Archives de catégorie : Colloques

Colloque et concert “Vie musicale et identité urbaine dans la France de la Renaissance (ca.1500–ca.1650)” (CESR Tours 8-9 février 2024)

 

COLLOQUE ET CONCERT organisés dans le cadre du projet européen AVIGNONMUSIC project Music, Religion and Civic Identity in Renaissance Avignon

(H2020-MSCA-IF-2021 – Marie Skłodowska-Curie Individual Fellowships 2022-2024 – grant agreement n° 101063276).

dirigé par

Dr. Alexander Robinson (Université de Cambridge – UK), LE STUDIUM Guest Research Fellow  / MSCA PostDoctoral Fellowship invité au CESR de Tours.

PROGRAMME

JEUDI 8 FEVRIER 2024

13:30 Accueil / Introduction

Trompettistes, ménétriers et la vie musicale populaire

Président de séance : Philippe Vendrix

13:45 Alexander Robinson  (CESR, Tours) – Les trompettistes de la fin de la Renaissance en France : devoirs militaires, fonctions civiles, rôles festifs

14:15 Luc Charles-Dominique (Université Côte d’Azur) –  Les ménétriers et l’identité politique communale à la Renaissance : l’exception toulousaine dans le paysage urbain languedocien et gascon de cette époque

14:45 Cyril Lacheze (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard) et Marion Weckerle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Restituer la vie musicale populaire du XVIIe siècle. Le projet Bierfiddlern

15:15 Pause-café

Cérémonies, fêtes, et vie musicale urbaine

Président de séance : Frédéric Billiet

15:45 Camilla Cavicchi (Università degli Studi di Padova, Italie) –  After Dinner. A European ballet organised by Anne of Brittany

16:15 Deanna Pellerano (Johannes Gutenberg-Universität Mainz, Allemagne) – Sound and Conflict in Grenoble during the late 15th and early 16th centuries

16:45 Cindy Pédelaborde (Université Bordeaux-Montaigne/Laboratoire Artes) – Bordeaux et sa musique à la Renaissance

 

VENDREDI 9 FEVRIER 2024

Chantres, processions religieuses et musique religieuse I (c.1500-c.1580)

Présidente de séance : Hanna Walsdorf

9:00 David Fiala (CESR, Tours) – L’attachement urbain des chantres voyageurs, XVe-XVIe siècles

9:30 Simon Frisch (Stanford University, Etats-Unis) – “Pro rege nostro”: Popular and Saintly Intercession for Francis I

10:00 Jeanice Brooks (University of Southampton, Royaume Uni) – Sounding Penitence in Paris under Henri III

10:30 Pause-café

Chantres, processions religieuses et musique religieuse II (c.1580-c.1650)

Président de séance : Thierry Favier

11:00 Sébastien Bujeaud (CESR, Tours) – Typologie sonore des processions à la cathédrale de Rouen, c.1580-1630

11:30 Peter Bennett (Case Western Reserve University, Etats-Unis) – Civic identity and institutional conflict in seventeenth-century Tours: music for the translation ceremonies of 1641

12:00 Charles-Yvan Élissèche (Archives de l’État à Louvain-la-Neuve / UCLouvain, Belgique) – La fondation d’Eustache Picot à la Sainte-Chapelle de Paris entre 1641 et 1790, un marqueur identitaire

12:30 déjeuner-buffet

Au-delà des frontières de la France…

Présidente de séance : Isabelle His

14:00 Marie-Alexis Colin (Université libre de Bruxelles, Belgique) – Une vie de chanoine : la musique à Soignies et dans la collégiale Saint-Vincent à travers les testaments des chanoines musiciens durant la seconde moitié du XVIe siècle

14:30Jorge Morales (CESR, Tours) – La vie musicale du cardinal Maurice de Savoie à Nice (1642-1652) : Fêtes, célébrations et identité urbaine

15:00 Pause-café

Chant régional et politique

Présidente de séance : Isabelle His

15:30 Ana Beatriz Mujica (The Graduate Center, City University of New York / CESR, Tours) – Digos uno cansou: chanter en langues régionales en France c. 1550-1650

16:00 Tatiana Debbagi Baranova (Centre Roland Mounier, Sorbonne université, Paris) et Alice Tacaille (Sorbonne université, Paris) – Trésor des chansons françaises (XVI-XVIIe siècles) comme un outil pour des études pluridisciplinaires. Le cas des chansons radicales à Paris et à Lyon après la Saint-Barthélemy.

