Archives de catégorie : Appels à contribution

Les femmes dans la vie et l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné

Appel à contribution pour Albineana 37 (2025),
dirigé par Mathilde Bernard, Nadine Kuperty-Tsur et Alicia Viaud

Le rapport d’Agrippa d’Aubigné aux femmes n’est pas simple ; l’enfant aegre partus ne doit sa vie qu’à la mort de l’une d’entre elles, ce qui peut expliquer une tendance à la mise à distance. De nombreuses femmes sont ainsi présentées comme des incarnations d’une altérité radicale : la mère, cette figure qui, pour absente qu’elle soit, hante l’entièreté de l’œuvre, sous des dehors la plupart du temps peu rassurants, mais néanmoins ambivalents[1] ; l’amante, qui revêt des habits pétrarquistes aux chatoiements inquiétants et qui, jeunesse éclatante a son double dans les vieilles repoussantes du Printemps[2]; les femmes « détestées », qui sont présentées comme des symboles de débauche[3] ; les reines qui deviennent sorcières sous sa plume[4] ; les parangons bibliques de l’impiété – Jézabel[5] et autres Athalie – ; ou les femmes mythiques venues du monde gréco‑romain pour faire du poète une proie, Diane la chasseresse[6], qui bien sûr se cache dans la belle Salviati, autre menace de mort.

À côté de ces femmes si diverses en possibilité d’anéantissement du corps et de l’âme de l’écrivain – car ces figures sont avant tout littéraires –, Agrippa d’Aubigné offre aux lecteurs de nombreux exemples de femmes admirables, qui dans leur grandeur n’en sont pas moins pour la plupart également mises à distance. Au rang de ces femmes viennent en premier lieu les martyres : les sœurs Foucaude – des enfants –, Jane Grey, jeune, reine, vertueuse et pieuse[7]… Puis les reines protestantes qui ont su gouverner en homme, éloge équivoque s’il en est : Elizabeth, Jeanne d’Albret[8], figurant de nouvelles Deborah.

Enfin viennent d’autres femmes, plus accessibles sans doute, celles qui se sacrifient pour leur parti, comme Catherine de Bourbon[9], nouvelle Esther, des femmes poètes et salonnières comme les dames des Roches[10] ou, plus proches encore du peuple, ces figures de la dévotion, jeune fille allaitant le vieillard et à l’inverse femme âgée (aux mamelles taries) allaitant un nourrisson. Quelques‑unes enfin, bien réelles celles‑là, tissées à la vie d’Agrippa d’Aubigné et présentes en ses écrits : ses femmes, ses filles.

Comment dès lors concilier ce mélange d’attirance et de répulsion dont le Printemps se fait l’écho, d’admiration pour des femmes qui sont le lieu et la preuve de la grâce suprême de Dieu, n’agissant jamais tant que lorsqu’elle élève la faiblesse, et de mépris horrifié pour la putain et la sorcière, de connivence[11] et de hiérarchisation des rapports[12] ? Comment comprendre que la femme soit le plus souvent tenue à distance respectable : faut‑il en chercher les raisons dans les structures patriarcales d’une société qui n’assigne pas aux femmes un rôle de même importance qu’aux hommes, dans la vie d’un enfant à qui a manqué une présence féminine, d’un amant éconduit, d’un veuf éploré, d’un sujet méfiant d’une souveraine aux finesses italiennes ? Quel est le sens de la parole ou du silence des femmes dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné ? Comment les voix féminines et les voix de l’énonciateur se mêlent‑elles et dans quelle optique[13] ? Quelle possibilité les femmes protestantes ont‑elles de se faire entendre[14] ? Peut‑on, avec Catharina Randall Coats[15], penser un « parler mystique » de la femme albinéenne, qui l’élèverait à un statut équivalent à celui de l’énonciateur de la fin des Tragiques, « extatique », « au giron de son Dieu » ?

Les articles s’intéresseront aux différents aspects de la présence des femmes dans la vie et dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné. Ils pourront adopter un angle biographique, interrogeant le rôle des amants, des épouses et des filles dans l’existence de l’écrivain, et croiser cette approche avec une analyse des représentations des figures féminines dans l’œuvre. On pourra également axer sa réflexion sur la dimension symbolique et mythique de la représentation des femmes admirées ou honnies, sur la trace, l’inflexion féminine de l’écriture ; considérer la question politique, la résistance, le zèle des femmes ; voir comment en elles réside paradoxalement la plus grande fiance d’Agrippa (les plus zélés sont pour beaucoup des femmes) et son plus grand effroi (les plus machiavéliques sont sans doute des femmes). Les articles se demanderont comment concilier les rapports de l’homme avec les personnes et les rapports de l’écrivain avec les êtres de papier, afin de rendre compte d’une vision des femmes plus riche que les passages canoniques offrant à les voir victimes ou démons nous laissent augurer. Le volume s’ouvrira à des articles présentant la place particulière de la femme protestante à cette époque, ainsi qu’à des réflexions plus larges sur la représentation des femmes à la Renaissance.


Les propositions de contribution, de quelques lignes, sont à rendre avant le 31 mai 2024 aux adresses suivantes :
bernardm@parisnanterre.fr, alicia.viaud@umontreal.ca, kuperty@tauex.tau.ac.il.

Après acceptation de la proposition de contribution, les articles d’environ 30 000 signes, en français ou en anglais, seront à rendre pour le 1er mars 2025.


[1] Voir Jean‑Raymond Fanlo, Tracés, ruptures. La composition instable des Tragiques, Paris, Champion, 1990, chap. I, 3.2, « Les figures ambivalentes de la mère », p. 83‑87.

[2] Voir Véronique Ferrer, L’Amoureuse rage. Agrippa d’Aubigné poète profane, Genève, Droz, 2022 et Le Printemps,Julien Goeury (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2023.

[3] Voir Éliane Viennot, « Agrippa d’Aubigné, Marguerite de Valois et le Divorce satyrique », Albineana, 7, 1996, p. 87-111.

[4] Voir Jean‑Raymond Fanlo, « Catherine de Médicis, monstre femelle. Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, livre I », dans Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Le « Monstre » humain : Imaginaire et société [en ligne], Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2005.

[5] Voir Gisèle Matthieu‑Castellani, Agrippa d’Aubigné. Le Corps de Jézabel, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

[6] Voir Jean‑Raymond Fanlo et Marie‑Dominique Legrand (dir.), Le Mythe de Diane en France au xvie siècle, Albineana, 14, 2002.

[7] Voir Antoinette Gimaret, « “Ses gants et son livret pour faire testament”. Le récit de la mort de Jane Grey dans l’Histoire des Martyrs de Jean Crespin et les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné », dans Line Cottegnies, Anne‑Marie Miller‑Blaise et Christine Sukic (dir.), Objets et anatomie du corps héroïque dans l’Europe de la première modernité, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 25‑45.

[8] Voir Marie‑Madeleine Fragonard, « L’éloge d’Elisabeth », dans François Charpentier (dir.), Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné. Actes de la journée d’étude Agrippa d’Aubigné, 9 nov. 1990, Cahiers Textuel, 9, 19 1, p. 39-52 ; Cécile Huchard, « Jeanne d’Albret, Élisabeth d’Angleterre, reines, et héroïnes protestantes ? », dans Gilbert Schrenck, Anne-Elisabeth Spica, Pascale Thouvenin (dir.), Héroïsme féminin et femmes illustres (xvie‑xviie siècles). Une représentation sans fiction, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 91‑105.

[9] Voir le Traitté des douceurs de l’affliction, Gilbert Schrenck (éd), dans Œuvres, t. III, Paris, Garnier, 2014.

[10] Voir Madeleine Lazard, « Deux féministes poitevines au xvie siècle : Les dames des Roches », Albineana, 3, 1990, p. 143‑153.

[11] Cette connivence et cette proximité confiante furent semblent‑ils au fondement des liens conjugaux qui unissait Agrippa d’Aubigné tant à Suzanne de Lezay qu’à Renée Burlamacchi (voir Gilbert Schrenck, notices en ligne sur les femmes d’Agrippa d’Aubigné dans le Grand Dictionnaire des Femmes de l’Ancien Régime, 2005 : Aubigné (Michèle), Burlamacchi (Renée), L’Estang (Catherine de), Lezay (Suzanne de), Limur (Anne de), Salviati (Diane)). Elle marque aussi la couleur de la relation qu’il a entretenue avec Catherine de Bourbon, mélange de respect, d’admiration et d’amitié (outre son introduction de l’édition du Traitté des douceurs de l’affliction, on pourra consulter l’article suivant de Gilbert Schrenck : « Rhétorique de l’affliction : Catherine de Bourbon, Agrippa d’Aubigné et la Conférence de Nancy (1600) », dans Claude La Charité et Roxanne Roy (dir.), Femmes, rhétorique et éloquence sous l’Ancien Régime, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2012, p. 299‑310).

[12] Rare sont les femmes qui peuvent gouverner et il semble clair par ailleurs qu’Agrippa d’Aubigné n’assigne pas le même rôle aux femmes qu’aux hommes, comme en témoigne la Lettre à ses filles.

[13] Voir Samuel Junod, « Voix féminines dans l’œuvre d’Aubigné », Women in French Studies, 11, 2003, p. 25‑37.

[14] Catharina Randall Coats, « Shouting Down Abraham: How Sixteenth Century Huguenot Women Found Their Voice », Renaissance Quarterly, vol. 50, 2, 1997, p. 411‑442?

[15] Catharina Randall Coats, « La femme : un prétexte silencieux dans l’œuvre d’Agrippa d’Aubigné », Albineana,7, 1996, p. 76.

Projet ANR Melponum

MELPONUM – Mélpomène à l’ère numérique

Melponum (Melpomène à l’ère numérique) est un projet visant à élargir la réception des œuvres théâtrales de la Renaissance dans toute leur diversité (genres à l’antique, formes dites médiévales, théâtre néo-latin…). Dans le but de faciliter l’accès à ces pièces et leur rendre la place qui leur revient dans le patrimoine français, nous réalisons des éditions numériques savantes qui visent trois publics : le public des chercheur.ses, celui des enseignant.es, celui des metteur.ses en scène et comédien.nes. Pour accompagner et valoriser ces éditions, nous mettons en place un programme de médiation scientifique et culturelle à l’université et ailleurs.


Présentation du projet par Nina Hugot, Maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine en littérature et langue françaises du XVIe et porteuse du projet :

Partant du constat que le théâtre est très peu présent dans l’enseignement(secondaire mais aussi supérieur) et sur la scène théâtrale, et que le renouveau des études critiques peine à prendre toute son amplitude, le projet vise à rendre ces textes plus accessibles en en proposant des éditions numériques et en organisant un ensemble d’évènements scientifiques et culturels, journées d’études, colloques, lectures théâtralisées, spectacles, dont les programmes vous parviendront au fil du temps.

Concernant le premier volet, celui des éditions numériques, vous pouvez en voir les premiers résultats ici : https://cenhtor-msh-lorraine.cnrs.fr/s/melponum/page/home

Ce lien vous permettra également de voir la liste des membres de l’équipe, les prochains événements prévus, et la liste des textes qui seront prochainement mis en ligne. Bien sûr, le projet ANR ayant officiellement démarré en janvier 2024, le site est encore en construction, les éditions en cours de réalisation et de relecture (c’est notamment le cas de Panthée), je demande donc toute votre indulgence !

Si cette présentation a vocation à vous donner connaissance du projet, il est aussi un appel à bonnes volontés : puisque nous avons décidé de nous concentrer sur l’ensemble du corpus théâtral français de la Renaissance, tous genres confondus, le corpus à éditer est immense. Dans ce cadre, nous cherchons des personnes pour transcrire les textes, en proposer une version modernisée (vous le verrez, l’objectif du site est de laisser le choix entre la version originale, ou presque, et la version modernisée), voire en réaliser une édition scientifique. Si vous avez des transcriptions dormantes, des masterants et masterantes qui cherchent des textes à éditer, ou si vous avez vous-même envie de vous lancer dans l’une de ses tâches, surtout, contactez-moi, nous aurons besoin de bras ! L’idée est de mettre en ligne le maximum de textes, y compris s’ils ne sont pas entièrement édités dans un premier temps, pour permettre les recherches plein texte ainsi que l’intégration du corpus dans le cadre de travaux scientifiques ou pédagogiques.

Enfin, si vous souhaitez signaler des ressources et liens vers d’autres projets, vous impliquer plus avant dans le projet, et/ou participer aux prochains évènements scientifiques, là aussi, vous pouvez tout à fait m’écrire : Nina Hugot (nina.hugot@univ-lorraine.fr).

ERC AGRELITA – Appel à candidature “Chercheurs invités”

Appel à candidature « Chercheurs invités »

ERC AGRELITA

2024

 

Dans le cadre du Projet ERC Advanced Grant AGRELITA n° 101018777, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), des résidences de chercheurs invités sont à pourvoir.

