Archives de catégorie : Appels à communication

Animal et portrait à la Renaissance

« Animal et portrait à la Renaissance », les 17 et 18 mai 2021 à Paris (musée de la Chasse et de la Nature) et à Écouen (musée national de la Renaissance)

Giuseppe Arcimboldo, études, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek (source : WGA).

Colloque international organisé par Cécile Beuzelin (maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Montpellier 3) et Armelle Fémelat (historienne de l’art associée au CESR), en collaboration avec le Musée national de la Renaissance d’Écouen et le Musée de la Chasse et de la Nature.

Dans son discours sur la dignité de l’homme (De hominis dignitate, ca 1486), Pic de la Mirandole décrit l’humain comme un animal éternellement suspendu entre la terre et le ciel, oscillant entre nature céleste et nature terrestre, entre humain et animal. Sans rang, il est également sans visage propre, qu’il lui revient de modeler sous forme divine ou bestiale. Un tel exemple invite à s’interroger sur la perception que l’homme de la première modernité a eue de l’animal et sur la place qu’il lui a consacrée dans son quotidien, en particulier par le biais du portrait. Les questions du modèle animal et du rapport de hiérarchie entre homme et animal se retrouvent ainsi au cœur d’une réflexion sur le développement de l’art du portrait à la Renaissance. Le colloque se propose d’approfondir la problématique du portrait et de l’animal dans l’Europe des XVème et XVIème siècles.

Une telle problématique renvoie, d’une part, à la conception humaniste de l’ordre et de la hiérarchie des êtres vivants, en particulier à celle du rang que l’Homme souhaite occuper au sein de la Nature. Les penseurs de la première modernité se sont en effet essentiellement évalués par rapport aux animaux dans l’élaboration de leur place dans l’univers. En même temps que les humains se sont ainsi observés, ils ont observé les animaux. Et en même temps qu’ils ont développé l’art du portrait, leurs études d’animaux se sont faites plus précises.

L’intitulé du colloque invite, d’autre part, à réfléchir aux rapports que les humains ont entretenus avec les bêtes à la Renaissance, et aux échos que de tels rapports ont pu trouver dans l’art du portrait. Les effigies animales individualisées, et même autonomes pour certaines d’entre elles, apparaissent précisément au moment où cet art connaît ses plus grandes évolutions en Occident. Aux XVème et XVIème siècles, les Européens ont manifestement éprouvé le besoin de se définir par rapport aux animaux, jusque dans leur quête d’individuation, et dans la construction de leur propre image. Les artistes peut-être encore plus que les autres, comme le laisse entrevoir nombre de peintures, sculptures, dessins ou textes littéraires. Le concept d’autoportrait avec animal, comme celui d’autoportrait en animal, s’avèrent à cet égard particulièrement intéressants.

La richesse de la problématique du colloque appelle une approche pluridisciplinaire et un nécessaire dialogue entre historiens de l’art, historiens, historiens des sciences, littéraires, musicologues, sociologues, philosophes, éthologues, vétérinaires… autour de plusieurs thématiques centrales que nous souhaitons voir abordées :

. Les interventions et échanges tenteront d’abord de déterminer les critères qui permettent de penser et de définir la notion de portrait animal à la Renaissance (étude anatomique, individuation plus ou moins poussée, autonomisation, empreinte).

. Les propositions devront ensuite permettre de comprendre la manière dont les hiérarchies entre homme et animal, présentes dans les discours philosophiques et littéraires des XVème et XVIème siècles, transparaissent à la fois dans les portraits d’animaux autonomes

et dans les doubles effigies combinant bêtes et humains. De fait, certains portraits plastiques, littéraires ou musicaux interrogent et remettent explicitement en question de tels rapports hiérarchiques, allant parfois jusqu’à les inverser. On pense notamment aux doubles portraits avec animaux, qui mettent en scène leurs relations affectives, mais aussi aux autoportraits littéraires, comme le De Canis de Leon Battista Alberti.

. Il sera également fondamental de poser la question de l’animal comme modèle pour l’homme. À l’époque moderne, la compréhension de l’animal se situe en effet entre symbolisme, métaphore, exemples de vice ou de vertu et observation physionomique poussée. Les propositions interrogeront aussi bien l’héraldique et les exempla moralisants, que les théories physiognomoniques, en plein essor à la Renaissance et qui ont incontestablement marqué tant la pensée que l’art du portrait. La question de l’imitation de l’animal, à travers le portrait musical et le travestissement de l’homme en animal, pourra également être abordée.

. Enfin, nous souhaitons que certaines propositions traitent des portraits d’animaux fantasmés. Un certain nombre d’animaux représentés à l’époque moderne n’ont en effet pas été observés de visu par les artistes, à commencer par ceux qui furent le fruit de l’imagination collective. Dans les travaux encyclopédiques les plus rigoureux cohabitent ainsi des animaux réellement examinés, avec ceux, exotiques ou merveilleux, tels que l’éléphant ou le rhinocéros, la licorne ou l’hydre, néanmoins « familiers de l’esprit » des humains de l’époque. Réalisé presque entièrement d’après des descriptions écrites, le cas du célèbre rhinocéros dessiné et gravé par Albrecht Dürer apparaît de ce point de vue tout à fait révélateur et pourra servir de point de départ.

Axes de recherche :

– De l’étude scientifique au portrait d’individu

– Empreinte et portrait animal

– L’animal comme modèle : des exempla médiévaux aux théories physiognomoniques

– Animal emblématique et portrait

– Se ressembler, se distinguer : hommes et animaux dans un même portrait

– Autoportrait en animal : arts plastiques, littérature, musique…

– Animal et portrait funéraire : effigies mortuaires, épitaphes, dépouilles, trophées, taxidermie

– Animaux exotiques et bêtes fantastiques : portrait de l’animal fantasmé

Comité scientifique :

Cécile Beuzelin (Université Montpellier 3)

Sarah Cockram (University of Edinburgh)

Armelle Fémelat (CESR, université de Tours)

Aurélie Gerbier (Musée national de la Renaissance)

Christine Germain-Donnat (Musée de la Chasse et de la Nature)

Matteo Gianeselli (Musée national de la Renaissance)

Présentation de la manifestation

Le colloque « Animal et portrait à la Renaissance » sera international et pluridisciplinaire, au croisement des sciences humaines et des sciences du vivant.

