Archives de catégorie : Appels à communication

Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne  (1300-1560)

Journées d’étude

Appel à communication

Nouvelles traductions et réceptions indirectes de la Grèce ancienne

 (textes et images, 1300-1560)

 

 

Jeudi 15 septembre et vendredi 16 septembre 2022

Jeudi 19 janvier et vendredi 20 janvier 2023

 

Projet ERC Advanced Grant AGRELITA

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550): How invented memories shaped the identity of European communities

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

 

Le projet AGRELITA étudie la réception de la Grèce ancienne dans un corpus d’œuvres écrites en français de 1320 aux années 1550 et dans les illustrations de leurs manuscrits et de leurs imprimés. C’est seulement à partir des années 1550 que commence l’essor des traductions directes du grec au français. Du début du XIVe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle, les auteurs en langue française et les artistes qui illustrent les manuscrits et les imprimés de leurs œuvres, sauf exception, n’ont aucune connaissance directe d’œuvres grecques. Les savoirs sur la Grèce ancienne qu’ils transmettent et réinventent dans leurs textes et dans leurs images sont des savoirs médiatisés par des filtres divers. Leur réception est indirecte, elle prend appui sur des œuvres antérieures, textuelles et iconographiques, dont les représentations de la Grèce ancienne sont déjà le fruit d’une ou de plusieurs réceptions.

Les journées d’étude de septembre 2022 et de janvier 2023 seront consacrées à l’analyse, à l’intérieur de ce corpus, des nouvelles traductions et adaptations en langue française d’œuvres latines qui véhiculent des savoirs sur la Grèce ancienne, sous des formes diverses. Ces œuvres latines qu’adaptent les auteurs français des années 1300-1550 sont pour une part des œuvres antiques et médiévales qui ne sont pas des traductions, et pour une part des traductions ou adaptations d’œuvres grecques, avec parfois plusieurs transferts linguistiques à partir du grec. Elles sont très diverses : des textes antiques (Ovide, Virgile, Boèce, Augustin, Darès…) jusqu’aux traductions humanistes latines d’œuvres grecques réalisées en Italie et aux Pays-Bas aux XVe et XVIe siècles, en passant par des œuvres latines médiévales originales (i. e. non des traductions, Vincent de Beauvais, Troisième Mythographe du Vatican, Pétrarque, Boccace, l’auteur du Rudimentum novitiorum…), des traductions latines du français (Guido delle Colonne) et des traductions arabo-latines et arabo-hispano-latines (Aristote, Dits moraux des philosophes…).

Les auteurs en langue française héritent ainsi de réceptions antérieures diverses, qu’ils s’approprient et transforment, poursuivant le processus d’invention de représentations de la Grèce ancienne. Comme les manuscrits et les imprimés de leurs nouvelles traductions sont souvent très illustrés, les artistes offrent dans le même temps des traductions visuelles qui elles aussi s’appuient sur des sources diverses et des réceptions antérieures et donnent à voir de nouvelles images de la Grèce ancienne. La question de la réception de l’Antiquité grecque sera donc explorée par une entrée différente de celle qui a été adoptée jusqu’à présent et qui a consisté en l’étude de la transmission directe des œuvres grecques.

Dans le corpus de nouvelles traductions/adaptations en français des années 1300-1550 qui ont trait à la Grèce ancienne, à son histoire, ses héros, ses auteurs et leurs œuvres sans être des traductions directes d’œuvres grecques, il s’agira ainsi d’étudier les origines multiples et le syncrétisme des connaissances dont disposent les auteurs et les artistes, ainsi que les modalités de leurs appropriations et de leurs transformations. On analysera comment cette transmission de savoirs déjà porteurs d’interprétations diverses est avant tout une circulation et une création de représentations, et comment l’élaboration d’images de la Grèce ancienne contribue à l’invention d’une mémoire culturelle offerte à de larges publics laïcs par la double voie du texte et des images.

Le corpus d’études (textes et images dans les manuscrits et les imprimés) sera ainsi constitué :

-les traductions/adaptations en français d’œuvres latines antiques  et les images de la Grèce ancienne qu’elles véhiculent, notamment les traductions des œuvres d’Ovide, de la Consolation de Philosophie de Boèce, de la Cité de Dieu d’Augustin, du De excidio Troiae historia de Darès le Phrygien…

-les retraductions en français d’œuvres médiévales latines qui sont des traductions du français, comme celles de l’Historia destructionis Troiae de Guido delle Colonne.

-les traductions/adaptations en français d’œuvre médiévales latines qui ne sont pas des traductions, et parmi les plus diffusées celles de Vincent de Beauvais (héritier d’Hélinand de Froidmont), de Boccace, de Pétrarque, mais aussi bien d’autres textes ; les images de la Grèce ancienne que les œuvres médio-latines offrent et celles que leurs adaptations en langue française transmettent, fidèles ou infidèles.

-les premières traductions indirectes d’œuvres grecques, par l’intermédiaire de traductions latines, arabo-latines ou arabo-hispano-latines (les traductions françaises des œuvres éthiques et politiques d’Aristote, les Dits moraux des philosophes…)

-à partir du XVe siècle, les traductions françaises d’œuvres grecques par l’intermédiaire des traductions latines des humanistes d’Italie et des Pays-Bas. Particulièrement les traductions indirectes de Xénophon, Plutarque, Thucydide, Diodore de Sicile, Lucien, Homère, Euripide à partir des traductions de Poggio Bracciolini, Leonardo Bruni, Lorenzo Valla, Guarino Veronese, Pier Candido Decembrio et d’Erasme.

Comment les traducteurs humanistes en latin des œuvres grecques, puis les traducteurs en français de ces traductions latines présentent-ils leur entreprise de traduction ? Quelles images donnent-ils (eux et les illustrateurs des manuscrits et imprimés de leurs œuvres) des auteurs et des œuvres grecques, et de la Grèce ancienne dans les œuvres qui traitent de son histoire et de ses personnages ? Quelles évolutions voient le jour dans la réception de la Grèce ancienne ?

-les traductions dans d’autres langues vernaculaires européennes, aux XVe et XVIe siècles, des traductions humanistes latines d’œuvres grecques. Des analyses sur les nouvelles traductions indirectes, à partir du latin, notamment de Xénophon, de Plutarque, de Thucydide, de Diodore de Sicile, de Lucien, qui sont écrites dans les autres langues romanes et dans les langues anglaise et germanique, permettraient de comprendre les points communs et les différences de traduction et de réinterprétation dans plusieurs domaines culturels européens, les divers infléchissements donnés aux œuvres grecques et aux images de la Grèce ancienne, les différents usages de ces traductions, les différents types de manuscrits et d’imprimés, dans leur matérialité et leurs illustrations.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille. Contact : Catherine Gaullier-Bougassas

Les propositions sont à adresser (titre et quelques lignes de présentation) à Catherine Gaullier-Bougassas avant le 15 décembre 2021 à l’adresse suivante :

catherine.bougassas@univ-lille.fr

The AGRELITA project ERC n° 101018777 has been launched on October 1st 2021. It is a 5-year project (2021-2026) financed on an ERC Advanced Grant 2020 through the European Union’s Research and Innovation Programme Horizon 2020.

Lien vers le carnet Hypothèses AGRELITA.

Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Appel à communication

« Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) »

Colloque organisé par Caroline Trotot (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel), Violaine Giacomotto-Charra (projet HumanA Université Bordeaux-Montaigne, Centre Montaigne) et Nicole Dufournaud (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel)

Bordeaux, 29-30 juin 2022, Bibliothèque Municipale de Bordeaux

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau), Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Sandra Provini (Université de Rouen Normandie), François Rouget (Queen’s University, Kingston, Canada), Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Bien qu’elles aient été exclues de nombreuses institutions savantes de la Renaissance, universités ou collèges royaux, les femmes ont joué un rôle important dans la construction, la diffusion et la transmission des savoirs et de la culture, dans les réseaux de sociabilité et de clientèle, et ce à différents niveaux de la vie nobiliaire, urbaine et lettrée. En témoigne le grand nombre d’ouvrages qui leur est dédicacé ou l’influence qu’elles ont exercée sur le monde des arts [Wilson-Chevalier 2007][1]. Depuis la remarquable étude d’ensemble d’Evelyne Berriot-Salvadore [1990][2], des travaux essentiels ont été menés, non seulement sur de grandes figures nobiliaires comme les reines de Navarre ou Catherine de Médicis, mais aussi sur des ensembles plus vastes. La grande étude de Linda Timmermans [2005][3] montre ainsi que les femmes sont très nombreuses à participer à la culture au XVIIe siècle. De même, la partie consacrée à la période 1475-1615 par Éliane Viennot dans la récente histoire littéraire réalisée sous la direction de Martine Reid, Femmes et littérature, une histoire culturelle [2020][4], invite à renouveler une vision trop masculinisée de la littérature de la Renaissance et recense près de cent quarante autrices pour le 16e siècle [p. 223].

Ce colloque, au croisement d’un projet qui analyse la place des femmes dans la cité (https://citedesdames.hypotheses.org/ ) et d’un autre qui s’interroge sur les réseaux lettrés bordelais (https://centre-montaigne.huma-num.fr/projets-du-crmt/humana.html ), souhaite se pencher plus précisément sur la présence des femmes et sur les modalités variées de cette présence, parfois discrète ou oubliée, dans la construction et la diffusion des savoirs comme dans la vie intellectuelle et artistique de la Renaissance, en s’interrogeant plus particulièrement sur leur rôle dans l’histoire des villes, qui sont elles-mêmes des foyers intellectuels et politiques, des carrefours, des points de départ et de retour, des lieux de passages, des modèles (ou des contre-modèles), incluant des espaces divers (la cour, l’université, les académies). Il s’agira donc de contribuer également à une réflexion pluridisciplinaire sur l’histoire des villes dans la première modernité, en jetant la lumière sur la manière dont leur évolution est liée à leur nature de lieux de savoir et de culture. On tentera ainsi de poursuivre le travail pionnier mené par Michèle Clément et Janine Incardona [2008][5] pour analyser les liens unissant la ville de Lyon, l’humanisme et les femmes ainsi que celui de Kendall B. Tarte à propos des Dames des Roches et de la ville de Poitiers, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon [2007][6].

Les pistes à explorer sont nombreuses et variées, des plus matérielles au plus immatérielles :

– On pourra s’interroger d’abord sur la présence concrète des femmes dans les villes et les traces qu’elles y ont laissées : quel rôle les femmes ont-elles joué dans l’aménagement des villes, leur transformation pour accueillir les activités privilégiées de la culture humaniste et la diffuser ? On peut penser ici aussi bien aux lieux privés et de représentation que sont les demeures nobles (Catherine de Médicis et l’Hôtel de la Reine, Marguerite de Valois et l’Hôtel de la Reine Marguerite) ou bourgeoises, ainsi qu’à leurs jardins, ou encore à la fondation, à l’aménagement et au développement des lieux d’éducation et de savoir (collèges, académies). Ce dernier point ouvre la piste de leur rôle dans l’éducation, la transmission des savoirs et leur construction, grâce aux lieux urbains aménagés ou investis mais aussi grâce à leur rôle dans l’éducation à domicile, qui reste essentielle pour la noblesse (c’est à une femme qu’est dédié l’essai « De l’institution des enfants »).  Par ailleurs, les modalités de l’éducation des filles, au château ou en milieu urbain, en dehors des collèges réservés aux garçons, sont encore imparfaitement connues. Quels lieux pour cette éducation ? Peut-on considérer les nombreux livres de philosophie dédiés à des dames comme une manière de construire un lieu d’éducation féminin, ou en tout cas accessible aux femmes alors que les collèges sont des lieux urbains et exclusivement masculins. D’une manière générale, on pourra se poser la question de la spécificité de lieux féminins par rapport à ceux construits autour de figures masculines, comme les couvents de femmes, ou encore analyser la manière de nommer des lieux organisés par ou pour les femmes, en saisissant ces phénomènes en diachronie (par exemple, l’émergence du concept de « salon » et la difficulté à nommer les lieux féminins de sociabilité littéraire du 16e siècle).

– Le rôle des femmes peut également être exploré à travers l’analyse des modalités de leur présence dans la ville : rôle social et culturel, en particulier quand elles sont au centre d’une cour ou d’une Académie, modalités de présence dans les milieux du livre (qu’elles soient autrices ou professionnelles du livre, épouse active d’un imprimeur-libraire ou elle-même à la tête d’une boutique de libraire ou d’un atelier d’imprimeur). Il pourra s’agir ici aussi bien de leur présence concrète et de leur rôle dans l’atelier et dans le système général de l’économie du livre, que de l’étude des réseaux au cœur desquels se trouve l’atelier ou encore de leur rôle intellectuel : livres écrits pour les dames ou dédiés aux dames, importance du mécénat et de la protection exercés par des femmes. La question du livre et celle des lieux d’habitation et de vie intellectuelle peuvent également se rejoindre à travers celle des bibliothèques féminines.

– Une autre question posée est celle du rôle des femmes dans les réseaux dont les villes sont des nœuds concrets autant que symboliques, noyaux et modèles d’un tissu de villes plus petites et de châteaux gravitant autour de villes plus importantes. On pourra s’intéresser ici au rôle de passeur de certaines figures féminines, qui après un séjour à la cour se font mécènes en leur domaine (comme Jacquette de Montbron), à celles qui vivent ainsi entre leurs châteaux et les centres urbains, et à tout ce qui rend aujourd’hui encore visibles ces réseaux : les éventuelles traces matérielles (architecture, ornements, jardins) mais aussi les correspondances, les traces archivistiques, les enseignements du péritexte des livres publiés ou la célébration de certaines figures par les poètes.

– Enfin, le colloque s’intéressera à la question de la mémoire et de la préservation de cet héritage : comment nommer et rendre visible aujourd’hui ce rôle, identifier et caractériser ces traces ? Comment les décrire, en parler, les traiter ? Exigent-ils une approche ou une méthode spécifique ? Comment rendre visibles ces problématiques aujourd’hui avec les outils numériques et plus largement penser et valoriser les traces dans les villes contemporaines ?

La période couverte par le colloque va de 1492, naissance de la première Marguerite de Navarre, à 1615, mort de la dernière. Les propositions pourront être centrées sur une figure féminine aussi bien qu’un groupe ou un réseau, mais aussi un milieu urbain particulier, un type de lieu ou tout autre approche pertinente par rapport au sujet, dans diverses disciplines notamment littérature, histoire, histoire des arts, humanités numériques.

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximun, accompagnées d’une courte bio-bibliographie d’une page maximum sont à adresser à l’adresse générique colloquefemmeshumanisme@gmx.fr pour le 15 décembre 2021.

Continuer la lecture de Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Agnolo Bronzino nei 450 anni dalla morte

Agnolo Bronzino

(Zurich, Lugano, Florence / online, 21-25 Nov 22)

 

“Doppio tributo ad un sol nome”: tribute to Agnolo Bronzino on the 450th anniversary of his death

The Research Centre for European Philological Tradition has decided to pay tribute to the Florentine painter and poet Agnolo Bronzino on the 450th anniversary of his death. During the week of 21 to 25 November 2022, a major conference and a series of collateral events will be organised, in hybrid mode (via Zoom and in person) between Zurich, Lugano and Florence.

November 2022 will be an opportunity to take stock of the historiography of the poet-painter and to stimulate a renewed critical-philological reading of Bronzino’s work. Invited lecturers and researchers with experience of Bronzino’s verse and young scholars will take part in the conference.

All those interested in participating as speakers are requested to send their proposal accompanied by a short abstract (max 500 words) and a list of at least 5 publications on the subject (no later than midnight on 23 November 2021 to info@receptio.eu), indicating their field of activity, according to this scheme:

– THE PAINTER: new interpretations and attributions; the Pontormo-Bronzino-Allori line; the Accademia del Disegno; Bronzino outside Florence.

