Tous les articles par Estelle Leutrat

Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

 

La tragique disparition de Gaylord Brouhot à l’âge de 42 ans laisse un vide considérable. Je l’ai personnellement connu lorsqu’il suivait un des Travaux Dirigés que je donnais alors à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Néanmoins, la rencontre amicale n’eut pas véritablement lieu à cette époque mais au moment où il choisit de s’inscrire en thèse d’histoire de l’art et de se spécialiser sur la Renaissance italienne. Loin de suivre une méthodologie tracée d’avance, Gaylord va alors profondément enrichir notre discipline car il n’arrive pas seulement avec son bagage académique très conséquent. En effet, s’il décide de consacrer sa thèse aux costumes dans les portraits des Médicis, c’est en apportant à ce sujet son expertise unique dans les industries du luxe et, en particulier, sa connaissance de l’histoire des tissus et de la mode. On lui doit ainsi la notion si stimulante de « portrait du costume ».

Gaylord a travaillé avec et sur les grands groupes de mode contemporains, et a longtemps enseigné dans le cadre de la formation à ces métiers, tout en assumant également des charges de cours portant sur une histoire de l’art plus classique. Attaché Temporaire de Recherche à l’université Paris 1 puis à l’université Rennes 2, il était très apprécié par les étudiants auxquels il savait transmettre sa passion, son savoir et la finesse d’observation qui le caractérisait. Son expertise lui avait valu d’être consulté lors de la rénovation des tentures du Studiolo de Ferdinand de Médicis à la Villa Médicis – qui l’a accueilli plus tard comme pensionnaire. Personne mieux que lui ne savait parler avec précision, enthousiasme et chaleur de la trame des tissus, des techniques de teinture propres à la Renaissance, de l’origine des effets moirés ou des circulations de goût entre cours, comme des variations de terminologie qui rendent la compréhension des archives si délicates. Sa générosité faisait de lui un passeur entre deux mondes qui se parlent difficilement.

La même expertise lui a fait jouer un rôle cardinal dans la reconstruction de la rencontre du Camp du Drap d’Or ou dans l’investigation des contacts entre la cour de François Ier et l’Italie. Elle lui a encore permis de développer une histoire stimulante de la braguette à la Renaissance. En parallèle du travail colossal qui a abouti à sa thèse de doctorat méticuleuse et foisonnante, Gaylord n’a jamais hésité à sortir de son champ propre pour devenir un compagnon de pensée précieux à de nombreux interlocuteurs, comme lors du colloque sur la sculpture dans le Nord de l’Europe à l’époque moderne.

Se situant avec une grande délicatesse au-delà des luttes intestines propres au milieu académique, Gaylord a ainsi su tracer un itinéraire fidèle à ses amitiés. Il est bien difficile de dire adieu à sa douceur et à sa joie radieuse sous le soleil provençal de Vaugines, terre de son cœur.

Joana Barreto

université Lumière Lyon 2

Renaud Adam – Hommage à Franz Bierlaire (1944-2023)

In memoriam Franz Bierlaire (1944-2023)

Franz Bierlaire, professeur émérite de l’université de Liège, s’en est allé le 12 novembre 2023. Avec lui, la communauté des seiziémistes perd un spécialiste renommé de la Renaissance et un grand pédagogue qui sut donner la passion de l’histoire à des générations d’étudiants et d’étudiantes. Sa carrière fut dédiée à l’étude de la figure d’Érasme, mais aussi à la question du livre scolaire et à l’éducation au cours de la Renaissance.

Né le 8 juillet 1944, Franz Bierlaire passa sa jeunesse dans le pays d’Entre-Sambre-et-Meuse, dans la région de Charleroi. Il s’inscrivit à l’université de Liège en octobre 1963. Au cours de ce mois d’automne, il fit deux rencontres déterminantes pour le reste de sa vie. Tout d’abord, celle du professeur Léon-Ernest Halkin qui lui inculqua les premiers rudiments de la critique historique et les premières notions d’histoire moderne, ainsi que le souci pour l’élégance du style. Léon-Ernest Halkin, son futur maître, lui fit également découvrir une personnalité qui allait devenir son compagnon de route pendant plus de soixante ans : Érasme de Rotterdam. Son mémoire de fin d’études, consacré à la familia d’Érasme, constitua son travail d’approche du prince de l’humanisme et de sa galaxie (publié en 1968). Son intronisation dans la « corporation érasmienne » (sodalitas erasmiana), comme il aimait à dire, se fit à l’occasion d’un colloque organisé à Mons en 1967 en marge des célébrations du cinquième centenaire de l’anniversaire de la naissance de l’humaniste de Rotterdam. Le jeune diplômé y présenta, avec assurance, les résultats de ses premiers travaux devant un parterre de choix : Marie Delcourt, Marcel Bataillon ou encore Jean-Claude Margolin, personnalités avec qui il noua des liens profonds d’amitié. Il confirma son statut de grand érasmien avec sa thèse de doctorat dédiée aux Colloquia, ce manuel, maintes fois revus par son auteur, destiné à l’apprentissage du latin, mais aussi à la réforme des mœurs et de la religion (1977, 1978). Franz Bierlaire se fit également éditeur des textes d’Érasme. Il participa à l’édition des Colloquia en collaboration avec Léon-Ernest Halkin et René Hoven, qui parut dans la prestigieuse collection des Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami (1972), et nous donna, quarante ans plus tard, toujours dans la même collection, celle du De Civilitate morum puerilium (2013), dont il avait proposé une traduction intégrale quelques années plus tôt (1999).

Franz Bierlaire s’intéressa non seulement à la pensée du prince de l’humanisme, mais également aux modes de diffusion de celle-ci ainsi qu’à sa réception au cœur de l’Europe du xvie siècle. Sous sa plume se découvrent ainsi la richesse et la complexité de l’œuvre d’Érasme, les conditions matérielles de sa fabrication, la relation de l’humaniste à l’objet-livre ou encore la virulence des polémiques religieuses de cette époque. Digne héritier de l’école liégeoise des études sur l’humanisme et la Renaissance, il n’eut de cesse, tout au long de sa carrière, de lire et de relire l’œuvre d’Érasme, que ce soit en historien, désireux de rendre intelligible une époque charnière de notre histoire, ou en latiniste accompli, soucieux du sens précis de chaque mot. Si l’Érasme pédagogue retint particulièrement son attention, c’est bel et bien l’étude du projet humaniste d’émancipation des hommes par une pédagogie renouvelée et par le retour aux sources de l’Antiquité qui traverse l’œuvre de Franz Bierlaire. Cet intérêt le porta tout naturellement à étudier, plus largement, les pratiques d’enseignement au travers des livres scolaires et à questionner l’éducation des enfants au xvie siècle. Le titre du volume d’hommages publié à l’occasion de son accès à l’éméritat résume parfaitement l’amplitude de sa curiosité scientifique : Lire, écrire et éduquer à la Renaissance, paru en 2013.

Franz Bierlaire fut également un professeur habité qui avait une capacité rare à vous embarquer avec lui dans sa passion pour l’époque moderne. Il entama sa carrière à l’université de Liège en 1969 en qualité d’assistant de Léon-Ernest Halkin. Il fut nommé chargé de cours associé en 1979, avant de devenir professeur associé en 1990, puis professeur à la tête de la chaire d’Histoire moderne en 1998. Il eut également une charge de cours à l’université libre de Bruxelles à partir de 1988 en « Histoire des Églises chrétiennes ». La transmission, l’enseignement et l’encadrement étaient au cœur de ses préoccupations académiques. Son cours d’histoire de l’humanisme était magistral et témoignait d’une excellente maîtrise de ce mouvement ainsi que d’un don unique pour captiver son auditoire. Ses séminaires en histoire moderne étaient pour lui l’occasion d’inculquer à ses étudiants et étudiantes une méthode historique rigoureuse, basée sur une analyse fine des sources ainsi qu’un souci de la perfection et un refus de l’à-peu-près. Très attentif aux questions de philologie textuelle, il insistait sans relâche sur la nécessité de peser chaque mot et de recourir à un vocabulaire choisi avec justesse. Érasme, évidemment, était au centre de ses enseignements. Des générations entières d’apprentis historiens et d’apprenties historiennes se plongèrent dans l’abondante correspondance de l’humaniste. À ceux qui renâclaient, lassés par le caractère parfois acariâtre d’Érasme, il rappelait avec malice qu’ils avaient l’opportunité de travailler à partir d’une traduction française, ce qui ne fut pas son cas lorsqu’il était étudiant, tout en insistant sur la nécessité impérieuse de revenir systématiquement au texte latin. Il fut également un maître exigeant, attentif et toujours disponible, qui conserva tout au long de sa vie un regard bienveillant sur les différents parcours de ses élèves. Il aimait particulièrement voir l’un ou l’autre « s’aventurer en terres érasmiennes ». Même s’il observait avec une certaine forme d’amertume l’état des études humanistes en Belgique, son souhait le plus cher aurait été de voir paraître un Érasme et les Pays-Bas, « une synthèse comparable, par l’ampleur sinon par la qualité, à l’Érasme et l’Espagne de Marcel Bataillon ».

Impossible de terminer cet hommage sans recommander la lecture de son dernier opus sur « son » Érasme, Érasme au fil du temps, ouvrage publié en octobre 2021. Ce passionnant essai, rempli d’une grande érudition et écrit d’une très belle plume, condense soixante années de fréquentation de l’humaniste hollandais. Il dépasse le cadre strict de la biographie. Il s’attache non seulement à revenir sur les grandes étapes de la vie d’Érasme, mais aussi à décortiquer son œuvre tout en mettant en garde les jeunes pousses d’aujourd’hui : « Celui qui découvre la pensée d’Érasme devra se garder du danger d’en soutenir à l’excès la modernité. » (p. 110). L’ouvrage, dans sa dernière partie, se concentre sur l’évolution de la perception de cet humaniste au fil des siècles, lui qui est parfois vu aujourd’hui comme la figure emblématique de la citoyenneté européenne. Nul doute que Franz Bierlaire aurait assurément pu faire sien cet extrait d’une lettre d’Érasme qu’il mit en exergue de ce livre : « J’ai une telle passion pour la littérature la plus parfaite que je considérais comme étant de ma plus proche famille tous ceux qui s’y adonneraient. » (lettre à Francis Vergara, 13 octobre 1527).

Véritable homo litteratus, parfois espiègle, tantôt taquin, mais toujours heureux de pouvoir partager ses dernières lectures ou ses réflexions sur les pratiques historiennes d’hier et d’aujourd’hui, Franz Bierlaire laisse derrière lui une œuvre riche et le souvenir d’un homme d’une rare modestie, toujours attentif aux uns et aux autres.

Renaud Adam

université de Liège

Références citées

Fr. Bierlaire, La Familia d’Érasme. Contribution à l’histoire de l’humanisme, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1968.

Érasme, Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, vol. I, 3: Colloquia, éd. Léon-Ernest Halkin, Franz Bielaire, René Hoven, Amsterdam, North-Holland Publishing Co., 1972.

Fr. Bierlaire, Érasme et ses Colloques : le livre d’une vie, Genève, Droz, 1977.

Fr. Bierlaire, Les Colloques d’Érasme. Réforme des études, réforme des mœurs et réforme de l’Église au xvie siècle, Liège, Presses Universitaires de Liège – Paris, Les Belles Lettres, 1978.

Érasme, La civilité puérile d’Érasme. Petit manuel de savoir-vivre à l’usage des enfants, traduction, édition et introduction par Fr. Bierlaire, Bruxelles, La Lettre volée à la Maison d’Érasme, 1999.

Fr. Bierlaire, « La recherche érasmienne en Belgique : Histoire et perspectives », in Éditions, impressions et traductions des textes humanistes, éd. Alexandre Vanautgaerden et Jean-François Gilmont, Turnhout, Brepols, 2000, p. 43-59.

Érasme, Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, vol. I, 8 : Iulius Exclusus, éd. Silvana Seidel Menchi, De civilitate morum puerilium, éd. Franz Bierlaire, Conflictus Thaliae et Barbariei, éd. René Hoven, Leyde-Boston, Brill, 2013.