16:30  Conclusion

19:30 : Concert – « Musiques pour l’entrée en Avignon de Marie de Médicis (1600) »

Ensemble Clément Janequin – Les Sonadori – Les Sacqueboutiers / Lieu : Espace Joséphine Baker, Chapelle du Conservatoire, Tours

 

INFORMATIONS PRATIQUES

INSCRIPTION : registration@lestudium-ias.fr

SITE DE RÉFÉRENCE : https://www.lestudium-ias.com/events/musical-life-and-civic-identity-renaissance-france-c1500-c1650

ADRESSE : Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR)
59 rue Néricault Destouches
37000 Tours

Bien chanter, vivre bien. Poésie, musique et philosophie morale en Europe, Paris, 8-9 décembre

Bien chanter, Vivre bien

Poésie, musique et philosophie morale en Europe (1550-1650)

Colloque international

 

co-organisé par Julien Goeury (Sorbonne Université), Isabelle His (Université de Poitiers) et Melinda Latour (Tufts university)
Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

 

Vendredi 8 décembre 2023

Matinée

9h30 / 12h30

• 9h30 – Accueil

• 10h – Melinda Latour, Tufts univ.
Répéter la mort en musique : la résonance des ruines

• 10h30 – Jeanice Brooks, Univ. de Southampton
Musique, pénitence et dévotion autour de Henri III

• 11h – Pause

• 11h30 – Gilles Ernst, Univ. de Lorraine-Nancy
Les Quatrains de Pierre Matthieu dans la poésie sentencieuse du temps

• 12h – Éric Tourrette, Univ. Lyon 3
Le thème de l’écoulement dans les quatrains moraux de Claude Guichard et Pierre Matthieu

 

Après-midi

14h / 17h

• 14h – Grégoire Bauguil, Univ. de Poitiers
Ordre moral et ordre modal : Les Quatrains et la Suite de la premiere partie des Quatrains de Mr Mathieumis en musique par Artus Aux-Cousteaux (1636-1652)

• 14h30 – Alexandre Tarrête, Sorbonne Université
La philosophie de Pibrac dans ses Quatrains

• 15h – Loris Petris, Univ. de Neuchâtel et Alice Tacaille, Sorbonne Université
Pibrac et la musique

• 15h30 – Pause

• 16h – Jean Vignes, Univ. Paris-Cité
Jean-Antoine de Baïf et la chanson gnomique

• 16h30 – Christophe Dupraz, ENS Ulm
Un recueil de quatrains gnomiques : les Cinquante quatrains sur la vanité du monde et le bien de la mort (1614) de “F. P. D. L. R.”

Concert : Les Octonaires de la Vanité du Monde

20h – Amphi Richelieu, Université Sorbonne – 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e

Concert de l’ensemble Faenza (dir. Marco Horvat).

Gratuit. Réservation obligatoire : https://www.billetweb.fr/faenza

Samedi 9 décembre 2023

Matinée

9h30 / 12h30

• 9h30 – Joseph Gauvreau, Harvard Univ.
Les Sonets Chrestiens de Simon Goulart

• 10h – William Barreau, Sorbonne Université
Le Mespris de la vie de Jean-Baptiste Chassignet : un recueil moral et sentencieux ?

• 10h30 – Pause

• 11h – Audrey Duru, Univ. d’Amiens
Le quatrain moral, ressource pour la poétesse Jaqua Françoise Pautrard et son père pédagogue (Arbois, début XVIIe s.)

• 11h30 – Frédéric de Buzon, Univ. de Strasbourg
Bien chanter selon Descartes : autour de la querelle Ban-Boesset

• 12h – Conclusions du colloque

 

Gilles Corrozet, un libraire-auteur au temps de la Renaissance

En lisant en écrivant.

Gilles Corrozet, un libraire-auteur

au temps de la Renaissance

Colloque organisé par Pascale Chiron, Antonin Godet, Trung Tran et Magali Vène

les 5 et 6 octobre 2023

à l’Université de Toulouse Jean Jaurès et à l’Hôtel d’Assézat

Télécharger le programme du colloque.

Pour suivre le colloque en ligne, veuillez contacter Trung Tran : trung.tran@univ-tlse2.fr

La nouvelle, un genre féminin ? 26-28 juin

La nouvelle, un genre féminin ?

Rôle et représentation des femmes dans le récit bref européen (XIVe-XVIIe siècles)

Colloque international

26-28 juin 2023

Clermont-Ferrand

MSH – 4 rue Ledru Amphithéâtre 219

Organisation : Dominique BERTRAND, Teresa NOCITA, Marie-Claire THOMINE, Nora VIET, Enrica ZANIN

Télécharger le programme du colloque.

Contact : nora.viet@uca.fr

http://ihrim.ens-lyon.fr

The Afterlife of Egypt in Early Modern Visual Arts / 3, Paris, INHA 1-2 juin 2023

Immortal Egypt

The Afterlife of Egypt in Early Modern Visual Arts / 3

 

sous la direction de

Luisa Capodieci et Laurent Bricault

 

Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium

1-2 Juin 2023

 

 Programme à télécharger ici.

