Jean de Sponde, Poésies complètes

Jean de Sponde, Poésies complètes, éd. Christiane Deloince-Louette et Sabine Lardon, Paris, Classiques Garnier, coll. Textes de la Renaissance, 2022, 304 p.

La poésie de Jean de Sponde peut enfin compter sur une édition complète et rigoureuse. Réalisé par Christiane Deloince-Louette et Sabine Lardon, qui ont consacré plusieurs travaux à l’œuvre du poète[1], le volume réunit tous les poèmes de l’auteur connus à ce jour, ainsi que plusieurs textes rédigés en son hommage. L’édition regroupe ainsi des textes jamais publiés ensemble depuis la fin du XVIe siècle, les éditrices rappelant que la majeure partie de l’œuvre de Sponde a surtout été publiée et lue dans le cadre d’œuvres collectives et anthologiques. Ce choix de publication éparse était encore retenu au XXe siècle (exception faite des tentatives de Marcel Arland en 1945 et d’Alan Boase en 1980[2]), rendant ainsi toujours difficile l’accès à la totalité du massif poétique spondien.

L’ouvrage débute par une stimulante introduction, puis viennent les textes de Jean de Sponde (dans l’ordre : l’Essay de quelques poèmes chrestiens, Les Amours du Sieur de Sponde et les Poésies diverses qui contiennent ses poèmes de jeunesses et les textes de commandes), suivis d’un appareil de notes qui permet de ne pas encombrer les pages où sont reproduits les poèmes. La dernière section contient quant à elle les textes d’hommage rédigés en l’honneur de l’humaniste[3] qui permettent d’apprécier l’autorité de Sponde et de son œuvre à la fin du siècle.

Dans leur introduction, Christiane Deloince-Louette et Sabine Lardon se penchent sur les premières circulations des textes de Sponde à la fin du XVIe siècle, et font état de la difficulté qui en découle pour la publication de la poésie de l’humaniste. Cette difficulté tient au caractère éclaté de l’œuvre (à l’image de son Actéon déchiré[4]), à la publication posthume d’une grande partie des poèmes, au défaut de « stratégie éditoriale assumée par l’auteur » (p. 33) (qui explique sans doute l’oubli relatif dans lequel il est tombé), ainsi qu’à l’absence de « toute trace de diffusion, du vivant de l’auteur, d’une partie importante de [sa] production » (p. 38). Ces particularités semblent avoir autorisé de nombreux éditeurs à manipuler l’œuvre spondienne (recomposition, sélections et réagencements, coupes…) au gré des publications dans lesquelles ils l’intégraient. Les éditrices mettent en lumière cette vie posthume des textes du poète en s’appuyant sur quatre éditions anthologiques de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe, exemplaires de ce que l’œuvre de Sponde a pu subir entre les mains des éditeurs[5]. Elles soulignent ainsi l’instabilité avec laquelle le lectorat de l’époque a pu découvrir ce corpus poétique[6].

Les éditrices s’intéressent également à l’agencement des poèmes et aux choix typographiques qui président à leurs reproductions dans les ouvrages collectifs étudiés, ainsi que dans quelques autres publications posthumes et dans L’Essay de quelques poemes chrétiens paru du vivant de l’auteur. Elles analysent les titres ou les identifications génériques qui accompagnent les poèmes ou les ensembles de poèmes. À la différence d’autres critiques avant elles, Christiane Deloince-Louette et Sabine Lardon se gardent de suivre la voie d’une interprétation qui s’appuierait trop volontiers sur la matérialité des textes (choix de typographie et de composition), pour faire surgir le sens profond de la poésie spondienne. Si elles rappellent les analyses de Francis Goyet à propos de la mise en page signifiante des Regrets, les éditrices affichent une certaine prudence : l’interprétation d’une grande partie de l’œuvre de Sponde est guidée par les choix d’éditeurs qui adaptent sans trop de scrupules les textes à leurs entreprises éditoriales.  En dessinant une histoire de l’édition et de la réception de l’œuvre poétique spondienne, les éditrices suggèrent également que son sens est à trouver ailleurs[7].

