Il semble intéressant de voir comment les lettres et les arts s’emparent de la suspension du discours à la Renaissance. Le projet est bien sûr une gageure : comment exprimer, montrer ou, pour pousser le paradoxe, dire ce qui évite voire refuse la communication verbale ?

L’association RHR organise une table ronde à caractère interdisciplinaire sur la question. Les interventions programmées prendront la forme d’un exposé apportant et présentant des documents (textes, images) susceptibles de nourrir la réflexion. Il s’agira de prendre en compte la représentation de la suspension du dire dans ses aspects les plus concrets, ce qui suppose de s’appuyer sur des signaux ou des indices d’apparition du phénomène. L’idée est de proposer par ce biais des méthodes pour identifier les cas d’interruption du discours en s’appuyant sur les signaux d’apparition du silence, de mobiliser des concepts et de dégager les éléments qui méritent exploration. Le public et les autres intervenants sont encouragés à participer pour étayer les pistes proposées ou pour ouvrir d’autres voies permettant d’appréhender le champ du silence.

 

9 h 15-9 h 30 : Présentation

Pascale Mounier.

 

9 h 30-10 h 45 : Le lieu ou le personnage du silence

Interventions de Gilles Polizzi, Romain Menini et Géraldine Cazals.

 

11 h-12 h 15 : Se taire en société : un accident de la communication

Interventions de Sophie Astier et Véronique Duché.

 

13 h 30-14 h 30 : Arrêt du bruit ou du son

Interventions d’Isabelle Fabre et Jean Duchamp.

 

14 h 45-16 h : Se taire en société : une qualité de comportement

Interventions de Massimo Lucarelli et Antonin Godet.

 

La manifestation se tiendra en présence (entrée libre) et à distance (contact : mounier.pascale@wanadoo.fr).

Lyon, Maison des Sciences de l’Homme (MSH), 14 avenue Berthelot 69007 LYON, salle Elise Rivet

Voir en ligne : https://www.rhr16.fr/manifestations

Rencontre – lecture autour de Clément Marot, 7 mars 2022

Les rencontres de Poésie/Gallimard à la Sorbonne
à l’invitation de la revue de poésie contemporaine Place de la Sorbonne

 

Rencontre #3

Rencontre – lecture autour de Clément Marot

Lundi 7 mars 2022 à 18h30 Salle des Actes

17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

La Direction des Affaires Culturelles et la revue internationale de poésie contemporaine Place de la Sorbonne invitent Poésie/Gallimard pour une série de rencontres autour de ses dernières publications.

Cette troisième rencontre est consacrée à Clément Marot
avec les deux éditeurs du livre Les Epîtres,
Guillaume Berthon, maître de conférences en littérature de la Renaissance à l’université de Toulon et Jean-Charles Monferran, professeur des universités à Sorbonne Université

La rencontre est animée par Alice Nez (éditrice assistante pour la collection Poésie/Gallimard)

Les lectures seront assurées par La Sorbonne Sonore. Partenariat Poésie/Gallimard et revue Place de la Sorbonne

Gratuit sur réservation obligatoire

https://www.billetweb.fr/jean-charles-monferran-et-guillaume-berthon-rencontres-de-poesie-gallimard-a-la-sorbonne

Passe vaccinal obligatoire

 

CAPES Histoire 2022-2023

Une Journée d’étude consacrée aux questions d’histoire mises au concours du Capes 2022 et 2023, organisée dans le cadre de l’Université de Reims Champagne-Ardenne et du CERHIC-EA2616, se tiendra jeudi 27 janvier de 10h00 à 17h00.

Ne pouvant être maintenue en présentiel, à Reims, elle se tiendra en distanciel, via zoom, et les étudiants qui seraient intéressés peuvent demander le lien de connexion à Marie-Hélène Morell : mh.morell@univ-reims.fr

Programme (chaque intervention dure 40 mn) :

10h00 – 12h00 :
. Pierre Chastang (Professeur d’Histoire médiévale, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) : Écrit et laboratoire communal au Moyen Âge: l’exemple du Midi de la France.
. Cédric Michon (Professeur d’Histoire moderne, Université Rennes 2 Haute-Bretagne) : L’affirmation du Conseil du roi dans la France de la première moitié du XVIe siècle.

