Archives de catégorie : Billets

Motion de la SFDES contre la réforme de la formation des enseignant.e.s

Les « écoles normales du XXIe siècle » souhaitées par le gouvernement vont transformer en profondeur la formation initiale et le recrutement des professeurs. Les récentes précisions officielles, par la prise de parole présidentielle, révèlent l’ampleur des changements à venir, notamment pour la formation des professeur.e.s du second degré. 

Si l’on ne peut que se féliciter que soit mis un terme à la réforme de 2019 portée par Jean-Michel Blanquer, très contestée et qui n’a fait qu’accentuer la crise du recrutement des professeurs, la SFDES souhaite exprimer de vives inquiétudes quant aux mesures qui se profilent.

Sur le plan formel, le caractère flou et partiel, mas aussi les lenteurs des annonces, qui rendent une mise en œuvre sereine tout à fait impossible, et qui compromettent les chances-mêmes d’une formation de qualité, sont un inconvénient majeur, déjà dénoncé par la plupart des doyens et des présidents des universités.

En outre, la SFDES, en tant que société savante impliquée dans les programmes des concours et dans la promotion de la langue, de la littérature, des arts et de la culture de la Renaissance, s’inquiète du recul annoncé du concours au niveau L3, qui signifie une réduction de la part disciplinaire offerte aux étudiants avant leur mise en situation devant des élèves. Le concours était situé depuis plus de trente ans à bac +4 et, depuis 2021, en fin de M2 (bac +5). Cette durée des études était en cohérence avec le sens de la mission des formations universitaires préparant le concours du Capes à l’université, définies comme permettant aux étudiant.e.s de « maîtriser les savoirs pour pouvoir enseigner ». En retranchant les deux années de Master, on retire deux ans d’apprentissage de la langue et de la littérature aux futur.e.s professeur.e.s des collèges et lycées avant l’obtention de leur concours : comment, alors, prétendre assurer qu’ils.elles « maîtriseront les savoirs pour pouvoir enseigner » ? Sera-t-il possible d’enseigner sans ces savoirs ? La SFDES en doute, et voit dans ces dispositions, une régression des plus alarmantes, confirmée par les futures épreuves et futurs programmes tels qu’ils circulent actuellement (voir notamment le passage de 6 œuvres à 3 pour l’épreuve de dissertation).

Sur le fond, donc, comme sur la forme, la SFDES dénonce fermement les termes du projet actuel de réforme du Capes. Elle se joint aux associations universitaires d’autres disciplines qui ont déjà qualifié cette réforme de « brutale et méprisante », tant par ses méthodes que par son contenu.

Pour toutes ces raisons, la SFDES appelle à ce que cette réforme soit reportée afin que le temps soit laissé à la concertation et à l’écoute des instances représentatives.

Elle signale également aux adhérents qui souhaiteraient s’y associer la pétition « S’opposer à la réforme de la formation et du recrutement des enseignants du second degré » (lien).

Motion votée par le CA de la SFDES, le 20 mai 2024.

Hommage à Yvette Quenot (1934-2024)

In memoriam

Yvette Quenot (1934-2024)

 

Yvette Quenot nous a quittés le 11 février 2024. Elle allait avoir 90 ans et ne s’est pas remise d’une mauvaise chute ; elle était née le 11 septembre 1934. Sa disparition attriste les seiziémistes et particulièrement le petit groupe de ceux qui s’intéressent à la poésie spirituelle de la seconde moitié du XVIe et du XVIIe siècle. Ses travaux se situent à la fin de la période héroïque de redécouverte de la littérature baroque française : par leur solidité, par les acquis d’une érudition scrupuleuse, ils ont contribué à établir une relation plus apaisée aux auteurs de cette période, désormais considérés sans l’a priori négatif qui s’attache aux minores ou sans l’attente illusoire d’un beau débordement d’imagination. À cette rigueur et droiture intellectuelles s’associait une ouverture dans les relations humaines jointe à une élégante discrétion.

Au récit, simple et modeste, qu’elle m’avait fait des circonstances de sa carrière à l’université, j’avais été impressionnée, comme chacun l’était sans doute, par sa résolution devant l’adversité, sa force pour remplir ses obligations, et aussi son constant souci d’autonomie, des autres comme d’elle-même. Bourguignonne et dijonnaise, Yvette Quenot l’était d’adoption. Veuve très jeune avec deux enfants en bas âge, elle décida de rester à Dijon, loin de son midi natal, mais près de ses beaux-parents. Alors sans profession, elle reprit ses études pour acquérir le métier d’enseignant et assumer les charges matérielles qui lui incombaient. Elle devint agrégée de Lettres modernes en 1962. Mon collègue Paul Sadrin me racontait qu’il avait préparé le concours avec cette condisciple dont le courage n’échappait à personne. Après quelques années passées dans le secondaire au lycée Carnot (de Dijon toujours), Yvette Quenot retrouve à la rentrée 1970 l’université de Dijon, cette fois comme assistante, puis à partir de 1978 comme maître-assistante ; elle y exercera avec le dévouement et l’efficacité qu’on peut deviner, vingt-sept ans durant, jusqu’à sa retraite en septembre 1997. Mais entre-temps, dégagée des tâches familiales prenantes, toujours attentive, de son aveu même, à préserver son indépendance et l’indépendance des siens, elle écrit, et soutient en 1984, sa thèse d’état : Jean de La Ceppède, poète de l’Eglise tridentine. Elle crut certainement devoir ce lourd travail à l’université de Bourgogne, qui lui avait fait confiance ; surtout elle se le devait à elle-même. Elle est élue professeur en 1992.

            Ce même équilibre entre générosité et souci de soi, elle le réalisa encore dans son dernier livre, La commanderie de La Romagne aux XVIe et XVIIe siècles (Dijon, EUD, 2012). Elle signa cet ouvrage avec son fils Xavier Quenot qui s’est chargé de l’analyse et de la description architecturale des lieux qu’il restaure savamment. Elle s’était réservé l’enquête dans les diverses archives pour une étude historique. Elle avait toujours eu de l’attrait pour cette discipline, disait-elle. Le résultat est une micro-histoire, nourrie d’innombrables données récoltées dans les documents anciens. Devenue historienne, Yvette Quenot eut le talent de trouver, et le don de rassembler chiffres et faits épars dans une synthèse évocatrice. L’action des commandeurs successifs, les occupations dans le domaine agricole de La Romagne, les ressources financières de ce dernier, autant de contenus qui restituent un passé circonscrit en lui donnant sens sur le fond de l’histoire générale des puissances du temps : la situation géographique de la commanderie la plaçait « aux confins » du royaume de France, auquel elle appartenait, et de la Franche-Comté, alors sous domination des Habsbourg.

            Mais bien entendu, c’est principalement à La Ceppède qu’est attaché le nom d’Yvette Quenot. En déposant son sujet de thèse, elle imposa un auteur encore dans la pénombre. Dans l’esprit de ses maîtres seiziémistes, il ne pouvait s’agir que de l’homme et l’œuvre ; il n’était pas question de centrer la recherche, d’écrire une « poétique » ou une « théologie poétique » du magistrat aixois – un homme de la Renaissance qui connut la personne de Malherbe, mais non sa leçon de rupture. De cette approche mal définie, Yvette Quenot tira l’étude fondatrice Les lectures de La Ceppède (Droz, 1986). Certes, l’ensemble des Théorèmes (1613 et 1622) avaient été réédités en fac-similé, précédés d’une belle introduction de Jean Rousset qui en avait souligné l’unité : l’« épaisse forêt de sonnets » est à parcourir d’une traite de bout en bout ; le chemin est bordé par des annotations du poète qu’on ne saurait élaguer. Toutefois ces gloses prêtaient elles-mêmes à confusion. Yvette Quenot, la première, les scrute et nous apprend à les déchiffrer. Elle rétablit leurs intertextes : non tous les Pères de l’Eglise cités, mais d’abord un certain nombre d’ouvrages contemporains, ou du moins modernes, qui fournissent les références et apportent la matière de la méditation et du commentaire des Evangiles. En dégageant les principes de cette auto-annotation, le regard critique découvre simultanément l’atelier du poète et le caractère propre de son travail. De nombreux exemples démontrent l’action de la forme-sens du sonnet, qui ramène les propos souvent diffus des prosateurs à la concision autrement efficace, pathétique ou persuasive, des quatorze vers. L’ouvrage se conclut logiquement sur l’art « tridentin » de La Ceppède : un art contrôlé, strictement orthodoxe, qui a ses garants, loin d’une dérive d’association d’idées et d’images, mais aussi « l’originalité d’une écriture “militante” », due à un lecteur actif qui retourne aux textes bibliques, qui refuse la transposition plate au profit de la recomposition et qui découvre « une utilisation puissante du symbole » (Bibliographie. Jean de La Ceppède, Rome-Paris, Memini, 1998, p. 16). Si, depuis l’expérience de l’Imitation de la pénitence de David, le poète sait que toute paraphrase est recréation, plus encore la saisie théorématique du mystère chrétien signifie une voie poétique irréductible à des sources pourtant nombreuses et avérées.

