Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française, textes réunis et édités par Renée-Claude Breitenstein, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, coll. « La cité des dames », 2021, 374 p.

 À la suite des trois volumes du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, la collection « La cité des dames » poursuit son travail d’anthologies avec ce recueil d’éloges de femmes édité par Renée-Claude Breitenstein. Sont réunis ici des textes qui louent les femmes en général, c’est-à-dire les recueils de femmes illustres et les apologies du sexe féminin. Ne rassemblant que des textes intégraux, cette anthologie ne prétend pas à l’exhaustivité mais entend donner un aperçu général des éloges de femmes, sans tenir compte du sexe de l’auteur, de la forme du texte, de son support (manuscrit ou imprimé) ou de son succès. Sur ces critères, l’anthologiste a réuni dix textes, écrits ou imprimés entre 1506 et 1622, de Jean Marot à Marie de Gournay.

Le volume présente une introduction générale, les textes livrés avec une brève introduction, puis un utile glossaire, un complément bibliographique, un index des personnages féminins (nous pourrions regretter l’absence d’un index des auteurs cités, masculins comme féminins ainsi que des personnages masculins, même s’ils sont moins nombreux), une notice sur les contributeur et contributrices ainsi qu’une table des matières. Les textes sont édités selon une orthographe modernisée, et la lecture est facilitée par l’ajout de blancs typographiques, de parenthèses, ou de guillemets délimitant les discours directs – notons également la présence de chiffres permettant de repérer les diérèses dans les textes en vers. L’annotation est légère, se limitant à une paraphrase explicative et à une élucidation des allusions intertextuelles ou culturelles. Les introductions présentent rapidement la vie de l’auteur, le contexte, l’histoire matérielle, la forme, le succès du texte et en livrent quelques éléments d’interprétation.

L’introduction générale présente les différentes strates du contexte qui a favorisé l’émergence de ces discours d’éloge des femmes, depuis les écrits humanistes jusqu’au développement de l’imprimerie, en passant par la présence de femmes dans les cercles du pouvoir, à qui certains des textes sont dédiés. Elle revient encore sur les sources, invoquées ou tues par les auteurs, antiques, bibliques ou contemporaines. Elle insiste enfin sur la manière dont les textes, qui s’insèrent d’une manière ou d’une autre dans la Querelle des Femmes, relèvent de la littérature de combat, voulant « revenger » l’honneur des femmes.

Le premier texte, La Vrai-disant Avocate des Dames de Jean Marot (1506), composé de 750 vers dédiés à Anne de Bretagne, est singulier puisque Marot cède fictivement sa plume à une femme, par le procédé de la prosopopée. Celle-ci s’en prend aux détracteurs des femmes (premier rondeau), invoque des exemples de mauvais comportements masculins (« Équivoques »), et procède à l’éloge des vertus féminines, dont la Vierge est une preuve infaillible (second Rondeau). Le chant royal glorifie l’immaculée conception de Notre-Dame ainsi que l’ensemble des femmes, puis un nouveau rondeau condamne la Jalousie qui conduit les hommes à blâmer les femmes. La ballade procède à l’éloge de la dédicataire tandis que le rondeau final assure que les femmes vaincront les critiques.

Le texte suivant est la traduction du traité de Henri Corneille Agrippa, initialement imprimé en latin en 1529, intitulé en français De la noblesse et préexcellence du sexe féminin (1530), et également dédié à une femme, Marguerite d’Autriche. Les arguments logiques se mêlent à l’invocation d’exemples, et la conclusion est sans appel : l’infériorité des femmes provient non d’une différence de nature mais d’une coutume, si bien que la « domination tyrannique des hommes » n’a aucune légitimité. Ce texte puissant, qui a eu de nombreux échos à l’époque, est ici pour la première fois publié en français dans une édition moderne.

Dans « La Quatrième épître invective » (1539), Hélisenne de Crenne s’adresse à Élénot, contempteur des femmes, pour condamner sa présomption et lui opposer plusieurs exemples de femmes illustres par leur savoir, issues de l’Antiquité mais aussi du temps présent.

Le texte « Que l’excellence de la femme est plus grande que celle de l’homme » de Charles Estienne (1553) est d’un autre genre, puisqu’il relève du jeu rhétorique du « paradoxe », ce qui ne signifie pas qu’il ne faille lui accorder aucun sérieux. Mêlant arguments d’autorité et exemples de femmes illustres, Estienne insiste sur les vertus féminines, sur les responsabilités masculines ou encore sur l’excellence littéraire de certaines femmes de son temps.

Le Recueil des dames illustres en vertu d’Alexandre Van den Bussche (1575-1576), dont nous trouvons ici la première édition moderne, est, comme son auteur, moins connu et moins étudié. L’auteur s’inscrit dans la lignée des champions des femmes – et de fait, comme l’indique l’introduction, ce texte compile plusieurs sources antiques et contemporaines –, et présente ses exemples en les regroupant sous la vertu qu’ils démontrent : la chasteté, l’amour conjugal, le savoir, la charité et la valeur guerrière se succèdent, illustrées par des exemples organisés chronologiquement, et louées par un sonnet final.

Avec la troisième ode de Madeleine des Roches et « L’agnodice » de sa fille Catherine (1578), nous revenons aux écrits de femmes. La troisième ode de Madeleine est un poème heptasyllabique qui refuse que les femmes soient cantonnées à l’espace domestique et les incite à se saisir de l’encre et de la plume. L’« Agnodice » de Catherine, poème en alexandrins, met en scène une femme qui se déguise en homme pour exercer la médecine et sauver les femmes abandonnées par leurs époux. Condamnée à mort, Agnodice révèle son identité et obtient la pitié des hommes, à qui elle demande de laisser les femmes étudier.

Le « Bref discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, autant récréatif que plein de beaux exemples » de Marie de Romieu (1581) est une réponse à un texte misogyne de son frère Jacques, inspiré du texte de Charles Estienne, mais réinvesti par la locutrice. Ainsi, Marie de Romieu ajoute aux figures bibliques ou antiques dix exemples contemporains, parmi lesquelles les dames des Roches, Hélisenne de Crenne ou Catherine de Médicis.

Le « Discours » de Marguerite de Valois (1614) est une autre parole de femme, mais insérée dans un dispositif énonciatif singulier, puisqu’il est préfacé et commenté par le Jésuite François Loryot. Marguerite de Valois présente, en les numérotant, arguments et exemples qui prouvent l’excellence des femmes. François Loryot propose, en commentaire, une énumération de femmes illustres, dont Marguerite fait partie, mais conclut quant à lui au caractère exceptionnel de ces exemples, expliqué par leur statut social.

Enfin, l’Égalité des hommes et des femmes de Marie de Gournay (1622), entend apporter une perspective nouvelle, en ne défendant plus la supériorité des femmes, mais l’égalité des deux sexes. S’appuyant essentiellement sur des autorités antiques et contemporaines, Marie de Gournay discute elle aussi de l’accès des femmes à la culture et au pouvoir ou encore de leurs prédispositions aux vertus.

             Si la plupart de ces textes bénéficient déjà d’une édition moderne, à laquelle l’éditrice renvoie pour plus d’informations, il n’en reste pas moins que leur mise en série présente plusieurs intérêts indéniables, d’abord la mise en place d’un jeu de ressemblances et différences. Ainsi, la place de l’épisode de la Genèse, ou encore celle d’Aristote, pour statuer sur la question du féminin apparaissent nettement à la lecture de cette anthologie. On observe encore que lorsque les femmes prennent la parole, c’est prioritairement pour défendre leur droit – et leur capacité – à accéder à la culture, prémices indispensables à leur prise de parole elle-même. Les textes peuvent également se faire écho : par exemple, l’importance du texte de Corneille Agrippa est rendue sensible par ses mentions dans les textes suivants. Ainsi, cette anthologie, soignée et agréablement présentée, pourra constituer un important outil pédagogique ainsi qu’un support pour des chercheurs et chercheuses qui s’intéressent à ces questions. Enfin, elle pourra être le lieu d’une découverte, déjà éclairée et éclairante, de textes consacrés à la question, aujourd’hui non résolue et toujours brûlante, des rapports d’inégalités entre les sexes.

Nina Hugot



Citer ce billet
Sandra Provini (2022, 7 mars). Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française. SFDES. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1ge