Archives de catégorie : Appels à communication

[AAC] Congrès international de l’IANLS : « Le néo-latin, la langue et les langues »

14-20 juillet 2025, Aix-en-Provence

Le congrès international de l’Association Internationale d’Études Néo-Latines l (IANLS) se tiendra à Aix-en-Provence, du 14 au 20 juillet 2025. Le dernier congrès qui a eu lieu en France avait été organisé en 1976 par Jean-Claude Margolin, à Tours. Nous souhaitons que la recherche française soit aussi présente qu’elle le fut alors.

Le thème du congrès : « Le néo-latin, la langue et les langues » (au sens le plus large du terme) n’est pas contraignant et des communications sur d’autres sujets liés au néo-latin peuvent être retenues. Plusieurs membres de la SFDES ont assurément matière à intervenir ! 

Nous attirons votre attention sur la date limite des dépôts (communications, sessions spéciales ou posters) : 15 mai 2024 et souhaitons vous voir nombreux à Aix.

Pour le bureau et le comité organisateur, Colette Nativel, présidente de l’IANLS.

[AAC] Journées d’Étude : « La diffusion de l’humanisme en Limousin »

17-18 octobre 2024
FLSH, Université de Limoges

Organisation : Laurence Bernard-Pradelle (EHIC, Université de Limoges), Thibault Catel (EHIC, Université de Limoges), avec la collaboration d’Hélène Layotte (Bibliothèque Universitaire, Université de Limoges)

Merci de nous faire parvenir une proposition de communication d’environ 2000 signes ou 300 mots, accompagnée d’un titre et d’une brève bio-bibliographie d’une page au plus.

Ces propositions sont à envoyer jusqu’au vendredi 17 mai 2024 aux adresses suivantes :

L’Unité de Recherche EHIC prendra en charge : les frais de transport, une nuitée et les repas des intervenants.

[AAC] Colloque international – Poésie et prophétie : conversation inspirée ?

Poésie et prophétie : conversation inspirée ?

Reims, 11-12 décembre 2024

org. Xavier Lafontaine (CRIMEL, U. Reims Champagne-Ardenne)
et Anne Morvan (LAMO, U. de Nantes)

En partant de l’affinité observée dans les sources anciennes entre poésie et prophétie, nous interrogerons la continuité entre l’inspiration poétique et prophétique, pour explorer les implications du motif de la commune nature divine de la poésie et de la prophétie et ses manifestations formelles et théoriques.
Nous espérons ainsi contribuer à mettre en valeur les permanences et les évolutions du modèle Poète-Prophète sur un temps long, de l’Antiquité à la Renaissance.

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril 2024 (200-250 mots) et seront évaluées par un comité scientifique. Nous attendons des communications d’une durée de 25 minutes. Les
communications en anglais, italien, allemand ou espagnol sont
bienvenues, accompagnées d’un support en français ou en anglais.

Contact :

Normes et marginalités. Journée jeunes chercheurs du CRULH

Appel à communications

Normes et marginalités

Septième journée des jeunes chercheurs du CRULH

Mardi 21 mai 2024
Salle de thèse, 2e étage de l’Espace Rabelais, Campus du Saulcy à Metz

 

L’existence des normes, que Durkheim caractérisait à la fois comme nécessaires à la détermination d’une société, et comme contraignantes, paraît impliquer des contrevenants, au moins d’un point de vue théorique (Durkheim, 2010 [1895]) : la règle entend tracer une frontière entre le bon et le mauvais comportement, et elle peut ainsi être vue comme génératrice de déviance. Sa définition de la norme est essentiellement antagonique, associant à son caractère obligatoire la nécessité de la sanction en cas d’infraction ; une conception conflictuelle du normatif reprise par Howard Becker, qui insistait toutefois sur la réciprocité. Si celui qui transgresse la norme est perçu comme un outsider au groupe qu’elle contribue à définir, le « transgresseur » lui-même peut estimer que la norme, ou ceux qui le jugent par rapport à celle- ci, sont étrangers [outsiders] à son propre univers (Becker, 2020 [1963]).

Penser la règle permet ainsi de penser la déviance, et inversement. Mais sortir d’un rapport trop antithétique permet de mieux percevoir des phénomènes dynamiques entre ce qui est dans la norme et ce qui ne l’est pas, de ne pas figer la réflexion. C’est pourquoi, partant de l’idée d’une centralité de la norme dans l’organisation sociale, il nous a semblé pertinent de recourir à une notion qui se réfère au décalage spatial, en engageant une réflexion sur les « marginalités », qui s’inscrivent à l’intérieur d’un système normatif, mais se situent à sa périphérie, « en deçà de la ligne imaginaire de fracture sociale » (Gueslin, Kalifa, 1999). La réflexion synoptique sur les normes et les marges, sans être neuve, questionne l’emprise du normatif sur le corps social depuis les espaces liminaires, ceux du rejet, de la tension, del’indifférence, de la déviance, de l’écart – d’autant plus en optant pour des définitions larges, tant des normes que des marginalités.

Si l’association de ces deux notions engage une réflexion dialectique, susceptible de permettre une meilleure compréhension de l’organisation des sociétés, il est notable que, sans être imperméables l’une à l’autre, elles aient surtout été développées dans différents champs historiographiques. Les marginalités ont fait l’objet de plusieurs travaux d’histoire sociale à partir de la fin des années 1960, en particulier dans le contexte post-1968 (Perrot, 1975 ; Corbin, 2015 [1978] ; Farge, 1979 ; Muchembled, 1979), en lien souvent avec la sociologie ou la philosophie (Foucault, 1961). La question des normes n’y est pas absente, puisqu’elle est le référentiel par rapport auquel la marginalité est déterminée. Les études plus spécifiques sur les normes se sont plutôt développées dans le dialogue avec le droit, à la faveur de l’appel à un« tournant critique » formulé dans un numéro des Annales de 1988, dialogue affirmé dans deux autres numéros de la revue de 1992 et 2002, et qui a permis de mieux articuler les formes juridiques normatives et les pratiques sociales, en attirant par exemple l’attention sur « les phénomènes de négociation, transgression ou acceptation des normes », et sur l’historicité de ces dernières2. Par ailleurs, plusieurs travaux ont ouvert le cadre méthodologique, attirant l’attention sur la pluralité et l’historicité des « structures normatives » (Gauvard et al., 2002).

La richesse de cette question des normes et des marginalités ne saurait donc être épuisée par cette journée d’études, qui ambitionne de mettre en lumière une grande variété d’approches, de périodes, d’objets, que ce soit du côté des normes – normes formelles (lois, règlements) ou informelles, normes de genre, normes religieuses… – ou des marginalités – sociales (vagabonds, bagnards), sexuelles (prostituées, homosexualité), géographiques (prison, frontières, périphéries), religieuses (sectes, dissidences, hérésies)… Nous proposons quelques axes de réflexions qui peuvent inspirer les propositions de communication en histoire, histoire de l’art, archéologie ou musicologie, mais également celles de jeunes chercheurs et chercheuses issus d’autres disciplines, laboratoires ou universités.

 

1. La fabrique des normes et des marginalités

Souhaitant s’inscrire dans une approche large et pragmatique, qui conduit à écarter les considérations trop simplistes, comme celle d’une diffusion purement verticale de la norme, ou la réduction du raisonnement à l’observation des modalités d’application ou d’opposition, cette journée d’études encourage à prêter attention aux différents lieux, modes, acteurs de l’élaboration des normes, sans se limiter aux cercles dirigeants, institutions, pouvoirs souverains qui instituent des lois (Beaulande et al., 2012). De fait, les producteurs des normes, ou les « entrepreneurs de morale » selon l’appellation d’Howard Becker (1963), sont divers, amenant aussi à distinguer ceux qui créent les normes et ceux qui les font appliquer. Pour ne pas perdre de vue la dialectique au cœur de cette journée d’études, il conviendra de se questionner sur les possibles rapports entre normes et marginalités dans leur élaboration respective (Gay, 2020).

 

2. Des marginalités nécessaires ?

Du fait de leur situation périphérique, on pourra se demander si les marginalités ne sont pas nécessaires dans une société, en insistant sur les interdépendances qui peuvent les lier aux normes définissant l’ensemble du corps social. Dans le même ordre d’idées, des réflexions sur les formes « positives » de marginalité, pouvant jouer un rôle essentiel dans la société, seraient les bienvenues. En effet, les marginalités n’auraient-elles pas un certain pouvoir d’influence ou de légitimation de la normativité (Parazelli, Bellot, 2015), plus ou moins conscient ? Cet axe invite ainsi à questionner la présence nécessaire, à des degrés divers, des marginalités au sein des sociétés, ainsi que le « jeu de miroir » (Schmitt, 1978) entre marginalités et normes.

 

3. Expériences des normes et des marginalités

Des communications sur les expériences vécues des normes et des marginalités sont d’autant plus souhaitables qu’il semble exister des « marginalités d’entre-deux » (Schmitt, 1978) : certains groupes participent à la société, tout en refusant certaines de ses normes, ou développent une « “double vie”, entre visibilité et marginalité » (Tamagne, 2006). On pourra alors s’interroger sur les différences entre marginalités choisies, conscientes, parfois contestataires, et marginalités subies (Montagné-Villette, 2007). Cela conduit à questionner l’entrée dans la marginalité, mais également l’organisation, formelle ou informelle, des divers groupes marginaux, au sein desquels on peut occasionnellement observer des « cultures » ou des structures, des signes distinctifs, des normes qui leur sont propres (Freund, 1977). Il semble aussi pertinent de questionner l’agentivité (agency) des individus sur leurs situations de marginalité, que ce soit par des adaptations à la société environnante (Légeret, 2017 [2000]), ou des tentatives pour échapper, subvertir, négocier son état. Enfin, les propositions peuvent s’intéresser aux imaginaires, représentations (Kalifa, 2013) et traitements des marginalités, en se demandant comment peuvent-ils inscrire, renforcer cette position d’écart vis-à-vis de la norme (Foucault, 1961).

 

4. Étudier les normes et marginalités

Cet axe offre la possibilité à certaines propositions de s’inscrire dans une réflexion davantage épistémologique sur les sources et méthodes permettant d’étudier les normes et les marginalités. En effet comment percevoir l’évolution, la transformation ou l’abrogation des normes ? Comment approcher les marginalités à partir de documents qui, émanantgénéralement du « centre » (Farge, 1997), peuvent davantage en révéler le fonctionnement interne que la voix des marginaux ? Qu’en est-il de l’approche des marginalités par les témoignages oraux de leurs acteurs, auxquels il peut être nécessaire de recourir (Joutard, 1977 ; Zinn, 2002 [1980]). Il s’agira d’ouvrir la discussion sur les difficultés liées à l’étude de ces concepts, ainsi que sur les moyens permettant de les contourner.

Si ce panorama et ces quelques pistes de réflexion ont suscité un intérêt chez vous, vous pouvez proposer une communication pour la septième journée d’études des jeunes chercheurs du CRULH, dans l’objectif espéré de mieux saisir, par une réflexion synthétique, les relations ambivalentes qui lient les normes et les marginalités.

Pour répondre à l’appel à communications :

Nous invitons les jeunes chercheurs (doctorants, jeunes docteurs et étudiants en deuxième année de master) à nous faire parvenir une proposition de communication n’excédant pas 3 000 signes, accompagnée d’un CV universitaire, par mail, à l’adresse suivante : collectifcrulh@gmail.com.

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 25 février 2024 (minuit).
Les propositions retenues donneront lieu à des présentations orales de 20 à 25 minutes, suivies de questions.

Une publication des actes de la journée d’études sur le carnet Hypothèses du collectif des jeunes chercheurs du CRULH (https://cjccrulh.hypotheses.org) sera proposée sur le principe du volontariat.

