Archives de catégorie : Colloques et manifestations

LA FORME VERSIFIÉE DU DIALOGUE DANS LES GENRES NARRATIFS (XVE-XVIIE SIÈCLES), 26 novembre

LA FORME VERSIFIÉE DU DIALOGUE DANS LES GENRES NARRATIFS (XVE-XVIIE SIÈCLES)

 

 

LE 26 NOVEMBRE 2021
9h00 – 16h30
Cette journée d’étude, organisée dans le cadre du projet “Écriture des genres” de l’axe 1, porte sur les dialogues dans les genres narratifs en vers du XVe au XVIIe siècles.

Il s’agit d’observer comment, à une époque où les récits en vers persistent à des degrés divers à côté d’une littérature en prose, les auteurs et autrices adaptent la forme du dialogue à leurs contraintes métriques et narratives spécifiques. Les enjeux d’un tel choix sont essentiellement stylistiques et poétiques. Il faut voir en particulier, dans le cadre métrique, les modalités de l’intégration du dialogue dans le récit, les traits d’oralité éventuels et la conduite rhétorico-argumentative du discours. À une époque où une culture de l’écrit s’instaure progressivement, la représentation de l’oral dans une littérature en vers qui joue de ses contraintes avec virtuosité, implique des techniques narratives et métriques élaborées. D’où l’intérêt de tenter de mettre au jour les spécificités dialogales de la forme vers par rapport à la forme prose.

Programme.

En pratique

Journée organisée sur place et à distance.
Pour participer en ligne cliquez sur ce lien (Zoom).

Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire
Maison des Langues et des Cultures
Salle Jacques Cartier

CONTACTS

La querelle des renaissances : une catégorie en débat, 26 novembre

La querelle des renaissances :

une catégorie en débat

Journée d’études

26 novembre 2021

Université Paris 8

De la Renaissance de Michelet et de Burckhardt aux « renaissances » médiévales d’Ampère et du débat académique américain, la catégorie historiographique n’a cessé de faire débat chez les historiens modernistes et médiévistes. Dans les dernières décennies du XXe siècle, les études sur la ou les « renaissances » se sont multipliées : il s’est agi d’abord d’affirmer la pluralité des « re- naissances » et d’affiner la définition historique de la catégorie, mais aussi, de plus en plus, de contester sa pertinence, voire de dénoncer une imposture. Ce qui fut alors entrepris, c’est bien une sorte de procès de la Renaissance.

De fait, tandis que ce terme est devenu un outil critique et historiographique largement partagé, la catégorie s’est fragilisée : on lui ôte ou l’on revendique sa majuscule ; on relativise sa dimension historique en passant du singulier au pluriel ; on suggère son obsolescence en lui substituant une autre catégorie, surtout dans le monde anglo-américain, celle « d’early modern » (« première modernité »), ou de « pre-modern » (pré-modernité) ; on la conteste en créant des catégories critiques alternatives : « contre-renaissance », « anti-renaissance ». Mais en même temps que la notion de « renaissance » était remise en question et soumise à un processus de déconstruction, elle a fait l’objet de réappropriations ou de réhabilitations.

D’un siècle à l’autre, d’une décennie à l’autre, la catégorie historique de Renaissance constitue un outil polémique, dont la mobilité et la flexibi- lité épistémologiques, les enjeux idéologiques et la charge symbolique ne cessent de susciter des querelles interprétatives.

Cette journée d’étude se propose de revenir sur cette querelle au long cours en confrontant les disciplines, les siècles et les aires géographiques. Les différentes contributions auront vocation à nourrir le troisième volume d’une série de quatre ouvrages prévus par notre programme de recherche : Renaissances 3. Une catégorie en débat : enjeux disciplinaires et diffusion des savoirs (XIXe-XXIe siècle).

Programme de la journée.

