Tous les articles par sfdes

Agrippa d’Aubigné, Le Printemps (éd. V. Ferrer)

Agrippa d’Aubigné, Le Printemps

éd. Véronique Ferrer, Genève,

Droz, collection “Texte courant”, 2020.

 

La puissance fulgurante des Tragiques a longtemps éclipsé l’étrange beauté du Printemps. Maintenu sous le boisseau jusqu’au XIXe siècle, condamné depuis à des publications tronquées, le grand recueil profane d’Agrippa d’Aubigné a souffert d’une histoire éditoriale parcellaire autant que de la trop forte personnalité de son puîné. Pourtant, Le Printemps procède d’un épisode cardinal de la vie de l’auteur : sa brève histoire d’amour avec Diane Salviati (1571-1573) consacre son avènement poétique en lui donnant l’opportunité de prendre rang dans une tradition lyrique où il s’impose avec son style à rebours, entre rage et mignardise, fureur et ingéniosité, tragique et satire. Comme le Canzoniere de Pétrarque, Le Printemps accompagne la vie du poète, dont il enregistre les secousses et les changements : jusqu’à sa mort, il écrit, réécrit, complète et corrige ses pièces profanes qu’il envisage sur le tard de rassembler en recueil sans pouvoir mener à terme son projet.

À partir des manuscrits conservés à Genève, cette édition de poche propose une hypothèse herméneutique, dûment étayée, qui permet pour la première fois d’embrasser la production amoureuse d’Agrippa d’Aubigné et d’apprécier son insolente variété. Conformément aux principes de la collection, elle met à la disposition du lecteur deux versions du texte : à droite, le poème restitué dans son orthographe d’origine et sans ponctuation ; à gauche, les vers modernisés et ponctués.

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements
Avertissement
Introduction
Note sur la présente édition
Bibliographie

LE PRINTEMPS D’AGRIPPA D’AUBIGNÉ
Préface
Hécatombe à Diane
Stances
Odes
Mélanges

Annexes
Annexe 1 : Poèmes attribués à A. d’Aubigné dans l’Album de poésies de Marguerite de Valois
Annexe 2 : Table autographe du Printemps – T 159
Annexe 3 : Liste des poèmes du manuscrit T 159
Annexe 4 : Tableaux métriques

Appendices
Appendices 1-4 : Table autographe du Printemps
Appendice 5 : Main 1
Appendice 6 : Main 2
Appendice 7 : Main 3
Appendice 8 : Main 4
Appendice 9 : Mains 5 et 6
Appendice 10 : Main 7
Appendice 11 : Main 8
Appendice 12 : Main de Constant d’Aubigné
Appendice 13 : Main de l’Album de Marguerite de Valois

Glossaire
Index nominum
Table alphabétique des incipit
Table classée des incipit

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia, édition chronologique avec introduction, notes et variantes par Jean Brunel (avec la collaboration de Pierre Martin), Textes littéraires français, n°649, Genève, Droz, 2018, 709 p.

Les Elogia de Scévole de Sainte-Marthe, son œuvre la plus connue, parurent en plusieurs livraisons à partir du premier recueil de 1598, dont les chapitres et les textes allèrent en augmentant jusqu’en 1630. L’éditeur Jean Brunel, qui produit ici le sixième tome des Œuvres complètes (dont le premier volume, consacré aux œuvres de jeunesse a paru chez Droz en 2010) a fait le choix judicieux d’une présentation qui rend compte de cet enrichissement progressif : sont reproduits dans l’ordre chronologique les recueils successifs, les Elogia repris d’une édition à l’autre ne figurant qu’une fois avec l’indication de leurs éventuelles variantes. L’ouvrage donne à lire en face de chaque Elogium latin sa traduction française : c’est là que réside également la nouveauté de cette publication puisque l’on ne disposait jusqu’alors que de la traduction de Guillaume Colletet, parue en 1644 sous le titre Eloges des hommes illustres, qui depuis un siecle ont fleury en France dans la profession des Lettres. Composez en latin, par Scevole de Sainte-Marthe. Et mis en françois, par G. Colletet (Paris, A. de Sommaville et A. Courbé).

L’ouvrage offre une belle galerie de portraits qui se parcourt agréablement grâce à une présentation soignée, où viennent se glisser quelques éléments iconographiques empruntés à des sources diverses. Scévole de Sainte-Marthe se plie à l’exercice très codifié qu’est l’Elogium, qui relève du genre de l’épitaphe ; il y fait pourtant entendre, par petites touches, une voix personnelle et il y introduit de la variété : outre les éléments relevés par Jean Brunel dans son introduction (développement inégal des éloges, présence de pièces de vers, variété du lexique), on relèvera également la formule du double portrait (utilisée pour François Douaren et Éguiner Baron ; Etienne de La Boétie et Michel de Montaigne ; Pierre Ayrault et René Chopin) ou l’ouverture de quelques éloges sur une apostrophe oratoire ; ainsi Remi Belleau et Jacques Peletier se voient-ils directement apostrophés par l’auteur : « Toi en vérité, Jacques Peletier, de quel plus beau titre pourrais-je t’honorer sinon de celui de gloire inégalée du pays du Maine ? » (p. 185). La variété vient également du panorama très étendu qu’offrent les portraits sur le monde savant du XVIe siècle : aux côtés des humanistes (poètes, linguistes, historiens), on rencontre des jurisconsultes, des médecins, des mathématiciens, des personnalités politiques ou encore des hommes d’épée ; trois femmes seulement, la princesse Marguerite de Navarre (p. 290-295) et les Dames des Roches de Poitiers (p. 214-217). Pour chaque personnage dont il est fait l’éloge, Jean Brunel fournit en note quelques indications bibliographiques.