– THE POET: Throughout his life Agnolo Bronzino pursued the honours of the laurel, as documented by the two manuscripts, some of them autographs, in the Biblioteca Nazionale Centrale in Florence, that contain almost his entire poetical production: the first, intended for serious poetry, is entitled “Delle rime del Bronzino Pittore libro primo”; the second is entitled “Le Rime in burla del Bronzino Pittore”.The conference organised by the Research Centre for European Philological Tradition aims to investigate both Bronzino’s complete rhymes production and his links with other intellectuals of his time, such as Laura Battiferri and Benedetto Varchi.

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau

Production, diffusion, collection

 

Appel à communications

 

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve un exceptionnel ensemble d’estampes et de dessins de l’école de Fontainebleau. Son fonds de gravures bellifontaines est le plus riche au monde, rassemblant un millier d’épreuves des près de quatre cents estampes produites à Fontainebleau entre 1542 et 1547. S’y ajoute une collection de dessins de premier plan, comprenant à la fois des œuvres des artistes actifs sur le chantier de Fontainebleau et des maîtres du XVIsiècle qui ont été durablement influencés par ce foyer. De novembre 2020 à novembre 2022, la Bibliothèque nationale de France s’est engagée dans un vaste chantier de recherche et de valorisation de ce fonds de référence, grâce au mécénat de la fondation Getty (Paper Project).

Pour marquer l’aboutissement de ce programme, la BnF et l’École nationale des chartes s’associent dans l’organisation de deux journées d’études appelées à réunir les chercheurs ainsi que les professionnels des musées et des bibliothèques. Elles seront l’occasion de faire le point sur l’avancée des travaux menés ces dernières années sur les estampes et les dessins de l’école de Fontainebleau et aussi d’identifier les perspectives de recherche à poursuivre. Les actes de ces journées seront publiés dans la revue en ligne Nouvelles de l’estampe.

Détail de l’appel.

Comité d’organisation :

  • Anna Baydova, pensionnaire conservateur du Getty Paper Project au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chercheuse associée de l’équipe SAPRAT (EPHE, EA-4116)
  • Pauline Chougnet, conservatrice des bibliothèques, chargée des collections de dessins au Département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Catherine Jenkins, docteur en histoire de l’art, historienne de l’art indépendante
  • Corinne Le Bitouzé, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe à la directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Marc Smith, professeur de paléographie, École nationale des chartes
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la BnF
  • Caroline Vrand, conservatrice de patrimoine, chargée des estampes des XVe et XVIe siècles au département des Estampes et de la Photographie de la BnF

Informations pratiques :

Les propositions de communication se feront sous forme de résumés de 300 mots maximum, accompagnées d’un titre et d’une brève présentation bio-bibliographique de l’auteur ; elles sont à envoyer par courrier électronique à reserve-estampes-photographie@bnf.fr avant le 4 décembre 2021.

(Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix

(Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix pendant les crises de l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècle)

 

Appel à communications

 

À une époque qui voit l’information se multiplier tout en changeant de forme, il est nécessaire de s’interroger sur la question de la parole, depuis sa genèse moderne à sa profusion contemporaine, mais également à son impact. Le projet Anthropologie politique et religieuse de la parole (XVIe-XVIIIe siècle) vise à mettre en lumière l’importance de la problématique de la gestion de la parole dans les sociétés modernes. Dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole oscille entre abondance et rareté : le pouvoir qu’elle détient lui provient de cette dernière et son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe politique et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours : l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

Argumentaire

À une époque qui voit l’information se multiplier tout en changeant de forme, il est nécessaire de s’interroger sur la question de la parole, depuis sa genèse moderne à sa profusion contemporaine, mais également à son impact. Le projet Anthropologie politique et religieuse de la parole (XVIe-XVIIIe siècle) vise à mettre en lumière l’importance de la problématique de la gestion de la parole dans les sociétés modernes. Dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole oscille entre abondance et rareté : le pouvoir qu’elle détient lui provient de cette dernière et son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe politique et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours: l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

La première journée d’étude de ce projet sera organisée à l’université de Genève. Durant les différentes interventions, nous nous intéresserons à la parole promise et aux différentes formes que cet acte peut recouvrir (serment, charte, foi jurée, profession de foi, confession, menace, malédiction, etc.). S’interroger sur l’acte performatif qu’est le don de parole – comment jure-t-on et quelles sont les conséquences des mots prononcés ou signés ? −, c’est se questionner à la fois sur les modalités linguistiques, institutionnelles et rituelles qui sous-tendent cette pratique et, plus encore, repenser les liens de confiance et d’alliance, le capital symbolique mis en gage par les deux parties : qui jure, et pourquoi cette pratique revêt une telle importance dans la société d’Ancien Régime ?

Nous voulons interroger les éléments constitutifs de la parole jurée, en particulier son media (l’oral, l’écrit ou des formes hybrides) et son effectivité. Deux questions sont centrales : comment est construite la promesse ? Qu’est-ce qu’elle produit en termes d’impact sur le présent et le futur de la situation d’énonciation ? Il est alors nécessaire d’interroger la source de la valeur du serment, les gages donnés pour les parties, mais également les acteurs (producteurs et/ou détenteurs de la parole). Ces « jureurs » peuvent s’engager pour eux-mêmes, mais aussi pour une entité plus large, puisque jurer implique non seulement un gage personnel mais aussi communautaire, soit collectif et gouvernemental. De ce fait, peut-être faut-il envisager l’acte de jurer comme le symbole de la convergence de volontés plurielles. D’une parole jurée, on peut ainsi mettre en exergue les ressorts d’un dispositif politique et religieux largement utilisé et persistant, par une déconstruction minutieuse des contextes et des pratiques, afin d’observer sa pluralité en tant que discours et idées. Cela nous amènera à considérer l’économie de la parole dans son écriture, sa proclamation, sa conservation et ses changements.

Le champ de recherche couvre l’Europe occidentale de la première paix de Cappel jusqu’au traité de Westphalie. Un intérêt tout particulier sera consacré aux pensées transversales et interdisciplinaires capables d’apporter à la question de la parole des réponses à la fois historiques et issues d’autres sciences humaines, permettant donc de confronter différentes approches. Nous nous pencherons ainsi sur des sujets ciblés, afin de pouvoir rentrer dans le vif de cette parole juré, profuse et mystifiée : par exemple les préambules légaux et la manière dont ils introduisent les conjurés, les serments qui entourent les paix de religion, le règlement des conflits ou au contraire les déclarations de guerre, la promesse royale ou princière (qu’elle soit directe ou indirecte), les sermons de guerre, la traitrise et l’abjuration, les savoir-faire administratifs liés à l’acte du don de parole, la matérialité de cette pratique, la force perlocutoire des mots jurés, l’iconographie du serment, ses évolutions et ses permanences, etc.

Modalité de soumission :

Toute suggestion qui rentrerait dans le sujet de la journée d’étude sera étudiée avec intérêt. Les propositions (titre provisoire, 10 lignes de texte, précisant clairement les objectifs / sources de la contribution et l’inscription dans la thématique) doivent être adressées conjointement à :

Paul-Alexis Mellet (Paul-Alexis.Mellet@unige.ch) et

Jérémie Ferrer-Bartomeu (Jeremias.Ferrer-Bartomeu@unige.ch)

avant le 15 octobre 2021.

Comité scientifique et d’organisation

  • Paul-Alexis Mellet, Professeur ordinaire, université de Genève
  • Jérémie Ferrer-Bartomeu, Chargé d’enseignement, université de Genève
  • Matteo Colombo, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève
  • Mélinda Fleury, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève

Représentations et usages de la Saint-Barthélemy

APPEL À COMMUNICATION

Colloque International
Université Sorbonne Nouvelle & Sorbonne Université Paris, 19-21 mai 2022

 

« Cet horrible massacre si renommé
par toute l’Europe »

Représentations et usages de la Saint-Barthélemy
en Europe et dans le Monde (1572-2022)

 

Voir le détail de l’appel ici.

Modalités et calendrier : Les propositions de communication de 300 mots environ, accompagnées d’une notice bio-bibliographique (1 page maximum) sont à envoyer pour le 1er septembre 2021 à l’adresse suivante : SaintBarthelemy2022@gmail.com

Comité organisateur: Tatiana Debbagi Baranova (Sorbonne Université, UMR 8596-CRM), Julien Goeury (Sorbonne Université, UMR 8599-CELLF), Anne-Marie Miller-Blaise (Université Sorbonne Nouvelle, EA 4398-PRISMES), Rory Loughnane (University of Kent), Christine Sukic (Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 4299-CIRLEP).

Comité Scientifique : Hubert Bost (EPHE PSL), Denis Crouzet (Sorbonne Université), Nathalie Dauvois (Université Sorbonne Nouvelle), Daniele Maira (université de Göttingen), Kirk Melnikoff (University of North Carolina at Charlotte), Lucy Munro (King’s College London), Catherine Richardson (University of Kent).

 

Warwick Studies in Renaissance Thought and Culture

WARWICK STUDIES
IN RENAISSANCE THOUGHT AND CULTURE

 

 

 

This series explores the cultural forms, intellectual and religious traditions, and institutions of learning that shaped the Renaissance world, 1300–1700, always aiming for an interdisciplinary and, where possible and relevant, comparative and/or global approach. Potential topics include the histories and interactions of art, language(s), literature, music, philosophy, science and medicine, and religion. It publishes studies that present and sustain fresh views and categories: those, for instance, that recognize the co-existence in the period of Latin and the vernacular; that examine the relationship between Classical and Christian traditions; that evaluate the potential connections between social, cultural, and intellectual history; or that challenge established chronological boundaries.

Method of peer review

Double-blind undertaken by a specialist member of the Board or an external specialist.

Publishing Manager

Guy Carney Guy.Carney@brepols.net

 

Fields of interest

History, Art, Language(s), Literature, Music, Philosophy, Science and Medicine, and Religion

Series Editors

David Lines, Paul Botley,

Ingrid De Smet, University of Warwick

Website

https://warwick.ac.uk/fac/arts/ren/bookseries

Editorial Board
Joanne Anderson, Aberdeen University
Warren Boutcher, Queen Mary University
Sheldon Brammall, University of Birmingham
Philippe Canguilhem, CESR, Tours
Alessio Cotugno, Ca’ Foscari University, Venice
Simon Gilson, University of Oxford
Anthony Grafton, Princeton University
Earle Havens, Johns Hopkins University
Chiara Lastraioli, CESR, Tours
Sara Miglietti, Warburg Institute, University of London
Vivian Nutton, UCL, emeritus
Lawrence Principe, Johns Hopkins University
Eugenio Refini, New York University
Mara Wade, University of Illinois-Urbana Champaign

 

New Book Series

SUBMISSIONS

Produced under the auspices of the Centre for the Study of the Renaissance, University of Warwick, this series welcomes proposals for monographs and thematically coherent essay collections, not text editions. Although the main language of publication is English, essay collections may also include essays in other western languages.
Questions or potential submissions can be directed to
Guy Carney (Publishing Manager, Guy.Carney@brepols.net) and/or David Lines (D.A.Lines@warwick.ac.uk).

 

Author Information

Brepols Publishers’ general guidelines in English and a proposal formforauthorsandeditorsareavailableat: http://www.brepols.net/Pages/Getfile.aspx?dlfi=88

All volumes in this series are evaluated by an Editorial Board, strictly on academic grounds, based on reports prepared by referees who have been commissioned by virtue of their specialism in the appropriate field. The Board ensures that the screening is done independently and without conflicts of interest. The definitive texts suppliedbyauthorsarealsosubjecttoreviewbytheBoard before beingapprovedforpublication.

Why Publish with Brepols ?

  • Authors work closely with and benefit from the expertiseof theEditorialBoard.
  • Comprehensive peer review ensures books published with Brepolshaveareputationforhigh-quality scholarship.
  • Continuity of care – authors work with the same publishing managerthroughoutthepublication process.
  • We offer comprehensive copyediting by experienced editors withabackgroundinClassical,MedievalorEarly Modern Studies.
  • All volumes published with Brepols are distributed and marketedworldwide.

 

Begijnhof 67 – 2300 Turnhout, Belgium – www.brepols.net – info@brepols.net

Sixteenth Century Society and Conference (SCSC), San Diego, octobre 2021

Appel à communications,

Sixteenth Century Society and Conference (SCSC), San Diego,

28-31 octobre 2021.

 

 

Date limite pour les propositions : 19 avril 2021

La SCSC est une association professionnelle américaine mondialement reconnue dans le domaine de la littérature et des études prémodernes françaises. Comme toujours, les langues de travail des sessions qui portent sur la littérature française seront l’anglais et le français.

Nous nous sommes félicités d’une forte participation francophone lors de nos dernières réunions (Vancouver, Bruges, Milwaukee, Albuquerque, St. Louis), et nous espérons que vous serez nombreux à venir cette année : notre conférence aura lieu du 28 au 31 octobre au Hilton San Diego Bayfront à San Diego.

La conférence aura lieu cette année à coup sûr. Nous espérons pouvoir nous réunir en personne, mais selon les circonstances, il faudra peut-être opter pour une conférence à distance ou hybride. Quel que soit le cas, la conférence ne sera pas annulée.

Nous vous invitons à soumettre des communications de 20 minutes sur le sujet de votre choix portant sur la littérature ou l’histoire culturelle françaises du seizième siècle pour une présentation individuelle ou bien une session collective de trois intervenants.

La SCSC propose également quatre types d’ateliers :

– Tables rondes assurées par des sociétés associées.

– Atelier A : Discussion entre intervenants dont les communications seront distribuées et lues à l’avance (4 intervenants maximum).

– Atelier B : Analyse de questions délicates relatives à la traduction ou la paléographie, sans distribution préalable des communications (3 intervenants maximum).

– Atelier C : Discussion d’une question majeure avec de brefs commentaires des intervenants et une participation active du public ; semblable aux tables rondes, mais avec plus de participation (4 intervenants maximum).

Puisque la conférence prévue pour octobre 2020 à Baltimore a été annulée, toutes les sessions qui ont été proposées et acceptées pour Baltimore seront acceptées pour San Diego pourvu que les organisateurs les resoumettent. Si c’est le cas pour votre session, veuillez indiquer sous la rubrique « Comments » qu’elle a été accepté en 2020 lorsque vous la soumettez.

Notez bien que la date limite pour les propositions a été fixée au lundi 19 avril.

Vous pouvez vous renseigner, soumettre votre session ou communication, vous enregistrer, et réserver une chambre d’hôtel en consultant le site web de la conférence : www.sixteenthcentury.org/conference. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser ou à envoyer un courriel à conference@sixteenthcentury.org.

Au plaisir de vous revoir en octobre,

Scott Francis

____________________________________________

Scott Francis

Associate Professor of French and Francophone Studies

Department of Romance Languages

University of Pennsylvania

« Chanter sur l’air de… Paroles, musique et timbres (Antiquité-XXIe siècle) »

L’Air du temps (projet Emergence Idex de l’Université de Paris, ANR-18-IDEX-0001)

https://airdutemps.hypotheses.org/.

Responsable : Jean Vignes, Université de Paris, UFR LAC, jean.vignes@u-paris.fr

Colloque « Chanter sur l’air de…  Paroles, musique et timbres (Antiquité-XXIe siècle) »

Appel à communications

Dates du colloque : 4 et 5 novembre 2021.

Lieu(x) : Hôtel de Lauzun (IEA) et/ou Université de Paris (sites des Grands Moulins de Paris).

 

Universités partenaires :

Université de Paris

Sorbonne Université

Université de Poitiers

Université de Reims

Université de Rouen

Université de Tours, CESR

 

Comité scientifique et d’organisation :

Marlène Belly

Maîtresse de conférences, ethnomusicologue, domaine francophone

Université de Poitiers

marlene.belly@univ-poitiers.fr

http://sha.univ-poitiers.fr/musicol

 

Judith le Blanc

Maîtresse de conférences en littérature et artsUniversité de Rouen judithelene@hotmail.com

 

Bertrand Porot

Professeur émérite de musicologieUniversité de Reims bertrand.porot@gmail.com

 

Claire Sicard

Maîtresse de conférences en Littérature française, XVe-XVIUniversité de Tours, CESR – UMR 7323 claire.sicard@univ-tours.fr

 

Alice Tacaille

Professeure, Institut de Recherche en Musicologie UMR 8223 alice.tacaille@sorbonne-universite.frwww.iremus.cnrs.fr Neuma, Digital Music Library : http://neuma.huma-num.fr/ Carnet de Notes : http://carnetdenotes.paris

 

Jean Vignes

Professeur de littérature française à l’Université de Paris

UFR Lettres Arts Cinéma (LAC)

jean.vignes@u-paris.fr

 

Argumentaire scientifique

Attesté dès l’Antiquité tardive et utilisé au Moyen Âge dans le cadre de la centonisation, le principe est largement repris dans les siècles suivants où l’on parle de parodie, de contrafactum ou de vaudeville, ce dernier se constituant même en genre musical. La pratique est commune dans les répertoires des chants et cantiques populaires, des chansons spirituelles, des noëls, dans les théâtres de foire, les sociétés de caveaux, les goguettes et autres cabarets de chansonniers Elle inspire encore volontiers les élans contestataires comme les spots publicitaires, les banquets et autres cérémonies festives. Les motivations sont diverses : reprise d’un air à une époque où la question des droits d’auteur ne se posait pas, démarche didactique sollicitant la mémoire collective, subversion parodique, exploitation d’une chanson à succès dans une autre langue (l’exercice peut alors relever de la traduction, de la paraphrase poétique), etc.

L’objectif de ce colloque est d’apporter de nouveaux éclairages poétiques, historiques, musicologiques et anthropologiques sur ce procédé infiniment fécond, en remettant en question, le cas échéant, la dimension « mineure » des divers genres auxquels cette pratique a donné naissance, et sans perdre de vue la dimension de performance. L’étude et la comparaison des sources existantes (chansonniers édités ou manuscrits, recueils de la Bibliothèque bleue…), la question des supports contemporains (flashmobs vidéos, tweets), les aspects sociaux (acteurs, lieux, interprètes, destinataires) et artistiques (écriture musicale, poétique), les relations avec les musiques de danse, avec les chansons traditionnelles, seront privilégiées. Les mécanismes intertextuels, la place de ce type de productions poético-musicales dans la réflexion théorique littéraire et le sens qui se dégage de l’usage de timbres militants, prosélytes, confessionnels ou éducatifs seront également interrogés, tout comme les réappropriations de timbres « anciens » dans leurs différents contextes, sacré ou profane, public ou privé, de rue ou spectaculaire.

Une publication en ligne de l’enregistrement des interventions est envisagée dans la foulée du colloque sur notre carnet hypothèses (https://airdutemps.hypotheses.org/). Une publication papier suivra.

Par ailleurs, le colloque bénéficiera de la participation de la soprano Esther Labourdette : orateurs et oratrices sont invités à signaler les pièces qu’ils aimeraient entendre interpréter pour illustrer leur communication. Plus largement, les organisateurs souhaitent autant que possible faire de ce colloque une sorte d’atelier collaboratif, du moins le lieu d’expérimentations pratiques auxquelles les participants qui le souhaitent seront invités à s’associer.

Les propositions de communication de 500 mots maximum, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, devront être adressées avant le 15 février 2021 aux 6 membres du comité d’organisation. Il sera répondu aux propositions avant le 15 mars 2021.

Animal et portrait à la Renaissance

« Animal et portrait à la Renaissance », les 17 et 18 mai 2021 à Paris (musée de la Chasse et de la Nature) et à Écouen (musée national de la Renaissance)

Giuseppe Arcimboldo, études, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek (source : WGA).

Colloque international organisé par Cécile Beuzelin (maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Montpellier 3) et Armelle Fémelat (historienne de l’art associée au CESR), en collaboration avec le Musée national de la Renaissance d’Écouen et le Musée de la Chasse et de la Nature.

Dans son discours sur la dignité de l’homme (De hominis dignitate, ca 1486), Pic de la Mirandole décrit l’humain comme un animal éternellement suspendu entre la terre et le ciel, oscillant entre nature céleste et nature terrestre, entre humain et animal. Sans rang, il est également sans visage propre, qu’il lui revient de modeler sous forme divine ou bestiale. Un tel exemple invite à s’interroger sur la perception que l’homme de la première modernité a eue de l’animal et sur la place qu’il lui a consacrée dans son quotidien, en particulier par le biais du portrait. Les questions du modèle animal et du rapport de hiérarchie entre homme et animal se retrouvent ainsi au cœur d’une réflexion sur le développement de l’art du portrait à la Renaissance. Le colloque se propose d’approfondir la problématique du portrait et de l’animal dans l’Europe des XVème et XVIème siècles.

Une telle problématique renvoie, d’une part, à la conception humaniste de l’ordre et de la hiérarchie des êtres vivants, en particulier à celle du rang que l’Homme souhaite occuper au sein de la Nature. Les penseurs de la première modernité se sont en effet essentiellement évalués par rapport aux animaux dans l’élaboration de leur place dans l’univers. En même temps que les humains se sont ainsi observés, ils ont observé les animaux. Et en même temps qu’ils ont développé l’art du portrait, leurs études d’animaux se sont faites plus précises.

L’intitulé du colloque invite, d’autre part, à réfléchir aux rapports que les humains ont entretenus avec les bêtes à la Renaissance, et aux échos que de tels rapports ont pu trouver dans l’art du portrait. Les effigies animales individualisées, et même autonomes pour certaines d’entre elles, apparaissent précisément au moment où cet art connaît ses plus grandes évolutions en Occident. Aux XVème et XVIème siècles, les Européens ont manifestement éprouvé le besoin de se définir par rapport aux animaux, jusque dans leur quête d’individuation, et dans la construction de leur propre image. Les artistes peut-être encore plus que les autres, comme le laisse entrevoir nombre de peintures, sculptures, dessins ou textes littéraires. Le concept d’autoportrait avec animal, comme celui d’autoportrait en animal, s’avèrent à cet égard particulièrement intéressants.

La richesse de la problématique du colloque appelle une approche pluridisciplinaire et un nécessaire dialogue entre historiens de l’art, historiens, historiens des sciences, littéraires, musicologues, sociologues, philosophes, éthologues, vétérinaires… autour de plusieurs thématiques centrales que nous souhaitons voir abordées :

. Les interventions et échanges tenteront d’abord de déterminer les critères qui permettent de penser et de définir la notion de portrait animal à la Renaissance (étude anatomique, individuation plus ou moins poussée, autonomisation, empreinte).

. Les propositions devront ensuite permettre de comprendre la manière dont les hiérarchies entre homme et animal, présentes dans les discours philosophiques et littéraires des XVème et XVIème siècles, transparaissent à la fois dans les portraits d’animaux autonomes

et dans les doubles effigies combinant bêtes et humains. De fait, certains portraits plastiques, littéraires ou musicaux interrogent et remettent explicitement en question de tels rapports hiérarchiques, allant parfois jusqu’à les inverser. On pense notamment aux doubles portraits avec animaux, qui mettent en scène leurs relations affectives, mais aussi aux autoportraits littéraires, comme le De Canis de Leon Battista Alberti.

. Il sera également fondamental de poser la question de l’animal comme modèle pour l’homme. À l’époque moderne, la compréhension de l’animal se situe en effet entre symbolisme, métaphore, exemples de vice ou de vertu et observation physionomique poussée. Les propositions interrogeront aussi bien l’héraldique et les exempla moralisants, que les théories physiognomoniques, en plein essor à la Renaissance et qui ont incontestablement marqué tant la pensée que l’art du portrait. La question de l’imitation de l’animal, à travers le portrait musical et le travestissement de l’homme en animal, pourra également être abordée.

. Enfin, nous souhaitons que certaines propositions traitent des portraits d’animaux fantasmés. Un certain nombre d’animaux représentés à l’époque moderne n’ont en effet pas été observés de visu par les artistes, à commencer par ceux qui furent le fruit de l’imagination collective. Dans les travaux encyclopédiques les plus rigoureux cohabitent ainsi des animaux réellement examinés, avec ceux, exotiques ou merveilleux, tels que l’éléphant ou le rhinocéros, la licorne ou l’hydre, néanmoins « familiers de l’esprit » des humains de l’époque. Réalisé presque entièrement d’après des descriptions écrites, le cas du célèbre rhinocéros dessiné et gravé par Albrecht Dürer apparaît de ce point de vue tout à fait révélateur et pourra servir de point de départ.

Axes de recherche :

– De l’étude scientifique au portrait d’individu

– Empreinte et portrait animal

– L’animal comme modèle : des exempla médiévaux aux théories physiognomoniques

– Animal emblématique et portrait

– Se ressembler, se distinguer : hommes et animaux dans un même portrait

– Autoportrait en animal : arts plastiques, littérature, musique…

– Animal et portrait funéraire : effigies mortuaires, épitaphes, dépouilles, trophées, taxidermie

– Animaux exotiques et bêtes fantastiques : portrait de l’animal fantasmé

Comité scientifique :

Cécile Beuzelin (Université Montpellier 3)

Sarah Cockram (University of Edinburgh)

Armelle Fémelat (CESR, université de Tours)

Aurélie Gerbier (Musée national de la Renaissance)

Christine Germain-Donnat (Musée de la Chasse et de la Nature)

Matteo Gianeselli (Musée national de la Renaissance)

Présentation de la manifestation

Le colloque « Animal et portrait à la Renaissance » sera international et pluridisciplinaire, au croisement des sciences humaines et des sciences du vivant.

Il donnera lieu à une publication scientifique. Les intervenants seront invités à remettre un texte de 35 000 signes à l’issue du colloque, rédigé en français ou en anglais.

Le temps de parole imparti à chaque intervenant sera de 30 mn précisément, en français ou en anglais.

Modalités de candidatures

Les propositions de communication s’inscriront dans un ou plusieurs des axes de recherche proposés.

Elles prendront la forme d’un synopsis d’environ 4500 signes ou 700 mots, accompagné d’un curriculum vitae.

Rédigées en français ou en anglais, elles devront être envoyées à animaletportraitalarenaissance@gmail.com, au plus tard le 30 octobre 2020.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail au cours du mois de décembre 2020.

Des pieds et des mains. Représentations culturelles, politiques et sociales en Europe (1450-1650).

Colloque organisé par Marie-Joëlle Louison-Lassablière (Université Jean Monnet,

Saint-Étienne) et Samuel Cuisinier-Delorme (Université Clermont Auvergne)

avec le soutien de l’IHRIM (UMR 5317).

Pôle Universitaire de Vichy – vendredi 24 et samedi 25 septembre 2021

Raphaël, “Etude pour un enfant Jésus”, 1506-1507, Oxford, Ashmolean Museum (source : WGA).

Pieds et mains permettent la relation à autrui, au monde et à Dieu. Comment la Renaissance appréhende-t-elle cette relation ? Les découvertes géographiques, médicales et techniques, l’avènement de nouveaux schémas de pensée et de nouvelles croyances, ainsi que les bouleversements sociaux qui en résultent ont-ils modifié la perception que l’homme se fait de ses pieds et de ses mains ? Nous proposons, lors de ce colloque, d’explorer de manière non limitative les domaines suivants :

1/ La dimension normative

La référence au pied ou à la main cherche-t-elle à véhiculer une norme ou à l’établir ?

On s’appuiera sur le système de mesures (pied, pouce), sur les codes de politesse (révérence, salut civil ou militaire), sur les codifications chorégraphiques ou théâtrales, sur les us et coutumes (cf. les accessoires qui habillent pieds et mains, comme chaussures et gants, et éventuellement ceux qui refusent cette norme, comme les moines déchaux).

Les autres peuples (notamment les peuples récemment découverts et/ou fantasmés, voire imaginaires, dont on moque les caractéristiques physiques ou auxquels on attribue des particularités étranges) sont-ils vus avec les mêmes attributs ? Le concept d’exotisme réside-t-il dans une dissemblance des pieds et des mains ?

Comment est perçu le handicap ? Dans cette optique, nous pourrons nous interroger, par exemple, sur le statut de l’estropié ou du manchot.

De la marginalité à la monstruosité : quels sont les critères qui stigmatisent le pied ou la main qui ne fonctionne pas selon les normes (statut de celui qui est né avec un pied bot ou qui est gaucher) ? Il s’agira, dans cette perspective, de réfléchir à ce que ces discriminations disent de la société où elles ont cours.

Enfin, quel intérêt y a-t-il à souligner l’anormalité ou l’irréalité de certains êtres par la difformité de leurs pieds ou de leurs mains (diable aux pieds fourchus, satyres aux pieds de bouc) ?

2/ La dimension sacrée et/ou symbolique

Comment s’impose le rôle sacré du pied ou de la main ? Nous étudierons ainsi ce qui relève de la tradition, de la croyance, de l’instrument de pouvoir.

De la main de Dieu, créatrice du premier homme, à la main du roi (qui guérit les écrouelles, qui adoube), du prêtre (qui bénit ou baptise) ou du juge (main de Justice, prestation de serment), quel pouvoir passe par la main ?

Est-ce la main ou le geste qui est signifiant ? Comment passe-t-on du corporel au symbolique ?

Comment s’exprime ce pouvoir dans le langage spécialisé, technique ou courant (ex. : « J’en mettrais ma main au feu », expression qui renvoie aux ordalies) ? On pourra également faire une étude linguistique des adages et expressions populaires comme témoignages des croyances et des superstitions liées à ce pouvoir réel ou supposé.

Si les animaux et les plantes ont des pieds, l’homme a aussi des mains : quelle part d’humain ou de divin recèle la main qui crée ? Est-elle vue comme la marque de la supériorité de l’homme sur les autres espèces ?

D’autres domaines pourront être pris en considération : la chiromancie, la physiognomonie ou le magnétisme (que suppose l’imposition des mains).

3/ La dimension humaniste

En quoi pieds et mains sont-ils perçus comme l’expression de l’individu tout entier, de sa personnalité profonde, voire de son âme ? Sont-ils la synecdoque du corps ? Que révèlent-ils ? Qu’occultent-ils ?

On pourra s’appuyer sur l’étude des représentations des pieds et des mains : planches de médecine, représentations en peinture et sculpture, gisants, etc.

Pieds et mains peuvent laisser une trace : l’empreinte. Quel(s) intérêt(s) offre-telle ?

Dans quelle mesure la vision des pieds et des mains est-elle conditionnée par une représentation mentale qu’infléchit la culture antique (influence de la Bible, de l’art grec ou romain, de la philosophie…) ?

4/ La dimension créatrice, littéraire et artistique

La main n’est-elle qu’un outil, le pied un support ou un simple moyen de locomotion ? N’ont-ils pas un rôle au-delà d’une vision utilitaire qui relèverait d’une dimension créatrice et artistique ?

Le champ de la création est vaste, puisqu’il conviendrait de s’interroger sur les arts scéniques (théâtre, danse, marionnettes), l’écriture (l’œuvre imprimée risque-t-elle de perdre ce que le manuscrit avait d’unique ?), la peinture, les jeux (comme la mourre), ainsi que les activités physiques (escrime, jeu de paume…). On pourra alors se référer aux mythes de la création technique ou artistique, par exemple celui d’Héphaïstos (boiteux mais remarquable forgeron).