Ce propos prend sa véritable portée dans une ferme démonstration, que poursuit et complète l’édition en deux tomes de la Première Partie des Théorèmes (S.T.F.M., 1988 et 1989). Aucune édition n’est définitive, mais celle-là est assurément faite pour durer. Yvonne Bellenger avait reçu un coup de téléphone alarmé d’Yvette Quenot, qui venait de recevoir les épreuves et s’adressait à la responsable des éditions de la S.T.F.M. On peut le comprendre : l’imprimeur – en ces années 80, les imprimeurs composaient le texte – avait confondu notes de La Ceppède et notes de l’éditrice ! Il lui fallut tout reprendre. Pour finir, comme souhaité, trois tailles de caractères distinguent les sonnets, le commentaire du poète, et, en petit, les notes de la nouvelle édition, lesquelles plus d’une fois concernent non les poèmes mais la prose même de l’auteur. L’alliance entre le respect de l’œuvre dans son architecture initiale et sa présentation critique est parfaitement trouvée. Il n’y a nul regret à formuler, sinon que faute de temps, Yvette Quenot n’ait pas édité selon la même méthode la Seconde Partie.

Elle fit cependant la Bibliographie du poète aux éditions Memini (1998). C’était en quelque façon passer le flambeau ; en livrant et classant tous les éléments disponibles, elle appelait de ses vœux d’autres études. Yvette Quenot a sans aucun doute bien mérité de La Ceppède. À côté des nombreux articles qu’elle a pu écrire, sa contribution principale, ciblée, décida d’une nouvelle impulsion de lecture d’un grand poète trop longtemps méconnu.

                                                                                   Anne Mantero

                                                                                   Université de Franche-Comté

 

Que soient remerciées notre collègue Christiane Louette, nièce d’Yvette Quenot, et Madame Véronique Poitoux, du service du personnel de l’université de Bourgogne, pour les dates biographiques précises qu’elles m’ont procurées.

Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

 

La tragique disparition de Gaylord Brouhot à l’âge de 42 ans laisse un vide considérable. Je l’ai personnellement connu lorsqu’il suivait un des Travaux Dirigés que je donnais alors à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Néanmoins, la rencontre amicale n’eut pas véritablement lieu à cette époque mais au moment où il choisit de s’inscrire en thèse d’histoire de l’art et de se spécialiser sur la Renaissance italienne. Loin de suivre une méthodologie tracée d’avance, Gaylord va alors profondément enrichir notre discipline car il n’arrive pas seulement avec son bagage académique très conséquent. En effet, s’il décide de consacrer sa thèse aux costumes dans les portraits des Médicis, c’est en apportant à ce sujet son expertise unique dans les industries du luxe et, en particulier, sa connaissance de l’histoire des tissus et de la mode. On lui doit ainsi la notion si stimulante de « portrait du costume ».

Gaylord a travaillé avec et sur les grands groupes de mode contemporains, et a longtemps enseigné dans le cadre de la formation à ces métiers, tout en assumant également des charges de cours portant sur une histoire de l’art plus classique. Attaché Temporaire de Recherche à l’université Paris 1 puis à l’université Rennes 2, il était très apprécié par les étudiants auxquels il savait transmettre sa passion, son savoir et la finesse d’observation qui le caractérisait. Son expertise lui avait valu d’être consulté lors de la rénovation des tentures du Studiolo de Ferdinand de Médicis à la Villa Médicis – qui l’a accueilli plus tard comme pensionnaire. Personne mieux que lui ne savait parler avec précision, enthousiasme et chaleur de la trame des tissus, des techniques de teinture propres à la Renaissance, de l’origine des effets moirés ou des circulations de goût entre cours, comme des variations de terminologie qui rendent la compréhension des archives si délicates. Sa générosité faisait de lui un passeur entre deux mondes qui se parlent difficilement.

La même expertise lui a fait jouer un rôle cardinal dans la reconstruction de la rencontre du Camp du Drap d’Or ou dans l’investigation des contacts entre la cour de François Ier et l’Italie. Elle lui a encore permis de développer une histoire stimulante de la braguette à la Renaissance. En parallèle du travail colossal qui a abouti à sa thèse de doctorat méticuleuse et foisonnante, Gaylord n’a jamais hésité à sortir de son champ propre pour devenir un compagnon de pensée précieux à de nombreux interlocuteurs, comme lors du colloque sur la sculpture dans le Nord de l’Europe à l’époque moderne.

Se situant avec une grande délicatesse au-delà des luttes intestines propres au milieu académique, Gaylord a ainsi su tracer un itinéraire fidèle à ses amitiés. Il est bien difficile de dire adieu à sa douceur et à sa joie radieuse sous le soleil provençal de Vaugines, terre de son cœur.

Joana Barreto

université Lumière Lyon 2

Renaud Adam – Hommage à Franz Bierlaire (1944-2023)

In memoriam Franz Bierlaire (1944-2023)

Franz Bierlaire, professeur émérite de l’université de Liège, s’en est allé le 12 novembre 2023. Avec lui, la communauté des seiziémistes perd un spécialiste renommé de la Renaissance et un grand pédagogue qui sut donner la passion de l’histoire à des générations d’étudiants et d’étudiantes. Sa carrière fut dédiée à l’étude de la figure d’Érasme, mais aussi à la question du livre scolaire et à l’éducation au cours de la Renaissance.

Né le 8 juillet 1944, Franz Bierlaire passa sa jeunesse dans le pays d’Entre-Sambre-et-Meuse, dans la région de Charleroi. Il s’inscrivit à l’université de Liège en octobre 1962. Au cours de ce mois d’automne, il fit deux rencontres déterminantes pour le reste de sa vie. Tout d’abord, celle du professeur Léon-Ernest Halkin qui lui inculqua les premiers rudiments de la critique historique et les premières notions d’histoire moderne, ainsi que le souci pour l’élégance du style. Léon-Ernest Halkin, son futur maître, lui fit également découvrir une personnalité qui allait devenir son compagnon de route pendant plus de soixante ans : Érasme de Rotterdam. Son mémoire de fin d’études, consacré à la familia d’Érasme, constitua son travail d’approche du prince de l’humanisme et de sa galaxie (publié en 1968). Son intronisation dans la « corporation érasmienne » (sodalitas erasmiana), comme il aimait à dire, se fit à l’occasion d’un colloque organisé à Mons en 1967 en marge des célébrations du cinquième centenaire de l’anniversaire de la naissance de l’humaniste de Rotterdam. Le jeune diplômé y présenta, avec assurance, les résultats de ses premiers travaux devant un parterre de choix : Marie Delcourt, Marcel Bataillon ou encore Jean-Claude Margolin, personnalités avec qui il noua des liens profonds d’amitié. Il confirma son statut de grand érasmien avec sa thèse de doctorat dédiée aux Colloquia, ce manuel, maintes fois revus par son auteur, destiné à l’apprentissage du latin, mais aussi à la réforme des mœurs et de la religion (1977, 1978). Franz Bierlaire se fit également éditeur des textes d’Érasme. Il participa à l’édition des Colloquia en collaboration avec Léon-Ernest Halkin et René Hoven, qui parut dans la prestigieuse collection des Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami (1972), et nous donna, quarante ans plus tard, toujours dans la même collection, celle du De Civilitate morum puerilium (2013), dont il avait proposé une traduction intégrale quelques années plus tôt (1999).

Franz Bierlaire s’intéressa non seulement à la pensée du prince de l’humanisme, mais également aux modes de diffusion de celle-ci ainsi qu’à sa réception au cœur de l’Europe du xvie siècle. Sous sa plume se découvrent ainsi la richesse et la complexité de l’œuvre d’Érasme, les conditions matérielles de sa fabrication, la relation de l’humaniste à l’objet-livre ou encore la virulence des polémiques religieuses de cette époque. Digne héritier de l’école liégeoise des études sur l’humanisme et la Renaissance, il n’eut de cesse, tout au long de sa carrière, de lire et de relire l’œuvre d’Érasme, que ce soit en historien, désireux de rendre intelligible une époque charnière de notre histoire, ou en latiniste accompli, soucieux du sens précis de chaque mot. Si l’Érasme pédagogue retint particulièrement son attention, c’est bel et bien l’étude du projet humaniste d’émancipation des hommes par une pédagogie renouvelée et par le retour aux sources de l’Antiquité qui traverse l’œuvre de Franz Bierlaire. Cet intérêt le porta tout naturellement à étudier, plus largement, les pratiques d’enseignement au travers des livres scolaires et à questionner l’éducation des enfants au xvie siècle. Le titre du volume d’hommages publié à l’occasion de son accès à l’éméritat résume parfaitement l’amplitude de sa curiosité scientifique : Lire, écrire et éduquer à la Renaissance, paru en 2013.

Franz Bierlaire fut également un professeur habité qui avait une capacité rare à vous embarquer avec lui dans sa passion pour l’époque moderne. Il entama sa carrière à l’université de Liège en 1969 en qualité d’assistant de Léon-Ernest Halkin. Il fut nommé chargé de cours associé en 1979, avant de devenir professeur associé en 1990, puis professeur à la tête de la chaire d’Histoire moderne en 1998. Il eut également une charge de cours à l’université libre de Bruxelles à partir de 1988 en « Histoire des Églises chrétiennes ». La transmission, l’enseignement et l’encadrement étaient au cœur de ses préoccupations académiques. Son cours d’histoire de l’humanisme était magistral et témoignait d’une excellente maîtrise de ce mouvement ainsi que d’un don unique pour captiver son auditoire. Ses séminaires en histoire moderne étaient pour lui l’occasion d’inculquer à ses étudiants et étudiantes une méthode historique rigoureuse, basée sur une analyse fine des sources ainsi qu’un souci de la perfection et un refus de l’à-peu-près. Très attentif aux questions de philologie textuelle, il insistait sans relâche sur la nécessité de peser chaque mot et de recourir à un vocabulaire choisi avec justesse. Érasme, évidemment, était au centre de ses enseignements. Des générations entières d’apprentis historiens et d’apprenties historiennes se plongèrent dans l’abondante correspondance de l’humaniste. À ceux qui renâclaient, lassés par le caractère parfois acariâtre d’Érasme, il rappelait avec malice qu’ils avaient l’opportunité de travailler à partir d’une traduction française, ce qui ne fut pas son cas lorsqu’il était étudiant, tout en insistant sur la nécessité impérieuse de revenir systématiquement au texte latin. Il fut également un maître exigeant, attentif et toujours disponible, qui conserva tout au long de sa vie un regard bienveillant sur les différents parcours de ses élèves. Il aimait particulièrement voir l’un ou l’autre « s’aventurer en terres érasmiennes ». Même s’il observait avec une certaine forme d’amertume l’état des études humanistes en Belgique, son souhait le plus cher aurait été de voir paraître un Érasme et les Pays-Bas, « une synthèse comparable, par l’ampleur sinon par la qualité, à l’Érasme et l’Espagne de Marcel Bataillon ».

Impossible de terminer cet hommage sans recommander la lecture de son dernier opus sur « son » Érasme, Érasme au fil du temps, ouvrage publié en octobre 2021. Ce passionnant essai, rempli d’une grande érudition et écrit d’une très belle plume, condense soixante années de fréquentation de l’humaniste hollandais. Il dépasse le cadre strict de la biographie. Il s’attache non seulement à revenir sur les grandes étapes de la vie d’Érasme, mais aussi à décortiquer son œuvre tout en mettant en garde les jeunes pousses d’aujourd’hui : « Celui qui découvre la pensée d’Érasme devra se garder du danger d’en soutenir à l’excès la modernité. » (p. 110). L’ouvrage, dans sa dernière partie, se concentre sur l’évolution de la perception de cet humaniste au fil des siècles, lui qui est parfois vu aujourd’hui comme la figure emblématique de la citoyenneté européenne. Nul doute que Franz Bierlaire aurait assurément pu faire sien cet extrait d’une lettre d’Érasme qu’il mit en exergue de ce livre : « J’ai une telle passion pour la littérature la plus parfaite que je considérais comme étant de ma plus proche famille tous ceux qui s’y adonneraient. » (lettre à Francis Vergara, 13 octobre 1527).

Véritable homo litteratus, parfois espiègle, tantôt taquin, mais toujours heureux de pouvoir partager ses dernières lectures ou ses réflexions sur les pratiques historiennes d’hier et d’aujourd’hui, Franz Bierlaire laisse derrière lui une œuvre riche et le souvenir d’un homme d’une rare modestie, toujours attentif aux uns et aux autres.

Renaud Adam

université de Liège

Références citées

Fr. Bierlaire, La Familia d’Érasme. Contribution à l’histoire de l’humanisme, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1968.

Érasme, Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, vol. I, 3: Colloquia, éd. Léon-Ernest Halkin, Franz Bielaire, René Hoven, Amsterdam, North-Holland Publishing Co., 1972.

Fr. Bierlaire, Érasme et ses Colloques : le livre d’une vie, Genève, Droz, 1977.

Fr. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme. Réforme des études, réforme des mœurs et réforme de l’Église au xvie siècle, Liège, Presses Universitaires de Liège – Paris, Les Belles Lettres, 1978.

Érasme, La civilité puérile d’Érasme. Petit manuel de savoir-vivre à l’usage des enfants, traduction, édition et introduction par Fr. Bierlaire, Bruxelles, La Lettre volée à la Maison d’Érasme, 1999.

Fr. Bierlaire, « La recherche érasmienne en Belgique : Histoire et perspectives », in Éditions, impressions et traductions des textes humanistes, éd. Alexandre Vanautgaerden et Jean-François Gilmont, Turnhout, Brepols, 2000, p. 43-59.

Érasme, Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, vol. I, 8 : Iulius Exclusus, éd. Silvana Seidel Menchi, De civilitate morum puerilium, éd. Franz Bierlaire, Conflictus Thaliae et Barbariei, éd. René Hoven, Leyde-Boston, Brill, 2013.

Lire, écrire et éduquer à la Renaissance. Mélanges en l’honneur de Franz Bierlaire, éd. Annick Delfosse et Thomas Glesener, Bruxelles, Archives et bibliothèques de Belgique, 2013.

Fr. Bierlaire, Érasme au fil du temps, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2021.

Hommage à Françoise Argod-Dutard (1940-2023)

Françoise Argod-Dutard (1940-2023)

 

Notre collègue Françoise Argod-Dutard s’est éteinte au début du mois de décembre 2023. Entrée à l’UFR des Lettres de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 en 1991 en qualité de maîtresse de conférences, elle y était devenue, après son habilitation à diriger des recherches, professeure des Universités en 2003 et avait fait valoir ses droits à la retraite en 2010. Spécialiste de la langue française, elle enseignait parmi nous la linguistique synchronique et diachronique du français, et particulièrement la langue française du XVIe siècle. Tentée par l’orthophonie avant de passer l’agrégation des Lettres, elle dispensait aussi régulièrement, avec conviction, des cours de phonétique et de linguistique appliquées au département d’orthophonie de l’université Victor Segalen-Bordeaux 2.

Auteure de manuels pour les étudiants (Éléments de phonétique appliquée, et La linguistique littéraire, 1996 et 1998), elle publie chez Droz en 2002 L’Écriture de Joachim du Bellay, le discours poétique dans Les Regrets :l’orthographe et la syntaxe dans les lettres de l’auteur. Elle organise, à l’occasion des programmes de nos agrégations, des journées d’étude, y collabore et en assure la publication (sur Jean de Léry en 2000 ; sur Montaigne en 2003) ; et, par exemple écrit avec J.-Y. Pouilloux, Essais Livre III Montaigne (2002). Et elle rassemble en 2001 pour les Mélanges offerts à notre collègue Claude-Gilbert Dubois, Histoire et littérature au siècle de Montaigne, les articles d’une trentaine de collègues.