Programme de recherche – Université Paris Lumières

www.renaissances-upl.com

Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique

Dante en France au seizième siècle. Lyon, 6 novembre 2021

Table-ronde annuelle RHR

Dante en France au seizième siècle

 

Comité scientifique : Gilles Polizzi, Nora Viet, Michèle Clément

samedi 6 novembre 2021 à partir de 9h30

Lyon, Maison des Sciences de l’Homme

14 avenue Berthelot

Amphi Marc Bloch

Contacts : michele.clement@univ-lyon2.fr

 

L’anniversaire de la mort de Dante (1321) est l’occasion de nombreuses célébrations, surtout en Italie. Celles-ci ont commencé dès 2019 (colloque Dante e la sua eredità (1321-2021), nuove prospettive sulla terza rima, Vérone, Museo Civico di Storia Naturale, 2-4 octobre 2019) et se poursuivront encore toute l’année 2021. À cette occasion, et de façon plus modeste, l’Association d’étude de la Renaissance, l’Humanisme et la Réforme souhaite reprendre un dossier qui a beaucoup occupé les chercheurs au début du XXe siècle sur la présence et l’influence, apparemment minces, de Dante en France au XVIe siècle avant la grande traduction de l’abbé Grangier en 1597. Les travaux de Picot, Hauvette, Farinelli peuvent être aujourd’hui réexaminés (Franco Simone le demandait déjà en 1963) à la lumière de nouvelles recherches et de nouveaux dé-pouillements. L’histoire du livre, l’histoire de la langue et du « vulgaire illustre », l’analyse nouvelle des circulations des savants et des livres (imprimés et manuscrits), nous amènent à discuter cette discrétion de l’influence dantesque, submergée sous la vague pétrarquiste et la vague boccacienne. C’est une table ronde que nous organisons à ce sujet le 6 novembre 2021. Il faut peut-être déplacer le point focal de la Commedia vers d’autres textes de Dante, comme le De Vulgari eloquentia et la Vita nuova, qu’on a cru ignorés presque tout au long du XVIe siècle en France, et aussi prendre en compte les vies de Dante, pour réévaluer la lecture de Dante et son rôle dans l’histoire de la langue, de la terza rima, du sonnet, du commentaire, de l’auctorialité, de l’esthétique de l’obscurité…

Des spécialistes animeront la table ronde à partir de leurs recherches en proposant des courtes interventions thématiques et tous les participants sont invités à prendre la parole.

Pré-programme de la table ronde (par ordre alphabétique) :

Jean Balsamo (U. de Reims) Dante en France au XVIe siècle à la lumière de l’histoire du livre.

Paola Cifarelli (U. de Turin) Entre philologie et histoire : à propos du contexte de production de la première traduction française de la Comedia (ms Torino, BNU, L. III. 17).

Richard Cooper (U. d’Oxford) Illustrations de Dante au XVIe siècle en France.

Thomas Hunkeler (U. de Fribourg) « Lire Dante à travers Sperone Speroni ».

Alison Baird Lovell (U. du Wisconsin) « Dirlo non savrei » : l’amour sublime chez Dante et Scève (en marge de son livre : The Shadow of Dante in French Renaissance Lyric: Scève’s Délie, Walter de Gruyter, 2020).

Massimo Lucarelli (U. de Chambéry) Présentation du projet ANR DHAF (Dante d’Hier à Aujourd’hui en France, coordonné par Ph. Guérin) ; quelques remarques sur le De vulgari eloquentia en France au XVIe siècle.

Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) Insertion tardive de Dante dans le corpus allégorique français (1501-1518).

Stefania Vignali (U. de Turin) Mise en texte, mise en page, mise en image : le manuscrit bilingue de la première traduction de l’Enfer de Dante (ms Torino, BNU L. III.17).

Pierre de L’Estoile, homme de cabinet, homme de réseaux. 25-26 novembre 2021

Pierre de L’Estoile,

homme de cabinet, homme de réseaux

 

 

Colloque international organisé par
Nancy Oddo et Gilbert Schrenck.

 

25 – 26 novembre 2021, université Sorbonne-Nouvelle

 

Pierre de L’Estoile (1546-1611), parlementaire parisien, érudit de vaste culture et fort curieux de son temps, est connu pour ses Mémoires-Journaux rédigés du 30 mai 1574 au 27 septembre 1611, veille de sa mort. Ce fidèle serviteur d’Henri III et d’Henri IV, opposé aux extrémismes ligueurs au risque de sa vie, y consigne les malheurs du temps des guerres de Religion, nous offrant un tableau réaliste des violentes passions qui agitent ses contemporains, mais aussi quelques bonnes nouvelles, faisant revivre des vies minuscules, égrenant le temps qu’il fait, les livres lus, les rencontres, les amis qui meurent, la vie comme elle va en cette fin de XVIe siècle, sans jamais sacrifier sa foi dans les pouvoirs de la littérature pour restaurer la dignité de l’homme. Dénonçant les excès des Grands, les scandales des mœurs et les travers de la société, il poursuit parallèlement ses activités de collectionneur passionné, entre autres traces du temps, de libelles et placards qu’il compile dans le Recueil des Belles Figures et Drollerie de la Ligue et dans d’imposants volumes de « ramas ».