Le projet et son équipe sont présentés sur le carnet Hypothèses : https://agrelita.hypotheses.org/

Cet appel à candidature s’adresse à toute personne, française ou étrangère, titulaire d’un doctorat en lettres, histoire de l’art ou histoire, dont les travaux portent sur l’histoire du livre, l’histoire culturelle et politique, les visual studies ou encore les memory studies, et dont les compétences, enfin, sont complémentaires à celles de l’équipe. En effet, le but de ces résidences est d’ouvrir les réflexions menées par l’équipe, d’élargir son activité scientifique par une interaction avec d’autres chercheurs et d’autres universités. Les chercheurs invités auront quant à eux l’opportunité exceptionnelle de participer à un projet d’ampleur, de mener des activités au sein d’une équipe dynamique dont les activités sont très variées et au sein de l’Université de Lille et du laboratoire ALITHILA où exercent de nombreux spécialistes du Moyen Âge et de la Renaissance, et de publier dans un cadre prestigieux.

Le projet AGRELITA est basé à l’Université de Lille. Situé dans le nord de la France, Lille est une ville au cœur de l’Europe : 35 mn de Bruxelles, 1 h de Paris, 1 h 20 de Londres ou encore 2 h 40 d’Amsterdam et 2h30 d’Aix la Chapelle. Résider dans cette métropole offre la possibilité de découvrir le riche patrimoine médiéval des Flandres et d’effectuer des recherches dans les bibliothèques, musées et archives avoisinants, aux très riches fonds patrimoniaux (Lille, Saint-Omer, Valenciennes, Boulogne-sur-Mer, Cambrai, Arras, Bruxelles).

Projet ERC Advanced Grant AGRELITA

L’histoire de la réception de la Grèce antique en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Missions des chercheurs invités

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA est financé pour cinq ans (2021-2026) et dispose d’un budget dédié à l’accueil de chercheurs invités. Il est basé à l’Université de Lille, dans la faculté des Humanités (https://humanites.univ-lille.fr/) et le laboratoire ALITHILA (Analyses littéraires et histoire de la langue), domiciliés sur le campus Pont de Bois à Villeneuve d’Ascq. Les séjours peuvent être d’une durée de 4 à 6 semaines, et en 2024 pourront avoir lieu en mai-juin.

Les chercheurs invités travailleront avec la Principal Investigator et l’équipe AGRELITA.

Les chercheurs invités s’engageront à produire une recherche pour le projet. Il s’agira de :

  • rédiger un article de 50 000 signes qui paraîtra dans l’un des volumes ERC AGRELITA chez Brepols publishers, ou dans l’un des dossiers publiés en revues
  • présenter le sujet de l’article ou un autre sujet lié à AGRELITA lors d’une séance du séminaire de l’équipe
  • contribuer à l’alimentation du carnet Hypothèses : https://agrelita.hypotheses.org/

Les axes de recherche du projet pour l’année 2024 sont « Inventions de mythes d’origine grecque », « Les nouvelles vies des divinités grecques (XIVe-XVIe siècles) » et « Violences et culture du viol dans la réception des mythes grecs (XIVe-XVIe siècles) ». (Argumentaires à venir dans la rubrique « Événements AGRELITA » du site du projet : https://agrelita.hypotheses.org/ )

Conditions de défraiement des frais de mission

Les chercheurs invités seront défrayés sous la forme de frais de mission, sur la base d’un montant forfaitaire de 2000 euros maximum par mois, pour les frais de résidence à Lille, à partir de leurs justificatifs (logement, repas et transport dans la région Nord). Un montant forfaitaire maximal de leurs frais de voyage entre la résidence d’origine et Lille (pour le voyage d’aller et de retour) s’ajoutera à ce forfait :

– 400 € pour un voyage depuis un pays européen (sur la base de justificatifs) ;

– 1200 € pour un voyage depuis un pays hors Europe (sur la base de justificatifs)

 Le défraiement se fera à l’issue de la mission. AGRELITA ne s’occupera pas des démarches de visas.

L’Université de Lille possède un partenariat permettant de louer des studios à la Résidence Universitaire Reeflex : https://reeflex.univ-lille.fr/chercheur ; ainsi qu’à la Maison Internationale des Chercheurs : https://www.crous-lille.fr/se-loger/je-cherche-un-logement/notre-offre-logement-courts-sejours/4883-2/ Les chercheurs invités peuvent en faire la demande et l’équipe AGRELITA se chargera de les aider pour la réservation, dans la limite des places disponibles.

Modalités pour candidater

Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes :

  • Le formulaire de candidature, comportant les dates du séjour (durant la période indiquée plus haut)
  • Un projet de recherche (2 pages) en lien avec les thématiques des sujets traités par l’équipe AGRELITA durant ce séjour, à partir duquel le/la chercheur entend rédiger l’article demandé, à rendre à la fin du séjour. Le titre provisoire de l’article est exigé.

