Tous les articles par sfdes

Études rabelaisiennes, Varia, LVII

Études rabelaisiennes, Varia, LVII, Genève, Droz, 2019, Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DXCIX, 2019, 104 p.

Ce nouveau volume des Études rabelaisiennes comporte cinq articles. Anne-Pascale Pouey-Mounou s’intéresse à trois « séquences phoniques » de Pantagruel et de Gargantua : celle des mouches (à la fois insectes et espions – mais aussi nom d’un farceur, « maistre mousche »), celle des moines et celle des culs et cagots. Romain Menini relit l’épisode de l’écolier limousin et le prologue du Cinquiesme livre (le motif des « feves en gousse ») à la lumière des Nuits attiques d’Aulu-Gelle, publiées à plusieurs reprises chez l’imprimeur-libraire lyonnais Sébastien Gryphe (Rabelais a pu jouer un rôle central dans les éditions de 1532 et de 1537). La position d’Aulu-Gelle, cité comme autorité pour défendre « le langaige usité », est en réalité beaucoup plus ambiguë car il est « l’un des écrivains latins les plus reconnus pour son goût du mot rare et de l’archaïsme ». Afin de « souligner la spécificité de la démarche de Rabelais », Adrien Mangili compare le Quart livre aux Dialogues du désordre (1545) de Pierre Viret. Il oppose notamment la description polyphonique du Physetère rabelaisien et le motif univoque des baleines de Viret. Damon Di Mauro propose une nouvelle source pour le Pantagruélion du Tiers livre (1546): l’anneda du Brief recit de Jacques Cartier (1545), « remede contre toutes maladies le plus excellent qui fut jamais veu ny trouvé sur la terre ». Enfin, Claude La Charité se penche sur l’exemplaire des Opuscula de Pietro Bembo (Lyon, Sébastien Gryphe, 1532) conservé à la bibliothèque universitaire de médecine de Montpellier et qui porte l’ex-libris de Rabelais. L’article étudie notamment les « sept annotations que l’on peut assurément attribuer à Rabelais ».

Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin

Takeshi Kubota, Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin, Paris, Honoré Champion, 2019, 392 pages.

Avant d’en venir spécifiquement à la présence de Saint Augustin dans les Essais, dans sa première partie, l’ouvrage de Takeshi Kubota présente les éditions latines et les traductions françaises de la Cité de Dieu des incunables à la traduction de Gentian Hervet publiée en 1570 (qui comprend les commentaires de Juan-Luis Vivès qui n’ont pas fait l’objet de censure). Dans sa deuxième partie, il analyse ensuite le genre du commentaire qu’il définit comme un lieu de dialogue où le commentateur se fait à son tour auteur, parce qu’il interprète le texte à la lumière de ses expériences personnelles. Takeshi Kubota consacre alors plusieurs pages à Vivès, qui, en tant que pédagogue, pense le genre du commentaire dans son De ratione dicendi et qui le pratique notamment dans ses Commentaires de la Cité de Dieu publiés en 1522. Après cette mise au point, il montre que Montaigne a lu Saint Augustin à travers les commentaires de Juan-Luis Vivès. Il donne ainsi l’exemple du chapitre « De la conscience » (II, 5) où Montaigne reprend les considérations de l’humaniste espagnol sur la torture.

Les analyses de Takeshi Kubota consacrées aux Essais s’appuient sur des tableaux (p. 261-351) qui se trouvent en annexe et qui recensent tous les emprunts de Montaigne à la Cité de Dieu (ces emprunts sont classés selon ces quatre catégories : citation, traduction, adaptation, ressemblance). Ces tableaux permettent de comparer les extraits de la Cité de Dieu ou des Commentaires de Vivès avec les citations ou réécritures de Montaigne. Ils permettent en outre d’observer l’évolution de la présence de Saint Augustin dans les Essais. En effet, ce travail de relevé est fait pour les éditions de 1580, 1588, 1595 des Essais et sont observées également les retouches et biffures de l’Exemplaire de Bordeaux qui concernent Saint Augustin. Ce recensement exhaustif et méthodique est un outil de recherche extrêmement précieux. Il révèle de façon précise et convaincante la dette de Montaigne envers Vivès et suggère que l’écriture montaignienne prolonge le mouvement du commentaire de Vivès.

Deux autres leçons importantes sont tirées de ce tableau et sont développées respectivement dans la troisième et la quatrième partie du livre : Montaigne s’intéresse surtout aux chapitres de la Cité de Dieu qui s’efforcent de définir la nature humaine et les derniers ajouts (après 1588) très présents dans l’« Apologie de Raymond Sebond » permettent à Montaigne de mieux dire les dangers de l’orgueil d’une science humaine qui s’affranchit de la foi. La troisième partie consacrée à l’influence d’Augustin sur l’anthropologie montaignienne met en évidence un souci commun à l’auteur de la Cité de Dieu et à celui des Essais de vivre humainement, c’est-à-dire en faisant toute sa place à la condition – partiellement – corporelle de l’homme. La dernière partie insiste sur la complémentarité qu’instaurent ces deux hommes entre l’anthropologie et la théologie : les considérations sur l’instabilité inhérente à l’homme vont de pair avec une pensée de la constance de Dieu.

Bien que consacré à la présence de Saint Augustin au sein des Essais, cet ouvrage est toujours soucieux de montrer que l’auteur de la Cité de Dieu n’est une voix parmi tant d’autres et que Montaigne fait entrer en discussion ou en résonance cet auteur aussi bien avec Plutarque qu’avec Henri Corneille Agrippa.

Itinéraires du livre italien à la Renaissance

Itinéraires du livre italien à la Renaissance, Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège, Renaud Adam et Chiara Lastraioli (eds.), Paris, Classiques Garnier, Travaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance, 2019.

 

ISBN: 978-2-406-08556-0

DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08558-

 

Résumé: Ce volume explore les mécanismes sous-jacents de la diffusion de la Renaissance italienne aux confins de l’espace francophone (Suisse romande, anciens Pays-Bas et Principauté de Liège) par le prisme de la circulation et de la consommation de la littérature italienne, en langue originale ou en français.

Journée d’étude « Eutrapélie »

Journée d’étude « Eutrapélie » 14 mai 2020

Université de Lille

Maison de la recherche

Salle des colloques

L’eutrapelia, étymologiquement la « facilité à se tourner », est d’abord péjorative avant de s’appliquer non plus aux mauvais plaisants, mais aux gens d’esprit. Aristote la définit comme une « impertinence polie », une « démesure tempérée par la bonne éducation » (Rhétorique, II, 12, xvi) et fait une distinction entre les bouffons et les gens d’esprit (eutrapeloi). Le sens péjoratif du mot ne disparaîtra pourtant pas totalement et saint Paul (Epître aux Ephésiens, 5, 4) pourra condamner l’eutrapelia comme une forme de mauvaise plaisanterie qui ne convient pas au Chrétien. Dans sa version positive, la notion d’eutrapélie prend sa source chez Aristote (Ethique à Nicomaque et Rhétorique) pour définir les conditions de la bonne plaisanterie. Saint Thomas en fait une manifestation de la vertu de tempérance. Castiglione, sans toutefois employer précisément le mot, en fait un argument pour valoriser les contes plaisants et les facéties dans la conversation civile. Jean-Pierre Camus, évoquant François de Sales, l’assimile à une « joyeuse conversation », une « bonne conversation », une « joyeuseté modeste ». François de Sales évoque « la vertu nommée eutrapélie par les Grecz, que nous pouvons appeler bonne conversation ».

Associée à la facétie dans les dictionnaires (par exemple celui d’Ambrogio Calepino ou le Thesaurus de Robert Estienne qui la traduit par urbanitas, lepor, festivitas, facetia), la notion prend chair dans un personnage, l’Eutrapelus des Colloques d’Érasme ou l’Eutrapel de Noël Du Fail.

L’oxymore originel, qui fait se rencontrer dans la définition aristotélicienne la démesure et le juste milieu, a nourri ce que l’on a pu appeler une « querelle de l’eutrapélie » (Marc Fumaroli), particulièrement active à la Renaissance et au XVIIe siècle.

C’est sur cette querelle que nous proposons de nous interroger lors de cette journée d’étude en nous intéressant en particulier aux questions suivantes :

– La question des sources et de l’actualisation des concepts de philosophie morale des Anciens. Au–delà du seul Aristote, Cicéron (qui s’adresse dans sa Correspondance à un Eutrapelus) et toute la tradition latine de l’otium. Cette question des sources conduit à s’interroger sur le lexique.

– Une question rhétorique et générique: l’importance de l’eutrapélie dans les conceptions du dialogue et de la conversation ;

– La question de la légitimité et des limites du rire, question qui relève du domaine de l’éthique autant que de la rhétorique. On en trouve des manifestations dans les polémiques littéraires, lorsqu’il est question de légitimer certains positionnements dans le champ littéraire (Garasse par exemple, mais aussi Molière qui sans citer le terme en reprend l’idée dans la préface de Tartuffe).

– Une question de morale sociale et d’hygiène intellectuelle : quelle place faire au repos de l’esprit ? Comment concevoir celui-ci ? Question qui engage celle du rôle et de la fonction des « Bonnes-Lettres » et des « Belles-Lettres », appelées à être des facteurs de santé morale. L’eutrapélie est ainsi appelée en renfort par les défenseurs de la moralité du théâtre lors des nombreuses querelles qui jalonnent la période.

Propositions à adresser, avant le 2 décembre à :

Charles-Olivier Stiker-Métral chosmetral@hotmail.com

et Marie-Claire Thomine marieclaire.thomine@free.fr

Catherine de Médicis (1519-1589). Politique et art dans la France de la Renaissance

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de Renaissance(s) en région Centre-Val de Loire, le Château royal de Blois et le Domaine de Chaumont-sur-Loire organisent un colloque international invitant à découvrir les recherches récentes qui renouvellent et élargissent l’état des connaissances sur Catherine de Médicis, son œuvre politique et culturelle.

Peu de reines ont marqué l’histoire de France comme Catherine de Médicis dont la présence à la cour et au sein du gouvernement a été d’une longévité exceptionnelle, débutant en 1533 sous le « beau XVIe siècle » pour s’achever à Blois en 1589, au coeur de la 8e guerre de religion. De simple bru de roi à reine, régente et reine mère, elle est à la fois un témoin et un acteur majeur en France et en Europe, au côté de cinq rois de France successifs : un destin exceptionnel qui alimentera les jugements des historiens, mais aussi la fameuse « légende noire » et l’imaginaire romanesque et cinématographique de la souveraine.

Mère de trois rois et de deux reines, régente et conseillère privilégiée de ses fils, Catherine de Médicis poursuit pendant plus de quarante ans une politique de tolérance qui se démarque par sa modernité. Durant toute sa vie, la reine est une figure controversée qui suscite des témoignages et des jugements marqués par la crise religieuse, la misogynie et la xénophobie.