Ses œuvres constituent un témoignage rare, en cette période de fanatismes, d’un esprit de tolérance et d’un idéal de paix. De récentes études et l’édition de son Journal ont essayé de les préciser : elles méritaient amplement ce premier colloque international où des spécialistes de différentes disciplines tenteront de restituer le rôle et la place de L’Estoile par rapport à son milieu, et de préciser son action d’homme politique, ses convictions religieuses et la dimension littéraire de ses écrits.

Programme complet ici.

Présences de la voix. XVIe-XVIIIe siècles, 4-6 novembre 2021

Présences de la voix. XVIe-XVIIIe siècles

Toulouse, 4-6 novembre 2021

 

Colloque organisé par : Pascale Chiron, Philippe Chométy, Hélène Cussac et Agnès Rees.

Équipe de recherche PLH/ELH (Patrimoine, Littérature, Histoire/Equipe Littérature et Herméneutique).

Le colloque « Présences de la voix » a pour but d’interroger, dans une perspective interdisciplinaire, les différentes représentations de la voix dans les textes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, en articulant les approches littéraires et oratoires, scientifiques et médicales, mais aussi pratiques et théoriques.
Le problème de la voix se pose en effet de manière particulière à cette époque dite préclassique et classique où prédomine encore une conception largement orale voire oratoire de la littérature. Le colloque sera l’occasion de faire le point sur les recherches les plus récentes qui ont pour objet les discours sur la voix, sur sa douceur, sa force déclamatoire, sur ses pathologies ordinaires, etc. Il invite à une réflexion sur différentes figurations de la voix : voix humaine (et éventuellement animale), tableaux sonores, actio éloquente, artifices vocaux, etc. Il portera aussi sur les dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de la voix.
En liaison étroite avec ces recherches théoriques, le colloque donnera toute sa place à l’art de dire les textes. Il sera proposé une projection de la captation de la mise en scène collective (P.-A. Clerc, M. Bouffard, B. Louvat, O. Bettens) de L’École des femmes de Molière, qui s’inscrit dans le cadre du programme de recherche expérimentale « Jouer L’École des femmes selon les sources historiques du XVIIe siècle ». Des ateliers permettront aux participants de s’entraîner à la performance vocale : grâce aux indications laissées par les auteurs eux-mêmes, aux éléments présents dans le texte écrit, aux témoignages d’époque, il sera possible de s’initier aux dictions reconstituées, historiquement informées, des textes de l’âge classique.

Attention, les manifestations du samedi n’auront pas lieu à l’UT2J mais à l’Université du Temps Libre, 56 rue du Taur, 31000 Toulouse (en centre ville).

Programme complet à consulter ici.

Moi(s) Montaigne. “Montaigne voyage”, 10 novembre – 4 décembre 2021

Moi(s) Montaigne. “Montaigne voyage”

10 novembre – 4 décembre 2021

 

Manifestation organisée par le Centre Montaigne, avec le soutien du Service Culture de l’Université Bordeaux Montaigne, de l’équipe TELEM et de la Libraire Mollat. 

En collaboration avec la l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Bordeaux, la Bibliothèque Mériadeck, la DRAC Nouvelle Aquitaine, la Machine à Lire, le Muséum de Bordeaux et la Société des Bibliophiles de Guyenne. 

 

10 novembre, 18h-19h30 –  En route, sur les traces de Montaigne  Lectures commentées des étapes majeures du Journal de voyage en Italie, par Violaine Giacomotto, Station Ausone (Librairie Mollat).

15 novembre, 17h30-19h – De ruines en ruines
«Antiquitates urbis: les antiquaires italiens aux sources de l’Antiquité de Bourdeaus», conférence d’Anne Raffarin (UPEC). Société des Bibliophiles de Guyenne, Auditorium de la Bibliothèque Mériadeck.

