Marie Madeleine Fontaine (1940-2024)

 

Marie Madeleine Fontaine,

de Rouen à Paris et à Lille

(1940-2024)

 

Marie Madeleine sans trait d’union, un double prénom plutôt qu’un prénom double, vient de disparaître à Paris à l’âge de 84 ans. C’était l’une des seiziémistes les plus remarquables de notre communauté, et l’une des professeures d’université les plus appréciées. De cette agrégée de lettres classiques, ancienne élève de l’École normale supérieure de Sèvres, promotion de 1960, la carrière universitaire s’est déroulée tour à tour à Rouen, à Paris et à Lille. À Rouen tout d’abord, puis à la Sorbonne, où elle a été maître-assistante, puis maître de conférences, à Lille enfin où s’est achevée sa carrière et où elle a été professeure des universités pendant quelque dix ans, dirigeant de nombreuses thèses, organisant plusieurs colloques, exerçant un rayonnement véritablement international. Des Mélanges originaux, qui lui ont été offerts en 2015 sous le titre de Textes au corps, ont couronné cette tardive et fructueuse carrière.

Tout commence pour ainsi dire à la fin des années soixante-dix. En mars 1979, par une claire et froide journée de début de printemps, Marie Madeleine présentait au CESR de Tours, à l’occasion d’un colloque sur les nourritures à la Renaissance, organisé par Jean-Claude Margolin et Robert Sauzet, une communication sur «L’alimentation du jeune enfant au XVIe siècle ». Mon propos d’alors était beaucoup plus sanglant, puisque je traitais de « Catholiques et Cannibales ».

Mais c’est l’année suivante que nous fîmes vraiment connaissance, à l’occasion de la rédaction du Dictionnaire des littératures de langue française, en préparation aux Éditions Bordas. Jean-Pierre de Beaumarchais, descendant de l’illustre écrivain, était, avec Daniel Couty, et sous l’autorité d’Alain Rey, l’un des directeurs de cette vaste entreprise, d’abord publiée en trois, puis en quatre volumes. Il m’avait confié la tâche, en 1979, de traiter la partie Renaissance de cet immense ouvrage. Comme, après plusieurs articles, je renâclais au labeur et finis par ne plus faire grand chose, Beaumarchais et son compère Couty décidèrent de s’adresser à leur collègue femme de Rouen, contre laquelle, au départ, ils nourrissaient quelque prévention. Quand j’appris indirectement que la direction de la partie Renaissance m’était retirée, j’appelai en colère Jean-Pierre, qui protesta, s’excusa à demi et me dit que de toute manière on ne pouvait continuer ainsi. Une réunion fut organisée avec Marie Madeleine et moi au domicile de Jean-Pierre, dans l’immeuble ancien de la rue du Cherche-Midi où il résidait. L’entrevue fut des plus orageuses, mais en vérité des plus fructueuses. Nous parvînmes, non sans difficulté, à distribuer entre nous la vaste matière qu’il restait à traiter. Après deux heures d’une discussion parfois véhémente, Marie Madeleine, les larmes aux yeux, me lança, avant de disparaître : « Frank, je t’ai tout cédé ! »

Nous nous mîmes au travail, chacun de son côté. Semaine après semaine, jour après jour, nous étions à la Bibliothèque nationale de la rue de Richelieu, nous croisant dans la salle souterraine des catalogues, ayant de nombreux amis de rencontre et quantité de fichiers à consulter. Si l’on en croit la bibliographie qui figure en appendice de Textes au corps, le volume de Mélanges qui lui fut offert en 2015, Marie Madeleine Fontaine rédigea quelque soixante-dix neuf articles pour ce Dictionnaire des Littératures, soixante-dix neuf articles qui vont d’Amadis de Gaule à Jacques Yver, en passant par Rémy Belleau, Hélisenne de Crenne, Étienne Dolet, Joachim Du Bellay, Étienne Jodelle, Louise Labé, Clément Marot et Pontus de Tyard. De mon côté, et je ne risque guère de procès posthume pour vantardise déloyale, je ne composai que soixante-six articles, qui portaient principalement sur les voyageurs et les réformés, d’Agrippa d’Aubigné et Jean de Léry à Pierre Viret. Cette entreprise double plutôt que collective nous occupa quelque quatre années, et j’en veux pour preuve le carnet ou le journal des écritures que je tenais à l’époque, remettant chaque mois en mains propres à Jean-Pierre de Beaumarchais une bonne dizaine de feuillets dactylographiés portant sur les auteurs les plus méconnus de la Renaissance. Le Dictionnaire des littératures parut enfin en 1984, avant d’être réimprimé sous une forme augmentée et corrigée en 1987.