Mécène, bâtisseuse, grande protectrice des arts et des lettres, elle participe au rayonnement culturel de son époque. Son activité architecturale autour de Paris et dans la vallée de la Loire, aussi bien dans les résidences royales comme Blois qu’à Chaumont puis Chenonceau, châteaux dont elle est propriétaire, ses commandes de dessins et de peintures, sa bibliothèque et les festivités et spectacles organisés par elle témoignent d’une implication hors du commun dans ce domaine.

Le colloque a pour objectif d’approfondir l’étude de la place de Catherine de Médicis dans la vie politique et culturelle de son temps, de faire émerger des sujets délaissés et de dégager de nouvelles perspectives de recherche. Près de 25 spécialistes, professeurs, conservateurs, chercheurs et doctorants en histoire et histoire de l’art venus de France, des États-Unis, d’Autriche et d’Australie, dresseront un portrait inédit de cette souveraine influente.

Germain Pilon, Monument funéraire d’Henri II et de Catherine de Médicis (abbaye de Saint-Denis), années 1570 (source : WGA).

Jeudi 21 novembre

Domaine de Chaumont-sur-Loire


9:00 Accueil
9:20 Ouverture du colloque
Christophe Degruelle, Président d’Agglopolys, (sous réserve)
Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine de Chaumont-sur-Loire
Élisabeth Latrémolière, Conservatrice en chef et directrice du château royal de Blois
9:40 Introduction
Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance Écouen
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme Paris

Parenté et dynastie
Président de séance : Matthieu Gellard, Paris Sorbonne Université

10:00 – Mathieu Deldicque, Musée Condé Chantilly
Catherine de Médicis et son livre de portraits : enjeux artistiques, dynastiques et politiques
10:30 – Julia Heinemann, Université de Vienne, Autriche
Qu’est-ce qu’une reine mère ? Catherine de Médicis comme figure de parenté à travers sa correspondance avec ses enfants
11:00 – Pause
11:30 – Geneviève Bresc-Bautier, Musée du Louvre
Les monuments d’une “nouvelle Artemise” Quelques interrogations sur l’art funéraire
12:00 – Jean-François Labourdette, Université de Lille
La politique d’alliances dynastiques de Catherine de Médicis
12:30 – Intervention de François Bonneau, Président de la Région Centre-Val de Loire
12h45 – Déjeuner

Paraître
Présidente de séance : Luisa Capodieci, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

14:30 – Monique Chatenet, Sorbonne Université, Centre André Chastel
Catherine de Médicis vue par les diplomates italiens présents à la cour de France
15:00 – Alexandra Zvereva, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
“Royne qui de vertus passe Artemisie et celles du vieil temps” : Catherine de Médicis en portraits
15:30 – Sheila ffolliott, Université George Mason, États-Unis
Catherine de’ Medici and the Performativity of Portraits
16:00 – Pause

Savoir
Président de séance : Jérémie Foa, Aix-Marseille Université

16:30 – Maxence Hermant, Bibliothèque nationale de France
Les manuscrits de Catherine de Médicis
17:00 – Isabelle de Conihout, Christie’s Paris
Catherine de Médicis bibliophile ? Vingt ans de recherche et quelques découvertes

Vendredi 22 novembre

Château royal de Blois

9:00 Accueil des participants
Marc Gricourt, Maire de Blois et 1er Vice-président de la Région Centre-Val de Loire

Gouverner
Président de séance : Nicolas Le Roux, Université Paris XIII

9:30 – Damien Fontvieille, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
« Nostre bonne maistresse ». Le clan Bochetel, fidèles conseillers de Catherine de Médicis pendant les guerres de Religion
10:00 – Sylvie Daubresse, CNRS, Centre Roland Mousnier
Catherine de Médicis et le parlement de Paris
10:30 – Gautier Mingous, Université Lumière Lyon 2, LARHA
Catherine de Médicis et l’espionnage. Étude du système de renseignement royal dans la correspondance de la reine mère et de François de Mandelot (années 1570)
11:00 – Pause

Guerres civiles, guerres européennes
Présidente de séance : Penny Roberts, Warwick University, Royaume Uni

11:30 – Marcello Simonetta, The American University of Paris, Sciences Po Paris
Une Italienne à la cour de France entre alliances et guerres européennes (1531-1559)
12:00 – Sophie Tejedor, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
Catherine au seuil du temps des troubles : les stratégies de l’entrée royale de Chenonceau (31 mars 1560)
12:30 – Brian Sandberg, Northern Illinois University, États-Unis
Catherine de Médicis et le métier de pacificatrice
13:00 – Déjeuner

Récits et paraboles
Président de séance : Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance Écouen

14:30 – Caroline Trotot, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Catherine de Médicis, figure miroir des Mémoires de Marguerite de Valois
15:00 – Tracy Adams, University of Auckland, Nouvelle-Zélande
Catherine de Mécidis et la maîtresse royale
15:30 – Natalia Wawrzyniak, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
Catherine de Médicis comme mater dolorosa
16:00 – Pause
16:30 – Loïc Bienassis, Université de Tours, Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation
Un parfum de légende. Catherine de Médicis, de l’Eau de la reine aux gants de Frangipane
17:00 – Emmanuel Lurin, Sorbonne Université, Centre André Chastel
Catherine, nouvelle Artémise, et l’édifice monarchique : du bon usage de la métaphore architecturale dans l’œuvre d’Antoine Caron

Samedi 23 novembre

Château royal de Blois

9:00 Accueil des participants

Les lieux de la reine
Présidente de séance : Elisabeth Latrémolière, Château royal de Blois