Journée parrainée par : Christine BARRALIS, maîtresse de conférences en histoire médiévale et Delphine FROMENT, maîtresse de conférences en histoire contemporaine

Organisation (collectif des jeunes chercheurs du CRULH) : Julie BELLOTTO, Arthur FAGNOT, Elise BIDON, Raphaël TOURTET, Lylian ETIENNE, Quentin JEANMICHEL, Chloé DAGNOLO.

Télécharger l’appel à communication complet ici.

 

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (xiie-xviie siècles). 2 avril 2024

Journée d’étude – appel à communication

 Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (XIIe-XVIIe siècles)

 2 avril 2024, Maison de la Recherche, salle de colloque 2, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence

Jacques Savary, Le parfait négociant, frontispice de l’édition de 1675 ©BnF

 Université Aix-Marseille, laboratoire du CIELAM
Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

 

Présentation du projet

 Principalement adressée aux littéraires, aux historiens ou encore aux géographes, cette manifestation scientifique proposera une réflexion sur les voyageurs marchands au cours de la période s’étendant du xiie au xviie siècle en se fondant sur un corpus de récits et journaux de voyage, de carnets de bord, de manuels pour marchands, ou encore de notations chiffrées relatives aux transactions commerciales opérées par les voyageurs[1]. Il s’agira d’analyser les récits et retours d’expériences de voyageurs marchands ainsi que la manière dont ceux-ci témoignent de leurs pratiques mais aussi de l’état des voies du commerce, de la création ou de l’évolution de réseaux d’échanges ou encore de la circulation de denrées et d’objets en tous genres.

Argumentaire

S’il existe plusieurs études pluriséculaires sur le commerce international, rares sont celles qui proposent une analyse de l’évolution des pratiques de commerce et de leur représentation sur une large période, du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle. En effet, de nombreux travaux portent sur les impacts de l’ère industrielle et de la mondialisation aux xixe et xxe siècles. Certaines études se sont également consacrées à l’analyse de l’évolution du commerce lors de l’époque moderne. Parmi ces dernières, la plupart se sont concentrées sur une période située soit de l’extrême fin du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle, soit du xviie ou du xviiie siècle à nos jours. Ainsi en est-il de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Les Jeux de l’échange[2] de Fernand Braudel, ou, plus récemment, de Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, xvie-xviiie siècle)[3]. La question spécifique de la circulation d’objets a par ailleurs donné lieu à plusieurs ouvrages collectifs dirigés par Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou[4], qui étudient notamment les phénomènes de transferts culturels et la mondialisation impliqués par ces déplacements. Quant à la période médiévale, elle a souvent fait l’objet d’un traitement indépendant. Ainsi, le système économique médiéval a par exemple été étudié par Jacques Le Goff, dans Le Moyen Âge et l’argent, tandis que les ouvrages Levant trade in the later Middle Agesd’Eliyahu Ashtor et De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge de Jacques Favier ont plus particulièrement analysé les échanges commerciaux entre divers territoires.

En premier lieu, l’originalité de cette journée d’étude réside dans le choix d’une approche pluridisciplinaire pour étudier cette question de l’activité commerciale, qui sera appréhendée non pas uniquement à travers le prisme de l’histoire économique, mais aussi en fonction des représentations qu’en livrent les voyageurs eux-mêmes. Cette perspective implique d’associer par exemple les apports des disciplines de l’histoire et de la littérature, à l’instar de ce qu’ont proposé Ҫınla Akdere et Christine Baron dans Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach[5], en invitant leurs lecteurs à considérer la complémentarité des approches économiques et littéraires et en montrant comment la littérature a pu traiter d’économie dès le Moyen Âge. Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson ont également interrogé les frontières entre l’économie et les textes littéraires entre le xviie et le xixe siècles[6].

En second lieu, cette journée d’étude a pour ambition d’embrasser une large période chronologique, qui s’étendra du xiie au xviie siècle, réunissant le Moyen Âge et la période moderne, généralement traités séparément. Si la majeure partie des écrits viatiques médiévaux qui nous sont parvenus proviennent de pèlerins et de missionnaires, certains marchands, à l’instar du célèbre Marco Polo, ont également pu laisser à la postérité des récits ou des traces écrites de leurs voyages. En outre, le xie et le xiie siècles sont marqués par un essor démographique et urbain important en Occident et par le développement de pôles et d’acteurs majeurs (Venise, Gênes, la ligue hanséatique…) dans le commerce international. D’un point de vue linguistique et littéraire, le tournant du xiie au xiiie siècle peut être intéressant car il mène, selon Friedrich Wolfzettel, à l’émergence d’« un discours du voyageur autonome[7] », notamment du fait de « l’appropriation intellectuelle de l’Asie[8] ».

L’élargissement du territoire des échanges consécutif de la découverte du Nouveau Monde – où se développent par exemple la traite du bois de brésil, de morue et de queues de castors au début du xvie siècle – et l’inflation constante de la production de la littérature viatique tout au long du xviie siècle[9] justifient la prise en compte de la première modernité dans le champ de notre étude. Nous retiendrons la fin du xviie siècle comme borne chronologique finale, la liquidation de la Compagnie des Indes orientales marquant l’avènement d’une nouvelle ère. En effet, la multiplication de compagnies de commerce privées va de pair avec une accélération et une systématisation des échanges qui marquent le développement de ce que d’aucuns ont qualifié de « protomondialisation[10] » ou de « protocapitalisme[11] ».

Axes de recherche

Axe 1 – Les routes terrestres et maritimes

Cet axe est centré autour de l’émergence ou de l’évolution de voies commerciales compte tenu de divers événements historiques, politiques voire religieux. Par exemple, après la prise de Saint-Jean d’Acre, certains voyageurs occidentaux, contraints de traverser des pays musulmans, ont dû avoir recours à des pratiques de dissimulation, comme le fait de prendre l’habit étranger. Juste Lipse, dans sa lettre à Philippe de Lannoy, érigera d’ailleurs en principe fondamental du voyage le fait de masquer son identité pour se déplacer en dehors de son pays[12]. Le développement de voies maritimes a également pu être considéré comme une solution de contournement des voies terrestres. Il s’agira donc d’envisager ces deux types de voies (terrestres et maritimes) et de voir ce qu’elles impliquent en termes de choix stratégiques et d’enjeux. Il conviendra aussi d’analyser les propos des marchands sur la praticabilité des différentes voies et sur les dimensions concrètes liées aux trajets empruntés : conditions de passage des frontières, droits de douane, passeports et laissez-passer, ou encore nécessité de déguisements, voire de réinvention de soi. Les voies maritimes nous permettront aussi d’inclure dans l’analyse le commerce avec l’Amérique.

 

Axe 2 – La circulation de denrées et d’objets

Des études pourront être menées sur la circulation des objets entre les différentes aires géographiques. Il s’agira alors de s’intéresser à la nature des produits acheminés et vendus (pierres précieuses, soies, épices, drogues, aliments…) et d’analyser les spécificités du commerce lié à la vente de tel ou tel objet. Le commerce de matières ou de denrées particulières sous-tend en outre le développement de toute une économie locale (la recherche de diamants en Inde orientale, la culture du sucre aux Antilles…), qu’il sera intéressant d’étudier. Des analyses pourront également être consacrées à la manne économique qu’a pu représenter le commerce international pour les marchands voyageurs et pour les personnes avec qui ils ont fait affaire. L’adoption de nouvelles habitudes de consommation ou le développement de nouveaux métiers impliqués par les circulations de denrées et d’objets pourront aussi être abordés.

 

Axe 3 – Les réseaux et comptoirs commerciaux

 En lien avec les axes 1 et 2, cet axe envisage la création et l’évolution de réseaux commerciaux, plus ou moins spécifiques : réseaux pour la vente d’épices, de soieries, d’animaux. Ainsi, dans le Devisement du monde, Marco Polo évoque par exemple l’export de chevaux arabes depuis la Perse vers l’Inde ou l’océan Indien. De même, Jacques Cartier et, plus tard, Marc Lescarbot font référence à un réseau établi pour la traite du castor et de la morue en Amérique dès le début du xvie siècle. La mise en place du réseau de la traite d’esclaves pourra également faire l’objet d’une étude. Enfin, l’intégration de comptoirs commerciaux au sein des réseaux et la pérennité de ces derniers pourront être analysés.

 

Axe 4 – Les négociations, échanges et monnaies

 Les voyageurs marchands ont nécessairement été confrontés à la question de la conversion et de la monétisation. Dans le Devisement du monde, par exemple, Marco Polo indique plusieurs fois la valeur d’un objet dans une monnaie italienne (le besan d’or, le florin d’or, le marc d’argent…) afin d’offrir à son lecteur la possibilité d’évaluer le marché en Orient. Il explique également à ce dernier le fonctionnement de la monnaie de papier dans l’Empire du Grand Khan ou encore un système de monnaie locale à base de coquillages blancs, dans le Yunnan. Jean-Baptiste Tavernier, quant à lui, insère dans son récit de très nombreuses planches représentant les monnaies des pays d’Orient dans lesquels il commerce. Une attention toute particulière peut ainsi être portée par les commerçants aux monnaies locales et aux pratiques d’échanges et de négociations.

 

Axe 5 – La condition et l’éthos du voyageur marchand

 Cet axe propose d’étudier plus spécifiquement la figure du voyageur marchand, ses pratiques et ses valeurs, en s’attachant à la spécificité de l’expérience marchande en voyage, qui nécessite par exemple le recours à des truchements ou l’apprentissage de langues étrangères. Par ailleurs, en tant que personnes intermédiaires entre plusieurs civilisations, les marchands voyageurs bénéficient parfois de régimes d’exception pour franchir des barrières géographiques, mais aussi civilisationnelles et sociales. En outre, il pourra être intéressant de questionner la représentation que le voyageur fait de son expérience marchande, en restituant notamment certaines scènes de négociation, élaborant dans le récit un éthos de marchand. Ce récit d’activité marchande peut également prendre des allures d’art de marchander dans lequel le voyageur dispense aux futurs voyageurs des conseils pratiques à mettre en œuvre. Enfin, pourront être interrogées les valeurs associées à cette activité marchande, comme celle du profit, et leur compatibilité avec les axiologies catholiques et protestantes.

D’autres réflexions pourront venir étayer les axes de recherche de cette problématique.

 

 Modalités de participation

Les propositions de communication d’environ 300 mots accompagnées d’une brève biobibliographie sont à envoyer aux organisatrices avant le 1er février 2024.

Mathilde MOUGIN, mathilde.mougin@univ-amu.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Modalités de prise en charge

 Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.

Comité scientifique

 Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS)

Danièle James-Raoul (Université Bordeaux Montaigne)

Olivier Raveux (CNRS)

Sylvie Requemora (Aix Marseille université)

[1] Voir par exemple le manuscrit du récit du voyage que Tavernier fait à Berlin : « Récit succint du voyage que moy Tavernier ay fait partant de Paris le 19 avril 1684. Pour aller aupres de son Altesse Electorale de Brandebourg A Berlin », Aix-en Provence, Bibliothèque Méjanes, Ms. 1045.

[2] Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Tome 2, Les Jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1980.

[3] Albrecht Burkardt, Gilles Bertrand et Yves Krumenacker (dir.), Commerce, voyage et expérience religieuse : xvie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

[4] Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, L’Épicerie du monde, Paris, Fayard, 2022 ; Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Le Magasin du monde, Paris, Fayard, 2020. Voir également Christophe Bouneau et Michel Figeac (dir..), Circulation, métissage et culture matérielle (xvie-xxesiècles), Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2017 ou encore Ariane Fennetaux, Anne Marie Miller Blaise et Nancy Oddo (dir.), Objets nomades, Turnhout, Brepols, 2021.