Il donnera lieu à une publication scientifique. Les intervenants seront invités à remettre un texte de 35 000 signes à l’issue du colloque, rédigé en français ou en anglais.

Le temps de parole imparti à chaque intervenant sera de 30 mn précisément, en français ou en anglais.

Modalités de candidatures

Les propositions de communication s’inscriront dans un ou plusieurs des axes de recherche proposés.

Elles prendront la forme d’un synopsis d’environ 4500 signes ou 700 mots, accompagné d’un curriculum vitae.

Rédigées en français ou en anglais, elles devront être envoyées à animaletportraitalarenaissance@gmail.com, au plus tard le 30 octobre 2020.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail au cours du mois de décembre 2020.

Des pieds et des mains. Représentations culturelles, politiques et sociales en Europe (1450-1650).

Colloque organisé par Marie-Joëlle Louison-Lassablière (Université Jean Monnet,

Saint-Étienne) et Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne)

avec le soutien de l’IHRIM (UMR 5317).

Pôle Universitaire de Vichy – vendredi 24 et samedi 25 septembre 2021

Raphaël, “Etude pour un enfant Jésus”, 1506-1507, Oxford, Ashmolean Museum (source : WGA).

Pieds et mains permettent la relation à autrui, au monde et à Dieu. Comment la Renaissance appréhende-t-elle cette relation ? Les découvertes géographiques, médicales et techniques, l’avènement de nouveaux schémas de pensée et de nouvelles croyances, ainsi que les bouleversements sociaux qui en résultent ont-ils modifié la perception que l’homme se fait de ses pieds et de ses mains ? Nous proposons, lors de ce colloque, d’explorer de manière non limitative les domaines suivants :

1/ La dimension normative

La référence au pied ou à la main cherche-t-elle à véhiculer une norme ou à l’établir ?

On s’appuiera sur le système de mesures (pied, pouce), sur les codes de politesse (révérence, salut civil ou militaire), sur les codifications chorégraphiques ou théâtrales, sur les us et coutumes (cf. les accessoires qui habillent pieds et mains, comme chaussures et gants, et éventuellement ceux qui refusent cette norme, comme les moines déchaux).

Les autres peuples (notamment les peuples récemment découverts et/ou fantasmés, voire imaginaires, dont on moque les caractéristiques physiques ou auxquels on attribue des particularités étranges) sont-ils vus avec les mêmes attributs ? Le concept d’exotisme réside-t-il dans une dissemblance des pieds et des mains ?

Comment est perçu le handicap ? Dans cette optique, nous pourrons nous interroger, par exemple, sur le statut de l’estropié ou du manchot.

De la marginalité à la monstruosité : quels sont les critères qui stigmatisent le pied ou la main qui ne fonctionne pas selon les normes (statut de celui qui est né avec un pied bot ou qui est gaucher) ? Il s’agira, dans cette perspective, de réfléchir à ce que ces discriminations disent de la société où elles ont cours.

Enfin, quel intérêt y a-t-il à souligner l’anormalité ou l’irréalité de certains êtres par la difformité de leurs pieds ou de leurs mains (diable aux pieds fourchus, satyres aux pieds de bouc) ?

2/ La dimension sacrée et/ou symbolique

Comment s’impose le rôle sacré du pied ou de la main ? Nous étudierons ainsi ce qui relève de la tradition, de la croyance, de l’instrument de pouvoir.

De la main de Dieu, créatrice du premier homme, à la main du roi (qui guérit les écrouelles, qui adoube), du prêtre (qui bénit ou baptise) ou du juge (main de Justice, prestation de serment), quel pouvoir passe par la main ?

Est-ce la main ou le geste qui est signifiant ? Comment passe-t-on du corporel au symbolique ?

Comment s’exprime ce pouvoir dans le langage spécialisé, technique ou courant (ex. : « J’en mettrais ma main au feu », expression qui renvoie aux ordalies) ? On pourra également faire une étude linguistique des adages et expressions populaires comme témoignages des croyances et des superstitions liées à ce pouvoir réel ou supposé.

Si les animaux et les plantes ont des pieds, l’homme a aussi des mains : quelle part d’humain ou de divin recèle la main qui crée ? Est-elle vue comme la marque de la supériorité de l’homme sur les autres espèces ?

D’autres domaines pourront être pris en considération : la chiromancie, la physiognomonie ou le magnétisme (que suppose l’imposition des mains).

3/ La dimension humaniste

En quoi pieds et mains sont-ils perçus comme l’expression de l’individu tout entier, de sa personnalité profonde, voire de son âme ? Sont-ils la synecdoque du corps ? Que révèlent-ils ? Qu’occultent-ils ?

On pourra s’appuyer sur l’étude des représentations des pieds et des mains : planches de médecine, représentations en peinture et sculpture, gisants, etc.

Pieds et mains peuvent laisser une trace : l’empreinte. Quel(s) intérêt(s) offre-telle ?

Dans quelle mesure la vision des pieds et des mains est-elle conditionnée par une représentation mentale qu’infléchit la culture antique (influence de la Bible, de l’art grec ou romain, de la philosophie…) ?

4/ La dimension créatrice, littéraire et artistique

La main n’est-elle qu’un outil, le pied un support ou un simple moyen de locomotion ? N’ont-ils pas un rôle au-delà d’une vision utilitaire qui relèverait d’une dimension créatrice et artistique ?

Le champ de la création est vaste, puisqu’il conviendrait de s’interroger sur les arts scéniques (théâtre, danse, marionnettes), l’écriture (l’œuvre imprimée risque-t-elle de perdre ce que le manuscrit avait d’unique ?), la peinture, les jeux (comme la mourre), ainsi que les activités physiques (escrime, jeu de paume…). On pourra alors se référer aux mythes de la création technique ou artistique, par exemple celui d’Héphaïstos (boiteux mais remarquable forgeron).

Dans la littérature et le théâtre, pieds et mains peuvent-ils avoir un rôle narratif ? Dans les œuvres dramatiques, nous pensons par exemple à la main qui tue. Ces parties du corps peuvent également être sources d’inspiration, comme dans les blasons, ces courts poèmes célébrant le corps féminin. Par ailleurs, comment pieds et mains peuvent-ils revêtir une fonction érotique ou maléfique dans un texte littéraire ?

