Tous les articles par Estelle Leutrat

La société d’Ancien Régime, Documentation photographique

Isabelle Brian et Anne Conchon, La société d’Ancien Régime, Documentation photographique, Paris, CNRS éditions, 2023, 63 pages, 11 euros.

Ce dernier volume de la Documentation photographique, rédigé par Isabelle Brian et Anne Conchon, toutes deux professeures d’histoire moderne, la première à l’université de Lorraine, la seconde à l’université Paris 1-Sorbonne, est particulièrement réussi et stimulant. S’il s’attache à restituer la complexité de la société d’Ancien Régime et les mobilités qui participent à ses évolutions, il cherche aussi à rappeler le poids des contraintes conjoncturelles (aussi bien environnementales, économiques ou politiques) comme celui des conceptions religieuses et de l’imaginaire social. Ainsi, ce numéro s’inscrit-il dans le renouvellement des approches historiographiques récentes qui cherchent à se dégager d’un débat uniquement focalisé sur les ordres, donnant une place exagérée aux catégories juridiques et au contexte économique, au détriment des parcours individuels et des communautés qui structurent cette société d’Ancien Régime. Au fil des pages, se dégage ainsi « un éventail de profils sociaux » comme l’écrivent les auteurs, de l’artisan au bourgeois, du domestique à ses maîtres, de l’évêque à la moniale, du grand négociant des ports atlantiques à l’esclave des îles à sucre. Toutefois, tout en dessinant ces parcours individuels, le volume parvient à souligner les liens de dépendance et de solidarité, de crédit, de fidélité, mais aussi les conflits et les fractures qui traversent ces communautés humaines. Structuré autour d’une riche introduction qui met bien en exergue les enjeux du volume, le numéro se déploie ensuite autour d’une série de thématiques variées (« Les sociétés face à leur environnement », « Marginalités », « Les enfants », « Le grand âge »…) illustrées par des iconographies riches et toujours pertinentes. Sans proposer une étude exhaustive, défi impossible à relever en 63 pages, ce volume plaide avec brio pour un nouveau regard sur la société d’Ancien Régime qui apparaît comme définitivement traversée par des mobilités multiples et des dynamiques constantes et profondes.

Marie Barral-Baron

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (xiie-xviie siècles). 2 avril 2024

Journée d’étude – appel à communication

 Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (XIIe-XVIIe siècles)

 2 avril 2024, Maison de la Recherche, salle de colloque 2, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence

Jacques Savary, Le parfait négociant, frontispice de l’édition de 1675 ©BnF

 Université Aix-Marseille, laboratoire du CIELAM
Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

 

Présentation du projet

 Principalement adressée aux littéraires, aux historiens ou encore aux géographes, cette manifestation scientifique proposera une réflexion sur les voyageurs marchands au cours de la période s’étendant du xiie au xviie siècle en se fondant sur un corpus de récits et journaux de voyage, de carnets de bord, de manuels pour marchands, ou encore de notations chiffrées relatives aux transactions commerciales opérées par les voyageurs[1]. Il s’agira d’analyser les récits et retours d’expériences de voyageurs marchands ainsi que la manière dont ceux-ci témoignent de leurs pratiques mais aussi de l’état des voies du commerce, de la création ou de l’évolution de réseaux d’échanges ou encore de la circulation de denrées et d’objets en tous genres.

Argumentaire

S’il existe plusieurs études pluriséculaires sur le commerce international, rares sont celles qui proposent une analyse de l’évolution des pratiques de commerce et de leur représentation sur une large période, du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle. En effet, de nombreux travaux portent sur les impacts de l’ère industrielle et de la mondialisation aux xixe et xxe siècles. Certaines études se sont également consacrées à l’analyse de l’évolution du commerce lors de l’époque moderne. Parmi ces dernières, la plupart se sont concentrées sur une période située soit de l’extrême fin du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle, soit du xviie ou du xviiie siècle à nos jours. Ainsi en est-il de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Les Jeux de l’échange[2] de Fernand Braudel, ou, plus récemment, de Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, xvie-xviiie siècle)[3]. La question spécifique de la circulation d’objets a par ailleurs donné lieu à plusieurs ouvrages collectifs dirigés par Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou[4], qui étudient notamment les phénomènes de transferts culturels et la mondialisation impliqués par ces déplacements. Quant à la période médiévale, elle a souvent fait l’objet d’un traitement indépendant. Ainsi, le système économique médiéval a par exemple été étudié par Jacques Le Goff, dans Le Moyen Âge et l’argent, tandis que les ouvrages Levant trade in the later Middle Agesd’Eliyahu Ashtor et De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge de Jacques Favier ont plus particulièrement analysé les échanges commerciaux entre divers territoires.

En premier lieu, l’originalité de cette journée d’étude réside dans le choix d’une approche pluridisciplinaire pour étudier cette question de l’activité commerciale, qui sera appréhendée non pas uniquement à travers le prisme de l’histoire économique, mais aussi en fonction des représentations qu’en livrent les voyageurs eux-mêmes. Cette perspective implique d’associer par exemple les apports des disciplines de l’histoire et de la littérature, à l’instar de ce qu’ont proposé Ҫınla Akdere et Christine Baron dans Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach[5], en invitant leurs lecteurs à considérer la complémentarité des approches économiques et littéraires et en montrant comment la littérature a pu traiter d’économie dès le Moyen Âge. Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson ont également interrogé les frontières entre l’économie et les textes littéraires entre le xviie et le xixe siècles[6].

En second lieu, cette journée d’étude a pour ambition d’embrasser une large période chronologique, qui s’étendra du xiie au xviie siècle, réunissant le Moyen Âge et la période moderne, généralement traités séparément. Si la majeure partie des écrits viatiques médiévaux qui nous sont parvenus proviennent de pèlerins et de missionnaires, certains marchands, à l’instar du célèbre Marco Polo, ont également pu laisser à la postérité des récits ou des traces écrites de leurs voyages. En outre, le xie et le xiie siècles sont marqués par un essor démographique et urbain important en Occident et par le développement de pôles et d’acteurs majeurs (Venise, Gênes, la ligue hanséatique…) dans le commerce international. D’un point de vue linguistique et littéraire, le tournant du xiie au xiiie siècle peut être intéressant car il mène, selon Friedrich Wolfzettel, à l’émergence d’« un discours du voyageur autonome[7] », notamment du fait de « l’appropriation intellectuelle de l’Asie[8] ».

L’élargissement du territoire des échanges consécutif de la découverte du Nouveau Monde – où se développent par exemple la traite du bois de brésil, de morue et de queues de castors au début du xvie siècle – et l’inflation constante de la production de la littérature viatique tout au long du xviie siècle[9] justifient la prise en compte de la première modernité dans le champ de notre étude. Nous retiendrons la fin du xviie siècle comme borne chronologique finale, la liquidation de la Compagnie des Indes orientales marquant l’avènement d’une nouvelle ère. En effet, la multiplication de compagnies de commerce privées va de pair avec une accélération et une systématisation des échanges qui marquent le développement de ce que d’aucuns ont qualifié de « protomondialisation[10] » ou de « protocapitalisme[11] ».

Axes de recherche

Axe 1 – Les routes terrestres et maritimes

Cet axe est centré autour de l’émergence ou de l’évolution de voies commerciales compte tenu de divers événements historiques, politiques voire religieux. Par exemple, après la prise de Saint-Jean d’Acre, certains voyageurs occidentaux, contraints de traverser des pays musulmans, ont dû avoir recours à des pratiques de dissimulation, comme le fait de prendre l’habit étranger. Juste Lipse, dans sa lettre à Philippe de Lannoy, érigera d’ailleurs en principe fondamental du voyage le fait de masquer son identité pour se déplacer en dehors de son pays[12]. Le développement de voies maritimes a également pu être considéré comme une solution de contournement des voies terrestres. Il s’agira donc d’envisager ces deux types de voies (terrestres et maritimes) et de voir ce qu’elles impliquent en termes de choix stratégiques et d’enjeux. Il conviendra aussi d’analyser les propos des marchands sur la praticabilité des différentes voies et sur les dimensions concrètes liées aux trajets empruntés : conditions de passage des frontières, droits de douane, passeports et laissez-passer, ou encore nécessité de déguisements, voire de réinvention de soi. Les voies maritimes nous permettront aussi d’inclure dans l’analyse le commerce avec l’Amérique.

 

Axe 2 – La circulation de denrées et d’objets

Des études pourront être menées sur la circulation des objets entre les différentes aires géographiques. Il s’agira alors de s’intéresser à la nature des produits acheminés et vendus (pierres précieuses, soies, épices, drogues, aliments…) et d’analyser les spécificités du commerce lié à la vente de tel ou tel objet. Le commerce de matières ou de denrées particulières sous-tend en outre le développement de toute une économie locale (la recherche de diamants en Inde orientale, la culture du sucre aux Antilles…), qu’il sera intéressant d’étudier. Des analyses pourront également être consacrées à la manne économique qu’a pu représenter le commerce international pour les marchands voyageurs et pour les personnes avec qui ils ont fait affaire. L’adoption de nouvelles habitudes de consommation ou le développement de nouveaux métiers impliqués par les circulations de denrées et d’objets pourront aussi être abordés.

 

Axe 3 – Les réseaux et comptoirs commerciaux

 En lien avec les axes 1 et 2, cet axe envisage la création et l’évolution de réseaux commerciaux, plus ou moins spécifiques : réseaux pour la vente d’épices, de soieries, d’animaux. Ainsi, dans le Devisement du monde, Marco Polo évoque par exemple l’export de chevaux arabes depuis la Perse vers l’Inde ou l’océan Indien. De même, Jacques Cartier et, plus tard, Marc Lescarbot font référence à un réseau établi pour la traite du castor et de la morue en Amérique dès le début du xvie siècle. La mise en place du réseau de la traite d’esclaves pourra également faire l’objet d’une étude. Enfin, l’intégration de comptoirs commerciaux au sein des réseaux et la pérennité de ces derniers pourront être analysés.

 

Axe 4 – Les négociations, échanges et monnaies

 Les voyageurs marchands ont nécessairement été confrontés à la question de la conversion et de la monétisation. Dans le Devisement du monde, par exemple, Marco Polo indique plusieurs fois la valeur d’un objet dans une monnaie italienne (le besan d’or, le florin d’or, le marc d’argent…) afin d’offrir à son lecteur la possibilité d’évaluer le marché en Orient. Il explique également à ce dernier le fonctionnement de la monnaie de papier dans l’Empire du Grand Khan ou encore un système de monnaie locale à base de coquillages blancs, dans le Yunnan. Jean-Baptiste Tavernier, quant à lui, insère dans son récit de très nombreuses planches représentant les monnaies des pays d’Orient dans lesquels il commerce. Une attention toute particulière peut ainsi être portée par les commerçants aux monnaies locales et aux pratiques d’échanges et de négociations.

 

Axe 5 – La condition et l’éthos du voyageur marchand

 Cet axe propose d’étudier plus spécifiquement la figure du voyageur marchand, ses pratiques et ses valeurs, en s’attachant à la spécificité de l’expérience marchande en voyage, qui nécessite par exemple le recours à des truchements ou l’apprentissage de langues étrangères. Par ailleurs, en tant que personnes intermédiaires entre plusieurs civilisations, les marchands voyageurs bénéficient parfois de régimes d’exception pour franchir des barrières géographiques, mais aussi civilisationnelles et sociales. En outre, il pourra être intéressant de questionner la représentation que le voyageur fait de son expérience marchande, en restituant notamment certaines scènes de négociation, élaborant dans le récit un éthos de marchand. Ce récit d’activité marchande peut également prendre des allures d’art de marchander dans lequel le voyageur dispense aux futurs voyageurs des conseils pratiques à mettre en œuvre. Enfin, pourront être interrogées les valeurs associées à cette activité marchande, comme celle du profit, et leur compatibilité avec les axiologies catholiques et protestantes.

D’autres réflexions pourront venir étayer les axes de recherche de cette problématique.

 

 Modalités de participation

Les propositions de communication d’environ 300 mots accompagnées d’une brève biobibliographie sont à envoyer aux organisatrices avant le 1er février 2024.

Mathilde MOUGIN, mathilde.mougin@univ-amu.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Modalités de prise en charge

 Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.

Comité scientifique

 Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS)

Danièle James-Raoul (Université Bordeaux Montaigne)

Olivier Raveux (CNRS)

Sylvie Requemora (Aix Marseille université)

[1] Voir par exemple le manuscrit du récit du voyage que Tavernier fait à Berlin : « Récit succint du voyage que moy Tavernier ay fait partant de Paris le 19 avril 1684. Pour aller aupres de son Altesse Electorale de Brandebourg A Berlin », Aix-en Provence, Bibliothèque Méjanes, Ms. 1045.

[2] Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Tome 2, Les Jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1980.

[3] Albrecht Burkardt, Gilles Bertrand et Yves Krumenacker (dir.), Commerce, voyage et expérience religieuse : xvie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

[4] Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, L’Épicerie du monde, Paris, Fayard, 2022 ; Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Le Magasin du monde, Paris, Fayard, 2020. Voir également Christophe Bouneau et Michel Figeac (dir..), Circulation, métissage et culture matérielle (xvie-xxesiècles), Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2017 ou encore Ariane Fennetaux, Anne Marie Miller Blaise et Nancy Oddo (dir.), Objets nomades, Turnhout, Brepols, 2021.

[5] Ҫınla Akdere et Christine Baron, Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach, London, Routledge, 2018.

[6] Voir par exemple Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson, Les Frontières littéraires de l’économie (xviie-xixe siècles), Paris, Éditions Desjonquères, 2008.

[7] Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur, Paris, PUF, 1996, p. 121.

[8] Ibid, p. 121.

[9] Pierre Martino explique qu’« aux environs de 1660, le nombre des relations de voyage doubla tout à coup, et que la faveur du public pour ce genre de livres ne fit que croître ensuite », Pierre Martino, L’Orient dans la littérature française au 17e siècle et au 18e siècle, Genève, Slatkine, [1906] 1970, p. 53.

[10] François Chaubet, « Histoire des mondialisations avant 1820-1840 : mondialisation archaïque et protomondialisation », François Chaubet (éd.), La mondialisation culturelle, Presses Universitaires de France, 2018, p. 9-31.

[11] Roland Pfefferkorn, « Une remontée dans le temps aux sources du capitalisme. Sur Le Premier Âge du capitalisme (1415-1763) d’Alain Bihr », La Pensée, vol. 400, n. 4, 2019, p. 113-121.

[12] « Fay moy le Cretois parmi les Cretois »,art Juste Lipse, « Lettre de Juste Lipse à Philippe de Lannoy du 3 avril 1578 (De Ratione cum fructu peregrinandi), traduite par Anthoine Brun à Lyon (1619) », dans Normand Doiron (éd.), L’art de voyager : le déplacement à l’époque classique, art. cit., p. 215.

discours pré-anthropologiques dans la littérature de voyage (1578-1721), 21 décembre 2023

Mathilde Mougin soutiendra sa thèse de doctorat intitulée :
« De l’expérience des corps à la fabrique d’une “science” de l’homme : discours pré-anthropologiques dans la littérature de voyage (1578-1721) ».
Elle se déroulera le jeudi 21 décembre à l’université d’Aix-Marseille et le jury sera composé de :

 

Gilles Bertrand, Professeur, Université Grenoble Alpes, Rapporteur

Marie-Christine Pioffet, Professeure, York University, Rapporteuse

Grégoire Holtz, Professeur, Université Paris Saclay, Examinateur

Rafael Mandressi, Directeur de recherches, CNRS, Examinateur

Ashley M. Williard, Associate Professor, University of South Carolina, Examinatrice

Frédéric Tinguely, Professeur, Université de Genève, Président du jury

Sylvie Requemora, Professeure, Aix-Marseille Université, Co-directrice de thèse

Anne Carol, Professeure, Aix-Marseille Université, Co-directrice de thèse

                                                                                                                                                                             Cette thèse a pour objet l’étude de la représentation du corps et de l’être humain dans un ensemble de récits de voyage de la fin du XVIe siècle et du XVIIe siècle réalisés en Amérique (Jean de Léry, Marc Lescarbot), aux Antilles (Jean-Baptiste Du Tertre), en Orient (Robert Challe, Jean-Baptiste Tavernier, François Bernier), en Afrique (Pierre-Martin de La Martinière, Pidou de Saint-Olon, Froger), ainsi qu’en Europe (Montaigne), complété par un corpus iconographique tiré de la littérature géographique contemporaine (Atlas de Blaeu, recueils de costumes, etc.). Qu’il soit le fruit d’un voyage en Amérique, continent incarnant alors l’exotisme le plus radical (Léry, Lescarbot), ou d’un voyage en Orient (Tavernier, Bernier), dont la plus grande proximité n’annule pas la distance morale, le récit de voyage restitue une expérience du corps inédite en même temps qu’il accorde à l’autre une place privilégiée. L’Amérindien, le Turc, le Moghol, l’Africain sont en effet autant d’avatars d’altérité que le voyageur s’emploie à décrire, en même temps que de potentiels alter ego avec lesquels il établit un contact et une interaction à l’occasion d’un séjour plus ou moins long en terre étrangère. Ainsi, le corps est à la fois un opérateur de décentrement et un centre épistémologique par lequel le voyageur accède à de nouveaux savoirs sur l’homme qu’il met en forme dans son récit aux dimensions pré-anthropologiques, et dont la forme homodiégétique constitue un espace privilégié dans lequel s’élaborent et s’affinent sa méthode ainsi qu’une réflexivité propre à la « science ». En effet, soucieux de décrire fidèlement les populations rencontrées, les voyageurs envisagent tout d’abord l’aspect physique de celles-ci, puis leurs ornements et vêtements pour les inscrire dans leur environnement social, avant de détailler leurs coutumes en matière d’unions, de nourriture, de culte ou encore de justice. En outre, les voyageurs manifestent véritablement le désir de produire une « anthropologie » comprise plus généralement comme une « science » de l’homme, insérant pour cela le matériau ethnographique collecté dans une pensée plus large de l’être humain. Ils proposent alors une taxinomie des « espèces » humaines qui participe à une racialisation progressive de l’altérité, jusqu’alors surtout envisagée à travers le prisme de la tradition de la caractérologie morale des climats.

Université de Genève, IHR : offres pour doctorants et post-doc

L’Institut d’Histoire de la Réformation, université de Genève propose trois offres d’emploi pour :

– deux doctorant.e.s (70% et 100%) ;
– un.e post-doctorant.e (100%) ;
dans le cadre du projet du Fonds national suisse de la recherche scientifique “La Bibliothèque des Monarchomaques. Une archéologie des discours politiques protestants en France (XVIe siècle)“.

*Entrée en fonction :

-A partir du 1er septembre 2024, à préciser (le mandat est prévu pour une durée de 4 ans).

-La résidence à Genève ou à proximité est requise.

 

*Titre et compétences exigés pour le/la post-doctorante :

-Thèse soutenue en histoire générale, en li􏰁érature, en philosophie, en histoire des religions, en histoire du droit, en humanités numériques (les candidat.e.s peuvent se présenter si leur soutenance de thèse a lieu avant le 31 juillet 2024).
-Des compétences en néo-la􏰀n, en humanités numériques, en histoire des idées poli􏰀ques et religieuses, en histoire des imprimés ou des guerres de religion, cons􏰀tuent des atouts.

 

*Contact :

-Dossier à renvoyer au plus tard le 31 janvier 2024 à l’adresse suivante :

paul-alexis.mellet@unige.ch

-Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de Paul-Alexis Mellet.

-Le dossier doit être envoyé en pdf au porteur du projet (paul-alexis.mellet@unige.ch). Les dossiers papier ne sont pas acceptés.

 

*Résumé du projet de recherche :

L’objectif de ce projet est d’éclairer les sources de la pensée des Monarchomaques, ces juristes et théologiens calvinistes de la fin du XVIè siècle qui ont justifié la résistance armée. Il s’agit d’adopter une méthode originale : l’approche par les sources dont ils se sont inspirés. La réalisation principale est la création d’une Bibliothèque Digitale des Monarchomaques en open access, donnant accès à la fois à tous les textes monarchomaques (variantes comprises), y compris ceux minorés par l’historiographie, mais aussi à leurs critiques et leurs influences.

Pour plus d’informations, voir en PJ Annonce Doc 1, Annonce Doc 2 et Annonce Post-Doc.

 

 

Abécédaire insolite du livre ancien

Christine Bénévent, Abécédaire insolite du livre ancien, Paris, FMSH-Diffusion, 2023.

 

 

Qu’est-ce qu’un livre ancien ? Qui sont ses ennemis ? A-t-il encore des lecteurs ? Comment et par qui a-t-il été fabriqué, acheté, lu (ou non), collectionné, conservé ou même falsifié ? Cet abécédaire, conçu comme une initiation joyeuse aux principales facettes du livre ancien, se propose de répondre à ces questions sur un mode ludique. À travers des entrées décalées, il fait voyager le lecteur de l’« amour » au « z » gothique zigzagant parmi les caractères romains, en passant par la « coquille », le « quatre », la « truie » ou encore « (la salle) Y » de la Bibliothèque nationale de France.

Christine Bénévent

Littéraire de formation, agrégée et docteur ès lettres, Christine Bénévent est historienne du livre et spécialiste de la Renaissance. Elle a notamment travaillé sur Érasme et Guillaume Budé. Directrice d’études à l’École des chartes depuis 2015, elle a publié récemment Miroirs d’encre. Histoire du livre, désirs de lecture (Paris, éditions de l’EHESS, 2022).

Pour plus d’informations, voir le site de l’École nationale des chartes.

Le droit, la justice et la guerre de l’Antiquité au XXIe siècle. Colloque jeunes chercheurs

Le droit, la justice et la guerre de l’Antiquité au XXIe siècle

Appel à communication jusqu’au 8 janvier 2024

 

 

UQAM – Université de Montréal – CIREM 16-18 – GRHS – GRHG

Montréal, 24 et 25 octobre 2024

Colloque jeunes chercheurs du Groupe de Recherche en Histoire de la guerre.

 

Ouvert à tous les étudiants de maîtrise et de doctorat, ainsi qu’aux postdoctorants et aux jeunes docteurs ayant soutenu leur thèse il y a moins de deux ans. Comme les trois premières éditions de ce colloque international, les actes de celui-ci seront publiés dans la collection War Studies des Presses Universitaires du Septentrion.

Les organisateurs proposent également une aide à la mobilité d’un montant de 400$ et qui peut être bonifié selon les situations particulières et les subventions qui seront réunies.