[5] Ҫınla Akdere et Christine Baron, Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach, London, Routledge, 2018.

[6] Voir par exemple Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson, Les Frontières littéraires de l’économie (xviie-xixe siècles), Paris, Éditions Desjonquères, 2008.

[7] Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur, Paris, PUF, 1996, p. 121.

[8] Ibid, p. 121.

[9] Pierre Martino explique qu’« aux environs de 1660, le nombre des relations de voyage doubla tout à coup, et que la faveur du public pour ce genre de livres ne fit que croître ensuite », Pierre Martino, L’Orient dans la littérature française au 17e siècle et au 18e siècle, Genève, Slatkine, [1906] 1970, p. 53.

[10] François Chaubet, « Histoire des mondialisations avant 1820-1840 : mondialisation archaïque et protomondialisation », François Chaubet (éd.), La mondialisation culturelle, Presses Universitaires de France, 2018, p. 9-31.

[11] Roland Pfefferkorn, « Une remontée dans le temps aux sources du capitalisme. Sur Le Premier Âge du capitalisme (1415-1763) d’Alain Bihr », La Pensée, vol. 400, n. 4, 2019, p. 113-121.

[12] « Fay moy le Cretois parmi les Cretois »,art Juste Lipse, « Lettre de Juste Lipse à Philippe de Lannoy du 3 avril 1578 (De Ratione cum fructu peregrinandi), traduite par Anthoine Brun à Lyon (1619) », dans Normand Doiron (éd.), L’art de voyager : le déplacement à l’époque classique, art. cit., p. 215.

Le droit, la justice et la guerre de l’Antiquité au XXIe siècle. Colloque jeunes chercheurs

Le droit, la justice et la guerre de l’Antiquité au XXIe siècle

Appel à communication jusqu’au 8 janvier 2024

 

 

UQAM – Université de Montréal – CIREM 16-18 – GRHS – GRHG

Montréal, 24 et 25 octobre 2024

Colloque jeunes chercheurs du Groupe de Recherche en Histoire de la guerre.

 

Ouvert à tous les étudiants de maîtrise et de doctorat, ainsi qu’aux postdoctorants et aux jeunes docteurs ayant soutenu leur thèse il y a moins de deux ans. Comme les trois premières éditions de ce colloque international, les actes de celui-ci seront publiés dans la collection War Studies des Presses Universitaires du Septentrion.

Les organisateurs proposent également une aide à la mobilité d’un montant de 400$ et qui peut être bonifié selon les situations particulières et les subventions qui seront réunies.

 

À première vue, les notions de justice et de guerre peuvent sembler antinomiques. La conduite de la guerre, qui repose sur la volonté de détruire ou de soumettre l’ennemi, ne répond-elle vraiment à aucune règle ? Peut-elle être associée à cet idéal d’ordre et d’équité caractéristique de la justice ? Pourtant, chaque société a associé les notions de justice, d’ordre et de norme à sa façon de faire et de penser la guerre afin d’en légitimer l’exercice ou d’en encadrer la pratique. Au fil des siècles, acteurs, États, armées ou sociétés invoquent des considérations morales, religieuses et/ou politiques pour justifier le déclenchement des hostilités. La violence inhérente à l’exercice de la guerre conduit également à la nécessité de formuler des règles de conduite durant les affrontements. Ainsi, l’application d’une justice en temps de conflit envers les militaires et les civils, la régulation de la violence de guerre et de la transgression des codes moraux et/ou légaux sont des enjeux à toutes les époques et dans tous les espaces. Les récents conflits sur la scène internationale (de la Syrie à l’Ukraine en passant par le Haut-Karabagh) et les procès pour crime de guerre et crime contre l’humanité (de Nuremberg au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie) montrent qu’il s’agit d’une question d’actualité. Le IVe colloque international « jeunes-chercheur.se.s » d’histoire de la guerre de Montréal propose de revenir sur le lien entre guerre et justice sur la longue durée et dans une optique interdisciplinaire.

Comité scientifique : Jonas Campion (UQTR), Magali Deleuze (RMC Kingston), Benjamin Deruelle (UQAM), Patrick Dramé (UdeS), Marie-Adeline Le Guennec (UQAM), Sophie Hulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Guillaume Pinet (Université de Tours), Valérie Toureille (CY Cergy Paris Université), Quentin Verreycken (UCLouvain).

Comité organisateur : Aurore Kamichetty (UdeM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Riccardo Lancioni (UQAM, Institut d’études politiques de Grenoble), Chloé Poitras-Raymond (UdeM), Rosalie Racine (UdeM), Thomas Vennes (UdeS), Jeremy Walling (UdeM).

Pour plus d’informations, voir l’appel à communication.

ERC AGRELITA : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale

ERC Advanced Grant AGRELITA Project

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities

 

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

https://agrelita.hypotheses.org/

The AGRELITA project ERC n° 101018777 was launched on October 1st 2021. It is a 5-year project (2021-2026) financed on an ERC Advanced Grant 2020 through the European Union’s Research and Innovation Programme Horizon 2020.

 

Journées d’études – Appel à communication

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale :

Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle

 

Jeudi et vendredi 23-24 mai 2024, Lille

Mercredi 29 mai 2024, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de ‛re-naître’ dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse –. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. De nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVesiècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites en langue française, à partir de l’Ovide moralisé, suivi de nombreux remaniements, dont certains contiennent des adaptations françaises du texte de Bersuire. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines, peu présentes dans les premiers romans antiques et dans les premières histoires universelles françaises, entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques… Parmi ces derniers, de nouveaux ouvrages dédiés spécifiquement aux dieux antiques s’écrivent en grand nombre à la fin de la période que nous considérons. Enfin tout au long de cette période, l’exploitation de nouvelles sources, à partir du XVe siècle en langue française, contribue au renouvellement.

Les très nombreux textes où ces divinités apparaissent, avec les illustrations des manuscrits et des imprimés, leur donnent une nouvelle vie plus encore qu’une survie, ou plus exactement de nouvelles vies. Elles sont en effet représentées dans de multiples formes d’écritures et dans des univers tout aussi multiples, dont certains sont éloignés du monde antique. Les métamorphoses de leurs formes par rapport aux traditions antiques, très variées mais non toujours présentes, accompagnent leur intégration dans ces contextes divers. De nouvelles « aventures » leur sont parfois inventées, et même, certes exceptionnellement, de nouveaux dieux antiques sont imaginés. La composition de traités qui leur sont consacrés exclusivement révèle de nouvelles analyses.

À partir d’études de cas, sur une ou sur plusieurs divinités, les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les trois siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation. Elles permettront ainsi de prolonger les recherches sur les modalités et les raisons d’une présence démultipliée des divinités antiques : Pourquoi insuffler une nouvelle actualité à leur mémoire, pourquoi et comment leur redonner une telle présence, leur rendre vie ?

Les propositions, sur des œuvres écrites en latin, en français ou en italien, porteront sur les questions suivantes, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

-Les représentations textuelles des divinités grecques, les formes d’écriture – description, récit, commentaire – déployées à leur sujet

-De la traduction et de la compilation à l’adaptation et à l’invention : reconfigurations d’un savoir hérité

-Les contextes littéraires dans lesquels les auteurs élaborent ces images textuelles

-Les contextes culturels, politiques, les débats dans lesquels les auteurs s’emparent de ces divinités

-Les interprétations de ces divinités et les finalités diverses de leurs évocations – finalités politiques, éthiques, religieuses, scientifiques, poétiques…

-Les représentations visuelles de ces divinités dans les manuscrits puis les imprimés : leurs figurations et leurs significations, leurs liens avec les autres formes de représentations artistiques qui leur sont consacrées

-Les liens entre textes et images dans les manuscrits et les imprimés

-L’appropriation actualisante/anachronique ou au contraire le regard sur l’Antiquité et son altérité dont les images textuelles et visuelles de ces divinités témoignent

– La circulation, la réception et la transformation de ces représentations du XIIe au XVIe siècle : la transmission et le renouvellement de la mémoire de ces divinités

-La transposition de ces divinités dans de nouveaux univers

La journée du mercredi 29 mai 2024 sera consacrée en priorité à des communications en lien avec des ouvrages de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Les propositions sont à adresser (titre et résumé de 200-300 mots) avant le 15 janvier 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux deux adresses suivantes :

catherine-bougassas@orange.fr

catherine.bougassas@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA.

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

[1] Jean Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1993, préface de la seconde édition, p. 11.

Imaginaire et représentation de la flûte, de la Renaissance à nos jours, Poitiers 2024

Appel à communication

Journée d’étude de l’axe Création, corpus, patrimoine du Criham, en collaboration avec le Conservatoire à Rayonnement Régional de Poitiers et le département de Musicologie de l’Université de Poitiers, organisée par Clara Auger, Cécile Auzolle, Yann Bertrand, Nathan Réra (Université de Poitiers / Criham) et Clara Roupie (Université Sorbonne-Nouvelle).

• Appel à communications jusqu’au : 15 décembre 2023

• Date et lieu de la journée d’études : 4 avril 2024, Université de Poitiers

 

Argumentaire

« Je sais noyer le cœur de l’homme et de la bête »1. Imaginaire et représentation de la flûte, de la Renaissance à nos jours

Instrument emblématique de l’aristocratie européenne des Lumières magnifié par Frédéric II de Prusse, mais aussi et depuis toujours associé à la sensualité, voire à l’érotisme, le son de la flûte, de toutes les flûtes, ou encore la figure du ou de la flûtiste, irrigue l’imaginaire des artistes depuis l’Antiquité2. Songeons, par exemple, au Faune dansant, bronze d’Edouard-Louis Lequesne (1851) source d’inspiration, peut-être, de L’Après-midi d’un faune, poème de Claude Mallarmé (1876), devenu pièce orchestrale par Claude Debussy (1894) puis ballet chorégraphié par Vaslav Nijinsky (1912) avant les nombreuses œuvres de Pablo Picasso sur ce même thème comme La joie de vivre (1946) ou la Bacchanale avec un taureau noir (1958).
Quelles en sont les manifestations et le symbolisme aux périodes moderne et contemporaine dans les arts plastiques, le théâtre, le cinéma, la littérature, la poésie ? Comment et selon quels critères a évolué son répertoire et ses usages, des cours et carnavals baroques jusqu’aux musiques actuelles ? Comment la flûte est-elle-même devenue un instrument politique au service de la démocratisation de la musique dans l’éducation nationale française ?
Cette journée d’étude d’un format innovant est conçue dans une volonté de partenariat entre la pédagogie et la recherche à travers la collaboration, à l’Université de Poitiers, du département de musicologie et du centre de recherches en histoire, histoire de l’art, musicologie et anthropologie (Criham) et le Conservatoire à Rayonnement Régional de Poitiers.
Introduite et close par deux conférences-concert d’Alexis Kossenko (flûtiste soliste jouant toutes les flûtes et chef d’orchestre de Les Ambassadeurs-La Grande Écurie) et de François Veilhan (flûtiste soliste spécialiste de musique contemporaine et pédagogue), elle vise à susciter et faire dialoguer des travaux de chercheurs débutants et confirmés avec plusieurs intermèdes donnés par les élèves du CRR et les étudiant.e.s de l’Université. La programmation d’un film étudié lors de la journée d’étude est envisagée au cinéma Le Dietrich le 3 avril.

Se déroulant à l’auditorium du Pavillon Universitaire Musique et Danse le 4 avril 2024 de 9h30 à 20h, la journée d’étude sera ouverte à toutes et tous sur inscription.