Dans l’art, la fascination des peintres de la Renaissance pour les mains (par exemple, les études de Léonard de Vinci ou la Création d’Adam de Michel-Ange, où l’index de Dieu rejoint celui d’Adam) pourra être étudiée, dans la continuité des travaux de l’historien de l’art André Chastel, notamment dans son article « L’art du geste à la Renaissance » (in La Revue de l’Art, volume 75-1, 1987, pp. 9-16).

Danser n’est-ce pas, entre autres, « mouvoir & remuer les pieds [et] mains » pour citer partiellement la définition de Thoinot Arbaud dans son Orchésographie (1589) ? Nous pourrons alors nous interroger sur le placement des pieds et des mains et réfléchir à la dimension normative induite par les manuels chorégraphiques.

Ces pistes sont données à titre indicatif et ne sont pas limitatives. Certaines peuvent faire l’objet d’une étude croisée. Nous ne restreignons pas ce colloque à une aire géographique en particulier afin de permettre de réfléchir à cette thématique sur le plan européen.

 

Les propositions de communications en français, d’une longueur de 300 à 500 mots, assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à adresser conjointement à Marie-Joëlle Louison-Lassablière (louison.lassabliere@libertysurf.fr) et Samuel Cuisinier-Delorme (samuel.cuisinier-delorme@uca.fr) avant le 1er septembre 2020. Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants en octobre 2020.

 

Comité scientifique :

Samuel Cuisinier-Delorme, Université Clermont Auvergne

Anne-Valérie Dulac, Sorbonne Université

Caroline Fischer, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Adeline Lionetto, Sorbonne Université

Marie-Joëlle Louison-Lassablière, Université Jean Monnet (Saint-Etienne)

Jean-Luc Nardone, Université Toulouse – Jean Jaurès

Journée d’étude « Eutrapélie »

Journée d’étude « Eutrapélie » 14 mai 2020

Université de Lille

Maison de la recherche

Salle des colloques

L’eutrapelia, étymologiquement la « facilité à se tourner », est d’abord péjorative avant de s’appliquer non plus aux mauvais plaisants, mais aux gens d’esprit. Aristote la définit comme une « impertinence polie », une « démesure tempérée par la bonne éducation » (Rhétorique, II, 12, xvi) et fait une distinction entre les bouffons et les gens d’esprit (eutrapeloi). Le sens péjoratif du mot ne disparaîtra pourtant pas totalement et saint Paul (Epître aux Ephésiens, 5, 4) pourra condamner l’eutrapelia comme une forme de mauvaise plaisanterie qui ne convient pas au Chrétien. Dans sa version positive, la notion d’eutrapélie prend sa source chez Aristote (Ethique à Nicomaque et Rhétorique) pour définir les conditions de la bonne plaisanterie. Saint Thomas en fait une manifestation de la vertu de tempérance. Castiglione, sans toutefois employer précisément le mot, en fait un argument pour valoriser les contes plaisants et les facéties dans la conversation civile. Jean-Pierre Camus, évoquant François de Sales, l’assimile à une « joyeuse conversation », une « bonne conversation », une « joyeuseté modeste ». François de Sales évoque « la vertu nommée eutrapélie par les Grecz, que nous pouvons appeler bonne conversation ».

Associée à la facétie dans les dictionnaires (par exemple celui d’Ambrogio Calepino ou le Thesaurus de Robert Estienne qui la traduit par urbanitas, lepor, festivitas, facetia), la notion prend chair dans un personnage, l’Eutrapelus des Colloques d’Érasme ou l’Eutrapel de Noël Du Fail.

L’oxymore originel, qui fait se rencontrer dans la définition aristotélicienne la démesure et le juste milieu, a nourri ce que l’on a pu appeler une « querelle de l’eutrapélie » (Marc Fumaroli), particulièrement active à la Renaissance et au XVIIe siècle.

C’est sur cette querelle que nous proposons de nous interroger lors de cette journée d’étude en nous intéressant en particulier aux questions suivantes :

– La question des sources et de l’actualisation des concepts de philosophie morale des Anciens. Au–delà du seul Aristote, Cicéron (qui s’adresse dans sa Correspondance à un Eutrapelus) et toute la tradition latine de l’otium. Cette question des sources conduit à s’interroger sur le lexique.

– Une question rhétorique et générique: l’importance de l’eutrapélie dans les conceptions du dialogue et de la conversation ;

– La question de la légitimité et des limites du rire, question qui relève du domaine de l’éthique autant que de la rhétorique. On en trouve des manifestations dans les polémiques littéraires, lorsqu’il est question de légitimer certains positionnements dans le champ littéraire (Garasse par exemple, mais aussi Molière qui sans citer le terme en reprend l’idée dans la préface de Tartuffe).

– Une question de morale sociale et d’hygiène intellectuelle : quelle place faire au repos de l’esprit ? Comment concevoir celui-ci ? Question qui engage celle du rôle et de la fonction des « Bonnes-Lettres » et des « Belles-Lettres », appelées à être des facteurs de santé morale. L’eutrapélie est ainsi appelée en renfort par les défenseurs de la moralité du théâtre lors des nombreuses querelles qui jalonnent la période.

Propositions à adresser, avant le 2 décembre à :

Charles-Olivier Stiker-Métral chosmetral@hotmail.com

et Marie-Claire Thomine marieclaire.thomine@free.fr

Journée sur l’actualité de la recherche doctorale

La Société Française d’Études du Seizième Siècle (SFDES) organisera, le vendredi 17 janvier 2020, une journée doctorale intitulée Actualité de la recherche doctorale sur le seizième siècle. Conçue pour favoriser le dialogue scientifique, cette journée permettra aux doctorantes et doctorants de présenter leurs sujets de thèse (pendant une dizaine de minutes) en s’attachant aux problèmes méthodologiques et épistémologiques qu’ils soulèvent.
Les propositions (1 page de texte maximum) sont à adresser à florence.alazard@univ-tours.fr avant le 15 septembre 2019, et seront soumises à l’appréciation du Conseil d’Administration de la SFDES qui établira le programme de la journée selon des critères de représentativité.
        La journée se tiendra à Paris à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA, 2 rue Vivienne, salle à préciser). Les frais de déplacement sont à la charge des doctorantes et doctorants. La SFDES offrira un buffet et des pauses café.

Un écrivain facétieux au Parlement de Bretagne : Noël Du Fail, seigneur de La Hérissaye, 1520-2020

Colloque Noël Du Fail, 9 et 10 juillet 2020, Rennes

Il y a 500 ans naissait au manoir de Château-Letard, dans la paroisse de Saint-Erblon, près de Rennes, Noël Du Fail, gentilhomme, parlementaire et conteur (1520-1591). Il est l’auteur de plusieurs œuvres narratives (Propos Rustiques, Lyon, Jean de Tournes, 1547 et Paris, Etienne Groulleau, 1547 ; Baliverneries ou Contes nouveaux d’Eutrapel, Paris, Etienne Groulleau, Nicolas Buffet, 1548 ; Contes et Discours d’Eutrapel, Rennes, Noël Glamet de Quinpercorentin, 1585) et juridiques (Petits Memoires et Tablettes, recueillies des notables Arrests, donnez en la Court du Parlement de Bretagne reveuz et augmentez de plusieurs autres beaux Arrests, en la seconde edition, Rennes, Julien du Clos, 1576 ; Mémoires recueillis et extraicts des notables et plus solemnels arrests du Parlement de Bretagne, Rennes, Julien du Clos, 1579). Sa personnalité a intéressé depuis longtemps les historiens qui ont puisé dans les Propos Rustiques des images de la vie du temps (Robert Muchembled) ; des travaux récents et moins récents ont exploré ses œuvres littéraires (Arthur de La Borderie, Emmanuel Philipot, Gabriel-André Pérouse, Valerio Cordiner, Marie-Claire Thomine-Bichard) et juridiques (Bruno Méniel, ou Xavier Godin, qui a mis au jour une édition – la seconde – des Petits Memoires et Tablettes, recueillies des notables Arrests, donnez en la Court du Parlement de Bretagne, que l’on croyait disparus). Un premier et riche colloque international lui fut consacré, les 3 et 4 juin 1987, dans sa bonne ville de Rennes, sous la houlette de Catherine Magnien-Simonin ; les actes en ont été réunis sous le titre Noël Du Fail écrivain (Paris, Vrin, 1991).

Le colloque international qui se déroulera à Rennes les 9 et 10 juillet 2020, aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, se propose d’élargir la perspective, en creusant plusieurs aspects de son œuvre, à la fois narrative et juridique et en étudiant de plus près le milieu rennais dans lequel il évoluait : il s’agira de faire dialoguer de manière fructueuse non seulement des littéraires et des linguistes, mais aussi des historiens, historiens des religions et des mentalités, historiens du droit, historiens du livre. En l’absence de tout portrait peint ou gravé de Noël Du Fail, pourront ainsi se dessiner, par de multiples touches, les différents visages de celui que l’un de ses contemporains a pu qualifier de « Protée », gentilhomme breton, auteur facétieux, juriste, compilateur, lecteur érudit et touche à tout, écrivain conscience critique de son temps.

Parmi les pistes qui pourront être explorées lors de ce colloque (liste non limitative) :

  • Noël Du Fail, magistrat et juriste ; conceptions de la justice ; regard du juriste sur la société de son temps ; influence des pratiques du juriste sur l’œuvre littéraire.
  • Noël Du Fail gentilhomme ; éthique nobiliaire et pratique littéraire ; otium litteratum ; conceptions du rôle de la noblesse.
  • Noël Du Fail rennais ; aspects historiques et géographiques ; le milieu familial, amical et socio-professionnel ; les réseaux d’influence ; une figure emblématique de la Bretagne.
  • Noël Du Fail lecteur : sources et influences ; auteurs latins de l’éloge de la vie rustique ; œuvres comiques, comédies, facéties ; Érasme ; Rabelais.
  • Noël Du Fail écrivain ; représentations de l’espace, de la société du temps ; villes et campagnes ; urbanitas et rusticitas ; l’écriture comique ; les langues de Noël Du Fail ; contribution à l’histoire du vocabulaire français ; éthique et philosophie morale ; les contes et discours « bigarrés » ; pratiques du devis et du dialogue.
  • Noël Du Fail, homme du livre : les imprimeurs lyonnais, parisiens et rennais des œuvres de Noël Du Fail ; histoire éditoriale des œuvres juridiques, des œuvres facétieuses.
  • Noël Du Fail conscience critique de son temps : regards sur la religion, la justice et les lois, les femmes et le mariage, les classes sociales, le gouvernement, la politique intérieure et extérieure du royaume de France, la vacation/vocation militaire.
  • Noël Du Fail et l’art de son temps : bambochades, tableaux à la Brueghel.
  • Noël Du Fail et ses publics : l’influence de ses œuvres littéraires et juridiques du XVIe siècle à aujourd’hui ; ses lecteurs ; son rayonnement en France et hors de France.
  • Postérité de Noël Du Fail : Eutrapel sur les tréteaux (Bruscambille au XVIIe s.) ; place de Noël Du Fail dans les anthologies, les histoires littéraires ; la redécouverte de ses œuvres narratives au XIXe siècle ; la postérité de ses œuvres juridiques.

Centres de recherche partenaires : CELLAM, HCA et Tempora (Université de Rennes), L’AMo (Université de Nantes), ALITHILA (Université de Lille). En partenariat avec l’Association des Amis de Noël Du Fail et sous le patronage de la S.F.D.E.S (Société Française d’Étude du Seizième Siècle)

Le colloque sera précédé d’une journée d’étude consacrée à l’Eutrapélie, XVIe-XVIIe siècles, organisée par Charles Olivier Stiker-Métral et Marie-Claire Thomine (jeudi 14 mai 2020, Université de Lille, Maison de la Recherche).

Pour le colloque rennais sur Noël Du Fail, les propositions de communication (15 lignes maximum) sont à adresser pour le 15 septembre 2019 à Emmanuel Buron, Bruno Méniel et Marie-Claire Thomine.

emmanuel.buron@univ-rennes2.fr

bruno.meniel@univ-nantes.fr

marie-claire.thomine@univ-lille.fr

Ces propositions seront examinées par le comité scientifique du colloque. Les frais d’hébergement, mais non de transport, des participants pourront être pris en charge (dans la limite de deux nuits).

Comité scientifique :

Jean-Claude Arnould (Université de Rouen), Emmanuel Buron (Université de Rennes), Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes), Xavier Godin (Université de Nantes), Estelle Leutrat (Université de Rennes), Philippe Hamon (Université de Rennes), Bruno Méniel (Université de Nantes), Marie-Claire Thomine (Université de Lille), Malcolm Walsby (Université de Lyon, ENSSIB).

Pontus de Tyard et la varietas

Colloque international, Bissy-sur-Fley, 6-7 mai 2021

 

Portrait de Pontus de Tyard par le graveur Thomas de Leu (1577)

Appel à communications

L’humaniste Pontus de Tyard, poète, prédicateur et prélat, philosophe et linguiste, naquit à Bissy en 1521. Pour commémorer le 500e anniversaire de sa naissance, et alors que l’édition critique de ses Œuvres complètes (dir. Eva Kushner) est en voie d’achèvement, un colloque international se tiendra en Bourgogne sous les auspices de l’Association Renaissance du Château de Bissy-sur-Fley.

Il s’agira de réunir des chercheurs de plusieurs disciplines (historiens, littéraires, philosophes, théologiens, musicologues…) qui s’attacheront à souligner la diversité des champs d’investigation de Tyard et la richesse des explorations qu’il avait menées dans ses œuvres. Curieux de tout, à l’image de l’un des personnages de ses dialogues, Tyard s’est impliqué dans les affaires de son temps, s’attachant à prôner la modération et la prudence. Serviteur de l’Église et de la monarchie, il a toujours su allier ses devoirs et la poursuite de recherches personnelles.

L’intitulé du colloque, qui prolonge deux précédentes manifestations dont les actes ont été publiés (Pontus de Tyard : poète, philosophe, théologien, dir. S. Bokdam, 2003 ; Pontus de Tyard : errances et enracinement, dir. F. Rouget, 2008), entend susciter de nouvelles études portant sur la curiosité intellectuelle de Tyard et sur les moyens par lesquels il s’est efforcé d’imprimer sa marque dans l’histoire. Intellectuel associé à la rénovation poétique vers 1550, humaniste vulgarisant l’héritage de la philosophie naturelle et morale, prédicateur produisant une œuvre homilitique, Tyard représente l’honnête homme du XVIe siècle tenté par l’aventure encyclopédique. La richesse du corpus de ses œuvres reflète l’intention de l’auteur d’expliquer et de restituer par le texte la varietas des passions, de l’être humain, de l’univers et de Dieu.

Nous invitons toute personne intéressée à soumettre une proposition de communication (études générales ou particulières) portant sur n’importe quel aspect de la vie et de l’œuvre de Pontus de Tyard avant le 1er juin 2020, à François Rouget (Queen’s University, frouget30@gmail.com).

Pour toute autre information, contacter Claus-Peter Haverkamp (Association Renaissance du Château de Bissy ; cph.service.langues@wanadoo.fr).

Rencontres doctorales pluridisciplinaires du CESR de Tours : Vrai et faux à la Renaissance

Présentation

Pour la 3e année consécutive, l’Association des Doctorants du Centre d’études supérieures de la Renaissance (ADCESR) organise à Tours ses Rencontres doctorales pluridisciplinaires (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, musicologie, lettres & langues, philosophie). Cette année le colloque sera consacré à la question du Vrai et du Faux à la Renaissance et se tiendra les 20 et 21 mai à Tours, au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR).

Pieter BRUEGEL l’Ancien, “La Prudence”, 1559, Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts (source : WGA).

Argumentaire

Avec l’avènement d’une société de l’information et l’émergence de nouveaux modes de diffusion des savoirs, notre temps est souvent décrit comme celui de la « post-vérité ». Une ambiguïté comparable pouvait-elle se présenter aux hommes et aux femmes de la Renaissance ? Les bouleversements politiques et religieux du début de l’âge moderne, ainsi que le renouvellement des savoirs théoriques et techniques ont en effet mis en jeu de nouveaux rapports entre le vrai et le faux, produisant une crise des régimes de vérité que ce colloque doctorant propose d’interroger.

À la Renaissance, comme aujourd’hui, la multiplication des disciplines et des messages de vérité, répandus et filtrés par de nouveaux supports, s’accompagne d’une prolifération de discours controuvés. Si, par exemple, la philologie permettait aux humanistes de distinguer les vrais documents des textes fabriqués, les mêmes instruments pouvaient être utilisés dans la réalisation de faux historiques. Mais, puisque chaque discours impliquant le vrai et le faux engage à la fois la maîtrise d’un savoir et l’exercice d’un pouvoir, interroger les rapports entre ces deux notions à la Renaissance doit aussi conduire à l’analyse des systèmes de pensée rivaux qui les produisent, dans leur contexte politique, juridique, religieux ou artistique. Ainsi la recherche de la « vérité effective de la chose » que Machiavel promeut pour penser la « qualité des temps » a-t-elle pu apparaître, en Italie ou dans le contexte français des guerres civiles, comme la justification du recourt à la dissimulation, au mensonge et à la tromperie.

Inscrite dans l’axe de recherche « Savoirs : théories, pratiques, circulations » du CESR, ce colloque veut stimuler des réflexions, des problématiques et des débats sur la relation complexe et ambiguë du Vrai et du Faux à la Renaissance, en se concentrant sur les contextes épistémologiques de leur énonciation.

Axes de réflexion

Les contributions pourront porter sur un ou plusieurs axes de réflexions ici suggérés :

  • Le partage vrai/faux correspond-il au partage authentique/inauthentique ?
  • Comment le vrai et le faux problématisent-ils la conception de la fiction, du mythe et de la fable ?
  • Comment s’articulent les procédés de validation des discours et le contenu des savoirs ?
  • Comment la diffusion des savoirs par l’imprimerie a-t-elle influencé leur statut épistémologique ?

Modalités pratiques

Les propositions de communication, émanant de doctorant.es, jeunes docteur.es et étudiant.es en master recherche, devront être envoyées à l’adresse mail asso.doctorants.cesr@gmail.com, avant le 15/04/2019.

Elles résumeront la communication en deux-cent cinquante mots maximum et seront accompagnées de quelques lignes de présentation (laboratoire, sujet et directeur de recherche).

Les interventions – données en français, en anglais ou en italien – dureront environ vingt minutes et devront s’inscrire dans tous les domaines d’études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences et des techniques, musicologie, littérature, philosophie), sur une période allant de Pétrarque à Descartes. Une table ronde finale réunissant les intervenants et l’assistance permettra de confronter toutes les déclinaisons de ces deux notions à la Renaissance.

