Sous la leçon des vents. Le monde d’André Thevet

 

Frank Lestringant, Sous la leçon des vents. Le monde d’André Thevet, cosmographe de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Géographies du monde », 2ème édition mise à jour et augmentée, 2021. Un vol. in-8° de 642 p. 33 illustrations.

 

Consacré au cosmographe André Thevet (1516-1592), ce volume s’ordonne selon les quatre vents de la mappemonde. La première partie replace Thevet en son siècle, à l’ombre des derniers Valois et sous la protection des Guises, qui favorisèrent ce franciscain autodidacte. Le deuxième volet concerne l’Orient méditerranéen, de Zante ou Zakynthos jusqu’à La Soltane de Gabriel Bounin et à la Cornélie de Robert Garnier ; le troisième explore le monde des grandes navigations, de Ca’ da Mosto à Villegagnon et de Cartier à Champlain ; le quatrième dégage des « leçons de plein vent », qui nous conduisent à l’éparpillement des îles sur la mer : tel est le Grand Insulaire ou atlas des îles du monde, auquel aboutit l’œuvre.

Ce copieux volume distribué en vingt chapitres n’est pas seulement la réédition d’un livre publié en 2003 et depuis longtemps épuisé, mais sa reprise, complétée, corrigée et augmentée de trois nouveaux chapitres, « Le Paris des cosmographes », « Vrai portrait et vie de Jean Clopinel, dit de Meung », « Animaux qui vivent de vent », ample fresque qui s’ouvre par une escale à Socotora et s’achève par le sacre de l’hybride dans La Tentation de saint Antoine de Flaubert, où se glisse le bradype, censé se nourrir de vent. Le livre inclut un parcours chronologique par les documents d’archives et une substantielle bibliographie critique, dûment mise à jour.

En feuilletant ce livre, on apprend tout d’abord que le titre Sous la leçon des vents en est emprunté à Thevet lui-même, qui a tiré cette expression de Fernandez de Oviedo y Valdès, l’auteur de L’Histoire naturelle des Indes. Ensuite, la chronologie est enrichie de faits nouveaux. Les ajouts concernent la vie même d’André Thevet. Par exemple, son protestantisme ou plutôt sa passade protestante ne fait plus guère de doute, dès lors que son amitié avec Jacques Grévin est prouvée, par une déclaration précoce de celui-ci, de même que son désir de passer en Angleterre, désir vite abandonné alors que se dessinait la perspective des guerres de Religion, et un peu plus tard, par le détour du Brésil ou plutôt de la France Antarctique, sa nomination au poste de cosmographe du roi. Le Second discours de Jacques Grévin sur les vertus et facultez de l’Antimoine, qui paraît en 1567, annonce la Cosmographie universelle, « laquelle en bref il doit mettre en lumiere ». Préparé en collaboration avec François de Belleforest, avec lequel Thevet ne tarde pas à se fâcher, cet ouvrage ne sera publié en fait qu’en 1575, c’est-à-dire une dizaine d’années plus tard.

On relira avec plaisir « La flèche du Patagon ou la preuve des lointains », qui rappelle de quelle manière Thevet, pour justifier ses dires, s’appuyait sur un riche cabinet de curiosités, où figuraient aussi bien des monstres horrifiques empaillés que des pierres rares et précieuses, un bec de toucan, une peau de crocodile, des peaux de serpents et diverses plumasseries venues pour la plupart du Brésil. À côté de ces monstres et prodiges, Thevet conservait quelques manuscrits précieux, dont le Codex Mendoza, un manuscrit aztèque à peintures aujourd’hui à la Bodleian Library d’Oxford.

Ensuite les récents sondages dans les principales bibliothèques d’Europe révèlent que cette œuvre s’est mieux diffusée qu’on ne l’a dit. Les « Thevetiana », qui complètent ce volume, chronologie de la réception de Thevet du XVIe au XIXe siècle, ont été substantiellement augmentés, passant de 34 pages dans la première édition à 62 pages, dans un format, il est vrai, légèrement réduit. Non pas que le nombre d’éditions ou de livres consultés ait véritablement doublé, mais la mise en ligne de la plupart des ouvrages anciens permet aujourd’hui de mieux comprendre la réception ancienne d’André Thevet, réception moins hostile qu’il pouvait d’abord sembler.

Au total, un ensemble riche et ouvert, qui appelle de jeunes talents pour reprendre la tâche. Le style de Thevet, en particulier, demande de nouveaux exégètes, et sa propension à satiriser ses concurrents réels ou supposés. Il y a de la verve célinienne dans ces plaintes réitérées qui festonnent ces derniers ouvrages, parmi lesquels Le Grand Insulaire et pilotage en cours de publication, vaste atlas inédit qui aurait dû comprendre toutes les îles du monde connu.

 

Adeline Lionetto

Sorbonne Université