Frank Lestringant, « Ce sont oeuvres de jeunesse, ce sont coups d’essai » Clément Marot, L’Adolescence clémentine

Clément Marot ou l’éternel « adolescent », comme l’indique le titre de son principal recueil, L’Adolescence clémentine, publié en 1532, alors qu’il a déjà trente-six ans et seulement une douzaine d’années à vivre. Cette œuvre, composée tout entière pendant le règne de François Ier, est classée par genres, opuscules, épîtres, complaintes, épitaphes, ballades, rondeaux et chansons. Elle est ici analysée méthodiquement, dans l’ordre du recueil. L’Adolescence clémentine s’inscrit dans le droit fil de la poésie médiévale, tout en la modernisant, la renouvelant et l’ouvrant vers la modernité. Poésie instable que celle de L’Adolescence clémentine, dialogante, effervescente, jamais fixée, toujours répétée, poésie continuée jusqu’à La Fontaine et Voltaire, à redécouvrir de toute urgence aujourd’hui.

Publications des universités de Rouen et du Havre, 2018