Libérée de cette tâche astreignante, Marie Madeleine Fontaine se consacra à sa principale entreprise éditoriale, qui fut Alector ou le coq de Barthélemy Aneau, « histoire fabuleuse » publiée chez Droz en 1996 dans la collection des « Textes littéraires français ». L’extraordinaire de cette édition critique est qu’elle parut en deux forts volumes. Le premier renferme les deux cents pages de cet ouvrage inclassable, tout à la fois « roman et conte pour enfants » qui rapporte « les sept premières années de la vie d’un enfant-coq », «neuf cents ans depuis la fondation du monde », précédées d’une substantielle préface de cent vingt pages ; le second, beaucoup plus volumineux, comprend l’apparat critique approfondi de l’ouvrage, le tout remplissant quelque mille cent vingt pages.

Dans ces mêmes années, Marie Madeleine Fontaine se consacra à l’édition et au commentaire des Petites Inventions de Rémy Belleau, comprises dans l’édition de ses Œuvres poétiques complètes, sous la direction de Guy Demerson, en 1995. De Belleau encore, elle édita, en collaboration avec Guy Demerson, La Bergerie de 1565 (2001). Elle donna aussi une édition de Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes funeralles, un court traité de 1507. Durant la même période, elle composa un élégant et dense petit livre sur Le condottiere Pietro del Monte, philosophe et écrivain de la Renaissance (1457-1509), qui témoigne de sa parfaite connaissance des lettres italiennes. Elle contribua encore à l’édition critique du Printemps d’Yver, réalisée par Marie-Ange Maignan en 2015.

Les arts plastiques font aussi partie des intérêts de Marie Madeleine Fontaine, comme l’attestent ses contributions à cinq catalogues d’exposition, entre 1995 et 2005, notamment sur la gravure française à la Renaissance à la Bibliothèque nationale de France, ou encore sur le jeu de paume au château de Fontainebleau.

Marie Madeleine Fontaine soutint sa thèse d’État à la toute fin du dernier siècle, sous la direction de Nicole Cazauran, thèse jadis entreprise sous la direction du professeur V. L. Saulnier. Rappelons le titre de cette thèse : « La représentation du corps à la Renaissance dans la littérature française (1530-1560) : introduction à l’étude des exercices corporels », thèse qui ne fut pas publiée mais que les travaux antérieurs de Marie Madeleine exploraient à merveille. Le Corps à la Renaissance était l’objet d’un colloque qu’elle avait organisé à Tours en 1987 et dont les actes furent édités en collaboration avec Jean Céard et Jean-Claude Margolin. Ce même corps revient dans le titre d’un stimulant recueil d’articles qu’elle publia en 1993 : Libertés et savoirs du corps à la Renaissance, où il est notamment question du jeu de paume comme modèle des échanges sociaux et de la tarande biscornue du Quart Livre. Et comme on le verra plus loin, ce corps renaissant s’épanouit pleinement dans le recueil d’études qui lui fut offert par ses élèves et amis après son départ à la retraite.

En 2000, Marie Madeleine fut élue professeure à l’université de Lille III, où se déroulèrent les dix dernières années de sa carrière. En fait, il y eut entre nous un échange de lieux. Élu moi-même en 1999 professeur à la Sorbonne, après une décennie passée à Lille, je rejoignis Marie Madeleine à Paris. Nous fûmes collègues un an, qui se déroula sans difficulté particulière. Ce fut la première année où Jean de Léry était au programme de l’agrégation. Selon le partage traditionnel, en usage jadis dans la plupart des universités, j’assurais les cours et elle les travaux dirigés. Sans doute me rapportait-on de temps à autre des propos critiques que Marie Madeleine aurait tenus sur mon édition de l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, mais, la Sorbonne étant à cette époque une école de médisances, je n’y accordai guère d’importance.

Une fois à Lille, Marie Madeleine Fontaine y restaura dans toute leur plénitude les études seiziémistes, suscitant en nombre des vocations de doctorants. Bien des thèses furent soutenues sous sa direction, célébrant la Renaissance dans sa diversité heureuse. À Lille, elle organisa plusieurs colloques, dont Rire à la Renaissance, dont les Actes furent publiés en 2010. Je me souviens de ces étudiantes improvisant à cette occasion un chœur sur l’estrade et chantant avec drôlerie des chansons du XVIe siècle.