 

1er Juin

14.15 Accueil des participants et introduction / Welcome and introduction

Luisa Capodieci et Laurent Bricault

 

            Président de séance / Chair : Francis Prost, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le doigt sur la bouche / The Finger on the Mouth

14.30 – 15.15 Laurent Bricault, Université de Toulouse Jean Jaurès

Harpocrate, l’enfant au silence

  

15.15 – 15.45 Discussion et pause

 

L’Égypte chez soi / Owning Egypt

15.45 – 16.30 Richard Veymiers, Musée royal de Mariemont / Université de Liège

Les dieux-serpents égyptiens. Du sens et de l’usage d’une série de petites stèles en pierre

16.30 – 17.00 Sidney Aufrère, CNRS

La reviviscence du monde divin égyptien dans l’Europe des antiquaires. Du Cabinet de Peiresc à la Description de l’Égypte

17.00 – 17.30 Discussion

18.00 – Keynote Miguel John Versluys, Universiteit Leiden

     Egypt as provocation

 

2 Juin

 

            Président de séance / Chair : Jean-Luc Fournet, Collège de France

Anamorphoses d’un amant imperial / Anamorphosis of an Imperial Lover

10.00 – 10.30 Caroline Vout, Cambridge University

Antinous in antiquity: an image between Egypt, Greece and Rome

 

10.30 – 11.00 Luisa Capodieci, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Ornements sans nom ». La Renaissance extravagante du Ciocio-Osirantinoos

11.00 – 11.30 Discussion et pause

 

Sphinx vagabonds / Wandering Sphinxes

11.30 – 12.00 Damien Agut-Labordère, CNRS

De Saïs à Paris, en passant par Rome, itinéraires des sphinx saïto-perses

 

12.00 – 12.30 Jean-Marcel Humbert, Musées de France

Le sphinx égyptien à Paris à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe 

12.30 – 13.00 Discussion et conclusion

L’écriture de soi à la Renaissance, en marge des genres canoniques, 6-7 avril 2023

Colloque V.L. Saulnier 41

Jeudi 6 – Vendredi 7 avril 2023

Amphi Georges Molinié – Sorbonne Université – 28 rue Serpente – 75006 PARIS

L’écriture de soi à la Renaissance, en marge des genres canoniques

(org. Paul-Victor Desarbres, Véronique Ferrer, Alexandre Tarrête)

Jeudi 6 avril

9h30 Accueil

10h : Introduction

Jean-Charles Monferran, président de l’Association V.L. Saulnier

Paul-Victor Desarbres, Véronique Ferrer, Alexandre Tarrête

Présidence : Isabelle Pantin

10h30 Alice Vintenon (Bordeaux Montaigne) : Quelques fragments d’autobiographie chez Symphorien Champier

11 h Ariane Bayle (Jean Moulin Lyon 3) : Le récit de soi dans Les Voyages d’Ambroise Paré (1585)

11 h 30 Jérôme Laubner (Bâle) : Se dire vérolé : que fait le stigmate vénérien à l’écriture de soi ?

12 h-12 h 15 : Discussion

12 h 45 -14 h 15 : Déjeuner

Présidence : Nadine Kuperty-Tsur

14 h 30 Loris Petris (Neuchâtel) : « L’écriture de soi dans la correspondance de Guillaume Du Bellay »

15 h Mathilde Bernard (Nanterre) : Le contrôle de l’épanchement lyrique dans la correspondance de Marguerite de Navarre

15 h 30 -16 h : Discussion et pause

Présidence : Alexandre Tarrête

16 h Alicia Viaud (Montréal) : La Popelinière en son histoire et ses discours : homme de guerre, négociateur de paix, historien impartial

16 h 30 Lucie Claire (Amiens) : Philologie et écriture de soi dans les Notae sur Tacite de Marcus Vertranius Maurus (Lyon, 1559)

17 h Neil Kenny (Oxford) : Minéralogie et écriture de soi : Martine de Bertereau (Baronne de Beausoleil)

17 h 30-17 h 45 : Discussion

Vendredi 7 avril

9 h 30

Accueil

Présidence : Olivier Millet

10h Virginie Leroux (EPHE) : La veine autobiographique dans la poésie néo-latine : Erasme, Jean Second, Salmon Macrin, Georg Sabinus et quelques autres

10 h 30 Elena Perez (Strasbourg / Sorbonne Université) : Portraits de famille dans la poésie de naissance du début du XVIe siècle