Cette histoire de la réception comme de l’édition de Sponde connaît une interruption lorsque le poète disparaît des ouvrages collectifs au XVIIe siècle. Il faut alors attendre le XXe siècle pour qu’il soit redécouvert à la faveur des travaux de Franck L. Schoell et Alan Boase (p. 34). Sponde est (ré)édité, mais aussi et surtout interprété dans des sens variés, voire opposés. La dynamique de construction/déconstruction (p. 38) du corpus spondien s’étend aux prises de position herméneutiques que l’on observe dans la critique depuis presque cent ans. Entre les tenants d’une lecture fondée sur la datation hypothétique des textes et ceux qui, faute de preuves suffisantes, font le choix de les lire « comme une poésie de cour, une poésie de la conversion et une poésie officielle d’un serviteur d’Henri IV[8] » (p. 41), Christiane Deloince-Louette et Sabine Lardon s’orientent vers une lecture attentive au « parcours à double sens » (p. 41) que l’œuvre permet, voire, qu’elle provoque. Les éditrices soulignent (p. 42-44) la présence dans les poèmes d’éléments ou d’effets d’intertextualités qui semblent autoriser des datations différentes. Ainsi, peuvent émerger plusieurs chronologies de composition possibles, menant le plus souvent sur des pistes herméneutiques concurrentes et suggérant des lectures aux sens opposés. « Étrange poésie qui autorise des itinéraires de lecture inversés et des regards qui s’opposent sans perdre pour autant leur pertinence » (p. 44), affirment-elles avec une précaution d’autant plus fertile qu’elle permet d’ouvrir plus largement le jeu des interprétations à venir.

C’est une des grandes vertus de cette édition que de rendre sensible le labyrinthe interprétatif qu’ouvre l’œuvre poétique de Sponde en permettant de la considérer comme un corpus en soi, signifiant dans sa totalité. Même si la réunion des poèmes complets est un geste qui ne va pas de soi et ne donne aucune réponse certaine à la question (récurrente et toujours décevante) de l’architecture et du programme éditorial de l’œuvre, on ne peut douter des bénéfices de cette édition pour les lecteurs. Alors que l’œuvre poétique de l’humaniste pénètre timidement les programmes scolaires (p. 36-37), on peut espérer de cette édition qu’elle permette au « Sponde poète » de sortir de l’ombre dans laquelle son statut d’« auteur secondaire » (p. 36) le maintient, pour rentrer plus franchement dans le canon poétique de la fin du siècle.

Gautier Amiel

 

[1] Voir par exemple Jean de Sponde, Commentaire aux poèmes homériques (3 vol.), éd. Christiane Deloince-Louette et Martine Furno, Paris, Classiques Garnier, 2018 ; Jean de Sponde, Méditations sur les psaumes, éd. Sabine Lardon, Paris, [Honoré Champion, 1996] Classiques Garnier, 2007 ; Sabine Lardon, L’écriture de la méditation chez Jean de Sponde, Paris, [Honoré Champion 1998] Classiques Garnier, 2006.

[2] L’édition propose une bibliographie des éditions modernes de l’œuvre poétique spondienne p. 276-277.

[3] Quatre textes accompagnent son édition bâloise des poèmes homériques en 1589, les autres constituent des tombeaux poétiques composés à la mort du poète en 1595.

[4] Amours, sonnet 5.

[5] Ces anthologies comprennent quasi uniquement des poèmes que l’on rattache aux Amours du poète. Il s’agit du Recueil de diverses poésiespublié par Raphaël Du Petit Val à plusieurs reprises entre 1599 et 1611, de L’Académie des modernes poetes françois publié par Antoine du Breuil en 1599, des Fleurs des plus excellents poetes de ce temps de 1599 et du Parnasse ou Muses françoises ralliées de diverses pars qui paraissent sous différents titres entre 1599 et 1618 (voir p. 22-33). L’ensemble des comparaisons proposées par les éditrices entre ces ouvrages est à retrouver, synthétisé, sous la forme d’un tableau qui fait état de la présence ou de l’absence des poèmes de Sponde dans les éditions de ces volumes entre 1599 et 1618 aux pages 66-70.

[6] La remarque est aussi vraie pour les éditions modernes, notamment celle composée par Alain Boase (p. 38).

[7] De ce point de vue, l’édition peut être vue comme une autre voie pour accéder à l’œuvre du poète et aux sens qu’elle recèle.

[8] Les éditrices empruntent ses mots à Claude La Charité dans son article « Jean de Sponde, poètes de “l’heureuse inconstance” dans le Premier recueil de diverses poésies (1604) de Raphaël Du Petit Val », Jean de Sponde (1557-1595), un humaniste dans la tourmente, dir. Véronique Duchet-Gavet, Sabine Lardon, Guylaine Pineau, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 326.



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2022, 20 septembre). Jean de Sponde, Poésies complètes. SFDES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1hs