Partisane convaincue et activiste de la « défense et illustration de la langue française », elle participe à Liré en 1999 à la création des « Lyriades de la langue française » (association loi 1901) dont elle deviendra en 2006 la cheville ouvrière, et dont elle organise et publie de 2003 à 2017 les communications faites lors de sept journées d’études sur des sujets variés : vitalité du français en Europe ou dans le concert international, langue des poètes en France et dans la francophonie, chanson française, langue de la table…

Car Françoise Argod-Dutard, née dans les Borderies région du Cognac, était issue d’une famille de viticulteurs dont, à la retraite, elle avait repris le flambeau et peut-être le fardeau, publiant par exemple dans Sud-Ouest un article fort savant et documenté sur la sécheresse, « 2020, un été brûlant pour le Cognac », sous sa signature de « Françoise Argod-Dutard viticultrice et auteure ». Nos collègues et moi avions déjà pu juger de son implication lorsqu’elle nous avait réunis, avec la complicité de Pascal Charvet et Sandrine Lavaud, pour contribuer au Voyage au pays du vin des origines à nos jours : histoire, anthologie, dictionnaire (R. Laffont, 2007). Et c’est logiquement cette veine, cette inspiration venue de son terroir qu’elle a travaillées lors de ses dernières publications : Le Cognac, petits secrets et grandes histoires (Éditions Sud-Ouest, 2017) ; avec Patrick Voisin, Les Mille & un mots des mets et des vins, histoire culturelle, dictionnaire français et francophone (Féret, 2019). On le constate, avec Françoise Argod-Dutard disparaît une universitaire beaucoup plus originale que sa discrétion ne le laissait supposer.

Catherine Magnien-Simonin

Université Bordeaux Montaigne

 

Ouvrages cités

Fr. Argod-Dutard, Éléments de phonétique appliquée, Paris, A. Colin, 1996.

Fr. Argod-Dutard, La Linguistique littéraire, Paris, A. Colin, 1998.

Fr. Argod-Dutard, L’Écriture de Joachim du Bellay. Le discours poétique dans Les Regrets ; l’orthographe et la syntaxe dans les lettres de l’auteur, Genève, Librairie Droz, 2002.

Fr. Argod-Dutard (dir.), Histoire d’un voyage en la terre du Brésil de Jean de Léry, journées de Bordeaux (10 et 11 déc. 1999), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2000.

Fr. Argod-Dutard et J.-Y. Pouilloux, Essais Livre III Montaigne. Analyse littéraire et étude de la langue, Paris, A. Colin, 2002.

Fr. Argod-Dutard (dir.), Des signes au sens, lectures du livre III des Essais, Paris, H. Champion, 2003 ; rééd. Paris, Classiques Garnier, 2023.

Histoire et littérature au siècle de Montaigne, mélanges offerts à Claude-Gilbert Dubois, réunis et édités par Fr. Argod-Dutard, Genève, Librairie Droz, 2001.

Fr. Argod-Dutard, Pascal Charvet et Sandrine Lavaud (dir.), Voyage au pays du vin des origines à nos jours : histoire, anthologie, dictionnaire, Paris, R. Laffont, 2007.

Fr. Argod-Dutard, Le Cognac, petits secrets et grande histoire. Guide de l’amateur curieux, [Bordeaux], Éditions Sud-Ouest, 2017.

Patrick Voisin, Les Mille & un mots des mets et des vins, histoire culturelle, dictionnaire français et francophone, Bordeaux, Féret, 2019.

Offre de poste Ingénieur d’études

Offre de poste d’ingénieur d’études (IGE en production, traitement et analyse de données), dans le cadre du projet PALINUM-DATA (co-financé par le DIM-PAMIR, le laboratoire DYPAC de l’UVSQ/Paris-Saclay, le Musée du Louvre, le Musée national de la Renaissance, l’INHA et le LRMH) qui vise à la numérisation 3D et à la création d’une base de données des fragments des grottes de Bernard Palissy.
Il s’agit d’un poste à temps plein pour une durée de 8 mois (avril-novembre 2024) pour lequel sont fortement encouragées  les candidatures d’un ou une diplômé.e d’histoire, d’histoire de l’art ou d’archéologie, avec une forte appétence pour le numérique.
Les candidatures sont à envoyer avant le 28/02/2024.
Fiche de poste détaillée :

Hommage à Géralde Nakam (1932-2023)

Géralde Nakam (1932-2023)

 

 

Nous avons la tristesse d’annoncer le décès de Géralde Nakam, grande et haute figure des études montaignistes, qui s’est éteinte le 9 décembre 2023, à l’âge de 91 ans.

Géralde Nakam était née en 1932 en Algérie, pays qui l’a fort marquée et dont elle a gardé toute sa vie la nostalgie, plus précisément près d’Oran, dans la ville de Mascara, où elle a accompli de brillantes études primaires et secondaires. Le seul roman qu’elle a jamais publié, D’un bout à l’autre, paru en 2011, est tout imprégné des lumières de cette partie de la Méditerranée et de cette culture juive sépharade dont elle était issue, et qu’elle revendiquait, sans bigoterie aucune toutefois.

Elle n’a gagné la métropole qu’une fois ses deux baccalauréats en poche, au début des années cinquante, pour entamer des études de Lettres classiques en classes préparatoires puis à la Sorbonne. À peine reçue à l’agrégation des Lettres, elle prit à la rentrée 1956 son premier poste d’enseignement en tant que professeure agrégée au lycée de jeunes filles d’Épinal. Ayant alors inscrit une thèse d’État en Sorbonne sous la direction de V.-L. Saulnier, elle devint toutefois rapidement, à la rentrée universitaire 1967, assistante chargée des fonctions de maîtresse-assistante à l’université d’Amiens. Deux ans plus tard, elle y accède au rang de maîtresse-assistante de littérature française, avant d’obtenir sa mutation en juin 1970 à la faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris. Elle choisit alors d’enseigner à Paris III-Sorbonne nouvelle, l’une des sept universités créées à la suite de l’éclatement de l’université de Paris.

En avril 1980, elle soutient en Sorbonne son impressionnante et importante thèse d’État de quelque mille trois cents pages, ce qui lui permet d’obtenir en 1983 un poste de professeur des universités en grammaire et philologie française et technique d’expression à l’université Toulouse II. Un poste qu’en raison de graves problèmes de santé, elle n’occupera guère, avant de parvenir dès l’année suivante à obtenir sa mutation sur une chaire de professeur de langue et littérature françaises, et de retrouver l’université de Paris III, où elle demeurera onze nouvelles années, du 1er septembre 1984 jusqu’en janvier 1995, moment où elle a fait valoir ses droits à la retraite.

Durant cette longue retraite, qui a malheureusement été assombrie par de trop nombreux problèmes de santé, si elle a continué de publier, Géralde Nakam a su aussi cultiver un otium literatum fait de beaucoup de musique (elle a joué du piano jusqu’à ce que l’arthrose l’en empêche après 2016 ; elle a beaucoup fréquenté, et jusqu’à un âge très avancé, les salles de concert parisiennes et l’opéra), de force lectures (elle se passionnait pour les littératures étrangères contemporaines), spectacles (elle se tenait très informée des dernières sorties cinématographiques et des plus récentes mises en scène théâtrales), et expositions, prête à traverser tout Paris, en dépit de ses difficultés de déplacement, pour voir, ou revoir, les toiles de tel ou tel peintre. Comme le montre le dernier ouvrage qu’elle a donné, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, où elle entrecroise des portraits de personnages singuliers qu’elle a pu rencontrer et ceux des chats qu’elle a chéris, très attachée à la nature et aux animaux, lorsqu’elle ne résidait pas dans son appartement du boulevard Arago, Géralde Nakam trouvait refuge dans sa maison du Gard, ce qui lui donnait l’occasion de revoir sa chère Méditerranée.

