Tous les articles par Estelle Leutrat

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons

Pierre de l’Ancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons. Édition de 1613

Édité par Jean Céard

Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2022.

 

Le magistrat du parlement de Bordeaux Pierre de Lancre reçut du roi Henri IV mission d’enquêter sur les rumeurs de sorcellerie qui secouaient la petite contrée du Labourd en pays basque. Pendant quatre mois, investi d’une autorité souveraine, il travaille activement à instruire et à juger. De cette rare expérience, Pierre de Lancre publie la recension quelques années plus tard. Son Tableau de l’inconstance des mauvais anges et demons fut certainement un ouvrage remarqué : publié en 1612, il fit, sans attendre la fin du privilège de six ans, l’objet d’une réédition revue et augmentée dès 1613. Cette nouvelle édition multiplie les additions. Si l’auteur maintient presque inchangées ses références érudites, il approfondit en revanche l’exégèse de sa rare expérience de démonologue, avec le sentiment d’enrichir ainsi cette nécessaire contribution à la connaissance du diable et de ses menées. On croit utile de signaler ces additions à leur place : De Lancre, en serviteur dévoué de l’État, élabore une démonologie concrète fondée sur une vaste et difficile érudition dont l’index fait voir l’ampleur.

Lien vers le site de l’éditeur.

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau, 9-10 juin 2022

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau.

Production, diffusion, collection.

9-10 juin 2022

 

Paris, École nationale des chartes

 

Le département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve un exceptionnel ensemble de gravures et de dessins de l’école de Fontainebleau. Son fonds d’estampes bellifontaines rassemble un millier d’épreuves produites à Fontainebleau entre 1542 et 1547. S’y ajoute une collection de dessins de premier plan, comprenant à la fois des œuvres des artistes actifs sur le chantier de Fontainebleau et des maîtres du XVIe siècle durablement influencés par ce foyer.

De novembre 2020 à novembre 2022, la BnF s’est engagée dans un vaste chantier de recherche et de valorisation de ce fonds de référence, grâce au mécénat de la Fondation Getty (The Paper Project). Pour marquer l’aboutissement de ce programme, elle organise, en collaboration avec l’École nationale des chartes, les 9 et 10 juin 2022, des journées d’études appelées à réunir les chercheurs ainsi que les professionnels des musées et des bibliothèques pour présenter les dernières recherches sur la production graphique de l’école de Fontainebleau, sur les pratiques de collection de ces œuvres et sur la réception des motifs bellifontains en France et à l’étranger.

Comité d’organisation :

  • Anna Baydova, conservatrice pensionnaire du Getty Paper Project au département des Estampes et de la photographie de la BnF, chercheuse associée de l’équipe SAPRAT (EPHE, EA-4116)
  • Pauline Chougnet, conservatrice des bibliothèques, chargée des collections de dessins au département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Catherine Jenkins, docteur en histoire de l’art, historienne de l’art indépendante
  • Corinne Le Bitouzé, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe à la directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Vanessa Selbach, conservatrice en chef des bibliothèques, chef du service de l’estampe ancienne et de la Réserve au département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Marc Smith, professeur de paléographie, École nationale des chartes
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la BnF
  • Caroline Vrand, conservatrice de patrimoine, chargée des estampes des XVe et XVIe siècles au département des Estampes et de la photographie de la BnF

 

Programme à consulter ici.

Inscription obligatoire.

 

Logo_BNF_1.png                 Logo_ENC_Couleur_2.png                       Logo_Getty_1.jpg

 

Fleurs et jardins de poésie

Fleurs et jardins de poésie. Les anthologies poétiques (domaine français, incursions européennes), sous la direction d’Adeline Lionetto et Jean-Charles Monferran, Paris, Classiques Garnier, 2021, 408 p.

 

En prolongement du colloque organisé par Adeline Lionetto et Jean-Charles Monferran, le présent ouvrage se propose ici d’exposer les différentes réflexions menées autour de la constitution des anthologies poétiques au XVIe siècle, de l’auctorialité collective et des stratégies éditoriales mises en œuvre, nécessaires à leur éclosion. En effet, comme le notent les auteurs de l’introduction, la prépondérance accordée à la figure de l’auteur et à l’œuvre qui y est rattachée a entraîné une certaine lacune critique en la matière. Pour la combler, le recueil offre une synthèse, jamais encore réalisée, sur le cheminement de ces anthologies, de leur transformation et de leur influence sur la production poétique d’alors. Suivant la métaphore horticole, emblématique des miscellanées poétiques, les contributions, apparemment labyrinthiques, s’agencent de manière à permettre au lecteur de trouver, à partir de chaque unité, un ordre réflexif qui répond à la cohérence des « grandes allées » tracées par les directeurs de la publication. Ces grandes allées s’architecturent comme suit : la dynamique et la genèse des recueils collectifs ; la tradition manuscrite, clé de compréhension de l’imprimé ; l’organisation, la préservation et la compilation, au service de la consécration poétique ; le geste anthologique, entre création patrimoniale et témoignage du présent ; l’étude et l’analyse des contenus ; la comparaison des anthologies françaises et étrangères. Toute la force du livre est ainsi d’offrir au lecteur une déambulation cadrée par de grandes allées qui encerclent des massifs en mosaïques, permettant à la fois une marche ordonnée et à sauts et à gambades. La flânerie discursive trouve une cohérence dans le déroulé des massifs qui, presque musicalement, s’interrogent les uns les autres et se répondent en écho. De la dynamique de l’écrit découle l’imprimé et ses stratégies éditoriales, elles-mêmes redevables d’un contenu en continuelle évolution selon les modes et les tendances qui tiennent tout autant des influences, de la matière que des auteurs et de leur réception.

Cette logique circulaire est d’autant plus prégnante qu’elle s’appuie sur une microstructure qui, par le parfait assemblage de chacune de ses pièces, constituent la macrostructure, à l’instar de l’arbre, de la plante, et de la fleur qui, réunis, édifient le massif, puis les allées, et enfin le jardin.

Partant de l’article central d’Anne Réâch-Ngô et de l’équipe Joyeuses inventions, la réflexion s’initie sur l’éclosion et la transformation d’ouvrages collectifs que le bibliographe Frédéric Lachèvre (1855-1943) a recensés dans son ouvrage Bibliographie des recueils collectifs de poésie au XVIe siècle, du Jardin de Plaisance (1502) aux Recueils de Toussaint du Bray (1609). Grâce à l’outil numérique, les auteurs de l’article ont pu analyser, en synchronie et en diachronie, les différentes recompositions éditoriales du Trésor des joyeuses inventions du parangon de poésies, paru entre 1544 et 1599, ainsi que la circulation des textes en son sein. Mais la production imprimée des anthologies et leur métamorphose ne peuvent s’envisager sans la prise en compte de la tradition manuscrite. Marco Veneziale démontre, dans cette optique, comment le recueil des Fleurs de poesie françoyse (1534) s’est construit à partir de manuscrits qui étaient héritiers de la pratique des poètes de cours de François Ier. Laëtitia Tabard, pour sa part, propose, en transparence de l’analyse du Jardin de Plaisance et fleur de rhétorique, publié pour la première fois en 1501 par Antoine Vérard, de comprendre comment le passage du manuscrit à l’imprimé s’est opéré et de rendre saillant la préexistence de la sélection textuelle à l’objet édité, puisque le choix des pièces lyriques repose sur une structure narrative spécifique. Dans ce sillage, Hugo Macé et Jean Vignes insistent sur l’essence musicale des anthologies poétiques. L’historicité des Chansons de P. de Ronsard, Ph. Desportes et autres, mises en musique par N. de La Grotte (1569) témoigne de l’interaction entre recueils de pièces musicales et recueils de poésies, et de l’influence de l’architecture des premiers sur les seconds, pour au final transformer l’anthologie musicale en anthologie poétique.

Après ce premier massif consacré à la genèse et au dynamique de constitution des recueils collectifs, le deuxième pointe son attention sur l’entreprise de promotion poétique des anthologies. Jean Balsamo, à la lumière des recueils italiens de rime (1545-1560) édités par Giolito et d’autres libraires, souligne la complexité des recueils, cumulatifs et extensifs, et non pas sélectifs. Il s’agit, en effet, de recueillir et non d’élire afin d’opérer un choix qualitatif qui unifie les lettres italiennes et les honore d’un titre de noblesse par l’autorité donnée aux auteurs choisis. L’article de Jean Balsamo entre alors en résonnance avec la réflexion menée par Miriam Speyer. Son étude porte sur les recueils français de poésie produits entre 1597 et 1607 et se focalise ensuite sur L’Academie des modernes poëtes françois d’Antoine du Breuil. En témoigne le titre de l’ouvrage plus finement analysé, une vraie entreprise de canonisation des poètes voit le jour et trouve son plein épanouissement au sein du type éditorial spécifique de l’anthologie qui, tout en se décomposant en sections monographiques, devient une particularité de certains imprimeurs pour répondre au goût du public. De manière rétrospective, Ellen Delvallée établit qu’un projet comme les Rondeaulx en nombre de trois cens cinquante (1527) annonce, par sa composition dynamique en sections, l’élaboration d’un patrimoine français riche et en mouvement. En effet, il est précurseur de la collection des poètes français publiée par Galliot du Pré (1528-1533), ainsi que des ouvrages de consécration évoqués par Myriam Speyer. Néanmoins, il apparaît en filigrane de ces articles que ces anthologies, bien plus que de canoniser des auteurs, ont pour but de promouvoir la poésie en langue vernaculaire et de s’ancrer dans le présent. En se fondant sur l’exemple de la Departie d’Amour (1509), attribuée à Blaise d’Auriol et publié par Vérard, Jean-Claude Mühlethaler met en lumière que ses recueils se confondent avec d’autres genres et s’apparentent à un art de la seconde rhétorique et à un art d’aimer. Ces expérimentations permettent non seulement une variété des formes poétiques, mais encore de faire une publicité larvée pour les poésies d’alors composées en français et éditées par Antoine Vérard.

Le troisième massif s’éloigne du conditionnement et de la promotion de l’écrit par la forme éditoriale pour s’intéresser au contenu lui-même et à son influence sur l’objet imprimé. Il apparaît dès lors que les anthologies privilégient la lyrique amoureuse, ainsi que les sujets spirituels. En effet, comme le démontre Véronique Ferrer, à partir de la fin du XVIe siècle, la poésie religieuse, en réaction à la poésie profane, s’empare de l’anthologie et la fait sienne. Elle expérimente ainsi diverses formes littéraires (chanson, sonnet, ode, mélodie psalmodique, vers militant, contrafactum, prière). Semble-t-il destinée à deux thématiques centrales (l’amour et le religieux) et aux types de poésie qui y sont rattachées (formes brèves ou amples), l’anthologie, comme les arts poétiques, est-elle limitée à un champ spécifique de production ? Les contributions de Nathalie Dauvois et Antonin Godin viennent nuancer le propos. L’analyse de recueils collectifs comme le Parnasse des poètes françois contemporains de Corrozet révèle la porosité entre l’anthologie, le florilège et le recueil de lieux communs. Ces objets imprimés partagent souvent leurs organisations et leurs usages jusqu’à se confondre. C’est ainsi que les poètes peuvent puiser dans les anthologies des modèles à imiter. Enrica Zanin, au travers du cas de La Fleur de toutes nouvelles, tempère, elle aussi, le propos. L’anthologie n’est pas uniquement poétique, mais aussi narrative. D’ailleurs, elle ne cesse de rappeler le dialogue constant entre florilèges de nouvelles et de poèmes. Les deux types d’anthologie suivent le même cheminement. Originellement, ils s’organisent autour d’un cadre narratif fort avant de peu à peu s’en abstraire pour préférer un ordre thématique. Les florilèges de nouvelles, à l’instar des loci, précèdent cependant les recueils de poésie à cause de la réception du genre en France. Il n’en reste pas moins que ces deux modèles vont durablement bouleverser, par leur exemple,  l’organisation des recueils poétiques et permettent le passage d’une lecture cursive à une lecture discontinue.

Si cette tendance est en partie redevable d’une réception d’un genre étranger, elle l’est aussi d’un mouvement plus général et d’une réelle transformation du mode de lecture, plus rapide et ciblé. Le quatrième massif, dédié à l’étude comparatiste des anthologies françaises et européennes, s’en fait l’écho. Luigi-Alberti Sanchi, qui se penche sur la transmission et la réception italiennes et françaises de l’anthologie grecque de Planude, constate de la sorte, en héritage de l’ère byzantine, la reprise du classement en sections génériques, puis en sous-sections thématiques chez les éditeurs italiens, puis français (Josse Bade en 1531 et Henri Estienne en 1566). À son tour, João Aidar, par l’étude des publications en Espagne et en France du Cancionero General (1511), du Jardin de Plaisance et Fleur de Rhétorique (vers 1501), observe une logique éditoriale générico-thématique qui répond à une lecture dynamique et discursive. Cette étude comparatiste de ces anthologies publiées dans l’Ouest de l’Europe pointe encore les différentes rivalités entre langues vernaculaires, mais aussi avec le latin et le grec, dont il s’agit d’égaler ou de dépasser le corpus poétique. Grâce à son analyse des anthologies de poètes latins (anthologies de lieux communs ; anthologies de lieux poétiques ; anthologies de traductions d’auteurs antiques grecs ; anthologies d’auteurs néo-latins), Virgine Leroux démontre la volonté des poètes de l’hexagone de se mesurer aux anciens et à leurs contemporains transalpins en voulant concurrencer leur poésie publiée dans ces recueils. Rémi Vuillemin et Laetitia Sansonetti constatent eux-aussi ce phénomène outre-manche. En effet, Tottel’s Miscellany ou Songes and Sonettes (1557) est une affirmation de la poésie anglaise face à l’affluence et l’influence des autres poésies européennes (italienne, française et espagnole), tandis que Belvedere, Englands Helicon et England Parnassus, édités en 1600, construisent un canon élisabéthain et contribuent à donner sa grandeur à la poésie de langue anglaise.