Nous vous prions d’envoyer votre candidature au format PDF aux adresses suivantes : catherine.bougassas@univ-lille.fr et erc-agrelita@univ-lille.fr Les dossiers peuvent être soumis avant le 1erfévrier 2024.

Pour plus d’informations sur l’ERC AGRELITA, voir : https://agrelita.hypotheses.org/

Formulaire de candidature à télécharger ici.

Musique et expérience du temps à la Renaissance

Appel à contributions

pour la revue Seizième Siècle (n° 27, 2025)

 

Musique et expérience du temps

à la Renaissance

 

Numéro thématique coordonné par Jorge Morales

 

ARGUMENT

L’étude du temps musical à la Renaissance, époque où les différentes techniques et les différents styles de composition se diversifient et donnent vie à des répertoires nouveaux ou renouvelés, s’est surtout concentrée, jusqu’à présent, sur l’écriture du rythme (les structures temporelles de la musique).

Qu’en est-il du temps comme acteur, à une période où le rapport à celui-ci change, où l’Antiquité se met à nourrir le présent ? En effet, la relecture des Anciens fait naître une conception du temps qui s’accommode parfaitement avec l’idée de modernité musicale, alors considérée comme synonyme d’excellence et de dépassement du passé. La musique a-t-elle contribué à aiguiser cette conception du temps, à établir un nouveau « régime d’historicité » (François Hartog) fait de bouleversements (la Réforme) et d’enchevêtrements de temporalités ?

Si le rapport au temps dévoile le rapport au monde, comment l’évolution de la musique a-t- elle modelé les rythmes du temps et comment la mutation du rapport au temps a-t-elle façonné les formes musicales ? En effet, l’art musical se déroule dans le temps (durée musicale), agit sur lui (variations de la perception du temps) et est capable de se situer hors de lui (inactualité de la performance). Analyser les temporalités structurantes de la musique (le temps perçu et le temps imaginé) nécessite qu’on s’intéresse aux tournants, seuils, emboîtements, retournements, basculements, conjonctures, épaisseurs, dissonances, imprévus, continuités ou décalages temporels que produit l’expérience du temps musical à cette époque.

Ce volume sera organisé autour de trois axes thématiques :

Le premier concerne la perception du temps et les formes de temporalité dans l’art musical. Le renouvellement de la conception du temps a contribué au mouvement historique musical, que ce soit dans la théorie ou dans la pratique. Il a produit de nouvelles formes d’historicité qui ont eu des conséquences sur les plans artistique, politique et culturel.

Le deuxième axe porte sur le temps en tant que source d’inspiration sonore et culturelle. La référence au passé dans le temps présent a donné lieu à des événements avec musique qui ont renforcé la conscience de soi et contribué à modeler les systèmes de représentation de la société.

Enfin, le troisième axe se concentre sur les expressions musicales liées aux décalages géographiques et temporels, c’est-à-dire aux écarts culturels que la musique est capable de combler et de modifier à travers le temps et l’espace. En effet, la transformation de l’expérience du temps est étroitement liée à l’espace urbain, lieu où cohabitent différentes échelles temporelles.

Ce numéro thématique, à travers un dialogue pluridisciplinaire qui mobilise la musicologie, l’anthropologie, la sémiologie et l’histoire culturelle, propose une réflexion large qui permettra de mieux comprendre comment l’expérience du temps a transformé la pensée et l’histoire musicales.

 

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les contributions devront être rédigées en français et ne devront pas dépasser 30 000 signes (notes et espaces compris). Elles devront comporter également un résumé (environ 500 mots), le nom et les coordonnées électroniques de l’auteur, ainsi que la mention de son institution de rattachement.

Les textes doivent être adressés avant le 15 novembre 2023 à : jorge.morales@orange.fr

Tous les articles feront l’objet d’une expertise en double aveugle.
L’acceptation des propositions sera communiquée durant le second semestre 2024 pour une parution à l’automne 2025.

Une débauche de noir : la couleur noire à la Renaissance

APPEL À PUBLICATION

Une débauche de noir : la couleur noire à la Renaissance

Numéro XXVII du Verger sous la direction de Paul-Victor Desarbres, Charles-Yvan Elissèche, Estelle Leutrat et Adeline Lionetto.