Lire, écrire et éduquer à la Renaissance. Mélanges en l’honneur de Franz Bierlaire, éd. Annick Delfosse et Thomas Glesener, Bruxelles, Archives et bibliothèques de Belgique, 2013.

Fr. Bierlaire, Érasme au fil du temps, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2021.

Hommage à Françoise Argod-Dutard (1940-2023)

Françoise Argod-Dutard (1940-2023)

 

Notre collègue Françoise Argod-Dutard s’est éteinte au début du mois de décembre 2023. Entrée à l’UFR des Lettres de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 en 1991 en qualité de maîtresse de conférences, elle y était devenue, après son habilitation à diriger des recherches, professeure des Universités en 2003 et avait fait valoir ses droits à la retraite en 2010. Spécialiste de la langue française, elle enseignait parmi nous la linguistique synchronique et diachronique du français, et particulièrement la langue française du XVIe siècle. Tentée par l’orthophonie avant de passer l’agrégation des Lettres, elle dispensait aussi régulièrement, avec conviction, des cours de phonétique et de linguistique appliquées au département d’orthophonie de l’université Victor Segalen-Bordeaux 2.

Auteure de manuels pour les étudiants (Éléments de phonétique appliquée, et La linguistique littéraire, 1996 et 1998), elle publie chez Droz en 2002 L’Écriture de Joachim du Bellay, le discours poétique dans Les Regrets :l’orthographe et la syntaxe dans les lettres de l’auteur. Elle organise, à l’occasion des programmes de nos agrégations, des journées d’étude, y collabore et en assure la publication (sur Jean de Léry en 2000 ; sur Montaigne en 2003) ; et, par exemple écrit avec J.-Y. Pouilloux, Essais Livre III Montaigne (2002). Et elle rassemble en 2001 pour les Mélanges offerts à notre collègue Claude-Gilbert Dubois, Histoire et littérature au siècle de Montaigne, les articles d’une trentaine de collègues.

Partisane convaincue et activiste de la « défense et illustration de la langue française », elle participe à Liré en 1999 à la création des « Lyriades de la langue française » (association loi 1901) dont elle deviendra en 2006 la cheville ouvrière, et dont elle organise et publie de 2003 à 2017 les communications faites lors de sept journées d’études sur des sujets variés : vitalité du français en Europe ou dans le concert international, langue des poètes en France et dans la francophonie, chanson française, langue de la table…

Car Françoise Argod-Dutard, née dans les Borderies région du Cognac, était issue d’une famille de viticulteurs dont, à la retraite, elle avait repris le flambeau et peut-être le fardeau, publiant par exemple dans Sud-Ouest un article fort savant et documenté sur la sécheresse, « 2020, un été brûlant pour le Cognac », sous sa signature de « Françoise Argod-Dutard viticultrice et auteure ». Nos collègues et moi avions déjà pu juger de son implication lorsqu’elle nous avait réunis, avec la complicité de Pascal Charvet et Sandrine Lavaud, pour contribuer au Voyage au pays du vin des origines à nos jours : histoire, anthologie, dictionnaire (R. Laffont, 2007). Et c’est logiquement cette veine, cette inspiration venue de son terroir qu’elle a travaillées lors de ses dernières publications : Le Cognac, petits secrets et grandes histoires (Éditions Sud-Ouest, 2017) ; avec Patrick Voisin, Les Mille & un mots des mets et des vins, histoire culturelle, dictionnaire français et francophone (Féret, 2019). On le constate, avec Françoise Argod-Dutard disparaît une universitaire beaucoup plus originale que sa discrétion ne le laissait supposer.

Catherine Magnien-Simonin

Université Bordeaux Montaigne

 

Ouvrages cités

Fr. Argod-Dutard, Éléments de phonétique appliquée, Paris, A. Colin, 1996.

Fr. Argod-Dutard, La Linguistique littéraire, Paris, A. Colin, 1998.

Fr. Argod-Dutard, L’Écriture de Joachim du Bellay. Le discours poétique dans Les Regrets ; l’orthographe et la syntaxe dans les lettres de l’auteur, Genève, Librairie Droz, 2002.

Fr. Argod-Dutard (dir.), Histoire d’un voyage en la terre du Brésil de Jean de Léry, journées de Bordeaux (10 et 11 déc. 1999), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2000.

Fr. Argod-Dutard et J.-Y. Pouilloux, Essais Livre III Montaigne. Analyse littéraire et étude de la langue, Paris, A. Colin, 2002.

Fr. Argod-Dutard (dir.), Des signes au sens, lectures du livre III des Essais, Paris, H. Champion, 2003 ; rééd. Paris, Classiques Garnier, 2023.

Histoire et littérature au siècle de Montaigne, mélanges offerts à Claude-Gilbert Dubois, réunis et édités par Fr. Argod-Dutard, Genève, Librairie Droz, 2001.

Fr. Argod-Dutard, Pascal Charvet et Sandrine Lavaud (dir.), Voyage au pays du vin des origines à nos jours : histoire, anthologie, dictionnaire, Paris, R. Laffont, 2007.

Fr. Argod-Dutard, Le Cognac, petits secrets et grande histoire. Guide de l’amateur curieux, [Bordeaux], Éditions Sud-Ouest, 2017.

Patrick Voisin, Les Mille & un mots des mets et des vins, histoire culturelle, dictionnaire français et francophone, Bordeaux, Féret, 2019.

Les Remèdes à l’amour de l’Antiquité au XVIIIe siècle

Gautier Amiel, Adeline Lionetto et Dimitri Mézière (dir.), Les Remèdes à l’amour de l’Antiquité au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Parmi la riche production des éditions Classiques Garnier, il est un ouvrage qui ne doit pas passer inaperçu : Les Remèdes à l’amour de l’Antiquité au xviiie siècle. Coordonné par Gautier Amiel, Adeline Lionetto et Dimitri Mézière, il constitue les actes du colloque international « Discite sanari. Les remèdes à la passion amoureuse de l’Antiquité au xviiiie siècle », qui s’est tenu à Paris du 4 au 6 juin 2021. Le premier mérite de ce volume découle de son ambition : parcourir un motif canonique de la littérature ayant pourtant donné lieu à peu d’études d’ensemble. Les quinze contributions qu’il propose sont partagées en trois parties qui reposent chacune sur une organisation chronologique. Ces contributions, résumées en fin d’ouvrage, sont suivies d’un index et précédées d’une copieuse introduction (p. 7-43).

Cette introduction vise à rappeler les grands enjeux de la thématique de l’amour, de sa médicalisation et de ses remèdes. Après un panorama des différentes conceptions de l’amour (p. 13-22), depuis l’amour courtois jusqu’au libertinage, les auteurs et l’autrice dessinent les contours du processus de médicalisation de ce sentiment. S’il n’est pas nécessairement un mal en soi, l’amour, quand il est excessif – et il l’est souvent –, devient nocif (p. 29). Il faut alors y porter remède. Mais qu’est-ce que remédier à l’amour ? Les quelques éléments de réponse proposés – rationnaliser, supprimer, contrôler (p. 10) – seront discutés et étayés tout au long du livre. Au seuil de ces réflexions, un nom : Ovide. Le diptyque des Remedia amoris et de l’Ars amatoria est en effet à l’origine « d’une dialectique, sinon d’une ambiguïté » entre deux attitudes : dépassionner l’amour, ou le supprimer complètement (p. 31). La tradition ovidienne, qui s’étend jusqu’au xviiie siècle, explique aussi l’empan chronologique retenu pour ce volume, justifié en introduction : avant le xixe siècle, « la spécialisation des disciplines qui […] rend étanche la séparation entre les lettres et les sciences, reste relative » (p. 8). Or, le dialogue entre littérature et médecine est au cœur de nombre des contributions. C’est que la littérature, par la force thérapeutique (quoique paradoxale et parfois infructueuse) de l’épanchement par exemple (p. 36-37), participe des remèdes à l’amour.

« L’œuvre ovidienne constitue ainsi le point de départ d’une riche tradition littéraire et médicale que chaque période, chaque auteur et autrice reprend, adapte et enrichit. » (p. 39) Si Ovide constitue bel et bien le point de départ de cette tradition, il est aussi au fondement de la première partie de l’ouvrage, « Les Remedia amoris d’Ovide, sources et postérités ». Les cinq contributions qui composent cette partie, qui s’intéresse à la fortune des Remedia amoris (et des autres œuvres du poète latin, notamment l’Ars amatoria), se font écho par les références aux auteurs antiques (Cicéron, Lucrèce, etc.) qu’elles offrent de concert, et soulèvent la question de l’adaptation de la matière ovidienne à une époque donnée et à ses codes. Dimitri Mézière, qui commence par rappeler la filiation qui unit Ovide à un excursus du troisième chant des Géorgiques, souligne l’ambiguïté du concept de discidium, entendu comme séparation ou éloignement des amants. S’il ne fait que redoubler la passion, chez Virgile, il devient dans l’Ars et les Remedia un moyen de guérir l’amour. C’est que le discidium, pour être efficace, doit être maîtrisé. Dimitri Mézière montre comment, chez Ovide, l’approche didactique permet de rationaliser cet outil thérapeutique et, ce faisant, en « neutralise ainsi la dimension élégiaque » (p. 67). La contribution d’Amandine Mussou étudie deux des quatre traductions connues des Remedia amoris d’Ovide en français à la fin du Moyen Âge, et part du constat que les Remedia ne sont plus de simples « support[s] linguistique[s] » (p. 72). Si les deux traductions ne présentent pas un traitement similaire de la figure d’auteur d’Ovide et de son Ars amatoria, les « voix des traducteurs se font entendre » (p. 81). L’étude se conclut sur le fait que les clercs, à l’initiative de ces traductions, ont su s’emparer de l’« instabilité du texte d’Ovide » (p. 84). Charles Senard, à travers l’étude du Secretum, montre que les remèdes à l’amour se construisent chez Pétrarque autour d’une « harmonie » (p. 85) entre traditions païenne et chrétienne. Dans ce dialogue, Augustinus (Augustin ?) cite des auteurs païens pour aider Franciscus à guérir de son amour pour Laure. Mais, comme le montre Charles Senard, le poète « christianis[e] le motif traditionnel » (p. 97) en favorisant Virgile, Sénèque et Cicéron par rapport au moins sérieux Ovide, et en ajoutant le remède décisif qu’est la prière, si efficace qu’il permet de ne pas perdre l’espoir de guérir. Hélène Casanova-Robin identifie le contenu médical qui soutient une sélection de quatre textes antérotiques latins du xve siècle, dont le parcours va de Piccolomini à Pontano en passant par Ficin et Platina. Le mariage, « remède ultime » (p. 109), y apparaît comme une voie honnête pour réguler le désir naturel que tous appellent à juguler, dans la tradition de la sagesse antique qu’actualise le Quattrocento italien. À rebours de ces principes moraux, l’exemple de Pontano souligne que la poésie peut constituer un lieu où laisser éclater l’amour : non plus cause pathologique, l’otium devient remède à la passion. Constance Griffejoen étudie enfin l’imitation que donne Bussy-Rabutin des Remedia ovidiens. Une annexe, à la fin de la contribution, permet de visualiser ce que l’épistolier ajoute et supprime. Car cette imitation est « l’œuvre d’un héritier dissident » (p. 129) : si le proème est similaire à l’original, Bussy élimine certains remèdes pour satisfaire au goût de son époque, et en amplifie nettement un, les récriminations de la maîtresse. Constance Griffejoen montre que cette amplification laisse transparaître l’expérience personnelle de l’auteur et s’inscrit dans une logique qui emprunte à une autre source, Catulle.