 


1 – Jean Richepin, « La Flûte », La chanson des gueux, Paris, Maurice Dreyfous, 1881, p. 39.
2 – Florence Gétreau, Voir la musique, Paris, Citadelles et Mazenod, 2017.

La Bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

Colloque international, université Grenoble Alpes, amphithéâtre de la MSH, 21-22 mars 2024

La Bibliothèque bleue : réemploi et révision textuels

Appel à communications

 

 

La Bibliothèque bleue est une collection de livres à succès qui a abondamment alimenté le marché français de l’édition entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle. Elle doit son nom à l’habitude des imprimeurs de ses débuts de protéger les feuillets fragiles et mal reliés des exemplaires par du papier bleu-gris. Ces ouvrages à l’aspect rudimentaire, accessibles à toutes les bourses et transportables par des colporteurs, ont été produits dans des régions alphabétisées, dans un premier temps la Champagne et la Normandie. Environ cinquante villes ont été impliquées au total, dont dix principales : Troyes, Rouen, Caen, Limoges, Avignon, Toulouse, Orléans, Tours, Lille, Épinal et Montbéliard. Les titres concernés sont au nombre d’environ quatre-cents ; les cent premiers constituent le noyau dur du répertoire. On peut en consulter des exemplaires dans des bibliothèques du monde entier, dont les principales sont, pour la France, la Médiathèque du Grand Troyes (catalogue en ligne avec de nombreuses éditions numérisées), la Bibliothèque du Mucem (catalogue prochainement mis en ligne) et la Bnf, malgré une grande déperdition dans le temps.

Le phénomène éditorial n’a été reconnu que tardivement par la critique comme un objet digne d’étude. Après les travaux d’histoire sociale et d’histoire de la lecture de R. Mandrou dans les années 1960, sont venus ceux d’histoire de la lecture et de l’édition de R. Chartier et ceux d’histoire de l’édition et les analyses littéraires de G. Bollème et de L. Andries à partir des années 1980 jusqu’au début des années 2000. Aujourd’hui on commence à prendre en compte sa dimension provinciale, comme l’attestent les recherches de M.-D. Leclerc et de J.-D. Mellot. On se met aussi à discuter sur ses bornes temporelles. Les spécialistes retiennent traditionnellement l’année 1600, voire précisément le début de l’activité de Nicolas I Oudot (c. 1606-1636) à Troyes, comme terminus a quo. Mais H. Blom remarque à juste titre que les romans produits notamment par Pierre I Rigaud, Jean-Antoine III Huguetan et Claude Chastellard à Lyon sont proches dans leur contenu et leur facture de ceux qui ont été publiés à la même époque par Nicolas I Oudot à Troyes et par Pierre Mullot et les Costé à Rouen, ce qui l’incite à étendre la notion de « Bibliothèque bleue » à des éditions produites à partir des dernières années du XVIe siècle dans ces trois centres. Il nous semble pour notre part que ce n’est qu’avec Nicolas II Oudot (1640-1677) à Troyes que prend forme une volonté de concevoir des éditions pour une diffusion à grande échelle et à faible coût. Alors que son père veillait encore à soigner la facture des romans et des livres de piété qu’il imprimait, à la manière précisément de ses confrères lyonnais et rouennais, N. II sélectionne certes des versions vulgarisées d’anciens titres, produits originellement pour un lectorat restreint, mais les configure pour le grand public. L’identification du terminus ad quem de la collection pose moins de difficultés : la production de livres bleus faiblit considérablement vers 1830 et s’arrête tout à fait au milieu du XIXe siècle. La collection se définit donc par des stratégies d’impression massive et à bas coût en vue de capter un lectorat très large.

Un point en particulier reste mal éclairci par la critique : la façon dont se met en place le mécanisme du réemploi et de la révision textuels. Le réemploi consiste d’abord dans la reprise de titres produits antérieurement. Au début de la collection, dès 1640, on trouve surtout des œuvres composées et remaniées entre le XIVe et le XVIe siècle. Des domaines variés, recouvrant différents genres de textes, sont concernés : l’instruction (abécédaires, arithmétiques, livres de civilité), la morale et la dévotion (œuvres morales, vies de saints, pèlerinages, noëls), les métiers (manuels de botanique, jardinage ou médecine), l’imagination (contes de fées, romans), les pièces à rire (chansons, cris de ville), et même la magie et les sciences occultes (livres de secrets, Prophéties de Nostradamus). Le contenu des textes publiés selon la formule de la Bibliothèque bleue correspond souvent à une forme plus ou moins simplifiée d’ouvrages encyclopédiques relatifs aux domaines correspondants.

Les titres sélectionnés font ensuite l’objet d’une révision plus ou moins importante. Les imprimeurs sollicitent en effet des réviseurs anonymes, qui héritent des techniques de sélection et de vulgarisation des textes mises en œuvre à partir du XVe siècle et qui se sont perfectionnées jusqu’au début du XVIIe siècle. Les modifications opérées peuvent être réparties en trois catégories : celles qui portent sur la structure du texte et sur le péritexte (découpage en sections, chapitres et paragraphes, nombre d’illustrations), celles qui touchent au contenu (suppression, ajout ou transformation de passages, qu’il s’agisse de segments de phrases, d’un ensemble de phrases ou de paragraphes entiers) et celles qui concernent la langue (orthographe, ponctuation, lexique et syntaxe). Concernant les modifications du contenu textuel, R. Chartier remarque le rôle de la censure, qui semble purger progressivement les textes de toute évocation du « bas matériel et corporel » et du blasphème.

Partant du constat d’une cohérence d’ensemble des choix faits pour sélectionner et réviser les œuvres, qui sont d’ailleurs à l’origine de l’existence même d’une collection, nous émettons l’hypothèse qu’un véritable travail d’édition est effectué dans les ateliers des imprimeurs. Contre l’idée d’une inertie de ces derniers, nous souhaitons voir comment se manifeste au plan textuel une volonté de faire des livres que l’on qualifie à raison aujourd’hui « de grande diffusion », plutôt que de « populaires », car les lecteurs n’appartiennent pas nécessairement au peuple. Nous souhaitons centrer l’enquête sur les débuts de la collection (1640-1700), sans exclure les ouvertures au-delà de cette période. Les travaux pourront porter sur un titre en particulier ou un ensemble de titres relatif à un genre, sur les stratégies éditoriales d’un imprimeur en particulier ou d’une dynastie d’imprimeurs ou sur d’autres aspects de la constitution et du développement de la collection. Ils gagneront à adopter une démarche philologique, de façon à fonder de manière solide les analyses du devenir des titres à l’entrée dans la collection (1640-1700) et, si nécessaire, dans les décennies suivantes. Nous invitons à procéder à la comparaison des états textuels avec l’amont (les texte-sources du XVIe siècle et des siècles précédents) et éventuellement avec l’aval (les éditions du XVIIIe siècle).

Toutes les pistes qui permettent de cerner les modalités et les enjeux des choix effectués par les éditeurs de la Bibliothèque bleue sont bonnes à suivre. Plusieurs semblent particulièrement prometteuses :

  • –  le travail de sélection : une fois identifiée l’œuvre à l’origine de tel ou tel titre, il faut déterminer la ou les éditions qu’a pu consulter tel ou tel éditeur ; il s’agit aussi de voir la position de celles-ci dans la tradition textuelle ;
  • –  le travail de révision : il serait bon de repérer les remaniements effectués et d’en identifier la nature, matérielle ou textuelle ; au plan matériel, cela implique d’examiner la mise en page et le péritexte, notamment les illustrations ; au plan textuel, cela amène à voir le découpage en sections, les ajouts ou les suppressions de passages et les choix linguistiques ; il faudrait alors se demander si ces interventions changent la lecture du texte, qu’elles la facilitent ou l’orientent idéologiquement :
  • –  l’évolution du texte ou des textes au sein de la collection : il semble intéressant de comparer les versions d’un même titre entre les différents centres de production et d’un imprimeur à l’autre au sein d’un même centre de production ; cela permettrait de mettre au jour la filiation des éditions bleues et de voir s’il y a ou non une permanence du texte une fois le titre entré dans la collection.

Les propositions de communication, qui prendront la forme d’un résumé de 5 à 10 lignes assorti d’un titre, sont attendues pour le 1er décembre 2023 au plus tard.

 

Comité scientifique

Helwi Blom (Radboud Universiteit)
Marie-Dominique Leclerc (Université de Reims Champagne-Ardenne) Elisa Marazzi (université de Milan)
Jean-Dominique Mellot (Bnf)

Comité d’organisation

Pascale Mounier (université Grenoble Alpes, UMR 5316 Litt&Arts) Pauline Saccol (université Grenoble Alpes, UMR 5316 Litt&Arts)

Contact

mounier.pascale@wanadoo.fr

pauline.saccol@univ-grenoble-alpes.fr

 

Pour plus d’informations, cliquer ici.

Vie musicale et identité urbaine dans la France de la Renaissance

APPEL À COMMUNICATION

Colloque : Vie musicale et identité urbaine dans la France de la Renaissance (c.1500-c.1630)

 

 

Centre d’études supérieures de la Renaissance (8–10 février, 2024)

Organisateurs : Dr Alexander Robinson (CESR, Marie Skłodowska-Curie Postdoctoral Fellow) et Prof. Philippe Vendrix (CESR- CNRS)

Concert (vendredi 9 février 2024) : Musiques pour l’entrée en Avignon de Marie de Médicis (1600)
Ensemble Clément Janequin – Les Sonadori – Les Sacqueboutiers
Espace Josephine Baker, Chapelle du Conservatoire, Tours

La place remarquable de la France dans l’histoire de la musique de la Renaissance est indéniable. Ses compositeurs, qu’ils y soient nés ou qu’ils y aient travaillé, comptent parmi les plus célèbres de l’époque : Du Fay, Ockeghem, Josquin, Mouton, Janequin et Lassus. La contribution de la France à l’évolution de certains genres, comme la chanson, n’est pas moins importante. Mais l’histoire musicale française de cette époque comporte une autre facette : celle de l’environnement urbain. Quelle est la musique qui caractérise la vie quotidienne en France pendant la Renaissance ? Quelle musique entendait-on, par exemple, dans les rues ou dans les petits établissements ecclésiastiques de ce pays ? Qui étaient les musiciens responsables de cette musique ? Comment la musique a-t-elle été utilisée par les villes françaises dans la construction de leurs identités civiques ? Quel rôle la musique a-t-elle joué dans la politique populaire de cette époque ?

Ce colloque vise à explorer de telles questions dans le but d’étendre les connaissances actuelles sur la vie musicale en France entre c.1500 et c.1630. Des recherches musicologiques ont déjà été effectuées pour certaines villes françaises de l’époque, comme Paris, Lyon et Toulouse (grâce aux travaux de chercheurs comme François Lesure, Frank Dobbins et Luc Charles- Dominique). Pour de nombreuses villes, cependant, le peu que l’on sait sur ce sujet repose encore souvent sur les travaux d’historiens locaux du XIXe siècle ; dans d’autres cas, la situation reste presque totalement inexplorée. Afin de combler cette lacune, ce colloque sollicite des propositions sur les sujets suivants (sans toutefois s’y limiter) :

  • –  Les ménétriers et les musiciens qui ont contribué à la vie musicale urbaine de la France à cette époque (dont trompettes de ville, instrumentistes rattachés à des corporations, etc.)
  • –  La vie musicale et/ou le personnel des institutions sacrées d’une ville (cathédrales, collégiales, confréries, etc.)
  • –  Questions relatives au répertoire interprété par de tels musiciens
  • –  L’utilisation de la musique dans les fêtes urbaines, que ce soit dans le cadre de certains événements annuels (comme les processions) ou occasionnels (comme les entrées cérémonielles)
  • –  Les façons dont la musique a contribué à la construction de l’identité civique
  • –  Les liens entre la musique et la politique au niveau urbain, aussi dans le contexte des événements qui se déroulent au niveau national ou même international.Si vous souhaitez proposer une communication de 20 minutes, veuillez envoyer un bref résumé (environ 250 mots) et un bref CV à Alexander Robinson (alexander.robinson@univ-tours.fr).