Dans la littérature et le théâtre, pieds et mains peuvent-ils avoir un rôle narratif ? Dans les œuvres dramatiques, nous pensons par exemple à la main qui tue. Ces parties du corps peuvent également être sources d’inspiration, comme dans les blasons, ces courts poèmes célébrant le corps féminin. Par ailleurs, comment pieds et mains peuvent-ils revêtir une fonction érotique ou maléfique dans un texte littéraire ?

Dans l’art, la fascination des peintres de la Renaissance pour les mains (par exemple, les études de Léonard de Vinci ou la Création d’Adam de Michel-Ange, où l’index de Dieu rejoint celui d’Adam) pourra être étudiée, dans la continuité des travaux de l’historien de l’art André Chastel, notamment dans son article « L’art du geste à la Renaissance » (in La Revue de l’Art, volume 75-1, 1987, pp. 9-16).

Danser n’est-ce pas, entre autres, « mouvoir & remuer les pieds [et] mains » pour citer partiellement la définition de Thoinot Arbaud dans son Orchésographie (1589) ? Nous pourrons alors nous interroger sur le placement des pieds et des mains et réfléchir à la dimension normative induite par les manuels chorégraphiques.

Ces pistes sont données à titre indicatif et ne sont pas limitatives. Certaines peuvent faire l’objet d’une étude croisée. Nous ne restreignons pas ce colloque à une aire géographique en particulier afin de permettre de réfléchir à cette thématique sur le plan européen.

 

Les propositions de communications en français, d’une longueur de 300 à 500 mots, assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à adresser conjointement à Marie-Joëlle Louison-Lassablière (louison.lassabliere@libertysurf.fr) et Samuel Cuisinier-Delorme (samuel.cuisinier-delorme@uca.fr) avant le 1er septembre 2020. Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants en octobre 2020.

 

Comité scientifique :

Samuel Cuisinier-Delorme, Université Clermont Auvergne

Anne-Valérie Dulac, Sorbonne Université

Caroline Fischer, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Adeline Lionetto, Sorbonne Université

Marie-Joëlle Louison-Lassablière, Université Jean Monnet (Saint-Etienne)

Jean-Luc Nardone, Université Toulouse – Jean Jaurès

Journée d’étude « Eutrapélie »

Journée d’étude « Eutrapélie » 14 mai 2020

Université de Lille

Maison de la recherche

Salle des colloques

L’eutrapelia, étymologiquement la « facilité à se tourner », est d’abord péjorative avant de s’appliquer non plus aux mauvais plaisants, mais aux gens d’esprit. Aristote la définit comme une « impertinence polie », une « démesure tempérée par la bonne éducation » (Rhétorique, II, 12, xvi) et fait une distinction entre les bouffons et les gens d’esprit (eutrapeloi). Le sens péjoratif du mot ne disparaîtra pourtant pas totalement et saint Paul (Epître aux Ephésiens, 5, 4) pourra condamner l’eutrapelia comme une forme de mauvaise plaisanterie qui ne convient pas au Chrétien. Dans sa version positive, la notion d’eutrapélie prend sa source chez Aristote (Ethique à Nicomaque et Rhétorique) pour définir les conditions de la bonne plaisanterie. Saint Thomas en fait une manifestation de la vertu de tempérance. Castiglione, sans toutefois employer précisément le mot, en fait un argument pour valoriser les contes plaisants et les facéties dans la conversation civile. Jean-Pierre Camus, évoquant François de Sales, l’assimile à une « joyeuse conversation », une « bonne conversation », une « joyeuseté modeste ». François de Sales évoque « la vertu nommée eutrapélie par les Grecz, que nous pouvons appeler bonne conversation ».

Associée à la facétie dans les dictionnaires (par exemple celui d’Ambrogio Calepino ou le Thesaurus de Robert Estienne qui la traduit par urbanitas, lepor, festivitas, facetia), la notion prend chair dans un personnage, l’Eutrapelus des Colloques d’Érasme ou l’Eutrapel de Noël Du Fail.

L’oxymore originel, qui fait se rencontrer dans la définition aristotélicienne la démesure et le juste milieu, a nourri ce que l’on a pu appeler une « querelle de l’eutrapélie » (Marc Fumaroli), particulièrement active à la Renaissance et au XVIIe siècle.

C’est sur cette querelle que nous proposons de nous interroger lors de cette journée d’étude en nous intéressant en particulier aux questions suivantes :

– La question des sources et de l’actualisation des concepts de philosophie morale des Anciens. Au–delà du seul Aristote, Cicéron (qui s’adresse dans sa Correspondance à un Eutrapelus) et toute la tradition latine de l’otium. Cette question des sources conduit à s’interroger sur le lexique.

– Une question rhétorique et générique: l’importance de l’eutrapélie dans les conceptions du dialogue et de la conversation ;

– La question de la légitimité et des limites du rire, question qui relève du domaine de l’éthique autant que de la rhétorique. On en trouve des manifestations dans les polémiques littéraires, lorsqu’il est question de légitimer certains positionnements dans le champ littéraire (Garasse par exemple, mais aussi Molière qui sans citer le terme en reprend l’idée dans la préface de Tartuffe).

– Une question de morale sociale et d’hygiène intellectuelle : quelle place faire au repos de l’esprit ? Comment concevoir celui-ci ? Question qui engage celle du rôle et de la fonction des « Bonnes-Lettres » et des « Belles-Lettres », appelées à être des facteurs de santé morale. L’eutrapélie est ainsi appelée en renfort par les défenseurs de la moralité du théâtre lors des nombreuses querelles qui jalonnent la période.

Propositions à adresser, avant le 2 décembre à :

Charles-Olivier Stiker-Métral chosmetral@hotmail.com

et Marie-Claire Thomine marieclaire.thomine@free.fr

Journée sur l’actualité de la recherche doctorale

La Société Française d’Études du Seizième Siècle (SFDES) organisera, le vendredi 17 janvier 2020, une journée doctorale intitulée Actualité de la recherche doctorale sur le seizième siècle. Conçue pour favoriser le dialogue scientifique, cette journée permettra aux doctorantes et doctorants de présenter leurs sujets de thèse (pendant une dizaine de minutes) en s’attachant aux problèmes méthodologiques et épistémologiques qu’ils soulèvent.
Les propositions (1 page de texte maximum) sont à adresser à florence.alazard@univ-tours.fr avant le 15 septembre 2019, et seront soumises à l’appréciation du Conseil d’Administration de la SFDES qui établira le programme de la journée selon des critères de représentativité.
        La journée se tiendra à Paris à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA, 2 rue Vivienne, salle à préciser). Les frais de déplacement sont à la charge des doctorantes et doctorants. La SFDES offrira un buffet et des pauses café.

Un écrivain facétieux au Parlement de Bretagne : Noël Du Fail, seigneur de La Hérissaye, 1520-2020

Colloque Noël Du Fail, 9 et 10 juillet 2020, Rennes

Il y a 500 ans naissait au manoir de Château-Letard, dans la paroisse de Saint-Erblon, près de Rennes, Noël Du Fail, gentilhomme, parlementaire et conteur (1520-1591). Il est l’auteur de plusieurs œuvres narratives (Propos Rustiques, Lyon, Jean de Tournes, 1547 et Paris, Etienne Groulleau, 1547 ; Baliverneries ou Contes nouveaux d’Eutrapel, Paris, Etienne Groulleau, Nicolas Buffet, 1548 ; Contes et Discours d’Eutrapel, Rennes, Noël Glamet de Quinpercorentin, 1585) et juridiques (Petits Memoires et Tablettes, recueillies des notables Arrests, donnez en la Court du Parlement de Bretagne reveuz et augmentez de plusieurs autres beaux Arrests, en la seconde edition, Rennes, Julien du Clos, 1576 ; Mémoires recueillis et extraicts des notables et plus solemnels arrests du Parlement de Bretagne, Rennes, Julien du Clos, 1579). Sa personnalité a intéressé depuis longtemps les historiens qui ont puisé dans les Propos Rustiques des images de la vie du temps (Robert Muchembled) ; des travaux récents et moins récents ont exploré ses œuvres littéraires (Arthur de La Borderie, Emmanuel Philipot, Gabriel-André Pérouse, Valerio Cordiner, Marie-Claire Thomine-Bichard) et juridiques (Bruno Méniel, ou Xavier Godin, qui a mis au jour une édition – la seconde – des Petits Memoires et Tablettes, recueillies des notables Arrests, donnez en la Court du Parlement de Bretagne, que l’on croyait disparus). Un premier et riche colloque international lui fut consacré, les 3 et 4 juin 1987, dans sa bonne ville de Rennes, sous la houlette de Catherine Magnien-Simonin ; les actes en ont été réunis sous le titre Noël Du Fail écrivain (Paris, Vrin, 1991).

