La cour en fête dans l’Europe des Valois

La cour en fête dans l’Europe des Valois, sous la direction d’Oriane Beaufils et Luisa Capodieci, préface de Vincent Droguet, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2022.

Dès la couverture, l’ouvrage plonge son lecteur dans l’univers de la fête dans l’Europe des Valois, ces moments où la cour se pare des couleurs de l’arc-en-ciel. Les Valois se voulaient en effet des souverains lumineux et solaires, comme le souligne bien l’avant-propos d’Oriane Beaufils et Luisa Capodieci, qui ont toutes deux dirigé ce beau livre. Selon elles, les souverains français ont voulu exorciser la violence qui planait sur leur couronne à travers la joie et le plaisir de la fête dans lesquels se matérialisaient alors le rêve de retour d’âge d’or et de concorde. « La résonance artistique et politique des fêtes des Valois » est d’ailleurs le titre de l’introduction qui ouvre le volume et qui est signée par la regrettée Margaret McGowan, codirectrice de la Society for European Festivals Research de l’Université de Warwick. Stimulante, elle place immédiatement le lecteur au cœur du sujet en multipliant les exemples concrets de festivités à la cour, depuis le renouveau de la musique et des danses sous Charles IX jusqu’au déploiement de belles tapisseries royales pour le mariage de Catherine de Médicis et Henri II. Le monde de la fête et celui de la politique s’interpénétraient alors bien au-delà du simple manifeste, hérité d’Aristote, selon lequel la grandeur du prince s’exprimait par sa magnificence. Les trois parties qui scandent le volume ne vont pas cesser de le vérifier.

Intitulée « Hauts lieux de fêtes », la première partie met en lumière plusieurs espaces et type de festivités : elle s’intéresse ainsi particulièrement aux entrées (l’entrée triomphale de Paul III à Rome en 1538 étudiée par Guido Rebecchini ; celles des Valois entre 1548 et 1573, analysée par Ewa Kociszewska qui interroge notamment le processus de conception et d’exécution des inscriptions pendant ce type d’événement), mais aussi au carnaval de Fontainebleau de 1564 qui utilise la musique et la poésie au service de la paix (Nahéma Khattabi et Adeline Lionetto). L’insistance sur le jardin comme « espace transfiguré » de la fête est très intéressant. Les fêtes à Ferrare, au temps de la duchesse Renée, permettent d’interroger l’esprit festif Valois dans son rayonnement international grâce à la contribution de Giovanni Ricci, tandis que les festivités données dans la Florence du Cinquecento, gouvernée par le duc Côme de Médicis, témoignent combien la cité fut le théâtre de fêtes mémorables. On peut par exemple rappeler les noces du duc Côme avec Éléonore de Toscane et celles du prince François avec Jeanne d’Autriche dont le présent article de Cristina Acidini propose une analyse particulièrement fouillée. Les Triomphes organisés au château de Binche dans le Hainaut, célèbre palais de Marie de Hongrie détruit par les armées d’Henri II en juillet 1554, évoquent également l’importance de la fête en ces lieux et offrent l’occasion d’une description détaillée des décors somptueux du palais par Till-Holger Borchert, tandis que l’analyse proposée par Paolo Carpeggiani sur les architectures éphémères à Mantoue permet d’évoquer le rôle de l’artiste Pompeo Pedemonte. Ce dernier ne cessa en effet, par son art, de rendre vivant l’héritage de Giulio Romano et de faire de Mantoue l’un des centres les plus admirés de la Renaissance.

La deuxième partie du volume est orientée autour des artistes qui mettent leurs talents au service de la fête. Elle s’ouvre par un encadré très illustré d’Hélène Grollemund consacré aux Triomphes de Maximilien et se poursuit par une stimulante démonstration autour « des décors pour faire la fête. De l’Italie au château de Fontainebleau » d’Oriane Beaufils et Mathieu Deldicque. Il faut citer également la très belle étude de François Quiviger consacrée à Bernard Palissy dont la fête est l’essence même de l’œuvre, puisque toutes ses créations sont exclusivement destinées aux décors et à l’ambiance des multiples banquets et réjouissances célébrés par les Valois. La production de Palissy ne se limite pas en effet au monde végétal et animal et l’univers de la table et de la grotte princière est plus particulièrement mis en exergue au fil des pages de l’article, offrant ainsi une image bien plus complète de l’artiste. Les bijoux d’apparat et les parures de fêtes font également l’objet d’une analyse par Julie Rohou qui démontre combien ces pierres spectaculaires ou ces étoffes luxueuses cherchent à faire briller le prince, à le transformer en un astre qui réfléchit la lumière au sein de la cour. Les emblèmes et les décors des violons de Crémone sont aussi scrutés par Jean-Philippe Echard alors que le « poète de spectacles » que fut Jean-Antoine de Baïf est envisagé par Jean Vignes au sein des  fêtes des Valois de manière tout à fait convaincante.

C’est la diplomatie de la fête qui constitue le sujet de la dernière partie du volume qui propose, à son tour, des analyses fouillées et stimulantes. À travers des exemples mythiques, comme celui du Camp du drap d’or qui opposa François Ier et Henry VIII (Keith A. Dowen), texte qui rejoint celui sur les tournois qui ont opposé ces deux souverains (Sydney Anglo), ou celui des mariages d’Henri II et Catherine de Médicis à Marseille en 1533 (Jean Vittet) et de François II et Marie Stuart en 1558 (Sophie Tejedor), les spectacles apparaissent comme autant d’occasions pour les princes d’impressionner les cours voisines et d’imposer leur autorité. L’utilisation du mythe troyen (Marta Francia) dans les célébrations de paix entre Habsbourg et Valois est rappelé ainsi que le lien entre la fête et l’impératif politique chez Henri III à Venise en 1574 (Iain Fenlon). Ces fêtes, qui mêlent poésie, peinture, musique et architecture constituent ainsi des moments parfaitement orchestrés qui participent de la définition d’une diplomatie de la magnificence. Toutefois, au sein des contributions présentées, celle de Jean-Marie Le Gall retient l’attention au sens où l’historien nuance avec finesse la place de la fête chez les Valois : « au risque de briser la légende, la cour des Valois n’est pas ce centre festif à nul autre semblable que la mémoire a fabriqué, conservé et transmis » (248). Selon lui, le laboratoire de la fête à la Renaissance était plutôt situé au sein des cours rivales de Mantoue, Ferrare et Florence.

Magnifiquement illustré, ponctué de tableaux, gravures et partitions, ce volume captivant et parfaitement mis en page n’a pas fini de nourrir cette image d’une cour des Valois tournée vers l’art de se divertir ! La fête en un siècle de malheurs et de tourments ou comment célébrer l’éternel triomphe de la Beauté sur les aléas de l’histoire…

Marie Barral-Baron



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2022, 17 octobre). La cour en fête dans l’Europe des Valois. SFDES. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1i6