La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue

Myriam Marrache-Gouraud, La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue (Europe, XVIe-XVIIe siècles), Genève, Droz, coll. « Les seuils de la modernité », vol. 23, 2020, 631 p.

 

Dans son nouvel ouvrage consacré aux cabinets de curiosité, Myriam Marrache-Gouraud livre une riche enquête sur les catalogues de ces cabinets qu’elle envisage dans leur matérialité, ainsi que dans leurs dimensions linguistique et rhétorique. Après avoir situé le cabinet de curiosité dans le cadre épistémologique de la Renaissance, elle se demande comment nommer et définir les objets inconnus, notamment des pays étrangers. L’auteure propose ainsi une étude des catalogues de curiosité, non pas en tant que documents historiques témoins d’un phénomène sociologique et culturel mais comme des lieux privilégiés des stratégies éditoriales et discursives de ces ouvrages. En raison de l’amplitude du phénomène des cabinets de curiosité en Europe, sont étudiés ici les catalogues dans les frontières européennes larges, en langues vernaculaires et en latin.



         La première partie de La légende des objets envisage « le livre et la collection ». Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, un double phénomène apparaît : d’abord une démocratisation des collections qui cessent d’être réservées à une élite puis l’apparition matérielle d’un nombre croissant de catalogues imprimés. Le livre devient, comme la collection, une représentation du monde, un contenant métaphorique de ce dernier (p. 48). Après s’être interrogée sur les raisons d’être de ces catalogues, Myriam Marrache-Gouraud s’intéresse aux enjeux linguistiques et littéraires de ces objets, une étude qui n’avait pas été faite jusqu’alors. Parmi les termes étudiés, nous relevons le « cabinet », envisagé à travers l’œuvre d’André Thevet, mais également le « théâtre », lié au domaine de la vision et donc aux « collections », les mots de la « rhétorique et du commerce » ou encore le « trésor ». Enfin, l’auteure s’intéresse aux choix entre langue vernaculaire et latin, cette dernière, langue des clercs et du savoir international, choisie notamment par les apothicaires. Toutefois, mieux que les langues anciennes, la langue vernaculaire peut rendre compte des réalités inconnues à l’époque des Grandes découvertes et des avancées techniques qui remettent en cause le savoir des Anciens.



         La seconde partie de l’ouvrage, « écrire curieusement », étudie les procédés d’insertion de ces objets « curieux » dans le récit. Le récit de voyage, le recueil de « singularitez » ou encore l’histoire prodigieuse sont des lieux privilégiés de la présence des objets « curieux », étranges ou merveilleux. C’est finalement le récit lui-même qui définit la rareté ou la valeur des objets qui y sont insérés selon trois modalités (p. 353): l’auteur raconte un souvenir personnel attaché à cet objet, parfois intime ; il narre les circonstances de son acquisition ; il fait le récit d’un usage antérieur de l’objet. Enfin, la description révèle l’ostentation du discours, par l’ekphrasis associée au delectare  (expérience visuelle, blason et portrait, copia et varietas, comparaisons et métaphores filées), par la « restauration érudite » liée au docere (déterminants, expansion et taxinomie, nomenclatures) et enfin par « l’herméneutisme singulier », source du movere (description et point de vue, exhibitions théâtralisées). Le dernier chapitre de l’ouvrage étudie la matérialité de la liste dans le catalogue, son ordre, les ajouts ou suppressions et les raisons de ces dernières. Myriam Marrache-Gouraud souligne que les objets des catalogues se mettent à parler dès lors que l’écriture « cultive la beauté, l’étrangeté, l’émerveillement et trouve un sens aux objets » (p. 539). L’écriture des curiosités peut finalement être vue comme « l’expression d’un humanisme qui fait ses armes à l’épreuve du concret » (p. 540).



         Dans ce volume, l’auteure offre une somme qui complète ses travaux précédents sur la curiosité à la Renaissance et sur les catalogues des cabinets de curiosités. La poétique de la curiosité ici définie permet d’envisager largement les catalogues de curiosités selon une perspective linguistique et lexicale ignorée jusqu’alors ; elle est fondatrice pour les champs de recherche s’intéressant aux merveilles à la Renaissance, aux voyages, aux récits de singularités. Au-delà du plaisir du texte et de la curiosité de l’objet, le chercheur trouvera également de nombreux outils utiles, tels que la liste des catalogues imprimés classés par date de publication et consultés pour l’étude – ils sont nombreux – accompagnée de précieuses informations éditoriales, une bibliographie abondante (37 pages) et trois index. Les nombreuses reproductions de peintures font entrer le lecteur dans les cabinets de curiosité et donnent un véritable sens à l’expérience visuelle qui est soulignée dans la poétique des catalogues.



Rebecca Legrand