Tous les articles par Sandra Provini

Nouvelle rubrique : actualités musicales

 

                            Trois musiciennes, Flandre, c.1530 LACMA

 

Cette rubrique est consacrée aux comptes rendus de livres et aux recensions d’enregistrements de musique du XVIe siècle, et, plus largement, de la Renaissance, parus dans le monde entier et dans toutes les langues. Elle publie également l’annonce de concerts portant sur la même période en France.

Vous pouvez soumettre un compte rendu, une recension ou l’annonce d’un concert à l’adresse suivante : jorge.morales@orange.fr

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Carlo Gesualdo, Secondo libro di madrigali a cinque voci

Carlo Gesualdo (1566-1613)

Secondo libro di madrigali a cinque voci (1594)

La Compagnia del Madrigale

Glossa GCD922809. 2019, 1h07

La Compagnia del Madrigale, Carlo Gesualdo, __ - Secondo Libro Di Madrigali  - Amazon.com Music
 

La Compagnia del Madrigale nous livre un enregistrement éblouissant du Deuxième livre de madrigaux de Gesualdo, publié lorsque le compositeur arrive à la cour de Ferrare pour épouser Leonora d’Este, quatre ans après le double homicide de Naples.

Les madrigaux de ce recueil sont composés dans ce qu’il convient d’appeler « le premier style du maître », pour reprendre les mots de Marco Bizzarini, encore éloigné des harmonies tortueuses et des atmosphères de sombre stupeur qui caractérisent ses derniers livres.

Un modèle du genre est le madrigal Da l’odorate spoglie, sur un poème d’Orsina Cavaletta. La simplicité raffinée et du texte et du contrepoint montre que Ferrare était alors une des cours les plus sophistiquées d’Europe.

L’interprétation du madrigal Se così dolce è il duolo fait parfaitement entendre l’expression des sentiments contrastés de la poesia per musica du Tasse, ce qui est également le cas du madrigal O com’è gran martire, sur un poème de Guarini, dont la douceur inquiète montre une autre facette de la personnalité du compositeur.

Les chanteurs de La Compagnia restituent avec brio toute la richesse de l’orfèvrerie musico-poétique des pièces (les madrigaux Caro amoroso neo, sur un poème du Tasse, et Sento che nel partire valent le détour) et font goûter à l’auditeur tous les ingrédients dramatiques des madrigaux de ce livre, finement choisis par le compositeur et magnifiquement interprétés. En dévoilant des aspects peu connus de sa production madrigalesque, La Compagnia del Madrigale brosse un portrait plus complet de ce prince musicien.

En complément de ce remarquable enregistrement, sont proposés huit madrigaux de plusieurs compositeurs influencés par les techniques de composition gesualdiennes dont le plus impressionnant est le madrigal Ecco morirò dunque ! de Sigismondo D’India. Les interprètes donnent à entendre toute la vertigineuse audace harmonique de ce bijou de la production romaine du musicien.

Cet enregistrement est l’un des plus fins témoignages de la fécondité de la musique de Gesualdo ainsi qu’un vibrant hommage au musicologue Anthony Newcomb, spécialiste de renom du madrigal ferrarais, disparu en 2018, à qui ce disque est dédié.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance

LE XVIE S. DANS LES PROGRAMMES : LETTRES

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

Année 2021-2022

LETTRES

Version PDF à télécharger ici.

Agrégations de Lettres 2022

Joachim Du Bellay, Les Regrets, suivi des Antiquités de Rome et du songe, LGF, Le Livre de Poche classique, 2002.

CAPES de Lettres 2022

Corpus de quatre œuvres pour le nouveau concours, session 2022

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Classes préparatoires concours 2022

• A/L 2022
Corpus de quatre œuvres littéraires pour l’épreuve de tronc commun

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Corpus de trois œuvres littéraires pour l’épreuve d’option

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

• CPGE scientifiques
Corpus de trois œuvres littéraires et philosophiques

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Lycée (filière générale)

• Seconde
Le programme de français comprend quatre objets d’étude en français, dont un inclut le XVIe siècle :

–  La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle

–  La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

–  Le roman et le récit du XVIIIe siècle au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

• Première
Le programme de français est renouvelé par quart tous les ans, autour de quatre objets d’étude, dont deux incluent le XVIe siècle :

–  La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

–  La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

–  Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Une œuvre du XVIe siècle figure dans le programme 2022, pour quatre ans :

Rabelais, Gargantua (axe : La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle ; parcours : Rire et savoir)

• Option Humanités, littérature et philosophie (HPL)
Le programme ne comporte pas d’œuvres imposées, mais un parcours d’histoire littéraire. Le XVIe siècle figure en première, au second semestre, autour du thème «Les représentations du monde ». Un large choix d’œuvres est proposé aux enseignants :

Extrait des programmes :

Les représentations du monde

Période de référence : Renaissance, Âge classique, Lumières

– Découverte du monde et pluralité des cultures

Bartolomé de las Casas, Brève relation de la destruction des Indes (1552). Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Giordano Bruno, De l’infini, de l’univers et des mondes (1584). Montaigne, Essais, I.31 [Des Cannibales] (1588).

– Décrire, figurer, imaginer

Alberti, De la Peinture (1441). Dürer, Traité des proportions (1528). Thomas More, Utopia (1516). Rabelais, Le Quart-Livre (1552). André Thévet, Les singularitez de la France antarctique (1557). Benvenuto Cellini, Vie de Benvenuto Cellini par lui-même (1567). Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes [Discours préliminaire, De l’origine des arts du dessin] (1568). Montaigne, Essais, III.6 [Des coches] (1588).

– L’homme et l’animal

Montaigne, Essais, II.12 [Apologie de Raymond Sebond] (1580-1588). A. Paré, Des monstres et prodiges (1573).

Collège

Le XVIe siècle est peu présent dans les programmes de français du collège. Ci-dessous, quelques parties du programme dans lesquels il peut trouver sa place.

Extraits des programmes :

5e. Thème : Se chercher, se construire

Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

On peut étudier :
–en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 3 : « Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles »), des extraits d’œuvres évoquant les grandes découvertes (récits contemporains ou postérieurs à cette époque, non fictifs ou fictifs) On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des poèmes évoquant les voyages et la séduction de l’ailleurs ou un roman d’aventures.

L’être humain est-il maître de la nature ?

On peut étudier ou exploiter :
−en lien avec la programmation annuelle en histoire et en géographie, des descriptions réalistes ou poétiques, des enluminures, des œuvres gravées ou peintes témoignant de l’art de discipliner la nature du Moyen Âge à l’époque classique, ou d’en rêver les beautés réelles ou imaginaires ;

−des récits d’anticipation, des témoignages photographiques sur l’évolution des paysages et des modes de vie.

4e. Thème : Se chercher, se construire

Dire l’amour

On étudie :
−un ensemble de poèmes d’amour, de l’Antiquité à nos jours.
On peut aussi étudier une tragédie du XVIIe siècle, une comédie du XVIIIe siècle ou un drame du XIXe siècle, ou encore des extraits de nouvelles, de romans et de films présentant l’analyse du sentiment amoureux.

3e. Thème : Vivre en société, participer à la société

Dénoncer les travers de la société
On étudie :
−des œuvres ou textes de l’Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet) et

−des dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinée.
On peut aussi exploiter des extraits de spectacles, d’émissions radiophoniques ou télévisées, ou de créations numériques à caractère satirique.

Dernière actualisation : octobre 2021

Conférences d’agrégation sur Du Bellay

L’enregistrement vidéo de trois conférences consacrées au programme d’agrégation sur les recueils romains de Joachim Du Bellay (Université Bordeaux Montaigne, 24 octobre 2021) vient d’être mis en ligne sur le site du Centre Montaigne :

– Marie-Bénédicte Le Hir (UBM-CESR) : «Les Regrets comme poésie de la vertu : le modèle hésiodique»

– Nina Mueggler (Université de Fribourg) : «Du Bellay en ses Regrets : ‘je’ et les autres»

–  Agnès Rees (UTLM) :  «Douce mère d’amour, gaillarde Cyprienne…» : étude littéraire des sonnets 89-100 des Regrets. 

Diane en son paradis d’Anet

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du Château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Paris, Le Passage, 2021.

Diane de Poitiers (1500-1566), veuve de Louis de Brézé et favorite du roi Henri II, fait bâtir avec l’appui d’un amant de vingt ans son cadet et le concours des artistes de Fontainebleau le château d’Anet, chef d’œuvre de l’architecture de la Renaissance française.

Mais c’est cette autre Diane, la chasseresse des Anciens, vive et farouche, dont la superbe figure coïncide si bien avec celle de la maîtresse des lieux, qui apparaît dans les deux principaux cycles narratifs du château : celui d’une célèbre tenture de tapisseries en onze pièces, et celui des vitraux en émail blanc qui occupaient les fenêtres du premier étage, notamment celles de l’appartement du roi.

Ce livre, qui conjugue et accorde les recherches de cinq historiens (de la littérature, du dessin, de la peinture et du vitrail), s’attache à ces deux ensembles, les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Il révèle le programme des tapisseries, sonde sa maîtrise des humanités, prend en compte sa date plus précoce qu’on ne le pensait – 1547 – et donne le nom de son auteur, le poète Jacques de Vintimille, habile précurseur de la Pléiade. L’ouvrage montre aussi qu’un peintre de l’école de Fontainebleau, Charles Carmoy, collaborateur de Primatice que Rabelais avait pris soin de mentionner dans son Pantagruel, dut en donner les dessins et les cartons.

L’examen de toutes ces œuvres signale que, dans les vitraux comme dans les tapisseries, l’histoire et le mythe prenaient place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permettait à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Sous la direction de Dominique Cordellier, Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre. Textes de Luisa Capodieci, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Dominique Cordellier, Paul-Victor Desarbres, Maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Françoise Gatouillat, Ingénieur de recherche honoraire au ministère de la Culture et de la Communication et Cécile Scailliérez, Conservateur général du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre.

Présentation du livre sur le site de l’éditeur.

« D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583

Nina Hugot, « D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DCXXVII], 2021.

Voici comment, dans un prologue adressé au Roi, Étienne Jodelle définit la pièce qui est sur le point d’être jouée devant lui : […] C’est une Tragedie. Qui d’une voix et plaintive et hardie Te represente un Romain Marc Antoine Et Cléopatre Egyptienne Roine […]. Si la voix de la tragédie est « et plaintive et hardie », la critique moderne a essentiellement retenu le premier adjectif, jusqu’à en faire un point majeur de la définition du genre au XVIe siècle. Que faire alors de la seconde épithète avancée par Jodelle ? Le dramaturge définit ici la voix de sa tragédie, mais il s’agit également pour lui d’y associer la voix de son héroïne, Cléopâtre, dont la hardiesse est célébrée dans la pièce. Nina Hugot examine l’ensemble des pièces tragiques imprimées entre 1537 et 1583 et souligne l’importance des deux versants de cette caractérisation de la tragédie et de son héroïne dans la constitution de l’esthétique du genre au XVIe siècle.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Appel à communication

« Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) »

Colloque organisé par Caroline Trotot (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel), Violaine Giacomotto-Charra (projet HumanA Université Bordeaux-Montaigne, Centre Montaigne) et Nicole Dufournaud (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel)

Bordeaux, 29-30 juin 2022, Bibliothèque Municipale de Bordeaux

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau), Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Sandra Provini (Université de Rouen Normandie), François Rouget (Queen’s University, Kingston, Canada), Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Bien qu’elles aient été exclues de nombreuses institutions savantes de la Renaissance, universités ou collèges royaux, les femmes ont joué un rôle important dans la construction, la diffusion et la transmission des savoirs et de la culture, dans les réseaux de sociabilité et de clientèle, et ce à différents niveaux de la vie nobiliaire, urbaine et lettrée. En témoigne le grand nombre d’ouvrages qui leur est dédicacé ou l’influence qu’elles ont exercée sur le monde des arts [Wilson-Chevalier 2007][1]. Depuis la remarquable étude d’ensemble d’Evelyne Berriot-Salvadore [1990][2], des travaux essentiels ont été menés, non seulement sur de grandes figures nobiliaires comme les reines de Navarre ou Catherine de Médicis, mais aussi sur des ensembles plus vastes. La grande étude de Linda Timmermans [2005][3] montre ainsi que les femmes sont très nombreuses à participer à la culture au XVIIe siècle. De même, la partie consacrée à la période 1475-1615 par Éliane Viennot dans la récente histoire littéraire réalisée sous la direction de Martine Reid, Femmes et littérature, une histoire culturelle [2020][4], invite à renouveler une vision trop masculinisée de la littérature de la Renaissance et recense près de cent quarante autrices pour le 16e siècle [p. 223].

Ce colloque, au croisement d’un projet qui analyse la place des femmes dans la cité (https://citedesdames.hypotheses.org/ ) et d’un autre qui s’interroge sur les réseaux lettrés bordelais (https://centre-montaigne.huma-num.fr/projets-du-crmt/humana.html ), souhaite se pencher plus précisément sur la présence des femmes et sur les modalités variées de cette présence, parfois discrète ou oubliée, dans la construction et la diffusion des savoirs comme dans la vie intellectuelle et artistique de la Renaissance, en s’interrogeant plus particulièrement sur leur rôle dans l’histoire des villes, qui sont elles-mêmes des foyers intellectuels et politiques, des carrefours, des points de départ et de retour, des lieux de passages, des modèles (ou des contre-modèles), incluant des espaces divers (la cour, l’université, les académies). Il s’agira donc de contribuer également à une réflexion pluridisciplinaire sur l’histoire des villes dans la première modernité, en jetant la lumière sur la manière dont leur évolution est liée à leur nature de lieux de savoir et de culture. On tentera ainsi de poursuivre le travail pionnier mené par Michèle Clément et Janine Incardona [2008][5] pour analyser les liens unissant la ville de Lyon, l’humanisme et les femmes ainsi que celui de Kendall B. Tarte à propos des Dames des Roches et de la ville de Poitiers, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon [2007][6].