9:30 – Stéphane Gomis, Université Clermont Auvergne
Catherine de Médicis et l’Auvergne
10:00 – Celia Condello, EVEHA, CIHAM
Entre logis et jardins : les commandes de Catherine de Médicis au château de Moulins (Allier)
10:30 – Etienne Faisant, INHA, Centre André Chastel
Que j’euse cet plésir le trover fayst » : les demeures de Catherine de Médicis
11:00 – Pause
11:30 – Jean Guillaume, Sorbonne Université, Centre André Chastel
Catherine de Médicis à Chenonceau : rêves et réalités

Clôture
12:00 – Table ronde
Luisa Capodieci, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance Écouen
Jérémy Foa, , Aix-Marseille Université
Matthieu Gellard, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier
Nicolas Le Roux, Université Paris XIII
Penny Roberts, Warwick University, Royaume Uni
Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance Écouen
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme
13:00 – Fin

Réservation
Accès libre sur réservation : contact chez chateaudeblois.fr
Renseignements : 02 54 90 33 32

Liens utiles
Site du château de Blois
Site du château de Chaumont

Conseil scientifique
Susan Broomhall, The University of Western Australia
Luisa Capodieci, Université Panthéon Sorbonne
Thierry Crépin-Leblond, Musée national de la Renaissance Écouen
Jérémie Foa, Aix-Marseille Université
Matthieu Gellard, Paris Sorbonne Université
Nicolas Le Roux, Université Paris XIII
Penny Roberts, Université de Warwick

Organisateurs
Guillaume Fonkenell, Musée de la Renaissance, Ecouen
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme

 

Lemaire de Belges, Homère Belgeois

Adeline Desbois-Ientile, Lemaire de Belges, Homère Belgeois, le mythe troyen à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, Bibliothèque de la Renaissance, 2019.

Homère belgeois selon Marot, Lemaire de Belges affiche dans ses Illustrations de Gaule et singularitez de Troie une ambition historique tout en recourant à la fable mythologique. Cette tension fait de l’œuvre un observatoire, et une chambre d’écho, de l’écriture du mythe troyen à la Renaissance.

Séminaire Choréa – Quelle Renaissance pour le xxie siècle, dans les arts et dans la recherche ?

Séminaire Choréa – Année 2019-2020

Quelle Renaissance pour le xxiesiècle, dans les arts et dans la recherche ?

Programme

12 octobre – Séance introductive : Comment peut-on être seiziémiste ?

  • Gautier Amiel – Pierre-Elie Pichot : Introduction générale au séminaire
  • Véronique Ferrer : Itinéraire de chercheuse

7 décembre – Renaissance et identités

  • Livia Lüthi : « Quel féminisme pour la Renaissance ? »
  • Miruna Craciunescu : « L’inverti, l’hérétique et le pauvre diable. Figures de l’individualisme renaissant dans la littérature contemporaine »
  • Lisa Pochmalicki : « Les Grandes Découvertes en débat : essai de synthèse bibliographique »

8 février – Réception et création d’une Renaissance

  • Marjorie Broussin : « Usures et usages scolaires de la littérature du XVIe siècle : quelle(s) actualité(s) pour les images canoniques de la Renaissance ? (1980-2011) »
  • Baptiste Tochon-Danguy : «  La sculpture de la Renaissance au XXIe siècle : art démodé ou art en mouvement ? »
  • Sandra Provini : Présentation de l’ouvrage Renaissance imaginaire. La réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe-XXIe siècle), éd. Classiques Garnier (à paraître)

25 avril – Faire renaître les Amours renaissants

  • André Bayrou : « Peut-on encore aimer les amours de la Renaissance ? »
  • Gautier Amiel : « “Pour bientôt ressurgir à la lumière”, William Cliff lecteur (amoureux ?) de Maurice Scève »
  • Emma Fayard : « Réflexion contemporaine sur les études ronsardiennes » (Titre provisoire)

13 juin – La terre et le territoire

  • Pauline Goul : « Juste la fin du monde : l’écologie entre cynisme et scepticisme avec Montaigne et Rabelais »
  • Auderic Maret : « Comprendre au XXIe siècle un transfert de souveraineté à la Renaissance : le cas du rattachement du comté de Provence au royaume de France à partir de 1481 »
  • Pierre-Elie Pichot : « Orphée ou Prométhée ? Les secrets du feu et le lyrisme didactique de la Renaissance (1555-1588) »

Informations pratiques :

Le séminaire a lieu de 10h à 13h dans la bibliothèque Paul Hazard (escalier C, 2ème étage), Sorbonne université, 1 rue Victor Cousin, 75005 PARIS

Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés

Le Verger de Cornucopia consacre son numéro d’automne au thème “Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés”. Ce numéro constitue les actes d’un colloque, organisé à l’hôtel de Lauzun et en Sorbonne par Gautier Amiel, Luisa Capodieci, Adeline Lionetto et Marie-Joëlle Louison-Lassablière en avril 2019, et grâce au soutien de l’ED 3, du CELLF (Sorbonne Université), de l’IRHIM (Université de Saint-Etienne) et du centre de recherche HiCSA (Université Panthéon-Sorbonne).

Sommaire du numéro :

Introduction de Gautier Amiel et Adeline Lionetto : La danse de la Renaissance, un art trop éphémère pour être traduit et mis en livre ?

Le regard pédagogique ou l’enseignement de la danse

Marie Raulier : Sur le bon pied : rhétorique des premiers traités français de danse et d’équitation.

Marie-Joëlle Louison-Lassablière : Antonius Arena ou l’œil du maître.

Mathieu Ferrand : Danse et théâtre dans l’université parisienne au début du XVIe siècle. Autour de Joannes Ravisius Textor.

Concetta Cavallini : Le lexique de la danse entre Italie et France dans la seconde moitié du XVIe siècle. Réflexions et pistes d’analyse.