L’ouvrage est pourvu de très utiles index : index des noms latins et index des noms français de l’édition de 1630, table des illustrations, index des imprimeurs et libraires (XVIe-XVIIe siècles), des bibliothèques, monuments, musées, universités, index géographique, index historique, index des noms de personnes.

Voyageurs de la Renaissance

Voyageurs de la Renaissance, édition de Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, Paris, Gallimard, Folio Classique, 2019, 576 pages.

La présente anthologie est due à trois spécialistes de la littérature de voyage du XVIe siècle, Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, qui ont uni leurs compétences pour proposer aux lecteurs une somme de textes édités et commentés. L’ouvrage est utile au lecteur curieux et fournit une précieuse base de travail pour des cours ou des séminaires sur la littérature géographique de la Renaissance.

En dépit de la diversité des auteurs retenus, les choix éditoriaux permettent une circulation fluide d’un texte à l’autre : les extraits d’œuvres de langue française sont proposés en version modernisée, les extraits d’œuvres en langues étrangères (principalement espagnol, également italien, portugais, anglais) sont traduits (par les soins des éditeurs, le cas échéant, ou bien sont utilisées des traductions françaises déjà existantes, datant des XVIe et XVIIe, ou plus récentes ; on notera que les récits les plus populaires connaissent dès leur publication de nombreuses traductions qui leur assurent une circulation européenne). L’ouvrage nous embarque successivement dans trois univers géographiques ; un premier volet intitulé « La marche turque » propose des extraits de Léon L’Africain, Jean Chesneau, Pierre Belon, Guillaume Postel, Nicolas de Nicolay, Jean Palerne. Le second volet nous entraîne sur « la route des Indes » avec Vasco de Gama, Gomes Eanes de Zurara, Duarte Lopes et Filippo Pigafetta, Francisco Alvarez, Jean Parmentier, Ludovico di Varthema, Jan Huygen van Linschoten, François Xavier et Fernão Mendes Pinto. Le troisième et dernier volet, consacré au « Nouveau Monde » rassemble des extraits de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Pêro Vaz de Caminha, Binaut Paulmier de Gonneville, Duarte Pacheco Pereira, Giovanni da Verrazano, Hernán Cortés, Bernal Diaz del Castillo, Alvar Nuñez Cabeza de Vaca, Jacques Cartier, Marc Lescarbot, Hans Staden, André Thevet, Vicente Rodrigues, Jean de Léry, Anthony Knivet, Jean Ribault, René de Laudonnière, Nicolas Le Challeux, Jean-Arnaud Bruneau de Rivedoux, José de Acosta ainsi qu’une lettre anonyme « Copie d’une lettre venant de la Floride envoyée à Rouen et depuis au seigneur d’Everon : ensemble le plan du fort que les Français y ont fait ».

Chaque texte est précédé d’une introduction efficace et précise qui situe l’auteur et son ouvrage dans son contexte et en fait ressortir la singularité ; des notes de bas de page résolvent les difficultés lexicales tandis que sont éclairés, par des notes de fin, les références et allusions. Un dossier complète le volume par une chronologie (1415-1615) et une bibliographie générale qui vient s’ajouter à la bibliographie spécifique proposée pour chaque auteur.

La diversité des textes – qui relèvent de genres différents (les voyageurs ne produisent pas tous des récits de voyage à proprement parler, certains écrits sont des chroniques, des missives, des journaux de bord, d’autres de quasi romans d’aventure, d’autres encore s’imprègnent de l’expérience personnelle mais sans la mettre en avant), font découvrir des terres nouvelles ou permettent au contraire la reconnaissance d’espaces balisés par une tradition textuelle et religieuse (la Terre sainte) – ajoute de l’agrément à l’intérêt scientifique de l’ouvrage ; le souci de plaire au lecteur, de ne pas l’ennuyer apparaît du reste fréquemment chez les auteurs eux-mêmes, qui invitent à une délectation « à distance » par le biais des narrations et descriptions. La forme de l’anthologie a l’avantage de faire ressortir des traits saillants de cette littérature de voyage (comme du reste de la littérature de cette époque de manière générale) : l’importance de la récriture (modèles antiques mais aussi des textes entre eux), relevée par les éditeurs dans leurs notes ; la conjugaison d’autre part, sous la plume de nombreux auteurs, des sources livresques et du témoignage personnel. L’ouvrage comporte une vingtaine d’illustrations ; celles-ci jouent un rôle essentiel : elles transmettent l’expérience d’un regard et contribuent au succès de librairie que connaissent certains textes à l’échelle européenne.

Le Siècle des vérolés. La Renaissance européenne face à la syphilis.

Le Siècle des vérolés. La Renaissance européenne face à la syphilis. Une anthologie sous la direction d’Ariane Bayle, avec la collaboration de Brigitte Gauvin, Grenoble, Jérôme Millon, 2019, 382 p. et dossier iconographique comportant 15 figures.

Les « vérolés tresprescieux » auxquels s’adresse Alcobrybas Nasier dans le célèbre prologue du Gargantua font l’objet d’une riche anthologie qui fait se confronter des discours émanant de médecins, de savants, de voyageurs, mais aussi d’auteurs de fiction, poètes et romanciers. Plus encore que la goutte, à laquelle elle est souvent associée (autour de l’évocation plaisante ou de la condamnation des plaisirs de la chair), la « grande vérole » acquiert très tôt la dimension d’un mythe et fait l’objet de débats dans la société tout entière dès qu’elle apparaît en Europe à la fin du XVe siècle. Le principe de l’ouvrage qui consiste en une anthologie annotée et commentée permet de se frayer un chemin dans la diversité des textes et des idées. Dans l’ample moisson des textes ici rassemblés, fruit de plusieurs années de recherche d’une équipe de collaborateurs (Jon Arrizabalaga, Ariane Bayle, Dominique Brancher, Nathalie Dartai-Maranzana, Cyrille Ducourthial, Brigitte Gauvin, Grégoire Holtz, Chiara Lastraioli, Martial Martin, Concetta Pennuto, Michèle Rosellini, Kevin Siena), beaucoup d’extraits sont inédits ; les textes latins, italiens, anglais et espagnols sont proposés dans des traductions, souvent originales. L’empan chronologique est large, depuis la fin du XVe siècle (avec Konrad Schellig, Sebastian Brant, Gaspar Torrella ou Ser Tommason di Silvestro qui fournit en 1496 et 1498 le plus ancien témoignage d’un malade de la vérole) jusqu’au XVIIe siècle (avec, en 1623, David de Planis Campy et Charles Sorel).

Les cent textes, tous présentés de manière claire et efficace, sont organisés selon douze perspectives qui constituent autant de chapitres, « Nommer la maladie » (1), « Identifier : causes, origines, symtômes » (2), « Figures mythiques et religieuses » (3), « Relations thérapeutiques » (4), « Expériences personnelles » (5), « Une maladie stigmatisante » (6), « Pharmacopées et chirurgies » (7), « Une maladie sans frontières » (8), « Économie de la maladie » (9), « Tromperies et impostures » (10), « Usages polémiques » (11), « Le secours de la fiction » (12). A côté de huit textes anonymes et des suppliques de l’Hôtel-Dieu de Lyon, on trouvera des extraits d’ouvrages de Konrad Schellig, Sebastian Brant, Gaspar Torrella, Joseph Grünpeck, Ruy Diaz de Isla, Jérôme Fracastor, Gabriel Fallope, Olivier de Magny, Peter Lowe, Marcello Cumano, Andrew Boorde, Anton Francesco Doni, Francisco Delicado, Thierry de Héry, Francisco López de Villalobos, Giovanni Manardi, Juan Calvo, Leonardo Fioravanti, David de Planis Campy, Jean Fernel, L’Arétin, Annibal Caro, Flaminio de Birague, Jean Lemaire de Belges, Ramon Pané, William Clowes, Louise Bourgeois, Ser Tommaso Di Silvestro, Ulrich von Hutten, Niccolò Campani dit Le Strascino, Jean Drouin, Eustorg de Beaulieu, Agnolo Firenzuola, Ambroise Paré, Bénigne Poissenot, Charles de Sigogne, Théophile de Viau, Gonzalo Fernández de Oviedo Y Valdés, Garcia Da Orta, Ambroise Paré, François Béroalde de Verville, Noël Du Fail, Louis Le Roy, Léon L’Africain, John Eliot, Clément Marot, Ruiz Diaz de Isla, Pierre André Matthiole, Charles Sorel, William Shakespeare, Antonio B.L., Ben Jonson, Louis Guyon, Guillaume Rondelet, Érasme, André Alciat, Antonfrancesco Grazzini detto Il Lasca, Antoine Du Verdier, Jean-Antoine de Baïf, François Rabelais, Joachim Du Bellay, Henri Estienne, Théodore de Bèze, Jacques Grévin, Pierre de Ronsard, Louis d’Orléans, Francisco Delicado, François Habert, Guillaume Bouchet, Miguel de Cervantès.

En fin de volume sont fournies de précieuses notices sur les auteurs et sur les œuvres ; l’ouvrage se clôt sur un index des noms d’auteurs, de personnages historiques et de figures mythiques, et sur une bibliographie.

La Réforme et la fable

La Réforme et la fable, sous la direction d’Alice Vintenon et Françoise Poulet, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, n° 155, Genève, Droz, 2018, 517 p.

Fruit du colloque qui s’était tenu en décembre 2015 à l’université Bordeaux-Montaigne, sous la houlette d’Alice Vintenon et Françoise Poulet, l’ouvrage, qui recueille à la fois des articles issus des communications et d’autres, écrits dans le sillage des rencontres et débats, examine à nouveaux frais la question des rapports problématiques, voire contradictoires, de la Réforme protestante avec la fable. Si la rupture est nette avec les méthodes d’interprétation classiques, notamment allégoriques, de la Bible, les voix sont diverses au sein du « camp » protestant sur le « mensonge des poètes » ; les condamnations formulées par certains n’empêchent pas que les fables païennes occupent une place importante dans les programmes scolaires tandis que la fiction devient un outil au service de la polémique et de la conversion. Cette pratique de la fable vient d’autre part s’inscrire dans une poétique spécifique, caractérisée notamment par le rejet de l’artifice stylistique. L’ouvrage fait entendre cette diversité des voix et des sensibilités. Comme l’écrit Frank Lestringant dans la préface (p. 15), « la Réforme n’a pas vaincu la fable sans doute, mais du moins elle l’a contenue et raisonnablement adaptée, la rendant accessible, tolérable et dans une certaine mesure admirable pour plusieurs siècles ».

L’ouvrage, introduit par Alice Vintenon et Françoise Poulet (p. 17-60), regroupe 19 contributions organisées selon cinq volets ; une première partie du volume est consacrée aux commentaires réformés des fictions païennes, une seconde aux fictions évangéliques, une troisième à la perception de la mythologie, autour de Simon Goulart, une quatrième aborde la fable en relation avec la pédagogie et l’édification, enfin une cinquième partie envisage la place de la fable dans la poésie évangélique et réformée. Une bibliographie générale (p. 475-506) fournit à la fois un riche corpus et un précieux état des lieux de la critique sur la question. L’ouvrage se clôt sur un index nominum.

Frank Lestringant, Préface ;

Françoise Poulet et Alice Vintenon, Introduction ;

Isabelle Pantin, « Melanchthon et les fables païennes » ;

Céline Bohnert, « Ovidii (ut ita dicam) Chronicon : sur les textes liminaires de la Fabularum Ovidii Interpretatio de Georg Schuler (1555) » ;

Antoine Biscéré, « Dresser un “tabernacle” » pour Ésope. Le prestige de la fable ésopique dans les cercles protestants allemands » ;

Christiane Deloince-Louette, « Quel statut pour la fable d’Homère ? Quelques lectures de commentateurs réformés à la fin du XVIe siècle » ;

Ruth Stawarz-Luginbühl, « La Vie de Cyrus le Grand selon Calvin : une fiction historico-théologique » ;

Nicolas Le Cadet, «”Ce sont beaux textes d’evangile en francoys” » : la place de la Bible dans Pantagruel (ch. xxx) ;

Adeline Desbois-Ientile, « La fantasie de François Habert : variations poétiques sur le jugement de Pâris » ;

Teresa Chevrolet, « Nomine mutato, narratur fabula de te » : la mythologie d’après le Theatre du monde de Simon Goulart, pasteur genevois » ;

Olivier Pot, « De la fable à l’emblème : la “mythologie blanche” de Simon Goulart » ;

Natacha Salliot, « Appartenance confessionnelle et statut de la fable dans les commentaires de La Sepmaine de Du Bartas (1581-1585) » ;

Mathilde Bernard, « Mythologie, fable et emblème, ou l’ambiguïté du rapport à la fiction chez Guillaume Guéroult » ;

Mathieu de La Gorce, « Se réformer avec Ovide. La Métamorphose chrétienne de Pierre Viret » ;

Padraic Lamb, « L’appât de la fable : dieux païens et prosélytisme dans les traités dévots de Stephan Batman, ministre anglican » ;

Inès Kirschleger, « Le loup et l’agneau dans la prédication réformée du XVIIe siècle, ou comment combattre la raison du plus fort ? » ;

Christabelle Thouin-Dieuaide, « L’utilisation de la fable dans les sermons réformés de la première moitié du XVIIe siècle » ;

Nadia Cernogora, « Persistance de la fable dans la poésie protestante : l’exemple des Hieropoemes de Loys Saunier (1584) » ;

Gilles Couffignal, « Des fables antiques à la fable de la langue : Pey de Garros, poète protestant et gascon » ;

Audrey Duru, « La fonction fable et les Œuvres d’André Mage de Fiefmelin (Saintonge, 1601) » ;

Adrienne Petit, « La relégation des fables et de l’”antiquaille” dans le roman sentimental, un topos post-tridentin ».

Œuvres (1560) – Les Amours (tome 1)

Pierre de Ronsard, Œuvres (1560), Les Amours (tome 1), Paris, édition de François Rouget, Hermann, 2019.

Depuis la publication de la première édition critique procurée par Prosper Blanchemain (1857-1867), les Oeuvres (1560) de Pierre de Ronsard n’ont plus fait l’objet d’une édition savante. L’importance de cette première édition collective est connue. Sa valeur de bilan (résumant la poétique de la « Pléiade ») et son originalité (son architecture en quatre volets) justifient aujourd’hui l’entreprise de réédition. Le tome I des Amours, en deux livres, réunit pour la première fois presque toutes les pièces amoureuses que Ronsard avait composées depuis 1547, et offre le commentaire inédit de Remy Belleau sur le livre II. La présente édition invite le lecteur à relire les Amours dans la version remaniée du texte en 1560, assortie des commentaires de Marc-Antoine de Muret et Remy Belleau, et d’un apparat critique substantiel qui tient compte des récentes avancées de la recherche.

Ecrire la violence au théâtre en France et en Angleterre dans les années 1560-1600 (Hippolyte de Garnier et Richard III de Shakespeare)

23 janvier 2020 – Université Paul-Valéry Montpellier 3

Journée d’étude organisée par Claudie Martin-Ulrich et Janice Valls-Russell pour l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’Âge Classique et les Lumières (IRCL, UMR5186)

Le programme est disponible à cette adresse :  : http://www.ircl.cnrs.fr/pdf/2020/garnier_shakespeare.pdf

Études rabelaisiennes, Varia, LVII

Études rabelaisiennes, Varia, LVII, Genève, Droz, 2019, Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DXCIX, 2019, 104 p.

Ce nouveau volume des Études rabelaisiennes comporte cinq articles. Anne-Pascale Pouey-Mounou s’intéresse à trois « séquences phoniques » de Pantagruel et de Gargantua : celle des mouches (à la fois insectes et espions – mais aussi nom d’un farceur, « maistre mousche »), celle des moines et celle des culs et cagots. Romain Menini relit l’épisode de l’écolier limousin et le prologue du Cinquiesme livre (le motif des « feves en gousse ») à la lumière des Nuits attiques d’Aulu-Gelle, publiées à plusieurs reprises chez l’imprimeur-libraire lyonnais Sébastien Gryphe (Rabelais a pu jouer un rôle central dans les éditions de 1532 et de 1537). La position d’Aulu-Gelle, cité comme autorité pour défendre « le langaige usité », est en réalité beaucoup plus ambiguë car il est « l’un des écrivains latins les plus reconnus pour son goût du mot rare et de l’archaïsme ». Afin de « souligner la spécificité de la démarche de Rabelais », Adrien Mangili compare le Quart livre aux Dialogues du désordre (1545) de Pierre Viret. Il oppose notamment la description polyphonique du Physetère rabelaisien et le motif univoque des baleines de Viret. Damon Di Mauro propose une nouvelle source pour le Pantagruélion du Tiers livre (1546): l’anneda du Brief recit de Jacques Cartier (1545), « remede contre toutes maladies le plus excellent qui fut jamais veu ny trouvé sur la terre ». Enfin, Claude La Charité se penche sur l’exemplaire des Opuscula de Pietro Bembo (Lyon, Sébastien Gryphe, 1532) conservé à la bibliothèque universitaire de médecine de Montpellier et qui porte l’ex-libris de Rabelais. L’article étudie notamment les « sept annotations que l’on peut assurément attribuer à Rabelais ».

Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin

Takeshi Kubota, Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin, Paris, Honoré Champion, 2019, 392 pages.

Avant d’en venir spécifiquement à la présence de Saint Augustin dans les Essais, dans sa première partie, l’ouvrage de Takeshi Kubota présente les éditions latines et les traductions françaises de la Cité de Dieu des incunables à la traduction de Gentian Hervet publiée en 1570 (qui comprend les commentaires de Juan-Luis Vivès qui n’ont pas fait l’objet de censure). Dans sa deuxième partie, il analyse ensuite le genre du commentaire qu’il définit comme un lieu de dialogue où le commentateur se fait à son tour auteur, parce qu’il interprète le texte à la lumière de ses expériences personnelles. Takeshi Kubota consacre alors plusieurs pages à Vivès, qui, en tant que pédagogue, pense le genre du commentaire dans son De ratione dicendi et qui le pratique notamment dans ses Commentaires de la Cité de Dieu publiés en 1522. Après cette mise au point, il montre que Montaigne a lu Saint Augustin à travers les commentaires de Juan-Luis Vivès. Il donne ainsi l’exemple du chapitre « De la conscience » (II, 5) où Montaigne reprend les considérations de l’humaniste espagnol sur la torture.

Les analyses de Takeshi Kubota consacrées aux Essais s’appuient sur des tableaux (p. 261-351) qui se trouvent en annexe et qui recensent tous les emprunts de Montaigne à la Cité de Dieu (ces emprunts sont classés selon ces quatre catégories : citation, traduction, adaptation, ressemblance). Ces tableaux permettent de comparer les extraits de la Cité de Dieu ou des Commentaires de Vivès avec les citations ou réécritures de Montaigne. Ils permettent en outre d’observer l’évolution de la présence de Saint Augustin dans les Essais. En effet, ce travail de relevé est fait pour les éditions de 1580, 1588, 1595 des Essais et sont observées également les retouches et biffures de l’Exemplaire de Bordeaux qui concernent Saint Augustin. Ce recensement exhaustif et méthodique est un outil de recherche extrêmement précieux. Il révèle de façon précise et convaincante la dette de Montaigne envers Vivès et suggère que l’écriture montaignienne prolonge le mouvement du commentaire de Vivès.

Deux autres leçons importantes sont tirées de ce tableau et sont développées respectivement dans la troisième et la quatrième partie du livre : Montaigne s’intéresse surtout aux chapitres de la Cité de Dieu qui s’efforcent de définir la nature humaine et les derniers ajouts (après 1588) très présents dans l’« Apologie de Raymond Sebond » permettent à Montaigne de mieux dire les dangers de l’orgueil d’une science humaine qui s’affranchit de la foi. La troisième partie consacrée à l’influence d’Augustin sur l’anthropologie montaignienne met en évidence un souci commun à l’auteur de la Cité de Dieu et à celui des Essais de vivre humainement, c’est-à-dire en faisant toute sa place à la condition – partiellement – corporelle de l’homme. La dernière partie insiste sur la complémentarité qu’instaurent ces deux hommes entre l’anthropologie et la théologie : les considérations sur l’instabilité inhérente à l’homme vont de pair avec une pensée de la constance de Dieu.

