Rabelais et le théâtre

Nicolas Le Cadet, Rabelais et le théâtre, Paris, Classiques Garnier, 2020, 467 p.

Autant le titre de l’ouvrage, Rabelais et le théâtre, peut déconcerter à première vue, autant son objet s’impose rapidement comme une évidence. Non, pas de scoop à attendre, Nicolas Le Cadet n’exhume pas une pièce de théâtre de Rabelais jusqu’alors inconnue. Il démontre en revanche, avec la rigueur et la précision qui caractérisent ses travaux, à quel point le théâtre infuse l’œuvre de Rabelais, en particulier fictionnelle. Les chroniques pantagruélines doivent beaucoup au théâtre qui en est à la fois une source textuelle, un objet et un mode de représentation. Il suffit de penser au personnage de Triboulet dans le Tiers livre, aux moutons de Panurge du Quart livre, ou encore à tel dialogue fortement dramatisé de Pantagruel ou de Gargantua, si bien qu’on s’étonne a posteriori qu’une telle étude systématique n’ait pas été menée auparavant. Rabelais et le théâtre : la conjonction invite le chercheur, et avec lui son lecteur, à s’interroger sur les différents liens que Rabelais a pu entretenir avec l’art dramatique. Rien n’est exclu du champ d’étude de Nicolas Le Cadet : Rabelais dramaturge, Rabelais comédien, Rabelais lecteur de pièces de théâtre, Rabelais mis en scène. Deux lieux du théâtre s’imposent comme étant les plus féconds : les sources théâtrales du texte rabelaisien d’une part, et l’esthétique dramatique de l’autre. Ils forment les deux parties de l’ouvrage.

Encore faut-il savoir de quel « théâtre » on parle. Dans la première partie de l’ouvrage, Nicolas Le Cadet s’attelle à un patient travail de reconstitution et de distinction des sources dramatiques : théâtre antique, mystères, farces, sotties, monologues et sermons joyeux. On savait Rabelais influencé par l’humanisme, les textes antiques, la Bible, les chroniques médiévales ; Nicolas Le Cadet démontre avec sa pédagogie et sa clarté habituelles tout ce que les romans rabelaisiens doivent au théâtre antique, et surtout médiéval et contemporain. L’influence du théâtre passe par l’allusion à certaines pièces, en premier lieu la Farce de maître Pathelin, mentionnée dans les cinq livres, dont Rabelais pourrait avoir possédé un exemplaire imprimé. Elle passe aussi, implicitement, par la reprise de certains thèmes, de certaines intrigues, voire par un certain esprit commun. Prenons comme seul exemple celui des diableries des mystères, dont s’inspire le récit des aventures de Panurge en Turquie, et de nombreux autres épisodes, même si on peut se demander par endroits si le diable fait toujours la diablerie. Au gré de cette première partie, le lecteur se promène d’une forme théâtrale à l’autre, et d’un livre rabelaisien à l’autre. L’itinéraire met en évidence la contamination des sources, voire des « mélanges esthétiques surprenants » (p. 233) qu’il reste encore à expliquer.

Nicolas Le Cadet s’attache à cette question de l’esthétique dans la seconde partie de l’ouvrage : fiction narrative, chronique, dialogue, récit de voyage, la geste pantagruéline est aussi, d’une certaine manière, théâtre. Les différents chapitres prennent le théâtre tantôt comme objet, tantôt comme forme esthétique. D’un côté, Nicolas Le Cadet s’intéresse aux passages qui présentent une dimension spectaculaire, lorsque Rabelais introduit dans son récit déclamateur et public, ou détaille les costumes de ses personnages. De tels épisodes sont nombreux, à l’image de la harangue de Janotus : la représentation de cette scène, qui renvoie aussi au discours scolastique universitaire, apparaît ainsi médiée par le théâtre, au sens de spectacle. D’un autre côté, Nicolas Le Cadet étudie la forme même prise par le texte, et en particulier la prédilection de Rabelais pour les discours directs et les dialogues, dont la présentation typographique rappelle, par endroits, celle des pièces imprimées. Le narrateur s’efface derrière la voix de ses personnages, comme le roman derrière le théâtre.

Comment faut-il comprendre cette place du théâtre ? La conclusion ouvre à ce sujet plusieurs pistes qu’on aimerait suivre plus longtemps avec l’auteur. Il y a d’une part, chez Rabelais, un art consommé de la contamination, qui invite à s’interroger sur l’articulation du dramatique et du narratif, sur la place d’autres modèles accordant une place à l’oralité (dialogues, discours), et plus généralement sur le rôle relatif de chacun des genres dans l’élaboration de la fiction rabelaisienne. La place du théâtre, d’autre part, invite à réévaluer les modes de réception du texte rabelaisien, et en particulier les modes de lecture oraux dont se sont emparés certains metteurs en scène contemporains. L’omniprésence de la référence théâtrale s’explique-t-elle par la destination orale première de l’œuvre ?

Ce pourrait être là la matière d’un autre livre. Celui-ci a déjà amplement atteint ses objectifs : éclairer sous un autre jour de nombreux épisodes des cinq livres dans autant de précises et minutieuses explications de texte, redonner au théâtre sa juste place aux côtés des autres genres contaminant la geste pantagruéline, et enfin documenter les relations entre œuvre dramatique et œuvre narrative, entre Moyen Âge et Renaissance, au-delà des ruptures traditionnelles. Saluons, pour terminer, la qualité des index (des noms, des notions, et des chapitres analysés) qui font de Rabelais et le théâtre un ouvrage aussi commode qu’utile.

Adeline Desbois-Ientile