Clément Marot, Les Épîtres

Clément Marot

Les Épîtres

 

éd. Guillaume Berthon et Jean-Charles Monferran

 

 

Ce fort volume met à la disposition d’un public de lecteurs et lectrices de poésie de la Renaissance un choix de poèmes de Clément Marot sans équivalent éditorial. Cette anthologie donne en effet accès à l’œuvre de Marot à partir de l’unité d’un « genre » (p. 10), celle de l’épître en vers, et de l’« histoire » (ibid.) de ses réalisations au fil des contextes de publication, du vivant de Marot ou peu après sa mort. La préface précise de quelle façon, selon les éditeurs G. Berthon et J.-Ch. Monferran, l’épître marotique figure au long du règne de François Ier le « portrait mobile » du poète (p. 25) tandis qu’il se joue des conventions du service de plume. Le titre retenu, Les Épîtres, emprunte la désignation de ces pièces par le poète lui-même dans les tables de ses recueils. Tourné vers un public non nécessairement spécialiste de la poésie de la Renaissance, notamment estudiantin, le volume repose cependant sur une enquête matérielle de première main et la maîtrise de la tradition éditoriale marotique, ce qui en fait en même temps un instrument d’étude savant.

En guise d’introduction à la lecture de Marot, cette édition donne désormais une alternative aux éditions de poche de L’Adolescence clémentine (éd. Fr. Roudaut, L.G.F. « Le Livre de poche », 2005, ou éd. Fr. Lestringant, nrf Poésie / Gallimard, 1987). Dans la tradition philologique, elle se situe à un carrefour critique des entreprises des soixante dernières années. En dépit du choix de l’unité générique, la présente édition repose sur un programme, des principes, une liste des pièces retenues, des états textuels qui la distinguent du volume publié sous le même titre par C. A. Mayer en 1958 dans le cadre de la publication des œuvres complètes de Marot en quatre volumes. Le présent ouvrage, concerté dans ses moindres détails, se montre en revanche fidèle à certains gestes de Marot éditeur de ses Œuvres en 1538, ainsi qu’à l’option d’une édition bi-partite dans la lignée des Œuvres poétiques par G. Defaux (1990-1993), tout en renouvelant l’agencement, certaines leçons textuelles et en partie l’annotation érudite. Les interventions des éditeurs prennent ainsi davantage le risque de l’actualisation, au bénéfice du public de 2021, que dans les Œuvres complètes par Fr. Rigolot (2007-2009).

L’édition conjoint lisibilité pédagogique et engagement philologique. Les choix sont explicités avec minutie dans une « note sur l’édition » (p. 29-38) ainsi que par l’architecture ordonnant les poèmes et qui détermine les titres courants. La première section comprend les quarante-et-une épîtres parues sous ce terme en 1538, dans la dernière édition que le poète supervise de ses Œuvres, distribuées entre L’Adolescence clémentine et la Suite de l’Adolescence clémentine. Une seconde section de vingt-huit pièces, intitulée « Autres épîtres (1534-1548) », rassemble des épîtres dispersées dans des manuscrits et des imprimés, eux-mêmes parfois posthumes (notamment les éditions lyonnaises de 1549 et 1550), l’ensemble participant du corpus marotique élaboré au XVIe siècle. À l’imitation de l’ordre chronologique suivi par le poète en 1538, les éditeurs proposent un classement par date supposée de composition, en quatre contextes : Ferrare (1534-1536), Venise (1536), France (1536-1542), Genève, Savoie, Piémont (1542-1544). La définition du corpus des épîtres a été reprise à nouveaux frais : G. Berthon et J.-Ch. Monferran explicitent les critères génériques qui ont guidé l’élaboration de cette seconde section, justifiant leur choix de retenir ou non des pièces proches de l’épître en vers telle qu’ils la caractérisent. Enfin, une annexe donne trois pièces d’attribution incertaine que les éditeurs du volume ont des raisons d’attribuer à Marot. Ce faisant, ils retranchent neuf épîtres de la tradition marotique, arguments à l’appui.

Suivant les principes de la collection nrf Poésie / Gallimard, la graphie est modernisée et le texte est suivi par un dossier. Ce dernier comprend une bibliographie primaire et secondaire (p. 479-497), un glossaire, une brève note sur la versification mais un copieux appareil de notes interprétatives (p. 277-478). L’annotation de chaque pièce s’ouvre sur les informations philologiques (date de première attestation manuscrite ou imprimée, établissement du texte, contexte de composition et de diffusion), fournit les éléments d’intelligibilité contextuelle, établit la bibliographie des commentaires existants. Elle se poursuit par des commentaires au fil des vers qui s’efforcent de lever les difficultés de sens littéral sur lesquelles peut buter le lecteur ou la lectrice de notre temps : ils associent de fréquentes paraphrases pédagogiques à des analyses de la langue et à l’explicitation des références culturelles. Sur cet aspect, l’édition offre un appareil de notes amplifié par rapport à celle de Fr. Rigolot, ce qui la rend plus accessible à un étudiant de licence de Lettres ou à tout non spécialiste de la poésie de la Renaissance.

Pour le corpus d’épîtres, le chercheur ou la chercheuse devra désormais travailler à la fois avec les Œuvres poétiques de G. Defaux et la présente édition. Par rapport aux notices établies par G. Defaux, G. Berthon et J.-Ch. Monferran ont fait le choix de rédiger intégralement leurs commentaires, y compris ceux de nature philologique. Dans le détail des notes, le lecteur dispose dans l’ensemble d’une érudition historique et culturelle équivalente dans les deux entreprises. En revanche, l’annotation diffère ponctuellement en matière de remarques intertextuelles et intratextuelles. Avec cette anthologie, certaines hypothèses de datation sont divergentes ; elles gagnent parfois en précision grâce à la maîtrise de la tradition manuscrite, en lien avec le travail de G. Berthon pour la Bibliographie critique des œuvres de Clément Marot (ca. 1521-1550) (Droz, 2019). La compréhension du texte est inscrite dans une connaissance affinée du contexte poétique, poéticien et historique du règne de François Ier, ce qui s’accompagne d’un abandon des connaissances que fournit pour sa part G. Defaux sur la postérité de ces poèmes dans l’histoire littéraire.

Sa typographie en fait un ouvrage d’abord commode pour le lecteur cultivé autant que pour l’étudiant : numérotation continue des épîtres, taille des caractères du dossier, par exemple. Le souci de clarté s’étend aux interventions des éditeurs, toujours précisément justifiées, aussi bien sur le texte, qu’en matière de composition d’ensemble, de choix philologiques et de discours d’accompagnement, ce qui en fait également un nouvel instrument pour la recherche sur Marot, l’épître en vers à la Renaissance ou la poésie de circonstance en général.

Audrey Duru

 

Clément Marot, Les Épîtres, éd. Guillaume Berthon et Jean-Charles Monferran, Paris, nrf Poésie / Gallimard, 2021, 544 p. ISBN 978-2-07-293987-7.