Comme l’écrivent les auteurs et l’autrice de l’introduction, « Parler de “remèdes à la passion amoureuse” suppose que l’amour relève de la pathologie » (p. 10). Nombre d’articles de ce volume montrent à quel point la médecine et son lexique informent les textes littéraires qui évoquent les remèdes à l’amour. Rien d’étonnant à ce que la médecine elle-même se soit emparée de cette thématique. C’est l’objet de cette deuxième partie, « Traditions médicales et diététiques », où Ovide ne disparaît pas tout à fait. L’amour est un sujet médical : les médecins aussi peuvent indiquer comment guérir. Les quatre contributions font état d’une médecine aux prises avec la morale ; il est ici moins question de simples et de saignées que d’un dialogue entre âme et corps. La contribution de Jean-Christophe Courtil part d’un étonnement : quatre des quinze auteurs médicaux latins de l’Antiquité, Pline en tête, proposent des substances anaphrodisiaques. Est-ce à dire que la médecine peut chercher à entraîner un « dysfonctionnement volontaire » (p. 147) de l’organisme ? Après la présentation du mode d’action (physique, symbolique et analogique) de ces produits, l’étude se demande quels en sont le public et les usages. Ils peuvent recouvrir « une utilité sociale au sein du cadre familial romain » (p. 162), en évitant l’adultère ou pour éviter d’avoir recours à l’avortement. Estela Bonnaffoux étudie le traitement de l’excès amoureux à partir de quatre textes latins des xive et xve siècle relevant de la médecine pratique. Si les médecins recommandent les anaphrodisiaques ou la conversion de l’amour en haine, un des meilleurs traitements est de céder. Multiplier les partenaires : voilà un remède où la morale se mêle à la médecine, « qui doit sans cesser composer avec la religion » (p. 176). Partenaires, ou femmes plutôt : comme l’indique Estella Bonnaffoux, ces traités concernent surtout les hommes, contribuant ainsi à « la domination biologique du corps viril » (p. 183). La contribution de Justine Le Floc’h s’intéresse à deux régimes de santé du xviie siècle, écrits par Joseph Du Chesne et Pierre Jaquelot, qui s’inspire du premier. L’amour, qui peut altérer la santé, est un sujet médical ; mais pour soigner cette « émotion qui trouve naissance dans l’âme » (p. 188), le médecin doit traiter non seulement le corps, mais aussi l’âme. À travers le parcours des préceptes et des exemples variés qu’ils proposent, l’étude montre que s’opère dans ces deux textes singuliers un « glissement de l’art médical vers l’art oratoire, les humanités et la théologie » (p. 189). Charline Granger, qui étudie le De la passion de l’amour (1782) de l’énigmatique « J. F. », « pseudo-médecin et antimédecin tout à la fois » (p. 216), propose de voir dans ce texte aux allures de traité médical une « relecture paradoxale d’Ovide » (p. 203), en ce qu’il modifie les pouvoirs que le poète latin accorde à l’imagination. Charline Granger montre que l’auteur, qui marque sa distance avec le traitement de l’amour dans la littérature, réévalue l’imagination au prisme de la médecine fibrillaire et inscrit son propos dans son époque, marquée par le sensualisme et l’iatro-mécanisme.

La troisième et dernière partie, « Ars et littérature au secours du cœur, imaginaires thérapeutiques », nécessairement plus composite, s’inscrit tout à fait dans le sillage tracé par les deux parties précédentes, et s’intéresse aux représentations littéraires de la guérison de l’amour… ou de ses tentatives. Un fil rouge se dessine, qui réfléchit aux pouvoirs de la parole et de l’écriture dans l’entreprise thérapeutique. Naïs Virenque étudie « un hapax dans l’imagerie diagrammatique de l’arbre » (p. 243), l’arbre d’amour du Breviari d’amor, somme encyclopédique imagée composée en occitan par Matfre Ermengau à la fin du xiiie siècle. Ce texte a « un objectif éthique et normateur » (p. 223) : mener les amants sur la voie d’un amour vertueux. Naïs Virenque cherche à montrer quel rôle joue l’arbre d’amour, dont le diagramme se trouve au début de l’ouvrage ; loin de se réduire à figurer l’organisation du texte, il sert l’entreprise de définition de l’amour et celle de sa régulation. Nathalie Godnair propose une typologie des pouvoirs que la Renaissance prête à la musique dans ses rapports avec l’amour. L’étude part d’un paradoxe : la musique peut à la fois éteindre et faire naître la passion amoureuse. Tantôt force dangereuse, tantôt remède médicinal ou spirituel, la musique « est surtout envisagée pour la mise en mouvement qu’elle engage » (p. 252). Mais Nathalie Godnair note une évolution dans la seconde moitié du xvie siècle : alors que la notion d’émotion devient plus intime, une troisième voie se dégage, qui fait de la musique le lieu d’une consolation. La contribution de Louise Dehondt, à partir de l’exemple de l’Arioste, s’intéresse à un motif topique de la littérature de la Renaissance : la représentation de la vieille femme. Ce « corps comique » (p. 264), qui suscite le dégoût et bien souvent le rire, sert à provoquer « une répugnance salutaire » (p. 269). L’étude montre que rire de la laideur de la vieillesse vise à contrecarre la part d’idéalisation qui alimente tout désir et que le temps inscrit le corps féminin, à rebours des codes poétiques, dans une temporalité ambivalente. Le vieillissement peut menacer l’amour autant qu’il peut soulager cette passion. Alexandra Gorichon-Herren s’intéresse à la légende d’Antiochus et Stratonice, récit à la « visée apologétique claire » (p. 283) légué par plusieurs sources antiques. Contre cet amour où le politique croise l’intime, les thérapies envisagés sont le coït, l’image et surtout la parole – puisque « Dire, c’est vraiment guérir » (p. 294) –, quoiqu’elle confine à la manipulation du patient. L’étude, qui rappelle la riche fortune de ce motif littéraire et médico-moral, souligne que la médicalisation de l’amour en justifie son traitement, parce que l’amour d’Antiochus menace l’ordre social. Juliette Goutierre, à partir des Héroïdes d’Ovide et des Lettres portugaises de Guilleragues, étudie les pouvoirs thérapeutiques de la lettre amoureuse, « écrite aussi bien pour son destinataire que pour son expéditeur » (p. 311). Si elle peut relever du « succédané » (p. 312), par sa capacité à rendre – brièvement – l’être aimé présent, la lettre est surtout au fondement d’une conscientisation de sa propre maladie d’amour, et surtout de l’indifférence du destinataire. L’écriture épistolaire, qui cherchait initialement à convaincre l’autre, déclenche une réflexion salutaire qui entraîne le processus de guérison. La dernière contribution, celle de Nicolas Fréry, se concentre sur un épisode précis de La Nouvelle Héloïse, la tentative de Wolmar d’éteindre la passion qui lie son épouse à Saint-Preux. Cette curieuse thérapie consiste à mener les deux amants sur le lieu de leur premier baiser, afin de modifier le souvenir qu’ils en ont et de « transformer cet asile en théâtre » (p. 324). Mais Nicolas Fréry montre que la profanation du bosquet initiée par ce nouveau Néron qu’est Wolmar est un piètre remède, faisant de La Nouvelle Héloïse « une réflexion sur l’impuissance des remèdes à l’amour » (p. 337).

Rappelons un des objectifs de ce volume : « étudier la façon dont la forme et l’approche littéraires se conjuguent à la finalité scientifique du propos, voire même participent entièrement de la thérapie qui y est proposée. » (p. 40) Force est de constater que cette ligne a été rigoureusement tenue. Soulignons que cet ouvrage, qui rend justice à « l’un des motifs les plus importants de la littérature occidentale » (p. 9), frappe par la cohérence de la mise en regard constante, tout au long des quinze contributions, de la littérature, de la philosophie et de la médecine. Au-delà même des trois parties, les autrices et les auteurs, dont l’effort soutenu de contextualisation est très appréciable, semblent se répondre. Bref, on ne saurait que recommander la lecture de ce livre, d’autant plus que les coquilles sont très rares. Le lecteur ou la lectrice fermera ce livre avec de riches idées en tête (quoique certaines thérapies sont à déconseiller !), s’il ou elle cherche personnellement à remédier à l’amour.

Anthony Le Berre

Aix-Marseille Université

Hommage à Géralde Nakam (1932-2023)

Géralde Nakam (1932-2023)

 

 

Nous avons la tristesse d’annoncer le décès de Géralde Nakam, grande et haute figure des études montaignistes, qui s’est éteinte le 9 décembre 2023, à l’âge de 91 ans.

Géralde Nakam était née en 1932 en Algérie, pays qui l’a fort marquée et dont elle a gardé toute sa vie la nostalgie, plus précisément près d’Oran, dans la ville de Mascara, où elle a accompli de brillantes études primaires et secondaires. Le seul roman qu’elle a jamais publié, D’un bout à l’autre, paru en 2011, est tout imprégné des lumières de cette partie de la Méditerranée et de cette culture juive sépharade dont elle était issue, et qu’elle revendiquait, sans bigoterie aucune toutefois.

Elle n’a gagné la métropole qu’une fois ses deux baccalauréats en poche, au début des années cinquante, pour entamer des études de Lettres classiques en classes préparatoires puis à la Sorbonne. À peine reçue à l’agrégation des Lettres, elle prit à la rentrée 1956 son premier poste d’enseignement en tant que professeure agrégée au lycée de jeunes filles d’Épinal. Ayant alors inscrit une thèse d’État en Sorbonne sous la direction de V.-L. Saulnier, elle devint toutefois rapidement, à la rentrée universitaire 1967, assistante chargée des fonctions de maîtresse-assistante à l’université d’Amiens. Deux ans plus tard, elle y accède au rang de maîtresse-assistante de littérature française, avant d’obtenir sa mutation en juin 1970 à la faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris. Elle choisit alors d’enseigner à Paris III-Sorbonne nouvelle, l’une des sept universités créées à la suite de l’éclatement de l’université de Paris.

En avril 1980, elle soutient en Sorbonne son impressionnante et importante thèse d’État de quelque mille trois cents pages, ce qui lui permet d’obtenir en 1983 un poste de professeur des universités en grammaire et philologie française et technique d’expression à l’université Toulouse II. Un poste qu’en raison de graves problèmes de santé, elle n’occupera guère, avant de parvenir dès l’année suivante à obtenir sa mutation sur une chaire de professeur de langue et littérature françaises, et de retrouver l’université de Paris III, où elle demeurera onze nouvelles années, du 1er septembre 1984 jusqu’en janvier 1995, moment où elle a fait valoir ses droits à la retraite.

Durant cette longue retraite, qui a malheureusement été assombrie par de trop nombreux problèmes de santé, si elle a continué de publier, Géralde Nakam a su aussi cultiver un otium literatum fait de beaucoup de musique (elle a joué du piano jusqu’à ce que l’arthrose l’en empêche après 2016 ; elle a beaucoup fréquenté, et jusqu’à un âge très avancé, les salles de concert parisiennes et l’opéra), de force lectures (elle se passionnait pour les littératures étrangères contemporaines), spectacles (elle se tenait très informée des dernières sorties cinématographiques et des plus récentes mises en scène théâtrales), et expositions, prête à traverser tout Paris, en dépit de ses difficultés de déplacement, pour voir, ou revoir, les toiles de tel ou tel peintre. Comme le montre le dernier ouvrage qu’elle a donné, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, où elle entrecroise des portraits de personnages singuliers qu’elle a pu rencontrer et ceux des chats qu’elle a chéris, très attachée à la nature et aux animaux, lorsqu’elle ne résidait pas dans son appartement du boulevard Arago, Géralde Nakam trouvait refuge dans sa maison du Gard, ce qui lui donnait l’occasion de revoir sa chère Méditerranée.

Même si elle a par exemple donné une édition pionnière de l’Histoire mémorable du siège de Sancerre de J. de Léry, et publié force articles sur Rabelais, Ronsard, Du Bellay, Aubigné ou Du Bartas (dont certains ont été réunis dans ses Chemins de la Renaissance en 2005), son principal centre d’intérêt aura résidé dans Les Essais : voir encore son très beau Montaigne, la Manière et la matière (1992), ainsi que Le dernier Montaigne (2002). Le grand apport du patient et immense travail critique de Géralde Nakam aura été d’arracher la figure de Montaigne à sa tour, trop souvent considérée par la critique antérieure comme une tour d’ivoire, et d’avoir démontré que ce livre unique était en prise directe avec les troubles et les réalités cruelles de son temps.

