Guillaume Postel, Cahier Saulnier n° 38, 2022

Guillaume Postel (1510-1581), écrits et influence, Paul-Victor Desarbres, Tristan Vigliano, Emilie Le Borgne, Frank Lestringant (dir.), Paris, Sorbonne Université Presses, Cahiers V. L. Saulnier n° 38, 2022.

 

La couverture du présent volume est déjà une invitation à la redécouverte de Guillaume Postel (1510-1581), ce savant tout à la fois marginal et omniprésent au xvie siècle, puisqu’elle met en exergue un détail du célèbre tableau du Tintoret, l’Adoration des mages (Venise, Scuola San Rocco). Ce religieux agenouillé en contrebas des mages, qui adore l’Enfant Jésus, n’est autre en effet que Guillaume Postel, ce qui rappelle à quel point ce dernier bénéficiait d’une aura extraordinaire dans la cité vénitienne et, plus largement, dans toute l’Europe de la Renaissance.

Frank Lestringant revient, dans son introduction, sur les travaux scientifiques consacrés à Postel au cours des quarante dernières années (1981-2021), évoquant notamment avec bonheur le souvenir d’un colloque tenu à Avranches en 1981, sous la présidence de Jean-Claude Margolin. Il mentionne plus particulièrement une matinée savante et festive qui se déroula à Barenton, au hameau de la Dolerie, là où naquit Guillaume Postel. Toutefois, Frank Lestringant constate que depuis ce colloque d’envergure et celui tenu à Venise en 1988, peu de travaux majeurs ont été menés. Si l’œuvre de Postel est bien inventoriée, notamment grâce aux recherches de François Secret, les écrits de Postel demeurent encore aujourd’hui à peine édités, y compris ses textes en langue française.

Le projet du présent volume est donc de mettre en lumière de nombreux traités peu connus de Postel et de montrer comment ce savant marginal cristallise l’esprit fécond de la Renaissance. Pour ce faire, l’ouvrage se décline en six parties, comptant chacune systématiquement deux articles, qui cherchent, tour à tour, à mettre en lumière les sources qui ont influencé Postel, son apprentissage des langues, la question de la tolérance, ses réseaux, mais aussi son influence en son siècle. Ainsi, la première partie s’intéresse-t-elle aux « raisons de la concorde » et propose-t-elle un texte sur « la notion de restitutio chez Postel » (Olivier Millet) et une communication sur « la beauté du problème du plan dans le De orbi terrae concordia » (Tristan Vigliano). La deuxième partie analyse le rapport de Postel aux langues et offre deux portraits très intéressants de l’alchimiste, l’un qui l’envisage, avec Tesco Ambrogio, comme un « collectionneur de langues » (Marie-Luce Demonet), tandis qu’un autre propose une réflexion sur un Postel arabisant, en étudiant trois manuscrits arabes conservés à Berlin (Emilie Picherot). La troisième partie s’efforce de mesurer l’influence de Postel, en envisageant le lecteur royal en mathématiques (Isabelle Pantin), mais aussi ses réseaux entre Venise et Padoue (Rosanna Gorris). La quatrième partie se focalise sur le rapport entre Postel et les Turcs à la lecture de ses œuvres, en proposant notamment une réflexion sur les langues dans ses Histoires orientales (Emilie Le Borgne) et une étude sur le temps du jugement dans La République des Turcs (Frédéric Tinguely). La cinquième partie emporte son lecteur sur d’autres rivages, au fil de deux textes, l’un qui expose l’importance Du Giapan, envisagé comme une véritable pièce du puzzle postellien (Marie-Christine Gomez-Géraud), tandis que l’autre étudie « L’Atlantide aquilonaire de Postel ou conjectures de voyage vers un Canada apocalyptique » (Vincent Masse). La dernière partie scrute enfin la religion de Postel, en interrogeant à la fois les Commentarii in Apocalypsim (Paul-Victor Desarbres) et le motif de l’itinéraire des Rois Mages à travers les écrits de Postel en 1552, 1568 et 1580 (Katherine Stratton).

Très riche, appuyé sur de nombreuses sources et des notes abondantes, ce beau volume offre une lecture renouvelée de l’orientaliste avide d’horizons lointains et constitue une lecture indispensable pour la compréhension du « docte et fol » Postel.

Marie Barral-Baron



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2022, 2 octobre). Guillaume Postel, Cahier Saulnier n° 38, 2022. SFDES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1hx