Le Centre d’études supérieures de la Renaissance invitera les participants à déjeuner mais le transport et l’hébergement resteront à leur charge.

Comité organisationnel

  • Jean Beuvier (doct. du CESR)
  • Lorenzo Paoli (doct. du CESR et de l’UniBo)
  • Guillaume Pinet (doct. du CESR)

Comité scientifique

  • Laurent Gerbier (MCF HDR, CESR)
  • Florence Alazard (MCF HDR, CESR)
  • Stephan Geonget (MCF HDR, CESR)
  • Olivier Guerrier (PR, Université Toulouse II Jean Jaurès)

Sixteenth Century Society and Conference, St. Louis, 17-20 octobre 2019

Sixteenth Century Society and Conference (SCSC), St. Louis, 17-20 octobre 2019.

Date limite pour les propositions: 7 avril 2019

La SCSC est une association professionnelle américaine mondialement reconnue dans le domaine de la littérature et des études prémodernes françaises. Comme toujours, les langues de travail des sessions qui portent sur la littérature française seront l’anglais et le français.

Nous nous sommes félicités d’une forte participation francophone lors de nos dernières réunions (Vancouver, Bruges, Milwaukee, Albuquerque), et nous espérons que vous serez nombreux à venir fêter les 50 ans de la SCSC à l’endroit même de sa première réunion: notre conférence aura lieu du 17 au 20 octobre 2019 à St Louis,  Missouri, au Hyatt Regency.

Nous vous invitons à soumettre des communications de 20 minutes sur le sujet de votre choix portant sur la littérature ou l’histoire culturelle françaises du seizième siècle pour une présentation individuelle ou bien une session collective de trois intervenants.

La SCSC propose également quatre types d’ateliers:

– Tables rondes assurées par des sociétés associées.

– Atelier A: Discussion entre intervenants dont les communications seront distribuées et lues à l’avance (4 intervenants maximum).

– Atelier B: Analyse de questions délicates relatives à la traduction ou la paléographie, sans distribution préalable des communications (3 intervenants maximum).

– Atelier C: Discussion d’une question majeure avec de brefs commentaires des intervenants et une participation active du public; semblable aux tables rondes, mais avec plus de participation (4 intervenants maximum).

Notez bien que la date limite pour les propositions a été fixée au 7 avril 2019. À présent, le site web est en chantier, mais le module pour soumettre les propositions sera disponible début mars; on vous contactera pour le signaler.

Vous pouvez vous renseigner en consultant le site web de la conférence (www.sixteenthcentury.org/conference/) ou en envoyant un courriel à conference@sixteenthcentury.org.

Appel à communications : Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650)

Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire

(1480-1650)

 

 

3 – 6 décembre 2019

 

Université d’Orléans

 

Appel à communication

 

 

 

2019 marque le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci au château du Clos Lucé à Amboise et du lancement de la construction du château de Chambord. De nombreuses manifestations se dérouleront tout au long de l’année 2019 dans la Région Val de Loire pour faire mémoire de cette Renaissance française qui s’épanouit de façon privilégiée dans la vallée de la Loire, aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’humanité.

S’inscrivant dans cette dynamique, ce colloque international a pour ambition de mettre en lumière « Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650) ». A l’ombre de la figure majeure de Léonard de Vinci et des emblématiques châteaux de la Loire, il s’agira de revisiter les pratiques politiques, culturelles et artistiques dans l’ensemble de cette Région selon les problématiques actuelles de la recherche sur la France de la Renaissance conduites en histoire, en littérature, en histoire du droit et en histoire de l’art.

 

La réflexion s’organisera autour de quatre axes :

 

1 – L’étude du rôle dirigeant de plusieurs princesses et reines de France dans ces duchés tout au long de la Renaissance.

En effet, au cours de la première modernité, ces duchés et quelques comtés dont les territoires correspondent à l’actuelle Région Centre – Val de Loire, eurent à leur tête une série assez exceptionnelle de femmes qui, filles, veuves, mères ou sœurs de rois de France, influencèrent la vie politique, culturelle et religieuse de la région. En effet se succédèrent à la tête du duché de Berry, entre 1498 et 1601 Jeanne de France, Marguerite de Navarre, Marguerite de Valois, Élisabeth d’Autriche et Louise de Lorraine. De son côté, Anne de Beaujeu est comtesse de Gien entre 1481 et 1522 tandis que Renée de France († 1574), duchesse de Ferrare, est comtesse (1510) puis duchesse de Chartres (1528) et dame de Montargis (1528). Louise de Savoie, Éléonore de Habsbourg et Marie Stuart sont duchesses de Touraine entre 1525 et 1560. Enfin, Catherine de Médicis est, elle-même, duchesse d’Orléans de 1566 à sa mort en 1589. Les divers aspects de leur action politique, culturelle, religieuse ou sociale dans le cadre de leurs duchés ou comtés seront pris en compte.

 

2 – Une nouvelle compréhension des guerres et des paix de religion (1562-1598), dans une région qui fut un enjeu important de la lutte d’influence entre protestants et catholiques.

Les territoires de l’actuelle région Centre-Val de Loire ont vu naître des communautés protestantes importantes et ont été le théâtre de plusieurs épisodes importants des guerres et paix de religion comme les sièges d’Orléans (1562) et de Chartres (1568), la Saint-Barthélemy à Orléans (1572), le siège de Sancerre (1572-1573) ou le sacre de Henri IV à Chartres (1594). Il s’agit là de quelques jalons d’une histoire qui reste à préciser en relation avec le renouveau des travaux sur les affrontements religieux mais aussi sur la Ligue.

 

3 – L’analyse de la circulation des idées, des textes, des savoirs et des techniques

Les liens tissés avec le pouvoir royal ainsi que la présence de deux pôles universitaires de renommée nationale et internationale, que sont les universités de Bourges et d’Orléans, ont permis à la région de jouer un rôle privilégié dans les échanges culturels et les innovations techniques qui ont marqué l’Europe de la Renaissance. Il s’agira d’analyser comment les débats et les controverses qui agitaient l’Europe du XVIe s. trouvèrent un écho et des développements dans la région.

 

4 – Une nouvelle approche de la Renaissance artistique dans ces territoires

A l’ombre des chantiers des grands châteaux de la vallée de la Loire, la région a connu à la Renaissance une effervescence artistique remarquable tant dans ses principales villes que dans ses campagnes. Nobles, clercs et bourgeois y réaménagent leurs résidences ou s’en font construire de nouvelles au goût du jour.  La mise en lumière des divers aspects de ce patrimoine permettra d’évoquer les influences plurielles qui façonnèrent un nouveau paysage urbain et marquèrent l’espace rural.

 

Il est prévu de consacrer une journée à chacun de ses axes.

Les propositions de communication (titre et résumé) sont à envoyer à Christian Renoux (christian.renoux@univ-orleans.fr) avant le 30 mars 2019.

 

Conseil scientifique :

Didier BOISSON, professeur d’histoire moderne, université d’Angers.

Stéphan GEONGET, professeur de littérature française de la Renaissance, université de Tours

Mark GREENGRASS, professeur émérite d’histoire moderne, université de Sheffield (G.-B.)

Jean-Marie LE GALL, professeur d’histoire moderne, université de Paris I

Corinne LEVELEUX, professeur d’histoire du droit, université d’Orléans

 

Comité d’organisation :

Catherine LANOE, maître de conférences d’histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

Nicolas LOMBART, maître de conférences en littérature française de la Renaissance, université d’Orléans – POLEN

Christian RENOUX, maître de conférences histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

Gaël RIDEAU, Professeur histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

 

Coordinateur :

Christian RENOUX, maître de conférences histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

 

 

Ce colloque a reçu le label « Viva Léonardo da Vinci, 500 de RenaissanceS » attribué par le Conseil régional Centre-Val de Loire.

Appel à communication : Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècle)

Le colloque aura lieu les 29-30 mars 2019 à Paris.

 Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au XXe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d’étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d’une aversion et d’une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l’attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l’incapacité militaire supposée des femmes d’une part et, d’autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l’armée via les services de Santé des armées en 1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale[1], les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992…), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s’atténuer puisque, dans un nombre croissant d’armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd’hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat.

En ce qui concerne l’Ancien Régime en revanche, le stéréotype persiste largement, puisque les armées n’étaient pas mixtes et que nous avons toujours malgré nous une vision souvent téléologique et progressiste de l’histoire. Or, Sophie Cassagne-Brouquet, dans sa thèse portant sur les « chevaleresses[2]», écrit que « ce stéréotype a masqué, dans l’histoire du Moyen Âge, la présence de combattantes conscientes et actives. » Ainsi, depuis un certain nombre d’années, des travaux ont montré l’écart grandissant entre les représentations que nous nous faisons de l’Ancien Régime et la réalité alors des femmes de guerre, qui sont loin de constituer une image uniforme et de se réduire aux seules chevaleresses ou menues combattantes. Les biais des chercheurs sont parfois démasqués au cours de découvertes étonnantes. Par exemple, tout récemment, on a pris conscience qu’un squelette de guerrier viking de haut rang, connu depuis 130 ans, était en fait celui d’une guerrière : aucun archéologue ne s’était posé la question de son sexe tant était – est – tenace le préjugé qu’un guerrier, a fortiori puissant, est forcément un homme, en-dehors de cas rarissimes ou émanant de sociétés à demi légendaires[3] . La place des femmes dans les combats et les guerres (comme « batailleresses », « officières », « seigneuresses » ou reines[4]) au Moyen Age est donc de plus en plus remarquée et réévaluée, particulièrement dans la littérature anglo-saxonne. La question des représentations apparaît en tout cas comme centrale.

La Première Modernité est la parente pauvre de ces réévaluations bien que quelques travaux[5] tracent des voies d’exploration. Pourtant, elle est intéressante à plus d’un titre pour ce sujet.

Tout d’abord, pour la portée matricielle de cette époque : consécutivement à la tentative de confiscation de la violence légitime de l’État, l’armée est l’objet de multiples réformes qui ont abouti à la création de l’armée moderne dans l’Europe entière, au début de notre chronologie pour l’Espagne et, pour la France, particulièrement sous Louis XIV et à l’issue de la Révolution française. Or, au cours de cette période définitoire, les femmes qui ont pris les armes sont rares, et même se raréfient puisque, n’étant pas citoyennes, elles sont progressivement exclues de l’armée de soldats-citoyens alors que certaines avaient pu entamer une carrière sans avoir à se travestir, tant la France avait besoin de bras au moment de la Révolution : en s’interrogeant sur « de quoi est faite l’association entre masculin, armes et citoyenneté », D. Godineau montre dans son propos sur l’armée révolutionnaire que « les histoires concrètes de ces femmes soldats, leurs propos et ceux tenus sur elles aident à comprendre les mécanismes de l’exclusion des femmes des armées. » Il touche finalement à ce qui fait le cœur des réticences envers les femmes dans l’armée encore aujourd’hui.
Cependant, cela ne signifie pas que seuls les républicains ont pu, bon gré mal gré, admettre des femmes dans leurs troupes : les femmes profitent des interstices et des périodes troubles pour s’immiscer dans des secteurs qui leurs sont normalement fermés, Michelle Perrot l’a bien montré. Ainsi, les Brigandes, dont faisaient partie Marie Louise Victoire de Donnissan, marquise de Lescure puis de La Rochejaquelein ou encore Marie Renée Marguerite de Scépeaux, marquise de Bonchamps, sont les adversaires en symétrie des citoyennes en armes.

Ensuite, à cause du statut des femmes, qui se modifie au cours de la période : leurs libertés s’amoindrissent à partir de la Renaissance[6]. Pourtant, la première moitié du XVIe s. voit apparaître  les femmes sur les champs de bataille en Italie[7] (les Pisanes contre les Florentins dans les années 1499-1509). En outre, « dans une société hiérarchisée où le rang est plus important que le sexe[8]», elles pouvaient être amenées plus facilement à commander des hommes de rang inférieur ou à prendre les armes que dans une société comme la nôtre, où le sexe est finalement plus important que le rang. Bien plus, Elizabeth Iere ou Catherine II de Russie, en tant que dirigeantes suprêmes, étaient forcément à la tête de leurs armées : Catherine ii est d’ailleurs connue pour avoir mené une politique d’expansion territoriale couronnée de succès. Le statut de la femme dans l’armée, dans les guerres, dans les combats a-t-il alors évolué ? Une Jeanne d’Arc n’était-elle possible qu’au Moyen Age ?

