Diane en son paradis d’Anet

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Luisa Capodieci, Paul-Victor Desarbres, Françoise Gatouillat, Cécile Scailliérez, avec la collaboration de Clara Marsal, Paris, Le Passage, 2021, 253 pages.

C’est un très beau livre, magnifiquement illustré, que les éditions Le Passage offrent à leurs lecteurs avec cette « Diane en son paradis d’Anet ». Ce titre souligne avec subtilité et précision la thématique de cet ouvrage qui ne souhaite pas écrire une nouvelle biographie de Diane de Poitiers ni retracer l’histoire de l’édifice du château d’Anet, blotti entre la forêt de Dreux et la vallée de l’Eure. Cet ouvrage cherche plutôt à interroger à nouveaux frais la personnalité de Diane qui habitait ce château au temps de la Renaissance. Était-ce Diane de Poitiers, veuve de Louis de Brézé depuis 1531 et favorite d’Henri II, qui était la maîtresse de ce lieu idyllique ? Ce fut elle en effet qui fit édifier, à partir de 1547, ce château hors du commun qui donnait, entre autres caractères, du relief à l’apparat de son deuil. À moins que ce soit une autre Diane, la chasseresse des Anciens, dont la superbe figure, coïncidait bien avec celle de la favorite ? C’est cette déesse vive et farouche qui apparait en tout cas, comme le soulignent bien les auteurs de ce livre, dans les deux grands cycles narratifs du château : celui de la Tenture de Diane et celui, depuis trop longtemps négligé et méconnu, des vitraux en émail blanc des salles et chambres du premier étage du château d’Anet.

De manière inédite, ce bel ouvrage, qui conjugue les recherches d’historiens du dessin, de la littérature, de la peinture et du vitrail, s’attache à ces deux ensembles. Au fil de trois parties très bien équilibrées, il les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Les auteurs exposent par exemple avec soin le programme des tapisseries et dévoilent le nom de l’auteur, le poète Jacques de Vintimille, précurseur de la Pléiade. Le livre montre également que Charles Carmoy, peintre cité par Rabelais dans son Pantagruel, a sans nul doute donné des dessins et des cartons à Anet. Il a également secondé le plus grand peintre de l’école de Fontainebleau, Francesco Primaticcio, dit Primatice, pour établir les patrons des vitraux.

Avec une régularité tout à fait remarquable, les illustrations ponctuent le texte et aident le lecteur à déchiffrer les œuvres du château d’Anet. Surtout, l’ouvrage offre une lecture neuve et passionnante du mythe de Diane à Anet, en démontrant qu’il prend place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permet à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Marie Barral-Baron

Université de Franche-Comté