Le colloque international qui se déroulera à Rennes les 9 et 10 juillet 2020, aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, se propose d’élargir la perspective, en creusant plusieurs aspects de son œuvre, à la fois narrative et juridique et en étudiant de plus près le milieu rennais dans lequel il évoluait : il s’agira de faire dialoguer de manière fructueuse non seulement des littéraires et des linguistes, mais aussi des historiens, historiens des religions et des mentalités, historiens du droit, historiens du livre. En l’absence de tout portrait peint ou gravé de Noël Du Fail, pourront ainsi se dessiner, par de multiples touches, les différents visages de celui que l’un de ses contemporains a pu qualifier de « Protée », gentilhomme breton, auteur facétieux, juriste, compilateur, lecteur érudit et touche à tout, écrivain conscience critique de son temps.

Parmi les pistes qui pourront être explorées lors de ce colloque (liste non limitative) :

  • Noël Du Fail, magistrat et juriste ; conceptions de la justice ; regard du juriste sur la société de son temps ; influence des pratiques du juriste sur l’œuvre littéraire.
  • Noël Du Fail gentilhomme ; éthique nobiliaire et pratique littéraire ; otium litteratum ; conceptions du rôle de la noblesse.
  • Noël Du Fail rennais ; aspects historiques et géographiques ; le milieu familial, amical et socio-professionnel ; les réseaux d’influence ; une figure emblématique de la Bretagne.
  • Noël Du Fail lecteur : sources et influences ; auteurs latins de l’éloge de la vie rustique ; œuvres comiques, comédies, facéties ; Érasme ; Rabelais.
  • Noël Du Fail écrivain ; représentations de l’espace, de la société du temps ; villes et campagnes ; urbanitas et rusticitas ; l’écriture comique ; les langues de Noël Du Fail ; contribution à l’histoire du vocabulaire français ; éthique et philosophie morale ; les contes et discours « bigarrés » ; pratiques du devis et du dialogue.
  • Noël Du Fail, homme du livre : les imprimeurs lyonnais, parisiens et rennais des œuvres de Noël Du Fail ; histoire éditoriale des œuvres juridiques, des œuvres facétieuses.
  • Noël Du Fail conscience critique de son temps : regards sur la religion, la justice et les lois, les femmes et le mariage, les classes sociales, le gouvernement, la politique intérieure et extérieure du royaume de France, la vacation/vocation militaire.
  • Noël Du Fail et l’art de son temps : bambochades, tableaux à la Brueghel.
  • Noël Du Fail et ses publics : l’influence de ses œuvres littéraires et juridiques du XVIe siècle à aujourd’hui ; ses lecteurs ; son rayonnement en France et hors de France.
  • Postérité de Noël Du Fail : Eutrapel sur les tréteaux (Bruscambille au XVIIe s.) ; place de Noël Du Fail dans les anthologies, les histoires littéraires ; la redécouverte de ses œuvres narratives au XIXe siècle ; la postérité de ses œuvres juridiques.

Centres de recherche partenaires : CELLAM, HCA et Tempora (Université de Rennes), L’AMo (Université de Nantes), ALITHILA (Université de Lille). En partenariat avec l’Association des Amis de Noël Du Fail et sous le patronage de la S.F.D.E.S (Société Française d’Étude du Seizième Siècle)

Le colloque sera précédé d’une journée d’étude consacrée à l’Eutrapélie, XVIe-XVIIe siècles, organisée par Charles Olivier Stiker-Métral et Marie-Claire Thomine (jeudi 14 mai 2020, Université de Lille, Maison de la Recherche).

Pour le colloque rennais sur Noël Du Fail, les propositions de communication (15 lignes maximum) sont à adresser pour le 15 septembre 2019 à Emmanuel Buron, Bruno Méniel et Marie-Claire Thomine.

emmanuel.buron@univ-rennes2.fr

bruno.meniel@univ-nantes.fr

marie-claire.thomine@univ-lille.fr

Ces propositions seront examinées par le comité scientifique du colloque. Les frais d’hébergement, mais non de transport, des participants pourront être pris en charge (dans la limite de deux nuits).

Comité scientifique :

Jean-Claude Arnould (Université de Rouen), Emmanuel Buron (Université de Rennes), Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes), Xavier Godin (Université de Nantes), Estelle Leutrat (Université de Rennes), Philippe Hamon (Université de Rennes), Bruno Méniel (Université de Nantes), Marie-Claire Thomine (Université de Lille), Malcolm Walsby (Université de Lyon, ENSSIB).

Pontus de Tyard et la varietas

Colloque international, Bissy-sur-Fley, 6-7 mai 2021

 

Portrait de Pontus de Tyard par le graveur Thomas de Leu (1577)

Appel à communications

L’humaniste Pontus de Tyard, poète, prédicateur et prélat, philosophe et linguiste, naquit à Bissy en 1521. Pour commémorer le 500e anniversaire de sa naissance, et alors que l’édition critique de ses Œuvres complètes (dir. Eva Kushner) est en voie d’achèvement, un colloque international se tiendra en Bourgogne sous les auspices de l’Association Renaissance du Château de Bissy-sur-Fley.

Il s’agira de réunir des chercheurs de plusieurs disciplines (historiens, littéraires, philosophes, théologiens, musicologues…) qui s’attacheront à souligner la diversité des champs d’investigation de Tyard et la richesse des explorations qu’il avait menées dans ses œuvres. Curieux de tout, à l’image de l’un des personnages de ses dialogues, Tyard s’est impliqué dans les affaires de son temps, s’attachant à prôner la modération et la prudence. Serviteur de l’Église et de la monarchie, il a toujours su allier ses devoirs et la poursuite de recherches personnelles.

L’intitulé du colloque, qui prolonge deux précédentes manifestations dont les actes ont été publiés (Pontus de Tyard : poète, philosophe, théologien, dir. S. Bokdam, 2003 ; Pontus de Tyard : errances et enracinement, dir. F. Rouget, 2008), entend susciter de nouvelles études portant sur la curiosité intellectuelle de Tyard et sur les moyens par lesquels il s’est efforcé d’imprimer sa marque dans l’histoire. Intellectuel associé à la rénovation poétique vers 1550, humaniste vulgarisant l’héritage de la philosophie naturelle et morale, prédicateur produisant une œuvre homilitique, Tyard représente l’honnête homme du XVIe siècle tenté par l’aventure encyclopédique. La richesse du corpus de ses œuvres reflète l’intention de l’auteur d’expliquer et de restituer par le texte la varietas des passions, de l’être humain, de l’univers et de Dieu.

Nous invitons toute personne intéressée à soumettre une proposition de communication (études générales ou particulières) portant sur n’importe quel aspect de la vie et de l’œuvre de Pontus de Tyard avant le 1er juin 2020, à François Rouget (Queen’s University, frouget30@gmail.com).

Pour toute autre information, contacter Claus-Peter Haverkamp (Association Renaissance du Château de Bissy ; cph.service.langues@wanadoo.fr).