À plusieurs reprises, Marie Madeleine me fit revenir à l’université de Lille, pour des soutenances de thèse. Lors de la soutenance de Marine Molins, l’une de ses doctorantes, elle me lança, alors que je prenais la parole en tant que président du jury, un fulgurant : « Frank, tu n’as pas le droit de dire… », avec une telle force et une telle véhémence que j’en restai interdit. Le moment de surprise passé, ce fut un grand éclat de rire dans toute l’assistance. C’était la réplique du fameux « Je t’ai tout cédé » de 1980. Marie Madeleine était ainsi, spontanée, franche, directe. Passé cet éclat, la soutenance de son élève s’acheva le mieux du monde.

Les Mélanges qui lui furent remis en 2015 ne portent pas le titre de Mélanges. Ce sont à vrai dire des Textes au corps, avec tout ce que ce titre implique de sensualité et d’appétit charnel. La Renaissance, ainsi qu’elle la concevait, n’était pas cette période de guerre et de violence haineuse, qu’elle reste pour beaucoup d’historiens, mais un espace de gaîté féconde et stimulante. Sans doute la période qu’elle goûtait tout particulièrement, mais non exclusivement, est la période antérieure aux guerres de Religion, même si avec Jean-Louis Fournel elle a publié Les Mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance.

Le sous-titre du recueil Textes au corps, « Promenades et musardises sur les terres de Marie Madeleine Fontaine », traduit bien la convivialité heureuse qui présida à sa genèse. Ces Textes au corps comportent une partie consacrée à la musique, ou plutôt aux «chansons et facéties », avec notamment une contribution de Frank Dobbins, qui venait de disparaître accidentellement.

L’une des dernières fois que je vis Marie Madeleine, c’était au milieu du boulevard Saint-Michel, à Paris, à la hauteur du jardin du Luxembourg, non loin de son appartement du boulevard Montparnasse. Nous défilions, protestant contre une de ces funestes réformes de l’enseignement supérieur, qui n’ont cessé, au gré des ministères, de dénaturer notre profession. Marie Madeleine se tenait sur le bord de la chaussée, seule, sans nul doute de cœur avec nous, mais mal remise d’une retraite qui ne passait pas. La retraite, dans notre métier, à quelque âge qu’on la prenne, peut être la pire des malédictions, même si elle ne nous réduit pas à une totale inactivité.

Marie Madeleine Fontaine était une grande dame et une professeure à l’autorité stimulante, drôle souvent, farouchement attachée à défendre sa discipline et d’abord ses élèves. Aujourd’hui elle nous manque.

Frank Lestringant

Sorbonne Université

 

Ouvrages mentionnés

Dictionnaire des littératures de langue française, sous la dir. de J.-P. de Beaumarchais, D. Couty et A. Rey, Paris, Éditions Bordas, 1984 ; 2e éd. : 1987.

Le Corps à la Renaissance, Actes du XXXe colloque international de Tours, sous la dir. de Jean Céard, Marie Madeleine Fontaine, Jean-Claude Margolin, Paris, Aux amateurs de livres, 1990.

Marie Madeleine Fontaine, Le condottiere Pietro del Monte, philosophe et écrivain de la Renaissance (1457-1509), Genève-Paris, Éd. Slatkine, 1991.

Marie Madeleine Fontaine, Libertés et savoirs du corps à la Renaissance, Caen-Orléans, Paradigme, 1993.

Barthélemy Aneau, Alector ou le coq. Histoire fabuleuse, édition par Marie Madeleine Fontaine, 2 volumes, Genève, Librairie Droz, « Textes littéraires français », 1996.

Rémy Belleau, Œuvres poétiques complètes, tome I, Petites inventions, Odes d’Anacréon, Œuvres diverses (1554-1561), sous la dir. de Guy Demerson, Paris, H. Champion, 1995 ; tome II, La Bergerie (1565), édition de Guy Demerson et Marie Madeleine Fontaine, Paris, H. Champion, 2002.

Jean Lemaire de Belges, Des anciennes pompes funeralles, texte établi, introduit et annoté par Marie Madeleine Fontaine, avec le concours d’Élisabeth A. R. Brown, Paris, STFM, 2002.

Les Mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance, éd. Marie Madeleine Fontaine et Jean-Louis Fournel, Genève, Librairie Droz, 2015.

Jacques Yver, Le Printemps d’Yver, édité par Marie-Ange Maignan, en collaboration avec Marie Madeleine Fontaine, Genève, Librairie Droz, « Textes littéraires français », 2015.

Textes au corps. Promenades et musardises sur les terres de Marie Madeleine Fontaine, études réunies par Didier Kahn, Elsa Kammerer, Anne-Hélène Klinger-Dollé, Marine Molins et Anne-Pascale Pouey-Mounou, Genève, Librairie Droz, 2015.



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2024, 25 janvier). Marie Madeleine Fontaine (1940-2024). SFDES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo7u