Tous les articles par Sandra Provini

Postures ventriloques, Montréal, 15-17 juin 2022

Postures ventriloques (XVe-XVIIIe siècles)

Montréal, 15-17 juin 2022

4e Colloque international transversal du CIREM 16/18 (Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe – XVIIIe siècles)

Organisé par Diane Desrosiers et Roxanne Roy

Depuis la plus haute Antiquité grecque et latine et à travers tout le Moyen Âge, les historien.ne.s, philosophes, littéraires et artistes ont mis en scène des personæ féminines et leur ont donné une voix. Qu’elles relèvent de l’ethos de l’amante éplorée (pensons aux poésies de Sapho ou aux Héroïdes d’Ovide), de la femme cruelle, de la jeune fille chaste et pure ou de la vieille d’origine modeste, ces « voix » féminines modulées à la première personne présentent une grande diversité d’ethe.

Si on retrouve bien évidemment ces mêmes « voix » dans l’histoire, la littérature et les arts d’Ancien Régime, les bouleversements socioculturels importants que connaît la première modernité (XVe–XVIIIe siècles) et qui amènent une transformation radicale du rapport des femmes à la culture ont entraîné une modification profonde des enjeux et modalités qui entourent la prise de parole des femmes. Le 4e colloque du CIREM 16/18 vise à préciser la nature et l’ampleur de cette modification dans la construction du genre.

Télécharger le programme du colloque.

Nouvelles et exemplarité, 19-21 mai 2022

Nouvelles et exemplarité. Pour une éthique de la nouvelle dans l’Europe de la Première Modernité

19-21 mai 2022

Colloque international à l’Université de Strasbourg

Ce colloque réunit des spécialistes internationaux de la nouvelle et du récit bref européen. L’objectif est d’interroger les enjeux et les impensés éthiques de la pratique conteuse tels qu’ils s’expriment dans les recueils de nouvelles composés, traduits, compilés dans l’espace européen de la Renaissance et de l’Âge classique.

Il s’agira de poser les jalons d’une histoire de l’exemplarité de la nouvelle dans la Première Modernité, en empruntant aux outils et aux apports de la philologie, de l’histoire de la lecture, de la poétique et de la littérature comparée (études de réception en particulier).

Ce colloque est le fruit d’une collaboration entre l’université de Strasbourg, l’Università degli Studi dell’Aquila et l’IHRIM-Clermont-Ferrand.

Organisation : Valeria MEROLA (Università dell’Aquila), Teresa NOCITA (Università dell’Aquila), Nora VIET (Université Clermont-Auvergne, IHRIM), Enrica ZANIN (Unistra, IUF).

Contacts : Enrica Zanin (ezanin@unistra.fr) et Nora Viet (nora.viet@uca.fr)

Lieux : Bibliothèque Nationale Universitaire – 6 place de la République et Université de Strasbourg – Bâtiment Lebel – Salle Guy Ourisson Visuel, Johannes Pauli, Schimpff und Ernst, Augsburg, 1534, BSB München – IHRIM – Florence Poncet.

Télécharger le programme du colloque.

European perspectives on the Renaissance / Perspectives européennes sur la Renaissance

European perspectives on the Renaissance / Perspectives européennes sur la Renaissance

Mardi 24 mai 2022 à l’Université Paris Nanterre et à la Maison Française d’Oxford.

Journée franco-britannique organisée par l’équipe du programme Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique (Université Paris Lumières – Paris Nanterre/Paris 8) en collaboration avec la Maison Française d’Oxford et avec le soutien de l’Institut universitaire de France.

Lien vers le programme.

Les participants des deux pays seront connectés en visioconférence. Il est possible de suivre la journée sur place, dans l’un des deux établissements, ou en visioconférence.

Lien de visioconférence.

Des vies du seizième siècle, 12 mai 2022

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à une table ronde autour de l’écriture de la biographie : “Des vies du seizième siècle“.

Cette table ronde aura lieu le jeudi 12 mai, à 18 heures, dans la salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine.