11 h Nicolas Lombart (Orléans) : Une fama en marge : l’écriture de soi dans la poésie carcérale renaissante

11 h 30 : Discussion

12 h 45-14 h 15 : Déjeuner

Présidence : Michèle Clément

14 h 30 Grégoire Holtz (Versailles Saint-Quentin) : La De Vita propria de Cardan : construction d’une autobiographie intellectuelle

15 h Audrey Duru (Amiens) : Le témoignage d’écriture dans les Desseins de professions nobles et publiques d’Antoine de Laval (1605) : littérarisation et service de la chose publique

15 h 30 Thibaut Maus de Rolley (UCL) : Voix infimes, vies infâmes : les « confessions » de sorcières et de sorciers comme récits de soi

16 h-16 h 15 : Discussion

16h15 Conclusions/Débat

Colloque réalisé grâce au soutien du Conseil scientifique de Sorbonne Université, de l’Ecole Doctorale 3, du CELLF (UMR 8599), de l’Université de Paris Nanterre, du CSLF (EA 1586), de l’Association V.L. Saulnier.

Télécharger le programme du colloque.

Le nationalisme linguistique en Europe à l’Époque moderne

Le nationalisme linguistique en Europe à l’Époque moderne

Colloque international à l’Université de Caen Normandie

13-14 avril 2023

Coordination scientifique :

Marie-Églantine Lescasse (Université de Caen Normandie)

Alexandra Merle (Université de Caen Normandie)

En 1509, Lemaire de Belges, dans ses Illustrations de Gaule et singularités de Troie, faisait des Francs les ancêtres des Troyens, inversant le cours normal d’une Histoire mythifiée et réécrite par nombre de ses condisciples humanistes, qu’ils soient Français, Espagnols, Flamands ou Allemands, qui, poussés par leur patriotisme fervent, cherchaient à faire de leur pays l’héritier et l’émule de l’Empire romain. Dans les années 1550, les Aramei de Florence inventaient autour de Pier Francesco Giambullari les origines araméennes de l’étrusque, ancêtre du florentin (Il Gello, 1552), afin de flatter la politique anti-siennoise et la propagande de Côme de Médicis, tandis que López Madera, dans ses Discursos de la certidumbre de las reliquias descubiertas en Granada desde el año de 1588 hasta el de 1598 (1595), faisait du castillan l’ancêtre du latin et que Martin Opitz, en 1617 (Aristarchus), reliait la pureté de l’antique langue germanique à la valeur et au courage des Germains face à la colonisation romaine.

Ces exemples fort disparates, tant dans leur chronologie que dans leur ancrage géographique, témoignent d’un formidable élan de réflexion proto-nationaliste sur la langue, dont on peut dater les débuts de 1498, année de la publication des Antiquitates d’Annius de Viterbe, et qui s’étend sur tout le XVIe siècle et une bonne partie du XVIIe, en suivant des développements forts différents selon les espaces culturels. Apparue plus tôt en France (avec les ouvrages de Lemaire de Belges puis de Guillaume Postel dans les années 1510 et 1530-40) et dans certains pays de l’aire germanique (avec le Bavarois Johann Turmair dès les années 1510, puis l’Helvète Glaréan et son élève Tschudi dans les années 1520), cette réflexion connaît un épanouissement un peu plus tardif dans les Flandres (avec Goropius Becanus en 1569 et Hadrianus Junius dans les années 1580) et en Espagne (López Madera et Correas, 1595-1625).

Le colloque que nous organisons a pour objet d’approfondir les connaissances sur les origines et la circulation de ces idées autour de la langue maternelle primitive, et de retracer leur développement en France, en Flandres, en Espagne et en Allemagne à l’époque moderne, selon des bornes chronologiques englobant tout le XVe siècle et allant jusqu’à la fin du XVIIe. L’intégration de la période tardo-médiévale permettra de rechercher de possibles sources plus ou moins bien connues de ces théories (on pense par exemple à Alfonso de Madrigal). Quant aux délimitations géographiques, l’étude sera menée dans les principaux territoires de l’empire des Habsbourg en prenant la France pour point de comparaison. Dans tous ces espaces, un embryon de nation a été façonné entre autres par une langue commune, qu’il s’agisse du français de Villers-Cotterêts, de la langue allemande de Luther, ou du castillan dont Nebrija donna la première grammaire en 1492.