La danse vue par les musiciens

Cecilia Nocilli : De arte saltandi et choreas ducendi / De la arte di ballare et danzare (1454-55 ca.) di Domenico da Piacenza : composizione e ricezione.

Stéphane Partiot : Titres et timbres à danser dans les recueils de chansons de Bonfons et Rigaud (1548-1601).

Luc Vallat : Mêler pour mieux vendre : les Six Gaillardes et six Pauanes avec Treze chãsons musicales parues chez Attaingnant.

La danse de la Renaissance vue par la postérité

Bénédicte Jarrasse : La danse du XVIe siècle au prisme de l’historiographie des XVIIIe et XIXe siècles.

Béatrice Pfister : Le livret du Ballet Comique de la Reine, ‘ce petit monument’ : enjeux du regard du lecteur à travers les siècles.

Le regard du censeur

Samuel Cuisinier-Delorme : Regards de censeurs sur la danse et le danseur dans quelques traités moraux de la Renaissance anglaise.

Matteo Leta : ‘Car où sont ces sauts et danses lascives, là aussi est le diable’ : sorciers et démons dansants à la Renaissance.

Le regard technique du chorégraphe et du danseur

Christine Grimaldi (Chorégraphe, Compagnie Christine Grimaldi et ateliers du ‘Tracervatoire’) : Des “danses de papier” aux “danses dans les pieds” : retour sur le spectacle chorégraphique d’avril 2019 (Hôtel de Lauzun, Paris).

Varia

Frank Lestringant : Perpetuum mobile…

Rubens. The Henri IV Series (Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, Part XIV, 2)

Alexis Merle du Bourg, Rubens. The Henri IV Series (Corpus Rubenianum Ludwig Burchard, Part XIV, 2), traduit du français par Jane MacAvock et Abigail Newman, London, Harvey Miller/Turnhout, Brepols 2017, 483 p., ill. n/b.

En 1622, Rubens arrive à Paris pour réaliser les décors des deux galeries parallèles construites par Marie de Médicis dans le Palais du Luxembourg. Le contrat précise qu’il devra peindre dans la première « les histoires de la vie très illustre et gestes héroïques » de la reine, tandis que la seconde sera destinée à « toutes les batailles du deffunct Roy Henry le Grand, les rencontres qu’il a faictes, ses combatz, prises et sièges de villes avec les triomphes des[dites] victoires en la façon des triomphes des Romains ».

Trois ans plus tard, le peintre achève les vingt-quatre toiles de la galerie Ouest dédiées à la reine veuve (aujourd’hui au Louvre), mais la décoration de la galerie Est va rester à l’état de projet : Marie de Médicis et son entourage ne s’intéressent plus à sa réalisation et Rubens accomplit de nombreux voyages diplomatiques. Les travaux ralentissent. La « Journée des Dupes » et l’exil de la reine mère en 1631 marquent leur arrêt définitif.

Cette grande entreprise et ses acteurs prestigieux font l’objet de l’ouvrage d’Alexis Merle du Bourg, spécialiste de Rubens. L’auteur analyse les esquisses préparatoires du peintre, étudie le contexte historique et artistique et mène une enquête sur l’iconographie et la signification de la Galerie Henri IV. Il examine les sources, le programme et la configuration de la galerie en replaçant les compositions picturales dans la carrière de l’artiste. Une proposition d’interprétation du cycle conclut son étude.

Le volume comprend un catalogue raisonné des ébauches à l’huile de Rubens, ainsi que des appendices documentaires avec une table comparative des cycles peints et sculptés célébrant Henri IV en France et en Italie, y compris les épisodes qui ornent l’épée cérémoniale du roi (Paris, musée de l’Armée). De nombreuses images de belle qualité illustrent le propos de l’auteur.

Ce livre est la seconde partie du volume XIV du Corpus Rubenianum Ludwig Burchard – The Maria de’ Medici and Henri IV Series – dédié aux deux galeries du Luxembourg.

Les Œuvres de Guillaume Du Bartas

Guillaume DU BARTAS, Les Œuvres (1579), éd. critique de Denis Bjaï et François Rouget, Genève, Droz, collection « Textes littéraires français », 2018.

 

 

Les œuvres ici éditées ont paru pour la première fois en 1574 à Bordeaux, dans un recueil intitulé La Muse chrestiene. Elles constituent ensuite, à partir de 1579, la première partie des Œuvres. Même si le poète y exploite des genres poétiques divers (épopée, poésie allégorique, triomphe, entrée…), elles présentent une forte cohérence littéraire, car toutes quatre relèvent, à leur manière, d’une poésie « de vérité », qui rejette les appâts de la fable pour privilégier les sujets religieux. Les Œuvres s’ouvrent avec la Judit, épopée biblique en six chants, que son auteur présente (modestement !) comme le premier poème français consacré aux « choses sacrées ». En mettant en avant le caractère religieux de son sujet, pourtant tiré d’un livre que les protestants considèrent comme apocryphe, le poète veut faire savoir qu’il compose une « anti-Franciade », qui tourne le dos notamment à l’épopée mythologique. Le sujet, la mise à mort du tyran Holopherne par une femme inspirée de Dieu, entre en résonance avec les traités monarchomaques qui fleurissent pendant les guerres de religion, et Du Bartas prendra toutes les précautions possibles pour désamorcer les lectures politiques qui l’accuseraient de promouvoir le tyrannicide. De dimensions plus modestes, l’Uranie a des allures de profession de foi littéraire : le poète, visité par la muse éponyme, met en scène l’acquisition de ses grands principes poétiques, notamment le renoncement au monde et à la poésie profane, et la nécessité de consacrer sa plume à Dieu et aux sujets sacrés. Le troisième poème apparaît comme une mise en application des injonctions d’Uranie : il s’agit d’un Triomphe de la Foy qui, sur le modèle des Triomphes de Pétrarque, décrit la procession de la Foi, contemplée en rêve par le poète. Enfin, les Œuvres contiennent un poème de circonstance, en trois langues (latin, gascon et français) célébrant l’arrivée de Marguerite de Valois à sa cour de Nérac en décembre 1578.

Ces textes étaient, jusqu’à présent, difficiles d’accès : seule la Judit avait, en 1970, bénéficié d’une édition moderne, qui avait laissé de côté les autres textes. Les Œuvres étaient donc, un peu injustement, restés dans l’ombre du chef-œuvre de Du Bartas, La Sepmaine (1578). Denis Bjaï et François Rouget entendent les remettre en lumière en offrant une édition savante, enrichie d’une riche annotation, des sommaires de Simon Goulart, et d’une introduction substantielle. Cette dernière décrit notamment les éditions successives des Œuvres, et s’attarde sur les modifications les plus significatives. Elle fournit aussi d’intéressants éclaircissements sur le positionnement poétique singulier de Du Bartas, poète protestant, privilégiant les sujets religieux, mais aussi admirateur de la Pléiade et héritier des principes de la Deffence et illustration de la langue françoise.

Journée sur l’actualité de la recherche doctorale

La Société Française d’Études du Seizième Siècle (SFDES) organisera, le vendredi 17 janvier 2020, une journée doctorale intitulée Actualité de la recherche doctorale sur le seizième siècle. Conçue pour favoriser le dialogue scientifique, cette journée permettra aux doctorantes et doctorants de présenter leurs sujets de thèse (pendant une dizaine de minutes) en s’attachant aux problèmes méthodologiques et épistémologiques qu’ils soulèvent.
Les propositions (1 page de texte maximum) sont à adresser à florence.alazard@univ-tours.fr avant le 15 septembre 2019, et seront soumises à l’appréciation du Conseil d’Administration de la SFDES qui établira le programme de la journée selon des critères de représentativité.
        La journée se tiendra à Paris à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA, 2 rue Vivienne, salle à préciser). Les frais de déplacement sont à la charge des doctorantes et doctorants. La SFDES offrira un buffet et des pauses café.

Un écrivain facétieux au Parlement de Bretagne : Noël Du Fail, seigneur de La Hérissaye, 1520-2020

Colloque Noël Du Fail, 9 et 10 juillet 2020, Rennes

Il y a 500 ans naissait au manoir de Château-Letard, dans la paroisse de Saint-Erblon, près de Rennes, Noël Du Fail, gentilhomme, parlementaire et conteur (1520-1591). Il est l’auteur de plusieurs œuvres narratives (Propos Rustiques, Lyon, Jean de Tournes, 1547 et Paris, Etienne Groulleau, 1547 ; Baliverneries ou Contes nouveaux d’Eutrapel, Paris, Etienne Groulleau, Nicolas Buffet, 1548 ; Contes et Discours d’Eutrapel, Rennes, Noël Glamet de Quinpercorentin, 1585) et juridiques (Petits Memoires et Tablettes, recueillies des notables Arrests, donnez en la Court du Parlement de Bretagne reveuz et augmentez de plusieurs autres beaux Arrests, en la seconde edition, Rennes, Julien du Clos, 1576 ; Mémoires recueillis et extraicts des notables et plus solemnels arrests du Parlement de Bretagne, Rennes, Julien du Clos, 1579). Sa personnalité a intéressé depuis longtemps les historiens qui ont puisé dans les Propos Rustiques des images de la vie du temps (Robert Muchembled) ; des travaux récents et moins récents ont exploré ses œuvres littéraires (Arthur de La Borderie, Emmanuel Philipot, Gabriel-André Pérouse, Valerio Cordiner, Marie-Claire Thomine-Bichard) et juridiques (Bruno Méniel, ou Xavier Godin, qui a mis au jour une édition – la seconde – des Petits Memoires et Tablettes, recueillies des notables Arrests, donnez en la Court du Parlement de Bretagne, que l’on croyait disparus). Un premier et riche colloque international lui fut consacré, les 3 et 4 juin 1987, dans sa bonne ville de Rennes, sous la houlette de Catherine Magnien-Simonin ; les actes en ont été réunis sous le titre Noël Du Fail écrivain (Paris, Vrin, 1991).

Le colloque international qui se déroulera à Rennes les 9 et 10 juillet 2020, aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, se propose d’élargir la perspective, en creusant plusieurs aspects de son œuvre, à la fois narrative et juridique et en étudiant de plus près le milieu rennais dans lequel il évoluait : il s’agira de faire dialoguer de manière fructueuse non seulement des littéraires et des linguistes, mais aussi des historiens, historiens des religions et des mentalités, historiens du droit, historiens du livre. En l’absence de tout portrait peint ou gravé de Noël Du Fail, pourront ainsi se dessiner, par de multiples touches, les différents visages de celui que l’un de ses contemporains a pu qualifier de « Protée », gentilhomme breton, auteur facétieux, juriste, compilateur, lecteur érudit et touche à tout, écrivain conscience critique de son temps.

