Formes, emplois et évolution du livret de ballet de la Renaissance à nos jours

Formes, emplois et évolution du livret de ballet de la Renaissance à nos jours

Sous la direction de Marie Cléren, Caroline Mounier-Vehier, Laura Soudy-Quazuguel et Céline Torrent.

Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres n° 521, octobre 2021, 268 pages.

Après une élégante préface de J. Guizérix, l’ouvrage aborde l’évolution du livret de ballet dans le contexte culturel et politique où il s’insère et dans son rapport à la création chorégraphique. Cinq parties sont censées en déployer les avatars chronologiques.

Le balletomane averti pourra aisément se dispenser de lire la première. Non seulement elle aboutit à une aporie de la définition du livret mais elle fait fi de ses origines. Les textes versifiés de la Renaissance ne font l’objet d’aucune étude spécifique, pas même les plus exceptionnels d’entre eux : le livret de Magnificentissimi spectaculi composé par Dorat où le latin joue un rôle diplomatique, ni celui que Marcellin Allard rédige en patois forézien, soucieux d’en fixer l’orthographe pour l’élever au rang de langue poétique. Par ailleurs, si les auteurs s’accordent à reconnaître aux livrets une valeur esthétique, aucun ne leur applique les techniques d’analyse littéraire. S’agissant notamment de Don Juan, nulle comparaison n’est établie entre la tragi-comédie de Molière, le livret d’opéra signé Da Ponte, le livret de ballet conçu par Angiolini et sa réécriture par M.-G. Massé.

Au contraire, la deuxième partie vaut qu’on lui prête attention, qui traite des XVIIe et XVIIIe siècles. À elle seule, elle pourrait justifier l’achat de cet ouvrage. M.-C. Canova-Green envisage l’impact du livret de ballet dans et hors de l’espace curial comme support de la propagande monarchique. C. Nédelec interroge les registres d’écriture qui donnent au livret des tonalités tour à tour grotesques ou burlesques. M. Demeilliez évoque la mutation des livrets en programmes présentant les ballets dansés dans les collèges jésuites. M.-Th. Mourey, spécialiste de l’espace germanique, étudie les formes et les fonctions que revêtent les livrets comme traces écrites de performances éphémères. Si ces articles offrent toute la rigueur d’une recherche universitaire, précise et documentée, on regrette toutefois qu’une place plus importante n’ait été faite à Bensérade dont les textes ont servi de trame aux ballets commandités par Louis xiv pendant vingt-cinq ans.

La troisième partie retrace les tribulations du livret au XIXe siècle et au début du XXe. Après un article fort intéressant de V. Olivesi consacré à Pierre Gardel, concepteur du programme de Psyché en 1790 (est-on déjà au XIXe siècle ?), le travail d’É. Fissier sur les livrets de ballets du Théâtre Impérial soulève plus de questions qu’il n’en résout : ainsi l’auteur qui s’interroge sur leur genre littéraire oublie de vérifier si leur vocabulaire appartient au champ lexical du théâtre ou à celui de la danse. Quant à S. Jacq-Mioche, elle s’évertue à démontrer que les ballets blancs de Fokine, Lifar et Balanchine ne correspondent à aucun livret, ce que tout le monde savait depuis longtemps. En revanche, personne ne se penche sur les livrets de ballets symphoniques, comme celui de la Belle au Bois Dormant dans lequel Petipa, à l’adresse de Tchaïkovski, précise (en français) le nombre de mesures à prévoir pour chaque variation et développe une maquette du spectacle en gestation…

Originales sont les courtes monographies qui composent la quatrième partie. Elles retracent la manière dont les chorégraphes contemporaines Pina Bausch et Maguy Marin introduisent le livret dans leur processus de création artistique. La plus surprenante est signée de M. Cléren qui fait découvrir au lecteur les livrets dessinés par André Hellé.

La cinquième partie est un pêle-mêle. S’y trouvent consignés des entretiens avec des danseurs-chorégraphes reconnus pour leur compétence, Jean Guizérix, Nicolas Le Riche et Ingrid Thobois. Pour intéressants que soient leurs témoignages, ils auraient dû figurer en annexes afin de préserver l’unité du propos. Car s’ils étoffent la thématique, ils se dérobent à la problématique au point que l’épilogue qui tient lieu de conclusion n’en fait même pas état.

Alors que l’empan chronologique tel qu’annoncé dans le titre n’a pas toujours été respecté par les auteurs, que dire de l’espace géographique ? C’est juste avant le point final qu’apparaît le mot « France » sans que l’on sache s’il renvoie à des limites territoriales ou linguistiques. Dans un cas comme dans l’autre, il invalide les incursions italiennes d’A. Fabbricatore et disqualifie de facto l’article de M.-Th. Mourey en le plaçant hors sujet. Quel dommage !

Marie-Joëlle Louison-Lassablière