Sa thèse comportait ainsi deux livres, qui ont été publiés après la soutenance de 1980 : l’un, historique et chronologique, Montaigne en son temps : les événements et les Essais (1982) ; l’autre, thématique et analytique, Les Essais, miroir et procès de leur temps (1982). Tous deux sont devenus des ouvrages de référence, et ont rejoint avec ceux de Villey, Frame, Friedrich ou Starobinski les grands classiques de la critique montaignienne. L’un et l’autre ont été conçus de façon à mettre la réflexion de Montaigne en relief : la création et l’apport des Essais se détachent sur un contexte, constitué d’un côté des faits et des témoignages du temps, de l’autre des idées, théories ou opinions qui avaient cours du vivant de Montaigne. Autant de gestes, d’actions, d’analyses et de réflexions dont Montaigne se démarque. Pour reprendre les derniers mots de Géralde Nakam elle-même lorsqu’elle a présenté cet immense travail : « La force, la beauté du livre viennent de ce qu’il s’écrit, de façon de plus en plus consciente, “par disconvenance aux meurs présentes de nostre estat”, comme le rappelle Montaigne lui-même. »

Michel Magnien

Université Sorbonne nouvelle

 

 

Ouvrages mentionnés

G. Nakam, Au lendemain de la Saint-Barthélemy : guerre civile et famine, suivi de Jean de Léry, Histoire mémorable du siège de Sancerre (1573), édition par G. Nakam, Paris, Éditions Anthropos, 1975 ; rééd. : Genève, Slatkine, 2000.

G. Nakam, Montaigne en son temps : les événements et les Essais, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. : Paris, Gallimard, « Tel », 1993.

G. Nakam, Les Essais de Montaigne, miroir et procès de leur temps : témoignage historique et création littéraire, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. révisée : Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2001.

G. Nakam, Montaigne, la Manière et la matière, Paris, Klincksieck, 1991.

G. Nakam, Le dernier Montaigne, Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2002.

G. Nakam, Chemins de la Renaissance, Paris, H. Champion, « Études et essais sur la Renaissance», 2005.

G. Nakam, D’un bout à l’autre, Biarritz, Séguier, 2011.

G. Nakam, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, Limours, Les Éditions Héliomir, 2014.

Claude Thiry (1943-2023)

In memoriam

Claude Thiry (1943-2023)

 

Décédé le 3 novembre 2023, Claude Thiry était né quatre-vingts ans plus tôt, dans une région liégeoise à laquelle il est resté attaché toute sa vie. Son goût de l’ailleurs se manifesta toutefois très tôt, puisque dès le début de ses études dans les années 1960, il effectua plusieurs séjours aux États-Unis, en particulier au prestigieux département de Romance Languages and Literatures de l’Université de Princeton. De cette expérience alors rare, Claude Thiry retint l’enrichissement qu’apportent les rencontres internationales tout en affirmant précocement un talent d’explorateur des sentiers peu frayés de l’histoire littéraire : son premier travail de recherche, sous la direction d’Alfred Foulet (1900-1987), fut consacré à Jean Lemaire de Belges. Licence de philologie romane en poche et devenu chercheur au Fonds national de la Recherche scientifique belge en 1967, il réalisa ensuite, sous la direction de Maurice Delbouille (1903-1984), une thèse pionnière sur la déploration funèbre en français aux XVe et XVIe siècles (1973). D’elle sont issus ses deux premiers ouvrages de référence : l’édition critique du Mémoire et épitaphe de Ferdinand d’Aragon [1516], en 1975, qui fit redécouvrir l’œuvre de Nicaise Ladam, poète et roi d’armes de Charles Quint ; et l’importante monographie La Plainte funèbre, accueillie en 1977 dans la collection de la Typologie des sources du Moyen Âge occidental.

La carrière de Claude Thiry entra dès lors de plain-pied dans le monde de l’enseignement et de la recherche. Chargé de cours à l’université de Liège (1978), il y fut nommé par la suite professeur, poste transformé, à partir de 1991, en un ordinariat en langue et littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, partagé entre Liège et l’université catholique de Louvain. Ce positionnement au croisement de cultures universitaires, de périodes historiques et d’approches méthodologiques que d’aucuns auraient jugées peu conciliables traduit la mobilité intellectuelle et les qualités de passeur de Claude Thiry. Philologue aussi bien qu’historien, ce maître incontesté des cultures bourguignonnes s’est intéressé à tous les genres et à toutes les dimensions de la littérature en français au temps des Valois et des Habsbourg. De l’écriture de l’histoire aux scènes de théâtre, de Villon à Marot, des poèmes de circonstance sur Pavie aux manuels de danse dédiés à Marguerite d’Autriche, la douzaine d’ouvrages et la centaine d’articles qu’il a publiés témoignent de la curiosité boulimique d’un chercheur aussi doué pour dénicher des inédits que pour penser les pratiques d’écriture et de lecture des XVe et XVIe siècles dans leur globalité, en se jouant de la mythique frontière entre Moyen Âge et Renaissance.

Un intellectuel d’une telle envergure, qui plus est doté d’une langue virtuose et d’un humour ravageur, ne pouvait qu’impressionner les générations d’étudiants et d’étudiantes de Wallonie que Claude Thiry forma inlassablement jusqu’à sa retraite. Donner accès aux savoirs était, chez lui, une vraie passion. Aussi nombre de ses livres ont-ils pour destinataires le lectorat estudiantin et un public élargi, qu’il s’agisse de son édition de Villon (1991) qui fit date, des traductions de Chastelain qu’il donna dans Splendeurs de la cour de Bourgogne (1995) ou de son Anthologie de la littérature française du Moyen Âge (2002), à laquelle il associa ses élèves.

Tout au long de sa carrière, Claude Thiry fut l’inspirateur de groupes de recherche qui marquèrent l’histoire de l’université belge et, plus largement, des études françaises internationales. Président, de 1993 à 2001, du fort interdisciplinaire Institut d’études médiévales de l’UCL, il fut aussi le fondateur du Groupe de recherche sur le Moyen Français. Aussitôt surnommé Groumf par son créateur en un clin d’œil ironique aux Schtroumpfs de Peyo, ce groupe rassembla pendant plusieurs années des doctorants et doctorantes – des « groumfettes » dont je fus –, enthousiasmés par la finesse de lecture et portés par la vitalité d’un « chef » dont le soutien amical aux jeunes fut constant. C’est donc sans surprise sous le signe de l’amitié que fut placé Quant l’ung amy pour l’autre veille, le volume de mélanges offert à Claude Thiry en 2008 et qui s’ouvre par une présentation étoffée de sa bibliographie et de son parcours (p. 10-23).

L’œuvre critique de Claude Thiry, inventive et souvent pionnière, est en effet indissociable des réseaux scientifiques qu’il a inlassablement maillés, depuis la Belgique, à travers l’Europe et outre-Atlantique. Ces « pierres vives », qu’en bon Liégeois il aimait qualifier de « briques », sont au fondement de l’actuel renouveau international des études sur les littératures en français au tournant des années 1500.

Estelle Doudet

Université de Lausanne

ORCID 0000-0002-4072-0913

Marie Madeleine Fontaine (1940-2024)

 

Marie Madeleine Fontaine,

de Rouen à Paris et à Lille

(1940-2024)

 

Marie Madeleine sans trait d’union, un double prénom plutôt qu’un prénom double, vient de disparaître à Paris à l’âge de 84 ans. C’était l’une des seiziémistes les plus remarquables de notre communauté, et l’une des professeures d’université les plus appréciées. De cette agrégée de lettres classiques, ancienne élève de l’École normale supérieure de Sèvres, promotion de 1960, la carrière universitaire s’est déroulée tour à tour à Rouen, à Paris et à Lille. À Rouen tout d’abord, puis à la Sorbonne, où elle a été maître-assistante, puis maître de conférences, à Lille enfin où s’est achevée sa carrière et où elle a été professeure des universités pendant quelque dix ans, dirigeant de nombreuses thèses, organisant plusieurs colloques, exerçant un rayonnement véritablement international. Des Mélanges originaux, qui lui ont été offerts en 2015 sous le titre de Textes au corps, ont couronné cette tardive et fructueuse carrière.

Tout commence pour ainsi dire à la fin des années soixante-dix. En mars 1979, par une claire et froide journée de début de printemps, Marie Madeleine présentait au CESR de Tours, à l’occasion d’un colloque sur les nourritures à la Renaissance, organisé par Jean-Claude Margolin et Robert Sauzet, une communication sur «L’alimentation du jeune enfant au XVIe siècle ». Mon propos d’alors était beaucoup plus sanglant, puisque je traitais de « Catholiques et Cannibales ».

Mais c’est l’année suivante que nous fîmes vraiment connaissance, à l’occasion de la rédaction du Dictionnaire des littératures de langue française, en préparation aux Éditions Bordas. Jean-Pierre de Beaumarchais, descendant de l’illustre écrivain, était, avec Daniel Couty, et sous l’autorité d’Alain Rey, l’un des directeurs de cette vaste entreprise, d’abord publiée en trois, puis en quatre volumes. Il m’avait confié la tâche, en 1979, de traiter la partie Renaissance de cet immense ouvrage. Comme, après plusieurs articles, je renâclais au labeur et finis par ne plus faire grand chose, Beaumarchais et son compère Couty décidèrent de s’adresser à leur collègue femme de Rouen, contre laquelle, au départ, ils nourrissaient quelque prévention. Quand j’appris indirectement que la direction de la partie Renaissance m’était retirée, j’appelai en colère Jean-Pierre, qui protesta, s’excusa à demi et me dit que de toute manière on ne pouvait continuer ainsi. Une réunion fut organisée avec Marie Madeleine et moi au domicile de Jean-Pierre, dans l’immeuble ancien de la rue du Cherche-Midi où il résidait. L’entrevue fut des plus orageuses, mais en vérité des plus fructueuses. Nous parvînmes, non sans difficulté, à distribuer entre nous la vaste matière qu’il restait à traiter. Après deux heures d’une discussion parfois véhémente, Marie Madeleine, les larmes aux yeux, me lança, avant de disparaître : « Frank, je t’ai tout cédé ! »

Nous nous mîmes au travail, chacun de son côté. Semaine après semaine, jour après jour, nous étions à la Bibliothèque nationale de la rue de Richelieu, nous croisant dans la salle souterraine des catalogues, ayant de nombreux amis de rencontre et quantité de fichiers à consulter. Si l’on en croit la bibliographie qui figure en appendice de Textes au corps, le volume de Mélanges qui lui fut offert en 2015, Marie Madeleine Fontaine rédigea quelque soixante-dix neuf articles pour ce Dictionnaire des Littératures, soixante-dix neuf articles qui vont d’Amadis de Gaule à Jacques Yver, en passant par Rémy Belleau, Hélisenne de Crenne, Étienne Dolet, Joachim Du Bellay, Étienne Jodelle, Louise Labé, Clément Marot et Pontus de Tyard. De mon côté, et je ne risque guère de procès posthume pour vantardise déloyale, je ne composai que soixante-six articles, qui portaient principalement sur les voyageurs et les réformés, d’Agrippa d’Aubigné et Jean de Léry à Pierre Viret. Cette entreprise double plutôt que collective nous occupa quelque quatre années, et j’en veux pour preuve le carnet ou le journal des écritures que je tenais à l’époque, remettant chaque mois en mains propres à Jean-Pierre de Beaumarchais une bonne dizaine de feuillets dactylographiés portant sur les auteurs les plus méconnus de la Renaissance. Le Dictionnaire des littératures parut enfin en 1984, avant d’être réimprimé sous une forme augmentée et corrigée en 1987.