Parmi les pistes qui pourront être explorées lors de ce colloque (liste non limitative) :

  • Noël Du Fail, magistrat et juriste ; conceptions de la justice ; regard du juriste sur la société de son temps ; influence des pratiques du juriste sur l’œuvre littéraire.
  • Noël Du Fail gentilhomme ; éthique nobiliaire et pratique littéraire ; otium litteratum ; conceptions du rôle de la noblesse.
  • Noël Du Fail rennais ; aspects historiques et géographiques ; le milieu familial, amical et socio-professionnel ; les réseaux d’influence ; une figure emblématique de la Bretagne.
  • Noël Du Fail lecteur : sources et influences ; auteurs latins de l’éloge de la vie rustique ; œuvres comiques, comédies, facéties ; Érasme ; Rabelais.
  • Noël Du Fail écrivain ; représentations de l’espace, de la société du temps ; villes et campagnes ; urbanitas et rusticitas ; l’écriture comique ; les langues de Noël Du Fail ; contribution à l’histoire du vocabulaire français ; éthique et philosophie morale ; les contes et discours « bigarrés » ; pratiques du devis et du dialogue.
  • Noël Du Fail, homme du livre : les imprimeurs lyonnais, parisiens et rennais des œuvres de Noël Du Fail ; histoire éditoriale des œuvres juridiques, des œuvres facétieuses.
  • Noël Du Fail conscience critique de son temps : regards sur la religion, la justice et les lois, les femmes et le mariage, les classes sociales, le gouvernement, la politique intérieure et extérieure du royaume de France, la vacation/vocation militaire.
  • Noël Du Fail et l’art de son temps : bambochades, tableaux à la Brueghel.
  • Noël Du Fail et ses publics : l’influence de ses œuvres littéraires et juridiques du XVIe siècle à aujourd’hui ; ses lecteurs ; son rayonnement en France et hors de France.
  • Postérité de Noël Du Fail : Eutrapel sur les tréteaux (Bruscambille au XVIIe s.) ; place de Noël Du Fail dans les anthologies, les histoires littéraires ; la redécouverte de ses œuvres narratives au XIXe siècle ; la postérité de ses œuvres juridiques.

Centres de recherche partenaires : CELLAM, HCA et Tempora (Université de Rennes), L’AMo (Université de Nantes), ALITHILA (Université de Lille). En partenariat avec l’Association des Amis de Noël Du Fail et sous le patronage de la S.F.D.E.S (Société Française d’Étude du Seizième Siècle)

Le colloque sera précédé d’une journée d’étude consacrée à l’Eutrapélie, XVIe-XVIIe siècles, organisée par Charles Olivier Stiker-Métral et Marie-Claire Thomine (jeudi 14 mai 2020, Université de Lille, Maison de la Recherche).

Pour le colloque rennais sur Noël Du Fail, les propositions de communication (15 lignes maximum) sont à adresser pour le 15 septembre 2019 à Emmanuel Buron, Bruno Méniel et Marie-Claire Thomine.

emmanuel.buron@univ-rennes2.fr

bruno.meniel@univ-nantes.fr

marie-claire.thomine@univ-lille.fr

Ces propositions seront examinées par le comité scientifique du colloque. Les frais d’hébergement, mais non de transport, des participants pourront être pris en charge (dans la limite de deux nuits).

Comité scientifique :

Jean-Claude Arnould (Université de Rouen), Emmanuel Buron (Université de Rennes), Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes), Xavier Godin (Université de Nantes), Estelle Leutrat (Université de Rennes), Philippe Hamon (Université de Rennes), Bruno Méniel (Université de Nantes), Marie-Claire Thomine (Université de Lille), Malcolm Walsby (Université de Lyon, ENSSIB).

La Maison des Chevaliers Une demeure dans son histoire à Viviers de Yves Esquieu (dir.), Christian Trézin ET MARTINE VASSELIN

 

Parution mai 2019.

Yves Esquieu (dir.), Christian Trézin et Martine Vasselin, archéologues et historiens de l’art, réalisent avec cet ouvrage une synthèse des connaissances sur la Maison des Chevaliers,
située sur la rive droite du Rhône, dans la ville épiscopale de Viviers, en Ardèche.
Exceptionnelle, cette maison urbaine l’est en tous points depuis les travaux entrepris au XVIe siècle par un personnage hors norme, Noël Albert. Sa maison présente un riche décor sculpté
en façade qui la place parmi les exemples précurseurs de l’architecture Renaissance, prenant modèle sur les plus grands châteaux de la proche région du Tricastin.
Les auteurs nous emmènent à la découverte d’une maison et de son propriétaire, et à travers eux, dans des histoires  rocambolesques de chevaliers.

Lien vers le site de l’éditeur.

 

 

Langues hybrides: expérimentations linguistiques et littéraires (XVe-début XVIIe siècle) Hybridsprachen: Linguistische und literarische Untersuchungen (15.−Anfang 17. Jh.)

Langues hybrides: expérimentations linguistiques et littéraires (XVe-début XVIIe siècle), Hybridsprachen: Linguistische und literarische Untersuchungen (15.−Anfang 17. Jh.), coordination éditoriale de Anne-Pascale POUEY-MOUNOU, Paul J. SMITH, Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, De lingua et linguis VI, 2019.

Au cœur des contextes plurilingues et de l’effervescence linguistique de la période allant du XVe au début du XVIIe siècle, la langue d’art jouit d’un statut à part. Déployée aux extrêmes limites de la langue d’usage, remarquable par les rapports comme par l’écart qu’elle entretient à son égard, la langue d’art met en scène les rencontres et les mélanges linguistiques, les réélabore et les sublime dans un multilinguisme expérimental ; façonnée au contact des parlers réels et soucieuse d’« illustration », elle témoigne à la fois d’une vive conscience linguistique et d’une revendication esthétique. Le présent volume s’efforce de l’appréhender en tant que « laboratoire » des langues vernaculaires, dans ses contextes d’apparition et dans ses interactions avec l’usage. Ce faisant, il interroge les limites de nos connaissances sur les langages parlés et nos préjugés sur la valeur documentaire des textes, les hiérarchies et les codes de référence implicites, et tente à partir de là d’esquisser des pistes méthodologiques pour analyser ces corpus qui résistent aux approches tant sociolinguistiques, qu’historiques et littéraires. À travers de nombreuses études de cas, il en considère ainsi les manifestations, les modes de réalisation, les intentions et les enjeux, débouchant sur une poétique des genres (théâtre et satire) et de corpus représentatifs (langues artificielles, imitations et traductions), dans de véritables recréations linguistiques.

Im Klima der Vielsprachigkeit und des Sprachenthusiasmus, das sich vom 15. bis zum Beginn des 17. Jahrhunderts entwickelte, spielten Kunstsprachen eine besondere Rolle. Am äußersten Rand des Sprachgebrauchs angesiedelt stehen sie zu diesem in einem ausgeprägten Spannungsverhältnis von Abgrenzung und Wechselwirkung. Kunstsprachen inszenieren die Konfrontationen und Vermischungen der Alltagssprachen, aktualisieren und sublimieren sie in einer experimentellen Mehrsprachigkeit. Weil Kunstsprachen vom Kontakt mit den sprachlichen Wirklichkeiten geprägt sind und nach einem neuen Prestige streben, spiegeln sich in ihnen ein lebendiges Sprachbewusstsein und ein ästhetischer Anspruch gleichermaßen. Der vorliegende Band schlägt vor, Kunstsprache als „Laboratorium“ der Volkssprachen in ihren Entstehungskontexten und in ihrer Interaktion mit dem Sprachgebrauch zu verstehen. Mit dieser Herangehensweise werden die Grenzen unseres Wissens über gesprochene Sprache sowie über den dokumentarischen Wert von Texten neu hinterfragt, und auch ihre Hierarchien und impliziten Referenzcodes. Auf diese Weise werden neue methodische Zugänge zu Korpora vorgeschlagen, die sich soziolinguistischen ebenso wie historischen und literarischen Annäherungen entziehen. Vermittels der im Band versammelten Fallstudien werden ihre Erscheinungsformen, ihre Realisationsmodi, ihre Absichten ___ und ihre Tücken untersucht. Daraus entsteht eine Poetik der Gattungen (Theater und Satire) und repräsentativer Korpora (künstliche Sprache, Imitationen und Übersetzungen), die im Wortsinn als sprachliche Neuschöpfungen zu verstehen sind.

Table des matières

Avant-propos – Vorwort (Elsa Kammerer, Jan-Dirk Müller)
Introduction (Anne-Pascale Pouey-Mounou, Paul J. Smith)

I – Du plurilinguisme au multilinguisme : cadres généraux / Vom Plurilinguismus zum Multilinguismus : Rahmenskizze
L’hybridité foncière du vernaculaire ou le français plurilingue (1300- 1600) (Jelle Koopmans)
Expérimentations littéraires, hybridation linguistique et conscience des langues au XVIe siècle (Martine Furno)
Typologie de l’hybridisme linguistique dans la littérature italienne entre le XVe et le XVIe siècle (Ivano Paccagnella)
Du polifilo aux Macaronee, deux façons de fondre langues vulgaires et latin (Mario Pozzi)

II – Du plurilinguisme au multilinguisme : études de cas / Vom Plurilinguismus zum Multilinguismus : Fallstudien
A propos de processus d’hybridation linguistique : du « fastidìo » de Carvajal
aux « variis linguis » de Torres Naharro (Anne-Marie Lievens)
L’invention de l’« hispano-latin » : un cas d’hybridation linguistique (Roland Béhar)
Deux langues hybrides à la cour de Henri III : le messeresque et le gratia- nesque (Jean Balsamo)
Comme le beurre au soleil. Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde (1540- 1598) face aux mouvements d’hybridation et de purification aux Pays-Bas multilingues (Alisa van de Haar)
L’hybridité érudite des poèmes de circonstance scaldiques et anglo-saxons modernes (Sophie van Romburgh)

III – Poétique des genres : le théâtre et la satire / Gattungspoetik : Theater und Satire
Il vespro delle voci. Langues hybrides sur la scène vénitienne de la Renais- sance (Piermario Vescovo)
Langues sur scène – et ce qu’elles communiquent (1450-1550) (Jelle Koopmans)
Caprices linguistiques dans la satire hybride : Ulrich von Hutten, Crotus Rubeanus, Théodore de Bèze (Jeltine Ledegang-Keegstra)
La tradition macaronique dans l’Anti-Choppin de Jean Hotman (Carole Primot)
Du macaronique au « maccaronesque » : la première traduction française du Baldus de Folengo (Carole Primot)
Harangues en langues hybrides : la rhétorique confrontée au mélange des langues (Claudine Nédelec)

IV – Rabelais et Fischart / Rabelais und Fischart
Rabelais et le mélange des hybrides (Anne-Pascale Pouey-Mounou)
Languegoth et français mêlé chez Rabelais (Marie-Luce Demonet)
Enthousiasme, fureur et ergeysterung. Une nouvelle hypothèse d’interprétation du Glucktratrara de Johann Fischart (1575-1590) (Elsa Kammerer)
Sprachhybridisierung und Mythensynkretismus in Johann Fischarts Geschicht- klitterung. Versuch über die Pantagruelische Vorsagung (Tobias Bulang)
Sprachspiel, Sprachenvielfalt und Hybridisierung in Johann Fischarts Geschichtklitterung (Beate Kellner)