Quant à l’idéologie portée par ces auteurs, elle est bien souvent reliée à la propagande du souverain ou d’un puissant personnage, mais des nuances existent : si les propos des auteurs français du tout début du XVIe sont universalistes et irénistes (on pense à Lemaire de Belges, à Postel et à leur idée de concorde européenne autour de la monarchie universelle du roi de France, qui évidemment n’était qu’une autre manière de revendiquer la première place au sein des Nations européennes), les réflexions de l’auteur espagnol le plus important sur le sujet ne sont pas adressées au roi mais à l’archevêque de Grenade, dont la campagne de propagande autour des reliques et parchemins découverts au dénommé Sacromonte devait trouver l’appui de savants complaisants, prompts à authentifier des faux pourtant créés par des membres d’une communauté qui suscitait la méfiance, celle des morisques de Grenade. Au-delà de la simple chronologie, on s’attachera ainsi à définir les contours et le contexte de production de ces idées sur la langue maternelle.

Enfin, qu’il s’adresse au roi ou à tout autre personnage puissant dont il s’agit de flatter la politique, le discours s’articule toujours avec une généalogie mythifiée, à travers les avatars du mythe biblique de Noé et de ses petits-fils qui fondèrent et peuplèrent les différentes régions du globe, mais aussi, bien souvent, au souvenir de la conquête romaine. Ainsi les Flamands, comme Grotius, cherchent à démontrer l’ancienneté de leur langue en même temps que l’autonomie de leurs ancêtres qui avaient combattu les Romains, à travers la valorisation de la figure de Civilis, préfiguration batave de la résistance flamande à l’oppression espagnole.

Par ailleurs, les auteurs de discours proto-nationalistes sur la langue visaient à renforcer le prestige de la langue maternelle comme étendard de leur culture propre dans la rivalité avec les autres nations européennes, en appliquant à leur propre histoire le concept de translatio studii, mais également, à la promouvoir d’une part face à l’hégémonie du latin comme langue de culture et de prestige, d’autre part face aux prétentions de certaines langues régionales qui réclamaient la plus haute antiquité face à la langue standard en cours de codification (par exemple le basque en Espagne).

Ce colloque vise donc à examiner différentes questions, dans une perspective comparatiste:

–       Quelles sont les théories de la langue maternelle primitive développées dans les quatre aires mentionnées, et quels arguments emploient-elles ? Quelles en sont les différences majeures et les points communs?

–       Comment ces idées sont-elles dictées et façonnées par leur contexte de production ? Quel est le rôle des dédicataires ? Comment s’insèrent-elles dans un système d’idées politique singulier, et quel est leur rôle au sein de ce système ?

–       Peut-on retracer une chronologie, et une cartographie, la plus précise possible, du développement et de la circulation de ces idées proto-nationalistes autour de la langue ? Quels transferts et adaptations ont été opérés d’un pays à l’autre ?

–       Quel est le lien de ces développements proto-linguistiques avec la redécouverte qui est faite tout au long du XVIe siècle du passé national (qu’il s’agisse de l’invention de monuments et reliques, ou au contraire de la création d’une historiographie fabuleuse) ? Pour ce qui est du premier point, quel usage put être fait, dans un but de « propagande linguistique » des monuments, documents, stèles et inscriptions, retrouvés par les premiers archéologues et les antiquaires de l’époque ? Quant au second point, comment les auteurs articulent-ils leur pensée de la langue originelle à une vision particulière des Ancêtres et à la question de l’autochtonie ? Par exemple, en Espagne, quels rôles respectifs jouent les Espagnols de l’époque pré-romaine et les Wisigoths, d’origine germanique, et pourtant récupérés à des fins de propagande par Philippe II ? Ou, en France, les Gaulois et les Francs ?

–       En amont de la période étudiée, quels furent les auteurs médiévaux qui inspirèrent ces théories, qu’ils soient cités ou non par les auteurs modernes proto-nationalistes ? On étudiera, entre autres, le rôle fondateur d’Annius, dont les Antiquités, qui connurent un succès phénoménal et de nombreuses éditions dans toute l’Europe, présentaient déjà, outre les généalogies fabuleuses destinées à légitimer l’ascendance herculéenne des rois d’Espagne, l’idée de l’ancienneté de la langue maternelle (ici le castillan). Pour l’Espagne, encore plus en amont, on pourra étudier le rôle joué par des auteurs comme Rodrigo Jiménez de Rada ou el Tostado.

–       Enfin, quel est le profil des auteurs considérés ? Quelles furent leurs occupations, leurs intérêts, leur réseau, et la place générale de ces idées au sein de leur œuvre ?

Les langues de communication du colloque seront le français, l’espagnol, et l’anglais.

Programme

Jeudi 13 avril

14h Accueil des participants

14h30 Ouverture par Éric Leroy du Cardonnoy et introduction par Marie-Églantine Lescasse et Alexandra Merle

Première session : péninsule Ibérique

Modération : Mercedes Blanco.