Au seuil de ce parcours horticole, le lecteur embrasse toute la complexité de l’anthologie qui est un objet polymorphe, dont le rôle descriptif et prescriptif est bien plus performatif qu’il n’y paraît au premier abord. Si bien sûr elle a le pouvoir de se faire le relaie des tendances, et même de les créer, il n’en reste pas moins que l’anthologie peut aussi être un puissant objet de promotion des langues, des modes de lecture et de contenus, et encore de distorsion et de restriction. Ce très bel ouvrage, proposé par Adeline Lionetto et Jean-Charles Monferran, tout en étudiant avec minutie le rôle central de l’anthologie dans la consécration de la poésie et de ses auteurs à la Renaissance, a l’immense mérite de nous interroger sur la difficulté de l’entreprise éditoriale et des choix qui en découlent. Un tel constat ouvre la voie à des réflexions sur les textes, leurs transmissions, leurs réceptions et leurs herméneutiques, certes toujours tributaires d’un contexte (auteur, époque et lieu), mais surtout et encore de leurs éditions et des enjeux pluriels qui y concourent.

Alexandra Gorichon-Herren

Ecriture de la biographie : des vies du xvie siècle, 12 mai 2022

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à une table ronde autour de l’écriture de la biographie : “Des vies du seizième siècle”.

 

Cette table ronde aura lieu le jeudi 12 mai, à 18 heures, dans la salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine.

 
Y participeront :
– Alexandra DANET (Charles Quint : un rêve impérial pour l’Europe, Paris, Perrin, 2022, co-écrit avec Juan Carlos D’AMICO) 
– Aubrée DAVID-CHAPY (Anne de France. Régner au féminin, Paris, Passés composés, à paraître en mai 2022)
– Patricia EICHEL-LOJKINE (Marguerite de Navarre, Paris, Perrin, coll. « Biographies », 2021).
– Mireille HUCHON (Rabelais, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2011, Prix 2012 de la Biographie de l’Académie française ; Nostradamus, Paris, Gallimard, coll. NRF Biographies, 2021)

Agrégations de lettres 2022-2023, 10 juin 2022

Agrégations de lettres 2022-2023

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier à sa réunion de juin consacrée cette année à :

l’Histoire d’un voyage fait en la terre de Bresil de Jean de Léry

 

à l’Ecole Nationale des Chartes,
65 Rue de Richelieu, 75002 Paris,
salle Delisle (rez-de-chaussée)
 
Vendredi 10 juin à 15 h 30
 Grégoire HOLTZ (Université Versailles Saint-Quentin) présentera  la bibliographie.
Cette présentation sera suivie par une conférence de Frank LESTRINGANT sur l’ouvrage de Jean de Léry. 
 
Nous profiterons de cette réunion pour établir la liste des titres qui sera proposée à la Commission de choix des programmes pour les agrégations de Lettres 2023-2024.
Si vous souhaitez faire des propositions d’ici là, merci d’écrire à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com) et Jean-Charles Monferran (jcharles.monferran@free.fr)
Un pot amical suivra cette rencontre.

Une danse s’achève dans “L’harmonie dans l’univers”. Hommage à Margaret McGowan

Une danse s’achève dans « L’Harmonie dans l’univers ».

Hommage à Margaret McGowan (1931-2022)

 

 

Une grande dame de la Renaissance française s’est éteinte le 16 mars dernier. Margaret McGowan était une spécialiste internationalement reconnue de l’art de la danse et des fêtes de cour aux XVIe et XVIIe siècles. Elle fut l’élève de Frances Yates avec laquelle elle soutint sa thèse au Warburg Institute de Londres, dont elle présida plus tard l’Advisory Council.

