Hommage à Géralde Nakam (1932-2023)

Géralde Nakam (1932-2023)

 

 

Nous avons la tristesse d’annoncer le décès de Géralde Nakam, grande et haute figure des études montaignistes, qui s’est éteinte le 9 décembre 2023, à l’âge de 91 ans.

Géralde Nakam était née en 1932 en Algérie, pays qui l’a fort marquée et dont elle a gardé toute sa vie la nostalgie, plus précisément près d’Oran, dans la ville de Mascara, où elle a accompli de brillantes études primaires et secondaires. Le seul roman qu’elle a jamais publié, D’un bout à l’autre, paru en 2011, est tout imprégné des lumières de cette partie de la Méditerranée et de cette culture juive sépharade dont elle était issue, et qu’elle revendiquait, sans bigoterie aucune toutefois.

Elle n’a gagné la métropole qu’une fois ses deux baccalauréats en poche, au début des années cinquante, pour entamer des études de Lettres classiques en classes préparatoires puis à la Sorbonne. À peine reçue à l’agrégation des Lettres, elle prit à la rentrée 1956 son premier poste d’enseignement en tant que professeure agrégée au lycée de jeunes filles d’Épinal. Ayant alors inscrit une thèse d’État en Sorbonne sous la direction de V.-L. Saulnier, elle devint toutefois rapidement, à la rentrée universitaire 1967, assistante chargée des fonctions de maîtresse-assistante à l’université d’Amiens. Deux ans plus tard, elle y accède au rang de maîtresse-assistante de littérature française, avant d’obtenir sa mutation en juin 1970 à la faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris. Elle choisit alors d’enseigner à Paris III-Sorbonne nouvelle, l’une des sept universités créées à la suite de l’éclatement de l’université de Paris.

En avril 1980, elle soutient en Sorbonne son impressionnante et importante thèse d’État de quelque mille trois cents pages, ce qui lui permet d’obtenir en 1983 un poste de professeur des universités en grammaire et philologie française et technique d’expression à l’université Toulouse II. Un poste qu’en raison de graves problèmes de santé, elle n’occupera guère, avant de parvenir dès l’année suivante à obtenir sa mutation sur une chaire de professeur de langue et littérature françaises, et de retrouver l’université de Paris III, où elle demeurera onze nouvelles années, du 1er septembre 1984 jusqu’en janvier 1995, moment où elle a fait valoir ses droits à la retraite.

Durant cette longue retraite, qui a malheureusement été assombrie par de trop nombreux problèmes de santé, si elle a continué de publier, Géralde Nakam a su aussi cultiver un otium literatum fait de beaucoup de musique (elle a joué du piano jusqu’à ce que l’arthrose l’en empêche après 2016 ; elle a beaucoup fréquenté, et jusqu’à un âge très avancé, les salles de concert parisiennes et l’opéra), de force lectures (elle se passionnait pour les littératures étrangères contemporaines), spectacles (elle se tenait très informée des dernières sorties cinématographiques et des plus récentes mises en scène théâtrales), et expositions, prête à traverser tout Paris, en dépit de ses difficultés de déplacement, pour voir, ou revoir, les toiles de tel ou tel peintre. Comme le montre le dernier ouvrage qu’elle a donné, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, où elle entrecroise des portraits de personnages singuliers qu’elle a pu rencontrer et ceux des chats qu’elle a chéris, très attachée à la nature et aux animaux, lorsqu’elle ne résidait pas dans son appartement du boulevard Arago, Géralde Nakam trouvait refuge dans sa maison du Gard, ce qui lui donnait l’occasion de revoir sa chère Méditerranée.

Même si elle a par exemple donné une édition pionnière de l’Histoire mémorable du siège de Sancerre de J. de Léry, et publié force articles sur Rabelais, Ronsard, Du Bellay, Aubigné ou Du Bartas (dont certains ont été réunis dans ses Chemins de la Renaissance en 2005), son principal centre d’intérêt aura résidé dans Les Essais : voir encore son très beau Montaigne, la Manière et la matière (1992), ainsi que Le dernier Montaigne (2002). Le grand apport du patient et immense travail critique de Géralde Nakam aura été d’arracher la figure de Montaigne à sa tour, trop souvent considérée par la critique antérieure comme une tour d’ivoire, et d’avoir démontré que ce livre unique était en prise directe avec les troubles et les réalités cruelles de son temps.

Sa thèse comportait ainsi deux livres, qui ont été publiés après la soutenance de 1980 : l’un, historique et chronologique, Montaigne en son temps : les événements et les Essais (1982) ; l’autre, thématique et analytique, Les Essais, miroir et procès de leur temps (1982). Tous deux sont devenus des ouvrages de référence, et ont rejoint avec ceux de Villey, Frame, Friedrich ou Starobinski les grands classiques de la critique montaignienne. L’un et l’autre ont été conçus de façon à mettre la réflexion de Montaigne en relief : la création et l’apport des Essais se détachent sur un contexte, constitué d’un côté des faits et des témoignages du temps, de l’autre des idées, théories ou opinions qui avaient cours du vivant de Montaigne. Autant de gestes, d’actions, d’analyses et de réflexions dont Montaigne se démarque. Pour reprendre les derniers mots de Géralde Nakam elle-même lorsqu’elle a présenté cet immense travail : « La force, la beauté du livre viennent de ce qu’il s’écrit, de façon de plus en plus consciente, “par disconvenance aux meurs présentes de nostre estat”, comme le rappelle Montaigne lui-même. »

Michel Magnien

Université Sorbonne nouvelle

 

 

Ouvrages mentionnés

G. Nakam, Au lendemain de la Saint-Barthélemy : guerre civile et famine, suivi de Jean de Léry, Histoire mémorable du siège de Sancerre (1573), édition par G. Nakam, Paris, Éditions Anthropos, 1975 ; rééd. : Genève, Slatkine, 2000.

G. Nakam, Montaigne en son temps : les événements et les Essais, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. : Paris, Gallimard, « Tel », 1993.

G. Nakam, Les Essais de Montaigne, miroir et procès de leur temps : témoignage historique et création littéraire, Paris, A.-G. Nizet, 1982 ; rééd. révisée : Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2001.

G. Nakam, Montaigne, la Manière et la matière, Paris, Klincksieck, 1991.

G. Nakam, Le dernier Montaigne, Paris, H. Champion, « Études montaignistes », 2002.

G. Nakam, Chemins de la Renaissance, Paris, H. Champion, « Études et essais sur la Renaissance», 2005.

G. Nakam, D’un bout à l’autre, Biarritz, Séguier, 2011.

G. Nakam, Dans la forêt d’une vie… Des arbres, des hommes et des bêtes, Limours, Les Éditions Héliomir, 2014.



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2024, 4 février). Hommage à Géralde Nakam (1932-2023). SFDES. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr49