Claude Thiry (1943-2023)

In memoriam

Claude Thiry (1943-2023)

 

Décédé le 3 novembre 2023, Claude Thiry était né quatre-vingts ans plus tôt, dans une région liégeoise à laquelle il est resté attaché toute sa vie. Son goût de l’ailleurs se manifesta toutefois très tôt, puisque dès le début de ses études dans les années 1960, il effectua plusieurs séjours aux États-Unis, en particulier au prestigieux département de Romance Languages and Literatures de l’Université de Princeton. De cette expérience alors rare, Claude Thiry retint l’enrichissement qu’apportent les rencontres internationales tout en affirmant précocement un talent d’explorateur des sentiers peu frayés de l’histoire littéraire : son premier travail de recherche, sous la direction d’Alfred Foulet (1900-1987), fut consacré à Jean Lemaire de Belges. Licence de philologie romane en poche et devenu chercheur au Fonds national de la Recherche scientifique belge en 1967, il réalisa ensuite, sous la direction de Maurice Delbouille (1903-1984), une thèse pionnière sur la déploration funèbre en français aux XVe et XVIe siècles (1973). D’elle sont issus ses deux premiers ouvrages de référence : l’édition critique du Mémoire et épitaphe de Ferdinand d’Aragon [1516], en 1975, qui fit redécouvrir l’œuvre de Nicaise Ladam, poète et roi d’armes de Charles Quint ; et l’importante monographie La Plainte funèbre, accueillie en 1977 dans la collection de la Typologie des sources du Moyen Âge occidental.

La carrière de Claude Thiry entra dès lors de plain-pied dans le monde de l’enseignement et de la recherche. Chargé de cours à l’université de Liège (1978), il y fut nommé par la suite professeur, poste transformé, à partir de 1991, en un ordinariat en langue et littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, partagé entre Liège et l’université catholique de Louvain. Ce positionnement au croisement de cultures universitaires, de périodes historiques et d’approches méthodologiques que d’aucuns auraient jugées peu conciliables traduit la mobilité intellectuelle et les qualités de passeur de Claude Thiry. Philologue aussi bien qu’historien, ce maître incontesté des cultures bourguignonnes s’est intéressé à tous les genres et à toutes les dimensions de la littérature en français au temps des Valois et des Habsbourg. De l’écriture de l’histoire aux scènes de théâtre, de Villon à Marot, des poèmes de circonstance sur Pavie aux manuels de danse dédiés à Marguerite d’Autriche, la douzaine d’ouvrages et la centaine d’articles qu’il a publiés témoignent de la curiosité boulimique d’un chercheur aussi doué pour dénicher des inédits que pour penser les pratiques d’écriture et de lecture des XVe et XVIe siècles dans leur globalité, en se jouant de la mythique frontière entre Moyen Âge et Renaissance.

Un intellectuel d’une telle envergure, qui plus est doté d’une langue virtuose et d’un humour ravageur, ne pouvait qu’impressionner les générations d’étudiants et d’étudiantes de Wallonie que Claude Thiry forma inlassablement jusqu’à sa retraite. Donner accès aux savoirs était, chez lui, une vraie passion. Aussi nombre de ses livres ont-ils pour destinataires le lectorat estudiantin et un public élargi, qu’il s’agisse de son édition de Villon (1991) qui fit date, des traductions de Chastelain qu’il donna dans Splendeurs de la cour de Bourgogne (1995) ou de son Anthologie de la littérature française du Moyen Âge (2002), à laquelle il associa ses élèves.

Tout au long de sa carrière, Claude Thiry fut l’inspirateur de groupes de recherche qui marquèrent l’histoire de l’université belge et, plus largement, des études françaises internationales. Président, de 1993 à 2001, du fort interdisciplinaire Institut d’études médiévales de l’UCL, il fut aussi le fondateur du Groupe de recherche sur le Moyen Français. Aussitôt surnommé Groumf par son créateur en un clin d’œil ironique aux Schtroumpfs de Peyo, ce groupe rassembla pendant plusieurs années des doctorants et doctorantes – des « groumfettes » dont je fus –, enthousiasmés par la finesse de lecture et portés par la vitalité d’un « chef » dont le soutien amical aux jeunes fut constant. C’est donc sans surprise sous le signe de l’amitié que fut placé Quant l’ung amy pour l’autre veille, le volume de mélanges offert à Claude Thiry en 2008 et qui s’ouvre par une présentation étoffée de sa bibliographie et de son parcours (p. 10-23).

L’œuvre critique de Claude Thiry, inventive et souvent pionnière, est en effet indissociable des réseaux scientifiques qu’il a inlassablement maillés, depuis la Belgique, à travers l’Europe et outre-Atlantique. Ces « pierres vives », qu’en bon Liégeois il aimait qualifier de « briques », sont au fondement de l’actuel renouveau international des études sur les littératures en français au tournant des années 1500.

Estelle Doudet

Université de Lausanne

ORCID 0000-0002-4072-0913



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2024, 29 janvier). Claude Thiry (1943-2023). SFDES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpqv