Musique et expérience du temps à la Renaissance

Appel à contributions

pour la revue Seizième Siècle (n° 27, 2025)

 

Musique et expérience du temps

à la Renaissance

 

Numéro thématique coordonné par Jorge Morales

 

ARGUMENT

L’étude du temps musical à la Renaissance, époque où les différentes techniques et les différents styles de composition se diversifient et donnent vie à des répertoires nouveaux ou renouvelés, s’est surtout concentrée, jusqu’à présent, sur l’écriture du rythme (les structures temporelles de la musique).

Qu’en est-il du temps comme acteur, à une période où le rapport à celui-ci change, où l’Antiquité se met à nourrir le présent ? En effet, la relecture des Anciens fait naître une conception du temps qui s’accommode parfaitement avec l’idée de modernité musicale, alors considérée comme synonyme d’excellence et de dépassement du passé. La musique a-t-elle contribué à aiguiser cette conception du temps, à établir un nouveau « régime d’historicité » (François Hartog) fait de bouleversements (la Réforme) et d’enchevêtrements de temporalités ?

Si le rapport au temps dévoile le rapport au monde, comment l’évolution de la musique a-t- elle modelé les rythmes du temps et comment la mutation du rapport au temps a-t-elle façonné les formes musicales ? En effet, l’art musical se déroule dans le temps (durée musicale), agit sur lui (variations de la perception du temps) et est capable de se situer hors de lui (inactualité de la performance). Analyser les temporalités structurantes de la musique (le temps perçu et le temps imaginé) nécessite qu’on s’intéresse aux tournants, seuils, emboîtements, retournements, basculements, conjonctures, épaisseurs, dissonances, imprévus, continuités ou décalages temporels que produit l’expérience du temps musical à cette époque.

Ce volume sera organisé autour de trois axes thématiques :

Le premier concerne la perception du temps et les formes de temporalité dans l’art musical. Le renouvellement de la conception du temps a contribué au mouvement historique musical, que ce soit dans la théorie ou dans la pratique. Il a produit de nouvelles formes d’historicité qui ont eu des conséquences sur les plans artistique, politique et culturel.

Le deuxième axe porte sur le temps en tant que source d’inspiration sonore et culturelle. La référence au passé dans le temps présent a donné lieu à des événements avec musique qui ont renforcé la conscience de soi et contribué à modeler les systèmes de représentation de la société.

Enfin, le troisième axe se concentre sur les expressions musicales liées aux décalages géographiques et temporels, c’est-à-dire aux écarts culturels que la musique est capable de combler et de modifier à travers le temps et l’espace. En effet, la transformation de l’expérience du temps est étroitement liée à l’espace urbain, lieu où cohabitent différentes échelles temporelles.

Ce numéro thématique, à travers un dialogue pluridisciplinaire qui mobilise la musicologie, l’anthropologie, la sémiologie et l’histoire culturelle, propose une réflexion large qui permettra de mieux comprendre comment l’expérience du temps a transformé la pensée et l’histoire musicales.

 

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les contributions devront être rédigées en français et ne devront pas dépasser 30 000 signes (notes et espaces compris). Elles devront comporter également un résumé (environ 500 mots), le nom et les coordonnées électroniques de l’auteur, ainsi que la mention de son institution de rattachement.

Les textes doivent être adressés avant le 15 novembre 2023 à : jorge.morales@orange.fr

Tous les articles feront l’objet d’une expertise en double aveugle.
L’acceptation des propositions sera communiquée durant le second semestre 2024 pour une parution à l’automne 2025.



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2023, 21 janvier). Musique et expérience du temps à la Renaissance. SFDES. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1in