Archives de catégorie : Actualités musicales

Ordini religiosi e pratiche sonore a Palermo tra Cinque e Seicento

Ilaria Grippaudo, Musica e devozione nella «Città felicissima». Ordini religiosi e pratiche sonore a Palermo tra Cinque e Seicento, Florence, Olschki, 2022.

 

 

 

Le livre d’Ilaria Grippaudo, Musique et dévotion dans la « Città felicissima ». Ordres religieux et pratiques sonores à Palerme entre le XVIe et le XVIIe siècles, donne un éclairage nouveau sur une autre « ville rituelle » de la période moderne[1] : la « très heureuse » ville de Palerme. Grâce à une recherche archivistique impressionnante, où apparaissent de très nombreux documents inédits[2], cette étude sur la production musicale foisonnante des multiples couvents, monastères et églises palermitains analyse l’événement musical sur le temps long et dans l’espace urbain, à travers le prisme de la musicologie urbaine qui place l’objet sonore dans son contexte spatial et temporel.

Cette perspective socio-anthropologique, qui croise lieux, fêtes, dévotions et musique, permet de saisir toutes les composantes du phénomène musical au sein de ces institutions religieuses : les modalités de financement, l’organisation et la promotion de l’activité musicale, la rivalité, la collaboration ou l’émulation entre les différents ordres religieux (jésuites, théatins, oratoriens, bénédictins, bénédictines, franciscains, dominicains, dominicaines ou carmélites), le rôle social des musiciens, l’enseignement de la musique, les répertoires, les styles et les instruments musicaux utilisés (en particulier le clavecin, le luth ou le rebec), les mécanismes socio-culturels des pratiques performatives qui ont recours à l’élément sonore (tout particulièrement les fêtes religieuses et les spectacles) mais aussi la signification (dévotionnelle, politique, ludique), le fonctionnement et la réception de ces pratiques.

La richesse des sources archivistiques exploitées permet de reconstituer une partie importante des effectifs des chapelles musicales palermitaines (en particulier celles de Sant’Ignazio all’Olivella, San Martino delle Scale, San Domenico, San Francesco d’Assisi, la chapelle palatine, la chapelle du Sénat ou la cathédrale) engagées pour les principales dévotions (notamment celles à la Vierge du Rosaire et aux saintes protectrices de Palerme), les solennités avec musique (comme le Corpus Domini) ou les cérémonies funèbres des personnages nobles de la ville (le vice-roi Maqueda ou le fils de Philippe II).

D’autres initiatives musicales voient le jour à Palerme durant la première moitié du XVIIe siècle grâce à des donations privées (sur ordre testamentaire), de la part de nombreuses religieuses (pour la plupart rattachées au monastère de la Martorana) pour des messes post mortem avec musique.

Se dévoilent alors les principaux centres impliqués dans l’organisation des célébrations locales (en particulier le couvent de San Domenico), la participation financière d’étrangers (notamment de la nation des Catalans) et d’autres sociétés musicales palermitaines (comme « l’Unione dei Musici » de Sainte-Cécile), ainsi que l’important rôle des jésuites dans le développement des pratiques sonores qui « fabriquent le consensus », comme la procession du « Triomphe de la mort » de 1567, les spectacles musicaux pour les soutenances de thèses de philosophie ou pour la dévotion des Quarante-Heures où ont été joués, en 1617, des motets concertants pour quatre voix et quatre instruments.

Les jésuites ont également développé, à partir de 1622, le « dialogue » sacré en musique (répertoire typiquement palermitain dont l’un des plus célèbres est La Rosalia Guerriera de Bonaventura Rubino, représentée en 1652 à Casa Professa), genre dont ils exerçaient le monopole et qui a permis l’essor de l’oratorio à Palerme (qu’on pense au Costantino de 1653, pour lequel les pères jésuites ont fait appel au castrat Marc’Antonio Sportonio, élève de Carissimi à Rome). De même, Pietro Scarlatti, père d’Alessandro, est engagé comme chantre par la Compagnie en 1652.

Aux jésuites revient en effet le mérite d’avoir fait la promotion, peu après leur arrivée à Palerme en 1549, des pratiques musicales nouvelles à travers le théâtre. C’est le cas des numéros musicaux (pièces madrigalesques avec l’accompagnement probable d’instruments) insérés dans les intermèdes des tragédies sacrées comme le Martyre de Sainte-Catherine de Bartolo Sirillo (représenté en 1580) ou la Représentation du martyre de Sainte-Christine de Gaspare Licco (1584).