De Bordeaux à l’Italie, et retour, en deux étapes:
16 novembre, 18h-19h30
«Bordelais en Italie – L’Italie à Bordeaux, à l’époque de Montaigne», conférence de Jean Balsamo (Université de Reims), Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres, 1 place Bardineau (salons de l’Académie, 1er étage).

17 novembre, 10h30-12h
«Autour des livres liés à l’Italie et à Montaigne : livres italiens du XVIe siècle conservés à Bordeaux, livres en italien imprimés en France et livres italiens de Montaigne», par Jean Balsamo. La présentation se tiendra au département des Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque Mériadeck, .

23 novembre, 18h-19h30 – Un autre voyage
«Le grand voyage de Charles IX et de la Cour (1564-1566) : une découverte de la France et un entracte de paix», conférence d’Anne-Marie Cocula, Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres, 1 place Bardineau, Bordeaux.

25 novembre, 18h-19h30 – Escale au jardin«‘En toute faveur de nature’ : Montaigne et les jardins italiens», conférence d’Hervé Brunon (Centre André Chastel), salon de La Machine à Musique Lignerolles / Machine à Lire, 13/15 rue du Parlement Ste Catherine.

30 novembre, 18h-20h. Une halte à Bâle, dans le cabinet de curiosités de Felix Platter

« ‘Ce que je vis de remarquable : Montaigne à la rencontre des curiosités », conférence de Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers),
précédée d’une visite libre de la nouvelle exposition du Muséum : «Collectionner la nature?».

4 décembre, 15h30 – Dernière escale ou nouveau départ? Un voyage musical dans l’Italie au temps de Montaigne
Concert de musique vocale de la Renaissance par l’ensemble « Le Plisson », chapelle de la DRAC Nouvelle Aquitaine, 54 rue Magendie.

 Contact : LeMoisMontaigne@u-bordeaux-montaigne.fr 

Programme à télécharger.

Sous le soleil noir : discours et représentations de la mélancolie dans la littérature médiévale et renaissante

Sous le Soleil noir : discours et représentations de la mélancolie dans la littérature médiévale et renaissante

Colloque franco-polonais, Université de Cracovie

14-15 octobre 2021

Jeudi 14 octobre: Salle Bobrzyńskiego (Collegium Maius)

13.30-14.00 visite du Musée de l’Université (Collegium Maius)
14.00-14.30 ouverture du Colloque

Première session, présidence : Véronique Ferrer

14.30-15.00 Barbara Marczuk (Cracovie) : « En guise d’introduction : mélancolie – regard médical (Aristote Problème XXX, Marsile Ficin, André du Laurens, Robert Burton) »
15.00-15.30 Katarzyna Dybeł (Cracovie) :  « Soigner la mélancolie au Moyen Âge : conseils et remèdes tirés des romans français des XIIe-XIIIe siècles »
15.30-16.15 discussion et pause

Deuxième session, présidence : Isabelle Fabre

16.15-16.45 Joanna Gorecka-Kalita (Cracovie): “Tristan et le démon de midi”
16.45-17.15 Agata Sobczyk (Varsovie)  Deuil et mélancolie de Narcisse: Le joli buisson de jeunesse de Jean Froissart (1373)”.
17.15-17.45 Marianne Closson (Université d’Artois), « Mélancolie, illusion diabolique et création artistique »
17.45-18.30 discussion et pause

Vendredi 15 octobre : salle A2, Collegium Paderevianum (siège de l’Institut de Philologie Romane)

Troisième sessionprésidence : Marianne Closson

9.00-9.30 Elwira Buszewicz (Cracovie), Entre dépression et ennui. Étranges mélancolies de Clemens Ianitius (1516-1543)
9.30-10.00 Véronique Ferrer (Université Paris Nanterre), « “Eros mélancolique”. La folie d’amour chez les poètes de la fin du XVIe siècle »
10.00-10.30 Magdalena Koźluk (Łódź) Les phantasmata du mélancolique d’après Louis Caseneuve (1626) (video-conférence)
10.30-11.15 discussion et pause

Quatrième session, présidence :  Dariusz Krawczyk

11.15-11.45 Olivier Millet (Sorbonne Université) : “La mélancolie dans Les Regrets de Du Bellay, sa place parmi les autres humeurs et sa thérapie”.
11.45-12.15 Dorota Szeliga (Université de Varsovie) “Les “reliques cendreuses” de la Ville éternelle. Mélancolie et espoir dans Les Antiquités de Rome de Joachim Du Bellay”