De 1964 à sa retraite, elle fut professeur à l’Université du Sussex où elle exerça plusieurs responsabilités : Dean of the School of European Studies, Pro-Vice-Chancellor, Deputy Vice Chancellor. Elle fut également fellow à la Royal Society of Arts, présidente du Early Dance Circle et co-directrice de la Society of European Festival Research de l’Université de Warwick.

Membre de la British Academy et Chevalier de l’Order of the British Empire depuis 1998, elle fut nommée Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 2020. La cérémonie qui avait été prévue à Fontainebleau pour la remise des insignes fut annulée à cause de la pandémie, ce qui ne lui permit pas de revenir sur les lieux de la cour de France, sujet d’un grand nombre de ses livres, de L’art du Ballet de Cour en France, 1581-1643 (Paris, 1963), Ideal Forms in the Age of Ronsard (Berkeley, 1985), à The Court Ballet of Louis XIII (Londres, 1989) ou, encore, Dance in the Renaissance: European Fashion, French Obsession (New Haven, 2008), jusqu’au dernier : Festival and Violence. Princerly Entries in the Context of War, 1480-1635 (Turnhout, 2019). Sans oublier son ouvrage sur Rome comme source d’inspiration pour les poètes et les artistes français du XVIe siècle : The Vision of Rome in the French Renaissance (New Haven, 2002).

Avec la générosité et l’enthousiasme qui la caractérisaient, elle avait récemment participé au volume collectif La Cour en fête dans l’Europe des Valois que j’ai codirigé avec Oriane Beaufils (Tours, 2022) : « I’m looking forward to seeing the whole volume very soon now », écrit-elle dans l’un de ses derniers messages. Elle est décédée deux semaines avant la parution du livre dont elle avait écrit l’essai introductif. Avec ces pages d’une rare fraîcheur et élégance, elle s’est discrètement éloignée de la scène en laissant un dernier ouvrage en cours de publication : Harmony in the Universe: Spectacle and the Quest for Peace in the Early Modern Period.

Luisa Capodieci

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

Margaret McGowan m’avait fait le plaisir de m’accorder un entretien en 2021 dans lequel elle revenait sur son parcours et ses travaux sur les fêtes de cour : « A French honour for Professor Margaret McGowan: “un amour partagé” », sur Mnemosyne : The Warburg Institute Blog.

Crépuscule – The Gesualdo Six, 12 mai 2022

Crépuscule

 

Œuvres de Tallis, White, Tormis, Bingen, Lobo, Brumel, Marenzio…

 

The Gesualdo Six

 

Guy James & Joseph Wicks, contre-ténors
Joshua Cooter, ténors
Michael Craddock, baryton
Samuel Mitchel, basse
Owain Park, basse & direction

 

Jeudi 12 mai 2022, 20h30, Oratoire du Louvre

Depuis le IVe siècle, les complies accueillent la venue de la nuit, dernière prière du jour, chantées peu après le coucher du soleil. Elles constituent, bien sûr, l’occasion rêvée pour les compositeurs de signer des musiques crépusculaires, soignant des atmosphères souvent irréelles et des textures somptueuses.
Avec une perfection vocale stupéfiante (ils sont la révélation de ces dernières années au sein des ensembles anglais), The Gesualdo Six nous emmènent dans un vaste voyage sonore, du mysticisme légendaire d’Hildegard von Bingen et des cathédrales sonores de la Renaissance (Tallis, Marenzio, White…) aux chants poignants des compositeurs baltes actuels (notamment l’Estonien Veljo Tormis, une véritable découverte, digne héritier d’Arvo Pärt).

Camenae 27 : Le mariage à la Renaissance [en ligne]

 

Camenae 27

Le mariage à la Renaissance

sous la direction d’Adeline Lionetto

Adeline Lionetto : Introduction: le mariage À la Renaissance ou le rêve humaniste d’un Éros institutionnalisé

Le mariage, le droit et les lettres

Marie-Françoise André : « L’édition des Préceptes conjugaux de Plutarque par Nicolas Bérauld vers 1514 et ses enjeux »

Catherine Langlois-Pézeret : « Etienne Dolet et le mariage : entre considérations juridiques et influence érasmienne »

John Nassichuk : « Lex conjugii. Imitation poétique et chant matrimonial chez Giovanni Pontano »

Les archives du mariage

Élise Leclerc: Compte rendu de Christiane Klapisch-Zuber, Mariages à la florentine. Femmes et vie de famille à Florence (XIVe-XVe siècle), Paris, EHESS-Gallimard-Seuil (Hautes Études), 2020

Charles-Yvan Elissèche : « Les contrats de mariage dans les greffes scabinaux de la ville de Nivelles (1473-1611): archivistique et histoire »

Le mariage et son autre

Fabien Coletti : « Le XVIe siècle vénitien : une culture de l’adultère »

Virginie Leroux : « Le lyrisme anti-conjugal dans l’élégie néo-latine »

Alexandra Gorichon-Herren : « Les noces rebelles d’Antiochus et Stratonice, ou les paradoxes d’un inceste institutionnalisé »

Poétique(s) du mariage

Jérémie Pinguet : « Gélonis, nouvelle Eurydice : usages du mythe d’Orphée dans les Nénies (1550) de Jean Salmon Macrin »

Antonio Serrano Cueto : « El triunfo de Venus en los epitalamios neolatinos del Renacimiento »

Margot Giraud : « Clément Marot et la question de l’épithalame : le Chant nuptial du mariage de Madame Renée, fille de France, première pièce nuptiale en langue française »

Nina Hugot : « Le mariage dans la tragédie du XVIe siècle »

 

Lien vers le site de la revue.

La cour en fête dans l’Europe des Valois

 

sous la direction de Luisa Capodieci et d’Oriane Beaufils.

 

Les fêtes des Valois (François Ier, Henri II, Charles IX et Henri III) sont célèbres pour leur splendeur, leur extravagance et leurs inventions surprenantes. Inspiration antique, tradition médiévale et innovations italiennes sont savamment entrelacées dans des inventions qui suscitent l’étonnement et l’admiration. Ces véritables spectacles forment un « art total » dans lesquels la peinture et l’architecture, mais aussi la poésie et la musique sont audacieusement orchestrées. Partant des fêtes les plus spectaculaires de la Renaissance, ce livre explore leurs coulisses et leurs enjeux.
Quels artistes et dans quels buts ? Quels théâtres pour ces festivités ? Quels coûts et quels succès ? La cour des Valois tour à tour s’inspire et sert de modèle pour les principautés voisines. De l’Italie à la Pologne, les fêtes de cour s’alimentent mutuellement et définissent une politique de la magnificence, à l’orée du XVIIe siècle, alors que se font et se défont les alliances entre les princes.
à Florence comme à Ferrare, à Fontainebleau comme à Londres, les princes commandent des fêtes et font imaginer aux artistes les plus brillants de l’Europe maniériste des spectacles qui ont toujours pour but d’impressionner les cours voisines. A travers des exemples mythiques, comme les tournois d’Henry VIII, les entrées d’Henri II, les Triomphes de Binche ou encore les grands mariages des Médicis, ce livre lève le voile sur les scènes et les acteurs des fêtes de la Renaissance.

Table des matières et informations Ici.

Éditeur : Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

économie des risques aux époques médiévale et moderne

La 10e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse (Piémont, Italie) les 26, 27 et 28 août 2022. La thématique retenue cette année – « Economie des risques aux époques médiévale et moderne : nature, gestion et conséquence de l’aléa » est à la croisée de l’histoire économique, culturelle et environnementale.

            L’action économique implique en effet de mobiliser des compétences ou des savoirs pratiques ou théoriques qui permettent de prendre en compte, de gérer et de répartir les risques, qu’il s’agisse des risques de la production et de son stockage, de ceux liés à la mise en circulation des hommes et des marchandises, ou encore de ceux inhérents à des facteurs exogènes tels que les périls sanitaires, l’environnement, le climat, et même les conflits militaires ou les décisions politiques. La réflexion sur cette notion et sur les attitudes des sociétés médiévales et modernes est en cours de renouvellement.

            Cette thématique permettra également de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (la valeur des choses, la pauvreté, les biens communs, les moyens de paiement, la qualité, l’organisation du travail, les écritures de l’économie, entreprendre, la circulation des savoirs et dynamiques économiques).

Institutions partenaires

            L’école d’été d’histoire économique rassemblera des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des chercheurs postdoctoraux, et des doctorants de toutes nationalités. Les institutions partenaires sont l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, l’EPHE, les Archives Nationales et le CNRS. Les laboratoires impliqués sont les suivants : LAMOP (UMR 8589, Paris 1/CNRS), FRAMESPA (UMR 5136, Toulouse 2/CNRS), IDHE.S (UMR 8533 Paris 1, Paris-Nanterre, ENS Cachan/CNRS), SAPRAT (EA 4116 EPHE), BETA (UMR 7522, Strasbourg, Lorraine, Inrae/CNRS). La manifestation reçoit également l’appui financier du LabEx HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances) et se déroule sous le patronage de l’Association Française d’Histoire économique (AFHé).