Même si elle a par exemple donné une édition pionnière de l’Histoire mémorable du siège de Sancerre de J. de Léry, et publié force articles sur Rabelais, Ronsard, Du Bellay, Aubigné ou Du Bartas (dont certains ont été réunis dans ses Chemins de la Renaissance en 2005), son principal centre d’intérêt aura résidé dans Les Essais : voir encore son très beau Montaigne, la Manière et la matière (1992), ainsi que Le dernier Montaigne (2002). Le grand apport du patient et immense travail critique de Géralde Nakam aura été d’arracher la figure de Montaigne à sa tour, trop souvent considérée par la critique antérieure comme une tour d’ivoire, et d’avoir démontré que ce livre unique était en prise directe avec les troubles et les réalités cruelles de son temps.

Sa thèse comportait ainsi deux livres, qui ont été publiés après la soutenance de 1980 : l’un, historique et chronologique, Montaigne en son temps : les événements et les Essais (1982) ; l’autre, thématique et analytique, Les Essais, miroir et procès de leur temps (1982). Tous deux sont devenus des ouvrages de référence, et ont rejoint avec ceux de Villey, Frame, Friedrich ou Starobinski les grands classiques de la critique montaignienne. L’un et l’autre ont été conçus de façon à mettre la réflexion de Montaigne en relief : la création et l’apport des Essais se détachent sur un contexte, constitué d’un côté des faits et des témoignages du temps, de l’autre des idées, théories ou opinions qui avaient cours du vivant de Montaigne. Autant de gestes, d’actions, d’analyses et de réflexions dont Montaigne se démarque. Pour reprendre les derniers mots de Géralde Nakam elle-même lorsqu’elle a présenté cet immense travail : « La force, la beauté du livre viennent de ce qu’il s’écrit, de façon de plus en plus consciente, “par disconvenance aux meurs présentes de nostre estat”, comme le rappelle Montaigne lui-même. »

Michel Magnien

Université Sorbonne nouvelle

 

 

Ouvrages mentionnés

G. Nakam, Au lendemain de la Saint-Barthélemy : guerre civile et famine, suivi de Jean de Léry, Histoire mémorable du siège de Sancerre (1573), édition par G. Nakam, Paris, Éditions Anthropos, 1975 ; rééd. : Genève, Slatkine, 2000.

G. Nakam, Montaigne en son temps : les événements et les Essais, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. : Paris, Gallimard, « Tel », 1993.

G. Nakam, Les Essais de Montaigne, miroir et procès de leur temps : témoignage historique et création littéraire, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. révisée : Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2001.

G. Nakam, Montaigne, la Manière et la matière, Paris, Klincksieck, 1991.

G. Nakam, Le dernier Montaigne, Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2002.

G. Nakam, Chemins de la Renaissance, Paris, H. Champion, « Études et essais sur la Renaissance», 2005.

G. Nakam, D’un bout à l’autre, Biarritz, Séguier, 2011.

G. Nakam, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, Limours, Les Éditions Héliomir, 2014.

Claude Thiry (1943-2023)

In memoriam

Claude Thiry (1943-2023)

 

Décédé le 3 novembre 2023, Claude Thiry était né quatre-vingts ans plus tôt, dans une région liégeoise à laquelle il est resté attaché toute sa vie. Son goût de l’ailleurs se manifesta toutefois très tôt, puisque dès le début de ses études dans les années 1960, il effectua plusieurs séjours aux États-Unis, en particulier au prestigieux département de Romance Languages and Literatures de l’Université de Princeton. De cette expérience alors rare, Claude Thiry retint l’enrichissement qu’apportent les rencontres internationales tout en affirmant précocement un talent d’explorateur des sentiers peu frayés de l’histoire littéraire : son premier travail de recherche, sous la direction d’Alfred Foulet (1900-1987), fut consacré à Jean Lemaire de Belges. Licence de philologie romane en poche et devenu chercheur au Fonds national de la Recherche scientifique belge en 1967, il réalisa ensuite, sous la direction de Maurice Delbouille (1903-1984), une thèse pionnière sur la déploration funèbre en français aux XVe et XVIe siècles (1973). D’elle sont issus ses deux premiers ouvrages de référence : l’édition critique du Mémoire et épitaphe de Ferdinand d’Aragon [1516], en 1975, qui fit redécouvrir l’œuvre de Nicaise Ladam, poète et roi d’armes de Charles Quint ; et l’importante monographie La Plainte funèbre, accueillie en 1977 dans la collection de la Typologie des sources du Moyen Âge occidental.

La carrière de Claude Thiry entra dès lors de plain-pied dans le monde de l’enseignement et de la recherche. Chargé de cours à l’université de Liège (1978), il y fut nommé par la suite professeur, poste transformé, à partir de 1991, en un ordinariat en langue et littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, partagé entre Liège et l’université catholique de Louvain. Ce positionnement au croisement de cultures universitaires, de périodes historiques et d’approches méthodologiques que d’aucuns auraient jugées peu conciliables traduit la mobilité intellectuelle et les qualités de passeur de Claude Thiry. Philologue aussi bien qu’historien, ce maître incontesté des cultures bourguignonnes s’est intéressé à tous les genres et à toutes les dimensions de la littérature en français au temps des Valois et des Habsbourg. De l’écriture de l’histoire aux scènes de théâtre, de Villon à Marot, des poèmes de circonstance sur Pavie aux manuels de danse dédiés à Marguerite d’Autriche, la douzaine d’ouvrages et la centaine d’articles qu’il a publiés témoignent de la curiosité boulimique d’un chercheur aussi doué pour dénicher des inédits que pour penser les pratiques d’écriture et de lecture des XVe et XVIe siècles dans leur globalité, en se jouant de la mythique frontière entre Moyen Âge et Renaissance.

Un intellectuel d’une telle envergure, qui plus est doté d’une langue virtuose et d’un humour ravageur, ne pouvait qu’impressionner les générations d’étudiants et d’étudiantes de Wallonie que Claude Thiry forma inlassablement jusqu’à sa retraite. Donner accès aux savoirs était, chez lui, une vraie passion. Aussi nombre de ses livres ont-ils pour destinataires le lectorat estudiantin et un public élargi, qu’il s’agisse de son édition de Villon (1991) qui fit date, des traductions de Chastelain qu’il donna dans Splendeurs de la cour de Bourgogne (1995) ou de son Anthologie de la littérature française du Moyen Âge (2002), à laquelle il associa ses élèves.

Tout au long de sa carrière, Claude Thiry fut l’inspirateur de groupes de recherche qui marquèrent l’histoire de l’université belge et, plus largement, des études françaises internationales. Président, de 1993 à 2001, du fort interdisciplinaire Institut d’études médiévales de l’UCL, il fut aussi le fondateur du Groupe de recherche sur le Moyen Français. Aussitôt surnommé Groumf par son créateur en un clin d’œil ironique aux Schtroumpfs de Peyo, ce groupe rassembla pendant plusieurs années des doctorants et doctorantes – des « groumfettes » dont je fus –, enthousiasmés par la finesse de lecture et portés par la vitalité d’un « chef » dont le soutien amical aux jeunes fut constant. C’est donc sans surprise sous le signe de l’amitié que fut placé Quant l’ung amy pour l’autre veille, le volume de mélanges offert à Claude Thiry en 2008 et qui s’ouvre par une présentation étoffée de sa bibliographie et de son parcours (p. 10-23).

L’œuvre critique de Claude Thiry, inventive et souvent pionnière, est en effet indissociable des réseaux scientifiques qu’il a inlassablement maillés, depuis la Belgique, à travers l’Europe et outre-Atlantique. Ces « pierres vives », qu’en bon Liégeois il aimait qualifier de « briques », sont au fondement de l’actuel renouveau international des études sur les littératures en français au tournant des années 1500.

Estelle Doudet

Université de Lausanne

ORCID 0000-0002-4072-0913

Marie Madeleine Fontaine (1940-2024)

 

Marie Madeleine Fontaine,

de Rouen à Paris et à Lille

(1940-2024)

 

Marie Madeleine sans trait d’union, un double prénom plutôt qu’un prénom double, vient de disparaître à Paris à l’âge de 84 ans. C’était l’une des seiziémistes les plus remarquables de notre communauté, et l’une des professeures d’université les plus appréciées. De cette agrégée de lettres classiques, ancienne élève de l’École normale supérieure de Sèvres, promotion de 1960, la carrière universitaire s’est déroulée tour à tour à Rouen, à Paris et à Lille. À Rouen tout d’abord, puis à la Sorbonne, où elle a été maître-assistante, puis maître de conférences, à Lille enfin où s’est achevée sa carrière et où elle a été professeure des universités pendant quelque dix ans, dirigeant de nombreuses thèses, organisant plusieurs colloques, exerçant un rayonnement véritablement international. Des Mélanges originaux, qui lui ont été offerts en 2015 sous le titre de Textes au corps, ont couronné cette tardive et fructueuse carrière.

Tout commence pour ainsi dire à la fin des années soixante-dix. En mars 1979, par une claire et froide journée de début de printemps, Marie Madeleine présentait au CESR de Tours, à l’occasion d’un colloque sur les nourritures à la Renaissance, organisé par Jean-Claude Margolin et Robert Sauzet, une communication sur «L’alimentation du jeune enfant au XVIe siècle ». Mon propos d’alors était beaucoup plus sanglant, puisque je traitais de « Catholiques et Cannibales ».

Mais c’est l’année suivante que nous fîmes vraiment connaissance, à l’occasion de la rédaction du Dictionnaire des littératures de langue française, en préparation aux Éditions Bordas. Jean-Pierre de Beaumarchais, descendant de l’illustre écrivain, était, avec Daniel Couty, et sous l’autorité d’Alain Rey, l’un des directeurs de cette vaste entreprise, d’abord publiée en trois, puis en quatre volumes. Il m’avait confié la tâche, en 1979, de traiter la partie Renaissance de cet immense ouvrage. Comme, après plusieurs articles, je renâclais au labeur et finis par ne plus faire grand chose, Beaumarchais et son compère Couty décidèrent de s’adresser à leur collègue femme de Rouen, contre laquelle, au départ, ils nourrissaient quelque prévention. Quand j’appris indirectement que la direction de la partie Renaissance m’était retirée, j’appelai en colère Jean-Pierre, qui protesta, s’excusa à demi et me dit que de toute manière on ne pouvait continuer ainsi. Une réunion fut organisée avec Marie Madeleine et moi au domicile de Jean-Pierre, dans l’immeuble ancien de la rue du Cherche-Midi où il résidait. L’entrevue fut des plus orageuses, mais en vérité des plus fructueuses. Nous parvînmes, non sans difficulté, à distribuer entre nous la vaste matière qu’il restait à traiter. Après deux heures d’une discussion parfois véhémente, Marie Madeleine, les larmes aux yeux, me lança, avant de disparaître : « Frank, je t’ai tout cédé ! »

Nous nous mîmes au travail, chacun de son côté. Semaine après semaine, jour après jour, nous étions à la Bibliothèque nationale de la rue de Richelieu, nous croisant dans la salle souterraine des catalogues, ayant de nombreux amis de rencontre et quantité de fichiers à consulter. Si l’on en croit la bibliographie qui figure en appendice de Textes au corps, le volume de Mélanges qui lui fut offert en 2015, Marie Madeleine Fontaine rédigea quelque soixante-dix neuf articles pour ce Dictionnaire des Littératures, soixante-dix neuf articles qui vont d’Amadis de Gaule à Jacques Yver, en passant par Rémy Belleau, Hélisenne de Crenne, Étienne Dolet, Joachim Du Bellay, Étienne Jodelle, Louise Labé, Clément Marot et Pontus de Tyard. De mon côté, et je ne risque guère de procès posthume pour vantardise déloyale, je ne composai que soixante-six articles, qui portaient principalement sur les voyageurs et les réformés, d’Agrippa d’Aubigné et Jean de Léry à Pierre Viret. Cette entreprise double plutôt que collective nous occupa quelque quatre années, et j’en veux pour preuve le carnet ou le journal des écritures que je tenais à l’époque, remettant chaque mois en mains propres à Jean-Pierre de Beaumarchais une bonne dizaine de feuillets dactylographiés portant sur les auteurs les plus méconnus de la Renaissance. Le Dictionnaire des littératures parut enfin en 1984, avant d’être réimprimé sous une forme augmentée et corrigée en 1987.

Libérée de cette tâche astreignante, Marie Madeleine Fontaine se consacra à sa principale entreprise éditoriale, qui fut Alector ou le coq de Barthélemy Aneau, « histoire fabuleuse » publiée chez Droz en 1996 dans la collection des « Textes littéraires français ». L’extraordinaire de cette édition critique est qu’elle parut en deux forts volumes. Le premier renferme les deux cents pages de cet ouvrage inclassable, tout à la fois « roman et conte pour enfants » qui rapporte « les sept premières années de la vie d’un enfant-coq », «neuf cents ans depuis la fondation du monde », précédées d’une substantielle préface de cent vingt pages ; le second, beaucoup plus volumineux, comprend l’apparat critique approfondi de l’ouvrage, le tout remplissant quelque mille cent vingt pages.

Dans ces mêmes années, Marie Madeleine Fontaine se consacra à l’édition et au commentaire des Petites Inventions de Rémy Belleau, comprises dans l’édition de ses Œuvres poétiques complètes, sous la direction de Guy Demerson, en 1995. De Belleau encore, elle édita, en collaboration avec Guy Demerson, La Bergerie de 1565 (2001). Elle donna aussi une édition de Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes funeralles, un court traité de 1507. Durant la même période, elle composa un élégant et dense petit livre sur Le condottiere Pietro del Monte, philosophe et écrivain de la Renaissance (1457-1509), qui témoigne de sa parfaite connaissance des lettres italiennes. Elle contribua encore à l’édition critique du Printemps d’Yver, réalisée par Marie-Ange Maignan en 2015.

Les arts plastiques font aussi partie des intérêts de Marie Madeleine Fontaine, comme l’attestent ses contributions à cinq catalogues d’exposition, entre 1995 et 2005, notamment sur la gravure française à la Renaissance à la Bibliothèque nationale de France, ou encore sur le jeu de paume au château de Fontainebleau.

Marie Madeleine Fontaine soutint sa thèse d’État à la toute fin du dernier siècle, sous la direction de Nicole Cazauran, thèse jadis entreprise sous la direction du professeur V. L. Saulnier. Rappelons le titre de cette thèse : « La représentation du corps à la Renaissance dans la littérature française (1530-1560) : introduction à l’étude des exercices corporels », thèse qui ne fut pas publiée mais que les travaux antérieurs de Marie Madeleine exploraient à merveille. Le Corps à la Renaissance était l’objet d’un colloque qu’elle avait organisé à Tours en 1987 et dont les actes furent édités en collaboration avec Jean Céard et Jean-Claude Margolin. Ce même corps revient dans le titre d’un stimulant recueil d’articles qu’elle publia en 1993 : Libertés et savoirs du corps à la Renaissance, où il est notamment question du jeu de paume comme modèle des échanges sociaux et de la tarande biscornue du Quart Livre. Et comme on le verra plus loin, ce corps renaissant s’épanouit pleinement dans le recueil d’études qui lui fut offert par ses élèves et amis après son départ à la retraite.

En 2000, Marie Madeleine fut élue professeure à l’université de Lille III, où se déroulèrent les dix dernières années de sa carrière. En fait, il y eut entre nous un échange de lieux. Élu moi-même en 1999 professeur à la Sorbonne, après une décennie passée à Lille, je rejoignis Marie Madeleine à Paris. Nous fûmes collègues un an, qui se déroula sans difficulté particulière. Ce fut la première année où Jean de Léry était au programme de l’agrégation. Selon le partage traditionnel, en usage jadis dans la plupart des universités, j’assurais les cours et elle les travaux dirigés. Sans doute me rapportait-on de temps à autre des propos critiques que Marie Madeleine aurait tenus sur mon édition de l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, mais, la Sorbonne étant à cette époque une école de médisances, je n’y accordai guère d’importance.

Une fois à Lille, Marie Madeleine Fontaine y restaura dans toute leur plénitude les études seiziémistes, suscitant en nombre des vocations de doctorants. Bien des thèses furent soutenues sous sa direction, célébrant la Renaissance dans sa diversité heureuse. À Lille, elle organisa plusieurs colloques, dont Rire à la Renaissance, dont les Actes furent publiés en 2010. Je me souviens de ces étudiantes improvisant à cette occasion un chœur sur l’estrade et chantant avec drôlerie des chansons du XVIe siècle.