 

La couleur noire prend, au fil des siècles, de multiples significations. Associée au deuil, elle symbolise aussi, depuis le début du XVIe siècle, une forme de sobre élégance. Ainsi, Castiglione en fait la couleur préférée du courtisan pour ses vêtements : « Il me plaît que toujours ils tendent un peu vers le grave et le sérieux que vers le vain : c’est pourquoi il me semble que la couleur noire a meilleure grâce dans les vêtements que toute autre ; et si toutefois elle n’est pas noire, au moins qu’elle tire vers le sombre » (II, 27)[1]. Ses connotations sont en effet multiples, comme le rappelle Michel Pastoureau dans l’ouvrage qu’il consacre à cette couleur[2].

Le terme « noir », quant à lui, vient du mot « neir ». Depuis le XIIe siècle, il décrit un phénomène physique (« se dit d’un corps qui ne réfléchit aucun rayon lumineux ») et renvoie à des objets de couleur noire mais aussi bleu foncé. Dès le milieu du XVIe siècle, il désigne en outre les personnes à la peau noire[3]. Si le terme se charge très vite d’une connotation morale négative (« mauvais, méchant »)[4], il est parfois aussi associé à la fermeté d’âme (songeons au dizain de fermeté de Marot dans L’Adolescence clémentine).

Lorsqu’il dresse l’histoire de la perception de cette couleur, Michel Pastoureau met en évidence le rôle déterminant de l’apparition de l’imprimerie :

“A partir de la fin du XVe siècle, le noir entre dans une nouvelle phase de son histoire. […] Les XVIe et XVIIe siècles voient progressivement se mettre en place une sorte de monde en noir et blanc, d’abord situé sur les marges de l’univers des couleurs, puis hors de cet univers, et même à son exact opposé[5].”

La masse documentaire diffusée par le biais de cette technique est en effet gravée et imprimée en noir et blanc. La polychromie des supports médiévaux laisse donc place aux images de l’époque moderne tracées à l’encre noire sur du papier blanc. Ces deux couleurs gagnent alors un statut tout particulier. Michel Pastoureau évoque « une révolution culturelle d’une ampleur considérable, non seulement dans le domaine des savoirs mais aussi dans celui des sensibilités »[6].

Ce n’est qu’à partir du troisième tiers du XVIIe siècle, avec les expériences d’Isaac Newton, que le spectre initie un nouvel ordre des couleurs duquel le noir et le blanc sont exclus. Nous entendons donc nous concentrer sur la période allant de l’essor du noir, avec l’apparition de l’imprimerie dans les années 1450, aux années 1665, marquées par le développement de ce sceptre chromatique newtonien toujours utilisé aujourd’hui pour classer les couleurs. Cette période constitue en effet, pour Michel Pastoureau, une « nouvelle phase de [l’]histoire[7] » du noir.

Nous voudrions, dans ce numéro, enquêter tout particulièrement sur la manière dont a pu se traduire cette « nouvelle phase », cette « révolution » dans toutes les disciplines et tous les savoirs de la Renaissance (art, littérature, sciences…) mais aussi au sein de documents pouvant refléter les sensibilités des femmes et des hommes de l’époque.

 

Voici quelques pistes de réflexion (non-exhaustives) :

  • Le noir et le corps

Le corps humain produit des sécrétions noires dont les épisodes de peste sont les plus marquants dans la culture médiévale et renaissante. Cette couleur, produite par le corps humain, est rarement signe de bonne santé, qu’elle soit physique ou morale. De même, c’est parfois à partir d’une pilosité ou d’une peau noire que se déploient des exégèses psycho-physiologiques définissant parfois un trait de caractère, une nation ou une race. Dans la médecine des humeurs, la bile « noire » domine au sein du tempérament mélancolique et détermine une forme d’introspection tantôt mortifère et stérile, tantôt créative.

  • Porter le noir

Le vêtement définit aussi la place d’une personne dans une société, et donc son rapport aux autres. Le noir reste un signe distinctif notoire. Couleur de certains vêtements d’apparat, notamment à la cour d’Espagne, elle est encore celle du deuil de certains monarques. En outre, le noir est aussi la couleur de certains vêtements ecclésiastiques, liturgiques, ou même de confréries. Cette signification change aussi, en fonction des sociétés étudiées et des genres. En effet, le vêtement noir d’un pasteur réformé n’a pas la même signification que celui d’une bénédictine, qu’un habit liturgique de funérailles ou que celui d’un confrère. Le vêtement noir permet, à celui qui le porte, de revendiquer son appartenance sociale ou son état d’esprit. L’on songe évidemment aux Réformés et à leur « chromoclasme[8] » : il faut faire la guerre à la couleur tant dans les lieux de culte que dans les vêtements des pasteurs et des fidèles.