12.15-12.45 Discussion

Cinquième session, présidence : Olivier Millet

14.15-14.45 Isabelle Fabre (Université Paris Nanterre), “Les eaux mélancoliques. Poétique du Ps. 137 de Gerson à Marot”
14.45-15.15 Brenda Dunn-Lardeau (Université de Montréal), « Le mot et l’idée de mélancolie dans quelques Chansons spirituelles de Marguerite de Navarre ».
15.15-15.45 Dariusz Krawczyk (Université de Varsovie) “Paysages de la mélancolie dans les longs poèmes apocalyptiques français”
15.45 discussion, pause
16.30 clôture du colloque : Dariusz Krawczyk

Responsables : Véronique Ferrer, Dariusz Krawczyk et Barbara Marczuk

Programme au format PDF.

(Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times

Workshop (Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times

 – , 1:40PM – 6:30PM
Contact
warburg@sas.ac.uk
020 7862 8910

Names and epithets, historical facts, rituals and monuments, textual fragments, plants and places: these are samples of the wide material that the mythographic tradition deals with. How do we organise it? What data to choose, how to present it and what for? This workshop will question the different forms of mythographic compilation. Many of them baffle our sense of order and classification and it is tempting to qualify them as confused bundles. But, by orchestrating the collection of ancient texts and/or images and thus arranging different circulations in the treasure of ancient knowledge, mythographies present themselves as creative enterprises. Could we argue that compilation is a form of thought inherent in mythological creation, even in its artistic forms? Homer’s poems are based on different modes of assemblage and were immediately received as a mythographic encyclopaedia.

By visiting some of the compilation models developed since Antiquity, we will interrogate the ways in which they give new meanings to the ancient pantheon. Poetics, iconology, hermeneutic and anthropology are intimately linked here. How could we describe the forms of mythographic compilation? What mental procedures underlie them? What intellectual operations do they require of their users? To what extent a conception of the order of things can be read through their specific arrangement of data, how do they reflect a specific state of culture? These issues will be raised through images, texts, and artefacts. Although these domains obey their own logic, an important part of the mythographic production is found at their interface.

Organised by Céline Bohnert (Warburg Institute Visiting Fellow).

image: detail from Raffaelo’s Concilio degli dei, Villa Farnesina, Rome, c. 1517-1518

PROGRAMME (UK time / GMT):

Thursday, November 25th

13:40 – Welcome & Introduction

14:00 – *François Lissarrague (EHESS): ‘La mise en ordre et en image des exploits d’Héraclès et de Thésée’. Q&A

15:00 – Charles Delattre (Univ. Lille): ‘Mythography as visual art? From the compilation of data to their representation in the mythographic treatises of Palatinus Graecus 398′. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – Frank Coulson (Univ. Iowa): ‘Cataloguing the medieval Latin commentaries on Ovid’s Metamorphoses:  Problems and Perspectives’. Q&A

17:30 – Lorenza Gay (Independant Scholar): ‘”Selon l’istorial matiere” Depictions and Interpretations of the Greco-Roman Gods in Late Medieval French Illuminated Manuscripts: Building Meaning(s) in Texts and Images from the Ovide moralisé to Christine de Pizan’. Q&A

Friday, November 26th

15:00 – Elisa Sani (Courtauld Institute): ‘Feasting with the Gods: Ancient mythology on Italian Renaissance ceramics’. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – *Françoise Graziani (Univ. Corte): ‘De la composition des mythographies renaissantes’. Q&A

17:30 – Agnès Guiderdoni (Univ. Louvain, FNRS): ‘From Mythography to Iconology: Images of the Gods Reordered by Jean Baudoin (Conti, Mythologie, 1627)’. Q&A

*English translations of these papers will be provided.

FREE VIA ZOOM. PLEASE BOOK IN ADVANCE

Réservation : https://sas.sym-online.com/registrationforms/warburg-booking43389/done/

La circulation des personnes, des idées et des livres entre France et Italie au XVIe siècle

La circulation des personnes, des idées et des livres entre France et Italie au XVIe siècle

 

Neuchâtel, colloque international,

11-12 octobre 2021

 

Les relations entre le royaume de France et la péninsule italienne au xvie siècle ont fait l’objet de multiples travaux. Dans le prolongement de ces recherches, ce colloque propose d’examiner conjointement les circulations des personnes, des idées et des livres entre les espaces français et italien. Il entend contribuer à la connaissance de la vie culturelle et religieuse des espaces concernés mais aussi – et surtout – promouvoir une histoire des transferts culturels à la Renaissance et dans la première modernité.

Organisation

Université de Neuchâtel, avec le soutien du Centre Roland Mousnier (Sorbonne Université), de l’Università di Torino, du projet FNS « Républicanismes méridionaux », du projet PRIN « Libri in movimento. Circolazione e costruzione di saperi tra Italia e Europa in età moderna ».

Argumentaire

Ce colloque ne vise pas à faire une histoire comparée ou juxtaposée des espaces français et italien au xvie siècle, mais entend examiner les phénomènes d’échanges, de transferts et d’hybridation culturels. L’enjeu est de saisir les connexions entre ces espaces, de même que les solutions de continuité dans des dynamiques d’échanges et les ruptures au sein de réseaux. Les circulations peuvent être envisagées sous plusieurs aspects. En premier lieu, elles peuvent être entendues dans leur acception humaine, à savoir les déplacements de personnes de part et d’autre des monts. Il est ici question de retracer les trajectoires d’individus qui ont joué le rôle de passeurs entre la France et l’Italie, qu’il s’agisse de savants, de diplomates ou de responsables religieux. La dimension consciente de la transmission peut être mise en question, afin de savoir si ces transferts relèvent d’une intentionnalité ou s’ils peuvent n’être que le fruit de décalages culturels. D’autre part, les conceptions – politiques et religieuses notamment – qui ont circulé par-delà les Alpes, souvent véhiculées par ces passeurs, sont au centre de cette enquête. Comment sont-elles reçues ? Quelles sont les relectures, les adaptations et les appropriations auxquelles elles donnent lieu ? Observe-t-on des décalages temporels et un effet générationnel ? Ces questions, loin d’être exhaustives, témoignent de l’intérêt d’observer les idées au prisme des circulations et des logiques de recomposition qu’elles entraînent. Elles invitent à reconsidérer l’histoire des transferts de modèles et idées politiques et la capacité à les traduire dans une autre langue. Le livre constitue le vecteur par excellence de ces circulations d’idées. Si l’histoire du livre a généré d’importants travaux sur ce sujet, il convient d’approfondir l’étude des transferts d’ouvrages et des rapports entre les mondes de l’édition italien et français. L’examen conjoint de ces trois objets doit permettre à la fois d’apporter une série de contributions à la connaissance de la vie culturelle et religieuse des espaces concernés mais aussi – et surtout – de promouvoir une histoire des transferts culturels à la Renaissance et dans la première modernité.

Organisation scientifique

Guillaume Alonge (Université de Neuchâtel)

Nicolas Balzamo (Université de Neuchâtel)

Jean Sénié (Université de Tours)

 

Programme

Lundi 11 octobre

14h00 : Accueil des participants

14h15 : Guillaume Alonge (Université de Neuchâtel) et Jean Sénié (Université de Tours) : Introduction

Présidence : Giorgio Caravale (Università Roma Tre)

14h45 : Jérémie Ferrer Bartomeu (Université de Genève) et Jean Sénié (Université de Tours) : Les secrétaires entre France et Italie (fin xvie-début xviie siècle) : formations, pratiques et modèles

15h30 : Stefano Colavecchia (Università di Torino) : Reti culturali e politiche tra Italia e Francia nel tardo Cinquecento. Il caso del carteggio Pinelli-Corbinelli

16h15 : Pause

16h30 : Marion Pouspin (École des Hautes Études en Sciences Sociales) : Les occasionnels et la médiatisation des guerres d’Italie en France

17h15 : François Lavie (Université Paris 8) : Apprendre les langues en s’amusant : les usages pédagogiques des recueils de facéties bilingues français-italien à la Renaissance (1550-1630)

Mardi 12 octobre

Présidence : Olivier Christin (Université de Neuchâtel)

10h00 : Nastasia Gallian (Sorbonne Université) : Les livres et modèles italiens dans les ateliers parisiens du xvie siècle : l’apport des inventaires après décès

10h45 : Pause

11h00 : Lucia Felici (Università degli Studi di Firenze) : Per l’irenismo religioso. Le traduzioni dei testi rinascimentali italiani di Guy Le Fèvre de la Boderie 