Libérée de cette tâche astreignante, Marie Madeleine Fontaine se consacra à sa principale entreprise éditoriale, qui fut Alector ou le coq de Barthélemy Aneau, « histoire fabuleuse » publiée chez Droz en 1996 dans la collection des « Textes littéraires français ». L’extraordinaire de cette édition critique est qu’elle parut en deux forts volumes. Le premier renferme les deux cents pages de cet ouvrage inclassable, tout à la fois « roman et conte pour enfants » qui rapporte « les sept premières années de la vie d’un enfant-coq », «neuf cents ans depuis la fondation du monde », précédées d’une substantielle préface de cent vingt pages ; le second, beaucoup plus volumineux, comprend l’apparat critique approfondi de l’ouvrage, le tout remplissant quelque mille cent vingt pages.

Dans ces mêmes années, Marie Madeleine Fontaine se consacra à l’édition et au commentaire des Petites Inventions de Rémy Belleau, comprises dans l’édition de ses Œuvres poétiques complètes, sous la direction de Guy Demerson, en 1995. De Belleau encore, elle édita, en collaboration avec Guy Demerson, La Bergerie de 1565 (2001). Elle donna aussi une édition de Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes funeralles, un court traité de 1507. Durant la même période, elle composa un élégant et dense petit livre sur Le condottiere Pietro del Monte, philosophe et écrivain de la Renaissance (1457-1509), qui témoigne de sa parfaite connaissance des lettres italiennes. Elle contribua encore à l’édition critique du Printemps d’Yver, réalisée par Marie-Ange Maignan en 2015.

Les arts plastiques font aussi partie des intérêts de Marie Madeleine Fontaine, comme l’attestent ses contributions à cinq catalogues d’exposition, entre 1995 et 2005, notamment sur la gravure française à la Renaissance à la Bibliothèque nationale de France, ou encore sur le jeu de paume au château de Fontainebleau.

Marie Madeleine Fontaine soutint sa thèse d’État à la toute fin du dernier siècle, sous la direction de Nicole Cazauran, thèse jadis entreprise sous la direction du professeur V. L. Saulnier. Rappelons le titre de cette thèse : « La représentation du corps à la Renaissance dans la littérature française (1530-1560) : introduction à l’étude des exercices corporels », thèse qui ne fut pas publiée mais que les travaux antérieurs de Marie Madeleine exploraient à merveille. Le Corps à la Renaissance était l’objet d’un colloque qu’elle avait organisé à Tours en 1987 et dont les actes furent édités en collaboration avec Jean Céard et Jean-Claude Margolin. Ce même corps revient dans le titre d’un stimulant recueil d’articles qu’elle publia en 1993 : Libertés et savoirs du corps à la Renaissance, où il est notamment question du jeu de paume comme modèle des échanges sociaux et de la tarande biscornue du Quart Livre. Et comme on le verra plus loin, ce corps renaissant s’épanouit pleinement dans le recueil d’études qui lui fut offert par ses élèves et amis après son départ à la retraite.

En 2000, Marie Madeleine fut élue professeure à l’université de Lille III, où se déroulèrent les dix dernières années de sa carrière. En fait, il y eut entre nous un échange de lieux. Élu moi-même en 1999 professeur à la Sorbonne, après une décennie passée à Lille, je rejoignis Marie Madeleine à Paris. Nous fûmes collègues un an, qui se déroula sans difficulté particulière. Ce fut la première année où Jean de Léry était au programme de l’agrégation. Selon le partage traditionnel, en usage jadis dans la plupart des universités, j’assurais les cours et elle les travaux dirigés. Sans doute me rapportait-on de temps à autre des propos critiques que Marie Madeleine aurait tenus sur mon édition de l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, mais, la Sorbonne étant à cette époque une école de médisances, je n’y accordai guère d’importance.

Une fois à Lille, Marie Madeleine Fontaine y restaura dans toute leur plénitude les études seiziémistes, suscitant en nombre des vocations de doctorants. Bien des thèses furent soutenues sous sa direction, célébrant la Renaissance dans sa diversité heureuse. À Lille, elle organisa plusieurs colloques, dont Rire à la Renaissance, dont les Actes furent publiés en 2010. Je me souviens de ces étudiantes improvisant à cette occasion un chœur sur l’estrade et chantant avec drôlerie des chansons du XVIe siècle.

À plusieurs reprises, Marie Madeleine me fit revenir à l’université de Lille, pour des soutenances de thèse. Lors de la soutenance de Marine Molins, l’une de ses doctorantes, elle me lança, alors que je prenais la parole en tant que président du jury, un fulgurant : « Frank, tu n’as pas le droit de dire… », avec une telle force et une telle véhémence que j’en restai interdit. Le moment de surprise passé, ce fut un grand éclat de rire dans toute l’assistance. C’était la réplique du fameux « Je t’ai tout cédé » de 1980. Marie Madeleine était ainsi, spontanée, franche, directe. Passé cet éclat, la soutenance de son élève s’acheva le mieux du monde.

Les Mélanges qui lui furent remis en 2015 ne portent pas le titre de Mélanges. Ce sont à vrai dire des Textes au corps, avec tout ce que ce titre implique de sensualité et d’appétit charnel. La Renaissance, ainsi qu’elle la concevait, n’était pas cette période de guerre et de violence haineuse, qu’elle reste pour beaucoup d’historiens, mais un espace de gaîté féconde et stimulante. Sans doute la période qu’elle goûtait tout particulièrement, mais non exclusivement, est la période antérieure aux guerres de Religion, même si avec Jean-Louis Fournel elle a publié Les Mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance.

Le sous-titre du recueil Textes au corps, « Promenades et musardises sur les terres de Marie Madeleine Fontaine », traduit bien la convivialité heureuse qui présida à sa genèse. Ces Textes au corps comportent une partie consacrée à la musique, ou plutôt aux «chansons et facéties », avec notamment une contribution de Frank Dobbins, qui venait de disparaître accidentellement.

L’une des dernières fois que je vis Marie Madeleine, c’était au milieu du boulevard Saint-Michel, à Paris, à la hauteur du jardin du Luxembourg, non loin de son appartement du boulevard Montparnasse. Nous défilions, protestant contre une de ces funestes réformes de l’enseignement supérieur, qui n’ont cessé, au gré des ministères, de dénaturer notre profession. Marie Madeleine se tenait sur le bord de la chaussée, seule, sans nul doute de cœur avec nous, mais mal remise d’une retraite qui ne passait pas. La retraite, dans notre métier, à quelque âge qu’on la prenne, peut être la pire des malédictions, même si elle ne nous réduit pas à une totale inactivité.

Marie Madeleine Fontaine était une grande dame et une professeure à l’autorité stimulante, drôle souvent, farouchement attachée à défendre sa discipline et d’abord ses élèves. Aujourd’hui elle nous manque.

Frank Lestringant

Sorbonne Université

 

Ouvrages mentionnés

Dictionnaire des littératures de langue française, sous la dir. de J.-P. de Beaumarchais, D. Couty et A. Rey, Paris, Éditions Bordas, 1984 ; 2e éd. : 1987.

Le Corps à la Renaissance, Actes du XXXe colloque international de Tours, sous la dir. de Jean Céard, Marie Madeleine Fontaine, Jean-Claude Margolin, Paris, Aux amateurs de livres, 1990.

Marie Madeleine Fontaine, Le condottiere Pietro del Monte, philosophe et écrivain de la Renaissance (1457-1509), Genève-Paris, Éd. Slatkine, 1991.

Marie Madeleine Fontaine, Libertés et savoirs du corps à la Renaissance, Caen-Orléans, Paradigme, 1993.

Barthélemy Aneau, Alector ou le coq. Histoire fabuleuse, édition par Marie Madeleine Fontaine, 2 volumes, Genève, Librairie Droz, « Textes littéraires français », 1996.

Rémy Belleau, Œuvres poétiques complètes, tome I, Petites inventions, Odes d’Anacréon, Œuvres diverses (1554-1561), sous la dir. de Guy Demerson, Paris, H. Champion, 1995 ; tome II, La Bergerie (1565), édition de Guy Demerson et Marie Madeleine Fontaine, Paris, H. Champion, 2002.

Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes funeralles, texte établi, introduit et annoté par Marie Madeleine Fontaine, avec le concours d’Élisabeth A. R. Brown, Paris, STFM, 2002.

Les Mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance, éd. Marie Madeleine Fontaine et Jean-Louis Fournel, Genève, Librairie Droz, 2015.

Jacques Yver, Le Printemps d’Yver, édité par Marie-Ange Maignan, en collaboration avec Marie Madeleine Fontaine, Genève, Librairie Droz, « Textes littéraires français », 2015.

Textes au corps. Promenades et musardises sur les terres de Marie Madeleine Fontaine, études réunies par Didier Kahn, Elsa Kammerer, Anne-Hélène Klinger-Dollé, Marine Molins et Anne-Pascale Pouey-Mounou, Genève, Librairie Droz, 2015.

Laurent Binet, Perspective(s)

Laurent BINET, Perspective(s), Paris, Grasset, 2023.

 

            Chaque année, la rentrée littéraire est l’occasion de découvertes stupéfiantes. Dans le lot des publications 2023, les Seiziémistes auront sans doute repéré l’ouvrage de Laurent Binet, Perspective(s). L’intrigue se déroule à Florence en 1577, à l’époque de la onzième et dernière guerre d’Italie. Le peintre Jacopo da Pontormo est retrouvé mort dans la chapelle San Lorenzo où il travaillait à des fresques que lui avait commandées le duc Cosme 1er de Médicis. Mort naturelle, suicide ou assassinat ? C’est sur cette énigme que l’auteur élabore son « polar historique épistolaire[1] ». Pour la résoudre, il convoque des personnalités du monde politique et artistique, Catherine de Médicis, le maréchal de France Piero Strozzi, le duc de Florence, son épouse Éléonore de Tolède et leur fille Maria, le pape Paul iv, Michel-Ange, Giorgio Vasari, Benvenuto Cellini et d’autres encore, qui entretiennent une correspondance nourrie afin de croiser leurs informations. Mais bientôt chacun y va de ses petites confidences personnelles, mâtinées de mesquinerie, de calcul et de rancœur.

            Le propos aurait pu servir une étude approfondie, ou du moins sérieuse, du Cinquecento florentin. Il n’en est rien. Ce livre fait la part belle à l’anachronisme. Dès les premières pages, l’esquisse de cette époque laisse entrevoir le xviiie siècle français qui lui sert de modèle. De même que Marivaux aurait trouvé le manuscrit de la Vie de Marianne au fond d’une armoire pratiquée dans l’enfoncement d’un mur, de même Laurent Binet prétend avoir acheté à un antiquaire une liasse de lettres rédigées en italien qu’il assure avoir traduites en les modernisant pour les rendre accessibles à son lectorat. De ce procédé depuis longtemps éculé il résulte une terminologie inadaptée au contexte et un style décalé par rapport aux usages de l’époque. On s’étonne, par exemple, de voir Giorgio Vasari appeler le duc de Médicis « Son Altesse Sérénissime », puis « Votre Majesté » et enfin « Son Excellence » dans l’incipit de la lettre 53. Un duché n’est pas un royaume. Quant au vouvoiement de politesse, il n’équivaut pas à la troisième personne de majesté. Par ailleurs, comment croire que ces 176 lettres, toutes écrites avec le même style, peuvent réellement émaner de personnes aussi différentes que le pape Paul iv, la jeune Maria ou encore Marco Moro, le broyeur de couleurs qui secondait Pontormo ? Peut-on imaginer une seconde le maréchal Strozzi écrivant à la reine de France, Catherine de Médicis, employer ces termes à l’encontre du duc d’Este « tout le monde s’accorde à dire que c’est un sacré con » (lettre 69) ou plus loin, s’agissant de Cellini, « il n’est, comme vous le pensiez, qu’un jean-foutre » (lettre143) ? Certes, le roman a ses lois propres, mais le protocole aussi.