À plusieurs reprises, Marie Madeleine me fit revenir à l’université de Lille, pour des soutenances de thèse. Lors de la soutenance de Marine Molins, l’une de ses doctorantes, elle me lança, alors que je prenais la parole en tant que président du jury, un fulgurant : « Frank, tu n’as pas le droit de dire… », avec une telle force et une telle véhémence que j’en restai interdit. Le moment de surprise passé, ce fut un grand éclat de rire dans toute l’assistance. C’était la réplique du fameux « Je t’ai tout cédé » de 1980. Marie Madeleine était ainsi, spontanée, franche, directe. Passé cet éclat, la soutenance de son élève s’acheva le mieux du monde.

Les Mélanges qui lui furent remis en 2015 ne portent pas le titre de Mélanges. Ce sont à vrai dire des Textes au corps, avec tout ce que ce titre implique de sensualité et d’appétit charnel. La Renaissance, ainsi qu’elle la concevait, n’était pas cette période de guerre et de violence haineuse, qu’elle reste pour beaucoup d’historiens, mais un espace de gaîté féconde et stimulante. Sans doute la période qu’elle goûtait tout particulièrement, mais non exclusivement, est la période antérieure aux guerres de Religion, même si avec Jean-Louis Fournel elle a publié Les Mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance.

Le sous-titre du recueil Textes au corps, « Promenades et musardises sur les terres de Marie Madeleine Fontaine », traduit bien la convivialité heureuse qui présida à sa genèse. Ces Textes au corps comportent une partie consacrée à la musique, ou plutôt aux «chansons et facéties », avec notamment une contribution de Frank Dobbins, qui venait de disparaître accidentellement.

L’une des dernières fois que je vis Marie Madeleine, c’était au milieu du boulevard Saint-Michel, à Paris, à la hauteur du jardin du Luxembourg, non loin de son appartement du boulevard Montparnasse. Nous défilions, protestant contre une de ces funestes réformes de l’enseignement supérieur, qui n’ont cessé, au gré des ministères, de dénaturer notre profession. Marie Madeleine se tenait sur le bord de la chaussée, seule, sans nul doute de cœur avec nous, mais mal remise d’une retraite qui ne passait pas. La retraite, dans notre métier, à quelque âge qu’on la prenne, peut être la pire des malédictions, même si elle ne nous réduit pas à une totale inactivité.

Marie Madeleine Fontaine était une grande dame et une professeure à l’autorité stimulante, drôle souvent, farouchement attachée à défendre sa discipline et d’abord ses élèves. Aujourd’hui elle nous manque.

Frank Lestringant

Sorbonne Université

 

Ouvrages mentionnés

Dictionnaire des littératures de langue française, sous la dir. de J.-P. de Beaumarchais, D. Couty et A. Rey, Paris, Éditions Bordas, 1984 ; 2e éd. : 1987.

Le Corps à la Renaissance, Actes du XXXe colloque international de Tours, sous la dir. de Jean Céard, Marie Madeleine Fontaine, Jean-Claude Margolin, Paris, Aux amateurs de livres, 1990.

Marie Madeleine Fontaine, Le condottiere Pietro del Monte, philosophe et écrivain de la Renaissance (1457-1509), Genève-Paris, Éd. Slatkine, 1991.

Marie Madeleine Fontaine, Libertés et savoirs du corps à la Renaissance, Caen-Orléans, Paradigme, 1993.

Barthélemy Aneau, Alector ou le coq. Histoire fabuleuse, édition par Marie Madeleine Fontaine, 2 volumes, Genève, Librairie Droz, « Textes littéraires français », 1996.

Rémy Belleau, Œuvres poétiques complètes, tome I, Petites inventions, Odes d’Anacréon, Œuvres diverses (1554-1561), sous la dir. de Guy Demerson, Paris, H. Champion, 1995 ; tome II, La Bergerie (1565), édition de Guy Demerson et Marie Madeleine Fontaine, Paris, H. Champion, 2002.

Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes funeralles, texte établi, introduit et annoté par Marie Madeleine Fontaine, avec le concours d’Élisabeth A. R. Brown, Paris, STFM, 2002.

Les Mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance, éd. Marie Madeleine Fontaine et Jean-Louis Fournel, Genève, Librairie Droz, 2015.

Jacques Yver, Le Printemps d’Yver, édité par Marie-Ange Maignan, en collaboration avec Marie Madeleine Fontaine, Genève, Librairie Droz, « Textes littéraires français », 2015.

Textes au corps. Promenades et musardises sur les terres de Marie Madeleine Fontaine, études réunies par Didier Kahn, Elsa Kammerer, Anne-Hélène Klinger-Dollé, Marine Molins et Anne-Pascale Pouey-Mounou, Genève, Librairie Droz, 2015.

Franz Bierlaire († 2023)

 

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Franz Bierlaire, le 12 novembre 2023. Professeur émérite à l’université de Liège, il avait consacré de nombreux et importants travaux à l’histoire de l’humanisme et en particulier à Érasme.
 
Un hommage lui sera prochainement  consacré.
 
Le CA de la SFDES.

Natalie Zemon Davis (1928-2023)

C’est avec une profonde tristesse que la SFDES a appris la disparition de la grande historienne Nathalie Zemon Davis, survenue le 21 octobre 2023. Elle laisse une œuvre riche et inspirante, à la croisée de l’histoire et de nombreuses autres disciplines comme l’anthropologie ou la linguistique. Un hommage lui sera rendu dans le Bulletin et sur le site de la SFDES.

 

Le CA de la SFDES

École d’automne de la Réserve des livres rares de la BnF

La Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France organise une école d’automne autour du livre imprimé, du 2 au 4 novembre 2023.

Gratuite, à destination des étudiants en master ou en début de thèse, cette école d’automne a pour ambition de montrer la richesse de l’étude matérielle du livre (XVe-XXIe siècle) dans le cadre plus large d’une recherche en lettres, en langues, en sciences humaines ou en arts.

Les principaux aspects de l’étude matérielle de l’objet imprimé seront abordés au cours d’ateliers « livre en main », offrant aux participants les bases et les outils de ce type d’analyse, du livre ancien au livre contemporain. Ces séances alterneront avec des présentations courtes assurées par les conservateurs et conservatrices de la Réserve des livres rares qui, à partir d’un thème annuel, déclineront, livres à l’appui, des études de cas période par période, afin de laisser entrevoir les possibilités, les réflexions, les perspectives qu’offre la bibliographie matérielle. Cette année, les études de cas porteront sur le livre illustré, du XVe au XXIe siècle.

L’école d’automne se déroulera à Paris, à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand (XIIIe arrdt). Le nombre d’inscriptions est limité à vingt participants, et nous demandons à ce que chacun s’engage à suivre la totalité du cursus prévu.

Pour toute information complémentaire, écrire à ecoledautomne@bnf.fr. Les inscriptions se font via ce formulaire ou le QR code joint.

Base Scripta Manent

Publication de la base de données Scripta Manent

de Claire Sicard et Pascal Joubaud

Scripta Manent est une base de données conçue sous Heurist et rattachée aux Bibliothèques Virtuelles Humanistes (BVH-CESR, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours). Son premier but est d’indiquer qui parle à/de qui et comment dans les ouvrages imprimés en France entre 1530 et 1560.

Au moment de sa mise en ligne au printemps 2023, la base, dont l’enrichissement a vocation à se poursuivre, comporte déjà :

  • près de 2300 fiches personnes (auteurs, protecteurs, artistes, officiers royaux, imprimeurs, libraires, entourage des auteurs etc…) nourries par des informations extraites tant des textes traités que de documents d’archives et de références de bibliographie secondaire ;
  • plus de 400 œuvres (entendues au sens d’œuvres de l’esprit, c’est-à-dire indépendamment de leur expression sous la forme d’une manifestation concrète quelconque) actualisées par environ 800 éditions spécifiques dont le contenu, dépouillé et décrit, donne lieu à près de 2400 fiches textes indiquant en particulier qui y est mentionné, évoqué, célébré, critiqué ou à qui s’adresse, est dédiée la pièce, voire qui on y fait parler.Du côté du livre imprimé, les principaux apports de la base résident dans cette structuration, qui correspond aussi à la méthode de travail adoptée : dépouiller tout qui se rattache à une même œuvre. Cela permet en effet…

• de relier toutes les éditions d’une même œuvre, indépendamment de leurs potentielles variations de titre ou de contenu ;

• d’envisager un niveau fin de description que les catalogues de bibliothèques ne proposent pas, celui des textes – en particulier des pièces d’escorte – présents dans chaque édition.