13h30-17h00 :
. Kevin Bouillot (Professeur agrégé d’histoire, chargé de cours à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et à Sciences Po) : Religion, oracles et pouvoir dans le monde romain : l’exemple du sanctuaire de Claros (IIe siècle avant notre ère – IIIe siècle de notre ère).
. Franck Collard (Professeur d’Histoire médiévale, Université Paris Nanterre) : L’État monarchique se construit-il par la loi (et par le droit) de Charles VI à Louis XII ?
. Olivier Chaline (Professeur d’Histoire moderne, Université Paris – Sorbonne) : Le roi et les parlements dans la France du XVIIe siècle.
. Marion Fontaine (Professeure d’Histoire contemporaine, Sciences Po Paris) : Travail / hors-travail : le cas des mondes miniers (années 1830-1930).

Atelier XVIe siècle, 29 janvier 2022

La prochaine séance de l’Atelier XVIe siècle se tiendra le samedi 29 janvier à la Sorbonne (salle des Actes) et par visioconférence.

Matinée (à partir de 10h)

  • Estelle Doudet, Natalia Wawrzyniak et Bededetta Salvati : « Présentation du projet FNS Médialittérature » 

 

Après-midi (à partir de 14h) 

  • 14h : Louise Dehondt, présentation de thèse : « Le Poète, la rose et le sablier. Représentations de la vieillesse féminine dans la poésie en langue romane de la Renaissance et de l’âge baroque »
  • 15h30 : Rencontre par visioconférence avec l’historien Jérémie Foa et le dessinateur Pochep autour de la bande dessinée Sacrées Guerres et du livre Tous ceux qui tombent. Nouveaux visages de la Saint-Barthélemy : « Ecrire l’histoire des guerres de Religion aujourd’hui »
 

Pour assister en présentiel : merci de bien vouloir signaler votre présence d’ici le 15 janvier à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com). 

 
Pour assister à distance : https://us02web.zoom.us/j/89624070403 / ID de réunion : 896 2407 0403

Assemblée générale, Bibliothèques Virtuelles Humanistes, 15 décembre 2021

Assemblée Générale

Bibliothèques Virtuelles Humanistes

 

 

Mercredi 15 décembre 2021

CESR, Tours – Salle Rapin

Ouvert au public sous réserve d’inscription préalable : en ligne, jusqu’au 13 décembre 2021

 

Cette assemblée générale annuelle, malheureusement annulée en 2020 en raison de la crise sanitaire, sera d’autant plus importante que 2021 s’avère être une année charnière sur bien des plans. Outre la clôture de l’EquipEx Biblissima après huit années de travaux et de collaborations fructueuses, la poursuite des activités s’organise dans le cadre de l’EquipEx Biblissima+ dont les BVH restent parties prenantes pour l’étude et la valorisation du Patrimoine Écrit de la Renaissance. À ce titre, une cinquantaine de documents issus du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Tours ont été numérisés et mis en ligne (projet CollEx-Persée « Bibliothèque de Raymond Marcel ») ; en parallèle, les mises en ligne des fonds du Mans et d’Angers (projet « Bibliothèques humanistes ligériennes ») se poursuivent, ainsi que la numérisation d’exemplaires exceptionnels tel le Térence annoté par Montaigne (collection privée). Le corpus Epistemon s’enrichit de dix éditions TEI de textes d’auteurs de référence, tels que Boccace, Calvin, Commynes, Des Périers, Du Bellay, Fauchet, Platon. De plus, l’indexation des Bibliotheques françoises se poursuit avec de nouvelles fonctionnalités pour l’analyse.
Outre l’accroissement des corpus numériques, l’équipe d’ingénieurs du programme BVH s’est étoffée en 2021 pour appuyer la refonte globale de l’architecture informatique de sa bibliothèque. Cela passe notamment par l’établissement d’un modèle de données aussi complexe qu’exigeant au vu de la diversité des sources patrimoniales décrites, exploitées et diffusées dans un contexte toujours attentif à la science ouverte et au partage des communs. Ces principes, qui ont présidé au programme BVH depuis sa création en 2003, se traduiront bientôt par la mise en place de nouveaux protocoles d’échanges, tel que IIIF pour l’interopérabilité des images.

