Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024)

 

La tragique disparition de Gaylord Brouhot à l’âge de 42 ans laisse un vide considérable. Je l’ai personnellement connu lorsqu’il suivait un des Travaux Dirigés que je donnais alors à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Néanmoins, la rencontre amicale n’eut pas véritablement lieu à cette époque mais au moment où il choisit de s’inscrire en thèse d’histoire de l’art et de se spécialiser sur la Renaissance italienne. Loin de suivre une méthodologie tracée d’avance, Gaylord va alors profondément enrichir notre discipline car il n’arrive pas seulement avec son bagage académique très conséquent. En effet, s’il décide de consacrer sa thèse aux costumes dans les portraits des Médicis, c’est en apportant à ce sujet son expertise unique dans les industries du luxe et, en particulier, sa connaissance de l’histoire des tissus et de la mode. On lui doit ainsi la notion si stimulante de « portrait du costume ».

Gaylord a travaillé avec et sur les grands groupes de mode contemporains, et a longtemps enseigné dans le cadre de la formation à ces métiers, tout en assumant également des charges de cours portant sur une histoire de l’art plus classique. Attaché Temporaire de Recherche à l’université Paris 1 puis à l’université Rennes 2, il était très apprécié par les étudiants auxquels il savait transmettre sa passion, son savoir et la finesse d’observation qui le caractérisait. Son expertise lui avait valu d’être consulté lors de la rénovation des tentures du Studiolo de Ferdinand de Médicis à la Villa Médicis – qui l’a accueilli plus tard comme pensionnaire. Personne mieux que lui ne savait parler avec précision, enthousiasme et chaleur de la trame des tissus, des techniques de teinture propres à la Renaissance, de l’origine des effets moirés ou des circulations de goût entre cours, comme des variations de terminologie qui rendent la compréhension des archives si délicates. Sa générosité faisait de lui un passeur entre deux mondes qui se parlent difficilement.

La même expertise lui a fait jouer un rôle cardinal dans la reconstruction de la rencontre du Camp du Drap d’Or ou dans l’investigation des contacts entre la cour de François Ier et l’Italie. Elle lui a encore permis de développer une histoire stimulante de la braguette à la Renaissance. En parallèle du travail colossal qui a abouti à sa thèse de doctorat méticuleuse et foisonnante, Gaylord n’a jamais hésité à sortir de son champ propre pour devenir un compagnon de pensée précieux à de nombreux interlocuteurs, comme lors du colloque sur la sculpture dans le Nord de l’Europe à l’époque moderne.

Se situant avec une grande délicatesse au-delà des luttes intestines propres au milieu académique, Gaylord a ainsi su tracer un itinéraire fidèle à ses amitiés. Il est bien difficile de dire adieu à sa douceur et à sa joie radieuse sous le soleil provençal de Vaugines, terre de son cœur.

Joana Barreto

université Lumière Lyon 2



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2024, 17 mars). Hommage à Gaylord Brouhot (1981-2024). SFDES. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w15k