Les pistes à explorer sont nombreuses et variées, des plus matérielles au plus immatérielles :

– On pourra s’interroger d’abord sur la présence concrète des femmes dans les villes et les traces qu’elles y ont laissées : quel rôle les femmes ont-elles joué dans l’aménagement des villes, leur transformation pour accueillir les activités privilégiées de la culture humaniste et la diffuser ? On peut penser ici aussi bien aux lieux privés et de représentation que sont les demeures nobles (Catherine de Médicis et l’Hôtel de la Reine, Marguerite de Valois et l’Hôtel de la Reine Marguerite) ou bourgeoises, ainsi qu’à leurs jardins, ou encore à la fondation, à l’aménagement et au développement des lieux d’éducation et de savoir (collèges, académies). Ce dernier point ouvre la piste de leur rôle dans l’éducation, la transmission des savoirs et leur construction, grâce aux lieux urbains aménagés ou investis mais aussi grâce à leur rôle dans l’éducation à domicile, qui reste essentielle pour la noblesse (c’est à une femme qu’est dédié l’essai « De l’institution des enfants »).  Par ailleurs, les modalités de l’éducation des filles, au château ou en milieu urbain, en dehors des collèges réservés aux garçons, sont encore imparfaitement connues. Quels lieux pour cette éducation ? Peut-on considérer les nombreux livres de philosophie dédiés à des dames comme une manière de construire un lieu d’éducation féminin, ou en tout cas accessible aux femmes alors que les collèges sont des lieux urbains et exclusivement masculins. D’une manière générale, on pourra se poser la question de la spécificité de lieux féminins par rapport à ceux construits autour de figures masculines, comme les couvents de femmes, ou encore analyser la manière de nommer des lieux organisés par ou pour les femmes, en saisissant ces phénomènes en diachronie (par exemple, l’émergence du concept de « salon » et la difficulté à nommer les lieux féminins de sociabilité littéraire du 16e siècle).

– Le rôle des femmes peut également être exploré à travers l’analyse des modalités de leur présence dans la ville : rôle social et culturel, en particulier quand elles sont au centre d’une cour ou d’une Académie, modalités de présence dans les milieux du livre (qu’elles soient autrices ou professionnelles du livre, épouse active d’un imprimeur-libraire ou elle-même à la tête d’une boutique de libraire ou d’un atelier d’imprimeur). Il pourra s’agir ici aussi bien de leur présence concrète et de leur rôle dans l’atelier et dans le système général de l’économie du livre, que de l’étude des réseaux au cœur desquels se trouve l’atelier ou encore de leur rôle intellectuel : livres écrits pour les dames ou dédiés aux dames, importance du mécénat et de la protection exercés par des femmes. La question du livre et celle des lieux d’habitation et de vie intellectuelle peuvent également se rejoindre à travers celle des bibliothèques féminines.

– Une autre question posée est celle du rôle des femmes dans les réseaux dont les villes sont des nœuds concrets autant que symboliques, noyaux et modèles d’un tissu de villes plus petites et de châteaux gravitant autour de villes plus importantes. On pourra s’intéresser ici au rôle de passeur de certaines figures féminines, qui après un séjour à la cour se font mécènes en leur domaine (comme Jacquette de Montbron), à celles qui vivent ainsi entre leurs châteaux et les centres urbains, et à tout ce qui rend aujourd’hui encore visibles ces réseaux : les éventuelles traces matérielles (architecture, ornements, jardins) mais aussi les correspondances, les traces archivistiques, les enseignements du péritexte des livres publiés ou la célébration de certaines figures par les poètes.

– Enfin, le colloque s’intéressera à la question de la mémoire et de la préservation de cet héritage : comment nommer et rendre visible aujourd’hui ce rôle, identifier et caractériser ces traces ? Comment les décrire, en parler, les traiter ? Exigent-ils une approche ou une méthode spécifique ? Comment rendre visibles ces problématiques aujourd’hui avec les outils numériques et plus largement penser et valoriser les traces dans les villes contemporaines ?

La période couverte par le colloque va de 1492, naissance de la première Marguerite de Navarre, à 1615, mort de la dernière. Les propositions pourront être centrées sur une figure féminine aussi bien qu’un groupe ou un réseau, mais aussi un milieu urbain particulier, un type de lieu ou tout autre approche pertinente par rapport au sujet, dans diverses disciplines notamment littérature, histoire, histoire des arts, humanités numériques.

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximun, accompagnées d’une courte bio-bibliographie d’une page maximum sont à adresser à l’adresse générique colloquefemmeshumanisme@gmx.fr pour le 15 décembre 2021.

Continuer la lecture de Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Le discours mystique, entre Moyen Âge et première modernité

Le discours mystique, entre Moyen Âge et première modernité. 3. L’institution à l’épreuve, dir. V. Ferrer, M.-C. Gomez-Géraud, J.-R. Valette, Paris, Champion, 2021.

Du XIIe siècle au seuil des Lumières, le discours mystique s’offre comme un carrefour dont l’intelligibilité se déploie autour de quatre pôles pour former ce que P. Gire nomme un carré mystique. Après le langage (2019), le sujet (2019), et avant la révélation (à paraître), ce volume s’attache au pôle de l’institution religieuse, qui se caractérise à la fois par sa force de transmission et par sa capacité de contrainte. Cette dualité interne explique la relation paradoxale qui unit les mystiques à la religion instituée, entre contestation et subordination. La réflexion collective menée ici entend reconsidérer ce rapport propre à n’offrir d’autre voie pour le sujet que la dissidence ou sa neutralisation par le corps ecclésial. L’institution est aussi le lieu où se fonde la mystique, où elle se réinvente.

Lien vers le site de l’éditeur.

Sous le soleil noir : discours et représentations de la mélancolie dans la littérature médiévale et renaissante

Sous le Soleil noir : discours et représentations de la mélancolie dans la littérature médiévale et renaissante

Colloque franco-polonais, Université de Cracovie

14-15 octobre 2021

Jeudi 14 octobre: Salle Bobrzyńskiego (Collegium Maius)

13.30-14.00 visite du Musée de l’Université (Collegium Maius)
14.00-14.30 ouverture du Colloque

Première session, présidence : Véronique Ferrer

14.30-15.00 Barbara Marczuk (Cracovie) : « En guise d’introduction : mélancolie – regard médical (Aristote Problème XXX, Marsile Ficin, André du Laurens, Robert Burton) »
15.00-15.30 Katarzyna Dybeł (Cracovie) :  « Soigner la mélancolie au Moyen Âge : conseils et remèdes tirés des romans français des XIIe-XIIIe siècles »
15.30-16.15 discussion et pause

Deuxième session, présidence : Isabelle Fabre

16.15-16.45 Joanna Gorecka-Kalita (Cracovie): “Tristan et le démon de midi”
16.45-17.15 Agata Sobczyk (Varsovie)  Deuil et mélancolie de Narcisse: Le joli buisson de jeunesse de Jean Froissart (1373)”.
17.15-17.45 Marianne Closson (Université d’Artois), « Mélancolie, illusion diabolique et création artistique »
17.45-18.30 discussion et pause

Vendredi 15 octobre : salle A2, Collegium Paderevianum (siège de l’Institut de Philologie Romane)

Troisième sessionprésidence : Marianne Closson

9.00-9.30 Elwira Buszewicz (Cracovie), Entre dépression et ennui. Étranges mélancolies de Clemens Ianitius (1516-1543)
9.30-10.00 Véronique Ferrer (Université Paris Nanterre), « “Eros mélancolique”. La folie d’amour chez les poètes de la fin du XVIe siècle »
10.00-10.30 Magdalena Koźluk (Łódź) Les phantasmata du mélancolique d’après Louis Caseneuve (1626) (video-conférence)
10.30-11.15 discussion et pause

Quatrième session, présidence :  Dariusz Krawczyk

11.15-11.45 Olivier Millet (Sorbonne Université) : “La mélancolie dans Les Regrets de Du Bellay, sa place parmi les autres humeurs et sa thérapie”.
11.45-12.15 Dorota Szeliga (Université de Varsovie) “Les “reliques cendreuses” de la Ville éternelle. Mélancolie et espoir dans Les Antiquités de Rome de Joachim Du Bellay”

12.15-12.45 Discussion

Cinquième session, présidence : Olivier Millet

14.15-14.45 Isabelle Fabre (Université Paris Nanterre), “Les eaux mélancoliques. Poétique du Ps. 137 de Gerson à Marot”
14.45-15.15 Brenda Dunn-Lardeau (Université de Montréal), « Le mot et l’idée de mélancolie dans quelques Chansons spirituelles de Marguerite de Navarre ».
15.15-15.45 Dariusz Krawczyk (Université de Varsovie) “Paysages de la mélancolie dans les longs poèmes apocalyptiques français”
15.45 discussion, pause
16.30 clôture du colloque : Dariusz Krawczyk

Responsables : Véronique Ferrer, Dariusz Krawczyk et Barbara Marczuk

Programme au format PDF.

(Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times

Workshop (Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times

 – , 1:40PM – 6:30PM
Contact
warburg@sas.ac.uk
020 7862 8910

Names and epithets, historical facts, rituals and monuments, textual fragments, plants and places: these are samples of the wide material that the mythographic tradition deals with. How do we organise it? What data to choose, how to present it and what for? This workshop will question the different forms of mythographic compilation. Many of them baffle our sense of order and classification and it is tempting to qualify them as confused bundles. But, by orchestrating the collection of ancient texts and/or images and thus arranging different circulations in the treasure of ancient knowledge, mythographies present themselves as creative enterprises. Could we argue that compilation is a form of thought inherent in mythological creation, even in its artistic forms? Homer’s poems are based on different modes of assemblage and were immediately received as a mythographic encyclopaedia.

By visiting some of the compilation models developed since Antiquity, we will interrogate the ways in which they give new meanings to the ancient pantheon. Poetics, iconology, hermeneutic and anthropology are intimately linked here. How could we describe the forms of mythographic compilation? What mental procedures underlie them? What intellectual operations do they require of their users? To what extent a conception of the order of things can be read through their specific arrangement of data, how do they reflect a specific state of culture? These issues will be raised through images, texts, and artefacts. Although these domains obey their own logic, an important part of the mythographic production is found at their interface.

Organised by Céline Bohnert (Warburg Institute Visiting Fellow).

image: detail from Raffaelo’s Concilio degli dei, Villa Farnesina, Rome, c. 1517-1518

PROGRAMME (UK time / GMT):

Thursday, November 25th

13:40 – Welcome & Introduction

14:00 – *François Lissarrague (EHESS): ‘La mise en ordre et en image des exploits d’Héraclès et de Thésée’. Q&A

15:00 – Charles Delattre (Univ. Lille): ‘Mythography as visual art? From the compilation of data to their representation in the mythographic treatises of Palatinus Graecus 398′. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – Frank Coulson (Univ. Iowa): ‘Cataloguing the medieval Latin commentaries on Ovid’s Metamorphoses:  Problems and Perspectives’. Q&A

17:30 – Lorenza Gay (Independant Scholar): ‘”Selon l’istorial matiere” Depictions and Interpretations of the Greco-Roman Gods in Late Medieval French Illuminated Manuscripts: Building Meaning(s) in Texts and Images from the Ovide moralisé to Christine de Pizan’. Q&A

Friday, November 26th

15:00 – Elisa Sani (Courtauld Institute): ‘Feasting with the Gods: Ancient mythology on Italian Renaissance ceramics’. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – *Françoise Graziani (Univ. Corte): ‘De la composition des mythographies renaissantes’. Q&A

17:30 – Agnès Guiderdoni (Univ. Louvain, FNRS): ‘From Mythography to Iconology: Images of the Gods Reordered by Jean Baudoin (Conti, Mythologie, 1627)’. Q&A

*English translations of these papers will be provided.

FREE VIA ZOOM. PLEASE BOOK IN ADVANCE

Réservation : https://sas.sym-online.com/registrationforms/warburg-booking43389/done/

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais, dir. Franco Giacone et Paola Cifarelli, Études rabelaisiennes, LIX, Genève, Droz, 2020, 320 p.

Le volume LIX des Études rabelaisiennes regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu en septembre 2015, à Turin et à Torre Pellice, chez les Vaudois du Piémont. Il s’agit du quatrième colloque rabelaisien en Italie, après ceux sur le Tiers livre (Rome, 1996), sur le Cinquiesme livre (Rome, 1998) et sur le Quart livre (Rome, 2011), sans compter celui sur La Langue de Rabelais – La Langue de Montaigne (Rome, 2003). Le choix du Piémont n’est pas fortuit : Rabelais y a séjourné durant les années 1540-1542, au service de Guillaume Du Bellay, nommé gouverneur du Piémont en 1538. De plus, les Vaudois massacrés à Mérindol et Cabrières en 1545 ont souvent été considérés comme une source de l’épisode des Papefigues. Turin est enfin l’université où a exercé pendant quarante ans Lionello Sozzi (†2014), dont l’une des dernières publications est précisément une traduction italienne de l’œuvre de Rabelais : Gargantua e Pantagruele, introduzione e cura di Lionello SozziTraduzioni e note di D. Cecchetti, L. Sozzi, M. Mastroianni, P. Cifarelli, A. AmatuzziTesto francese a fronte a cura di Mireille Huchon, Milano, Bompiani, 2012.

En plus d’une introduction de Franco Giacone – consacrée aux « quatre bastions de Turin » mentionnés dans le Quart livre – et d’une conclusion de Richard Cooper, le volume comporte dix-huit articles portant sur divers aspects de la langue de Rabelais. D’un point de vue lexical, les contributeurs s’interrogent sur le sens de certains mots comme « ἄσβεστος » (Bruno Pinchard), le toponyme Cheli, hébraïsme ou hellénisme au sens particulièrement énigmatique (Raphaël Cappellen), l’adjectif « estrange » tel qu’il est utilisé dans l’épisode des Papimanes (Aya Iwashita), les substantifs « dons », « grâces », « prérogatives » et « plasmateur », premiers mots de la lettre de Gargantua à Pantagruel (François Roudaut), ou encore sur l’italien et les italianismes (Gabriella Macciocca, Franco Giacone) et sur les dialectalismes, si aptes à caractériser les personnages (Maria Proshina).

Des enquêtes sont également menées sur les jargons pédantesques de l’écolier limousin et de la Quinte (Gilles Polizzi), sur les « motz espaves », condamnés à la fin du chapitre vi de Pantagruel mais largement mis à profit tout au long du récit (Marie-Madeleine Fragonard), sur le « langage des mythes » dans le prologue de Gargantua (Heidi Marek) et sur la « renaissance au langage » dans l’épisode du calme plat devant Chaneph (Pierre Johan Laffitte).

La figure d’un Rabelais philologue et « très instruit en l’une et l’autre langue » (« vir utraque lingua doctissimus »), comme le dit son ami Tiraqueau dans le De legibus connubialibus de 1524, apparaît nettement dans les rééditions en 1543 et 1545 du recueil de traités d’Hippocrate et de Galien que Rabelais avait publié en 1532 chez l’imprimeur Sébastien Gryphe (Claude La Charité), mais aussi dans la manière dont il fait son miel des Opera (1544) de Celio Calcagnini, ouvrage d’une infinie érudition et d’une grande variété formelle, écrit dans une prose latine truffée d’insertions grecques (Romain Menini).

Sur un plan syntaxique et stylistique, le volume s’intéresse aux dérivations, recompositions savantes et expansions nominales du Quart livre (Anne-Pascale Pouey-Mounou), puis au et de relance, « marqueur d’oralité » non étudié jusque-là par la critique rabelaisienne et pourtant massivement présent dans les passages narratifs du Pantagruel de 1532 (Claire Badiou-Monferran et Jean-Charles Monferran).

Rabelais, qui a laissé des empreintes profondes chez un auteur comme Goethe (Jacques Berchtold), apparaît sous des masques parfois inattendus : c’est le masque « grimaçant et quelque peu diabolique » de la sibylle de Panzoust (Marianne Closson), ou encore celui de Priapus dans le prologue du Quart livre : les deux longues interventions du dieu donnent en effet à entendre une « langue peu commune » où se dévoilent les réflexions grammaticales et lexicales de l’écrivain (Mireille Huchon).

Près de cent ans après la parution du monumental ouvrage de Lazare Sainéan, La Langue de Rabelais (Paris, E. de Boccard, 1922-1923), ces actes offrent ainsi des perspectives inédites sur la langue de Rabelais. Mais le lecteur y trouvera aussi des informations sur son travail d’éditeur scientifique et sur les sources de son érudition, ainsi que de nouvelles interprétations de passages de son œuvre, avec une prédilection particulière pour les îles du Quart livre, de Cheli à Chaneph, en passant par Papefiguière et Papimanie.

Nicolas Le Cadet

Bibliographie agrégations de lettres 2022

Vous trouverez ici la bibliographie sur les œuvres au programme de l’agrégation de Lettres 2022, Les Regrets, Les Antiquités de Rome et Le Songe de Joachim Du Bellay. Préparée par Claire Sicard (CESR, Université de Tours), elle est accompagnée d’une précieuse bibliographie Zotero, dont le mode d’emploi figure ci-dessous.

Principes d’élaboration et mode d’emploi

Le présent document est conçu pour permettre aux personnes qui ne connaissent pas Zotero, logiciel gratuit de gestion bibliographique, d’utiliser au mieux les ressources ainsi mises à leur disposition.


Plan de la page

 

Retour en haut de la page


1) Modalités de la consultation sous Zotero

Dans sa version Zotero, la bibliographie peut être consultée de deux façons :

  • soit directement en ligne – pour cela il suffit de rejoindre la page d’accueil de la bibliothèque partagée à cette adresse, puis de cliquer sur “Group library” pour accéder à l’interface (en anglais) qui sera prioritairement décrite dans les explications infra ;
  • soit sur son poste de travail, sans passer par Internet : cette version permet de travailler même sans connexion, dans une interface en français et offre en outre des fonctionnalités un peu plus avancées que celles disponibles dans la version en ligne ; toutefois, pour l’utiliser, il faut avoir préalablement créé un compte utilisateur mais aussi installé sur son ordinateur un client Zotero et demandé à devenir membre de la bibliothèque partagée (“Members”), ce qui permettra d’en importer et d’en synchroniser le contenu comme un sous-ensemble de sa propre bibliothèque.

Quelle que soit la modalité de consultation choisie, il ne vous sera pas possible de modifier le contenu de cette bibliothèque partagée. Mais, comme pour toutes références structurées sous Zotero, vous pourrez vous en servir pour éditer des références bibliographiques, des citations voire une bibliographie complète. Vous pourrez également – et c’est sur cet aspect que nous insisterons tout particulièrement – vous en servir comme d’une base de données. Mais avant de présenter ces fonctionnalités, il convient de préciser d’abord quels principes ont été suivis pour en rassembler les éléments.

Retour en haut de la page


2) Limites du corpus

A. 1994-2021

Nous avons d’abord pris le parti de recenser, le plus exhaustivement possible et sans préjuger de leur intérêt profond ou de leur pertinence, toutes les publications (articles, chapitres d’ouvrages, ouvrages entiers) :

  • de niveau universitaire et correspondant aux normes de la critique,
  • portant de façon significative sur un des trois recueils du programme au moins,
  • postérieures à 1994, date à laquelle ces mêmes œuvres ont figuré au programme des agrégations de Lettres pour la dernière fois.

Sont ainsi exclus de cette bibliographie les publications d’usage scolaire, de vulgarisation grand public sans références critiques explicites ainsi que les travaux ne mentionnant que de façon secondaire les trois recueils ou portant sur d’autres aspects de l’œuvre de Du Bellay. Les thèses ne sont mentionnées que si elles portent précisément sur les œuvres au programme et si un résumé au moins en est commodément accessible. Les travaux de recherche de niveau master ont été écartés de ce recensement.

Retour en haut de la page


B. Avant 1994

À cette première base de publications, s’ajoutent des références antérieures à 1994 dès lors qu’elles correspondent à l’un au moins de ces critères :

  • elles restent mentionnées par les bibliographies de l’édition au programme et/ou de la plus récente édition des Regrets (tome IV-1 des Œuvres complètes de Joachim Du Bellay par M. Magnien, O. Millet et L. Petris, Paris, Classiques-Garnier, 2020),
  • elles abordent un aspect des œuvres au programme pertinent mais peu fréquemment étudié,
  • elles sont souvent citées par des articles ultérieurs qui s’y réfèrent comme à des points de départ de leur réflexion (qu’il s’agisse d’en prolonger les analyses ou de les contester),
  • elles proposent pour tout ou partie des explications de texte au programme d’une page au moins.

Pour ces références anciennes – qu’on aura souvent intérêt à compléter et parfois à corriger par la lecture de travaux plus récents – la question de l’accessibilité s’est posée avec plus d’acuité. Nous avons donc privilégié :

  • celles qui figurent dans des ouvrages toujours disponibles à la vente,
  • celles qui ont été numérisées et qui sont disponibles, directement ou non, en ligne,
  • celles qui sont conservées dans des fonds de bibliothèque (en particulier la BNF et les BU)
  • et/ou celles qui ont fait l’objet de compte-rendus détaillés aisément accessibles.

Retour en haut de la page


3) Enrichissement des données bibliographique au sein de chaque notice

Pour consulter la notice associée à une référence il faut d’abord cliquer sur son titre. Cette opération fait apparaître une série de données dans la colonne de droite de l’interface. Chaque notice présente une première vue intitulée “Info” dans laquelle sont réparties les métadonnées attachées à la référence. Outre celles qui permettent l’identification précise de la ressource (auteur, titre, date etc.) et qui fournissent les éléments de la référence telle qu’elle se présente dans la version classique de la bibliographie au format texte, on trouvera sous Zotero d’autres éléments utiles et complémentaires dont les principaux sont exposés ici :

  • chaque fois que c’est possible, figure dans la case “URL” un lien vers tout ou partie du texte de l’ouvrage ou de l’article (selon les plateformes, l’accès peut être libre ou soumis à des abonnements que souscrivent en général les bibliothèques universitaires. En ce cas, pour lire intégralement le texte il faudra modifier un peu le lien dans son navigateur pour l’adapter à celui qui correspond à sa bibliothèque de rattachement),
  • à défaut, dans la case “Archive” est reporté le lien vers la notice correspondante du catalogue de la BNF,
  • la case “Abstract” (en ligne) ou “Résumé” (client Zotero) contient parfois des informations supplémentaires sur le sujet de la ressource (en général : citation d’une présentation d’éditeur ou d’indications fournies par des compte-rendus).

Pour chaque entrée, la colonne de droite de l’interface présente d’autres onglets – 3 si l’on dispose d’une version client de Zotero (“Notes” et “Attachments” de la version en ligne étant réunis sous le seul intitulé “Notes”), 4 (qui suivent) si l’on consulte la bibliothèque partagée en ligne :

  • dans “Notes” on trouvera (très ponctuellement) des précisions sur un aspect spécifique de la référence (indications moins globales que dans le “résumé”),
  • dans “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) est indiquée une liste de mots-clés que nous avons pris le parti, sans prétendre à une parfaite exhaustivité, d’associer à la ressource [voir infra pour leur modalité d’usage],
  • dans “Attachments” sont recensés des liens de compte-rendus (CR) dont la référence a fait l’objet,
  • dans “Related” (en ligne) ou “Connexe” (client Zotero) se trouvent réunies sous la forme de liens cliquables des références internes à la bibliothèque partagée que l’on peut mettre en relation avec celle qui fait l’objet de la notice. Ces relations peuvent être de deux ordres :
    • le plus fréquemment, il s’agit d’une relation de partie à tout : un chapitre ou un article sont ainsi reliés à l’ouvrage entier dont ils sont tirés ;
    • il peut également arriver que soient ainsi associés des articles ou des ouvrages qui se font écho et qu’il peut être intéressant de réunir ou de confronter (traduction ou remaniement d’une version antérieure d’un article également recensé ; réponse à une publication antérieure ; prolongement d’une réflexion engagée dans un texte précédent etc.) ; en ce cas, la nature exacte de la relation est spécifiée dans l’onglet “Notes”.

Retour en haut de la page


4) Pré-organisation des références

Chacune de ces notices se trouve par ailleurs pré-organisée en sous-corpus, qui permettent à l’utilisateur de circuler de façon plus efficace dans le massif touffu de ces centaines de références. Outre les relations ponctuelles entre références dans l’onglet “Related” | “Connexe”, qui viennent d’être mentionnées, on relève deux modalités principales d’organisation, qui sont complémentaires.

A. Les collections

Sous Zotero, on désigne par le terme de “collections” les dossiers qui figurent dans la colonne de gauche des interfaces, aussi bien en ligne qu’en version client. Ces collections peuvent elles-mêmes contenir des sous-collections que l’on peut faire apparaître en cliquant sur la petite flèche située à gauche de l’icône les représentant. Si un dossier n’est pas précédé de cette flèche, c’est qu’il ne contient aucune sous-collection. Les ensembles ainsi hiérarchisés organisent les références

  • d’une part selon le type de l’ouvrage (éditions, manuels, ouvrage de contextualisation…),
  • d’autre part selon le corpus sur lequel portent la référence (études portant sur tout le programme, l’un des recueils, un sonnet spécifique…)

En cliquant sur l’un de ces dossiers, on limite l’affichage en partie centrale (qui par défaut propose toutes les entrées de la bibliothèque partagée) aux seules références rassemblées dans la collection concernée. Une même notice peut figurer dans plusieurs collections. Certaines collections, au niveau fin des textes, peuvent ne contenir aucune référence.

Retour en haut de la page

i. Collections communes aux versions pdf et Zotero

Les trois premières collections (et leurs sous-catégories) sont celles qui ont servi à structurer la version pdf. En voici les titres :

1. Éditions, usuels et manuels

a. Autres éditions [que celle au programme] b. Manuels et introductions c. En préparation [ouvrages à paraître, manifestations agrégatives prévues] d. Catalogues et bibliographies

2. Éléments de contextualisation

a. Sur Du Bellay. Perspectives bio-bibliographiques b. Sur l’œuvre de Du Bellay en général. Poétique, esthétique c. Sur les idées de Du Bellay. Philosophie, politique, religion d. Contexte : paysage littéraire et poétique e. Contexte : Rome et l’Italie f. Histoire de la réception

3. Études centrées sur le programme

a. Études portant sur les trois recueils b. Sur Les Regrets c. Sur Les Antiquités de Rome d. Sur Le Songe e. Sur Les Antiquités de Rome et Le Songe

Retour en haut de la page

ii. Collection propre à la version Zotero

La quatrième collection ne se trouve que dans la version Zotero. Elle est intitulée “Dans le détail des recueils” et ses sous-ensembles descendent au niveau plus fin de l’unité textuelle, ce qui permet de consulter les références qui consacrent une page au moins à l’analyse de tel ou tel poème. Pour Les Antiquités et Le Songe, qui sont des recueils brefs, la structuration se fait en trois niveaux :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) Sous-collection par recueil
      • (3) Dossier par texte

En revanche, pour Les Regrets, on a pris le parti d’introduire entre les niveaux (2) et (3) un dossier intermédiaire, par dizaine. Ainsi, pour consulter les ressources qui étudient le sonnet 16 des Regrets, il faut suivre la structuration suivante, en quatre étapes :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) a. Les Regrets
      • (3) S010
        • (4) s016

Retour en haut de la page


B. Les mots clés

On a déjà indiqué supra que des mots-clés sont associés à chaque référence et que ces termes sont visibles dans l’onglet “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) de chaque notice. Dans ce cadre, ils donnent bien sûr des indications sur le contenu de l’article ou de l’ouvrage recensé.

Mais ce sont surtout des outils de recherche complémentaires à l’organisation par collection. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous avons pris le parti d’offrir un large éventail de mots clés, qui peuvent aussi bien être

  • des noms propres de personnes ou de personnages – indiqués au format Nom (Prénom, particule sécable, titre), par exemple : “Morel (Jean de)”, “Du Bellay (Jean, cardinal)” ou “Guise (Charles de, cardinal de Lorraine)” ;
  • des titres d’autres œuvres de Du Bellay que celles inscrites au programme, parfois sous une forme abrégée, par exemple “DILF” pour la Deffence et Illustration de la langue françoyse ;
  • des thèmes ou des motifs, par exemple “Mélancolie” ou “Cygne” ;
  • des types d’approche, par exemple “Anthropologie” ou “Stylistique” ;
  • des genres ou des registres, par exemple “Sonnet”, “Satire | Satirique” ou “Elégie | Elégiaque” – on notera pour ces derniers cas nous avons pris le parti de rassembler le genre et le ton associé, non pas pour introduire ou favoriser une confusion entre ces catégories distinctes mais plutôt pour rassembler des références qui, souvent circulent elles-mêmes d’un champ à l’autre ;
  • des figures stylistiques, des descripteurs prosodiques ou des catégories grammaticales, par exemple “Antithèse”, “Décasyllabe” ou “Pronoms”.

Ces métadonnées sont exploitables, en ligne comme dans la version client, à partir d’un espace qui se situe en bas de la colonne de gauche et qui est replié par défaut. Pour le déplier, il suffit de positionner sa souris puis de cliquer au centre de la fine bordure blanche visible au bas de la colonne, d’un tiret gris dans l’interface en ligne (première image) ou au niveau d’un petit point dans la version client (deuxième image) . Idem pour le replier.

Dans la version client, la boîte qui s’ouvre alors peut être agrandie ou au contraire rétrécie comme on le souhaite. Pour procéder à une recherche, on peut :

  • soit cliquer directement sur le mot qui nous intéresse dans la liste qui apparaît,
  • soit taper dans le petit moteur de recherche en bas de la boîte une série de lettres, qui ne sont pas forcément les premières mais qui se suivent dans le mot recherché : au fur et à mesure, la liste se réduit aux seuls mots qui contiennent cette suite de lettres et l’on peut cliquer sur celui souhaité.