La présentation et l’ordre du jour de l’assemblée générale sont disponibles ci-dessous et en ligne, sur le blog : https://bvh.hypotheses.org/6872

Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions (du fait du nombre limité de places dans la salle, ainsi que des consignes sanitaires en vigueur), nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre présence avant le 13 décembre, par le biais du formulaire d’inscription suivant. Selon l’évolution des consignes sanitaires, un accès en visio-conférence sera éventuellement proposé aux participants.

 

9h30 | Accueil
10h-12h30 | Assemblée générale 2021
– Bilan & perspectives
– Avancement de la production & évènements
– Architecture de la bibliothèque numérique

 

14h30-17h | Présentations de projets & publications 2021
– « Les Bibliotheques françoises »
– Nouveautés de la base de données & poursuite de l’indexation
– Scripta Manent
Une nouvelle base de données : les relations sociales par les textes poétiques et leur diffusion imprimée (1530-1560)
– Rabelais – Les documents de Berne et l’almanach d’Alessandria > « Bibliothèque de Raymond Marcel » (CollEx-Persée)
– L’exemplaire de Térence annoté par Montaigne

Responsable scientifique : Chiara Lastraioli

 

Inscriptions jusqu’au 13 décembre 2021 : en ligne, via le formulaire

Informations & contact : bvh@univ-tours.fr | 02 47 36 77 80

www.bvh.univ-tours.fr | bvh.hypotheses.org

LA FORME VERSIFIÉE DU DIALOGUE DANS LES GENRES NARRATIFS (XVE-XVIIE SIÈCLES), 26 novembre

LA FORME VERSIFIÉE DU DIALOGUE DANS LES GENRES NARRATIFS (XVE-XVIIE SIÈCLES)

 

 

LE 26 NOVEMBRE 2021
9h00 – 16h30
Cette journée d’étude, organisée dans le cadre du projet “Écriture des genres” de l’axe 1, porte sur les dialogues dans les genres narratifs en vers du XVe au XVIIe siècles.

Il s’agit d’observer comment, à une époque où les récits en vers persistent à des degrés divers à côté d’une littérature en prose, les auteurs et autrices adaptent la forme du dialogue à leurs contraintes métriques et narratives spécifiques. Les enjeux d’un tel choix sont essentiellement stylistiques et poétiques. Il faut voir en particulier, dans le cadre métrique, les modalités de l’intégration du dialogue dans le récit, les traits d’oralité éventuels et la conduite rhétorico-argumentative du discours. À une époque où une culture de l’écrit s’instaure progressivement, la représentation de l’oral dans une littérature en vers qui joue de ses contraintes avec virtuosité, implique des techniques narratives et métriques élaborées. D’où l’intérêt de tenter de mettre au jour les spécificités dialogales de la forme vers par rapport à la forme prose.

Programme.

En pratique

Journée organisée sur place et à distance.
Pour participer en ligne cliquez sur ce lien (Zoom).

Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire
Maison des Langues et des Cultures
Salle Jacques Cartier

CONTACTS

La querelle des renaissances : une catégorie en débat, 26 novembre

La querelle des renaissances :

une catégorie en débat

Journée d’études

26 novembre 2021

Université Paris 8

De la Renaissance de Michelet et de Burckhardt aux « renaissances » médiévales d’Ampère et du débat académique américain, la catégorie historiographique n’a cessé de faire débat chez les historiens modernistes et médiévistes. Dans les dernières décennies du XXe siècle, les études sur la ou les « renaissances » se sont multipliées : il s’est agi d’abord d’affirmer la pluralité des « re- naissances » et d’affiner la définition historique de la catégorie, mais aussi, de plus en plus, de contester sa pertinence, voire de dénoncer une imposture. Ce qui fut alors entrepris, c’est bien une sorte de procès de la Renaissance.

De fait, tandis que ce terme est devenu un outil critique et historiographique largement partagé, la catégorie s’est fragilisée : on lui ôte ou l’on revendique sa majuscule ; on relativise sa dimension historique en passant du singulier au pluriel ; on suggère son obsolescence en lui substituant une autre catégorie, surtout dans le monde anglo-américain, celle « d’early modern » (« première modernité »), ou de « pre-modern » (pré-modernité) ; on la conteste en créant des catégories critiques alternatives : « contre-renaissance », « anti-renaissance ». Mais en même temps que la notion de « renaissance » était remise en question et soumise à un processus de déconstruction, elle a fait l’objet de réappropriations ou de réhabilitations.

D’un siècle à l’autre, d’une décennie à l’autre, la catégorie historique de Renaissance constitue un outil polémique, dont la mobilité et la flexibi- lité épistémologiques, les enjeux idéologiques et la charge symbolique ne cessent de susciter des querelles interprétatives.

Cette journée d’étude se propose de revenir sur cette querelle au long cours en confrontant les disciplines, les siècles et les aires géographiques. Les différentes contributions auront vocation à nourrir le troisième volume d’une série de quatre ouvrages prévus par notre programme de recherche : Renaissances 3. Une catégorie en débat : enjeux disciplinaires et diffusion des savoirs (XIXe-XXIe siècle).

Programme de la journée.

Programme de recherche – Université Paris Lumières

www.renaissances-upl.com

Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique

Dante en France au seizième siècle. Lyon, 6 novembre 2021

Table-ronde annuelle RHR

Dante en France au seizième siècle

 

Comité scientifique : Gilles Polizzi, Nora Viet, Michèle Clément

samedi 6 novembre 2021 à partir de 9h30

Lyon, Maison des Sciences de l’Homme

14 avenue Berthelot

Amphi Marc Bloch

Contacts : michele.clement@univ-lyon2.fr

 

L’anniversaire de la mort de Dante (1321) est l’occasion de nombreuses célébrations, surtout en Italie. Celles-ci ont commencé dès 2019 (colloque Dante e la sua eredità (1321-2021), nuove prospettive sulla terza rima, Vérone, Museo Civico di Storia Naturale, 2-4 octobre 2019) et se poursuivront encore toute l’année 2021. À cette occasion, et de façon plus modeste, l’Association d’étude de la Renaissance, l’Humanisme et la Réforme souhaite reprendre un dossier qui a beaucoup occupé les chercheurs au début du XXe siècle sur la présence et l’influence, apparemment minces, de Dante en France au XVIe siècle avant la grande traduction de l’abbé Grangier en 1597. Les travaux de Picot, Hauvette, Farinelli peuvent être aujourd’hui réexaminés (Franco Simone le demandait déjà en 1963) à la lumière de nouvelles recherches et de nouveaux dé-pouillements. L’histoire du livre, l’histoire de la langue et du « vulgaire illustre », l’analyse nouvelle des circulations des savants et des livres (imprimés et manuscrits), nous amènent à discuter cette discrétion de l’influence dantesque, submergée sous la vague pétrarquiste et la vague boccacienne. C’est une table ronde que nous organisons à ce sujet le 6 novembre 2021. Il faut peut-être déplacer le point focal de la Commedia vers d’autres textes de Dante, comme le De Vulgari eloquentia et la Vita nuova, qu’on a cru ignorés presque tout au long du XVIe siècle en France, et aussi prendre en compte les vies de Dante, pour réévaluer la lecture de Dante et son rôle dans l’histoire de la langue, de la terza rima, du sonnet, du commentaire, de l’auctorialité, de l’esthétique de l’obscurité…

Des spécialistes animeront la table ronde à partir de leurs recherches en proposant des courtes interventions thématiques et tous les participants sont invités à prendre la parole.

Pré-programme de la table ronde (par ordre alphabétique) :

Jean Balsamo (U. de Reims) Dante en France au XVIe siècle à la lumière de l’histoire du livre.

Paola Cifarelli (U. de Turin) Entre philologie et histoire : à propos du contexte de production de la première traduction française de la Comedia (ms Torino, BNU, L. III. 17).