Du côté des personnes, Scripta Manent permet d’envisager commodément tous les aspects du rapport au livre des individus considérés : à la fois, bien sûr, dans leur rôle d’auteur d’œuvre ou de pièce isolée, mais aussi d’éditeur scientifique, de personne mentionnée, de destinataire de textes etc.

La base offre ainsi une description des relations entre personnes – que ces relations soient réelles, prétendues, espérées ou mises en scène – dans les livres et textes fichés. Pour chacun, auteur ou non, on pourra ainsi savoir très facilement dans quelles éditions figurent des textes d’eux ou parlant d’eux. L’exemple de la fiche « François Habert » infra, peut donner une première idée de la façon dont ces données sont présentées.

Scripta Manent est par ailleurs pensée pour être interropérable, non
seulement avec différentes productions des BVH (numérisations, corpus TEI Epistemon, bases de données Bibliotheques Françoises de La Croix du Maine ou BaTyr), mais aussi avec les principaux référentiels d’autorités (notamment Data BnF ou VIAF pour les personnes, USTC ou BP16 pour les imprimés) voire avec d’autres bases de données dont elle peut être considérée comme le complément (Base Jonas de l’IRHT, Réseau Poetes XVI de Florence Bonifay etc.).

La base et ses différents moteurs de recherche ont été conçus pour être d’un usage aisé, au moins dans leurs fonctionnalités de base. Néanmoins Claire Sicard et Pascal Joubaud envisagent de proposer des ateliers de manipulation du site, en présence ou à distance. Si vous souhaitez participer à l’une de ces rencontres, merci de bien vouloir l’indiquer en passant par le formulaire de contact, situé dans le menu « Colophon ».

Télécharger la présentation de la base.

Hommage à Nuccio Ordine

In memoriam

Nuccio Ordine (1958-2023)

Le samedi 3 juin 2023, je reçus un message de Nuccio Ordine, que je venais de féliciter pour le prix Princesse des Asturies en communication et humanités, qu’il venait de se voir décerner : « Merci pour ton gentil message. Je viens de rentrer à la maison après une opération à la hanche gauche. Tout s’est bien passé et je me promène avec des béquilles… Cela explique ma réponse tardive… Je t’embrasse très, très fort. Nuccio ». Le lendemain dimanche, Nuccio Ordine tombait dans un coma profond. Il est décédé le samedi 10 juin sans avoir repris connaissance. Il était âgé de 64 ans.

Professeur de littérature italienne à l’Université de Calabre, Nuccio Ordine était né le 18 juillet 1958 à Diamante dans la province de Cosenza. Il obtint son diplôme en lettres modernes à l’Université de Calabre en 1982. Son mémoire de licence portait sur Asinus ad litteras, et devint plus tard un livre qui porte le titre : Le Mystère de l’âne. Essai sur Giordano Bruno[1]. Spécialiste reconnu de Giordano Bruno, dont il dirigea aux Belles Lettres l’édition des Œuvres complètes, publiées en neuf volumes, il lui consacra plusieurs ouvrages, dont Le Seuil de l’ombre. Littérature, philosophie et peinture chez Giordano Bruno[2] et Giordano Bruno, Ronsard et la religion[3].

Ce dernier livre, préfacé par Jean Céard, mérite une attention particulière. « Contre l’Évangile armé », précisait le titre italien, qui reprenait une formule fameuse des Discours des misères de ce temps de Ronsard, recueil poétique répliquant à la déflagration des guerres de Religion, qui commençaient alors. « Une Évangile armée », écrivait exactement Ronsard, qui condamnait la doctrine réformée et cultivait l’union des lettres profanes et sacrées, révérant la religion traditionnelle et courtisant allègrement les muses, l’un n’empêchant pas l’autre.

Quel rapport entre Ronsard et Bruno, que sépare une bonne vingtaine d’années ? demandera-t-on. Nuccio Ordine tente de répondre en dévoilant un Bruno moins hérétique, moins éloigné de la religion traditionnelle qu’on ne l’a affirmé. Bruno, on le sait, condamné par l’Inquisition romaine, périt dans les flammes du bûcher sur le Campo dei Fiori, un triste jour de 1600, le lendemain du mercredi des Cendres. Mais hostile à la religion « déformée » plutôt que réformée, comme il le dit dans l’Expulsion de la bête triomphante, il condamne sans appel le calvinisme rigide autant que le luthéranisme qui méprise les œuvres. Ce qui ne l’a pas empêché de séjourner un temps à Genève, puis à Wittenberg, avant d’être renvoyé de l’une et l’autre ville pour ses opinions trop libres et de revenir en Italie pour y mourir après un long séjour dans les geôles de l’Inquisition. Fascinant et instable Bruno, dont l’horizon intellectuel s’élargit jusqu’à la mort, comme le monde infini qu’il imagine dépourvu de centre et sans limites, avec plusieurs autres possibles terres habitées roulant dans les étoiles.

Nuccio Ordine est encore l’auteur de deux autres livres, qui marquent l’étendue de son champ d’investigation, dont un bref essai sur Les portraits de Gabriel Garcia Marquez[4] et Trois couronnes pour un roi : la devise d’Henri III et ses mystères[5]. Deux couronnes, de France et de Pologne, que le dernier Valois a portées tour à tour, sont dominées par une troisième, en plein ciel, avec cette légende altière « Manet ultima coelo ». La troisième couronne, au ciel, demeure au roi Henri III.

De réputation internationale, docteur honoris causa de cinq universités étrangères, tant en Amérique qu’en Europe, vif, chaleureux, pratiquant, outre le français, qu’il parlait avec un très léger accent, l’espagnol, l’anglais, le portugais et bien sûr l’italien, Nuccio Ordine était un défenseur passionné de la culture humaniste, auteur d’un vigoureux petit livre consacré à L’Utilité de l’inutile, traduit en quelque trente-deux langues[6]. Manifeste en faveur de la créativité opposée au culte de l’utilité prôné par les démocraties marchandes, cet ouvrage est un ardent plaidoyer en faveur d’un humanisme aujourd’hui trop souvent méprisé. Il a été complété depuis par une anthologie, Les hommes ne sont pas des îles, dont le titre est emprunté à une méditation du poète anglais John Donne, formule que l’on serait tenté de compléter par ces mots : « mais un tout organique et profondément vivant[7] ». L’humanité est une, en dépit de sa multitude et de son infinie et inépuisable diversité. En ouverture de cette vive anthologie, Nuccio Ordine n’hésite pas à recourir au Petit Prince de Saint-Exupéry, invitant comme le renard, par l’écoute et la proximité, à cultiver l’amitié. Il y plaide pour un savoir ouvert, universel, réparti entre des dizaines d’auteurs, qui, dans l’ordre alphabétique, vont de l’Arioste et d’Aristote à Sappho et à Giambattista Vico, en passant par Bacon, Celan, Cervantès, Emily Dickinson, Diderot, Ibsen, Las Casas, Lessing, Lucien de Samosate, Montaigne, Nietzsche, Pascal, Pétrarque, Pétrone, Plutarque, Shakespeare et Virginia Woolf. Quel plaisir de se plonger dans ce recueil d’un constant optimisme, où chaque extrait est accompagné d’un bref et clair commentaire !

Relire aujourd’hui Nuccio Ordine, à défaut de pouvoir l’entendre et d’échanger chaleureusement avec lui, se ressourcer dans un ensemble vivant, tel est l’office de ce petit livre, à prendre en poche, et à ouvrir en tout lieu du monde et de la vie. Avant de revenir à Bruno, le génial dominicain, qui paya de sa vie l’extraordinaire audace de sa pensée.

Frank Lestringant

Université Paris-Sorbonne

[1] Les Belles Lettres, 1993.

[2] Préface de Pierre Hadot, Paris, Les Belles Lettres, 2003.

[3] Préface de Jean Céard, traduction de Luc Hersant, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’Évolution de l’humanité », 2004.

[4] Les portraits de Gabriel Garcia Marquez : la répétition et la différence, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

[5] Paris, Les Belles Lettres, 2011.

[6] Paris, Les Belles Lettres, 2013.

[7] Les hommes ne sont pas des îles, Paris, Les Belles Lettres, 2018.