La Quinzaine dU bartas

L’œuvre de Guillaume de Salluste, sieur Du Bartas (1544-1590), constitue un jalon essentiel de l’histoire de la poésie d’expression française. Le poète gascon a fait en particulier du genre de l’hexaméron une des matrices littéraires les plus fécondes de la charnière des XVIe et XVIIe siècles. Sa (première) Sepmaine, qui prend comme argument la création du monde et de l’homme, puis sa Seconde Semaine, qui entendait pour sa part retracer l’histoire de l’humanité, depuis Adam et Ève au jardin d’Éden jusqu’à l’Apocalypse et au Jugement dernier, ont été d’immenses succès de librairie. Elles ont été commentées, traduites et même parfois imitées en France et dans toute l’Europe et elles ont de fait longtemps occupé une place de choix dans beaucoup de bibliothèques privées, où elles jouaient le rôle d’une sorte d’« encyclopédie universalis » cautionnée par la Bible et agrémentée du charme propre à la poésie. Qu’on les ait lues in extenso ou pas, peu importe, elles constituaient un marqueur social, un gage de savoir pour un lectorat lettré en pleine expansion. Après avoir connu un purgatoire critique depuis la fin du XVIIIe siècle, les Semaines de Du Bartas ont suscité un nouvel intérêt dans la seconde moitié du XXe et les premières années du XXIe siècle, les entreprises éditoriales successivement dirigées par Yvonne Bellenger et par Jean Céard ayant joué un rôle capital dans cette redécouverte essentiellement universitaire. Il faut aussitôt ajouter que la « re-canonisation » tardive de La (première) Sepmaine (1578), s’est en partie faite aux dépens d’une seconde Semaine (1584), dont seuls les deux premiers jours étaient parus du vivant de Du Bartas, plus tard complétés de quelques « suites », offrant deux nouvelles journées publiées entre 1588 et 1603 à partir de différents manuscrits en circulation. Deux semaines donc, mais neuf jours entièrement rédigés et publiés, deux autres largement ébauchés et laissés manuscrits, et quatre autres laissés à l’imagination des lecteurs, soit une « quinzaine » inachevée, qui constitue une des œuvres poétiques en français les plus ambitieuses de son époque, une œuvre-monde, qui mérite à ce titre d’être envisagée comme le tout qu’elle aurait dû constituer sans la mort précoce de son auteur.

C’est le pari ambitieux que fait Frank Lestringant dans ce livre au titre-programme, La Quinzaine Du Bartas, qui est le premier depuis très longtemps (Y. Bellenger, Du Bartas et ses divines Semaines, 1993) à être consacré à cet ensemble monumental (La Sepmaine, La Seconde Semaine, Les Suittes). Reprenant en partie la méthode qui lui avait permis d’éclairer la composition d’ensemble des Tragiques dans un précédent essai (L’Architecture des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, 2013), il fait ici le choix d’une lecture analytique, se poursuivant en quelques sortes « au jour le jour », non sans avoir, dans un souci de cohérence méthodologique, borné son propos d’une mise en contexte historique et historiographique, qui éclaire d’abord la situation du poème, ainsi que d’une ouverture finale, où il met en regard une série d’imitateurs du poète gascon aussi passionnants que méconnus (Guillaume de Chevalier, Augier Gaillard, Michel Quillian et Jude Serclier). Avec un véritable bonheur d’écriture, que traduisent titres et sous-titres (« Campagne et salade », « monde resserré, monde lessivé », « tétralogie bancale », etc.), Frank Lestringant entraîne le lecteur avec lui dans une lecture, ou bien une relecture, de cette œuvre qu’on conseillera d’avoir à portée de main, de façon à progresser au même rythme que le commentateur, en passant d’un livre à l’autre. Une œuvre encyclopédique comme celle-là exige certes une compétence encyclopédique, et Frank Lestringant mobilise avec talent toutes sortes d’écrivains (théologiens, cosmographes, philosophes, etc.) pour étayer ses commentaires, mais il ne cherche pas à jouer les Simon Goulart ou les Pantaléon Thévenin (la place est déjà prise) ou bien à rivaliser avec les éditeurs savants qui le précèdent. Il ne s’agit pas en effet pour lui de s’enfermer dans une lecture de détail, de scruter le texte, mais plutôt de signaler des lignes de force, de mettre l’accent sur des passages méconnus, et surtout d’interroger sans relâche le projet d’ensemble de Du Bartas, en faisant valoir aussi bien ses réussites que ses échecs, ses débouchés que ses impasses, ses banalités que ses hardiesses. Et de ce point de vue, ce livre manifeste bien la situation actuelle des Semaines de Du Bartas au sein des études littéraires : elles sont bien présentes, mais plus comme une de ces curiosités qu’on observait de loin avec un peu de crainte (devant son érudition écrasante) ou de condescendance (face à cette muse didactique souvent reléguée au second plan), parce qu’elles nous resteraient foncièrement étrangères, mais comme un de ses grands textes générant de nouvelles lectures. C’est aussi en cela qu’il s’agit d’un « organisme vivant » pour reprendre la formule de Frank Lestringant, c’est-à-dire d’un poème, tout simplement. Gageons que tous les chemins frayés dans cet ouvrage d’une grande générosité intellectuelle seront bientôt empruntés par une nouvelle génération de chercheuses et de chercheurs. Ce ne sera pas sa moindre utilité.

Julien Goeury