La date limite pour soumettre des propositions est fixée au 30 septembre 2023. Certaines des communications sélectionnées pour ce colloque seront publiées dans un volume coédité par les organisateurs pour Brepols dans le cadre de la série « Épitome Musical ». Le colloque sera complété par un concert de reconstitution de musiques entendues lors de l’entrée de Marie de Médicis à Avignon en 1600, interprétées par trois groupes français de renommée internationale : Ensemble Clément Janequin, Les Sonadori, et Les Sacqueboutiers. Ce concert aura lieu à l’Espace Joséphine Baker – Chapelle Du Conservatoire Tours (37000) le vendredi 9 février 2024.

*****

France’s remarkable place in the history of music during the Renaissance period is undeniable. Indeed, its composers – both those who were born there or those who worked in this region – encompass some of the era’s most celebrated names, like Du Fay, Ockeghem, Josquin, Mouton, Janequin, and Lassus. No less important was France’s contribution to the evolvement of certain genres such as the chanson. Yet there is another side to France’s musical history from this time: that of the urban environment. What was the music which characterised everyday life in France during the Renaissance period? What music, for example, was heard on the streets or in the country’s smaller ecclesiastical establishments? Who were the musicians responsible for making such music? Equally, how was music used by French towns and cities in the construction of their civic identity? What role did music play in the popular politics of this time?

This conference seeks to explore such questions with the aim of extending current knowledge of France’s musical life between c.1500 and c.1630. Previous musicological work has already been done for certain French cities at this time, like Paris, Lyon and Toulouse (through the work of scholars like François Lesure, Frank Dobbins, and Luc Charles-Dominique). For many cities and towns, however, what little is known about this subject still often relies on the scholarship of nineteenth-century local historians; in other cases, the situation remains almost completely unexplored. In order to address this lacuna, this conference invites proposals on topics including (but not restricted to) the following:

  • –  Minstrels and musicians who contributed to France’s urban musical culture in any city or town during this period (city trumpeters, instrumentalists attached to guilds, etc.)
  • –  The musical life and/or personnel of a given city’s/town’s sacred institutions(cathedrals, collegiate churches, confraternities, and so on)
  • –  Questions regarding the repertoire performed by these musicians
  • –  The use of music in civic festivals, both within certain annual events (like processions) and occasional events (like ceremonial entries)
  • –  Ways in which music contributed to the construction of civic identity
  • –  The link between music and politics on an urban level, also in the context of events going on at a national or even international levelIf you would like to propose a 20-minute paper, please send a brief abstract (c. 250 words) and a short CV to Alexander Robinson (alexander.robinson@univ-tours.fr). The deadline for submitting proposals is 30 September 2023. Some of the papers selected for this conference will be published in a volume co-edited by the organisers for Brepols as part of the “Épitome Musical” series. Further information about the programme, registration, travel and accommodation will be announced after that date. The conference will be supplemented by a concert reconstruction of music heard in Maria de’ Medici’s Avignon entry of 1600, performed by three internationally renowned French early music groups: Ensemble Clément Janequin, Les Sonadori, and Les Sacqueboutiers. This concert will take place at the Espace Josephine Baker – Chapelle Du Conservatoire Tours (37000) on Friday 9 February 2024.

La culture médiévale à la Renaissance

La culture médiévale à la Renaissance

 Paris, 4-6 juillet 2024

Colloque international organisé dans le cadre de la SFDES par Adeline Desbois-Ientile (Sorbonne Université), Nicolas Le Cadet (Université Paris-Est Créteil) et Sandra Provini (Université de Rouen)

Comité scientifique : Carlo Bosi (Université de Salzbourg), Luisa Capodieci (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Benjamin Deruelle (Université du Québec à Montréal), Estelle Doudet (Université de Lausanne), Frédéric Duval (École nationale des chartes), Véronique Ferrer (Université Paris Nanterre), Rémi Jimenes (Université de Tours – CESR), Virginie Leroux (École Pratique des Hautes Études), Nicolas Lombart (Université d’Orléans), Pascale Mounier (Université Grenoble Alpes)

Appel à communication

Quelle était la culture médiévale des hommes et des femmes du XVIe siècle ? L’intitulé du colloque pose implicitement l’existence d’une frontière entre Moyen Âge et Renaissance, évidemment difficile à fixer. Les travaux en cours dans le cadre du projet « Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique[1] » (Paris Nanterre et Paris 8) mettent en évidence à la fois la force et la fragilité de la notion même de Renaissance : concept opératoire pour désigner le renouveau culturel des lettres et des arts alimenté par le retour à l’Antiquité, la diffusion de l’humanisme et le développement de l’imprimerie, la « Renaissance » – terme inventé au XIXe siècle – n’en reste pas moins floue quant à ses bornes. Ces dernières décennies, un intérêt grandissant pour les années 1500, aussi bien du côté des seiziémistes que des médiévistes, a permis d’y voir une période charnière incarnant non pas tant la rupture que la continuité entre Moyen Âge et Renaissance[2]. Certains auteurs de cette époque incarnent ainsi, tantôt le crépuscule du Moyen Âge, tantôt l’aube de la Renaissance, tantôt les deux, à l’image de Lemaire de Belges, décrit depuis longtemps déjà par Henri Guy comme un « poète [qui], comme Janus, regarde en avant et en arrière[3] ».

Il n’en reste pas moins que plusieurs auteurs, en France, à partir des années 1530 et surtout 1550, ont eux-mêmes posé l’existence d’une rupture entre les « ténèbres plus que cimmériennes des temps gothiques » (Rabelais), produisant des « épiceries » (Du Bellay), et la lumière des temps modernes. Citons, après Arlette Jouanna, les propos éloquents de Pierre Belon du Mans dans ses Observations de plusieurs singularitez et choses memorables de 1553 :

« De là est ensuyvi que les esprits des hommes qui auparavant estoyent comme endormiz et detenuz assopiz en un profond sommeil d’ancienne ignorance, ont commencé à s’esveiller et sortir des ténèbres ou si long temps estoyent demeurez enseveliz, et en sortant ont jecté hors et tiré en évidence toutes especes de bonnes disciplines : lesquelles à leur tant heureuse et désirable renaissance, tout ainsi que les nouvelles plantes après l’aspre saison de l’hiver reprennent leur vigueur à la chaleur du Soleil et sont consolées de la doulceur du printemps, semblablement ayant trouvé un incomparable Mecenas et favorable restaurateur si propice, n’arresterent gueres à pulluler et à produire leurs bourgeons[4] ».

On observe de ce fait une tension entre le discours de ces auteurs, relayé par nos communautés universitaires encore largement divisées entre « médiévistes » et « seiziémistes », et les pratiques en usage à la Renaissance, qui révèlent en réalité la présence, parfois latente, d’une culture médiévale encore prégnante. C’est en partie vrai également pour les poètes de la Pléiade, qui rejettent les genres poétiques traditionnels tout en recourant à des archaïsmes de langue qui maintiennent un lien avec ces formes littéraires plus anciennes[5].

On définira ici le Moyen Âge par défaut, comme tout ce qui est perçu à la Renaissance comme n’étant ni antique ni moderne, en somme comme le passé non antique. Les frontières du « Moyen Âge » ainsi conçu peuvent différer de celles qu’on en donne aujourd’hui, mais aussi d’un individu à l’autre, et l’on pourra s’interroger, en particulier, sur la manière dont les humanistes ont considéré les penseurs des siècles antérieurs à eux. L’unité même de la période pose problème : parler de « culture médiévale » reste en partie factice, tant l’objet ainsi défini est vaste et hétérogène (aussi bien du point de vue chronologique que géographique), mais ce qui est à penser, c’est le rapport des hommes et des femmes de la Renaissance avec leur propre passé, tantôt rejeté, tantôt secrètement imité, tantôt ouvertement recherché, tantôt historicisé. L’objet du colloque n’est donc pas centré au premier chef ni sur la périodisation, ni sur la réception du Moyen Âge à la Renaissance (qui sera en partie l’objet du colloque de mai 2023 de l’AIEMF : Lire le moyen français après le moyen français. La réception postmédiévale de la littérature française des XIVe et XVsiècles) : il s’agit avant tout d’examiner ce que la représentation du Moyen Âge à la Renaissance peut nous apprendre sur la culture de la Renaissance elle-même.

L’approche dépasse ainsi le seul champ de la littérature pour englober l’histoire, les arts et les savoirs. Les supports de la culture médiévale à la Renaissance sont multiples, depuis les textes, commentaires et éditions qui la diffusent, jusqu’à l’enseignement dans les collèges, l’iconographie, les airs de chansons. La problématique que nous voudrions poser est celle d’une culture médiévale affichée ou au contraire masquée, des raisons qui motivent ces choix, des conséquences qu’ils impliquent pour notre compréhension de la culture de la Renaissance. D’un côté, Rabelais opte pour les caractères gothiques dans les éditions successives qu’il propose de Pantagruel et de Gargantua, y compris dans celles de 1542, à un moment où le romain s’est largement imposé en typographie pour la prose ; de l’autre, Michel d’Amboise répond aux Héroïdes en affichant un retour direct à la source antique, mais sa lecture du texte ovidien est en réalité guidée par des réécritures intermédiaires, en l’occurrence leur traduction par Octovien de Saint-Gelais (1496) et des romans du XVe siècle (Raoul Lefèvre).

Au cours du XVIe siècle, il semblerait qu’une rupture se soit produite dans le rapport entretenu avec le Moyen Âge, cette rupture pouvant se situer à des moments différents en fonction des champs disciplinaires, et se poser sous des formes différentes. Pour le dire schématiquement, les premières décennies du siècle permettent de penser la continuité entre Moyen Âge et Renaissance. Cette continuité se perçoit dans les nombreuses éditions de textes médiévaux, dans le maintien des caractères gothiques en typographie et de certaines pratiques poétiques (puys et jeux floraux), dans la vitalité de certains genres littéraires (rondeaux, ballades, chants royaux en poésie, genre du débat, songe allégorique, roman de chevalerie, théâtre des farces, sotties, moralités), dans le triomphe de la polyphonie en musique, dans les œuvres d’auteurs et d’artistes fortement empreints d’une culture médiévale tout en présentant des traits modernes, humanistes, italianisants, dans l’existence d’un corpus de référence ininterrompu faisant de certains auteurs médiévaux des auctoritates[6].

Après 1550, en littérature, il semblerait que la rupture soit consommée. Le triomphe du sonnet et de l’alexandrin remise au placard les formes anciennes. Chez les historiens, à partir de 1560, « la nécessité se fait sentir de réinterpréter l’histoire du Moyen Âge », en particulier dans le but de « rattacher l’histoire de France à ses origines pour en justifier la monarchie, l’Église et toutes les autres institutions[7] ». Le Moyen Âge est ainsi constitué en objet par les historiens de la France (Pasquier 1560, Du Haillan 1576, La Popelinière 1599), mais aussi par ceux de la littérature comme Fauchet qui publie la première histoire de la poésie française avant 1300 (Recueil de l’origine de la langue et poésie française, 1581). Cette rupture, perceptible dans le champ de l’histoire et des lettres, l’est-elle également dans les autres arts et savoirs ? Comment s’articule-t-elle avec les évolutions dans l’histoire de l’imprimerie ?