            Après Marivaux, Choderlos de Laclos. Les Liaisons dangereuses le sont plus qu’on ne le croit : elles semblent avoir déteint sur la trame romanesque de Perspective(s). Sous les arcanes du polar, point l’intrigue sentimentale avec les amours de Maria de Médicis pour l’un des pages de son père, Malatesta de Malatesti. Maria, qui ne comprend pas qu’elle est enceinte en dépit des symptômes qu’elle éprouve, aurait pu être la sœur de Cécile de Volanges. Son ingénuité la conduit à se confier à sa tante, Catherine de Médicis, qui pour l’occasion se déguise en Merteuil et lui prodigue des conseils qui siéent aussi mal à l’épouse d’Henri II qu’à la reine de France. Malatesta dont l’immaturité à ses débuts rappelle celle de Danceny, va finir par se débarrasser de son encombrante maîtresse pour se jeter dans l’aventure et la débauche avec aussi peu de scrupules que Valmont en pareilles circonstances. Bref, cette resucée épistolaire semble bien dépourvue d’intérêt, sauf à y lire une intention parodique… que l’auteur ne revendique nullement.

            Écrire un roman historique consiste avant tout à respecter l’Histoire. Quid des guerres d’Italie et particulièrement de la onzième qui est censée servir d’écrin à cette intrigue ? L’auteur n’en évoque ni les tenants ni les aboutissants. L’absence de bibliographie n’aide pas le lecteur à se renseigner, et encore moins les notes infrapaginales que Laurent Binet biffe d’un trait de plume : « je me suis dispensé de notes de bas de page, qui ont l’avantage de mettre en valeur l’érudition de celui qui les rédige, mais l’inconvénient de ramener le lecteur au présent de sa chambre[2] ». Cela ne l’empêche pas de jeter en pâture à ce même lecteur quelques termes comme « guelfes », « gibelins », « Savonarole » que ce dernier est donc supposé connaître sans avoir recours au dictionnaire ! En revanche, peut-être pour complaire aux féministes, la prieure du couvent San Vincenzo à Prato est désignée sous le vocable de « prieuresse » (lettre 75), comme si le néologisme définissait la fonction. Quand il se fait historien, Laurent Binet rencontre quelques problèmes avec la chronologie. Dans la lettre 103 en date du 26 mars 1557 – c’est-à-dire rédigée sous le calendrier julien – on trouve cette phrase : « Nous avons quitté Florence au Nouvel An de l’ancien[3] calendrier […] ». Comment une personne qui écrit en 1557 pouvait-elle savoir qu’un nouveau calendrier dit grégorien verrait le jour en octobre 1582, soit vingt-cinq ans plus tard ? Quel dommage que cette bévue n’ait pas été corrigée par l’éditeur !

            L’histoire de l’art est un peu mieux traitée. L’enquête policière sur la mort de Pontormo, menée par Giorgio Vasari, se double d’une énigme artistique : on a volé un tableau du maître intitulé Vénus et Cupidon[4] qu’une main habile avait préalablement dénaturé en remplaçant le visage de la déesse par celui de Maria de Médicis. Même si la toile défigurée stricto sensu a perdu de sa valeur, il faut impérativement la retrouver avant que le scandale n’éclabousse la famille ducale. Découverte au terme de péripéties plus ou moins loufoques, elle finit par embarrasser l’auteur lui-même puisque la version contrefaite du tableau n’existe que dans son imagination. Une crue de l’Arno survient à point nommé pour en délaver les couleurs et en charrier les débris jusqu’à la mer… Mais avant de lire ce dénouement, on assiste à un échange épistolaire fort intéressant qui aborde les questions esthétiques du moment : le rapport entre l’art et la morale, la censure de l’Église sur les nudités peintes dans les lieux de culte, la conformité entre le modèle et sa représentation, la hiérarchie des arts, et surtout le statut de l’apprenti-peintre (lettre 59) et des corporations d’artistes (lettres 44, 70, et 91 bis). La parole est souvent donnée à Giorgio Vasari, auteur des Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes[5], qui commente l’œuvre de Pontormo ou celle de Brunelleschi, pour le plus grand plaisir du lecteur. Mais c’est à Michel-Ange qu’il revient d’analyser les caractéristiques de la peinture italienne du xvie siècle. La lettre 149 est à cet égard un morceau d’anthologie. De Rome où il travaille au plafond de la Chapelle Sixtine, Michel-Ange rédige une synthèse sur les techniques picturales, opposant notamment la perspective architecturale des Flamands à celle géométrique des Italiens[6]. Ainsi fait sens le titre donné par Laurent Binet à son texte, où la parenthèse qui escamote le pluriel souligne avec force le point de vue du grand Buonarroti.

            S’il n’instruit pas, ce livre peut plaire. Il séduira surtout ceux pour qui la Renaissance italienne et le Cinquecento ne sont que décors de carnaval. Mais pour nombre de nos contemporains, le charme de l’Italie ne réside-t-il pas justement dans ce type de réjouissances ?

Marie-Joëlle Louison-Lassablière

Ihrim, umr cnrs 5317, Saint-Étienne

 

 

 

[1] Cf. la quatrième de couverture.

[2] Citation tirée de la préface de l’ouvrage, p. 14.

[3] C’est moi qui souligne.

[4] Le tableau Vénus et Cupidon, peint vers 1533, est exposé à Florence dans la Galerie de l’Académie.

[5] Ces célèbres biographies sont parues en 1550. Puis elles ont été rééditées en 1568, augmentées d’enquêtes approfondies sur la vie des artistes, d’anecdotes, de légendes et de catalogues d’œuvres. Laurent Binet s’en est fortement inspiré pour écrire son roman.

[6] Seule la perspective dite atmosphérique, créée par un dégradé chromatique, n’est pas prise en compte dans cette lettre.

Recovering the Medieval in the French Renaissance. Claude Fauchet’s Veilles

Anthony J. BRUDER, Recovering the Medieval in the French Renaissance. Claude Fauchet’s Veilles ou Observations, Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance 197, 2024.

 

 

Abordant un recueil peu étudié de Claude Fauchet (1530-1602), ce livre révèle le rôle du médiéval dans la construction d’une image de la modernité française à la Renaissance. Conçues pour confronter la Pléiade au riche héritage de la France médiévale, les Veilles soutenaient qu’une illustre langue vernaculaire devait être enracinée dans les traditions autochtones, bien plus riches qu’on ne le pense généralement. De la métrique du Roman d’Alexandre à l’émendation des Mémoires de Philippe de Commynes, et des règles du duel à la tombe de Jean de Meun, les observations de Fauchet portent aussi sur son époque, avec des essais sur Lemaire de Belges, Marot et Ronsard. Émerge alors l’écho d’une Renaissance française très différente, dans laquelle les bourgeois de Calais sont plus importants que Francion, et la connaissance de l’ancien français plus souhaitable que l’érudition classique. Comme une réponse à la rupture et à la perte, les Veilles sont peut-être le tout premier instantané d’une étape fondamentale dans la réception de la littérature française médiévale.

 

Sommaire

Acknowledgements

Abbreviations

Introduction

Chapter I. Contents, Context and Material History of the Veilles ou Observations de plusieurs choses dinnes de memoire en la Lecture d’aucuns autheurs françois, 1555

Chapter II. Continuity, Rupture and Recovery in French Renaissance Literary Culture, 1530-1550

Chapter III. Recovery and Nativism in Fauchet’s Veilles ou Observations

Chapter IV. The Veilles and the Early Pléiade. Recovering History, Defining Frenchness

Conclusion. The Legacy of the Veilles

Appendix A. Contents Page for the Veilles ou Observations de plusieurs choses dinnes de mémoire en la lecture ou leçon d’aucuns autheurs françois

Appendix B. Authors/Works Referenced in the Veilles.

Bibliography

Index

 

Lien vers le site de l’éditeur, la Librairie Droz.

Normes et marginalités. Journée jeunes chercheurs du CRULH

Appel à communications

Normes et marginalités

Septième journée des jeunes chercheurs du CRULH

Mardi 21 mai 2024
Salle de thèse, 2e étage de l’Espace Rabelais, Campus du Saulcy à Metz

 

L’existence des normes, que Durkheim caractérisait à la fois comme nécessaires à la détermination d’une société, et comme contraignantes, paraît impliquer des contrevenants, au moins d’un point de vue théorique (Durkheim, 2010 [1895]) : la règle entend tracer une frontière entre le bon et le mauvais comportement, et elle peut ainsi être vue comme génératrice de déviance. Sa définition de la norme est essentiellement antagonique, associant à son caractère obligatoire la nécessité de la sanction en cas d’infraction ; une conception conflictuelle du normatif reprise par Howard Becker, qui insistait toutefois sur la réciprocité. Si celui qui transgresse la norme est perçu comme un outsider au groupe qu’elle contribue à définir, le « transgresseur » lui-même peut estimer que la norme, ou ceux qui le jugent par rapport à celle- ci, sont étrangers [outsiders] à son propre univers (Becker, 2020 [1963]).

Penser la règle permet ainsi de penser la déviance, et inversement. Mais sortir d’un rapport trop antithétique permet de mieux percevoir des phénomènes dynamiques entre ce qui est dans la norme et ce qui ne l’est pas, de ne pas figer la réflexion. C’est pourquoi, partant de l’idée d’une centralité de la norme dans l’organisation sociale, il nous a semblé pertinent de recourir à une notion qui se réfère au décalage spatial, en engageant une réflexion sur les « marginalités », qui s’inscrivent à l’intérieur d’un système normatif, mais se situent à sa périphérie, « en deçà de la ligne imaginaire de fracture sociale » (Gueslin, Kalifa, 1999). La réflexion synoptique sur les normes et les marges, sans être neuve, questionne l’emprise du normatif sur le corps social depuis les espaces liminaires, ceux du rejet, de la tension, del’indifférence, de la déviance, de l’écart – d’autant plus en optant pour des définitions larges, tant des normes que des marginalités.

Si l’association de ces deux notions engage une réflexion dialectique, susceptible de permettre une meilleure compréhension de l’organisation des sociétés, il est notable que, sans être imperméables l’une à l’autre, elles aient surtout été développées dans différents champs historiographiques. Les marginalités ont fait l’objet de plusieurs travaux d’histoire sociale à partir de la fin des années 1960, en particulier dans le contexte post-1968 (Perrot, 1975 ; Corbin, 2015 [1978] ; Farge, 1979 ; Muchembled, 1979), en lien souvent avec la sociologie ou la philosophie (Foucault, 1961). La question des normes n’y est pas absente, puisqu’elle est le référentiel par rapport auquel la marginalité est déterminée. Les études plus spécifiques sur les normes se sont plutôt développées dans le dialogue avec le droit, à la faveur de l’appel à un« tournant critique » formulé dans un numéro des Annales de 1988, dialogue affirmé dans deux autres numéros de la revue de 1992 et 2002, et qui a permis de mieux articuler les formes juridiques normatives et les pratiques sociales, en attirant par exemple l’attention sur « les phénomènes de négociation, transgression ou acceptation des normes », et sur l’historicité de ces dernières2. Par ailleurs, plusieurs travaux ont ouvert le cadre méthodologique, attirant l’attention sur la pluralité et l’historicité des « structures normatives » (Gauvard et al., 2002).

La richesse de cette question des normes et des marginalités ne saurait donc être épuisée par cette journée d’études, qui ambitionne de mettre en lumière une grande variété d’approches, de périodes, d’objets, que ce soit du côté des normes – normes formelles (lois, règlements) ou informelles, normes de genre, normes religieuses… – ou des marginalités – sociales (vagabonds, bagnards), sexuelles (prostituées, homosexualité), géographiques (prison, frontières, périphéries), religieuses (sectes, dissidences, hérésies)… Nous proposons quelques axes de réflexions qui peuvent inspirer les propositions de communication en histoire, histoire de l’art, archéologie ou musicologie, mais également celles de jeunes chercheurs et chercheuses issus d’autres disciplines, laboratoires ou universités.

 

1. La fabrique des normes et des marginalités

Souhaitant s’inscrire dans une approche large et pragmatique, qui conduit à écarter les considérations trop simplistes, comme celle d’une diffusion purement verticale de la norme, ou la réduction du raisonnement à l’observation des modalités d’application ou d’opposition, cette journée d’études encourage à prêter attention aux différents lieux, modes, acteurs de l’élaboration des normes, sans se limiter aux cercles dirigeants, institutions, pouvoirs souverains qui instituent des lois (Beaulande et al., 2012). De fait, les producteurs des normes, ou les « entrepreneurs de morale » selon l’appellation d’Howard Becker (1963), sont divers, amenant aussi à distinguer ceux qui créent les normes et ceux qui les font appliquer. Pour ne pas perdre de vue la dialectique au cœur de cette journée d’études, il conviendra de se questionner sur les possibles rapports entre normes et marginalités dans leur élaboration respective (Gay, 2020).