Organisateurs / comité scientifique

Michela Barbot (CNRS ENS Cachan, Idhes), Patrice Baubeau (Univ. Paris-Nanterre, Idhes), Marc Bompaire (EPHE, Saprat), Julie Claustre (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Anne Conchon (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Idhes), Laurent Feller (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Agnès Gramain (Université de Lorraine, Beta), Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès, Framespa), Jean-François Moufflet (Archives Nationales).

Dates et lieu

Suse (Piémont, Italie) du 26 au 28 août 2022

(arrivée des participants le 25 août dans l’après midi. Nuit d’hébergement supplémentaire prise en charge si départ le 29 août)

Objectifs et nature de l’opération

            La nature du thème implique, outre la mobilisation d’historiens médiévistes et modernistes, la présence d’économistes et de sociologues spécialisés dans l’étude de la vie économique. La méthode proposée est de faire présenter une série d’exposés par des spécialistes et de les mettre en débat. Elle permet également de faire dialoguer médiévistes et modernistes et comparer l’avancée de leurs réflexions sur un thème donné, voire d’infléchir les doctrines. Le but poursuivi est d’approfondir nos connaissances et nos réflexions tout en permettant à des doctorants ou à des postdoctorants de s’associer aux travaux par une participation active. La partition des doctorants et postdoctorants prendra la forme d’exposés et de prises de paroles dans le débat suivant les interventions.

Projet scientifique
Programme

Modalités d’inscription pour les doctorants / postdoctorants

Des places sont disponibles pour les jeunes chercheurs – doctorants ou post-doctorants – en histoire économique médiévale et moderne, en économie ou en sociologie. Les langues de travail étant l’anglais et le français, les candidats devront avoir une connaissance minimale des deux langues (l’expression orale se fera dans la langue de son choix).

Il sera demandé aux candidats une communication orale de 15 minutes en rapport avec le sujet des journées. Cette communication se fera à partir de la présentation d’un fonds d’archives ou d’une source d’histoire économique qui a été au cœur de leur recherche.

L’organisation prendra en charge l’intégralité du séjour sur place. Les frais de déplacement (aller-retour) seront remboursés jusqu’à 200 euros.

Le nombre des places étant limité, les candidatures seront examinées par un comité de sélection composé des organisateurs scientifiques des journées.

Le dossier (en anglais ou en français) comprendra :

. Un curriculum vitae détaillé

. Une présentation (2 pages minimum) du sujet de doctorat, des sources utilisées et de la communication orale envisagée.

Les dossiers de candidature sont à envoyer avant le 25 mai 2022 (réponse le 1 juin)

à Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse Jean-Jaurès) : emmanuel.huertas@univ-tlse2.fr

Giorgio Vasari, le livre des dessins, Musée du Louvre

31 mars 2022 – 18 juillet 2022

Musée du Louvre, Rotonde Sully

Giorgio Vasari a réuni ce qui fut probablement la première collection de dessins fondée sur une logique historisante : le légendaire Libro de’ disegni, qui fait son apparition dans la seconde édition des Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, parue à Florence, en 1568, chez les Giunti.

Le 29 juin 1574, deux jours après la mort de Vasari, le Libro fut remis par ses héritiers au grand-duc de Toscane, Francesco I, qui l’avait envoyé chercher. Ensuite, il disparaît. Les grands collectionneurs et connaisseurs des 17e et 18e siècles ont tous rêvé d’acquérir et cru qu’ils possédaient des dessins du Libro. Le plus  élèbre de tous, Pierre-Jean Mariette, fut à la source d’une tradition historiographique qui voyait dans un certain type de montage, ornemental et architecturé, le signe de l’appartenance passée d’une feuille au mythique recueil vasarien. Mais on sait, depuis qu’en 1950 deux grands savants, Arthur Popham et Philip Pouncey, ont remarqué sur un « montage Vasari » la présence d’un mystérieux emblème, que les choses ne sont pas aussi simples.

C’est aux conséquences inattendues de cette découverte, vieille de plus d’un demi-siècle, qu’est consacrée cette exposition.

COMMISSAIRES

Louis Frank, musée du Louvre, et Carina Fryklund, Nationalmuseum, Stockholm.

Lien vers le site du musée.

Anne de Montmorency et les guerres d’Italie, 1er avril, Ecouen

Vendredi 1er avril 2022 à 20h00

ANNE DE MONTMORENCY

ET LES GUERRES D’ITALIE

 

Par Thierry Crépin-Leblond, conservateur général du patrimoine et directeur du musée national de la Renaissance

 

 

Dès 1512 Anne de Montmorency participe aux guerres d’Italie à la Bataille de Ravenne, puis à la retraite de Novare. Au côté de François Ier comme enseigne dans la compagnie des gens d’arme, il se distingue à Marignan et lors de la prise de Milan. L’entrée en guerre contre Charles Quint lui donne l’occasion de s’illustrer, François Ier le nomme maréchal de France en 1522. Anne de Montmorency et François Ier sont fait prisonnier à la bataille de Pavie en 1525. Il est chargé de négocier la paix et la libération du roi.

 

Tout public

GRATUIT sur réservation obligatoire au 

01 34 38 38 50

Lien vers le site du musée national de la Renaissance – Ecouen.

FISIER, Histoire matérielle et histoire de l’objet, 8 avril 2022

FISIER
Fédération Internationale des Sociétés et Instituts pour l’Étude de la Renaissance International / Federation of Societies and Institutes for the Study of the Renaissance fisieronline.wordpress.com

La prochaine session du séminaire virtuel international de la FISIER ReNoV/ReNeW
The next session of FISIER’s virtual international seminar ReNoV / ReNeW

Histoire matérielle et histoire de l’objet

Material history and history of the object

vendredi 8 avril 2022 | Friday, April 8, 2022

 

à 10h-13h (NY) / 15h-18h (Londres) / 16h-19h (Paris) / 23h-02h (Tokyo) / 24h-03h (Sydney)
at 10am-1pm (NY) / 3-6pm (London) / 4-7pm (Paris) / 11pm-2am (Tokyo) / 12am-3am (Sydney)

ANGELA MCSHANE

University of Warwick

Through the Drinking Glass:
Pints of Beer and Performative Materialities in Early Modern England
This paper explores the early modern history of the pint, as an object, a drink, and a measure. Drawing upon a wide range of object, image and textual sources, and benefiting from the theoretical lenses of material performativity and praxeology, the paper shows how the relationship between objects, drinks, and measures has been socially and culturally constructed over time. It argues that these material insights not only help us to understand the deeper cultural processes at play in the routines and rituals of convivial drinking, but also help us to understand their wider role in social and political change.

 

ISABELLE PARESYS

Université de Lille

Le Camp du drap d’or numérique : enjeux de la restitution 3D
des cultures matérielles curiales du début du XVIe siècle
Dans un contexte de multiplication des études sur la culture matérielle et sur les cours européennes à la Renaissance, notre recherche vise à restituer le cadre matériel et visuel dans lequel François Ier de France et Henry VIII d’Angleterre se mirent en scène, avec leurs cours, lors de la rencontre exceptionnelle surnommée le Camp du drap d’or (7-24 juin 1520, au sud de Calais). Seront abordés le travail préparatoire à la restitution numérique 3D des infrastructures textiles et les enjeux de cette modélisation.

 

Répondant(e)s || Respondents
Henry Turner, Rutgers University
Giorgio Riello, European University Institute
Myriam Marrache-Gouraud, Université de Poitiers

 

Organisé par || Organised by
Institute of Medieval and Early Modern Studies, Durham University Center for Early Modern Studies, University of Wisconsin-Madison The Society for Early Modern French Studies
The Warburg Institute, University of London

 

Le séminaire est réservé aux membres des sociétés, centres, instituts et laboratoires de recherche qui font partie de la FISIER. Il sera possible de s’inscrire sur un lien à venir entre le 21 mars et le 5 avril.
The seminar is reserved to the members of the societies, research groups, labs and institutions that are associated with FISIER. The registration link will be made available on March 21, and it will be possible to register by April 5.

La maison Changenet. Une famille de peintres vers 1500

 

Adam, Elliot – Caron, Sophie : La maison Changenet. Une famille de peintres entre Provence et Bourgogne vers 1500. 180 p., 108 ill.
(Musée du Louvre – In Fine éditions d’art, Paris 2021)

 

Ce livre est le résultat d’une enquête d’histoire de l’art, un véritable travail de limier qui permet de faire revivre l’univers pictural foisonnant dans lequel évoluent, entre Dijon et Avignon, les plus grands artistes du xve siècle.

Cette effervescence picturale a pour point de départ Avignon et un atelier, celui de de Jean Changenet, peintre favori d’une l’élite locale exigeante. Bientôt sa boutique devient un creuset européen dans lequel gravitent des artistes venus d’Espagne, d’Italie ou de Flandres.

Les auteurs se livrent à un véritable jeu de piste pour reconstituer la trajectoire des peintres de cette constellation artistique.

Plus d’informations vers le site Louvre Éditions.