 

À première vue, les notions de justice et de guerre peuvent sembler antinomiques. La conduite de la guerre, qui repose sur la volonté de détruire ou de soumettre l’ennemi, ne répond-elle vraiment à aucune règle ? Peut-elle être associée à cet idéal d’ordre et d’équité caractéristique de la justice ? Pourtant, chaque société a associé les notions de justice, d’ordre et de norme à sa façon de faire et de penser la guerre afin d’en légitimer l’exercice ou d’en encadrer la pratique. Au fil des siècles, acteurs, États, armées ou sociétés invoquent des considérations morales, religieuses et/ou politiques pour justifier le déclenchement des hostilités. La violence inhérente à l’exercice de la guerre conduit également à la nécessité de formuler des règles de conduite durant les affrontements. Ainsi, l’application d’une justice en temps de conflit envers les militaires et les civils, la régulation de la violence de guerre et de la transgression des codes moraux et/ou légaux sont des enjeux à toutes les époques et dans tous les espaces. Les récents conflits sur la scène internationale (de la Syrie à l’Ukraine en passant par le Haut-Karabagh) et les procès pour crime de guerre et crime contre l’humanité (de Nuremberg au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie) montrent qu’il s’agit d’une question d’actualité. Le IVe colloque international « jeunes-chercheur.se.s » d’histoire de la guerre de Montréal propose de revenir sur le lien entre guerre et justice sur la longue durée et dans une optique interdisciplinaire.

Comité scientifique : Jonas Campion (UQTR), Magali Deleuze (RMC Kingston), Benjamin Deruelle (UQAM), Patrick Dramé (UdeS), Marie-Adeline Le Guennec (UQAM), Sophie Hulot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Guillaume Pinet (Université de Tours), Valérie Toureille (CY Cergy Paris Université), Quentin Verreycken (UCLouvain).

Comité organisateur : Aurore Kamichetty (UdeM, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Riccardo Lancioni (UQAM, Institut d’études politiques de Grenoble), Chloé Poitras-Raymond (UdeM), Rosalie Racine (UdeM), Thomas Vennes (UdeS), Jeremy Walling (UdeM).

Pour plus d’informations, voir l’appel à communication.

Le poids du plomb. Une étude de la tradition textuelle de la Résurrection d’A. Gréban

Titre de la thèse : « Le poids du plomb. Une étude matérielle, philologique et linguistique de la tradition textuelle de la Résurrection d’Arnoul Gréban »

Chiara Tavella (cotutelle de thèse Université Sorbonne Nouvelle – Università degli studi di Torino)

La soutenance aura lieu le samedi 9 décembre 2023 à 9h30 à l’Université de Turin (Sala lauree ex Facoltà di Lettere, Palazzo Nuovo – Via Sant’Ottavio 20, 10124 Torino, Italie) ; il sera possible d’y assister à distance en se connectant au lien suivant : unito.webex.com/meet/paola.cifarelli.

Le jury sera composé de :

Mme Adeline DEBOIS-IENTILE – Maîtresse de conférences, Sorbonne Université
Mme Barbara FERRARI – Professoressa associata, Università degli Studi di Milano
Mme Anne SCHOYSMAN – Professoressa ordinaria, Università degli Studi di Siena
M. Andrea VALENTINI – Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle
Mme Paola CIFARELLI – Professoressa ordinaria, Università degli Studi di Torino (directrice de recherche)
Mme Gabriella PARUSSA – Professeure des Universités, Sorbonne Université (directrice de recherche)

Résumé de la thèse :
Ce travail vise à étudier la tradition textuelle de la quatrième journée de la Passion d’Arnoul Gréban, texte de théâtre composé vers 1450 et imprimé jusqu’en 1550 environ. Les quatre manuscrits et les quatorze éditions anciennes qui nous transmettent la Résurrection font l’objet d’une recherche interdisciplinaire en trois parties. Le premier chapitre est consacré à la comparaison matérielle des différents exemplaires répertoriés ; la tradition imprimée de ce texte est réévaluée en suivant une approche hybride basée sur les acquis de la bibliographie matérielle et de la philologie. Le deuxième chapitre prend en compte le passage du manuscrit à l’imprimé pour évaluer le rôle joué par les imprimeurs dans l’adaptation du texte de Gréban à un public élargi. Dans le troisième chapitre, la varia lectio de la Résurrection devient la base pour une analyse linguistique sur le passage du moyen français au français préclassique ; l’étude qualitative des variantes philologiques est corroborée par les données disponibles dans les corpus numériques ainsi que par les outils de lexicographie modernes et anciens.

Mots clés : théâtre médiéval ; bibliographie matérielle ; pratiques éditoriales ; philologie ; périodisation linguistique ; moyen français ; français préclassique

Orients typographiques. Imprimer les langues orientales XVIe-XIXe s., Paris, 12-15 décembre

Orients typographiques. Imprimer les langues orientales, entre Europe(s) et Orient(s), XVIe-XIXe siècle

 

12-15 décembre 2023, Paris (EFEO, IEA, Université Paris Cité)

 

 

Ce colloque international réunit des chercheuses et chercheurs – historien.ne.s, typographes, linguistes… – dont les travaux portent sur la manière dont les langues orientales ont été imprimées, en divers lieux, entre le XVIe et le XIXe siècle, et sur les enjeux techniques, sociaux, politiques ou culturels de ces pratiques.

Trois thèmes principaux, bien que non exclusifs, pourront guider les réflexions. Le premier concerne les mobilités techniques. Les techniques (xylographie, typographie, lithographie, monotype, linotype…) sont en effet « traduites », c’est-à-dire acclimatées et donc transformées, en fonction des contextes. Or, selon les points de vue, qu’est-ce qui constitue une « bonne » écriture orientale imprimée et quels gestes ont présidé à sa réalisation ? Comment les acteurs du monde de l’écrit, qu’il soit manuscrit ou imprimé, pouvaient-ils, ou non, dialoguer ? Concernant la typographie, comment les poinçons (ou types), avec leurs exigences techniques et leurs spécificités (la diversité des caractères en chinois, les ligatures en arabe ou en persan, les points ou accents à associer à certaines lettres…), ont pu circuler et être réadaptés en différents lieux, parfois sur le temps long ?