Y participeront :

– Alexandra DANET (Charles Quint : un rêve impérial pour l’Europe, Paris, Perrin, 2022, co-écrit avec Juan Carlos D’AMICO)

– Aubrée DAVID-CHAPY (Anne de France. Gouverner au féminin, Paris, Passés composés,  2022)

– Patricia EICHEL-LOJKINE (Marguerite de Navarre, Paris, Perrin, coll. « Biographies », 2021).

– Mireille HUCHON (Rabelais, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2011, Prix 2012 de la Biographie de l’Académie française ; Nostradamus, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2021)

Pour pouvoir y assister, il est nécessaire de s’inscrire à partir de ce lien.

Animal et portrait à la Renaissance, 16-17 mai 2022

Le colloque « Animal et portrait à la Renaissance. De bestiae dignitate » aura lieu les 16 et 17 mai prochains, en partenariat avec le musée de la Chasse et de la Nature, le Musée national de la Renaissance d’Écouen et l’IRCL (CNRS UMR 5186).

Chacune des institutions partenaires a d’ores-et-déjà posté les informations relatives à l’événement sur son site.

Le musée de la Chasse et de la Nature (Paris), pour le lundi 16 mai 2022 :

https://www.chassenature.org/rendez-vous/animal-et-portrait-a-la-renaissance-de-bestiae-dignitate

Le musée national de la Renaissance-château d’Écouen, pour le mardi 17 mai 2022 :

https://musee-renaissance.fr/agenda/evenement/colloque-animal-et-portrait-la-renaissance

Sur le site de ce dernier, vous trouverez un lien permettant de réserver gratuitement les places pour les auditeurs.

Télécharger le Programme du colloque.

Autour d’Anne de France. Enjeux politiques et artistiques dans l’Europe des années 1500

Dans le cadre de l’exposition Anne de France, femme de pouvoir, princesse des arts, reconnue d’intérêt national (18 mars-18 septembre 2022), le musée Anne-de-Beaujeu organise en partenariat avec le Pays d’art et d’histoire de Moulins communauté capitale des Bourbons un colloque international intitulé Autour d’Anne de France. Enjeux politiques et artistiques dans l’Europe des années 1500. Cet événement, qui se tiendra les 17 et 18 juin 2022 au théâtre de Moulins, sera le rendez-vous d’historiens et d’historiens de l’art qui présenteront leurs dernières recherches en complément de l’exposition et de son catalogue. La première journée sera consacrée à l’influence politique et culturelle d’Anne de France auprès des grandes princesses européennes de la Renaissance. Enfin, la seconde journée sera dédiée à la redécouverte de la bibliothèque des ducs et duchesses de Bourbon, ainsi qu’à la très florissante production artistique en Bourbonnais entre Moyen Âge et Renaissance.

Le colloque aura lieu au théâtre de Moulins, situé 4, cours Jean Jaurès, 03000 Moulins. Entrée libre, sans réservation.

Programme du colloque de ces deux journées.

La Cour en fête dans l’Europe des Valois, 18 mai 2022

La Cour en fête dans l’Europe des Valois, sous la direction d’Oriane Beaufils et de Luisa Capodieci, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, Collection Renaissance, 2022.

Les fêtes des Valois (François Ier, Henri II, Charles IX et Henri III) sont célèbres pour leur splendeur, leur extravagance et leurs créations surprenantes. Inspiration antique, tradition médiévale et innovations italiennes sont savamment entrelacées dans des inventions qui suscitent l’étonnement et l’admiration. Ces magnifiques réjouissances forment un «art total» par lequel la peinture et l’architecture, mais aussi la poésie et la musique sont audacieusement orchestrées. Partant des fêtes les plus spectaculaires de la Renaissance, ce livre explore leurs coulisses et leurs enjeux. Quels artistes et dans quels buts ? Quels théâtres pour ces festivités ? Quels coûts et quels succès ? La cour des Valois s’inspire des cours voisines autant qu’elle leur sert de modèle. De l’Italie à l’Angleterre, les fêtes s’alimentent mutuel- lement et définissent une politique et une diplomatie de la magnificence, tout au long du XVIe siècle, alors que se font et se défont les alliances dans le réseau international. À Florence comme à Ferrare, à Fontainebleau comme à Édimbourg, les princes commandent des fêtes et font imaginer aux artistes les plus brillants de l’Europe maniériste des spectacles qui ont toujours pour but d’impressionner les cours voisines. À travers des exemples mythiques, comme les tournois d’Henry VIII, les entrées d’Henri II, les Triomphes de Binche ou, encore, les grands mariages des Médicis, ce livre lève le voile sur les scènes et les acteurs des fêtes de la Renaissance.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Ci-dessous, l’invitation à découvrir l’ouvrage le mercredi 18 mai 2022, à l’INHA (Paris).

