Tous les articles par Estelle Leutrat

Redonner voix à l’Heptaméron de Marguerite de Navarre

Redonner voix à L’Heptaméron de Marguerite de Navarre
Réédition des Cahiers Textuel n°10 & 29

 

 

 

DIRECTEURS D’OUVRAGE : PERRIER SIMONE, LIAROUTZOS CHANTAL

Présentation

Après 1992 et 2006, L’Heptaméron est remis au programme des agrégations de lettres. Par la force des circonstances, les agrégatifs et agrégatives d’aujourd’hui ont bien des raisons d’aborder avec un regard neuf l’entreprise des reclus de l’abbaye de Serrance, qui échangent des récits pour « adoulcir l’ennuy » et passer le temps aussi utilement que joyeusement en période de confinement. Pour les accompagner dans leur lecture, il a semblé utile de redonner voix aux deux numéros des Cahiers Textuel parus à l’occasion des sessions antérieures et qui étaient devenus inaccessibles. Bien que la connaissance du recueil de Marguerite de Navarre et son approche aient évolué ces quinze dernières années, les différents articles réunis – pour certains des « classiques » des études sur L’Heptaméron – pourront continuer à donner matière à de nouveaux devis critiques fructueux.

Réédition des Cahiers Textuel :

No 10, sous la direction de Simone Perrier
No 29, sous la direction de Chantal Liaroutzos

Bon de commande   Heptaméron

La chanson d’actualité de Louis XII à Henri IV

 

Plus d’un siècle après les travaux pionniers d’Auguste Le Roux de Lincy et d’Émile Picot sur les « chants historiques », au moment où les sources premières deviennent plus accessibles, les études littéraires, historiques et musicologiques joignent, dans ce volume, leurs forces pour renouveler le regard sur la chanson dite d’actualité. Dès le début du XVIe siècle, à travers de minces plaquettes gothiques, des soldats, des aventuriers, des clercs, de simples bourgeois témoignent par des chansons des conflits qui les divisent. Textes aux airs bien souvent perdus, inscrits en profondeur dans l’histoire de leur temps, leurs chansons participent à l’œuvre de propagande des parti(e)s en présence au fil des conflits qui agitent le siècle. Elles rassemblent aussi des communautés, notamment dans la commémoration des événements et des figures qu’elles illustrent.

Les contributions de ce volume se consacrent aux supports et aux sources qui nous donnent accès à ces airs et à ces textes (chansonniers, paroliers, placards, minutes de procès, etc.), et elles en montrent toute la diversité générique et formelle : chansons historiques, chansons spirituelles, chansons à boire…  Elles visent à définir la poétique du genre (si genre il y a), sans oublier ce que ces textes nous disent de leur réception et de leur diffusion. L’investigation porte aussi sur le statut de la vérité, sur l’utilisation de la rumeur et d’une rhétorique propagandiste, car les nouvelles véhiculées dans ces chansons, comme dans d’autres textes d’actualité, sont le fait d’auteurs, parfois anonymes, qui peuvent prendre fait et cause pour un parti ou une idée, notamment dans le cadre des guerres de Religion. Le dialogue des différentes disciplines sollicitées aide à cerner les codes qui régissent ces chansons, à dégager leurs spécificités textuelles et musicales, mais aussi à les réinscrire au plus près de leur contexte historique et à saisir leur influence et leurs modalités d’action.

Table des matières :

Frank Lestringant, Chansons de toujours (en guise de prélude)

Marion Pouspin, Les chansons d’actualité mises en livrets gothiques. Formes, matérialité, enjeux

Adeline Lionetto, « Des nouvelles de delà les monts ». Les chansons d’actualité des plaquettes et recueils gothiques de l’officine À l’Écu de France (atelier des Trepperel et d’Alain Lotrian)

Robert Bouthillier et Eva Guillorel, La prise de Rome de 1527 dans la chanson populaire (16e-21e siècle)

Sophie Astier, Chansons et récits de bataille dans quelques occasionnels de la fin du règne de François Ier

Laurent Vissière, La chanson d’aventurier

Tatiana Debbagi Baranova, Chansons : lieux de mémoire et enjeux d’actualité pendant la première décennie du règne d’Henri III (1574-1584)

Jelle Koopmans, Merck Toch Hoe Sterck : les « chansons des gueux » aux Pays-Bas

Pierre Tenne, Les Cantiques dechantees de Pierre Doré : un recueil pionnier dans l’histoire du chant catholique ?

Gilbert Schrenck, Le chant de l’actualité dans le Recueil poétique (Ms. français 22565 de la BnF) de François Rasse des Neux

Stéphane Partiot, L’éloge de la paix dans les recueils de chansons sans musique publiés par les libraires-imprimeurs Rigaud et Bonfons (1548-1601)

Isabelle His, Henri IV et le duc de Parme: un air pour le siège de 1592?

Melinda Latour, Chanter les assassinats d’Henri III et d’Henri IV : commémorer ou moraliser ?

Anne-Gaëlle Leterrier-Gagliano, Pleurer l’assassinat des Guises : la poétique des chansons comparée à celles des autres poèmes funéraires de circonstance

Julien Goeury, La réception de l’« Ode sur les misères des Églises françoises » d’Antoine de Chandieu : construction imaginaire et réalités historiques

Jean Vignes, Conclusions

Nahéma Khattabi, Alice Tacaille et Jean Vignes

Les premiers imprimés français et la littérature de bourgogne (1470-1550)

Les Premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550).

 

Textes édités par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou

Actes du colloque international organisé à l’Université Littoral – Côte d’Opale, Dunkerque.

372 pages. Broché.

50 €

EAN13 : 9782745354617.

 

PRÉSENTATION

Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l’Université Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 22 et 23 octobre 2015, le présent ouvrage se voudrait un espace de réflexion sur la place occupée par la littérature française de Bourgogne dans l’activité éditoriale des premiers imprimeurs (1470-1550). Il vise à appréhender le rôle joué par l’imprimerie naissante dans le rayonnement de la vaste production littéraire élaborée sous l’impulsion des Grands Ducs de Bourgogne et à apprécier dans quelle mesure les libraires-éditeurs des grandes villes du Nord contribuèrent, au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance, à la connaissance et au rayonnement de la culture française.

Jean Devaux et Alexandra Velissariou sont respectivement professeur et maître de conférences à l’Université Littoral – Côte d’Opale.

Matthieu Marchal est maître de conférences à l’Université de Lille. Leurs recherches portent sur la littérature française du Moyen Âge tardif, plus particulièrement à la cour des ducs Valois de la maison de Bourgogne.

Voir ici la Table_des_matieres