Ces changements de statut des femmes semblent influencer l’image de la femme qui connaît un changement notable au cours du XVe s. dans les littératures italiennes et françaises[9] par exemple : les histoires d’amour importent désormais davantage que les prouesses de la « chevaleresse », personnage typique des épopées. Ce mouvement trouve sans doute son apogée après la Fronde en France. Pendant la rébellion, certaines Frondeuses se font volontiers portraiturer en armes et participent parfois concrètement aux opérations. Une fois la défaite consommée, elles ont dû se redéployer de la politique (donc des combats armés) vers d’autres domaines, la littérature étant un refuge approprié. Le ton s’y assagit et les guerrières de papier se tournent vers la galanterie. La question du genre littéraire joue bien entendu un grand rôle dans cette question : les épopées disparaissent, le roman s’impose, avec des codes différents. Finalement, les combattantes, en tout cas certains types de combattantes, apparaissent peut-être davantage dans les chansons ou dans la littérature de colportage que dans les grands genres. Dès lors, si la question des genres littéraires joue, celle de la couche de la population qui est la cible des divers écrits importe également, dans une société où chacun occupe le rôle qui lui échoit à la naissance.

Littérature, peinture, histoires extraordinaires, écrits à valeur juridique et philosophiques diffusent des clichés qui sont déjà assez bien connus et qui remontent à l’Antiquité pour certains d’entre eux. Par exemple, les fantasmes qui s’attachent aux personnages de guerrières et des femmes qui conduisent les guerres : la dimension érotique qui éclot de leur androgynie, de leur travestissement ou encore de leur hypersexualisation remonte au moins à l’Antiquité – que l’on songe aux Amazones et à Camille dans l’Énéide –, mais s’accentue a priori au XVe s., époque de la sexualisation de la guerrière en littérature. Elles peuvent se voir attribuer des caractéristiques outrancières, oscillant entre Virgin Queen et luxurieuse Sémiramis, entre guerrière ou commandante sanguinaire et pleine de mansuétude, voire vaincue par l’amour du bel ennemi. La femme, victime de son imbecillitas sexus[10], peut sembler incapable de réellement commander une armée et un pays au-delà d’une certaine mesure. Est-ce à la Renaissance, dans le sillage de réformes comme la loi salique en France, que l’incapacité des femmes est théorisée dans le champ des armes ? Au contraire, les femmes de guerre sont-elles alors valorisées, et pourquoi ? Il n’est qu’à penser au travestissement en Amazones de Charles IX et de ses compagnons : « le travestissement en guerrière dans les tournois et carrousels [en vogue au XIIIe siècle] connaît un renouveau à la Renaissance[11]», puisque les Amazones incarnent la chasteté, la sagesse de la bonne gouvernance et la bravoure. En un mot, un mélange parfait de qualités féminines et viriles, prisé par les rois qui peuvent se faire représenter en androgynes (autre forme d’une demi-divinité[12]). Ce mélange parfait trouve son meilleur accomplissement dans des figures bibliques ou chrétiennes qui défendent leur religion contre les païens ou les Sarrasins.

Face aux clichés et aux machines à fantasme, les silences des représentations ne sont pas très connus et méritent largement qu’on s’y attache : si les femmes pirates, dont certaines sont devenues corsaires en temps de guerre, ont existé  pendant notre période et en-dehors (Anne Bonny, Mary Read, Anne Dieu-le-veut, Louise Antonini…), certes souvent travesties mais pas systématiquement, leur présence dans les fictions ou dans les traités[13] n’est pas perceptible. Inversement, la littérature épique peut accorder une place prépondérante mais sans doute disproportionnée à la guerrière (Marphise, Bradamante, Clorinde…), tout en omettant les groupes de combattantes ou de résistantes anonymes (que Plutarque, dans son Conduites méritoires des femmes, avait pourtant mis à l’honneur), ou encore mettre en valeur certaines commandantes de peuple et d’armée aux dépens d’autres qui concordaient moins à un programme idéologique ou tout simplement à un goût. Ainsi, si les arts et spectacles de cours royales ou princières mettent en scène les Amazones ou des femmes belliqueuses dont les figures se banalisent, il s’agit souvent moins de louer des femmes fortes pour elles-mêmes que de proposer des programmes iconographiques destinés à soutenir les exigences ou les demandes des uns et des autres[14]. Les Amazones pourraient même être un obstacle aux femmes qui souhaitaient s’investir (à des degrés divers) dans les guerres : convoquer les Amazones revient souvent à jouer sur la topique du mundus inversus, de l’exotisme (géographique ou temporel) et de l’érotisme. Valentina Denzel interprète la disparition des chevaleresses fictives comme Bradamante et Marphise au moment où les Amazones triomphent comme le signe que, aux yeux des écrivains, les femmes de guerre ne pouvaient que faire partie du passé.

Le colloque ambitionne de toute façon une perspective pluridisciplinaire : nous accueillerons avec intérêt les propositions portant sur la littérature, l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire de sciences… Les perspectives comparatistes seront également bienvenues : elles aideront à chercher à bien mesurer la valeur des phénomènes. En effet, les écarts dans les représentations peuvent être éloquents : les guerrières sarrasines fascinent les Italiens qui en constellent leurs épopées tandis que les Français ignorent pour la plupart ces figures. Les ouvrages anglais semblent conserver plus longtemps qu’ailleurs en Europe l’image d’une guerrière belliqueuse et puissante, là où les Français en ont fait une femme trop faible pour pouvoir se passer de son compagnon lors de passes d’armes.

Organisation
Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) et les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – CREC – Ministère des Armées.

En partenariat avec :
•    Musée de l’Armée – Invalides
•    Université Columbia à Paris – Centre Reid Hall
•    Université de Paris-Sorbonne : CRLC et CELLF
•    Université de Rouen – CÉRÉdI

Les propositions sont à envoyer avant le 20 juillet 2018 aux membres du comité d’organisation :
Marianne Charrier-Vozel : marianne.charrier@univ-rennes1.fr
Agnès Cousson : Agnes.Cousson@univ-brest.fr
Anne Debrosse : anne.debrosse@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr
Antoine Roussel : antoine.roussel@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Comité scientifique :
Frédéric Dessberg (CREC)
Ariane Ferry (CÉRÉdI)
Véronique Gély (CRLC)
Nathalie Grande (LAMO)
Adeline Lionetto (CELLF)
Sandra Provini (CÉRÉdI)