L’observation d’une présence – explicite ou implicite – ou d’une absence des références médiévales est le préalable à une réflexion sur leurs enjeux sous-jacents, et l’objet de ce colloque se réduit sans doute en définitive à cette seule question : qu’il y ait continuité ou rupture dans les pratiques, permanence ou renouvellement des corpus de référence et des méthodes, quelle place les œuvres et les auteurs du Moyen Âge occupent-ils dans la réflexion épistémologique et dans la création littéraire et artistique de la Renaissance ? Cette question peut être déclinée à l’envi pour toutes les disciplines et vise simplement à amorcer la réflexion sur la place que les hommes et femmes du XVIe siècle accordent au passé non antique, et sur le rôle qu’ils lui donnent dans la définition de leurs propres méthodes et pratiques.

Les propositions de communication, d’une longueur de 1000 signes environ, accompagnées d’une bio-bibliographie, sont à adresser avant le 1er juin 2023 aux trois organisateurs : adeline.desbois@sorbonne-universite.fr, nicolas.lecadet@u-pec.fr, sandra.provini@univ-rouen.fr

[1] https://www.renaissances-upl.com/

[2] Sur cette question, voir notamment : Jean-Claude Mühlethaler dans les pages qui ouvrent le n° 38 de Versants, « Passages : du Moyen Âge à la Renaissance », 2000 ; Entre Moyen Âge et Renaissance : continuités et ruptures. L’héroïque. En hommage à Éric Hicks. Partie thématique sous la direction de Denis Bjaï et Bernard Ribémont, « Cahiers de Recherches Médiévales (XIIe-XVe siècles) », n° 11 spécial, année 2004 ; Michèle Gueret-Laferte et Claudine Poulouin (dir.), L’accès aux textes médiévaux de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2012 ; Jean-Marie Le Gall, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, PUF, 2018, en particulier le chapitre « Long Moyen Âge ou renaissances médiévales ? » ; Renaud Adam et al., Les lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, Paris, Classiques Garnier, 2020.

[3] Henri Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, t.1, L’École des Rhétoriqueurs, Paris, Champion, 1910.

[4] Arlette Jouanna, « La notion de Renaissance : réflexions sur un paradoxe historiographique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2002/5 (no49-4bis), p. 5-16.

[5] Olivier Halévy, « L’invention de l’archaïsme : illustration linguistique et “langage ancien” autour de 1550 », dans Laure Himy-Piéri et Stéphane Macé (dir.), Stylistique de l’archaïsme, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, p. 121-150.

[6] Frédéric Duval, Lectures françaises de la fin du Moyen âge : petite anthologie commentée de succès littéraires, Genève, Droz, 2007.

[7] George Huppert, The Idea of Perfect History. Historical Erudition and Historical Philosophy in Renaissance France, Urbana/Chicago/London, University of Illinois Press, 1970 ; traduction française par Françoise et Paulette Braudel : L’idée de l’histoire parfaite, Paris, Flammarion, 1973, ici p. 34.

Guillaume Cretin

APPEL À COMMUNICATION

Journée d’étude organisée par Ellen Delvallée (CNRS) 13 janvier 2023, Université Grenoble Alpes

Guillaume Cretin

 

Sous les règnes de Louis XII et de François Ier, Guillaume Cretin fut poète de cour, épistolier, historiographe, chanoine et trésorier à Vincennes, chantre de la Sainte Chapelle, mais aussi aumônier ordinaire du roi. Comptant parmi les plus illustres écrivains de son temps, reconnu comme pair ou maître par des auteurs tels Jean Molinet, Jean Lemaire de Belges, Geoffroy Tory ou encore Clément Marot, « Cretin qui tant scavoit » (selon l’épitaphe de La Suite de l’Adolescence clémentine) a sans doute le plus pâti du mépris dont ont longtemps souffert les Rhétoriqueurs. L’édition partielle et partiale de sa Chronique françoyse, par Henry Guy, au début du XXe siècle, en est l’exemple le plus spectaculaire – heureusement équilibré par la solide édition de ses œuvres poétiques offerte par Kathleen Chesney. C’est surtout en tant que virtuose de la rime équivoquée qu’il semble frappé par le dédain associé aux Rhétoriqueurs et aux formes les plus exubérantes de la métrique. Le regain des études sur ce groupe d’auteurs mal nommés, depuis les années 1970, et en particulier l’étude fondamentale de François Cornilliat sur la valeur de ces ornements n’y ont suffi : contrairement à ses homologues bourguignons ou à d’autres écrivains de cours tels La Vigne, Gringore ou Jean Marot, seule une poignée d’études est consacrée à Cretin.
Pourtant, il n’est pas rare de croiser son nom ou bien un aspect de sa production dans des monographies aux sujets très différents : sur la poésie mariale (Gérard Gros et Denis Hüe), la déploration funèbre (Christine Martineau-Genieys), le genre épistolaire (Pauline Dorio) ou encore l’historiographie (Colette Beaune). Ce relevé souligne la variété de la production de Cretin, et signale également, à chaque fois, son rôle fondamental au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance, que ce soit en marquant d’une empreinte humaniste la poésie des Puys, en renouvelant la poésie funèbre dans un sens chrétien, en figurant parmi les fondateurs du genre épistolaire en poésie ou encore en synthétisant nombre de symboles de la monarchie française, établis au Moyen Âge, dans la chronique qu’il rédige pour le jeune François Ier. Par bien des aspects de son œuvre, Guillaume Cretin apparaît donc comme une figure essentielle pour comprendre les transformations et explorations littéraires du début du XVIe siècle. C’est pourquoi cette journée d’étude propose, pour la première fois, non seulement de placer cet auteur au centre des études, mais aussi de considérer l’ensemble de son œuvre, des plus brefs rondeaux aux cinq livres de la Chronique françoyse, tout en abordant ses rapports avec le théâtre, la musique ou les autres arts.
L’œuvre et la carrière de Cretin pourront faire l’objet de différentes approches, ici proposées de manière non exclusive :
une inspiration entre Moyen Âge et de la Renaissance : de la poésie mariale aux épîtres familières, en passant par les pièces historiques ou même par un « jeu » non conservé, l’œuvre de Cretin présente de multiples formes ou sources d’inspiration, puisant à des traditions plus ou moins lointaines et plus ou moins vivaces. Peut-on caractériser l’un des aspects du travail de Cretin ou bien est-il possible de déterminer des constantes dans ce corpus protéiforme, au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance ?
approche métrique et rhétorique : la postérité de Cretin repose en grande partie sur son usage des rimes extraordinaires, et en particulier de la rime équivoquée. Comment comprendre cet usage poétique, notamment en fonction des genres pratiqués et des buts rhétoriques assignés à chacun des textes ?

 

Cretin et ses réseaux : que ce soit en communiquant avec ses pairs (Molinet, La Jaille, Charbonnier…), en les traduisant (Andrelini), en les promouvant (Lemaire) ou en concourant avec eux (aux Puys mariaux), Cretin n’a semble-t-il jamais conçu son activité d’écrivain dans l’isolement, même (et surtout) lorsqu’il était retiré de la cour. En quoi la conception d’une écriture profondément intertextuelle éclaire-t-elle son esthétique ?

Cretin et les arts : les réseaux de Cretin ne se limitent pas aux hommes de lettres et le chanoine et chantre a aussi côtoyé des musiciens (comme Ockeghem ou Lourdaut à qui il rend hommage). D’autres rapports de Cretin aux arts de son temps peuvent également être étudiés à travers les enluminures de sa Chronique ou bien dans les poèmes des Puys par exemple.
la diffusion de son œuvre : avant ou après l’édition de François Charbonnier de 1527, comment l’œuvre de Cretin s’est-elle diffusée au XVIe siècle, dans les manuscrits ou les imprimés, seule ou accompagnée d’autres textes ? En quoi cela renseigne-t-il sur la réception de cet auteur ?
La journée d’étude se tiendra à l’université Grenoble Alpes le vendredi 13 janvier 2023. Nous vous remercions d’envoyer vos propositions de communication (300 mots maximum)
à Ellen Delvallée (ellen.delvallee@univ-grenoble-alpes.fr) avant le 15 juillet.
Comité scientifique :
Antoine BRIX (Université de Namur)
Estelle DOUDET (Université de Lausanne)

Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe

Colloque international – Appel à communications

 

Métamorphoses et usages d’un même passé et formation des identités en Europe du XIVe siècle jusqu’aux années 1980 : partages, concurrences ou conflits des mémoires 

 

14-15 septembre 2023,

Lille, Palais des Beaux Arts

 

Organisation : Catherine Gaullier-Bougassas

 

 

Le programme de recherche ERC AGRELITA (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities) est un programme de recherche transdisciplinaire : littérature, histoire de l’art, histoire politique, culturelle et sociale, memory studies, European studies. Il travaille sur les différents modes de réception de l’Antiquité grecque à l’ère prémoderne (1320-1550) et analyse comment la création de mémoires de la Grèce ancienne dans les cultures textuelle et visuelle a été exploitée pour conforter la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux (local, régional, (pré)-national, transnational et européen) dans l’Europe occidentale des années 1320 aux années 1550.

Avec le colloque de septembre 2023, AGRELITA souhaite élargir la réflexion sur cette question des usages d’un même passé recomposé/réinventé pour la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux, en l’ouvrant :

-à d’autres passés (antiques, médiévaux ou modernes)

-à une durée plus large de réception et d’exploitation de ces passés, du XIVe siècle jusqu’aux années 1980, et dans toute l’Europe.

Autrement dit, il s’agira d’explorer comment, à la même époque ou à des époques différentes, un même passé réinterprété voire réinventé peut servir à la formation de plusieurs identités politiques : un même passé peut être instrumentalisé pour renforcer l’identité d’une entité politique particulière, fédérer les éléments qui la composent, l’imposer face à d’autres pouvoirs politiques concurrents, ou bien pour unir plusieurs entités politiques, créer une mémoire partagée, supranationale et particulièrement européenne.

La périodisation choisie prend le XIVe siècle pour point de départ, car une exploitation de plus en plus soutenue du passé voit alors le jour dans les pratiques politiques et dans les lettres et les arts, et on assiste aussi à des affirmations plus fortes d’identités politiques et culturelles (tant locales, régionales que pré-nationales), ainsi qu’à de nouvelles expressions de l’idée d’Europe, particulièrement dans le contexte de la mobilisation contre les Ottomans.

Les années 1980 ont été choisies pour le terminus ad quem car elles voient l’émergence de nouveaux rapports au passé (le nouveau « régime d’historicité » du « présentisme », F. Hartog) et à la mémoire. Elles constituent le début d’une période marquée par la multiplication des lectures et des exploitations du passé par des acteurs de plus en plus divers, d’où la naissance de nouvelles formes de rivalités mémorielles et aussi de partages de mémoires. Elles précèdent l’élargissement à l’est de la construction européenne, un mouvement de réinterprétation de nombreuses histoires nationales et dans le même temps la mise en œuvre de politiques incitatives pour conforter la formation de mémoires transnationales et d’une mémoire européenne. Elles sont aussi le début de phénomènes de globalisation et de création d’une mémoire mondiale.

Les politiques et usages de la mémoire, qu’ils émanent de pouvoirs politiques, de communautés, d’associations et acteurs de plus en plus divers ont suscité et suscitent encore de nombreuses études relatives à l’histoire contemporaine, avec la question des interactions entre les identités politiques régionales, nationales et transnationales.

Les exploitations comme outils politiques du passé et de la mémoire que l’on s’en crée ont bien entendu existé depuis des siècles, avec des formes et des moyens qui ont connu de profondes variations, et de nombreuses études ont aussi été consacrées à l’élaboration de mémoires qui confortent les identités nationales en cours de construction à l’époque moderne, ainsi qu’aux expressions de l’idée européenne. La publication en six volumes dirigés par S. Berger et J. K. Olick, A Cultural History of Memory (2020) a récemment mis en lumière l’évolution des différentes formes de la mémoire de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Dans ces études sur la mémoire, les interactions entre identités régionales, nationales et transnationales sont un champ où des investigations nous semblent encore à mener, et cela particulièrement en lien avec la question précise que nous lui associons pour ce colloque : les métamorphoses et les usages de la mémoire d’un même passé par des acteurs différents, sur la longue durée qui va du XIVe siècle aux années 1980.

AGRELITA s’adresse ainsi à des chercheurs spécialistes de disciplines différentes (littérature, histoire, histoire de l’art, archéologie, géographie, philosophie, sociologie, sciences politiques, anthropologie, memory studies, European studies) et d’époques différentes sur toute l’aire géographique européenne ; AGRELITA espère, par cette approche pluridisciplinaire et par le croisement des analyses, des perspectives et des concepts, apporter une contribution nouvelle sur cette question.

Il s’agira donc de réfléchir sur :

-les dynamiques d’élaboration de mémoires plurielles d’un même passé et leurs liens avec la formation de plusieurs identités politiques et culturelles

Les instrumentalisations partagées, complémentaires, concurrentes ou conflictuelles d’un même passé par des acteurs divers, pour l’affirmation de plusieurs identités politiques et culturelles, révèlent des stratégies variées (mise en récits, en discours, en images, en spectacles, constitution de symboles, commémoration, patrimonialisation, muséification…) sur lesquelles on s’interrogera. On analysera les modalités de réception, de recomposition et de réinterprétation, parfois même d’imagination, qui sont elles aussi très diverses et qui manifestent les différentes valeurs attribuées au passé dans la mémoire.

les interactions entre des identités locales, régionales, (pré-)nationales et transnationales telles qu’elles s’affirment à travers les exploitations convergentes ou différenciées d’un même passé. Autrement dit, comment, confrontée à une mise en question des valeurs qu’on attribue au passé, la mémoire est modifiée par des acteurs et pour des publics divers, pour construire, affirmer, infléchir, renouveler des identités politiques et culturelles, comment les métamorphoses et les usages d’un même passé répondent à un renouvellement ou un changement identitaire.

On s’interrogera tant sur les mémoires concurrentes d’un même passé que sur l’essor, durant la période donnée, de mémoires et d’identités transnationales, sur la conciliation ou l’absence de conciliation de ces dernières avec les autres mémoires et identités. Ces mémoires transnationales s’affirment alors comme des mémoires partagées entre deux ou plusieurs communautés politiques (par exemple mémoires partagées d’un souverain ; mémoires de guerres : conflictuelles puis réconciliées) et/ou comme une mémoire européenne en lien avec l’affirmation de l’idée d’Europe.

les périodes historiques, les événements, les mouvements de pensée, les personnages, les lieux qui ont suscité des appropriations différenciées ou convergentes par deux ou plusieurs communautés politiques et culturelles : les enjeux mémoriels de périodes, événements, figures, lieux controversés ; les enjeux mémoriels aussi de périodes, événements, figures, lieux que plusieurs communautés s’approprient comme communes pour se forger une mémoire partagée et conforter des identités transnationales.

Les interventions porteront ainsi sur la pluralité des usages mémoriels d’un même passé à travers deux exemples ou plus, dans le but d’analyser comment les mémoires recomposées d’un même passé permettent d’inventer, de réinterpréter, de renforcer une et/ou des identité(s) particulière(s), et/ou de créer une mémoire transnationale et particulièrement européenne.

Comité scientifique

Martine Benoît, Université de Lille

Stefan Berger, Ruhr-Universität Bochum

Hélène Casanova-Robin, Sorbonne Université

Gerard Delanty, University of Sussex

Sophie Duchesne, Sciences Po Bordeaux

François Hartog, École des hautes études en sciences sociales

Tuuli Lähdesmäki, University of Jyväskylä

Elena Musiani, Università degli Studi di Bologna

Cédric Passard, Sciences Po Lille, Université de Lille

Alain Schnapp, Université Panthéon-Sorbonne

Aline Sierp, University of Maastricht

Les propositions sont à adresser (titre et une dizaine de lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 15 septembre 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes :

catherine.bougassas@univ-lille.fr

erc-agrelita@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille.

Les articles issus des contributions seront publiés. Les articles seront à rendre pour le 15 février 2024.

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

 

économie des risques aux époques médiévale et moderne

La 10e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse (Piémont, Italie) les 26, 27 et 28 août 2022. La thématique retenue cette année – « Economie des risques aux époques médiévale et moderne : nature, gestion et conséquence de l’aléa » est à la croisée de l’histoire économique, culturelle et environnementale.

            L’action économique implique en effet de mobiliser des compétences ou des savoirs pratiques ou théoriques qui permettent de prendre en compte, de gérer et de répartir les risques, qu’il s’agisse des risques de la production et de son stockage, de ceux liés à la mise en circulation des hommes et des marchandises, ou encore de ceux inhérents à des facteurs exogènes tels que les périls sanitaires, l’environnement, le climat, et même les conflits militaires ou les décisions politiques. La réflexion sur cette notion et sur les attitudes des sociétés médiévales et modernes est en cours de renouvellement.

            Cette thématique permettra également de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (la valeur des choses, la pauvreté, les biens communs, les moyens de paiement, la qualité, l’organisation du travail, les écritures de l’économie, entreprendre, la circulation des savoirs et dynamiques économiques).

Institutions partenaires

            L’école d’été d’histoire économique rassemblera des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des chercheurs postdoctoraux, et des doctorants de toutes nationalités. Les institutions partenaires sont l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, l’EPHE, les Archives Nationales et le CNRS. Les laboratoires impliqués sont les suivants : LAMOP (UMR 8589, Paris 1/CNRS), FRAMESPA (UMR 5136, Toulouse 2/CNRS), IDHE.S (UMR 8533 Paris 1, Paris-Nanterre, ENS Cachan/CNRS), SAPRAT (EA 4116 EPHE), BETA (UMR 7522, Strasbourg, Lorraine, Inrae/CNRS). La manifestation reçoit également l’appui financier du LabEx HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances) et se déroule sous le patronage de l’Association Française d’Histoire économique (AFHé).

Organisateurs / comité scientifique

Michela Barbot (CNRS ENS Cachan, Idhes), Patrice Baubeau (Univ. Paris-Nanterre, Idhes), Marc Bompaire (EPHE, Saprat), Julie Claustre (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Anne Conchon (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Idhes), Laurent Feller (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Agnès Gramain (Université de Lorraine, Beta), Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès, Framespa), Jean-François Moufflet (Archives Nationales).

Dates et lieu

Suse (Piémont, Italie) du 26 au 28 août 2022

(arrivée des participants le 25 août dans l’après midi. Nuit d’hébergement supplémentaire prise en charge si départ le 29 août)

Objectifs et nature de l’opération

            La nature du thème implique, outre la mobilisation d’historiens médiévistes et modernistes, la présence d’économistes et de sociologues spécialisés dans l’étude de la vie économique. La méthode proposée est de faire présenter une série d’exposés par des spécialistes et de les mettre en débat. Elle permet également de faire dialoguer médiévistes et modernistes et comparer l’avancée de leurs réflexions sur un thème donné, voire d’infléchir les doctrines. Le but poursuivi est d’approfondir nos connaissances et nos réflexions tout en permettant à des doctorants ou à des postdoctorants de s’associer aux travaux par une participation active. La partition des doctorants et postdoctorants prendra la forme d’exposés et de prises de paroles dans le débat suivant les interventions.

Projet scientifique
Programme

Modalités d’inscription pour les doctorants / postdoctorants

Des places sont disponibles pour les jeunes chercheurs – doctorants ou post-doctorants – en histoire économique médiévale et moderne, en économie ou en sociologie. Les langues de travail étant l’anglais et le français, les candidats devront avoir une connaissance minimale des deux langues (l’expression orale se fera dans la langue de son choix).

Il sera demandé aux candidats une communication orale de 15 minutes en rapport avec le sujet des journées. Cette communication se fera à partir de la présentation d’un fonds d’archives ou d’une source d’histoire économique qui a été au cœur de leur recherche.

L’organisation prendra en charge l’intégralité du séjour sur place. Les frais de déplacement (aller-retour) seront remboursés jusqu’à 200 euros.

Le nombre des places étant limité, les candidatures seront examinées par un comité de sélection composé des organisateurs scientifiques des journées.

Le dossier (en anglais ou en français) comprendra :

. Un curriculum vitae détaillé

. Une présentation (2 pages minimum) du sujet de doctorat, des sources utilisées et de la communication orale envisagée.

Les dossiers de candidature sont à envoyer avant le 25 mai 2022 (réponse le 1 juin)

à Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès) : emmanuel.huertas@univ-tlse2.fr

Les figures féminines merveilleuses de l’Antiquité et leur réception

Colloque international

Appel à communication

Les figures féminines merveilleuses de l’Antiquité et leur réception des origines à nos jours : reconductions, reconfigurations, subversions.

 

Université de Poitiers (FoReLLIS)

17-18 novembre 2022

Organisé par Anne Debrosse, Isabelle Jouteur et Marie Saint Martin

 

date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2022

 

Le merveilleux et le féminin ont fait l’objet de nombreuses recherches propres à en définir les contours et à en montrer les failles et les limites. En revanche, les zones d’interaction entre ces deux notions, loin d’être univoques et simples, ont été moins explorées et demandent un travail de cadrage. Il s’agira dans ce colloque d’étudier ce que le merveilleux fait au genre à travers le prisme du féminin, et ce que le féminin apporte au concept de merveilleux, grâce à un examen résolument diachronique des figures féminines antiques merveilleuses, de leur création à leurs réceptions les plus contemporaines en passant par le Moyen Âge et la première modernité, en France et ailleurs, à travers des corpus littéraires.

Argumentaire :

Le féminin entretient avec le merveilleux une intimité exceptionnelle, mais complexe et mouvante selon les définitions et les extensions qu’on en donne – définitions que nous souhaiterions garder très souples et ouvertes. Pandore, la première femme, est une créature artéfactuelle, fabriquée à partir d’éléments composites agencés par les dieux pour punir les hommes : elle exprime un merveilleux subversif, en concurrence avec d’autres figures plus normatives. Circé, Médée, les sirènes représentent de leur côté un merveilleux irrigué par le magique et l’envoûtement, plus conforme à l’actualisation de la notion donnée par les contes de fées. Dès que l’on pense aux grandes figures mythiques ou semi-mythiques féminines de l’Antiquité, on imagine des personnages à mi-chemin entre le quotidien et un autre monde, celui des dieux, de la magie, d’un ailleurs géographique et d’un autre radical. Or, cet entre-deux qu’occupent les personnages mythiques féminins participe d’une esthétique du merveilleux au sens où la définit Todorov[1], dans la mesure où les textes qui les mettent en scène intègrent un surnaturel naturalisé, abolissant de la sorte la ligne de séparation entre monde ordinaire et monde extraordinaire, à la différence du fantastique qui joue de la bascule inquiétante entre le quotidien le plus prosaïque et la survenue d’événements inacceptables pour la rationalité humaine. Pourtant, une certaine étrangeté, qui pour Todorov ressortit à la dimension fantastique, n’en est pas moins l’une des constantes qui caractérisent la représentation du féminin : en ce sens, la femme merveilleuse semble capable de faire bouger les lignes de la définition de Todorov. Car à la croisée du féminin et du merveilleux, on trouve rapidement l’altérité, la défamiliarisation et la transgression, qui permettent de se poser la question de ce que nous appellerons l’« emmerveillement » : qu’est-ce qui fait que l’on nimbe un personnage féminin de merveilleux, et dans quel but ?