Pour ce qui est des organistes des différentes églises de la ville, on trouve notamment trace de Mauro Ciaula (actif à San Martino delle Scale à partir de 1569), du franco-flamand Nicola Flochet (actif à San Domenico en 1557-1558), d’Antonio Il Verso (qui apprend la musique à l’organiste de cette même église en 1608-1609) ou de Giulio Oristagno (également organiste à San Domenico entre 1601 et 1620).

D’autres organistes ou musiciens actifs dans les différentes institutions palermitaines sont également compositeurs : Nicolò Toscano d’Erice (« cantore » à San Domenico entre 1566 et 1571), qui publie un livre des Canzonette à quatre voix en 1584 ; Mauro Ciaula, qui fait imprimer ses Lamentations et répons à 4 voix pour la Semaine sainte en 1597 ; Domenico Campisi (également organiste à San Domenico en 1608-1609), à qui on doit deux livres de motets imprimés à Palerme en 1615 et 1618 ; Erasmo Marotta (préfet de la musique du Collège des jésuites entre 1617 et 1641 et le musicien le plus important de la Compagnie), auteur du drame religieux Pelagius martyr de 1618 et d’un livre de motets publié à Palerme en 1635. Ou encore Francesco Italia (chantre à la cathédrale au début du XVIIe siècle), qui fait imprimer un livre de Répons en 1614 ; Vincenzo d’Elia (musicien à San Domenico en 1615), qui publie un livre de psaumes et hymnes en 1636, Bonaventura Rubino (maître de chapelle à Sant’Elisabetta au milieu du XVIIe siècle), auteur de plusieurs recueils de musique sacrée entre 1645 et 1655, ou Paolo d’Aragona (luthiste à San Martino delle Scale et à San Domenico en 1621), qui a laissé deux livres de canzonette manuscrits.

La recherche archivistique systématique entreprise dans ce livre met non seulement à jour la carrière de ces compositeurs et documente la participation de musiciens plus modestes (instrumentistes aveugles, zingari) à la vie musicale urbaine, mais rend également compte de la diversité de leur activité (entretenir et acheter des instruments ou enseigner la musique – comme c’est le cas d’Antonino Morello, professeur de musique des nonnes de Santa Maria del Cancelliere en 1596) et de leurs déplacements, et, plus largement, reconstitue les interconnections et les interactions entre les différentes institutions palermitaines qui configurent un réseau religieux grâce aux pratiques sonores et dévotionnelles – à la fois ornement, moteur économique et social et élément symbolique de prestige.

Enfin, Ilaria Grippaudo, qui met ses pas dans ceux du musicologue sicilien Ottavio Tiby, approfondit et complète notre connaissance sur l’« école polyphonique sicilienne », sur sa multiplicité d’acteurs inconnus et sur leurs rapports avec les institutions religieuses palermitaines.

Ainsi, cet ouvrage démontre avec brio que la dévotion n’est pas seulement une pratique contemplative des choses divines, mais également une expérience sonore, partie prenante de la transformation de l’espace urbain.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance

 

 

[1] Maria Antonieta Visceglia, La città rituale. Roma e le sue cerimonie in età moderna, Rome, Viella, 2002.

[2] Ce livre de 266 pages est accompagné de 30 appendices documentaires et de 2 tableaux consultables en ligne (473 pages). Outre son grand intérêt historique, cette précieuse documentation permet d’établir une typologie socio-culturelle des musiciens en observant la manière dont ils sont nommés dans les documents d’archive.

Crépuscule – The Gesualdo Six, 12 mai 2022

Crépuscule

 

Œuvres de Tallis, White, Tormis, Bingen, Lobo, Brumel, Marenzio…

 

The Gesualdo Six

 

Guy James & Joseph Wicks, contre-ténors
Joshua Cooter, ténors
Michael Craddock, baryton
Samuel Mitchel, basse
Owain Park, basse & direction

 

Jeudi 12 mai 2022, 20h30, Oratoire du Louvre

Depuis le IVe siècle, les complies accueillent la venue de la nuit, dernière prière du jour, chantées peu après le coucher du soleil. Elles constituent, bien sûr, l’occasion rêvée pour les compositeurs de signer des musiques crépusculaires, soignant des atmosphères souvent irréelles et des textures somptueuses.
Avec une perfection vocale stupéfiante (ils sont la révélation de ces dernières années au sein des ensembles anglais), The Gesualdo Six nous emmènent dans un vaste voyage sonore, du mysticisme légendaire d’Hildegard von Bingen et des cathédrales sonores de la Renaissance (Tallis, Marenzio, White…) aux chants poignants des compositeurs baltes actuels (notamment l’Estonien Veljo Tormis, une véritable découverte, digne héritier d’Arvo Pärt).

Noëls musicaux de la renaissance, 15 décembre 2021

Noëls musicaux de la Renaissance

Chansons profanes et parodies spirituelles polyphoniques

Organisation : Christophe Dupraz
Mercredi 15 décembre 2021, 20h
Ecole Normale Supérieure de Paris,
salle Henri-Cartan,
45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Entrée libre avec inscription obligatoire à : christophe.dupraz@ens.psl.eu
Conformément aux consignes gouvernementales, accès à l’événement sur présentation d’un passe sanitaire.

Nouvelle rubrique : actualités musicales

 

                            Trois musiciennes, Flandre, c.1530 LACMA

 

Cette rubrique est consacrée aux comptes rendus de livres et aux recensions d’enregistrements de musique du XVIe siècle, et, plus largement, de la Renaissance, parus dans le monde entier et dans toutes les langues. Elle publie également l’annonce de concerts portant sur la même période en France.

Vous pouvez soumettre un compte rendu, une recension ou l’annonce d’un concert à l’adresse suivante : jorge.morales@orange.fr

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Carlo Gesualdo, Secondo libro di madrigali a cinque voci

Carlo Gesualdo (1566-1613)

Secondo libro di madrigali a cinque voci (1594)

La Compagnia del Madrigale

Glossa GCD922809. 2019, 1h07

La Compagnia del Madrigale, Carlo Gesualdo, __ - Secondo Libro Di Madrigali  - Amazon.com Music
 

La Compagnia del Madrigale nous livre un enregistrement éblouissant du Deuxième livre de madrigaux de Gesualdo, publié lorsque le compositeur arrive à la cour de Ferrare pour épouser Leonora d’Este, quatre ans après le double homicide de Naples.

Les madrigaux de ce recueil sont composés dans ce qu’il convient d’appeler « le premier style du maître », pour reprendre les mots de Marco Bizzarini, encore éloigné des harmonies tortueuses et des atmosphères de sombre stupeur qui caractérisent ses derniers livres.

Un modèle du genre est le madrigal Da l’odorate spoglie, sur un poème d’Orsina Cavaletta. La simplicité raffinée et du texte et du contrepoint montre que Ferrare était alors une des cours les plus sophistiquées d’Europe.

L’interprétation du madrigal Se così dolce è il duolo fait parfaitement entendre l’expression des sentiments contrastés de la poesia per musica du Tasse, ce qui est également le cas du madrigal O com’è gran martire, sur un poème de Guarini, dont la douceur inquiète montre une autre facette de la personnalité du compositeur.

Les chanteurs de La Compagnia restituent avec brio toute la richesse de l’orfèvrerie musico-poétique des pièces (les madrigaux Caro amoroso neo, sur un poème du Tasse, et Sento che nel partire valent le détour) et font goûter à l’auditeur tous les ingrédients dramatiques des madrigaux de ce livre, finement choisis par le compositeur et magnifiquement interprétés. En dévoilant des aspects peu connus de sa production madrigalesque, La Compagnia del Madrigale brosse un portrait plus complet de ce prince musicien.

En complément de ce remarquable enregistrement, sont proposés huit madrigaux de plusieurs compositeurs influencés par les techniques de composition gesualdiennes dont le plus impressionnant est le madrigal Ecco morirò dunque ! de Sigismondo D’India. Les interprètes donnent à entendre toute la vertigineuse audace harmonique de ce bijou de la production romaine du musicien.

Cet enregistrement est l’un des plus fins témoignages de la fécondité de la musique de Gesualdo ainsi qu’un vibrant hommage au musicologue Anthony Newcomb, spécialiste de renom du madrigal ferrarais, disparu en 2018, à qui ce disque est dédié.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance