« La meilleure défense, c’est l’attaque ? » Du Bellay polémiste

“La meilleure défense, c’est l’attaque ?”

Du Bellay polémiste dans La Deffence et illustration de la langue françoyse... et ailleurs

Angers, 18-20 mai 2022

Le cinquième centenaire de la naissance de Joachim Du Bellay (1522-1560) est l’occasion pour les universités d’Angers (CIRPaLL), de Tours (CESR) et de Paris (CERILAC) de s’associer pour inviter les spécialistes de la poésie de la Renaissance à venir échanger sur la base des découvertes qui ont permis de faire évoluer depuis le siècle dernier notre connaissance de sa vie, de son œuvre, et de son rôle au service de la promotion de la langue française.

Depuis l’important colloque international organisé en 1989 à Angers, les programmes des agrégations de lettres de 1995 et de 2008 (où plusieurs recueils de Du Bellay ont été mis à l’honneur), de nouvelles éditions de ses textes et les recherches récentes autour de l’œuvre de Jean Du Bellay ont contribué à renouveler en profondeur notre lecture du poète angevin. Le temps semble venu de faire le point sur ces avancées et sur les travaux en cours des jeunes chercheurs passionnés par la poésie de Du Bellay.

C’est une vision en demi-teinte de Du Bellay qu’ont imposée tour à tour Henri Chamard, Gustave Lanson et le manuel de Lagarde et Michard au milieu du siècle dernier : celle d’un poète fragile, accablé par le destin. Au-delà de cette image trop convenue d’un Du Bellay mélancolique, condamné par le sort à ressasser de stériles regrets, et qui ne serait jamais meilleur que dans la plainte élégiaque où s’exprimerait son véritable génie, ne faut-il pas rendre à Du Bellay l’énergie combative qui fut la sienne, pour parler d’un poète qui voulut toujours faire de la langue une arme ? C’est dans cette perspective revigorante qu’on se propose de relire aussi bien son œuvre linguistique que sa poésie. On aimerait ainsi se demander dans quelle mesure le caractère éminemment agressif ou mordant de La Deffence et illustration de la langue françoyse programme l’œuvre à venir.

Grâce aux éditions savantes de La Deffence offertes par Jean- Charles Monferran (2001) puis par Francis Goyet et Olivier Millet (2003), mais aussi à la lumière des travaux récents sur la théorie de la polémique (L. Albert et L. Nicolas, Rhétorique et polémique, 2010), il semble possible de faire à nouveau le point sur la dimension belliqueuse du traité et de rouvrir le dossier de la « Querelle de la Deffence ». On s’intéressera aux cibles nombreuses du traité (qui s’avère plutôt un pamphlet tous azimuts), aux moyens de la controverse, à ses visées, à ses sources et modèles, comme à sa qualité rhétorique. Au-delà de La Deffence, la prise en compte de la dimension souvent agressive de la poétique bellayenne ouvre un très large champ de réflexion.

Programme du colloque