Richard Cooper (U. d’Oxford) Illustrations de Dante au XVIe siècle en France.

Thomas Hunkeler (U. de Fribourg) « Lire Dante à travers Sperone Speroni ».

Alison Baird Lovell (U. du Wisconsin) « Dirlo non savrei » : l’amour sublime chez Dante et Scève (en marge de son livre : The Shadow of Dante in French Renaissance Lyric: Scève’s Délie, Walter de Gruyter, 2020).

Massimo Lucarelli (U. de Chambéry) Présentation du projet ANR DHAF (Dante d’Hier à Aujourd’hui en France, coordonné par Ph. Guérin) ; quelques remarques sur le De vulgari eloquentia en France au XVIe siècle.

Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) Insertion tardive de Dante dans le corpus allégorique français (1501-1518).

Stefania Vignali (U. de Turin) Mise en texte, mise en page, mise en image : le manuscrit bilingue de la première traduction de l’Enfer de Dante (ms Torino, BNU L. III.17).

Pierre de L’Estoile, homme de cabinet, homme de réseaux. 25-26 novembre 2021

Pierre de L’Estoile,

homme de cabinet, homme de réseaux

 

 

Colloque international organisé par
Nancy Oddo et Gilbert Schrenck.

 

25 – 26 novembre 2021, université Sorbonne-Nouvelle

 

Pierre de L’Estoile (1546-1611), parlementaire parisien, érudit de vaste culture et fort curieux de son temps, est connu pour ses Mémoires-Journaux rédigés du 30 mai 1574 au 27 septembre 1611, veille de sa mort. Ce fidèle serviteur d’Henri III et d’Henri IV, opposé aux extrémismes ligueurs au risque de sa vie, y consigne les malheurs du temps des guerres de Religion, nous offrant un tableau réaliste des violentes passions qui agitent ses contemporains, mais aussi quelques bonnes nouvelles, faisant revivre des vies minuscules, égrenant le temps qu’il fait, les livres lus, les rencontres, les amis qui meurent, la vie comme elle va en cette fin de XVIe siècle, sans jamais sacrifier sa foi dans les pouvoirs de la littérature pour restaurer la dignité de l’homme. Dénonçant les excès des Grands, les scandales des mœurs et les travers de la société, il poursuit parallèlement ses activités de collectionneur passionné, entre autres traces du temps, de libelles et placards qu’il compile dans le Recueil des Belles Figures et Drollerie de la Ligue et dans d’imposants volumes de « ramas ».

Ses œuvres constituent un témoignage rare, en cette période de fanatismes, d’un esprit de tolérance et d’un idéal de paix. De récentes études et l’édition de son Journal ont essayé de les préciser : elles méritaient amplement ce premier colloque international où des spécialistes de différentes disciplines tenteront de restituer le rôle et la place de L’Estoile par rapport à son milieu, et de préciser son action d’homme politique, ses convictions religieuses et la dimension littéraire de ses écrits.

Programme complet ici.

Présences de la voix. XVIe-XVIIIe siècles, 4-6 novembre 2021

Présences de la voix. XVIe-XVIIIe siècles

Toulouse, 4-6 novembre 2021

 

Colloque organisé par : Pascale Chiron, Philippe Chométy, Hélène Cussac et Agnès Rees.

Équipe de recherche PLH/ELH (Patrimoine, Littérature, Histoire/Equipe Littérature et Herméneutique).