Accompagnant ce matériel typographique, les acteurs susceptibles de le mettre en branle ont également circulé. Il s’agira d’aborder les ateliers typographiques et les projets éditoriaux qu’ils lancent comme de véritables entreprises collectives et collaboratives impliquant une grande variété d’acteurs aux identités sociales diverses et fluides. L’observatoire que constituent les ateliers d’imprimerie fait ressortir le rôle essentiel des praticiens et des « techniciens » dans l’élaboration des savoirs linguistiques. L’étude de ces ateliers permet d’explorer la matérialité des écrits orientalistes afin de reconstituer leurs processus de fabrication, d’envisager la manipulation effective des langues à travers leurs écritures et leurs caractères. Les imprimeries apparaissent, par conséquent, comme de véritables « lieux de savoir », où interagissent, entre collaboration et tensions, philologues, imprimeurs, graveurs, compositeurs, interprètes, correcteurs…

Enfin, nous tenterons, au cours du colloque, d’affiner la géographie de ces ateliers spécialisés dans les impressions en langues orientales en insistant sur l’importance et les effets des localisations, entre l’Europe et l’Orient : le rôle des ports et de leurs communautés diasporiques ; ou encore l’importance des métropoles, et de leur cosmopolitisme aux contours fluctuants… La définition même de ce que sont, dans ces contextes variés, les « langues orientales » – et l’« Orient » lui-même ? – peut être interrogée à partir des ateliers et de leur organisation : se limitent-elles parfois aux langues « bibliques », avec des périmètres variables ? Englobent-elles sinon toutes les langues non européennes, ou plutôt toutes celles en caractères « non latins » ? Finalement, cette topographie de la typographie orientale permet-elle de repenser la géographie des « orientalismes » ? A l’échelle locale, d’une part, les ateliers sont reliés à d’autres lieux et institutions à prendre en considération. À l’échelle globale, les différents centres d’impression, en Europe ou en Orient, collaborent ou se concurrencent : peut-on, par exemple, parler d’un impérialisme typographique et quels en ont été les contours selon les contextes ?

Comité d’organisation :

Michela Bussotti (EFEO) ; Margherita Farina (CNRS/Université Paris Cité); Fabien Simon (Université Paris Cité)

Contact

fabien.simon@hotmail.fr

Un lien zoom sera disponible sur demande pour suivre le colloque à distance

Inscription obligatoire uniquement pour la journée du 13 décembre 2023 à l’IEA de Paris

Programme à consulter Ici.

Lien vers le site de l’ANR Indes linguistiques.

Bien chanter, vivre bien. Poésie, musique et philosophie morale en Europe, Paris, 8-9 décembre

Bien chanter, Vivre bien

Poésie, musique et philosophie morale en Europe (1550-1650)

Colloque international

 

co-organisé par Julien Goeury (Sorbonne Université), Isabelle His (Université de Poitiers) et Melinda Latour (Tufts university)
Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

 

Vendredi 8 décembre 2023

Matinée

9h30 / 12h30

• 9h30 – Accueil

• 10h – Melinda Latour, Tufts univ.
Répéter la mort en musique : la résonance des ruines

• 10h30 – Jeanice Brooks, Univ. de Southampton
Musique, pénitence et dévotion autour de Henri III

• 11h – Pause

• 11h30 – Gilles Ernst, Univ. de Lorraine-Nancy
Les Quatrains de Pierre Matthieu dans la poésie sentencieuse du temps

• 12h – Éric Tourrette, Univ. Lyon 3
Le thème de l’écoulement dans les quatrains moraux de Claude Guichard et Pierre Matthieu

 

Après-midi

14h / 17h

• 14h – Grégoire Bauguil, Univ. de Poitiers
Ordre moral et ordre modal : Les Quatrains et la Suite de la premiere partie des Quatrains de Mr Mathieumis en musique par Artus Aux-Cousteaux (1636-1652)

• 14h30 – Alexandre Tarrête, Sorbonne Université
La philosophie de Pibrac dans ses Quatrains

• 15h – Loris Petris, Univ. de Neuchâtel et Alice Tacaille, Sorbonne Université
Pibrac et la musique

• 15h30 – Pause

• 16h – Jean Vignes, Univ. Paris-Cité
Jean-Antoine de Baïf et la chanson gnomique

• 16h30 – Christophe Dupraz, ENS Ulm
Un recueil de quatrains gnomiques : les Cinquante quatrains sur la vanité du monde et le bien de la mort (1614) de “F. P. D. L. R.”

Concert : Les Octonaires de la Vanité du Monde

20h – Amphi Richelieu, Université Sorbonne – 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e

Concert de l’ensemble Faenza (dir. Marco Horvat).

Gratuit. Réservation obligatoire : https://www.billetweb.fr/faenza

Samedi 9 décembre 2023

Matinée

9h30 / 12h30

• 9h30 – Joseph Gauvreau, Harvard Univ.
Les Sonets Chrestiens de Simon Goulart

• 10h – William Barreau, Sorbonne Université
Le Mespris de la vie de Jean-Baptiste Chassignet : un recueil moral et sentencieux ?

• 10h30 – Pause

• 11h – Audrey Duru, Univ. d’Amiens
Le quatrain moral, ressource pour la poétesse Jaqua Françoise Pautrard et son père pédagogue (Arbois, début XVIIe s.)

• 11h30 – Frédéric de Buzon, Univ. de Strasbourg
Bien chanter selon Descartes : autour de la querelle Ban-Boesset

• 12h – Conclusions du colloque

 

La Renaissance en question ? Table-ronde autour du livre de D. Crouzet. Genève, 22/11

Table ronde – 22 novembre 2023

« La Renaissance en question? Michelet et le rêve de la modernité »


Table ronde autour du livre de Denis Crouzet, Le XVIe siècle est un héros

Genève, Institut d’Histoire de la Réformation


16 h – 19 h | U 408

Interventions : Michèle Clément (Université Lyon 2), Marie Houllemare (UNIGE), Martin Rueff (UNIGE), Daniela Solfaroli Camillocci (IHR)

Modération : Nicolas Fornerod (IHR)

Lien vers l’IHR.

