Ordini religiosi e pratiche sonore a Palermo tra Cinque e Seicento

Ilaria Grippaudo, Musica e devozione nella «Città felicissima». Ordini religiosi e pratiche sonore a Palermo tra Cinque e Seicento, Florence, Olschki, 2022.

 

 

 

Le livre d’Ilaria Grippaudo, Musique et dévotion dans la « Città felicissima ». Ordres religieux et pratiques sonores à Palerme entre le XVIe et le XVIIe siècles, donne un éclairage nouveau sur une autre « ville rituelle » de la période moderne[1] : la « très heureuse » ville de Palerme. Grâce à une recherche archivistique impressionnante, où apparaissent de très nombreux documents inédits[2], cette étude sur la production musicale foisonnante des multiples couvents, monastères et églises palermitains analyse l’événement musical sur le temps long et dans l’espace urbain, à travers le prisme de la musicologie urbaine qui place l’objet sonore dans son contexte spatial et temporel.

Cette perspective socio-anthropologique, qui croise lieux, fêtes, dévotions et musique, permet de saisir toutes les composantes du phénomène musical au sein de ces institutions religieuses : les modalités de financement, l’organisation et la promotion de l’activité musicale, la rivalité, la collaboration ou l’émulation entre les différents ordres religieux (jésuites, théatins, oratoriens, bénédictins, bénédictines, franciscains, dominicains, dominicaines ou carmélites), le rôle social des musiciens, l’enseignement de la musique, les répertoires, les styles et les instruments musicaux utilisés (en particulier le clavecin, le luth ou le rebec), les mécanismes socio-culturels des pratiques performatives qui ont recours à l’élément sonore (tout particulièrement les fêtes religieuses et les spectacles) mais aussi la signification (dévotionnelle, politique, ludique), le fonctionnement et la réception de ces pratiques.

La richesse des sources archivistiques exploitées permet de reconstituer une partie importante des effectifs des chapelles musicales palermitaines (en particulier celles de Sant’Ignazio all’Olivella, San Martino delle Scale, San Domenico, San Francesco d’Assisi, la chapelle palatine, la chapelle du Sénat ou la cathédrale) engagées pour les principales dévotions (notamment celles à la Vierge du Rosaire et aux saintes protectrices de Palerme), les solennités avec musique (comme le Corpus Domini) ou les cérémonies funèbres des personnages nobles de la ville (le vice-roi Maqueda ou le fils de Philippe II).

D’autres initiatives musicales voient le jour à Palerme durant la première moitié du XVIIe siècle grâce à des donations privées (sur ordre testamentaire), de la part de nombreuses religieuses (pour la plupart rattachées au monastère de la Martorana) pour des messes post mortem avec musique.

Se dévoilent alors les principaux centres impliqués dans l’organisation des célébrations locales (en particulier le couvent de San Domenico), la participation financière d’étrangers (notamment de la nation des Catalans) et d’autres sociétés musicales palermitaines (comme « l’Unione dei Musici » de Sainte-Cécile), ainsi que l’important rôle des jésuites dans le développement des pratiques sonores qui « fabriquent le consensus », comme la procession du « Triomphe de la mort » de 1567, les spectacles musicaux pour les soutenances de thèses de philosophie ou pour la dévotion des Quarante-Heures où ont été joués, en 1617, des motets concertants pour quatre voix et quatre instruments.

Les jésuites ont également développé, à partir de 1622, le « dialogue » sacré en musique (répertoire typiquement palermitain dont l’un des plus célèbres est La Rosalia Guerriera de Bonaventura Rubino, représentée en 1652 à Casa Professa), genre dont ils exerçaient le monopole et qui a permis l’essor de l’oratorio à Palerme (qu’on pense au Costantino de 1653, pour lequel les pères jésuites ont fait appel au castrat Marc’Antonio Sportonio, élève de Carissimi à Rome). De même, Pietro Scarlatti, père d’Alessandro, est engagé comme chantre par la Compagnie en 1652.

Aux jésuites revient en effet le mérite d’avoir fait la promotion, peu après leur arrivée à Palerme en 1549, des pratiques musicales nouvelles à travers le théâtre. C’est le cas des numéros musicaux (pièces madrigalesques avec l’accompagnement probable d’instruments) insérés dans les intermèdes des tragédies sacrées comme le Martyre de Sainte-Catherine de Bartolo Sirillo (représenté en 1580) ou la Représentation du martyre de Sainte-Christine de Gaspare Licco (1584).

Pour ce qui est des organistes des différentes églises de la ville, on trouve notamment trace de Mauro Ciaula (actif à San Martino delle Scale à partir de 1569), du franco-flamand Nicola Flochet (actif à San Domenico en 1557-1558), d’Antonio Il Verso (qui apprend la musique à l’organiste de cette même église en 1608-1609) ou de Giulio Oristagno (également organiste à San Domenico entre 1601 et 1620).

D’autres organistes ou musiciens actifs dans les différentes institutions palermitaines sont également compositeurs : Nicolò Toscano d’Erice (« cantore » à San Domenico entre 1566 et 1571), qui publie un livre des Canzonette à quatre voix en 1584 ; Mauro Ciaula, qui fait imprimer ses Lamentations et répons à 4 voix pour la Semaine sainte en 1597 ; Domenico Campisi (également organiste à San Domenico en 1608-1609), à qui on doit deux livres de motets imprimés à Palerme en 1615 et 1618 ; Erasmo Marotta (préfet de la musique du Collège des jésuites entre 1617 et 1641 et le musicien le plus important de la Compagnie), auteur du drame religieux Pelagius martyr de 1618 et d’un livre de motets publié à Palerme en 1635. Ou encore Francesco Italia (chantre à la cathédrale au début du XVIIe siècle), qui fait imprimer un livre de Répons en 1614 ; Vincenzo d’Elia (musicien à San Domenico en 1615), qui publie un livre de psaumes et hymnes en 1636, Bonaventura Rubino (maître de chapelle à Sant’Elisabetta au milieu du XVIIe siècle), auteur de plusieurs recueils de musique sacrée entre 1645 et 1655, ou Paolo d’Aragona (luthiste à San Martino delle Scale et à San Domenico en 1621), qui a laissé deux livres de canzonette manuscrits.

La recherche archivistique systématique entreprise dans ce livre met non seulement à jour la carrière de ces compositeurs et documente la participation de musiciens plus modestes (instrumentistes aveugles, zingari) à la vie musicale urbaine, mais rend également compte de la diversité de leur activité (entretenir et acheter des instruments ou enseigner la musique – comme c’est le cas d’Antonino Morello, professeur de musique des nonnes de Santa Maria del Cancelliere en 1596) et de leurs déplacements, et, plus largement, reconstitue les interconnections et les interactions entre les différentes institutions palermitaines qui configurent un réseau religieux grâce aux pratiques sonores et dévotionnelles – à la fois ornement, moteur économique et social et élément symbolique de prestige.

Enfin, Ilaria Grippaudo, qui met ses pas dans ceux du musicologue sicilien Ottavio Tiby, approfondit et complète notre connaissance sur l’« école polyphonique sicilienne », sur sa multiplicité d’acteurs inconnus et sur leurs rapports avec les institutions religieuses palermitaines.

Ainsi, cet ouvrage démontre avec brio que la dévotion n’est pas seulement une pratique contemplative des choses divines, mais également une expérience sonore, partie prenante de la transformation de l’espace urbain.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance

 

 

[1] Maria Antonieta Visceglia, La città rituale. Roma e le sue cerimonie in età moderna, Rome, Viella, 2002.

[2] Ce livre de 266 pages est accompagné de 30 appendices documentaires et de 2 tableaux consultables en ligne (473 pages). Outre son grand intérêt historique, cette précieuse documentation permet d’établir une typologie socio-culturelle des musiciens en observant la manière dont ils sont nommés dans les documents d’archive.



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2022, 31 mai). Ordini religiosi e pratiche sonore a Palermo tra Cinque e Seicento. SFDES. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1h8