Hearing the City in Early Modern Europe

Tess Knighton – Ascension Mazuela-Anguita (ed.), Hearing the City in Early Modern Europe, Turnhout, Brepols, coll. « Épitome musical », 2018, 428 p., ISBN 978-2-503-57959-7.

Ce volume s’inscrit dans les recherches qui, cette dernière décennie, ont privilégié une lecture de l’expérience musicale intégrée au contexte plus général des cultures urbaines de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. La musicologie urbaine, associée aux Sound Studies anglo-saxonnes, s’intéresse à la performance musicale urbaine, et plus particulièrement à la qualité sonore des mondes urbains. Ce champ de recherche a donc pour objet les pratiques acoustiques et les imaginaires sonores, aussi bien des pouvoirs politiques que des individus et des communautés. Des travaux nombreux ont permis de reconsidérer à la fois l’histoire urbaine et la musicologie. En témoigne la publication en 2017 de l’ouvrage de Niall Atkinson, The Noisy Renaissance. Sound, Architecture and Florentine Urban Life. On pourra trouver curieux que l’auteur n’ait pas participé à cet ouvrage collectif et ne soit pas non plus cité, alors que son travail nous a permis de regarder les villes de la Renaissance comme des espaces marqués par des signes sonores : les tours dont s’échappent les sons des cloches, qui se répondent entre elles et qui rythment la vie aussi bien civique qu’économique et sociale des citadins ; les places et les rues qui bruissent des sons des marchés mais aussi des chanteurs, récitants et bonimenteurs dont on sait qu’ils occupaient une grande partie de ces espaces. Mais c’est bien dans cette perspective que s’inscrit le présent volume.

L’ouvrage s’organise autour de quatre questions. Dans son introduction, Tim Carter présente les enjeux épistémologiques et les problèmes méthodologiques auxquels se trouve confrontée la musicologie urbaine : une nouvelle histoire de l’écoute musicale s’impose pour permettre à la musicologie de prendre en compte les apports de l’histoire des sensibilités. Une première partie insiste sur la nécessité de « traverser les frontières », qu’elles soient disciplinaires (Dinko Fabris, Bruce R. Smith, Helen Hills) ou géographiques (David R. M. Irving, Juan José Carreras). La deuxième partie s’intéresse au répertoire musical dans des situations urbaines de contestation : Jan-Friedrich Missfelder montre ainsi que la Réforme à Zurich n’a pas tenté de museler l’expression sonore de la culture flamboyante de la fin du xve siècle, mais a réorganisé le paysage sonore de la ville en l’inféodant au pouvoir sonore du Verbe. La troisième partie analyse « les mondes sonores et les stratégies spatiales des élites » : il s’agit de distinguer les effets de distinction sociale dans les pratiques sonores des élites. La quatrième partie est consacrée à quelques études de cas de paysages sonores urbains : Vienne au xve siècle, Barcelone au xvie, Palerme aux XVIe et XVIIe siècles, les villes de la Navarre du XVIe au XVIIIe siècle, Londres au XVIIIe siècle. Tous ces environnements sonores témoignent à la fois de pratiques acoustiques variées et de sources complexes, qui nécessitent encore la mise en œuvre de méthodes éprouvées dans les différents champs disciplinaires sollicités par la question sonore.