Bien que consacré à la présence de Saint Augustin au sein des Essais, cet ouvrage est toujours soucieux de montrer que l’auteur de la Cité de Dieu n’est une voix parmi tant d’autres et que Montaigne fait entrer en discussion ou en résonance cet auteur aussi bien avec Plutarque qu’avec Henri Corneille Agrippa.

Itinéraires du livre italien à la Renaissance

Itinéraires du livre italien à la Renaissance, Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège, Renaud Adam et Chiara Lastraioli (eds.), Paris, Classiques Garnier, Travaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance, 2019.

 

ISBN: 978-2-406-08556-0

DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08558-

 

Résumé: Ce volume explore les mécanismes sous-jacents de la diffusion de la Renaissance italienne aux confins de l’espace francophone (Suisse romande, anciens Pays-Bas et Principauté de Liège) par le prisme de la circulation et de la consommation de la littérature italienne, en langue originale ou en français.

Journée d’étude « Eutrapélie »

Journée d’étude « Eutrapélie » 14 mai 2020

Université de Lille

Maison de la recherche

Salle des colloques

L’eutrapelia, étymologiquement la « facilité à se tourner », est d’abord péjorative avant de s’appliquer non plus aux mauvais plaisants, mais aux gens d’esprit. Aristote la définit comme une « impertinence polie », une « démesure tempérée par la bonne éducation » (Rhétorique, II, 12, xvi) et fait une distinction entre les bouffons et les gens d’esprit (eutrapeloi). Le sens péjoratif du mot ne disparaîtra pourtant pas totalement et saint Paul (Epître aux Ephésiens, 5, 4) pourra condamner l’eutrapelia comme une forme de mauvaise plaisanterie qui ne convient pas au Chrétien. Dans sa version positive, la notion d’eutrapélie prend sa source chez Aristote (Ethique à Nicomaque et Rhétorique) pour définir les conditions de la bonne plaisanterie. Saint Thomas en fait une manifestation de la vertu de tempérance. Castiglione, sans toutefois employer précisément le mot, en fait un argument pour valoriser les contes plaisants et les facéties dans la conversation civile. Jean-Pierre Camus, évoquant François de Sales, l’assimile à une « joyeuse conversation », une « bonne conversation », une « joyeuseté modeste ». François de Sales évoque « la vertu nommée eutrapélie par les Grecz, que nous pouvons appeler bonne conversation ».

Associée à la facétie dans les dictionnaires (par exemple celui d’Ambrogio Calepino ou le Thesaurus de Robert Estienne qui la traduit par urbanitas, lepor, festivitas, facetia), la notion prend chair dans un personnage, l’Eutrapelus des Colloques d’Érasme ou l’Eutrapel de Noël Du Fail.

L’oxymore originel, qui fait se rencontrer dans la définition aristotélicienne la démesure et le juste milieu, a nourri ce que l’on a pu appeler une « querelle de l’eutrapélie » (Marc Fumaroli), particulièrement active à la Renaissance et au XVIIe siècle.

C’est sur cette querelle que nous proposons de nous interroger lors de cette journée d’étude en nous intéressant en particulier aux questions suivantes :

– La question des sources et de l’actualisation des concepts de philosophie morale des Anciens. Au–delà du seul Aristote, Cicéron (qui s’adresse dans sa Correspondance à un Eutrapelus) et toute la tradition latine de l’otium. Cette question des sources conduit à s’interroger sur le lexique.

– Une question rhétorique et générique: l’importance de l’eutrapélie dans les conceptions du dialogue et de la conversation ;

– La question de la légitimité et des limites du rire, question qui relève du domaine de l’éthique autant que de la rhétorique. On en trouve des manifestations dans les polémiques littéraires, lorsqu’il est question de légitimer certains positionnements dans le champ littéraire (Garasse par exemple, mais aussi Molière qui sans citer le terme en reprend l’idée dans la préface de Tartuffe).

– Une question de morale sociale et d’hygiène intellectuelle : quelle place faire au repos de l’esprit ? Comment concevoir celui-ci ? Question qui engage celle du rôle et de la fonction des « Bonnes-Lettres » et des « Belles-Lettres », appelées à être des facteurs de santé morale. L’eutrapélie est ainsi appelée en renfort par les défenseurs de la moralité du théâtre lors des nombreuses querelles qui jalonnent la période.

Propositions à adresser, avant le 2 décembre à :

Charles-Olivier Stiker-Métral chosmetral@hotmail.com

et Marie-Claire Thomine marieclaire.thomine@free.fr

Catherine de Médicis (1519-1589). Politique et art dans la France de la Renaissance

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Renaissance(s) en région Centre-Val de Loire, le Château royal de Blois et le Domaine de Chaumont-sur-Loire organisent un colloque international invitant à découvrir les recherches récentes qui renouvellent et élargissent l’état des connaissances sur Catherine de Médicis, son œuvre politique et culturelle.

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever à Blois en 1589, au coeur de la 8e guerre de religion. De simple bru de roi à reine, régente et reine mère, elle est à la fois un témoin et un acteur majeur en France et en Europe, au côté de cinq rois de France successifs : un destin exceptionnel qui alimentera les jugements des historiens, mais aussi la fameuse « légende noire » et l’imaginaire romanesque et cinématographique de la souveraine.