Post-doc en études françaises XVe-XVIe siècle à l’Université de Lausanne

Poste de chercheur/chercheuse post-doc en études françaises XVe-XVIe siècle à l’Université de Lausanne

La Section de français de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne met au concours un  poste de chercheur·euse senior du Fonds National Suisse (post-doc) en études françaises, XVe-XVIe siècles.

Entrée en fonction : 1er septembre 2022

Durée du contrat : 2 ans, non renouvelable

Taux d’activité : 100%

Lieu de travail : Lausanne-Dorigny

Vos activités

Le/la chercheur·se en post-doctorat sera en charge d’une recherche sur la poésie d’actualité et ses réceptions matérielles et culturelles dans les régions d’expression française aux XVe et XVIe siècles. Cette recherche pourra porter sur les recueils manuscrits et/ou imprimés et sur des corpus textuels choisis en complémentarité avec les sources travaillées dans les autres axes du projet. Les résultats attendus seront entre autres la réalisation d’une anthologie (sous forme numérique ou papier + numérique) témoignant des pratiques de réception de ce type d’éloquence en vers. En outre il/elle participera aux activités collectives de l’équipe : organisation de rencontres internationales; soutien aux travaux du/de la doctorant·e; soutien au rayonnement du projet dans les réseaux scientifiques, les médias et les institutions culturelles en Suisse et ailleurs.

Informations générales sur le projet

Financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, le projet Médialittérature, poétiques et pratiques de la communication publique en français (XVe-XVIe s.) étudie le développement de l’éloquence en vers en français afin de démontrer comment se sont formées les sociétés médiatiques pré- modernes. Il analyse les manières dont le modèle de l’orateur, d’abord valorisé par les intellectuels, s’est diffusé auprès de milieux plus larges, qui se sont appropriés des formes littéraires pour les transformer en médias. Afin de définir ces médialittératures, le projet propose une approche comparative des poétiques et des  pratiques socio-culturelles de l’historiographie du temps présent, de la poésie de circonstance et du théâtre dans l’ensemble des régions européennes d’expression française entre 1450 et 1550 environ. Étudiant des corpus inédits, le projet a  pour ambition de développer un nouveau champ de recherche au croisement de l’histoire des littératures et de l’histoire des médialités.

Le projet confié au post-doc concerne la poésie d’actualité et ses réceptions matérielles et culturelles.

Les candidat·e·s sont encouragé·e·s à développer une approche originale de cette recherche et à l’enrichir de leurs propres expériences et compétences, en accord avec les autres membres du projet.

L’équipe du projet, sous la direction de la Prof. Estelle Doudet, regroupe 1 doctorant·e et 2 chercheur·ses en post-doctorat.
Continuer la lecture de Post-doc en études françaises XVe-XVIe siècle à l’Université de Lausanne

Traduire Pétrarque en langue française

Riccardo Raimondo, Le Phenix Poëte et les Alouëtes. Traduire les Rerum vulgarium fragmenta de Pétrarque en langue française (XVIe-XXIe siècle) : histoires, traditions et imaginaires, Bruxelles, Peter Lang Verlag [Littératures et Cultures romanes], 2022.

La poésie de Pétrarque et le pétrarquisme qui en est dérivé constituent une matière inestimable et un champ fertile pour comprendre les sources des identités et des cultures européennes. Il est donc crucial d’examiner les études pétrarquiennes au regard de nouvelles notions critiques telles que la transculturalité ou la transnationalité. L’exemple emblématique français constitue un champ d’enquête privilégié pour décrire ce que l’auteur définit comme le « mouvement migrant » du pétrarquisme européen. Grâce à l’application de nouvelles théories et méthodologies transdisciplinaires, cet ouvrage offre au public la possibilité de découvrir la richesse des traductions françaises des Rerum vulgarium fragmenta sur une période très vaste qui court du XVIe au XXIe siècle. Au-delà de l’ambition d’un travail d’érudition, ce livre est surtout le fruit d’une enquête intime sur des formes archétypales qui s’incarnent dans l’histoire des idées et des littératures. L’histoire de la traduction et des traductions n’est pas seulement une histoire des textes, mais aussi un récit des imaginaires qui les ont traversés.

Téléchargement (gratuit) de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

« La meilleure défense, c’est l’attaque ? » Du Bellay polémiste

“La meilleure défense, c’est l’attaque ?”

Du Bellay polémiste dans La Deffence et illustration de la langue françoyse... et ailleurs

Angers, 18-20 mai 2022

Le cinquième centenaire de la naissance de Joachim Du Bellay (1522-1560) est l’occasion pour les universités d’Angers (CIRPaLL), de Tours (CESR) et de Paris (CERILAC) de s’associer pour inviter les spécialistes de la poésie de la Renaissance à venir échanger sur la base des découvertes qui ont permis de faire évoluer depuis le siècle dernier notre connaissance de sa vie, de son œuvre, et de son rôle au service de la promotion de la langue française.

Depuis l’important colloque international organisé en 1989 à Angers, les programmes des agrégations de lettres de 1995 et de 2008 (où plusieurs recueils de Du Bellay ont été mis à l’honneur), de nouvelles éditions de ses textes et les recherches récentes autour de l’œuvre de Jean Du Bellay ont contribué à renouveler en profondeur notre lecture du poète angevin. Le temps semble venu de faire le point sur ces avancées et sur les travaux en cours des jeunes chercheurs passionnés par la poésie de Du Bellay.

C’est une vision en demi-teinte de Du Bellay qu’ont imposée tour à tour Henri Chamard, Gustave Lanson et le manuel de Lagarde et Michard au milieu du siècle dernier : celle d’un poète fragile, accablé par le destin. Au-delà de cette image trop convenue d’un Du Bellay mélancolique, condamné par le sort à ressasser de stériles regrets, et qui ne serait jamais meilleur que dans la plainte élégiaque où s’exprimerait son véritable génie, ne faut-il pas rendre à Du Bellay l’énergie combative qui fut la sienne, pour parler d’un poète qui voulut toujours faire de la langue une arme ? C’est dans cette perspective revigorante qu’on se propose de relire aussi bien son œuvre linguistique que sa poésie. On aimerait ainsi se demander dans quelle mesure le caractère éminemment agressif ou mordant de La Deffence et illustration de la langue françoyse programme l’œuvre à venir.

Grâce aux éditions savantes de La Deffence offertes par Jean- Charles Monferran (2001) puis par Francis Goyet et Olivier Millet (2003), mais aussi à la lumière des travaux récents sur la théorie de la polémique (L. Albert et L. Nicolas, Rhétorique et polémique, 2010), il semble possible de faire à nouveau le point sur la dimension belliqueuse du traité et de rouvrir le dossier de la « Querelle de la Deffence ». On s’intéressera aux cibles nombreuses du traité (qui s’avère plutôt un pamphlet tous azimuts), aux moyens de la controverse, à ses visées, à ses sources et modèles, comme à sa qualité rhétorique. Au-delà de La Deffence, la prise en compte de la dimension souvent agressive de la poétique bellayenne ouvre un très large champ de réflexion.

Programme du colloque

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française, textes réunis et édités par Renée-Claude Breitenstein, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, coll. « La cité des dames », 2021, 374 p.