Présidence : Luca Addante (Università di Torino)

14h00 : Michele Camaioni (Università Roma Tre) : Bernardino Ochino e la Francia. Storia, testi, memoria

14h45 : Guillaume Alonge (Université de Neuchâtel) : Antonio Caracciolo, un évêque huguenot ? Un cas d’entre-deux politique et religieux à la Renaissance

15h30 : Pause

15h45 : Nicolas Balzamo (Université de Neuchâtel) : Transfert de sacralité : Lorette en France

16h30 : Pierre Antoine Fabre (École des Hautes Études en Sciences Sociales) : Louis Richeome jésuite, écrivain et Assistant de France à Rome (1607-1616) : écriture, littérature et pouvoir

17h15 : Giorgio Caravale (Università Roma Tre) : Conclusions

Séminaire Renaissances contemporaines du Moyen Âge et du XVIe siècle

Séminaire Renaissances contemporaines du Moyen Âge et du XVIe siècle

(Littérature, architecture, arts de l’image et de la scène, musique)

Nadia Cernogora et Mireille Séguy

Programme 2021-2022

Université Paris 8 & Université Paris-Nanterre

 

 

 https://zegherevanmale.tumblr.com/post/186098417361/initial-c-chansonnier-de-zeghere-van-malee séminaire, qui s’inscrit dans le programme « Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique » de la ComUE « Paris Lumières » (https://www.renaissances-upl.com/seminaire/), est conduit par deux enseignantes de ce programme (Mireille Séguy pour Paris 8 et Nadia Cernogora pour Paris-Nanterre). Il s’agit, dans le prolongement des réflexions amorcées en 2019-2020, d’explorer quelques-unes des manières dont la présence du Moyen Âge et du XVIe siècle se fait sentir, aujourd’hui, dans de nombreux domaines de la création et de la culture contemporaines. Par quelles voies, selon quels modes et pour quelles raisons ces époques passées font-elles retour aujourd’hui ? Le terme de « renaissances » proposé au XIXe siècle pour rendre compte du renouveau du savoir et des arts au XIIe et au XVIe siècles est-il pertinent pour définir ces reviviscences, ou doit-on plutôt parler de « revivals », de réinventions, de « revenances » (Hamel) ? Que disent enfin ces retours sur notre contemporain lui-même ?

À travers des exemples empruntés à la littérature, mais aussi à l’architecture, la peinture, le cinéma, les séries télévisées, la musique et la scèneCambrai, Bibl. mun., ms. 0128, B f. 126 - vue 2 théâtrale, nous tenterons, avec plusieurs intervenants spécialistes de ces domaines, de mieux cerner les façons dont le passé continue à habiter notre présent, mais aussi, et peut-être surtout, celles par lesquelles le présent contribue à configurer le passé.

Les séances ont lieu les jeudis de 12h30 à 14h30 à l’Université Paris Nanterre.

Version téléchargeable : Programme du Séminaire 2021-2022


16 septembre : Nadia Cernogora et Mireille Séguy

Introduction

23 septembre : Justine Breton

Une Table ronde plus inclusive ? Adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne.

30 septembre : Journée d’étude « Les mots de la Renaissance » (Université Paris-Nanterre)

7 octobre : Nadia Cernogora

Villes utopiques, de Gargantua à l’hyperphotographie (Jean-François Rauzier)

14 octobre : Alice Vintenon

La place de la Renaissance dans la « défense et illustration » des singularités linguistiques francophones

21 octobre : Dominique Viart

Le Moyen Âge de Pierre Michon

28 octobre : Renaissances chorégraphiques I

(Préparation de la rencontre du 18 novembre)

4 novembre : vacances

11 novembre : férié

18 novembre : Renaissances chorégraphiques II : rencontre avec la compagnie de danse « Sous la peau » de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche (autour de Anachronos, Humains, dites-vous et Mélancolie des profondeurs)

25 novembre : Michel Jourde

« Renaissance des lettres » et « invention de l’imprimerie » : résonances actuelles d’un problème historique

2 décembre : Nathalie Koble

La main dans la main. De la répétition inventive à la traduction créatrice : quatre manières de traduire les textes anciens

9 décembre : Elsa Kammerer

Avatars contemporains de l’humanisme renaissant

16 décembre : Florence Tanniou et Mireille Séguy

Le rappel de Roland (Pascal Quignard, Frédéric Boyer)


Contact : Mireille Séguy et Nadia Cernogora

Site du Master Mondes littéraires – Créations – Critiques de Paris 8

https://www.renaissances-upl.com/seminaire

Hommage à Daniel Ménager – 24 septembre 2021

Journée organisée à l’université Paris-Nanterre

le 24 septembre 2021

Daniel Ménager, lecteur de la littérature européenne au miroir de la Renaissance

 

Le 15 août 2020 s’éteignait Daniel Ménager, laissant derrière lui une œuvre considérable. Il est difficile de penser la Renaissance sans prendre en compte les livres qu’il a élaborés et mûris au long cours, complétant et prolongeant ainsi les fruits de l’enseignement qu’il a prodigué plusieurs décennies durant à l’Université de Nanterre. La rencontre nanterroise du 24 septembre 2021 réunit lecteurs, élèves, amis et éditeurs de Daniel Ménager en vue de se pencher sur l’œuvre critique qu’il n’a cessé de développer et d’enrichir depuis son départ à la retraite.

Dans ses derniers développements, l’œuvre de Daniel Ménager s’est vue fortement marquée par l’ouverture comparatiste. À ses yeux, désenclaver les études pour mettre la littérature au service de la pensée allait de soi. Sans doute est-ce le cas pour un esprit huma- niste formé aux œuvres fortes de l’Antiquité et curieux de littéra- ture universelle. Dans la dernière partie de son œuvre, Daniel Mé- nager a envisagé des problèmes existentiels fondamentaux avec un empan très large. Si la Renaissance apparaît comme la source de sa réflexion, l’œuvre littéraire ou artistique est toujours sollicitée en vue de traquer les indices qui permettront d’ouvrir à la pensée ou à l’émergence de consciences de soi.

Journée accessible en ligne :

meet.google.com/jne-iphg-dey

Comité d’organisation :
Véronique Ferrer
Marie-Christine Gomez-Géraud
Frank Lestringant
Olivier Millet

 

Programme : Journée Daniel Menager

Des mots de la peinture en France, 11 juin

Des mots de la peinture en France

entre XVIe et XVIIe siècles

 

VENDREDI 11 JUIN 2021

 

Collège Sainte Barbe, 4 rue Vallette, 75005 Paris Journée d’études en présence et en streaming

meet.google.com/cst-xydn-fka

L’organisation de cette journée d’étude fait partie du projet La terminologie artistique (XIVe-XVIIe siècle), France-Italie. Celui-ci est soutenu par un financement « Impulsion » de l’EFR dans le cadre de l’axe de recherche « Corpus, éditions de sources, humanités numériques ». Il bénéficie également d’un financement à « Projet innovant » de l’Université Sorbonne nouvelle.

Responsables scientifiques et organisation :

Sorbonne nouvelle : Anna Sconza et Julia Castiglione

Università di Torino : Margherita Quaglino

Voir le programme ici.

 

Pontus de Tyard et la varietas, 11-12 octobre 2021

Pontus de Tyard et la varietas

 

11-12 octobre 2021

Château de Bissy-sur-sur-Fley

L’intitulé de ces rencontres illustre la curiosité intellectuelle de Tyard et les moyens par lesquels il s’est efforcé d’imprimer sa marque dans l’histoire. Intellectuel associé à la rénovation poétique vers 1550, humaniste vulgarisant l’héritage de la philosophie naturelle et morale, prédicateur produisant une œuvre homilitique, Tyard représente l’honnête homme du XVIe siècle tenté par l’aventure encyclopédique. La richesse du corpus de ses œuvres reflète l’intention de l’auteur d’expliquer et de restituer par le texte la varietas des passions, de l’être humain, de l’univers et de Dieu.

Organisateurs:

Association Renaissance du Château Pontus de Tyard de Bissy-sur- Fley et François Rouget (Queen’s University, Canada)

Ces rencontres réuniront des chercheurs de plusieurs disciplines (historiens, littéraires, philosophes, musicologues …) qui s’attacheront à souligner la diversité des champs d’investigations de Tyard et la richesse des explorations qu’il avait menées dans ses œuvres. Curieux de tout, à l’image de l’un des personnages de ses dialogues, Tyard s’est impliqué dans les affaires de son temps, s’attachant à prôner la modération et la prudence.

Programme ici.