15h Corinne Mencé-Caster, Sorbonne Université, « Les mots du nationalisme linguistique en Espagne entre le XVe et le XVIIe siècle »

15h30 María Dolores Martínez Gavilán, Universidad de León, « Historia y transmisión del alfabeto en España: nacionalismo castellano frente a legado romano »

16h Pause

16h15 Roland Béhar, École Normale Supérieure, Paris (en visioconférence) « Nos ancêtres les Goths : considérations sur les réinventions d’un passé gothique commun, entre Espagne et Allemagne (XVIe-XVIIe siècle) ».

16h45 Rogelio Ponce de León, Universidade do Porto, « La defensa del portugués como “lengua antigua” en Fernão de Oliveira »

17h15 Vicente Lledó-Guillem, Hofstra University, New York, « La “teoría del castellano primitivo” y San Vicente Ferrer: Lengua, nación y religión en tierras catalanófonas »

17h45 Débat général

18h30 Clôture de la première journée du colloque

Vendredi 14 avril :

Deuxième session : Allemagne et Pays-Bas

Modération: Harri Veivo.

9h Elsa Kammerer, Université Paris 8, « ‘Unser sprach ist auch ein sprach‘. Fischart et Goropius (1570-1590) ».

9h30 Marie-Thérèse Mourey, Sorbonne Université, « Travail sur la langue (Spracharbeit) et patriotisme linguistique dans l’espace germanique (XVIIe siècle) ».

10h Pause

10h15 Pierre Swiggers, Katholieke Universiteit Leuven, Louvain (en visioconférence) « Simon Stevin et la langue néerlandaise :  cultivation et purification linguistiques »

10h45 Toon van Hal, Katholieke Universiteit Leuven, Louvain, « La réception de Goropius Becanus dans le long XVIIe siècle et le développement d’un discours sur la ‘patridomanie’ ».

11h15 Débat

12h Déjeuner

Troisième session : La France moderne

Modération : Elsa Kammerer.

14h Paola Cifarelli, Università degli Studi, Turin, « Autour de l’historiographie des Serments de Strasbourg. Le témoignage des érudits du XVIe siècle ».

14h30 Adeline Desbois-Ientile, Sorbonne Université, « Défense et illustration des anciens bons auteurs ».

15h Pause

15h15 Marie-Luce Demonet, Université François Rabelais, Tours, « L’hébreu confisqué, ou comment les langues nationales européennes ont expulsé les juifs de leur propre langue ».

15h45 Débat

16h30 Clôture du colloque

Informations pratiques

Lieu : Université de Caen Normandie, MRSH, Amphithéâtre ; et en ligne

Le lien Zoom sera disponible à cette adresse: https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/erlis/8038

Organisation

Marie-Églantine Lescasse, postdoctorante, Laboratoire ERLIS, Université de Caen Normandie

Alexandra Merle, Professeur, Laboratoire ERLIS, Université de Caen Normandie

Contact

marie-eglantine.lescasse@unicaen.fr

Site Web

https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/erlis/8038

Télécharger le programme du colloque

Gilles Corrozet, un libraire-auteur au temps de la Renaissance

EN LISANT EN ECRIVANT :

GILLES CORROZET, UN LIBRAIRE-AUTEUR AU TEMPS DE LA RENAISSANCE

Université Toulouse Jean-Jaurès

16-17 mars 2023

JEUDI 16 MARS 2023

(UT2J, Maison de la Recherche, salle D30)

10h : accueil et ouverture du colloque

10h30 : Antonin Godet, Magali Vène :  En lisant En écrivant – Portrait de Gilles Corrozet à deux voix

Influencé, Influenceur

11h : Sandra Provini, « Michel d’Amboise et Gilles Corrozet : une amitié durable ? »

11h30 : Nina Mueggler et Antonin Godet : « Gilles Corrozet et la diffusion du néoplatonisme »

Lecteur, glaneur, joueur

14h :  Nathalie Dauvois : « Corrozet lecteur de Ronsard : sentences, discours et circonstances »

14h30 :  Pascale Chiron : « Les Blasons domestiques : contre les blasons anatomiques, tout contre »

15h: Magali Vène : « Devis facecieux : formes littéraires et éditoriales ludiques chez Gilles Corrozet »

VENDREDI 17 MARS

(Hôtel d’Assézat, salle Clémence Isaure)

Historiographe Compilateur

9h30 : Anne Réach Ngô : « Le Trésor des histoires de France des Corrozet, des papiers du père à l’éloge de la patrie »

10h : Denis Bjaï : « Le mythe des origines troyennes dans les antiquités des villes de Gilles Corrozet »

Emblématiste

11h : Géraldine Cazals :  « Le Theatre des bons engins et l’Hecatomgraphie : vrais ou faux-frères ? »

11h30 : Gilles Polizzi : « L’objet invisible : poétique de l’emblème de Corrozet à Dali »

14h : visite des salons de l’hôtel d’Assézat, guidée par Yves Le Pestipon

 Fabuliste

14h30 : Nora Viet : « Écrire des fables en ‘style poétique’. L’ambition de la forme dans les recueils ésopiques de Gilles Corrozet (1542, 1548) »

15h : Yves Le Pestipon : « Corrozet/La Fontaine : comment composer des recueils de Fables ? »

16h : Isabelle Garnier et Jean Vignes, Les Fables du tresancien Esope mises en Rithme Françoise. Lecture à deux voix.

Télécharger le programme du colloque

 

 

L’écrit, le dit et le bâti dans la fratrie Du Bellay, 29,30, 31 mars 2023

L’écrit, le dit et le bâti dans la fratrie Du Bellay.

Transmission et réception, de la Renaissance européenne à nos jours

29, 30 et 31 mars 2023

Colloque international – Université Toulouse Jean Jaurès

 

Dans la première moitié du xvie siècle, les six frères Du Bellay ont joué des rôles de premier plan. La recherche s’est surtout intéressée jusqu’ici à leurs liens avec les humanistes de leur temps, à leurs réseaux, leur rapport à l’histoire, à la diplomatie et au pouvoir, les genres littéraires ou historiques dans lesquels ils se sont illustrés, leur rhétorique, leur langue, leurs sources et modèles aussi bien que leur influence. Mais à côté de ce que nous connaissons désormais, le présent colloque voudrait tenter de dérouler le fil qui nous relie, aujourd’hui encore, à cette puissante famille. Comment, par qui et pourquoi cet héritage nous est-il parvenu, a-t-il été transmis, et reçu ? Nous aimerions que ces journées permettent, dans une démarche quasi archéologique, l’exploration de la « matière » Du Bellay, des traces « tangibles » dont nous disposons de ce qu’ils ont été, ont dit ou fait, écrit ou fait écrire. »

Programme à télécharger ici.

Lien pour l’inscription (gratuite mais nécessaire) aux journées du colloque :
https://colloques-cprs.univ-tlse2.fr/
https://colloques-cprs.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique161

https://laboratorio.univ-tlse2.fr/accueil-il-laboratorio/agenda-des-activites/colloques/lecrit-le-dit-et-le-bati-dans-la-fratrie-du-bellay

Partenaires :

Université Toulouse Jean-Jaurès – EA 4590 Il Laboratorio

Université Grenoble Alpes (UGA) – UMR Littératures & Arts

Université Libre de Bruxelles – ULB Faculté de Lettres, Traduction et Communication

Cornucopia

 

Contacts :

Carine Roudière-Sébastien : carine.sebastien@univ-tlse2.fr

Lionel Piettre : lionel.piettre@ulb.be

 

Pourquoi traduire ? La traduction et ses enjeux de l’Antiquité à l’âge classique

 

Colloque international

« Pourquoi traduire ? La traduction et ses enjeux de l’Antiquité gréco-romaine à l’âge classique »

 

Université de Strasbourg,
14-16 novembre 2022
MISHA, salle des conférences organisateurs : Frédéric Chapot, Béatrice Guion, Agnès Molinier Arbo et Jean-Luc Vix

 

LUNDI 14 NOVEMBRE

8h30
Accueil des participants

8h45
Allocutions d’ouverture
Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg
Jean-Paul Meyer, doyen de la Faculté des Lettres

SESSION 1 – DU GREC AU LATIN : LES ENJEUX DE LA TRADUCTION

Président de séance : Jean-Luc Vix

9h15-9h55
Marie-Rose Guelfucci (Université de Bourgogne Franche-Comté)
« Pourquoi (re)traduire Polybe ? Les traductions des Histoires et leurs enjeux »

9h55-10h35
Chiara Carsana (Université de Pavie) et Maria Teresa Schettino (Université de Haute Alsace)
« Il lessico della politica : traduzioni e risemantizzazioni tra Greco e Latino »

10H35-10H50 PAUSE

10h50-11h30
Cécile Merckel (Université de Strasbourg) « Traduire la Nature : les enjeux de la traduction des sources grecques dans les Questions naturelles de Sénèque »

11h30-12h10
Jonathan Thiessen (Université de Strasbourg)
« Pourquoi ne pas traduire ? La terminologie grecque de l’Institution oratoire »

12h10-12h50
Marie-Laure Freyburger (Université de Haute Alsace)
« Du latin au grec et du grec au latin : histoire d’une Histoire romaine de Dion Cassius »

 

SESSION 2 – ENJEUX RELIGIEUX

2 – 1 – TRADUIRE LE TEXTE SACRÉ

Président de séance : Bruno Rochette

14h30-15h10

Eberhard Bons (Université de Strasbourg) « Comment traduire un livre biblique en grec et en latin ? Quelques exemples de traductions littérales et de traductions libres dans la Septante, la Vieille Latine et la Vulgate du livre d’Amos »

15h10-15h50
Marie Frey Rébeillé-Borgella (Institut des Sources Chrétiennes)
« Littéralisme et écarts dans la révision de la traduction du canon hébraïque par Jérôme de Stridon : les emplois de uocare et de ses préverbes »

15h50-16h30
Daniela Scialabba (Pontifical Biblical Institute of Rome)
« Les deux versions latines de Jérôme du Psaume 33 (32) »

16H30-16H45 PAUSE

2 – 2 – L’HISTOIRE ECCLÉSIASTIQUE

Président de séance : Eberhard Bons

16h45-17h25

Bruno Rochette (Université de Liège) « Jérôme et la praefatio du Chronicon »

17h25-18h05
Laetitia Ciccolini (Sorbonne Université)
« Rufin traducteur et adaptateur : le point de vue des paratextes »

 

MARDI 15 NOVEMBRE

2 – 3 – FLAVIUS JOSÈPHE : TRADUCTIONS ET ADAPTATIONS Présidente de séance : Agnès Molinier Arbo

9h00-9h40
Serge Bardet (Université d’Évry)
« Traduire ou ne pas traduire les vocables hébraïques et araméens pour le lecteur grec : Flavius Josèphe entre stratégie et négligence?»

9h40-10h20
Carson Bay (Université de Berne)
« From Josephus to Pseudo-Hegesippus: Toward a Theory of Translation between the Greek Bellum Judaicum and the Latin De Excidio Hierosolymitano »

10h20-11h
Anthony Ellis et Lena Tröger (Université de Berne)
« De l’haeresis à l’hérésie. La traduction des “écoles judéennes” de Josèphe dans la culture latine chrétienne »

11H-11H15 PAUSE

 

SESSION 3 : LANGUES ANCIENNES, LANGUES VERNACULAIRES : LA TRA- DUCTION DANS L’EUROPE MÉDIÉVALE ET RENAISSANTE

3 – 1 – TRADUIRE LA FICTION
ET LA POÉSIE
Présidente de séance : Virginie Leroux 11h15-11h55

Olivier Szerwiniack (Université de Picardie-Jules Verne)
« La traduction du De excidio Troiae de Darès en irlandais médiéval»

11h55-12h35
Juliette Prudhomme (Université de Strasbourg)
« Jacques de Billy, un poète humaniste traducteur de la poésie de Grégoire de Nazianze »

14h30-15h10
Marie Jeannot-Tirole (Université de Strasbourg)
« Érasme et Anselmo, traducteurs d’Euripide ou poètes ? »

15h10-15h50
Anne Morvan (Université de Nantes)
« Cassandre de la variante à la redéfini- tion. La traduction latine de la scène de Cassandre des Troyennes d’Euripide parÆmilius Portus (1597) »

15H50-16H10 PAUSE

3 – 2 – TRADUCTION ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

Présidentde séance : Étienne Wolff

16h10-16h50
Marina Díaz Marcos (Université de Castilla-La Mancha)
« Las traducciones de Gerardo de Cremona como vía de acceso a la Medicina grecolatina en el siglo XII »

16h50-17h30
Maria Teresa Santamaría Hernández (Université de Castilla-La Mancha)
« De la traducción medieval a la Medici- na moderna : el Humanismo renacentis- ta frente a Gerardo de Cremona »

 

MERCREDI 16 NOVEMBRE

9h-9h40
Constantin Raïos (Université de Toulouse)
« Juan de Mariana, traducteur d’Ælius Aristide »

9h40-10h20
Aurore Facchinetti (Université de Strasbourg)
« Réinventer la Rome antique en retraduisant les Anciens au XVIe siècle »

10H20-10H35 PAUSE

3 – 3 – TRADUCTIONS ET RÉTROTRADUCTIONS DES MODERNES Présidente de séance : Laetitia Ciccolini

10h35-11h05
Étienne Wolff (Université Paris Nanterre) « Les traductions des Adages d’Érasme au XVIe siècle : l’exemple de la traduction italienne de 1550 »

11h05-11h45
Virginie Leroux (École Pratique des Hautes Études)
« Pourquoi traduire en latin des œuvres françaises à la Renaissance ? Quelques études de cas »

11h45-12h30
Béatrice Guion (Université de Stras- bourg)
« Traduire les Anciens à l’âge classique : pourquoi, pour qui ? »

12h30-12h45 Conclusions

Progamme à télécharger Ici.