Le colloque « Présences de la voix » a pour but d’interroger, dans une perspective interdisciplinaire, les différentes représentations de la voix dans les textes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, en articulant les approches littéraires et oratoires, scientifiques et médicales, mais aussi pratiques et théoriques.
Le problème de la voix se pose en effet de manière particulière à cette époque dite préclassique et classique où prédomine encore une conception largement orale voire oratoire de la littérature. Le colloque sera l’occasion de faire le point sur les recherches les plus récentes qui ont pour objet les discours sur la voix, sur sa douceur, sa force déclamatoire, sur ses pathologies ordinaires, etc. Il invite à une réflexion sur différentes figurations de la voix : voix humaine (et éventuellement animale), tableaux sonores, actio éloquente, artifices vocaux, etc. Il portera aussi sur les dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de la voix.
En liaison étroite avec ces recherches théoriques, le colloque donnera toute sa place à l’art de dire les textes. Il sera proposé une projection de la captation de la mise en scène collective (P.-A. Clerc, M. Bouffard, B. Louvat, O. Bettens) de L’École des femmes de Molière, qui s’inscrit dans le cadre du programme de recherche expérimentale « Jouer L’École des femmes selon les sources historiques du XVIIe siècle ». Des ateliers permettront aux participants de s’entraîner à la performance vocale : grâce aux indications laissées par les auteurs eux-mêmes, aux éléments présents dans le texte écrit, aux témoignages d’époque, il sera possible de s’initier aux dictions reconstituées, historiquement informées, des textes de l’âge classique.

Attention, les manifestations du samedi n’auront pas lieu à l’UT2J mais à l’Université du Temps Libre, 56 rue du Taur, 31000 Toulouse (en centre ville).

Programme complet à consulter ici.

Moi(s) Montaigne. “Montaigne voyage”, 10 novembre – 4 décembre 2021

Moi(s) Montaigne. “Montaigne voyage”

10 novembre – 4 décembre 2021

 

Manifestation organisée par le Centre Montaigne, avec le soutien du Service Culture de l’Université Bordeaux Montaigne, de l’équipe TELEM et de la Libraire Mollat. 

En collaboration avec la l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Bordeaux, la Bibliothèque Mériadeck, la DRAC Nouvelle Aquitaine, la Machine à Lire, le Muséum de Bordeaux et la Société des Bibliophiles de Guyenne. 

 

10 novembre, 18h-19h30 –  En route, sur les traces de Montaigne  Lectures commentées des étapes majeures du Journal de voyage en Italie, par Violaine Giacomotto, Station Ausone (Librairie Mollat).

15 novembre, 17h30-19h – De ruines en ruines
«Antiquitates urbis: les antiquaires italiens aux sources de l’Antiquité de Bourdeaus», conférence d’Anne Raffarin (UPEC). Société des Bibliophiles de Guyenne, Auditorium de la Bibliothèque Mériadeck.

De Bordeaux à l’Italie, et retour, en deux étapes:
16 novembre, 18h-19h30
«Bordelais en Italie – L’Italie à Bordeaux, à l’époque de Montaigne», conférence de Jean Balsamo (Université de Reims), Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres, 1 place Bardineau (salons de l’Académie, 1er étage).

17 novembre, 10h30-12h
«Autour des livres liés à l’Italie et à Montaigne : livres italiens du XVIe siècle conservés à Bordeaux, livres en italien imprimés en France et livres italiens de Montaigne», par Jean Balsamo. La présentation se tiendra au département des Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque Mériadeck, .

23 novembre, 18h-19h30 – Un autre voyage
«Le grand voyage de Charles IX et de la Cour (1564-1566) : une découverte de la France et un entracte de paix», conférence d’Anne-Marie Cocula, Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres, 1 place Bardineau, Bordeaux.

25 novembre, 18h-19h30 – Escale au jardin«‘En toute faveur de nature’ : Montaigne et les jardins italiens», conférence d’Hervé Brunon (Centre André Chastel), salon de La Machine à Musique Lignerolles / Machine à Lire, 13/15 rue du Parlement Ste Catherine.

30 novembre, 18h-20h. Une halte à Bâle, dans le cabinet de curiosités de Felix Platter

« ‘Ce que je vis de remarquable : Montaigne à la rencontre des curiosités », conférence de Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers),
précédée d’une visite libre de la nouvelle exposition du Muséum : «Collectionner la nature?».

4 décembre, 15h30 – Dernière escale ou nouveau départ? Un voyage musical dans l’Italie au temps de Montaigne
Concert de musique vocale de la Renaissance par l’ensemble « Le Plisson », chapelle de la DRAC Nouvelle Aquitaine, 54 rue Magendie.

 Contact : LeMoisMontaigne@u-bordeaux-montaigne.fr 

Programme à télécharger.