Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia

Scévole de Sainte-Marthe, Œuvres complètes, VI. Gallorum doctrina illustrium Elogia, édition chronologique avec introduction, notes et variantes par Jean Brunel (avec la collaboration de Pierre Martin), Textes littéraires français, n°649, Genève, Droz, 2018, 709 p.

Les Elogia de Scévole de Sainte-Marthe, son œuvre la plus connue, parurent en plusieurs livraisons à partir du premier recueil de 1598, dont les chapitres et les textes allèrent en augmentant jusqu’en 1630. L’éditeur Jean Brunel, qui produit ici le sixième tome des Œuvres complètes (dont le premier volume, consacré aux œuvres de jeunesse a paru chez Droz en 2010) a fait le choix judicieux d’une présentation qui rend compte de cet enrichissement progressif : sont reproduits dans l’ordre chronologique les recueils successifs, les Elogia repris d’une édition à l’autre ne figurant qu’une fois avec l’indication de leurs éventuelles variantes. L’ouvrage donne à lire en face de chaque Elogium latin sa traduction française : c’est là que réside également la nouveauté de cette publication puisque l’on ne disposait jusqu’alors que de la traduction de Guillaume Colletet, parue en 1644 sous le titre Eloges des hommes illustres, qui depuis un siecle ont fleury en France dans la profession des Lettres. Composez en latin, par Scevole de Sainte-Marthe. Et mis en françois, par G. Colletet (Paris, A. de Sommaville et A. Courbé).

L’ouvrage offre une belle galerie de portraits qui se parcourt agréablement grâce à une présentation soignée, où viennent se glisser quelques éléments iconographiques empruntés à des sources diverses. Scévole de Sainte-Marthe se plie à l’exercice très codifié qu’est l’Elogium, qui relève du genre de l’épitaphe ; il y fait pourtant entendre, par petites touches, une voix personnelle et il y introduit de la variété : outre les éléments relevés par Jean Brunel dans son introduction (développement inégal des éloges, présence de pièces de vers, variété du lexique), on relèvera également la formule du double portrait (utilisée pour François Douaren et Éguiner Baron ; Etienne de La Boétie et Michel de Montaigne ; Pierre Ayrault et René Chopin) ou l’ouverture de quelques éloges sur une apostrophe oratoire ; ainsi Remi Belleau et Jacques Peletier se voient-ils directement apostrophés par l’auteur : « Toi en vérité, Jacques Peletier, de quel plus beau titre pourrais-je t’honorer sinon de celui de gloire inégalée du pays du Maine ? » (p. 185). La variété vient également du panorama très étendu qu’offrent les portraits sur le monde savant du XVIe siècle : aux côtés des humanistes (poètes, linguistes, historiens), on rencontre des jurisconsultes, des médecins, des mathématiciens, des personnalités politiques ou encore des hommes d’épée ; trois femmes seulement, la princesse Marguerite de Navarre (p. 290-295) et les Dames des Roches de Poitiers (p. 214-217). Pour chaque personnage dont il est fait l’éloge, Jean Brunel fournit en note quelques indications bibliographiques.

L’ouvrage est pourvu de très utiles index : index des noms latins et index des noms français de l’édition de 1630, table des illustrations, index des imprimeurs et libraires (XVIe-XVIIe siècles), des bibliothèques, monuments, musées, universités, index géographique, index historique, index des noms de personnes.