*

*    *

Le θαῦμα grec, dont Laurie-Nuria André a bien montré le rapport intrinsèque qu’il impliquait à une subjectivité[2], se construit sur le constat d’un écart relativement à un horizon d’attente : qu’il oriente la perception en direction d’un versant heureux ou dysphorique, son rapport aux concepts de beau, de naturel et de réel travaille à partir d’une normativité intégrée par le sujet[3]. La notion de genre et les attentes qui lui sont attachées sont donc partie prenante de la définition de ce merveilleux grec. De même, on pourra se demander si le σέβας dont Ulysse prétend être saisi devant Nausicaa serait envisageable dans une autre configuration de genre : l’émerveillement a-t-il un genre, et si oui, implique-t-il nécessairement l’unilatéralité d’un regard masculin sur un objet féminin ? Il faudra également s’interroger sur le genre grammatical de la merveille : comment, à quel moment et avec quelles conséquences le terme neutre pluriel de mirabilia est-il devenu féminin[4] ? Il est peut-être d’autant plus délicat de répondre à ces questions que l’interaction quotidienne entre hommes et dieux qui caractérise l’Antiquité, du fait d’un cadre métaphysique différent du nôtre, implique une normalisation du merveilleux dont il faut tenir compte.

Les aspects historiques, culturels, institutionnels susceptibles de créer du merveilleux au féminin pourraient se circonscrire ainsi, par hypothèse : la fonction économique des femmes, renvoyant à une organisation de la société et à une répartition des pouvoirs décrites par Dumézil, permet d’imaginer le merveilleux féminin comme une figuration de la femme anti-sociale, qui s’échappe ainsi des fonctions naturalisées qui lui sont assignées, dans les fantasmes masculins comme dans les aspirations des femmes à une vie affranchie des contraintes du foyer. L’anthropologie a également des réponses à donner sur l’intervention du merveilleux dans les pouvoirs extraordinaires assignés à la femme réglée, vieillissante, gestative, etc.[5] ; on s’attachera ainsi à sonder en quoi les femmes ont été dotées par la fiction ou la littérature voire l’iconographie de capacités hors norme (rayonnement, intuition, empathie, mnémonie, longévité, liaison avec l’au-delà, monde d’entités spéciales, divination), et à discriminer alors si le merveilleux vient d’un statut divin ou non, afin de désengager la femme antique du schéma moderne de la binarité pour s’intéresser aux attributs ou propriétés féminins tels qu’ils sont soulignés dans leurs aspects merveilleux (chevelure, ventre, yeux, teint, poitrine, sexe, hanches, lien avec l’eau, les humeurs, etc.). Toutefois, ces différentes réponses de l’anthropologie et de la mythologie comparée sont renégociées avec une grande inventivité par le déplacement des frontières des genres, et il semble que les derniers acquis en termes de fluidité des genres permettent d’élaborer de nouveaux espaces de merveilleux en des lieux moins attendus.

En outre, la question d’une construction d’un merveilleux féminin par les hommes constitue un autre champ d’étude possible de nature à en affiner les contours : on se propose de questionner en quoi l’apparente intimité entre la femme et le merveilleux reflèterait les projections et fantasmes d’hommes sur la surface du corps des femmes comme sur leurs caractéristiques psychiques. La fascination érotique exercée par ces figures, dès leur réception ovidienne, est une manière de borner leur pouvoir par le regard masculin qui les contemple, et de le circonscrire à la sphère des relations amoureuses (comme le souligne d’ailleurs l’issue inéluctable : la magicienne domptée par un homme auquel elle se soumet). Par ailleurs, le personnage féminin, au théâtre, est joué par des hommes, devant des hommes, au sein d’un rituel défini pour souder la cité : les femmes ne concourent ni à son élaboration, ni à sa réception. La merveille, quand elle rejoint le monstre ou le subversif, devient objet de la frayeur ou de la fascination d’un instant, celui de la représentation : là encore, les figures féminines œuvrent à reconfigurer la définition d’un merveilleux qui intègre désormais la frayeur et l’étrangeté. Les notions de merveilleux, de prodigieux et de monstrueux semblent poreuses pour l’Antiquité, ce que démontre le portrait des sorcières démoniaques d’Apulée. Les modalités multiples du merveilleux imposent d’ailleurs de s’interroger sur les effets d’un émerveillement devant le féminin pour la définition de l’objet regardé. Il faudra à ce sujet analyser l’effet du merveilleux féminin sur le lecteur, dans le cadre d’une étude des formes littéraires susceptibles de porter un discours de l’émerveillement.

Pourtant, il faudrait se garder de plaquer nos grilles de lecture et d’analyse sur les écrits du passé, tout en testant leur validité lorsque nous les utilisons.

La première d’entre elles, c’est peut-être le binarisme, pourtant de plus en plus sapé par la pensée queer. Les figures antiques sont parfois troubles : elles peuvent être au féminin, au masculin ou au neutre, comme Charybde et Scylla, créatures merveilleuses mises en scène dans l’Odyssée qui se voient attribuer des adjectifs indéterminés, voire masculins ou neutres. Leur genre, chez Homère, semble en partie détaché de toute implication sexuée, mais elles seront dotées par la suite d’une histoire qui les féminise tout en les réduisant, chez Ovide notamment. Et c’est bien la réflexion alexandrine et ovidienne sur la féminité de Scylla qui a trouvé plus d’échos dans la littérature ultérieure que le monstre homérique symbolisant les dangers de l’inconnu maritime. Bien plus, les personnages qui changent de sexe, qui ont deux sexes à la fois ou qui n’en ont pas du tout sont bien présents dans la littérature antique, de même que les redistributions de rôles biologiques. Chaos, l’élément originel chez Hésiode, au genre neutre, est capable d’engendrement. Si ces phénomènes frappants interrogent et ont incité à des récritures fictionnelles ou à des choix de traduction tranchés, les réponses des autrices ou traductrices et des auteurs ou traducteurs peuvent varier selon les approches – essentialiste, anti-naturaliste, constructiviste et queer – qui proposent des reconfigurations différentes des figures merveilleuses antiques. La dimension normative ou au contraire subversive dont ces figures sont porteuses peut se trouver déplacée voire inversée selon la conception du genre utilisée. Peut-être faudra-t-il réviser certains clichés et notre regard sur la nature de ces figures parfois trop célèbres pour qu’on cherche à les retrouver pleinement : la force subversive de ces figures, quand elles en sont manifestement dotées, vient-elle uniquement des relectures constructiviste et queer ? Une figure féminine antique est-elle moins merveilleuse selon la conception du genre utilisée ? Les relectures constructiviste et queer n’ont-elles fait que prolonger une instabilité déjà fortement présente dans l’élaboration littéraire de ces personnages ? La réflexion pourrait à ce titre confirmer ou infirmer la « queeritude » de ces figures dans leur contexte d’élaboration originel.

La seconde grille de pensée propre au présent, c’est l’avènement et l’expansion d’un courant féministe qui fait des femmes des individus inspirants et empouvoirés souvent envisagés au prisme de la merveille. Dans l’Iliade des femmesde Mesguisch et Lascoux, la femme, déesse mortelle, est transformée en merveille, dans un geste anachronique induit par ces effets de réception.

*

*    *

Ainsi, il nous semble que lire autrement les personnages merveilleux féminins hérités de la mythologie gréco-romaine permettrait d’offrir un paradigme en partie affranchi de ces bipartitions structurelles, et d’inventer un être au monde libéré des contraintes de genre, ou du moins jouant plus librement avec elles. Cette ouverture des représentations est peut-être plus intéressante que le féminisme de convention que l’on peut trouver dans certaines reprises contemporaines de personnages antiques, où l’aspect corrosif des figures féminines merveilleuses de l’Antiquité est bridé pour en faire des personnages entièrement positifs : le merveilleux n’impose pas nécessairement des relectures qui érodent le côté plus sombre des personnages féminins antiques, et pourtant la littérature se fait la chambre d’écho d’un besoin de lisser, de résorber la violence des personnages féminins, qui résonne comme une mise au pas de leur pouvoir subversif.

S’interroger sur le merveilleux féminin sur le temps long, c’est engager une réflexion qui met à contribution anthropologie, épistémologie, esthétique, ontologie, histoire, au croisement de champs disciplinaires qui interrogent tous le rapport aux normes. Il s’agira en somme de se demander ce qui stimule ou limite l’imaginaire lorsqu’il s’agit du merveilleux féminin, mais aussi de définir les conditions de possibilité d’un merveilleux féminin affranchi des contraintes de la psychologisation hétéro-normative.

Les périodes d’études iront de l’Antiquité à nos jours, qu’importe la période (Moyen Âge, période moderne, période contemporaine, ou comparaison entre deux périodes). En effet, chaque époque a apporté son lot de clichés et de subversions sur la question. Notre époque est le fruit d’une lente décantation. Il s’agira d’explorer les points suivants :

  • A quelles périodes va-t-il de soi de rapprocher “femmes” et “merveille” ? Il faudra garder à l’esprit que ces deux catégories sont de toute façon mouvantes.
  • Quelles figures féminines sont l’objet de ce qu’on pourrait appeler un “emmerveillement” ? Si la chose paraît évidente pour les déesses, qu’en est-il pour les savantes, les penseuses, les combattantes, les prêtresses… et même les femmes en général ? Quelles sont les variations dans le temps ?
  • Les termes du merveilleux sont-ils les mêmes lorsqu’ils sont appliqués à des figures féminines, masculines ou neutres ?
  • La nature du merveilleux et de l’“emmerveillement” est à questionner également. L’émerveillement provoque-t-il l’admiration, la peur, le rejet, la tentation ? Est-il à considérer comme un ailleurs parallèle à notre réalité ? Doit-il au contraire faire l’objet d’un réinvestissement par le quotidien et le banal ?

Le colloque aura lieu les 17-18 novembre 2022. Il se tiendra à l’université de Poitiers. Les frais de logement et de restauration seront pris en charge. Nous invitons les participants à se rapprocher de leur laboratoire pour envisager un remboursement de leurs frais de déplacement. Il bénéficie du soutien du CÉRÉdI et de la SIÉFAR.

Les propositions, d’une demi-page maximum, sont à retourner, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, avant le 31 mars 2022 aux trois adresses suivantes :

anne.debrosse@univ-poitiers.fr

isabelle.jouteur@univ-poitiers.fr

saintmartin.marie@orange.fr

Comité scientifique :

Michel Briand (université de Poitiers)

Ariane Eissen (université de Poitiers)

Sophie Gällnö (université de Genève)

Philippe Hardie (université de Cambridge)

Jacqueline Leclercq-Marx (Université Libre de Bruxelles)

Myriam Marrache-Gouraud (université de Poitiers)

Emilie Pézard (université de Poitiers)

Sandra Provini (université de Rouen)

Patrick Snyder (université de Sherbrooke)

[1] Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Editions du Seuil, 1970, coll. « Points Seuil ».

[2] Laurie-Nuria André, « Regard et représentation du paysage dans l’épopée grecque d’époque impériale : le cas des mirabilia », Pallas, 92 | 2013, 183-202.

[3] Voir également Christine Hunzinger, « Entre séduction et déception : l’ambiguïté de la beauté du merveilleux dans l’épopée grecque archaïque », dans Aurélia Gaillard et Jean-René. Valette (éd.), La Beauté du merveilleux, Pessac, 2011.

[4] Jacques Le Goff, Héros et merveilles du Moyen Âge, Paris, Editions du Seuil, 2005.

[5] Françoise Héritier, Masculin/Féminin I, La Pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 2012.