 

2. Des marginalités nécessaires ?

Du fait de leur situation périphérique, on pourra se demander si les marginalités ne sont pas nécessaires dans une société, en insistant sur les interdépendances qui peuvent les lier aux normes définissant l’ensemble du corps social. Dans le même ordre d’idées, des réflexions sur les formes « positives » de marginalité, pouvant jouer un rôle essentiel dans la société, seraient les bienvenues. En effet, les marginalités n’auraient-elles pas un certain pouvoir d’influence ou de légitimation de la normativité (Parazelli, Bellot, 2015), plus ou moins conscient ? Cet axe invite ainsi à questionner la présence nécessaire, à des degrés divers, des marginalités au sein des sociétés, ainsi que le « jeu de miroir » (Schmitt, 1978) entre marginalités et normes.

 

3. Expériences des normes et des marginalités

Des communications sur les expériences vécues des normes et des marginalités sont d’autant plus souhaitables qu’il semble exister des « marginalités d’entre-deux » (Schmitt, 1978) : certains groupes participent à la société, tout en refusant certaines de ses normes, ou développent une « “double vie”, entre visibilité et marginalité » (Tamagne, 2006). On pourra alors s’interroger sur les différences entre marginalités choisies, conscientes, parfois contestataires, et marginalités subies (Montagné-Villette, 2007). Cela conduit à questionner l’entrée dans la marginalité, mais également l’organisation, formelle ou informelle, des divers groupes marginaux, au sein desquels on peut occasionnellement observer des « cultures » ou des structures, des signes distinctifs, des normes qui leur sont propres (Freund, 1977). Il semble aussi pertinent de questionner l’agentivité (agency) des individus sur leurs situations de marginalité, que ce soit par des adaptations à la société environnante (Légeret, 2017 [2000]), ou des tentatives pour échapper, subvertir, négocier son état. Enfin, les propositions peuvent s’intéresser aux imaginaires, représentations (Kalifa, 2013) et traitements des marginalités, en se demandant comment peuvent-ils inscrire, renforcer cette position d’écart vis-à-vis de la norme (Foucault, 1961).

 

4. Étudier les normes et marginalités

Cet axe offre la possibilité à certaines propositions de s’inscrire dans une réflexion davantage épistémologique sur les sources et méthodes permettant d’étudier les normes et les marginalités. En effet comment percevoir l’évolution, la transformation ou l’abrogation des normes ? Comment approcher les marginalités à partir de documents qui, émanantgénéralement du « centre » (Farge, 1997), peuvent davantage en révéler le fonctionnement interne que la voix des marginaux ? Qu’en est-il de l’approche des marginalités par les témoignages oraux de leurs acteurs, auxquels il peut être nécessaire de recourir (Joutard, 1977 ; Zinn, 2002 [1980]). Il s’agira d’ouvrir la discussion sur les difficultés liées à l’étude de ces concepts, ainsi que sur les moyens permettant de les contourner.

Si ce panorama et ces quelques pistes de réflexion ont suscité un intérêt chez vous, vous pouvez proposer une communication pour la septième journée d’études des jeunes chercheurs du CRULH, dans l’objectif espéré de mieux saisir, par une réflexion synthétique, les relations ambivalentes qui lient les normes et les marginalités.

Pour répondre à l’appel à communications :

Nous invitons les jeunes chercheurs (doctorants, jeunes docteurs et étudiants en deuxième année de master) à nous faire parvenir une proposition de communication n’excédant pas 3 000 signes, accompagnée d’un CV universitaire, par mail, à l’adresse suivante : collectifcrulh@gmail.com.

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 25 février 2024 (minuit).
Les propositions retenues donneront lieu à des présentations orales de 20 à 25 minutes, suivies de questions.

Une publication des actes de la journée d’études sur le carnet Hypothèses du collectif des jeunes chercheurs du CRULH (https://cjccrulh.hypotheses.org) sera proposée sur le principe du volontariat.

Journée parrainée par : Christine BARRALIS, maîtresse de conférences en histoire médiévale et Delphine FROMENT, maîtresse de conférences en histoire contemporaine

Organisation (collectif des jeunes chercheurs du CRULH) : Julie BELLOTTO, Arthur FAGNOT, Elise BIDON, Raphaël TOURTET, Lylian ETIENNE, Quentin JEANMICHEL, Chloé DAGNOLO.

Télécharger l’appel à communication complet ici.

 

De Burgos à Bordeaux. Regards sur les mariages royaux de 1615

 

Catalogue de l’exposition De Burgos à Bordeaux: regards sur les mariages royaux de 1615, présentée au Musée national du château de Pau (17 novembre 2023 – 20 mai 2024).

Annoncées en janvier 1612, les doubles fiançailles voulues par Marie de Médicis furent célébrées par trois jours de festivités à Paris, du 5 au 7 avril, dont l’apothéose fut un ballet équestre, le « carrousel de la gloire », place royale (actuelle place des Vosges), qui connut une extraordinaire renommée.

Les fêtes de 1615 furent plus extraordinaires encore et devaient durer plusieurs semaines, des deux côtés des Pyrénées. Arrivée le 7 octobre à Bordeaux, la cour n’en repartit en effet que le 17 décembre suivant. Des circonstances exceptionnelles pour la capitale de la Guyenne, qui reçut somptueusement son jeune roi, avec force entrées solennelles, réceptions, discours, tournois, ballets, feux d’artifices et même bataille navale.

Ouvrages imprimés, estampes et médailles, présentés dans l’exposition, reprirent à l’envi le récit de ces journées, magnifiant l’événement et la monarchie française, diffusant aussi un message éminemment politique qu’il s’agit de décrypter. Ces œuvres viennent en grande partie du riche cabinet d’arts graphiques du Musée national, mais sont complétées des prêts de plusieurs institutions françaises.

Lien vers le Musée national du château de Pau.

Revue Seizième siècle (23), automne 2023

Seizième siècle (23), automne 2023

Varia

Sous la direction scientifique de Anne RÉACH-NGÔ et Anne ROLET
Sommaire

Marie BOUHAÏK-GIRONÈS et Mario LONGTIN, Un mystère ne s’improvise pas. De l’organisation des jeux par personnages au XVIe siècle

Clément SALIOU, Que peuvent encore nous apprendre les archives sur les mystères au XVIe siècle ?

Guy-Michel LEPROUX, Les « mystères profanes » joués à l’hôtel de Bourgogne dans la seconde moitié du XVIe siècle

Élyse DUPRAS, Le mystère des trois doms : violence amplifiée, violence absorbée

Alice TACAILLE, Trois mystères et leur liturgie

Xavier LEROUX, D’un mot ilz en font troys : du vers et de la prose dans l’écriture du texte dramatique au Moyen Âge

Lien vers l’éditeur, Librairie Droz.

Nuits de la lecture, autour des blasons du corps, archives nationales, 20 janvier

Dans le cadre de la 8e édition des Nuits de la lecture dont le thème est cette année le corps, les Archives nationales, en partenariat avec la Société française d’étude du seizième siècle (SFDES), invitent à revisiter par le slam, la musique et le spectacle, le genre des « blasons du corps » mis à l’honneur par les poètes du XVIe siècle, après la publication en 1535 du poème du « Beau Tétin » de Clément Marot.

À cette occasion deux propositions seront présentées dans les salons de l’hôtel de Soubise et à la bibliothèque.

17 h 30 dans le salon ovale du Prince à l’hôtel de Soubise : lectures à haute voix de poèmes du XVIe siècle, par le slameur Kwal, l’ensemble de musique ancienne Doulce mémoire, Luce Albert, maître de conférences à l’Université d’Angers, accompagnée de deux de ses étudiants, Clarisse Zurek et Antoine Brémaud. 40 min.

18 h à la bibliothèque : présentation d’ouvrages autour de la poésie du XVIe siècle

18 h 30 dans le salon ovale du Prince à l’hôtel de Soubise : lectures à haute voix de poèmes du XVIe siècle, par le slameur Kwal, l’ensemble de musique ancienne Doulce mémoire, Luce Albert, maître de conférences à l’Université d’Angers, accompagnée de deux de ses étudiants, Clarisse Zurek et Antoine Brémaud. 40 min.

19 h 30 dans le salon ovale du Prince à l’hôtel de Soubise : spectacle Le petit traité du plaisir qui met oubli à la mort par Nicolas Raccah. 1h30 – À partir de 16 ans

19h 45 à la bibliothèque : lectures à haute voix de poèmes du XVIe siècle, par le slameur Kwal, l’ensemble de musique ancienne Doulce mémoire, Luce Albert, maître de conférences à l’Université d’Angers, accompagnée de deux de ses étudiants, Clarisse Zurek et Antoine Brémaud. 40 min.

Inscription obligatoire : bibliotheque.archives-nationales@culture.gouv.fr

Programme à télécharger ici.

La société d’Ancien Régime, Documentation photographique

Isabelle Brian et Anne Conchon, La société d’Ancien Régime, Documentation photographique, Paris, CNRS éditions, 2023, 63 pages, 11 euros.

Ce dernier volume de la Documentation photographique, rédigé par Isabelle Brian et Anne Conchon, toutes deux professeures d’histoire moderne, la première à l’université de Lorraine, la seconde à l’université Paris 1-Sorbonne, est particulièrement réussi et stimulant. S’il s’attache à restituer la complexité de la société d’Ancien Régime et les mobilités qui participent à ses évolutions, il cherche aussi à rappeler le poids des contraintes conjoncturelles (aussi bien environnementales, économiques ou politiques) comme celui des conceptions religieuses et de l’imaginaire social. Ainsi, ce numéro s’inscrit-il dans le renouvellement des approches historiographiques récentes qui cherchent à se dégager d’un débat uniquement focalisé sur les ordres, donnant une place exagérée aux catégories juridiques et au contexte économique, au détriment des parcours individuels et des communautés qui structurent cette société d’Ancien Régime. Au fil des pages, se dégage ainsi « un éventail de profils sociaux » comme l’écrivent les auteurs, de l’artisan au bourgeois, du domestique à ses maîtres, de l’évêque à la moniale, du grand négociant des ports atlantiques à l’esclave des îles à sucre. Toutefois, tout en dessinant ces parcours individuels, le volume parvient à souligner les liens de dépendance et de solidarité, de crédit, de fidélité, mais aussi les conflits et les fractures qui traversent ces communautés humaines. Structuré autour d’une riche introduction qui met bien en exergue les enjeux du volume, le numéro se déploie ensuite autour d’une série de thématiques variées (« Les sociétés face à leur environnement », « Marginalités », « Les enfants », « Le grand âge »…) illustrées par des iconographies riches et toujours pertinentes. Sans proposer une étude exhaustive, défi impossible à relever en 63 pages, ce volume plaide avec brio pour un nouveau regard sur la société d’Ancien Régime qui apparaît comme définitivement traversée par des mobilités multiples et des dynamiques constantes et profondes.

Marie Barral-Baron

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (xiie-xviie siècles). 2 avril 2024

Journée d’étude – appel à communication

 Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (XIIe-XVIIe siècles)

 2 avril 2024, Maison de la Recherche, salle de colloque 2, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence

Jacques Savary, Le parfait négociant, frontispice de l’édition de 1675 ©BnF

 Université Aix-Marseille, laboratoire du CIELAM
Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

 

Présentation du projet

 Principalement adressée aux littéraires, aux historiens ou encore aux géographes, cette manifestation scientifique proposera une réflexion sur les voyageurs marchands au cours de la période s’étendant du xiie au xviie siècle en se fondant sur un corpus de récits et journaux de voyage, de carnets de bord, de manuels pour marchands, ou encore de notations chiffrées relatives aux transactions commerciales opérées par les voyageurs[1]. Il s’agira d’analyser les récits et retours d’expériences de voyageurs marchands ainsi que la manière dont ceux-ci témoignent de leurs pratiques mais aussi de l’état des voies du commerce, de la création ou de l’évolution de réseaux d’échanges ou encore de la circulation de denrées et d’objets en tous genres.

