God’s armed prophet : Zwingli

Bruce Gordon, God’s armed prophet : Zwingli, Yale, Yale University Press, 2021, 376 p.

C’est une magistrale biographie du réformateur suisse Ulrich Zwingli (1484-1531) que l’historien Bruce Gordon, titulaire de la chaire d’histoire ecclésiastique à l’université de Yale et auteur de plusieurs livres fondateurs sur Calvin et la réformation suisse, brosse dans son nouvel ouvrage.

Particulièrement documentée, cette biographie propose un portrait renouvelé de Zwingli, en s’appuyant sur une lecture attentive des sources, et notamment des relations épistolaires de ce dernier avec ses contemporains. Organisé en douze chapitres successifs, l’ouvrage prend le temps de replacer le prédicateur dans le contexte plus large de la Réforme protestante, en insistant sur la dimension politique de l’œuvre de Zwingli, sa volonté de transformer l’église et la société de Zurich, mais il insiste aussi sur la personnalité complexe du réformateur suisse, homme charismatique, souvent emporté par ses élans de colère et ses décisions inflexibles afin de concrétiser sa vision religieuse singulière. Les premières lignes du livre, qui débutent par la mort de Zwingli en 1531 et la disparition immédiate du corps de ce dernier, puisqu’il est réduit en cendres et mélangé à du sang de cochon (p. 1), donnent le ton de l’ouvrage tout entier : souci du détail et effort de contextualisation permanent. Les titres des chapitres soulignent les moments clés de la vie de Zwingli, mais aussi les paysages et les rencontres qui ont formé l’homme et ont laissé sur lui une empreinte indélébile. Né dans un village des Alpes, nommé Wildhaus, dans la vallée de Toggenburg le 1er janvier 1484, le jeune Zwingli grandit au milieu de ses montagnes élancées vers le ciel et pour lesquelles il gardera toujours un profond attachement. Bruce Gordon décrit l’enfance du futur réformateur, ses études, sa découverte de l’humanisme et des textes antiques à Bâle, son attachement surtout à sa terre natale, pays de héros et de mythes. En 1507, la première histoire de la Confédération suisse, les Chroniques de la louable Confédération, paraît à Bâle, c’est-à-dire un an après que Zwingli ait terminé ses études dans la cité. Or, lorsqu’il devient l’architecte de la Réforme en Suisse, Zwingli n’a rien oublié du passé glorieux de sa nation et se découvre même profondément nostalgique de ce âge perdu qu’il voudrait faire renaître. Imprégné de la Bible et de la sagesse des Anciens, il cherche la voie à suivre pour que le temps des héros puisse rejaillir et il est convaincu que la Réforme autorise ce rêve. Dans ce cheminement intellectuel et spirituel, sa rencontre avec Érasme est décisive : comme l’écrit Bruce Gordon, le prince des humanistes « electrified a young generation of scholars with his call for a return of the sources of the Christian faith » (p. 35). Érasme devient à la fois le mentor et l’ami de Zwingli qui partage avec lui sa lecture de sa philosophie du Christ (philosophia Christi).

Les chapitres qui se succèdent livrent avec une grande régularité une réflexion stimulante et détaillée de la vie et des tourments du réformateur. Le chapitre trois par exemple, intitulé « Disruptive, 1519-1522 », est remarquable tant il décrit avec soin l’arrivée de Zwingli à Zurich : l’atmosphère de la cité est recrée et on croit entendre les sermons du jeune Zwingli dénonçant les mœurs dépravés du clergé face à des familles patriciennes outrées qui résistent à son influence et tente de l’annihiler. Zwingli est peint comme un jeune homme qui hésite encore entre plusieurs directions, pleinement conscient du faible soutien dont il bénéficie dans la population locale. Sa tactique consiste alors à sans cesse attiser ses adversaires dans des débats ouverts qu’il sait être capable de remporter (p. 87). La subtilité de la pensée théologique de Zwingli, ses influences et ses évolutions, est décrite au fil des pages du volume, tout comme sa rupture retentissante et douloureuse avec Érasme (chap. 4 « Divergent visions, 1523-1524 ») et sa relation tourmentée avec Martin Luther. Puis c’est le Zwingli guerrier qui apparaît, celui qui meurt sur le champ de bataille, incapable de contrôler l’élan réformateur qu’il a lancé. Dans de très belles pages, Bruce Gordon redonne vie à ce Zwingli exalté, anxieux, dépassé aussi par la violence qu’il a lui-même engendrée.

Appuyé par un appareil critique simple, mais efficace (une courte chronologie, deux cartes), l’ouvrage offre de belles illustrations couleurs dans son cahier central et des notes riches et détaillées à la fin. Ce portrait sensible et informé de Zwingli est appelé à faire date tant il permet de redonner toute sa place au réformateur suisse trop souvent occulté dans l’historiographie par les figures majeures de Luther et de Calvin. Face à elles, Bruce Gordon propose un Zwingli vivant, fougueux, écartelé entre ses haines et ses amitiés, entre sa connaissance de l’amour du Dieu fait homme des Évangiles et sa fascination pour le Dieu vengeur de l’Ancien Testament, un réformateur farouchement radical et définitivement torturé : God’s armed prophet.

Marie Barral-Baron

Université de Franche-Comté



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2023, 30 juin). God’s armed prophet : Zwingli. SFDES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1jt