Mère de trois rois et de deux reines, régente et conseillère privilégiée de ses fils, Catherine de Médicis poursuit pendant plus de quarante ans une politique de tolérance qui se démarque par sa modernité. Durant toute sa vie, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements marqués par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie.

Mécène, bâtisseuse, grande protectrice des arts et des lettres, elle participe au rayonnement culturel de son époque. Son activité architecturale autour de Paris et dans la vallée de la Loire, aussi bien dans les résidences royales comme Blois qu’à Chaumont puis Chenonceau, châteaux dont elle est propriétaire, ses commandes de dessins et de peintures, sa bibliothèque et les festivités et spectacles organisés par elle témoignent d’une implication hors du commun dans ce domaine.

Le colloque a pour objectif d’approfondir l’étude de la place de Catherine de Médicis dans la vie politique et culturelle de son temps, de faire émerger des sujets délaissés et de dégager de nouvelles perspectives de recherche. Près de 25 spécialistes, professeurs, conservateurs, chercheurs et doctorants en histoire et histoire de l’art venus de France, des États-Unis, d’Autriche et d’Australie, dresseront un portrait inédit de cette souveraine influente.

Germain Pilon, Monument funéraire d’Henri II et de Catherine de Médicis (abbaye de Saint-Denis), années 1570 (source : WGA).

Jeudi 21 novembre

Domaine de Chaumont-sur-Loire


9:00 Accueil
9:20 Ouverture du colloque
Christophe Degruelle, Président d’Agglopolys, (sous réserve)
Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine de Chaumont-sur-Loire
Élisabeth Latrémolière, Conservatrice en chef et directrice du château royal de Blois
9:40 Introduction
Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance Écouen
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme Paris

Parenté et dynastie
Président de séance : Matthieu Gellard, Paris Sorbonne Université

10:00 – Mathieu Deldicque, Musée Condé Chantilly
Catherine de Médicis et son livre de portraits : enjeux artistiques, dynastiques et politiques
10:30 – Julia Heinemann, Université de Vienne, Autriche
Qu’est-ce qu’une reine mère ? Catherine de Médicis comme figure de parenté à travers sa correspondance avec ses enfants
11:00 – Pause
11:30 – Geneviève Bresc-Bautier, Musée du Louvre
Les monuments d’une “nouvelle Artemise” Quelques interrogations sur l’art funéraire
12:00 – Jean-François Labourdette, Université de Lille
La politique d’alliances dynastiques de Catherine de Médicis
12:30 – Intervention de François Bonneau, Président de la Région Centre-Val de Loire
12h45 – Déjeuner

Paraître
Présidente de séance : Luisa Capodieci, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

14:30 – Monique Chatenet, Sorbonne Université, Centre André Chastel
Catherine de Médicis vue par les diplomates italiens présents à la cour de France
15:00 – Alexandra Zvereva, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
“Royne qui de vertus passe Artemisie et celles du vieil temps” : Catherine de Médicis en portraits
15:30 – Sheila ffolliott, Université George Mason, États-Unis
Catherine de’ Medici and the Performativity of Portraits
16:00 – Pause

Savoir
Président de séance : Jérémie Foa, Aix-Marseille Université

16:30 – Maxence Hermant, Bibliothèque nationale de France
Les manuscrits de Catherine de Médicis
17:00 – Isabelle de Conihout, Christie’s Paris
Catherine de Médicis bibliophile ? Vingt ans de recherche et quelques découvertes

Vendredi 22 novembre

Château royal de Blois

9:00 Accueil des participants
Marc Gricourt, Maire de Blois et 1er Vice-président de la Région Centre-Val de Loire

Gouverner
Président de séance : Nicolas Le Roux, Université Paris XIII

9:30 – Damien Fontvieille, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
« Nostre bonne maistresse ». Le clan Bochetel, fidèles conseillers de Catherine de Médicis pendant les guerres de Religion
10:00 – Sylvie Daubresse, CNRS, Centre Roland Mousnier
Catherine de Médicis et le parlement de Paris
10:30 – Gautier Mingous, Université Lumière Lyon 2, LARHA
Catherine de Médicis et l’espionnage. Étude du système de renseignement royal dans la correspondance de la reine mère et de François de Mandelot (années 1570)
11:00 – Pause

Guerres civiles, guerres européennes
Présidente de séance : Penny Roberts, Warwick University, Royaume Uni

11:30 – Marcello Simonetta, The American University of Paris, Sciences Po Paris
Une Italienne à la cour de France entre alliances et guerres européennes (1531-1559)
12:00 – Sophie Tejedor, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
Catherine au seuil du temps des troubles : les stratégies de l’entrée royale de Chenonceau (31 mars 1560)
12:30 – Brian Sandberg, Northern Illinois University, États-Unis
Catherine de Médicis et le métier de pacificatrice
13:00 – Déjeuner

Récits et paraboles
Président de séance : Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance Écouen

14:30 – Caroline Trotot, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Catherine de Médicis, figure miroir des Mémoires de Marguerite de Valois
15:00 – Tracy Adams, University of Auckland, Nouvelle-Zélande
Catherine de Mécidis et la maîtresse royale
15:30 – Natalia Wawrzyniak, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
Catherine de Médicis comme mater dolorosa
16:00 – Pause
16:30 – Loïc Bienassis, Université de Tours, Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation
Un parfum de légende. Catherine de Médicis, de l’Eau de la reine aux gants de Frangipane
17:00 – Emmanuel Lurin, Sorbonne Université, Centre André Chastel
Catherine, nouvelle Artémise, et l’édifice monarchique : du bon usage de la métaphore architecturale dans l’œuvre d’Antoine Caron

Samedi 23 novembre

Château royal de Blois

9:00 Accueil des participants

Les lieux de la reine
Présidente de séance : Elisabeth Latrémolière, Château royal de Blois

9:30 – Stéphane Gomis, Université Clermont Auvergne
Catherine de Médicis et l’Auvergne
10:00 – Celia Condello, EVEHA, CIHAM
Entre logis et jardins : les commandes de Catherine de Médicis au château de Moulins (Allier)
10:30 – Etienne Faisant, INHA, Centre André Chastel
Que j’euse cet plésir le trover fayst » : les demeures de Catherine de Médicis
11:00 – Pause
11:30 – Jean Guillaume, Sorbonne Université, Centre André Chastel
Catherine de Médicis à Chenonceau : rêves et réalités

Clôture
12:00 – Table ronde
Luisa Capodieci, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance Écouen
Jérémy Foa, , Aix-Marseille Université
Matthieu Gellard, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
Nicolas Le Roux, Université Paris XIII
Penny Roberts, Warwick University, Royaume Uni
Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance Écouen
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme
13:00 – Fin

Réservation
Accès libre sur réservation : contact chez chateaudeblois.fr
Renseignements : 02 54 90 33 32

Liens utiles
Site du château de Blois
Site du château de Chaumont

Conseil scientifique
Susan Broomhall, The University of Western Australia
Luisa Capodieci, Université Panthéon Sorbonne
Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance Écouen
Jérémie Foa, Aix-Marseille Université
Matthieu Gellard, Paris Sorbonne Université
Nicolas Le Roux, Université Paris XIII
Penny Roberts, Université de Warwick

Organisateurs
Guillaume Fonkenell, Musée de la Renaissance, Ecouen
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme

 

Lemaire de Belges, Homère Belgeois

Adeline Desbois-Ientile, Lemaire de Belges, Homère Belgeois, le mythe troyen à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, Bibliothèque de la Renaissance, 2019.

Homère belgeois selon Marot, Lemaire de Belges affiche dans ses Illustrations de Gaule et singularitez de Troie une ambition historique tout en recourant à la fable mythologique. Cette tension fait de l’œuvre un observatoire, et une chambre d’écho, de l’écriture du mythe troyen à la Renaissance.

Séminaire Choréa – Quelle Renaissance pour le xxie siècle, dans les arts et dans la recherche ?

Séminaire Choréa – Année 2019-2020

Quelle Renaissance pour le xxiesiècle, dans les arts et dans la recherche ?

Programme

12 octobre – Séance introductive : Comment peut-on être seiziémiste ?

  • Gautier Amiel – Pierre-Elie Pichot : Introduction générale au séminaire
  • Véronique Ferrer : Itinéraire de chercheuse

7 décembre – Renaissance et identités

  • Livia Lüthi : « Quel féminisme pour la Renaissance ? »
  • Miruna Craciunescu : « L’inverti, l’hérétique et le pauvre diable. Figures de l’individualisme renaissant dans la littérature contemporaine »
  • Lisa Pochmalicki : « Les Grandes Découvertes en débat : essai de synthèse bibliographique »

8 février – Réception et création d’une Renaissance

  • Marjorie Broussin : « Usures et usages scolaires de la littérature du XVIe siècle : quelle(s) actualité(s) pour les images canoniques de la Renaissance ? (1980-2011) »
  • Baptiste Tochon-Danguy : «  La sculpture de la Renaissance au XXIe siècle : art démodé ou art en mouvement ? »
  • Sandra Provini : Présentation de l’ouvrage Renaissance imaginaire. La réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe-XXIe siècle), éd. Classiques Garnier (à paraître)

25 avril – Faire renaître les Amours renaissants

  • André Bayrou : « Peut-on encore aimer les amours de la Renaissance ? »
  • Gautier Amiel : « “Pour bientôt ressurgir à la lumière”, William Cliff lecteur (amoureux ?) de Maurice Scève »
  • Emma Fayard : « Réflexion contemporaine sur les études ronsardiennes » (Titre provisoire)

13 juin – La terre et le territoire

  • Pauline Goul : « Juste la fin du monde : l’écologie entre cynisme et scepticisme avec Montaigne et Rabelais »
  • Auderic Maret : « Comprendre au XXIe siècle un transfert de souveraineté à la Renaissance : le cas du rattachement du comté de Provence au royaume de France à partir de 1481 »
  • Pierre-Elie Pichot : « Orphée ou Prométhée ? Les secrets du feu et le lyrisme didactique de la Renaissance (1555-1588) »

Informations pratiques :

Le séminaire a lieu de 10h à 13h dans la bibliothèque Paul Hazard (escalier C, 2ème étage), Sorbonne université, 1 rue Victor Cousin, 75005 PARIS