ERC AGRELITA : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale

ERC Advanced Grant AGRELITA Project

The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities

 

Direction : Catherine Gaullier-Bougassas

https://agrelita.hypotheses.org/

The AGRELITA project ERC n° 101018777 was launched on October 1st 2021. It is a 5-year project (2021-2026) financed on an ERC Advanced Grant 2020 through the European Union’s Research and Innovation Programme Horizon 2020.

 

Journées d’études – Appel à communication

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale :

Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle

 

Jeudi et vendredi 23-24 mai 2024, Lille

Mercredi 29 mai 2024, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de ‛re-naître’ dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse –. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. De nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVesiècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum  de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites en langue française, à partir de l’Ovide moralisé, suivi de nombreux remaniements, dont certains contiennent des adaptations françaises du texte de Bersuire. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines, peu présentes dans les premiers romans antiques et dans les premières histoires universelles françaises, entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques… Parmi ces derniers, de nouveaux ouvrages dédiés spécifiquement aux dieux antiques s’écrivent en grand nombre à la fin de la période que nous considérons. Enfin tout au long de cette période, l’exploitation de nouvelles sources, à partir du XVe siècle en langue française, contribue au renouvellement.

Les très nombreux textes où ces divinités apparaissent, avec les illustrations des manuscrits et des imprimés, leur donnent une nouvelle vie plus encore qu’une survie, ou plus exactement de nouvelles vies. Elles sont en effet représentées dans de multiples formes d’écritures et dans des univers tout aussi multiples, dont certains sont éloignés du monde antique. Les métamorphoses de leurs formes par rapport aux traditions antiques, très variées mais non toujours présentes, accompagnent leur intégration dans ces contextes divers. De nouvelles « aventures » leur sont parfois inventées, et même, certes exceptionnellement, de nouveaux dieux antiques sont imaginés. La composition de traités qui leur sont consacrés exclusivement révèle de nouvelles analyses.

À partir d’études de cas, sur une ou sur plusieurs divinités, les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les trois siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation. Elles permettront ainsi de prolonger les recherches sur les modalités et les raisons d’une présence démultipliée des divinités antiques : Pourquoi insuffler une nouvelle actualité à leur mémoire, pourquoi et comment leur redonner une telle présence, leur rendre vie ?

Les propositions, sur des œuvres écrites en latin, en français ou en italien, porteront sur les questions suivantes, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

-Les représentations textuelles des divinités grecques, les formes d’écriture – description, récit, commentaire – déployées à leur sujet

-De la traduction et de la compilation à l’adaptation et à l’invention : reconfigurations d’un savoir hérité

-Les contextes littéraires dans lesquels les auteurs élaborent ces images textuelles

-Les contextes culturels, politiques, les débats dans lesquels les auteurs s’emparent de ces divinités

-Les interprétations de ces divinités et les finalités diverses de leurs évocations – finalités politiques, éthiques, religieuses, scientifiques, poétiques…

-Les représentations visuelles de ces divinités dans les manuscrits puis les imprimés : leurs figurations et leurs significations, leurs liens avec les autres formes de représentations artistiques qui leur sont consacrées

-Les liens entre textes et images dans les manuscrits et les imprimés

-L’appropriation actualisante/anachronique ou au contraire le regard sur l’Antiquité et son altérité dont les images textuelles et visuelles de ces divinités témoignent

– La circulation, la réception et la transformation de ces représentations du XIIe au XVIe siècle : la transmission et le renouvellement de la mémoire de ces divinités

-La transposition de ces divinités dans de nouveaux univers

La journée du mercredi 29 mai 2024 sera consacrée en priorité à des communications en lien avec des ouvrages de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Les propositions sont à adresser (titre et résumé de 200-300 mots) avant le 15 janvier 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux deux adresses suivantes :

catherine-bougassas@orange.fr

catherine.bougassas@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA.

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

[1] Jean Seznec, La survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1993, préface de la seconde édition, p. 11.

éditer les compilations de la Renaissance, Strasbourg 17 novembre

17/11/2023 : Journée d’étude

La référence explicite : éditer les compilations de la Renaissance, de l’index au référentiel ?

 

Dans le cadre du projet de recherche PROC (Pratiques de Référencement dans les Œuvres Composites des XVIe-XVIIe siècles), soutenu par la Maison Interuniversitaire des Sciences Humaines d’Alsace (dir. Anne Réach-Ngô), une première journée d’étude, « La référence explicite : éditer les compilations de la Renaissance, de l’index au référentiel ? », aura lieu le 17 novembre 2023.

Produit-on des ressources FAIR (Faciles à trouver, accessibles, interopérables, réutilisables) à la Renaissance ? Nous sommes en tout cas tributaires aujourd’hui des techniques de recherche textuelle et des méthodes de lecture de consultation mises en œuvre, au XVIe siècle, par un lectorat élargi notamment en ce qui concernent l’utilisation des “livres de référence” (compilations, florilèges, dictionnaires…) Étudier et plus encore éditer ce type d’ouvrages qui se caractérise par une intertextualité spécifique nécessite d’accorder une attention particulière au référencement dans ces textes. Le numérique, et en particulier le web sémantique, conduit à les interroger à nouveaux frais. Quelles sont les parentés des outillages numériques avec les systèmes d’indexation et de renvois mis en place à la Renaissance ? En posant le problème en termes de métadonnées et en approfondissant la notion de contribution mise en avant dans les Humanités Numériques, peut-on revenir sur les critères mêmes de définition des autorités et de l’auctorialité ? De même qu’une meilleure compréhension des pratiques anciennes permet d’envisager autrement les dispositifs numériques que nous inventons, les réflexions autour des référentiels d’autorités et des entités nommées ouvrent de nouvelles perspectives de recherche sur les textes composites de la Première Modernité.

Franz Bierlaire († 2023)

 

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Franz Bierlaire, le 12 novembre 2023. Professeur émérite à l’université de Liège, il avait consacré de nombreux et importants travaux à l’histoire de l’humanisme et en particulier à Érasme.
 
Un hommage lui sera prochainement  consacré.
 
Le CA de la SFDES.

Le Verger. Bouquet XXVI – Une débauche de noir : la couleur noire à la Renaissance

Le Verger. Bouquet XXVI

Une débauche de noir : la couleur noire à la Renaissance.

 

 

Sous la direction de Charles-Yvan Élissèche, Estelle Leutrat et Adeline Lionetto

 

Charles-Yvan Élissèche, Estelle Leutrat et Adeline Lionetto : Introduction – La Renaissance, un âge d’or de la couleur noire ? 

Les mots pour dire le noir

Élodie Ripoll : Le noir dans l’épistémologie visuelle de la Renaissance – Approche quantitative et diachronique.

Fabriquer le noir

Pauline Deschamps-Kahn : La mise en œuvre des pigments et la pratique picturale pour la représentation des étoffes noires en Italie au XVIe siècle : une enquête historique et scientifique.

Anthony Le Berre : Se noircir le poil : les recettes des médecins face aux canons de beauté de la Renaissance.

L’œuvre au noir

Doriane Moenaert : Nigrum nigrius nigro – Le noir à l’œuvre dans les écrits attribués à George Ripley.

Véronique Adam : Composition et représentations de la couleur noire dans les textes littéraires partiellement alchimiques (1515-1618).

Valeurs et significations

Louise Millon-Hazo : Le noir et les autres couleurs dans l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil du calviniste Jean de Léry.

Guillaume Bunel : Prodiges de l’Histoire naturelle, métaphores cosmiques et symboles religieux : l’usage du noir dans les canons musicaux transmis par Pietro Cerone (1613).

Anne Beyaert-Geslin : Le conflit de valeurs du roi Balthazar : approche sémiotique de la couleur noire.

Charles-Yvan Élissèche : Le manteau noir de Nuestra Señora de la Soledad à Bruxelles aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Compte rendu

Gautier Amiel : compte rendu de l’ouvrage Lettrines pour Arena. Acrostiche romancé de Marie-Joëlle Louison-Lassablière.

 

Lien vers le site Cornucopia.

Des Nefs des folles à l’Éloge de la Folie, conférence d’Olga Anna Duhl, Paris 24 novembre

Des Nefs des folles à l’Éloge de la Folie : perspectives transculturelles au tournant du XVIe siècle

 

 

Olga Anna Duhl, professeure au Lafayette College (États-Unis), invitée à l’École sur proposition de Christine Bénévent, professeur d’Histoire du livre, donne une conférence intitulée « Des Nefs des folles à l’Éloge de la folie : perspectives transculturelles au tournant du xviesiècle ».

Vendredi 24 novembre 2023 à 17 h 00

École des chartes – PSL, 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Delisle)

Inscription obligatoire

Dans la mouvance de la Nef des fous de Sébastien Brant, les Stultiferae naves (Les Nefs des folles), prosimètre latin composé vers 1500 par l’imprimeur humaniste Josse Bade, offrent une perspective vétérotestamentaire de la folie du monde visant à concilier la doctrine de l’imitation du Christ et l’héritage classique. Cet effort de synthèse entraîne à son tour deux types d’adaptation culturelle : d’une part, la Nef des folles selon les cinq sens de nature réalisée par Jean Drouyn, qui s’inscrit dans la tradition didactique de la Nef des fous ; d’autre part, l’Éloge de la Folie d’Erasme, chef-d’œuvre de la pensée paradoxale qui exercera une influence non négligeable sur l’esthétique humaniste renaissante.

 

Olga Anna Duhl
Professeure de Français au Lafayette College (Etats-Unis)

Olga Anna Duhl est professeure de Français, titulaire de la chaire Oliver Edwin Williams, fondatrice et coprésidente du programme d’études médiévales, de la Renaissance et de la pré-modernité du Lafayette College (Etats-Unis).

Spécialiste de la littérature, de la rhétorique et du théâtre français des années 1450-1550, elle a publié des monographies, des éditions critiques, ainsi que des ouvrages collectifs, notamment :

  • Poétique du drame, drame du poétique – Enjeux du sujet dans le théâtre, des rhétoriqueurs à Marguerite de Navarre, Paris, Classiques Garnier, 2023
  • Les Cinq sens entre Moyen Âge et Renaissance : enjeux épistémologiques et esthétiques, avec Jean-Marie Fritz, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2016
  • La Nef des folles, trad. Jehan Drouyn et al., Paris, Classiques Garnier, Textes de la Renaissance 190, 2013
  • Amour, sexualité et médecine aux xve et xvie siècles, Éditions universitaires de Dijon, 2009
  • Sotise a huit personnaiges [le Nouveau Monde], Genève, Droz, Textes littéraires français 573, 2005
  • Quêtes spirituelles et actualités contemporaines dans le théâtre de Marguerite de Navarre, Renaissance and Reformation/Renaissance et Réforme, Special Issue, XXII, Fall 2002, Canadian Society for Renaissance Studies, Toronto, Canada
  • Le Théâtre français des années 1450-1550 : état actuel des recherches, Dijon, Centre de recherches « Le Texte et l’Édition », Université de Bourgogne, 2002

Olga Anna Duhl est également co-conservatrice de l’exposition « ‘A True Friend of the Cause’: Lafayette and the Anti-Slavery Movement » (Grolier Club, New York, décembre 2016-février 2017) dont elle a coédité le catalogue. Elle prépare une exposition internationale consacrée à « Lafayette et les Amériques », en partenariat avec les Archives nationales et l’École des chartes – PSL, à l’occasion du 250e anniversaire de l’Indépendance des États-Unis.

Chercheuse invitée à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris-3 en 2017, elle a été nommée la même année Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques par le ministère de l’Éducation du gouvernement français.

Voir le site de l’École nationale des chartes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search