  • Fabriquer le noir

Une approche technique quant à la manière de fabriquer des peintures, des encres, des émaux ou des pigments noirs, permettra de déterminer la perception de la couleur et sa reproduction. Le noir, notamment en gravure, consiste à jouer avec le blanc du papier et à créer, aussi paradoxal que cela puisse paraître, des effets de polychromie. Les traités et les manuels techniques, l’étude des gestes et des savoir-faire permettent de mieux saisir les infinies nuances du noir. L’ampélite, autrement appelée pierre noire, connaît un usage particulièrement développé durant la Renaissance tandis que le marbre noir est couramment utilisé pour l’épigraphie ou pour la sculpture funéraire, tel le monumental tombeau de Maximilien Ier à Inssbruck. Parfois, le noir peut se faire clarté. L’accroissement de la dévotion mariale au cours du XVIe siècle conduit à multiplier les représentations de Vierges miraculeuses dont certaines sont réputées noires. C’est précisément à cette époque que leur « noirceur » est valorisée. Incontestablement, le noir se propage : cadres des tableaux, cabinets d’ébènes, bronze patiné foncé…

  • Le noir à l’œuvre

En lien avec la question des traités évoquant la fabrication des couleurs sur le plan technique, le cas spécifique de l’alchimie pourra être abordé, tant les textes spécifiquement alchimiques ou mettant en œuvre ces thèmes (Jacques Gohory, Béroalde de Verville) sollicitent un symbolisme des couleurs spécifique et riche. Le noir peut être associé à la mort, à la terre, mais aussi, paradoxalement à une forme de lumière (Traité du feu et du sel de Blaise de Vigenère). On peut aussi sonder la réception ultérieure de ce thème du « noir » alchimique dans une comparaison attentive avec les textes-sources de la Renaissance.

  • Le noir en poésie

Y-a-t-il un traitement différent de cette couleur selon les poètes ? Si Du Bellay oppose par exemple dans ses recueils romains les couleurs vives de l’Anjou au gris cendre d’une Rome où il ne voit que poussière et délabrement, qu’en est-il du noir ? S’il a une place de choix dans le portrait misogyne de la vieille femme, suggérant non seulement sa décrépitude mais aussi son manque d’hygiène et ses accointances avec le démon[9], il peut être associé à la profondeur d’un regard mystérieux ou d’une chevelure merveilleuse. Sous la plume de Shakespeare, il devient le motif récurrent de l’évocation de la beauté troublante et ténébreuse de la « dark lady ». Le paradigme chromatique pétrarquiste évolue alors définitivement vers plus de noirceur. C’est le cas par exemple chez un poète comme Philippe Desportes, dont le néo-pétrarquisme paraît développer abondamment ce thème. Il faudrait s’interroger sur les éventuels échos entre ces textes et une esthétique macabre à l’œuvre dans d’autres arts. Par ailleurs, hors des corpus amoureux, le noir a-t-il un statut particulier dans les textes mis en musique ? Au théâtre ?

Les propositions d’article sont à envoyer à site.cornucopia@gmail.com avant le 15 novembre 2022. Réponse le 15 décembre 2022. Remise des articles le 15 mai 2023 pour une publication en septembre 2023.

La proposition doit comprendre un titre et un résumé (avec ou sans bibliographie) d’au moins 500 mots.

 

 

[1] Voir l’introduction d’Alain Pons à son édition du Courtisan de Castiglione, Paris, Editions Ivrea, 2009, p. III.

[2] Michel Pastoureau, Noir. Ouvrage réédité chez Point, Paris, 2014, 288 p. C’est à cette seconde édition qu’il sera fait référence par la suite.

[3] Voir NOIR : Définition de NOIR (cnrtl.fr). Le site donne 1556 comme date d’une des premières occurrences du substantif en ce sens.

[4] https://www.cnrtl.fr/etymologie/noir

[5] Michel Pastoureau, Noir, op. cit., p. 131.

[6] Ibid., p. 132.

[7] Ibid.

[8] Michel Pastoureau, Op. cit., p. 146.

[9] Voir par exemple « Le Blason du laid tétin » de Clément Marot.

 

Illustration : Jean de Court, plat en émail peint de Limoges, Londres, British Museum.

Héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes des XIIe-XVIe siècles 

Héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes des XIIe-XVIe siècles : représentations textuelles et visuelles

Appel à contribution Revue Bien Dire et Bien Aprandre n° 38, 2023

Numéro dirigé par Catherine Gaullier-Bougassas

Le numéro 38 de Bien Dire et Bien Aprandre (2023) proposera une réflexion sur les héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes du XIIe au XVIe siècle.

Il s’agira de s’interroger sur les figures féminines païennes antiques (grecques, romaines, égyptiennes, celtes…) que sélectionnent des auteurs de plus en plus nombreux du XIIe siècle au XVIe siècle, sur leurs représentations textuelles et aussi sur les images visuelles qui leur sont souvent associées dans les manuscrits puis les imprimés.

Le numéro regroupera des études sur les questions principales suivantes :

-Les formes d’écriture, les contextes textuels, culturels, politiques, dans lesquels les auteurs s’emparent de ces figures féminines.

-Les formes de représentations visuelles de ces héroïnes dans les manuscrits puis les imprimés, leurs éventuelles adaptations pour d’autres objets d’art.

-La transmission et le renouvellement de la mémoire de ces héroïnes païennes. Quels modèles textuels et visuels les auteurs et les artistes exploitent-ils, et quelles transformations apportent-ils ?

-La circulation, la réception et la transformation des représentations textuelles et visuelles du XIIe au XVIe siècle.

-La diversité des modes de compréhension et des usages de ces figures païennes. Quelles interprétations les auteurs et les artistes élaborent-ils, et à quelles fins ? De quelles interrogations leurs portraits et leurs biographies sont-ils le support ?  Quelles libertés donne la distance temporelle et culturelle qui sépare ces héroïnes païennes du temps des auteurs et des artistes ?

-Le traitement de l’altérité de ces héroïnes païennes. Comment rendent-ils compte de leur altérité ou au contraire l’effacent-ils ? Dans le premier cas quelles formes d’altérité incarnent-ils en elles ? Cette altérité prend-elle son origine dans la seule appartenance au monde païen ou se décline-t-elle autrement ? Que permet d’exprimer cette altérité ? Dans le cas inverse, lorsque leur altérité est réduite, quelles formes d’assimilation à l’univers des auteurs et des artistes apparaissent et avec quelles interprétations ?

-Les modalités de construction d’un héroïsme féminin ou d’héroïsmes féminins attachées à ces figures païennes. Quelles sont les formes de cet ou de ces héroïsmes féminins, quelles conceptions de l’exemplarité véhiculent-ils, quelles sont aussi leurs limites ? Quelles représentations nouvelles de ces héroïnes antiques païennes voient le jour dans les livres de défense et de promotion des femmes et se développent dans le contexte de la « Querelle des femmes » ?

Les projets d’article (entre 3000 et 5000 caractères, avec bibliographie primaire et secondaire indicative, 5-10 mots-clés, et un bref curriculum vitae (5-10 lignes)) sont à adresser en format word avant le 30 juillet 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas, Professeur à l’Université de Lille, ERC AGRELITA : catherine.bougassas@univ-lille.fr et aussi à l’adresse contact-revue-bdba@univ-lille.fr

La revue Bien Dire et Bien Aprandre, fondée en 1978 et publiée par le Centre d’Études médiévales et dialectales de l’Université de Lille et l’ULR ALITHILA, n’accueille que des contributions scientifiques originales (non encore publiées ou soumises à d’autres revues).

Bien Dire et Bien Aprandre est une revue mixte. Elle était jusqu’ici diffusée en version imprimée uniquement, elle le sera aussi bientôt en version numérique, en accès libre différé (après un délai de restriction d’un an). Son site internet sera accessible avant la fin de l’année 2022.

Procédure d’évaluation : évaluation par double expertise.

Les articles seront à envoyer dans un fichier word pour le texte, et des fichiers séparés (aux formats .jpeg, .tiff. ou .png) pour les illustrations (les images doivent être d’une résolution minimale de 300 dpi. L’obtention des droits de publication incombe aux auteurs).

Calendrier :

30 juillet 2022 : réception des projets d’article

15 octobre 2022 : notification des décisions d’acceptation ou de refus aux auteurs.

1er mars 2023 : réception de la première version des articles, puis début de la double évaluation.

15 juin 2023 : livraison des textes définitifs par les auteurs dont les articles ont été acceptés après les éventuelles corrections d’ordre scientifique ou de forme.

Octobre 2023 : publication du numéro de la revue

La revue contient également une section « Miscellanées » incluant des articles originaux de Varia, qui peuvent aussi être envoyés.