 À la suite des trois volumes du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, la collection « La cité des dames » poursuit son travail d’anthologies avec ce recueil d’éloges de femmes édité par Renée-Claude Breitenstein. Sont réunis ici des textes qui louent les femmes en général, c’est-à-dire les recueils de femmes illustres et les apologies du sexe féminin. Ne rassemblant que des textes intégraux, cette anthologie ne prétend pas à l’exhaustivité mais entend donner un aperçu général des éloges de femmes, sans tenir compte du sexe de l’auteur, de la forme du texte, de son support (manuscrit ou imprimé) ou de son succès. Sur ces critères, l’anthologiste a réuni dix textes, écrits ou imprimés entre 1506 et 1622, de Jean Marot à Marie de Gournay.

Le volume présente une introduction générale, les textes livrés avec une brève introduction, puis un utile glossaire, un complément bibliographique, un index des personnages féminins (nous pourrions regretter l’absence d’un index des auteurs cités, masculins comme féminins ainsi que des personnages masculins, même s’ils sont moins nombreux), une notice sur les contributeur et contributrices ainsi qu’une table des matières. Les textes sont édités selon une orthographe modernisée, et la lecture est facilitée par l’ajout de blancs typographiques, de parenthèses, ou de guillemets délimitant les discours directs – notons également la présence de chiffres permettant de repérer les diérèses dans les textes en vers. L’annotation est légère, se limitant à une paraphrase explicative et à une élucidation des allusions intertextuelles ou culturelles. Les introductions présentent rapidement la vie de l’auteur, le contexte, l’histoire matérielle, la forme, le succès du texte et en livrent quelques éléments d’interprétation.

L’introduction générale présente les différentes strates du contexte qui a favorisé l’émergence de ces discours d’éloge des femmes, depuis les écrits humanistes jusqu’au développement de l’imprimerie, en passant par la présence de femmes dans les cercles du pouvoir, à qui certains des textes sont dédiés. Elle revient encore sur les sources, invoquées ou tues par les auteurs, antiques, bibliques ou contemporaines. Elle insiste enfin sur la manière dont les textes, qui s’insèrent d’une manière ou d’une autre dans la Querelle des Femmes, relèvent de la littérature de combat, voulant « revenger » l’honneur des femmes.

Le premier texte, La Vrai-disant Avocate des Dames de Jean Marot (1506), composé de 750 vers dédiés à Anne de Bretagne, est singulier puisque Marot cède fictivement sa plume à une femme, par le procédé de la prosopopée. Celle-ci s’en prend aux détracteurs des femmes (premier rondeau), invoque des exemples de mauvais comportements masculins (« Équivoques »), et procède à l’éloge des vertus féminines, dont la Vierge est une preuve infaillible (second Rondeau). Le chant royal glorifie l’immaculée conception de Notre-Dame ainsi que l’ensemble des femmes, puis un nouveau rondeau condamne la Jalousie qui conduit les hommes à blâmer les femmes. La ballade procède à l’éloge de la dédicataire tandis que le rondeau final assure que les femmes vaincront les critiques.

Le texte suivant est la traduction du traité de Henri Corneille Agrippa, initialement imprimé en latin en 1529, intitulé en français De la noblesse et préexcellence du sexe féminin (1530), et également dédié à une femme, Marguerite d’Autriche. Les arguments logiques se mêlent à l’invocation d’exemples, et la conclusion est sans appel : l’infériorité des femmes provient non d’une différence de nature mais d’une coutume, si bien que la « domination tyrannique des hommes » n’a aucune légitimité. Ce texte puissant, qui a eu de nombreux échos à l’époque, est ici pour la première fois publié en français dans une édition moderne.

Dans « La Quatrième épître invective » (1539), Hélisenne de Crenne s’adresse à Élénot, contempteur des femmes, pour condamner sa présomption et lui opposer plusieurs exemples de femmes illustres par leur savoir, issues de l’Antiquité mais aussi du temps présent.

Le texte « Que l’excellence de la femme est plus grande que celle de l’homme » de Charles Estienne (1553) est d’un autre genre, puisqu’il relève du jeu rhétorique du « paradoxe », ce qui ne signifie pas qu’il ne faille lui accorder aucun sérieux. Mêlant arguments d’autorité et exemples de femmes illustres, Estienne insiste sur les vertus féminines, sur les responsabilités masculines ou encore sur l’excellence littéraire de certaines femmes de son temps.

Le Recueil des dames illustres en vertu d’Alexandre Van den Bussche (1575-1576), dont nous trouvons ici la première édition moderne, est, comme son auteur, moins connu et moins étudié. L’auteur s’inscrit dans la lignée des champions des femmes – et de fait, comme l’indique l’introduction, ce texte compile plusieurs sources antiques et contemporaines –, et présente ses exemples en les regroupant sous la vertu qu’ils démontrent : la chasteté, l’amour conjugal, le savoir, la charité et la valeur guerrière se succèdent, illustrées par des exemples organisés chronologiquement, et louées par un sonnet final.

Avec la troisième ode de Madeleine des Roches et « L’agnodice » de sa fille Catherine (1578), nous revenons aux écrits de femmes. La troisième ode de Madeleine est un poème heptasyllabique qui refuse que les femmes soient cantonnées à l’espace domestique et les incite à se saisir de l’encre et de la plume. L’« Agnodice » de Catherine, poème en alexandrins, met en scène une femme qui se déguise en homme pour exercer la médecine et sauver les femmes abandonnées par leurs époux. Condamnée à mort, Agnodice révèle son identité et obtient la pitié des hommes, à qui elle demande de laisser les femmes étudier.

Le « Bref discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, autant récréatif que plein de beaux exemples » de Marie de Romieu (1581) est une réponse à un texte misogyne de son frère Jacques, inspiré du texte de Charles Estienne, mais réinvesti par la locutrice. Ainsi, Marie de Romieu ajoute aux figures bibliques ou antiques dix exemples contemporains, parmi lesquelles les dames des Roches, Hélisenne de Crenne ou Catherine de Médicis.

Le « Discours » de Marguerite de Valois (1614) est une autre parole de femme, mais insérée dans un dispositif énonciatif singulier, puisqu’il est préfacé et commenté par le Jésuite François Loryot. Marguerite de Valois présente, en les numérotant, arguments et exemples qui prouvent l’excellence des femmes. François Loryot propose, en commentaire, une énumération de femmes illustres, dont Marguerite fait partie, mais conclut quant à lui au caractère exceptionnel de ces exemples, expliqué par leur statut social.

Enfin, l’Égalité des hommes et des femmes de Marie de Gournay (1622), entend apporter une perspective nouvelle, en ne défendant plus la supériorité des femmes, mais l’égalité des deux sexes. S’appuyant essentiellement sur des autorités antiques et contemporaines, Marie de Gournay discute elle aussi de l’accès des femmes à la culture et au pouvoir ou encore de leurs prédispositions aux vertus.

             Si la plupart de ces textes bénéficient déjà d’une édition moderne, à laquelle l’éditrice renvoie pour plus d’informations, il n’en reste pas moins que leur mise en série présente plusieurs intérêts indéniables, d’abord la mise en place d’un jeu de ressemblances et différences. Ainsi, la place de l’épisode de la Genèse, ou encore celle d’Aristote, pour statuer sur la question du féminin apparaissent nettement à la lecture de cette anthologie. On observe encore que lorsque les femmes prennent la parole, c’est prioritairement pour défendre leur droit – et leur capacité – à accéder à la culture, prémices indispensables à leur prise de parole elle-même. Les textes peuvent également se faire écho : par exemple, l’importance du texte de Corneille Agrippa est rendue sensible par ses mentions dans les textes suivants. Ainsi, cette anthologie, soignée et agréablement présentée, pourra constituer un important outil pédagogique ainsi qu’un support pour des chercheurs et chercheuses qui s’intéressent à ces questions. Enfin, elle pourra être le lieu d’une découverte, déjà éclairée et éclairante, de textes consacrés à la question, aujourd’hui non résolue et toujours brûlante, des rapports d’inégalités entre les sexes.

Nina Hugot

Colloque “Secrétaires écrivains en France (XVIe-XVIIe siècle)”

Secrétaires écrivains en France (XVIe-XVIIe siècle)

Colloque annuel de l’association V.-L. Saulnier

7-8 avril 2022

Lieu : Sorbonne, salle des Actes

Equipe d’organisation :

Delphine Amstutz, maîtresse de conférences, littérature, Sorbonne Université, CELLF

Paul-Victor Desarbres, maître de conférences, littérature, Sorbonne Université, CELLF

Nicolas Schapira, professeur, histoire moderne, Université de Nanterre, Centre d’histoire des Sociétés médiévales et modernes – Mémo

Claire Sicard, maîtresse de conférences, littérature, Université de Tours, CESR

Programme

Jeudi 7 avril

9h00 accueil des participants (Jean-Charles Monferran, président de l’association Saulnier)

9h15 Introduction par les organisateurs

Les secrétaires poètes et la cour de France

9h30 Nina Mueggler (Université de Fribourg), « Les secrétaires dans l’arène : la querelle Marot-Sagon »

10h Adeline Lionetto (Sorbonne Université), « Les secrétaires, petites mains de la fête ? »

L’auteur et ses secondes mains

11h45 Jean Balsamo (Université de Reims), « L’autographie de Montaigne: le Journal du voyage en Italie et l’autorité discrète du secrétaire »

12h15 Max Engammare (Institut d’histoire de la Réformation, Genève), « La fabrique Calvin. Stratégies et ateliers de production livresque du Réformateur »

Manuscrits de secrétaire

14h30 Rosanna Gorris (Université de Vérone), « Louis des Moulins de Rochefort, secrétaire, poète et médecin de Madame, entre Turin et Bale »

15h Mathilde Bombart (Université Versailles Saint-Quentin), « Papiers de secrétaire : les “portefeuilles du docteur Valant” »

16h Claire Sicard (Université de Tours, CESR), « ‘Que ce froid moleste et indigne/Ne gele les nez et la vigne.’ Saint-Gelais dans le secret du badinage entre les filles de Madame et Jean Cavenac de la Vigne, ambassadeur à Constantinople (décembre 1557) »

Vendredi 8 avril

Secrétaires, secret et politique

9h Damien Fontvieille (Sorbonne Université/professeur agrégé), « Les secrétaires d’Etat et les cercles littéraires à la Renaissance. Secrétaires humanistes et/ou professionnels du politique ? »

9h30 Maxim Boyko (Sorbonne Université/Université de Neuchâtel), « Denis Charpentier (v.1580-1647), secrétaire de Richelieu : homme de plume, homme de main, homme de confiance »

10h Gábor Förköli (Académie polonaise des sciences), « Compétence d’auteur et accès aux secrets : Jean de Silhon comme secrétaire »

Les secrétaires à l’œuvre

11h15 Cristina Panzera (Université de Bordeaux), « Du Tronchet et Bernardo Tasso »

11h45 Paul-Victor Desarbres (Sorbonne Université), « Le secrétaire et l’Encyclie : Guy Le Fèvre de La Boderie »

Carrières de secrétaires

14h Jean-Pierre Cavaillé (Université Toulouse Le Mirail), « Louis Machon, l’itinéraire d’un secrétaire dégradé »

14h30 Boris Donné (Université d’Avignon), « Pellisson ou la passion du secrétariat »

15h30 Delphine Amstutz (Sorbonne Université), « Jean-Louis Guez de Balzac ou le secrétaire manqué »

16h Conclusions : Nicolas Schapira (Université de Nanterre)

Télécharger le programme du colloque

Conférence “Savants, buveurs et vérolés très précieux dans Gargantua”

Dans le cadre du cycle de Conférences des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, Jean-Charles Monferran prononcera une conférence intitulée :

“Savants, buveurs et vérolés très précieux dans Gargantua”

le vendredi 11 mars 2022 à 18h00 à l’auditorium de la Bibliothèque humaniste de Sélestat (entrée rue de l’Eglise).

Invitation conférence J.-Ch.Monferran