Comme pour les collections, la sélection d’un mot clé limite l’affichage des références de la colonne centrale aux seules entrées qui ont en commun ce terme Il est possible de combiner plusieurs mots clés, par exemple de sélectionner d’abord toutes les références sur le sonnet – 25 entrées – puis de choisir dans ce corpus déjà limité celles qui mentionnent aussi Berni – 4 entrées au total, alors que l’on en trouverait 3 de plus si l’on avait cherché seulement “Berni (Francesco)” sans le combiner au mot-clé “sonnet”.

C’est la raison pour laquelle il faut bien prendre garde à remettre les compteurs de la recherche à zéro si l’on veut chercher toutes les entrées associées à un seul mot clé. Pour effacer la recherche précédente, il suffit de recliquer sur le mot clé que l’on veut effacer. Ainsi, si je ne veux pas combiner “sonnet” et “Berni (Francesco)” mais d’abord chercher les références concernant le sonnet puis dans un second temps recenser celles qui mentionnent Berni, je procèderai de la façon suivante :

  • sélection du mot clé “sonnet” par un premier clic
  • déselection du mot “sonnet” par un second clic
  • sélection du mot clé “Berni (Francesco)” par un troisième clic.

Retour en haut de la page


5) Autres modalités de tri et de recherche permises par Zotero

Nous nous attarderons moins sur ces fonctionnalités, propres au logiciel et moins tributaires des choix d’organisation propres à notre bibliothèque partagée. Pour se familiariser avec ces outils, on peut au besoin consulter des tutoriels dédiés par exemple celui-ci, utile, même s’il est déjà ancien. Il est toutefois bon d’indiquer à grands traits ce que permettent en matière de tri et de recherche des données les deux interfaces, en ligne ou en local, de Zotero.

A. Adaptation de l’affichage

Que l’on opte pour l’une ou l’autre version, il est possible d’adapter l’affichage des entrées dans la colonne centrale. Par défaut sont indiquées en colonnes successives les informations bibliographiques minimales : auteur, titre, date. En cliquant sur une icône représentant un petit tableau à deux colonnes, dans le menu en haut à droite de cette colonne centrale, il est possible d’ajouter de nouvelles colonnes qui correspondent à des descripteurs de chaque notice. Si on le souhaite, on peut par exemple faire apparaître la langue de la référence (“Language” ou “Langue”) ou l’éditeur commercial (“Publisher” ou “Maison d’édition”). Pour revenir à l’état initial du tableau, il faut soit décocher manuellement les colonnes que l’on ne veut plus voir apparaître, soit cliquer en bas du même menu déroulant sur “Restore Column Order”.

Une fois que l’on a retenu les colonnes souhaitées, il est possible d’en classer le contenu, comme dans un tableur, soit de façon croissante (ou dans l’ordre alphabétique), soit de façon décroissante (ou dans l’ordre inverse de l’alphabet). Pour cela, il suffit de cliquer une ou deux fois sur la colonne que l’on souhaite réorganiser. Ainsi, cliquer une fois sur le titre de la colonne “Date” permet de présenter les références de la plus ancienne à la plus récente ; en cliquant une seconde fois sur date, on obtient en revanche un affichage qui commence par la référence la plus récente. Dans la version client, il est possible d’affiner le tri en sélectionnant un critère de tri secondaire.

Retour en haut de la page


B. Organisation de la recherche, simple ou avancée

Un moteur de recherche matérialisé par un encadré contenant une icône en forme loupe et placé en haut à droite des deux interfaces permet des recherches simples. Les champs interrogés sont plus étendus dans la version client que dans la version en ligne mais les deux dispositifs sont suffisants si l’on a en tête une référence précise que l’on veut rapidement retrouver en tapant le début du nom de l’auteur ou du titre.

La recherche avancée, qui combine plusieurs critères et permet surtout d’enregistrer des micro-corpus correspondant à chacune de ses recherches, n’est disponible que dans la version client, en utilisant la commande “Edition” | “Recherche avancée”.

Retour en haut de la page

La science prise aux mots

Violaine Giacomotto-Charra et Myriam Marrache-Gouraud (dir.), La Science prise aux mots. Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 2021, 460 p.

 

Fruit de quatre journées d’études organisées de 2014 à 2016, le présent volume réunit vingt contributions, précédées d’une introduction générale. Le livre se divise en trois parties, chacune d’entre elles s’ouvrant utilement sur un cadrage théorique proposé par les directrices de l’ouvrage. L’objectif de Violaine Giacomotto-Charra et de Myriam Marrache-Gouraud est d’étudier le lexique scientifique de la Renaissance afin d’en saisir les évolutions mais aussi les influences pratiques et conceptuelles dans le domaine savant. Soucieuses d’historiciser les savoirs, toutes deux entendent « examiner un moment de la vie de la terminologie scientifique dans la diversité de ses supports, en tenant compte de la variété des disciplines et des emplois, en mesurant le décalage avec lequel les mots passent du latin au vernaculaire et les effets que ce phénomène induit, en [s’]attachant à mettre en évidence les lieux où se formalise une réflexion sur la langue scientifique » (p. 13-14).

Une première partie, intitulée « Noms et images de la science », examine les mots qui désignent la démarche savante et la soif de savoir à la Renaissance. Tentant de dénouer l’écheveau du lexique scientifique renaissant, V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud montrent comment il est possible de saisir les choix épistémiques opérés par un savant à partir des mots qu’il emploie. Elles explorent en outre la dimension équivoque de la « curiosité », cette soif de connaissances observée avec suspicion voire condamnée pour son outrecuidance.

Les contributions de Guylaine Pineau (sur Ambroise Paré) et de Nicolas Corréard (sur la métaphore viatique et le désir savant) examinent plus avant les ambiguïtés de la libido sciendi. G. Pineau met au jour le paradoxe en vertu duquel le chirurgien, pourtant animé d’un puissant désir d’apprendre, recourt très peu à la notion de curiosité, sans doute à cause de la saisie négative qu’on pouvait en faire. De son côté, N. Corréard montre que, dans les satires d’inspiration lucianesque, le lexique viatique (comme le terme « pérégrinité », présent chez Rabelais) a massivement été employé pour décrire ou décrier le désir jamais assouvi de savoir.

Enfin, Noémie Castagné étudie la traduction en langue vulgaire réalisée par Filippo Pigafetta du Mechanicorum liber (1577), traité de mécanique signé Guidobaldo dal Monte. En arpentant la correspondance entre le traducteur et l’auteur, N. Castagné scrute les difficultés rencontrées par Pigafetta lorsqu’il cherche à rendre compréhensibles des termes techniques latins, peu voire jamais usités en langue italienne.

Sous le titre « Les leçons de l’expérience », la deuxième partie de l’ouvrage s’ouvre sur un article introductif dans lequel V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud soulignent que, dès la fin du Moyen Âge, l’expérience apparaît comme une composante centrale de la démarche savante. La Renaissance se distinguerait alors par son goût de plus en plus marqué pour l’autopsie, c’est-à-dire la vue par soi-même, mais aussi pour l’expérimentation, conçue comme « moment, organisé et volontaire, du raisonnement savant » (p. 113).

            Dans son article, Juliette Ferdinand étudie le lexique de Bernard Palissy, chez qui le terme d’« expérience » est peu employé alors que ses écrits de céramiste et de naturaliste constituent une apologie de l’expérience et des savoirs pratiques contre les raisonnements théoriques et les sources livresques. Moins radicale est la position du médecin Antoine Mizauld dont Laurent Paya étudie l’ouvrage d’agronomie (Le Jardinage, 1578). Dans ce traité où abondent les phénomènes merveilleux, l’expérience permet de confirmer les savoirs horticoles des Anciens grâce aux observations de terrain faites par les jardiniers et les érudits contemporains de Mizauld, sans que ce dernier ait besoin d’expliquer la logique causale des prodiges qu’il décrit.

            Les deux contributions suivantes réfléchissent à la place de l’expérience en médecine. Valérie Worth-Stylianou scrute les préfaces des traductions françaises de traités médicaux grecs ou latins afin de voir comment les traducteurs conçoivent l’expérience. Les anatomistes d’une part et les paracelsistes de l’autre apparaissent comme des chantres de cette notion avant que le genre épistémique de l’observation ne permette à une femme telle que Louise Bourgeois de fonder la légitimité de son entreprise d’écriture sur son expérience de sage-femme. Hervé Baudry, quant à lui, s’intéresse au médecin galéniste orthodoxe Antoine Martin, critique sévère du malade sceptique et « misiâtre » (p. 173) que serait Montaigne. L’opposition entre les deux hommes se greffe sur une compréhension radicalement différente de l’expérience : soumise à la raison dans le discours institutionnel du médecin, l’expérience est, chez l’auteur sceptique, un mode de connaissance intime permettant de questionner les prétentions hégémoniques de la raison.

            Les deux dernières études de cette partie abordent la littérature militaire et les privilèges d’invention. Michel Pretalli s’intéresse à l’essor des publications d’art militaire généré par les guerres d’Italie. L’expérience y joue un rôle crucial parce qu’elle est mise au service d’une démarche promotionnelle. Bien des auteurs cherchent à se construire une expertise à partir de leur savoir-faire pratique qu’ils ont acquis sur le terrain. Quant aux lettrés qui n’ont pas été sur le champ de bataille, la latitude sémantique du terme « expérience » leur permet de fonder leur crédibilité sur un savoir indirect acquis par les livres. De son côté, Aurélien Ruellet étudie les privilèges attribués à des inventeurs français et anglais du xviie siècle. Les pratiques de démonstrations publiques que suscitent les inventions croisent deux usages de l’expérience : s’il est question d’administrer des preuves par l’expérimentation, la démonstration a aussi une valeur publicitaire au sein d’un dispositif qui relève de « la science-spectacle » (p. 227).

Une dernière moisson d’articles, regroupés sous le titre « Une science du regard », étudie l’autonomisation progressive et la promotion de l’observation conçue comme un geste épistémique qui « engage le sujet » (p. 236) et modifie les pratiques scientifiques.

            En étudiant les récits de voyage, corpus bâti sur une tension entre l’autopsie et le savoir livresque, Grégoire Holtz analyse comment s’élabore la validité des observations faites lors des premières circumnavigations. L’auteur remarque que les récits géographiques sont sous-tendus par un « idéal de transitivité » de l’expérience viatique (p. 268) autant que par une interrogation sur la pertinence épistémologique de l’observation, nécessairement circonscrite à l’œil du cosmographe. Cette question de la prééminence de l’œil observateur se retrouve chez Bernard Palissy, dont les écrits sont analysés dans un second article de J. Ferdinand. L’autrice montre à quel point l’observation directe conditionne l’acquisition de connaissances chez le céramiste, au point d’être davantage valorisée que la lecture des autorités.

            Les deux contributions suivantes s’attachent aux traités d’histoire naturelle. Dans un article sur les images présentes dans ces textes, Philippe Glardon remet en question le préjugé selon lequel ces imprimés seraient composés d’illustrations réalistes et de commentaires obsolètes. Soucieux de redéfinir les « liens heuristiques qui unissent texte et image » (p. 293) dans les écrits des naturalistes, l’auteur rappelle que l’image est subordonnée aux descriptions textuelles et qu’elle en forme même une concrétisation matérielle. De son côté, Claude La Charité étudie L’Histoire entiere des poissons de Guillaume Rondelet afin d’en mettre au jour les fondements épistémologiques. Bien que la vue joue un rôle crucial dans le discours de l’ichtyologue, notamment par l’intermédiaire des gravures, son traité, mu par un désir d’exhaustivité, dépasse cette prééminence du visible pour tantôt explorer la nature multisensorielle de l’observation scientifique tantôt offrir une place à l’invisible, c’est-à-dire à des espèces évoquées par les Anciens mais jamais vues par l’historien naturel.

C’est à l’anatomie et à ses rapports avec l’observation que sont consacrées les deux études suivantes. Emmanuelle Lacore-Martin s’intéresse au travail du médecin André Du Laurens et met au jour chez ce dernier un idéal de la transparence tant dans la communication scientifique, où le visible et le vrai se confondent, que dans sa description anatomique de l’œil, où la clarté du cristallin joue un rôle prépondérant. Pour sa part, Benoît Jeanjean étudie la publication entreprise en 1714 par Giovanni-Maria Lancisi de planches réalisées au xvie siècle par le célèbre anatomiste Bartholomée Eustache. La distance temporelle qui sépare la création des planches et la parution de l’ouvrage rend d’autant plus féconde l’analyse du travail de commentaire entrepris par le savant italien. Façonnant au gré de ses annotations un portrait élogieux d’Eustache en anatomiste d’une modernité étonnante, Lancisi établit une continuité entre la Renaissance et son temps, en dépit des changements qu’a connus le monde scientifique en un siècle et demi.

Enfin, les deux dernières contributions abordent la question de l’observation à travers la presse savante (David Banks) et la cartographie (B. Jeanjean). Dans son article, D. Banks compare la manière dont a été employée la notion de perception dans Le Journal des Sçavans et The Philosophical Transactions, deux revues savantes de la fin du xviie siècle. L’auteur montre que la fréquence plus grande avec laquelle la perception est convoquée dans la revue londonienne s’explique par des projets éditoriaux et idéologiques différents : nourri de la pensée empiriste, le journal anglais s’adresse à un lectorat féru de sciences et de techniques tandis que la revue parisienne, influencée par les thèses cartésiennes, couvre une grande variété de disciplines et participe à la célébration monarchique de la culture française. Dans son second article, B. Jeanjean étudie les fonctions des textes liminaires qui accompagnent les différentes éditions du premier atlas mondial que constitue le Theatrum Orbis Terrarum (1570) d’Ortelius. Extrêmement variés au fil des éditions, ces seuils péritextuels visent à instruire, séduire et émouvoir le lecteur, découvrant, émerveillé, la terre entière condensée en un seul livre.

            Étoffée d’une riche bibliographie et d’un index des noms anciens, l’enquête menée dans cet ouvrage s’avère aussi passionnante qu’accessible pour ceux et celles qui souhaitent approfondir leur connaissance des savoirs renaissants. Offrant la possibilité aux lecteurs et lectrices de repenser l’épaisseur historique des mots et des concepts scientifiques, ce recueil d’articles se lit aussi comme une invitation à mesurer l’étrangeté d’une langue qui nous semble pourtant familière tant les termes qu’elle mobilise ont perduré jusqu’à nos jours. Par la variété des disciplines abordées autant que par la multiplicité des questions soulevées au fil des contributions, le volume stimule notre curiosité moderne et assure une expérience de lecture d’autant plus réjouissante que la science renaissante est rendue à son incroyable foisonnement.

Jérôme Laubner