La chanson d’actualité, cahier V.L. Saulnier n° 36, 2021

La chanson d’actualité, de Louis XII à Henri IV, sous la direction d’Olivier Millet, Alice Tacaille et Jean Vignes, Paris, Sorbonne Université Presses, Cahiers V.L. Saulnier n° 36, 2021.

L’objet de ce volume est de croiser les regards de plusieurs spécialistes de littérature, d’histoire, d’histoire du livre et de musicologie notamment, afin de proposer une lecture renouvelée de la chanson dite d’actualité qui constitue un immense corpus particulièrement polymorphe et complexe. S’inscrivant dans l’héritage des travaux majeurs d’Auguste Le Roux de Lincy et d’Émile Picot sur les « chants historiques », cet ouvrage s’intéresse plus précisément aux supports et aux sources qui donnent accès à ces airs et à ces textes, que ce soient les chansonniers, les paroliers, les placards ou encore les minutes de procès, tout en soulignant leur très grande variété (chansons historiques, chansons spirituelles ou encore chansons à boire). Ces textes, aux airs bien souvent perdus, témoignent des conflits qui agitèrent le siècle et permettent de pénétrer au cœur des altercations qui opposèrent soldats, aventuriers, clercs, savants ou encore simples bourgeois. Surtout, en rassemblant les communautés autour de la commémoration d’événements ou de figures singulières, ces chansons interrogent de manière très stimulante le statut de la vérité, l’utilisation de la rumeur et des rhétoriques de propagande, plus particulièrement dans le contexte des guerres de Religion. Toutefois, et Jean Vignes le souligne bien en conclusion, l’information sur la Chanson d’actualité est toujours partielle, puisque évidemment « la chanson connaît avant tout une diffusion orale, et par conséquent éphémère, qui par nature nous échappe aujourd’hui » (p. 280). De ce fait, et de manière assumée, les articles du présent ouvrage interrogent essentiellement la production imprimée dans toute sa diversité : il s’agit d’étudier les paroliers ou les chansonniers, le plus souvent imprimés à Paris ou à Rouen, avec ou sans privilège, avec ou sans indication de timbre, et qui comportent parfois une musique notée.

L’introduction du présent volume est signée de la plume de Frank Lestringant qui questionne la place du passé dans la chanson d’actualité. En prenant l’exemple de Clément Marot, il montre que ces chansons restent d’actualité en dépit de l’écoulement des générations, car elles sont souvent reprises dans des circonstances historiques très différentes de celles où elles sont apparues. Chanter l’actualité ne signifie ainsi pas tourner le dos au passé, mais reprendre le passé, l’actualiser et le mettre au goût du jour (p. 7). Quatorze communications, qui ne sont pas regroupées en chapitres, rythment ensuite le volume et soulignent la pertinence de ces observations : Marion Pouspin s’intéresse tout d’abord aux « chansons d’actualité mises en livrets gothiques. Formes, matérialité, enjeux » et démontre que ces dernières, qu’elles émanent des poètes de cour ou des gens du commun, sont particulièrement favorables à la politique royale. Ces livrets dévoilent aussi l’attachement des populations au roi et à l’entité France (p. 36). En scrutant les « chansons d’actualité des plaquettes et recueils gothiques de l’officine A l’ecu de France (Atelier des Trepperel et d’Alain Lottrian) », Adeline Lionetto met en évidence le fait que ces textes constituent des documents indéniables sur l’histoire militaire du règne de François Ier. Robert Bouthillier et Eva Guillorel étudient « la prise de Rome de 1527 dans la chanson populaire (xve-xvie siècle) » et révèlent que l’analyse de ce corpus apporte une meilleure compréhension des mécanismes de la circulation chansonnière à la Renaissance, tandis que Sophie Astier, en analysant les « chansons et récits de bataille dans quelques occasionnels de la fin du règne de François Ier » souligne à quel point ce type de publication éphémère fournit des descriptions très précises des forces en présence. L’article de Laurent Vissière complète son propos puisque ce dernier analyse « la chanson d’aventurier » : il démontre, au fil de son texte, l’importance du chant dans les rangs de l’armée française à la Renaissance. Si de véritables compositeurs pouvaient à l’occasion créer des chansons militaires, les chansons de soldat étaient le plus souvent produites par les soldats eux-mêmes, sur des airs connus de tous, et pouvaient rencontrer un réel succès. Avec Tatiana Debbagi Baranova, ce sont les chansons comme « lieux de mémoire et enjeux d’actualité pendant la première décennie du règne d’Henri III (1574-1584) » qui sont mises à l’honneur : après l’épisode traumatique du massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572), comment la crise du pouvoir royal se reflète-t-elle dans les chansons ? Par la suite, Jelle Koopmans étudie les « Merck Toch Hoe Sterck ou les chansons de gueux aux Pays-Bas », corpus qui fut longtemps, selon l’auteur, l’une des obsessions de l’enseignement de l’histoire aux Pays-Bas et qui est considéré aujourd’hui comme un véritable patrimoine immatériel. Pierre Tenne s’intéresse au dominicain Pierre Doré et plus particulièrement à ses Cantiques dechantees, qu’il envisage comme un recueil pionner dans l’histoire du chant catholique. Selon lui, cette œuvre, par sa remarquable synthèse de la culture politique, religieuse et poétique de ses contemporains savants, cherche à placer la lutte contre l’hérésie comme priorité absolue des considérations du temps. Avec soin, Gilbert Schrenck ausculte à son tour « le chant d’actualité dans le Recueil poétique (Ms. Français 22565 de la BNF) de François Rasse des Neux ». Il souligne combien le chant est alors un vecteur essentiel entre la sphère publique et la vie privée, en même temps qu’une introduction discrète vers l’intimité du chirurgien royal. Stéphane Partiot livre une réflexion sur « l’éloge de la paix dans les recueils de chansons sans musique publiés par les libraires-imprimeurs Rigaud et Bonfons (1548-1601) » et montre comment les chansons qui célèbrent la fin des hostilités, dans le contexte des guerres de religion, sont nombreuses, mais appartiennent le plus souvent au registre de la propagande. Il s’agit de s’attirer la protection des puissants afin de se prémunir du prochain fracas des armes… Isabelle His poursuit la réflexion en s’interrogeant sur la mise en musique des victoires d’Henri IV afin de servir la propagande du roi (« Henri IV et le duc de Parme : un air pour le siège de 1592 ? »). Melinda Latour s’intéresse à la chanson qui célèbre les assassinats d’Henri III et d’Henri IV et s’interroge sur la nature exacte de ces textes : s’agit-il de chants qui commémorent ou qui moralisent de tels actes ? Anne-Gaëlle Leterrier-Gagliano se penche plus précisément sur la mise en musique de l’assassinat des Guises dans un article intitulé « la poétique des chansons comparée à celles des autres poèmes funéraires de circonstance ». Si les formats des plaquettes sont à peu près identiques, la dynamique n’est en revanche pas la même : loin d’offrir un tombeau de mots, il s’agit par l’émotion suscitée par les chansons de faire entrer l’auditoire dans un espace sonore partagé, propre à entraîner des réactions collectives. Le dernier article, celui de Julien Goeury, analyse enfin « la réception de l’ « ode sur les misères des églises françoises »  d’Antoine de Chandieu : construction imaginaire et réalités historiques ». La conclusion du volume, signée par Jean Vignes, propose une très belle synthèse de l’ensemble des contributions offertes et souligne à quel point la chanson d’actualité est un objet encore méconnu du grand public même si elle passionne un nombre croissant de chercheurs.

Doté d’un solide appareil critique et de notes de programme très détaillées, réunies par Nahéma Khattabi, Alice Tacaille et Jean Vignes, ce bel ouvrage, érudit et stimulant, encourage la poursuite des recherches sur ce corpus à la grande plasticité que constitue la chanson d’actualité.

Marie Barral-Baron



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2022, 5 octobre). La chanson d’actualité, cahier V.L. Saulnier n° 36, 2021. SFDES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1i1