Argumentaire

S’il existe plusieurs études pluriséculaires sur le commerce international, rares sont celles qui proposent une analyse de l’évolution des pratiques de commerce et de leur représentation sur une large période, du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle. En effet, de nombreux travaux portent sur les impacts de l’ère industrielle et de la mondialisation aux xixe et xxe siècles. Certaines études se sont également consacrées à l’analyse de l’évolution du commerce lors de l’époque moderne. Parmi ces dernières, la plupart se sont concentrées sur une période située soit de l’extrême fin du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle, soit du xviie ou du xviiie siècle à nos jours. Ainsi en est-il de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Les Jeux de l’échange[2] de Fernand Braudel, ou, plus récemment, de Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, xvie-xviiie siècle)[3]. La question spécifique de la circulation d’objets a par ailleurs donné lieu à plusieurs ouvrages collectifs dirigés par Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou[4], qui étudient notamment les phénomènes de transferts culturels et la mondialisation impliqués par ces déplacements. Quant à la période médiévale, elle a souvent fait l’objet d’un traitement indépendant. Ainsi, le système économique médiéval a par exemple été étudié par Jacques Le Goff, dans Le Moyen Âge et l’argent, tandis que les ouvrages Levant trade in the later Middle Agesd’Eliyahu Ashtor et De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge de Jacques Favier ont plus particulièrement analysé les échanges commerciaux entre divers territoires.

En premier lieu, l’originalité de cette journée d’étude réside dans le choix d’une approche pluridisciplinaire pour étudier cette question de l’activité commerciale, qui sera appréhendée non pas uniquement à travers le prisme de l’histoire économique, mais aussi en fonction des représentations qu’en livrent les voyageurs eux-mêmes. Cette perspective implique d’associer par exemple les apports des disciplines de l’histoire et de la littérature, à l’instar de ce qu’ont proposé Ҫınla Akdere et Christine Baron dans Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach[5], en invitant leurs lecteurs à considérer la complémentarité des approches économiques et littéraires et en montrant comment la littérature a pu traiter d’économie dès le Moyen Âge. Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson ont également interrogé les frontières entre l’économie et les textes littéraires entre le xviie et le xixe siècles[6].

En second lieu, cette journée d’étude a pour ambition d’embrasser une large période chronologique, qui s’étendra du xiie au xviie siècle, réunissant le Moyen Âge et la période moderne, généralement traités séparément. Si la majeure partie des écrits viatiques médiévaux qui nous sont parvenus proviennent de pèlerins et de missionnaires, certains marchands, à l’instar du célèbre Marco Polo, ont également pu laisser à la postérité des récits ou des traces écrites de leurs voyages. En outre, le xie et le xiie siècles sont marqués par un essor démographique et urbain important en Occident et par le développement de pôles et d’acteurs majeurs (Venise, Gênes, la ligue hanséatique…) dans le commerce international. D’un point de vue linguistique et littéraire, le tournant du xiie au xiiie siècle peut être intéressant car il mène, selon Friedrich Wolfzettel, à l’émergence d’« un discours du voyageur autonome[7] », notamment du fait de « l’appropriation intellectuelle de l’Asie[8] ».

L’élargissement du territoire des échanges consécutif de la découverte du Nouveau Monde – où se développent par exemple la traite du bois de brésil, de morue et de queues de castors au début du xvie siècle – et l’inflation constante de la production de la littérature viatique tout au long du xviie siècle[9] justifient la prise en compte de la première modernité dans le champ de notre étude. Nous retiendrons la fin du xviie siècle comme borne chronologique finale, la liquidation de la Compagnie des Indes orientales marquant l’avènement d’une nouvelle ère. En effet, la multiplication de compagnies de commerce privées va de pair avec une accélération et une systématisation des échanges qui marquent le développement de ce que d’aucuns ont qualifié de « protomondialisation[10] » ou de « protocapitalisme[11] ».

Axes de recherche

Axe 1 – Les routes terrestres et maritimes

Cet axe est centré autour de l’émergence ou de l’évolution de voies commerciales compte tenu de divers événements historiques, politiques voire religieux. Par exemple, après la prise de Saint-Jean d’Acre, certains voyageurs occidentaux, contraints de traverser des pays musulmans, ont dû avoir recours à des pratiques de dissimulation, comme le fait de prendre l’habit étranger. Juste Lipse, dans sa lettre à Philippe de Lannoy, érigera d’ailleurs en principe fondamental du voyage le fait de masquer son identité pour se déplacer en dehors de son pays[12]. Le développement de voies maritimes a également pu être considéré comme une solution de contournement des voies terrestres. Il s’agira donc d’envisager ces deux types de voies (terrestres et maritimes) et de voir ce qu’elles impliquent en termes de choix stratégiques et d’enjeux. Il conviendra aussi d’analyser les propos des marchands sur la praticabilité des différentes voies et sur les dimensions concrètes liées aux trajets empruntés : conditions de passage des frontières, droits de douane, passeports et laissez-passer, ou encore nécessité de déguisements, voire de réinvention de soi. Les voies maritimes nous permettront aussi d’inclure dans l’analyse le commerce avec l’Amérique.

 

Axe 2 – La circulation de denrées et d’objets

Des études pourront être menées sur la circulation des objets entre les différentes aires géographiques. Il s’agira alors de s’intéresser à la nature des produits acheminés et vendus (pierres précieuses, soies, épices, drogues, aliments…) et d’analyser les spécificités du commerce lié à la vente de tel ou tel objet. Le commerce de matières ou de denrées particulières sous-tend en outre le développement de toute une économie locale (la recherche de diamants en Inde orientale, la culture du sucre aux Antilles…), qu’il sera intéressant d’étudier. Des analyses pourront également être consacrées à la manne économique qu’a pu représenter le commerce international pour les marchands voyageurs et pour les personnes avec qui ils ont fait affaire. L’adoption de nouvelles habitudes de consommation ou le développement de nouveaux métiers impliqués par les circulations de denrées et d’objets pourront aussi être abordés.

 

Axe 3 – Les réseaux et comptoirs commerciaux

 En lien avec les axes 1 et 2, cet axe envisage la création et l’évolution de réseaux commerciaux, plus ou moins spécifiques : réseaux pour la vente d’épices, de soieries, d’animaux. Ainsi, dans le Devisement du monde, Marco Polo évoque par exemple l’export de chevaux arabes depuis la Perse vers l’Inde ou l’océan Indien. De même, Jacques Cartier et, plus tard, Marc Lescarbot font référence à un réseau établi pour la traite du castor et de la morue en Amérique dès le début du xvie siècle. La mise en place du réseau de la traite d’esclaves pourra également faire l’objet d’une étude. Enfin, l’intégration de comptoirs commerciaux au sein des réseaux et la pérennité de ces derniers pourront être analysés.

 

Axe 4 – Les négociations, échanges et monnaies

 Les voyageurs marchands ont nécessairement été confrontés à la question de la conversion et de la monétisation. Dans le Devisement du monde, par exemple, Marco Polo indique plusieurs fois la valeur d’un objet dans une monnaie italienne (le besan d’or, le florin d’or, le marc d’argent…) afin d’offrir à son lecteur la possibilité d’évaluer le marché en Orient. Il explique également à ce dernier le fonctionnement de la monnaie de papier dans l’Empire du Grand Khan ou encore un système de monnaie locale à base de coquillages blancs, dans le Yunnan. Jean-Baptiste Tavernier, quant à lui, insère dans son récit de très nombreuses planches représentant les monnaies des pays d’Orient dans lesquels il commerce. Une attention toute particulière peut ainsi être portée par les commerçants aux monnaies locales et aux pratiques d’échanges et de négociations.

 

Axe 5 – La condition et l’éthos du voyageur marchand

 Cet axe propose d’étudier plus spécifiquement la figure du voyageur marchand, ses pratiques et ses valeurs, en s’attachant à la spécificité de l’expérience marchande en voyage, qui nécessite par exemple le recours à des truchements ou l’apprentissage de langues étrangères. Par ailleurs, en tant que personnes intermédiaires entre plusieurs civilisations, les marchands voyageurs bénéficient parfois de régimes d’exception pour franchir des barrières géographiques, mais aussi civilisationnelles et sociales. En outre, il pourra être intéressant de questionner la représentation que le voyageur fait de son expérience marchande, en restituant notamment certaines scènes de négociation, élaborant dans le récit un éthos de marchand. Ce récit d’activité marchande peut également prendre des allures d’art de marchander dans lequel le voyageur dispense aux futurs voyageurs des conseils pratiques à mettre en œuvre. Enfin, pourront être interrogées les valeurs associées à cette activité marchande, comme celle du profit, et leur compatibilité avec les axiologies catholiques et protestantes.

D’autres réflexions pourront venir étayer les axes de recherche de cette problématique.

 

 Modalités de participation

Les propositions de communication d’environ 300 mots accompagnées d’une brève biobibliographie sont à envoyer aux organisatrices avant le 1er février 2024.

Mathilde MOUGIN, mathilde.mougin@univ-amu.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Modalités de prise en charge

 Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.

Comité scientifique

 Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS)

Danièle James-Raoul (Université Bordeaux Montaigne)

Olivier Raveux (CNRS)

Sylvie Requemora (Aix Marseille université)

[1] Voir par exemple le manuscrit du récit du voyage que Tavernier fait à Berlin : « Récit succint du voyage que moy Tavernier ay fait partant de Paris le 19 avril 1684. Pour aller aupres de son Altesse Electorale de Brandebourg A Berlin », Aix-en Provence, Bibliothèque Méjanes, Ms. 1045.

[2] Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Tome 2, Les Jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1980.

[3] Albrecht Burkardt, Gilles Bertrand et Yves Krumenacker (dir.), Commerce, voyage et expérience religieuse : xvie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

[4] Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, L’Épicerie du monde, Paris, Fayard, 2022 ; Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Le Magasin du monde, Paris, Fayard, 2020. Voir également Christophe Bouneau et Michel Figeac (dir..), Circulation, métissage et culture matérielle (xvie-xxesiècles), Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2017 ou encore Ariane Fennetaux, Anne Marie Miller Blaise et Nancy Oddo (dir.), Objets nomades, Turnhout, Brepols, 2021.

[5] Ҫınla Akdere et Christine Baron, Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach, London, Routledge, 2018.

[6] Voir par exemple Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson, Les Frontières littéraires de l’économie (xviie-xixe siècles), Paris, Éditions Desjonquères, 2008.

[7] Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur, Paris, PUF, 1996, p. 121.

[8] Ibid, p. 121.

[9] Pierre Martino explique qu’« aux environs de 1660, le nombre des relations de voyage doubla tout à coup, et que la faveur du public pour ce genre de livres ne fit que croître ensuite », Pierre Martino, L’Orient dans la littérature française au 17e siècle et au 18e siècle, Genève, Slatkine, [1906] 1970, p. 53.

[10] François Chaubet, « Histoire des mondialisations avant 1820-1840 : mondialisation archaïque et protomondialisation », François Chaubet (éd.), La mondialisation culturelle, Presses Universitaires de France, 2018, p. 9-31.

[11] Roland Pfefferkorn, « Une remontée dans le temps aux sources du capitalisme. Sur Le Premier Âge du capitalisme (1415-1763) d’Alain Bihr », La Pensée, vol. 400, n. 4, 2019, p. 113-121.

[12] « Fay moy le Cretois parmi les Cretois »,art Juste Lipse, « Lettre de Juste Lipse à Philippe de Lannoy du 3 avril 1578 (De Ratione cum fructu peregrinandi), traduite par Anthoine Brun à Lyon (1619) », dans Normand Doiron (éd.), L’art de voyager : le déplacement à l’époque classique, art. cit., p. 215.